C3RF Member Update - 13 Nov, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! November is C3RF membership drive month


Time flies and its once again time to consider expanding on C3RF’s considerable membership rolls (some 25,000 now). Given that November is C3RF membership drive month, please consider talking to five friends about joining C3RF.

Remembering Remembrance Day


Another Remembrance Day has come and gone with the now customary attempts by the usual suspects to both negate and denigrate it. Recall last year’s attempts in the form of the countervailing “white poppy” campaign and the frenetic response to Don Cherry’s rebuke of Canadians who failed to wear a poppy (a red one). The “white peace poppy” was floated as a substitute for the red one and called for the remembrance of civilian victims of war rather than those who fought for their rights and freedoms against tyranny. In a similar fashion, the Cherry kerfuffle saw Remembrance Day being stacked up against the overriding need to place diversity and inclusivity above traditions that new Canadians might find irrelevant - if not offensive. Cherry was ridiculed, called a racist and fired for the error of his ways.

This year was no different as our day of remembrance came under attack by the likes of the woke Whole Foods grocery chain. This modern-day purveyor of high-end soy milk and tofu products prohibited its employees from wearing poppies (the red ones) as they could be seen to be promoting a “cause” - if you support one “cause” who’s to say you will not be called upon to support others. Perhaps Whole Foods could be forgiven for seeing Remembrance Day as a “cause” rather than a national day dedicated to the keeping of a century-plus old promise to not forget those who sacrificed so much for our freedom. After all, their progressive principles are likely blissfully ignorant of various aspects of Canadian history, culture and tradition as our newly declared “post-national” state has discarded the “core values” that underpin them. Values that are antithetical to a “diversity is our strength” Canada. How did we get here?

The ideology of negation


The drip-drip negation of Remembrance Day has not proceeded on an isolated basis over the years. We can see the repudiation of a host of cultural practices and social mores including those associated with the traditional belief in the sanctity of the individual and the family. The start point for these developments is anchored in the 1960’s with the advent of the sexual revolution and the spread of a neo-Marxist ideology that would rise within our educational institutes and grow to overtake them. Stephen Coughlin, a retired military intelligence analyst of great repute, has developed an excellent set of instructional videos that recount the onset of cultural Marxism and its history. A history that extends back to the German philosopher Hegel in the 19th century. This is an ideology that is characterized by continuous revolution as oppressors and the oppressed battle throughout history on their way to a perfected humanity and utopia. It’s an ideology that does not believe in the sovereignty of the individual but rather believes that “the state bestrides the earth as god”. The State, not any living God as resident within the Judeo-Christian ethic, dispenses rights and favours in accordance with the common good – and the predilections of a very small, nihilistic elite.

The ideology of negation accomplishes its task by floating false narratives that compete aggressively with realities we perceive to be objective, true and even self-evident. These attacks are incessant and accompanied by ridicule and shame for those who dare debate their validity. The “blue pill” pseudo-reality eventually wins out over the “red pill” objective reality as the latter’s defenders fail to attack the mystical and failed source-logic of the false narrative. Instead, they react in knee-jerk fashion to argue within the parameters of the narrative being addressed. And so, we see unsubstantiated, loopy notions and models such as 64 genders, Islam is a “religion of peace” and “hockey stick” global warming overtaking the scientific method and objective reality to become “new normals”. Seen in this light, it is little wonder that our new neo-Marxist masters would beset our Remembrance Day with efforts to negate its value as a Canadian institution. After all, the day stands to remember a time when Canadians fought unapologetically for the freedom to pursue their own individual happiness and dispense with the tyrannical forces of collectivism.

Remembrance negates negation – except for some


How ironic is it that the day set aside for remembering the sacrifices of those who secured our freedom is being whittled away by the same collectivist forces that they vanquished. To make matters worse, these sacrifices have continued apace into the modern era through the prosecution of the Cold War and a number of “hot” military campaigns. In the former confrontation, the world’s superpowers faced down each other on the Central European Front. So militarized was this confrontation that a low-level, fighter-bomber pilot was assessed to have a life span of just over thirty seconds if he crossed the forward edge of the battle area (FEBA) into enemy territory given a shooting war. At least, that’s what they told me when I was on active duty in the theatre flying CF 104 Starfighters. I can assure you that, at that time when I recalled those who served and died before me in past conflicts, I did not see their efforts negated by the horrors that war inflicted upon civilian populations. These poor souls were made to suffer by their belligerent, tyrannical masters from which they were eventually freed. Similarly, and from the perspective of a CF 18 combat pilot in the First Persian Gulf War, tyranny was confronted and defeated and a whole country, Kuwait, was saved from enslavement. Given these personal experiences, I believe Remembrance Day cannot be allowed to be negated by neo-Marxist tactics or degraded by false equivalences.

Unfortunately, some of our leaders don’t seem to share this same reverence for the day of remembering let alone treasure the freedoms that veterans fought to preserve and project. Prime among these is our own Prime Minister who, on the first count, saw fit to attend an uncontrolled demonstration of thousands on Parliament Hill in the midst of the Wuhan virus crisis to show his support for the BLM movement. A movement, by the way, that is led by self-acknowledged acolytes of the Marxist ideology. This brash display of support is remarkable given his muted participation in Remembrance Day proceedings that were pared back to the bare bone to accommodate the same virus. On the second count, the Prime Minister embarrassed the country and those who sacrificed to retain its values and freedoms when he failed to support the President of France in the latter’s battle to secure free speech. President Macron was in the throes of responding to the beheading of a school teacher who had the temerity to discuss the Danish cartoons in class and was seeking support from France’s allies as he did so. Prime Minister Trudeau responded by saying free speech if necessary but not necessarily free speech as he qualified the right as needing to be “respectful” of the feelings of others and not gratuitously offend them. This may be what our Prime Minister was thinking when he rammed Motion M-103 (Islamophobia) through the legislative process but is this the free speech that Canadians fought and died for? Premier Legault obviously doesn’t think so!

Note! Consider joining “Covert Cash” webinar on illegal university funding (19 Nov, 2020)


You might recall that the C3RF Update from 09 Oct, 2020 included an invite to contact C3RF co-founder Raheel Raza to express interest in attending a webinar dedicated to investigating the illegal foreign funding of Western universities. The focal point of the webinar will be the documentary “Covert Cash” which will become the discussion point thereafter by a panel of experts – including Raheel. It appears that many of you expressed such an interest as a transcontinental webinar presentation will go forward on 19 November 2020 at 7PM EST. All of the information can be found here at this link. Thanks to all who expressed an interest and please note that, although the documentary speaks to American educational institute funding, Raheel will be able to discuss and expound on the Canadian situation.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Notez! Novembre est le mois de la campagne d'adhésion au C3RF


Le moment est venu d'envisager une fois de plus d'élargir le nombre considérable de membres du C3RF (environ 25 000 actuellement). Étant donné que novembre est le mois de la campagne d'adhésion au C3RF, pensez à demander à cinq amis d'adhérer au C3RF. Envoyez-leur ce lien.

Se souvenir du jour du Souvenir


Un autre jour de commémoration est venu et s'est envolé avec les tentatives désormais habituelles de le nier et de le dénigrer. Rappelez-vous les tentatives de l'année dernière sous la forme de la campagne compensatoire du «coquelicot blanc» et la réponse frénétique à la réprimande de Don Cherry aux Canadiens qui ne portaient pas de coquelicot (un rouge). Le «coquelicot blanc de la paix» a été lancé pour remplacer le coquelicot rouge pour se souvenir des victimes civiles de la guerre plutôt que de ceux qui ont combattu pour leurs droits et libertés contre la tyrannie. De la même manière, le chahut Don Cherry a vu le Jour du Souvenir s'opposer au besoin primordial de placer la diversité et l'inclusion au-dessus des traditions que les nouveaux Canadiens pourraient trouver non pertinentes, voire offensantes. Cherry a été ridiculisé, traité de raciste et licencié pour ses erreurs.

Cette année n'a pas été différente car notre journée du souvenir a été attaquée par des chaînes d'épicerie comme Whole Foods. Ce fournisseur moderne de lait de soja et de tofu haute gamme a interdit à ses employés de porter des coquelicots (les rouges) car ils pouvaient être considérés comme promouvant une «cause» - si vous soutenez une « cause », ne seriez-vous pas appelé à en soutenir d'autres? On pourrait peut-être pardonner à Whole oFods de considérer le Jour du Souvenir comme une « cause » plutôt que comme une journée nationale consacrée à la tenue d'une promesse vieille de plus d'un siècle, celle de ne pas oublier ceux qui ont tant sacrifié pour notre liberté. Après tout, leurs principes progressistes ignorent sans doute béatement divers aspects de l'histoire, de la culture et des traditions canadiennes, car notre «nouvel État postnational» s'est débarrassé des «valeurs fondamentales» qui le sous-tend. Des valeurs qui sont contraires à un Canada où « la diversité est notre force ». Comment en sommes-nous arrivés là?

L'idéologie de la négation


La négation goutte à goutte du Jour du Souvenir ne s'est pas faite de manière isolée au fil des ans. Nous pouvons constater la répudiation d'une foule de pratiques culturelles et de mœurs sociales, y compris celles associées à la croyance traditionnelle dans le caractère sacré de l'individu et de la famille. Le point de départ de ces évolutions est ancré dans les années 60 avec l'avènement de la révolution sexuelle et la diffusion d'une idéologie néomarxiste qui allait se développer au sein de nos établissements d'enseignement pour se répandre au-delà. Stephen Coughlin, un analyste du renseignement militaire à la retraite de grande réputation, a développé un excellent ensemble de vidéos pédagogiques qui racontent le début du marxisme culturel et son histoire. Une histoire qui remonte au philosophe allemand Hegel au XIXe siècle. Une idéologie qui se caractérise par une révolution continue où oppresseurs et opprimés luttent tout au long de l'histoire vers une humanité et une utopie parfaites. C'est une idéologie qui ne croit pas en la souveraineté de l'individu mais qui croit plutôt que «l'État s'empare de la terre comme un dieu». L'État, et non un Dieu vivant qui réside dans l'éthique judéo-chrétienne, dispense des droits et des faveurs conformément au bien commun - et aux prédilections d'une très petite élite nihiliste.

L'idéologie de la négation accomplit sa tâche en faisant flotter de faux récits qui, agressivement, entrent en concurrence avec des réalités que nous percevons comme objectives, vraies et même évidentes. Ces attaques sont incessantes et s'accompagnent de ridicule et de honte pour ceux qui osent débattre de leur validité. La pseudo-réalité de la «pilule bleue» finit par l'emporter sur la réalité objective de la « pilule rouge », car les défenseurs de cette dernière ne parviennent pas à attaquer la source mystique et ratée du faux récit. Au lieu de cela, ils réagissent de manière impulsive pour argumenter dans les limites du récit traité. Ainsi, nous voyons des notions et des modèles non fondés et loufoques tels que 64 genres, l'Islam est une « religion de paix » et le réchauffement climatique « en bâton de hockey » dépasser la méthode scientifique et la réalité objective pour devenir de « nouvelles normes ». Vu sous cet angle, il n'est pas étonnant que nos nouveaux maîtres néomarxistes assaillent notre Jour du Souvenir en s'efforçant de nier sa valeur en tant qu'institution canadienne. Après tout, ce jour est le souvenir d'une époque où les Canadiens se sont battus sans relâche pour la liberté de poursuivre leur propre bonheur individuel et de se débarrasser des forces tyranniques du collectivisme.

Le souvenir annule la négation - sauf pour certains


Quelle ironie que la journée consacrée au souvenir des sacrifices de ceux qui ont assuré notre liberté soit réduite à néant par les mêmes forces collectivistes qu'ils ont vaincues. Pour aggraver les choses, ces sacrifices se sont poursuivis à un rythme rapide dans l'ère moderne par la poursuite de la guerre froide et un certain nombre de campagnes militaires «chaudes». Lors de la première confrontation, les superpuissances mondiales se sont affrontées sur le front de l'Europe centrale. Cet affrontement était si militarisé, qu'on estimait l'espérance de vie d'un pilote de chasseur-bombardier de faible altitude à un peu plus de trente secondes s'il traversait la limite de la zone de combat pour se rendre en territoire ennemi. Du moins, c'est ce qu'on m'a dit lorsque j'étais en service actif sur le théâtre des opérations aux commandes de CF 104 Starfighter. Je peux vous assurer qu'à l'époque de ceux qui ont servi et sont morts devant moi dans les conflits passés, je n'ai pas vu leurs efforts réduits à néant par les horreurs que la guerre a infligées aux populations civiles. Ces pauvres âmes ont souffert dû à leurs maîtres belliqueux et tyranniques dont elles ont finalement été libérées. De même, et du point de vue d'un pilote de combat de CF 18 lors de la première guerre du Golfe Persique, la tyrannie a été affrontée et vaincue et un pays entier, le Koweït, a été sauvé de l'esclavage. Compte tenu de ces expériences personnelles, je pense que le Jour du Souvenir ne peut pas être annulé par des tactiques néomarxistes ou rabaissé par de fausses équivalences.

Malheureusement, certains de nos dirigeants ne semblent pas partager cette même vénération pour le Jour du Souvenir et encore moins pour les libertés que les vétérans ont combattu pour préserver et répandre. Au premier rang de ceux-ci se trouve notre propre Premier ministre qui, au premier chef, a jugé bon d'assister à une manifestation incontrôlée de milliers de personnes sur la Colline Parlementaire en pleine crise du virus de Wuhan pour montrer son soutien au mouvement BLM. Un mouvement, soit dit en passant, qui est dirigé par des partisans reconnus de l'idéologie marxiste. Cette manifestation de soutien est remarquable étant donné la participation discrète aux cérémonies du Jour du Souvenir qui ont été réduites à leur plus simple expression à cause du même virus. Dans le second cas, le Premier ministre a mis le pays et ceux qui se sont sacrifiés pour préserver ses valeurs et ses libertés dans l'embarras en ne soutenant pas le Président de la France dans sa lutte pour la liberté d'expression. Le président Macron était en train de répondre à la décapitation d'un enseignant qui avait eu la témérité de discuter des caricatures danoises en classe et qui cherchait à obtenir le soutien des alliés de la France en le faisant. Le Premier ministre Trudeau a répondu en déclarant «la liberté d'expression si nécessaire» mais «pas nécessairement la liberté d'expression» car il a qualifié ce droit comme devant être «respectueux» des sentiments des autres et ne pas les offenser gratuitement. C'est peut-être ce que pensait notre Premier ministre lorsqu'il a fait adopter à toute vapeur la motion M-103 (islamophobie) dans le cadre du processus législatif, mais est-ce pour cette liberté d'expression que les Canadiens se sont battus et sont morts? Le Premier ministre Legault ne le pense évidemment pas!

Note ! Envisagez de participer au webinaire "Covert Cash" sur le financement illégal des universités (19 nov. 2020)


Vous vous souvenez peut-être que le bulletin d'information du C3RF du 9 octobre 2020 vous invitait à contacter le co-fondateur du C3RF Raheel Raza pour lui faire part de votre intérêt à participer à un webinaire consacré à l'enquête sur les financements étrangers illégaux des universités occidentales. Le point central du webinaire sera le documentaire "Covert Cash" qui sera ensuite discuté par un groupe d'experts - dont Raheel Raza. Il semble que beaucoup d'entre vous aient exprimé un tel intérêt et, par conséquent, une présentation transcontinentale du webinaire aura lieu le 19 novembre 2020 à 19 heures (heure de l'Est). Toutes les informations sont disponibles ici. Merci à tous ceux qui ont lancé le projet et veuillez noter que, bien que le documentaire parle du financement des instituts éducatifs américains, Mme Raza pourra discuter de la situation canadienne.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon