C3RF Member Update - 20 Nov, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas


Read! Dogan Akman’s analysis of the Constable Montsion controversy


Note! November is C3RF membership drive month


Time flies and its once again time to consider expanding on C3RF’s considerable membership rolls (some 25,000 now). Given that November is C3RF membership drive month, please consider talking to five friends about joining C3RF.

Negation - it does not end with Remembrance Day


As you may recall, last week’s update featured a discussion of Remembrance Day and the shameless attempt by some to both marginalize and denigrate it as a sacred Canadian tradition.This was seen to be done by a parallel “white poppy” campaign and an unsuccessful bid by the Whole Foods grocery chain to prohibit its employees from wearing a poppy (a red one).The former initiative was a simple attempt to negate the idea of Remembrance Day by replacing it with an alternate message, one that sought to remember the civilian casualties of war rather than those who fought to free them.The latter initiative sought to negate 11 November by likening it to a “cause”.After all, if you support one cause don’t you have to support them all?

The metastasized ideology of negation


Problem is, it’s not just Remembrance Day that is being attacked by the forces of negation. The post-modern and politically correct world we now live in has been beset by a glut of counter-intuitive, negation dialogues. Prime among these are those that have been paired off against traditions and social mores that have long been considered to be foundational to our society. These include the sanctity and value of each individual life and a person’s unalienable right to freedom of speech, religion, conscience, association and assembly along with fair and equal treatment before the law. It is remarkable that all of these concepts are now under attack by negation dialogues associated with Critical Race Theory.

Critical Race Theory and the negation of race-blindness in Canada


According to the Encyclopedia Britannica online, Critical Race Theory is the view that “the law and legal institutions are inherently racist and that race itself, instead of being biologically grounded and natural, is a socially constructed concept that is used by white people to further their economic and political interests at the expense of people of colour”. This theory comes to us from neo-Marxist thought derived from the Frankfurt School and disseminated throughout the academic institutions of the West from the 1960’s onwards. It has been taken up as a credible narrative by other Western cultural institutions and, as culture is upstream of politics, is now infecting our systems of governance. One need only look to legislative proposals aimed at vilifying certain “identifiable groups” as security risks and denying support to the nation’s own security forces. And so it is with the narratives that claim that “white supremacism” is the security threat of our time and our systemically racist police services need to be defunded.


The “white supremacism” pseudo-reality

The “white supremacism” narrative that claims that KKK and neo Nazi-type organizations are the security threat-of-the-day in Canada, like all other pseudo-realities, is meant to destroy or distract from a paired narrative that is grounded in objective reality. In this case, it is the reality that Islamist terrorism has been a blight on the civilized world for time immemorial. This truth was established empirically in 2011 when military intelligence agencies identified Sunni-Salafi-Jihadi organizations as being responsible for 71% of terrorist attacks while those of leftist secular-political-anarchist persuasion were responsible for 15% and right-wing nationalist groups were fingered for 1%. Later calculations from 2019, based on worldwide data, lent credence to the reality of the Islamist security threat by noting that a non-Muslim in a Muslim-majority country was 143 times more likely to be killed by a Muslim than vice versa. One might very well wonder how the “white supremacism” false narrative can take hold over the truth until one realizes that it is the product of incessant, aggressive repetition issued from the highest levels of our cultural and political systems. In this particular case, the false narrative is so pervasive that a leader of a Canadian federal party has seen fit to petition the government to seek out and destroy 300+ so-called right-wing extremist groups across Canada. When was the last time a right-wing extremist beheaded someone?

The police brutality pseudo-reality

The “police brutality” and “defund the police” pseudo-realities ramped up immeasurably on the heels of the George Floyd killing in Minneapolis. The killing was used by the Black Lives Matter (BLM) movement to float the narrative that young men of colour were being set upon unjustifiably by systemically racist police forces. This narrative was imported in full measure into Canada with the recent acquittal of Ottawa Police Services Constable Daniel Montsion on three charges related to the death of a black man, Abdirahman Abdi, in July of 2016. The related pseudo-realities of “police brutality”, “defund the police” and “systemic racism in police forces” have been convincingly rebutted by Heather MacDonald, a Fellow of the Manhattan Institute. Her empirical evidence and statistical studies revealed that “there is no evidence of structural bias in in the criminal-justice system" but that "crime and suspect behavior, not race, determine most police actions". In a similar fashion on the Canadian scene, C3RF contributor Dogan Akman analyzed the Montsion acquittals from a legalistic perspective and found that the knee-jerk responses of political authorities were “a most unfortunate sloppy bit of politicking”. He then went on to meticulously detail a data-driven approach capable of determining the real causes and effects at play in the minefield that Canadian race relations is rapidly becoming.

When pseudo-realities combine


So pervasive have pseudo-realities become on the Canadian scene that we are now seeing them combine to reinforce each other. And so it is with the Wuhan virus, “climate change” and the “economic reset” narratives with the former providing support for the progression of the latter two. The argument goes that the pandemic has thrust the world into a “new normal” that requires the negation of civil liberties through forced isolation and the shutdown of whole economies. The narrative has a silver lining, though, as the curtailment of industrial activity has been a boon for the reduction of carbon footprints and justifying the morphing of the economy from one that is demand-driven to one that is centrally planned with our political betters picking winners (green enterprises) and losers (fossil fuel businesses). All to say the way is open for an “economic reset” that features guaranteed annual incomes, a “re-imagined capitalism” and the concomitant attainment of all United Nations Agenda 2030 Sustainable Development Goals – the latter of which has been a longstanding desire of Canada’s Liberal Party and Prime Minister. Problem is, if the end is seen to justify the means is the pandemic operating as a catalyst for the global “reset”. Is that why our medical and political leaders just can’t seem to get the Wuhan virus under control? Is that why all they have to offer are conflicting sets of data and measures that panic the population more than solve the problem?

Defeating the pseudo-reality

The strength of the pseudo-reality lies not in its ability to inspire good men and women to do good and creative things. It exists to oppose, break down and destroy any thought of such efforts and it initially succeeds by taking advantage of any willingness to engage in good faith - to dialogue and to compromise. The objective of such manipulations is to move the target further from his or her truth in the name of consensus. Those inclined to resist, and even have the temerity to debate the points, will be met with measures designed to take their speech away. Accordingly, naming and shaming tactics will be employed even as available levers of power are pulled to constrain and ban or “cancel” your printed or spoken word. This is particularly effective when the powers-that-be are on the side of the negator and in positions capable of punishing wayward words or even thoughts. Can anyone say big government and big tech? Obviously, the way ahead is not through compromise or consensus given that the source of the problem can be traced back to those who would wield such power to your detriment. The solution is to get rid of them in accordance with the legal, democratic devices available to you. It’s interesting to note that President Trump took care of “cancelling” the “cancellers” when he decreed that Critical Race training be removed from all agencies domiciled within his administration. Perhaps we need to busy ourselves promoting warriors within our own institutions.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Lisez ! L'analyse de Dogan Akman sur la controverse de l'agent Montsion


Notez! Novembre est le mois de la campagne d'adhésion au C3RF


Le moment est venu d'envisager une fois de plus d'élargir le nombre considérable de membres du C3RF (environ 25 000 actuellement). Étant donné que novembre est le mois de la campagne d'adhésion au C3RF, pensez à demander à cinq amis d'adhérer au C3RF. Envoyez-leur ce lien.

Négation - elle ne se termine pas avec le Jour du Souvenir


Comme vous vous en souvenez peut-être, la mise à jour de la semaine dernière comportait une discussion sur le Jour du Souvenir et la tentative éhontée de certains de le marginaliser et de le dénigrer en tant que tradition canadienne sacrée. Cette tentative a été perçue comme une campagne parallèle de «coquelicot blanc» et une tentative infructueuse de la chaîne d'épicerie Whole Foods d'interdire à ses employés de porter un coquelicot (un rouge). La première initiative était une simple tentative de nier l'idée du Jour du Souvenir en le remplaçant par un autre message, qui cherchait à se souvenir des victimes civiles de la guerre plutôt que de ceux qui ont combattu pour les libérer. La seconde initiative a cherché à nier le 11 novembre en le comparant à une «cause». Après tout, si vous soutenez une cause, ne devez-vous pas toutes les soutenir?

L'idéologie métastasée de la négation


Le problème, c'est que ce n'est pas seulement le Jour du Souvenir qui est attaqué par les forces de la négation. Le monde postmoderne et politiquement correct dans lequel nous vivons aujourd'hui a été assailli par une surabondance de dialogues contre-intuitifs et négationnistes. Au premier rang de ceux-ci figurent ceux qui ont été associés à des traditions et à des mœurs sociales longtemps considérées comme des réalités objectives - sinon des vérités évidentes. Il s'agit notamment du caractère sacré de chaque vie individuelle et du droit inaliénable d'une personne à la liberté d'expression, de religion, de conscience, d'association et de réunion ainsi qu'à un traitement juste et équitable devant la loi. Il est remarquable que tous ces concepts soient maintenant attaqués par des dialogues de négation associés à la Critical Race Theory.

La Critical Race Theory et la négation de la cécité raciale au Canada


Selon l'Encyclopedia Britannica, la Critical Race Theory est l'opinion selon laquelle la loi et les institutions juridiques sont intrinsèquement racistes et que la race elle-même, au lieu d'être biologiquement fondée et naturelle, est un concept socialement construit qui est utilisé par les Blancs pour promouvoir leurs intérêts économiqu. Cette théorie nous vient de la pensée néomarxiste issue de l'Ecole de Francfort et diffusée dans les institutions universitaires de l'Occident à partir des années 1960. Elle a été reprise comme un récit crédible par d'autres institutions culturelles occidentales et, comme la culture est en amont de la politique, elle infecte maintenant nos systèmes de gouvernance. Il suffit de regarder les propositions législatives visant à diffamer certains «groupes identifiables» en tant que risques pour la sécurité et à refuser le soutien aux propres forces de sécurité de la nation. Il en va de même pour les récits qui prétendent que la « suprématie blanche » est la menace primordiale de notre époque et que nos services de police systématiquement racistes doivent être financièrement ruinés.

La pseudo-réalité du «suprématisme blanc»

Le récit de la «suprématie blanche» qui prétend que le KKK et les organisations de type néonazi sont la menace actuelle pour la sécurité au Canada, comme toutes les autres pseudo-réalités, est destiné à détruire ou à nous distraire de la réalité objective. Dans ce cas, c'est la réalité que le terrorisme islamiste est une plaie pour le monde civilisé depuis des temps immémoriaux. Cette vérité a été établie empiriquement en 2011, lorsque les services de renseignements militaires ont identifié les organisations sunnites, salafistes et djihadistes comme étant responsables de 71 % des attaques terroristes, tandis que les organisations de gauche, laïques, politiques et anarchistes étaient responsables de 15 % des attentats et les groupes national 1%. Des calculs ultérieurs, effectués à partir de 2019 sur la base de données mondiales, ont donné du crédit à la réalité de la menace islamiste pour la sécurité en notant qu'un non-musulman dans un pays à majorité musulmane avait 143 fois plus de chances d'être tué par un musulman que l'inverse. On peut très bien se demander comment le faux récit de la «suprématie blanche» peut détruire la vérité. Quand réaliserons-nous que ce récit est le produit d'une répétition incessante et agressive issue des plus hauts niveaux de nos systèmes culturels et politiques. Dans ce cas particulier, le faux récit est si omniprésent qu'un chef de parti fédéral canadien a jugé bon de demander au gouvernement de rechercher et de détruire plus de 300 groupes dits d'extrême droite au Canada. À quand remonte la dernière décapitation due à un groupe d'extrême droite?

La pseudo-réalité de la brutalité policière

Les pseudo-réalités de «brutalité policière» et du «coupage des finances de la police» se sont multipliées de façon incommensurable après le meurtre de George Floyd à Minneapolis. Ce meurtre a été utilisé par le mouvement Black Lives Matter (BLM) pour faire circuler le récit selon lequel de jeunes hommes de couleur étaient victimes de la brutalité des forces de police systématiquement racistes. Ce récit a été importé dans son intégralité au Canada avec le récent acquittement de l'agent Daniel Montsion des services de police d'Ottawa pour trois chefs d'accusation liés à la mort d'un homme noir, Abdirahman Abdi, en juillet 2016. Les pseudo-réalités de «brutalité policière», «défoncez la police» et «racisme systémique dans les forces de police» ont été réfutées de façon convaincante par Heather MacDonald, membre du Manhattan Institute. Ses preuves empiriques et ses études statistiques ont révélé qu' «il n'y a aucune preuve de partialité structurelle dans le système de justice pénale» mais que «la criminalité et le comportement suspect, et non la race, déterminent la plupart des actions de la police». De la même manière, sur la scène canadienne, Dogan Akman, collaborateur du C3RF, a analysé les acquittements de Montsion d'un point de vue juridique et a constaté que les réactions instinctives des autorités politiques étaient «une malheureuse maladresse politique». Il a ensuite détaillé méticuleusement une approche basée sur des données, capable de déterminer les causes et les effets réels en jeu dans le «champ de mines» que deviennent rapidement les relations raciales au Canada.

Quand les pseudo-réalités se combinent


Les pseudo-réalités sont devenues si omniprésentes sur la scène canadienne que nous les voyons maintenant se combiner pour se renforcer mutuellement. Il en va ainsi du virus de Wuhan, du «changement climatique» et des récits de «réinitialisation économique», le premier apportant un soutien à la progression des deux derniers. L'argument est que la pandémie a poussé le monde vers une « nouvelle normalité » qui nécessite la négation des libertés civiles par l'isolement forcé et la fermeture d'économies entières. Le récit a cependant un bon côté, car la réduction de l'activité industrielle a été une aubaine pour la réduction de l'empreinte carbone et justifie la transformation de l'économie, qui est passée d'une économie axée sur la demande à une économie planifiée de manière centralisée, nos supérieurs politiques choisissant les gagnants (entreprises vertes) et les perdants (entreprises de combustibles fossiles). Tout cela pour dire que la voie est ouverte pour une « remise à zéro économique » qui se caractérise par des revenus annuels garantis, un « capitalisme réimaginé » et la réalisation concomitante de tous les objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 des Nations unies - ce dernier étant un souhait de longue date du Parti libéral et du Premier ministre du Canada. Le problème est que, si le but justifie les moyens, la pandémie agit comme un catalyseur pour la «réinitialisation» mondiale. Est-ce pour cela que nos dirigeants médicaux et politiques ne semblent pas pouvoir maîtriser le virus de Wuhan? Est-ce pour cela qu'ils n'ont à offrir que des ensembles de données et de mesures contradictoires qui paniquent la population plus qu'ils ne résolvent le problème?

Vaincre la pseudo-réalité

La force de la pseudo-réalité ne réside pas dans sa capacité à inspirer des hommes et des femmes à faire des choses bonnes et créatives. Elle existe pour s'opposer, briser et détruire toute idée créative et elle réussit initialement en tirant parti de toute volonté de s'engager de bonne foi - au dialogue et au compromis. L'objectif de ces gens est d'éloigner la vérité au nom du consensus. Ceux qui sont enclins à résister, et qui ont même la témérité de s'engager dans un débat intellectuel, seront confrontés à des mesures visant à leur retirer la parole.Après tout, la vérité l'emportera toujours sur le faux discours. Par conséquent, des tactiques de dénonciation et de honte seront employées alors même que les leviers de pouvoir disponibles sont utilisés pour contraindre et contrecarrer votre parole ou vos écrits. Cela est particulièrement efficace lorsque les pouvoirs en place sont du côté du négateur et dans des positions capables de punir les mots ou même les pensées rebelles.Peut-on parler de grand gouvernement et de grande technologie? Il est évident que la voie à suivre ne passe pas par le compromis ou le consensus, la source du problème peut être retracée à ceux qui exerceraient un tel pouvoir à votre détriment. La solution consiste à vous débarrasser d'eux en utilisant les dispositifs légaux et démocratiques dont vous disposez. Il est intéressant de noter que le président Trump a pris soin d '«annuler» les «annuleurs» lorsqu'il a décrété que la formation Critical Race serait supprimée de toutes les agences domiciliées au sein de son administration. Peut-être devons-nous nous occuper à promouvoir les guerriers au sein de nos propres institutions.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon