C3RF Update, 03 Dec 2021 – Following orders


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! Letters of liability need to be signed and delivered to schools re vaccinating little ones


With the recent decision to inoculate kids between the ages of 5 and 11 with Wuhan virus vaccines, many Canadian parents have become worried that their own children will be given the shot without their consent. The confusion is understandable given that the law in many provinces allows for the flouting of parental authority. One case in point is that of Ontario where the Niagara Public Health authority has been seen to alternate back and forth on the issue of parental consent. If all of this concerns you as a parent and you believe your wishes might be disregarded, you may choose to serve your teachers, schools, boards of education and related provincial bureaucrats with “Notices of Liability”. The organization Action4Canada has prepared Notices of Liability forms for parents, concerned citizens, post-grad students, and others. If you are in the Ottawa area and would like to be involved in signing and delivering such notices, please contact Kevin at on-ottawa@action4canada.ca.

Niagara Public Health confused over vaccine parental consent requirements?
 

The hide and seek Charter


Our recent interview with the Honourable Brian Peckford, the last living First Minister responsible for patriating the Canadian Constitution of 1982, was an eye-opener. Recall that he flatly stated that both provincial and federal governments were “lawless” in their application of Wuhan virus edicts, mandates and decrees that restricted the civil liberties of Canadians. He stated this was the case as all of these “emergency” efforts exceeded the supreme law of the land, the Charter, as stated in Section 52 of this same founding document. This section states that, “The Constitution of Canada is the supreme law of Canada, and any law that is inconsistent with the provisions of the Constitution is, to the extent of the inconsistency, of no force or effect”.

Brain Peckford questions the legality of Wuhan virus emergency measures

Mr. Peckford’s assertion is hard to deny given the fact that Section 1 of the Charter declares that the guaranteed, fundamental rights and freedoms afforded by the Constitution can only be limited in the event that such restrictions can be “demonstrably justified in a free and democratic society”. This is a high bar to climb for the edicts, mandates and decrees that have been issued with respect to the Wuhan virus emergency and it is a bar that, to date, has not even been approached let alone surmounted. How else to characterize the feeble refusals of courts to bring government evidence forward that would justify such limitations or to even consider Charter claims in the first place? The questions then become, what happens when the courts finally stop playing hide and seek with Sections 52 and 1, which they must if the Charter is to remain the supreme law of the land, and who will be called upon to pay the price for keeping them out of play in the first place?

Are courts playing hide and seek with the Charter?

The fact that these questions will need to be addressed is self-evident. After all, there are numerous court cases wending their way through our judiciary that presage millions of dollars in settlements and possible jail time for those seen to be responsible for the unnecessary loss of life and limb. At the coal face of many of these legal battles will be our men and women in blue who have been saddled with the responsibility of enforcing these same emergency mandates on the basis of little or no evidence that they were required. Indeed, given the dearth of such hard-nosed facts and findings, it could be said that our law enforcers have been operating on the basis of allegations that, in pre-Wuhan virus times, would not justify the laying of charges, making arrests or effecting searches on the basis of “reasonable and probable grounds”. This should be of great concern to our men and women in blue as they may, in the end, only have the claim that they were “following orders” when they are asked to justify their actions.

Are reasonable and probable grounds a lost judicial concept in Canada?
 

Following orders


Before police constables claim they were “following orders”, perhaps they should review the proceedings of the Nuremberg trials held immediately after the close of WWII. The initial trial that ended in October 1946 was followed by 12 others that were held under the authority of the International Military Tribunal. Those tried included 26 top level military commanders, 56 high-ranking SS and other police officers and even 23 doctors. The doctors were accused of performing non-consensual experiments and medical killing programs that targeted the mentally ill and handicapped. It is of great interest to note that almost all defendants admitted their crimes while offering a justification that they were following through on their training and simply “following orders” without hesitation or question. After all, if they didn’t do it someone else would.

Polish woman offering evidence at the Nuremberg "Doctors’ Trial"

Unfortunately for them, the Tribunal didn’t see it that way and posited that a reasonable person should be capable of discerning what is illegal given the nature and scale of the crimes alleged. The court did allow that exceptions could be entertained given a lack of knowledge of what was illegal or given instances where perpetrators were coerced or threatened with their own death. By and large, however, the Tribunal did not find these circumstances to be in play but, rather, found that defendants were simply doing what they were told to do in the course of performing their jobs. One wonders, given that they knew that unconstitutional Wuhan virus measures were being used to do an end run around the Charter rights of Canadians, how would Canadian police officers and doctors fare with a “just following orders” defense in a trial setting?

Will Canadian police officers face charges for following Wuhan virus emergency orders?

It would seem that not all law enforcement and medical professionals are happy with being swept along by the “following orders” mob. One such example is Constable Adrienne Gilvesy from the Toronto Police Service. She sees no reason for having to disclose her vaccination status and has petitioned her Chief of Police to cease and desist the department’s efforts to cajole and coerce her into giving up her right to bodily autonomy. In doing so she has put together a case that amalgamates legal provisions resident within the Charter with privacy, criminal and labour laws that apply to her case and, for that matter, all of our cases. In the medical realm and as noted in these pages, we see Dr. Patrick Phillips fighting this same fight and seeking public support as he does so. Meet two members of Canada’s new class of servant leaders.

Servant leader, Constable Adrienne Gilvesy
 

Servant leaders


The concept of the servant leader seems to be lost in present-day Canada. Perhaps it’s understandable given the incessant Wuhan virus fear narrative that individual Canadian citizens are subjected to. How else to explain their willingness to give up their own freedoms and the health of their own children to save their own skins from a contagion that, for those under 70, is 99.95% survivable? A servant leader, like Ms. Gilvesy or Dr. Phillips, is, rather, motivated by “a moral concern for others” and leads in order to serve. It is heartwarming to note that more and more of these servant leaders are emerging from amongst us with even whole movements being created around their leadership efforts. The movements coming to the fore are, understandably, sprouting up from organizations founded upon oaths of service and include frontline doctors and nurses dedicated to the Hippocratic Oath and police service organizations sworn to uphold the Charter and the Constitution by serving the Queen and her “royal we”.

Servant leader, Dr. Patrick Phillips

The rise of such persons and movements is no small feat given the “mass formation” thinking that Canada is drowning in. The phenomenon of “mass formation” thinking, according to clinical psychologist Mattias Desmet is not a new one and can be seen to emerge from societies characterized by dislocation and angst. These conditions create a volatile mix that can be exploited by leaders who are adept at identifying and attacking scapegoats. In doing so they mesmerize a populace into believing that normalcy could be restored if only those pernicious evil-doers could be put in their place. And so it was in Nazi Germany with the Jews and the Soviet Union with the Kulaks and now in Canada with the unvaccinated. The thing is, citizens caught up in this thinking begin to focus on the prescribed, scapegoat solution with such intensity and patriotic fervour that they shut out countervailing arguments – even if they are logical and supported by solid evidence. It is in this environment, also characterized by ad hominem attack and censorship aimed at locking in the scapegoat narrative, that servant leader persons and groups are so desperately required.

Dr. Mattias Desmet, professor of psychology - Ghent University

The rise of servant leader organizations is accelerating across the country. They include police-orientated groups like “Police on Guard for Thee” and “Mounties for Freedom” and medical gatherings like Canadian Frontline Nurses and “Concerned Ontario Doctors”. They are coalescing around their oaths of service and are digging in against what they see as the wholesale subjugation of their public service commitments by political and corporate agendas. They are simply following through on their promises to serve even as they are censored and pilloried by their regulating authorities. So it has been with physicians and surgeons as administrative bodies, such as the College of Physicians and Surgeons of Ontario (CPSO), have ordered the medical professionals in their charge to cease and desist with expert opinions that do not support WHO-centric narratives. Sad to say, such persons and groups cannot depend on the rights and freedoms that were formerly operational in Canada. Now, one must be courageous and demand they be restored.

Former RCMP sniper Cpl Daniel Bulford of “Mounties for Freedom”
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Remarque! Les lettres de responsabilité doivent être signées et remises aux écoles pour la vaccination des enfants


Avec la récente décision d'inoculer les enfants âgés de 5 à 11 ans contre le virus Wuhan, de nombreux parents canadiens craignent que leurs propres enfants ne soient vaccinés sans leur consentement. La confusion est compréhensible étant donné que la loi de nombreuses provinces permet de bafouer l'autorité parentale. C'est le cas de l'Ontario, où l'on a vu l'autorité de santé publique de Niagara faire des allers-retours sur la question du consentement parental. Si tout cela vous préoccupe en tant que parent et que vous pensez que vos souhaits pourraient être ignorés, vous pouvez choisir de signifier à vos enseignants, écoles, conseils d'éducation et bureaucrates provinciaux des « avis de responsabilité ». L'organisation Action4Canada a préparé des formulaires d'avis de responsabilité pour les parents, les citoyens concernés, les étudiants de troisième cycle et autres. Si vous êtes dans la région d'Ottawa et que vous souhaitez participer à la signature et à la remise de ces avis, veuillez contacter Kevin à on-ottawa@action4canada.ca.

Le Bureau de santé publique de Niagara est confus quant aux exigences relatives au consentement parental pour les vaccins?
 

La charte du cache-cache


Notre récente entrevue avec l'honorable Brian Peckford, le dernier Premier ministre vivant responsable du rapatriement de la Constitution canadienne de 1982, nous a ouvert les yeux. Rappelez-vous qu'il a carrément déclaré que les gouvernements provinciaux et fédéral étaient « hors la loi » dans leur application des édits, mandats et décrets du virus de Wuhan qui restreignaient les libertés civiles des Canadiens. Il a déclaré que c'était le cas, car tous ces efforts « d'urgence » outrepassaient la loi suprême du pays, la Charte, comme le stipule l'article 52 de ce même document fondateur. Cet article stipule que « la Constitution du Canada est la loi suprême du Canada, et toute loi incompatible avec les dispositions de la Constitution est, dans la mesure de l'incompatibilité, sans force ni effet ».

Brain Peckford s'interroge sur la légalité des mesures d'urgence liées au virus de Wuhan

Il est difficile de nier l'affirmation de M. Peckford, étant donné que l'article 1 de la Charte déclare que les droits et libertés fondamentaux garantis par la Constitution ne peuvent être limités que dans le cas où ces restrictions peuvent être « manifestement justifiées dans une société libre et démocratique ». La barre est haute pour les édits, mandats et décrets qui ont été émis au nom de l'urgence virale de Wuhan et c'est une barre qui, à ce jour, n'a même pas été approchée et encore moins surmontée. Comment caractériser autrement les faibles refus des tribunaux d'apporter des preuves gouvernementales qui justifieraient de telles limitations ou même d'envisager des revendications de la Charte? On peut alors se demander ce qui se passera lorsque les tribunaux cesseront enfin de jouer à cache-cache avec les articles 52 et 1, ce qu'ils doivent faire si l'on veut que la Charte demeure la loi suprême du pays. Qui sera appelé à payer le prix pour ces joutes de cache-cache?

Les tribunaux jouent-ils à cache-cache avec la Charte?

Le fait que ces questions devront être abordées est évident. Après tout, il y a de nombreuses affaires judiciaires qui se frayent un chemin dans notre système judiciaire et qui laissent présager des millions de dollars en règlements et des peines de prison possibles pour ceux qui sont considérés comme responsables de la perte inutile de vies et de membres. Les hommes et les femmes en uniforme qui ont été chargés d'appliquer ces mêmes mandats d'urgence sur la base de preuves insuffisantes de leur nécessité seront au cœur de ces batailles juridiques. En effet, compte tenu de la pénurie de faits et de conclusions rigoureux, on pourrait dire que nos responsables de l'application des lois ont agi sur la base d'allégations qui, à l'époque antérieure au virus de Wuhan, n'auraient pas justifié le dépôt d'accusations, les arrestations ou les perquisitions sur la base de « motifs raisonnables et probables » . Cette situation devrait préoccuper grandement nos hommes et femmes en bleu, car ils pourraient, en fin de compte, n'avoir que l'argument de « suivre les ordres » lorsqu'on leur demandera de justifier leurs actions.

Les motifs raisonnables et probables sont-ils un concept judiciaire perdu au Canada?
 

Obéissance aux ordres


Avant que les agents de police ne prétendent qu'ils « obéissaient aux ordres », ils devraient peut-être revoir les procédures du procès de Nuremberg qui s'est tenu immédiatement après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le premier procès, qui s'est terminé en octobre 1946, a été suivi de 12 autres qui se sont déroulés sous l'autorité du Tribunal militaire international. Parmi les personnes jugées figuraient 26 commandants militaires de haut niveau, 56 SS et autres officiers de police de haut rang et même 23 médecins. Les médecins étaient accusés d'avoir réalisé des expériences non consensuelles et des programmes d'assassinat médical visant les malades mentaux et les handicapés. Il est très intéressant de noter que presque tous les accusés ont reconnu leurs crimes tout en justifiant qu'ils suivaient leur formation et qu'ils ne faisaient qu' "obéir aux ordres" sans hésitation ni question. Après tout, s'ils ne le faisaient pas, d'autres le feraient.

Femme polonaise témoignant au « procès des médecins » de Nuremberg

Malheureusement pour eux, le Tribunal ne l'a pas vu de cette façon et a estimé qu'une personne raisonnable devrait être capable de discerner ce qui est illégal étant donné la nature et l'ampleur des crimes allégués. Le tribunal a toutefois admis que des exceptions pouvaient être admises en cas de méconnaissance de ce qui est illégal ou dans les cas où les auteurs ont été contraints ou menacés de mort. Dans l'ensemble, cependant, le Tribunal n'a pas considéré que ces circonstances étaient en jeu, mais a plutôt estimé que les accusés faisaient simplement ce qu'on leur disait de faire dans le cadre de leur travail. On peut se demander, sachant que les droits des Canadiens garantis par la Charte sont bafoués par les mesures d'urgence inconstitutionnelles du virus Wuhan, comment les policiers et les médecins canadiens s'en sortiraient avec une défense de type « obéir aux ordres » dans le cadre d'un procès?

Des policiers canadiens seront-ils inculpés pour avoir suivi les consignes d'urgence relatives au virus de Wuhan?

Il semblerait que tous les professionnels de la santé et des forces de l'ordre ne soient pas satisfaits d'être entraînés par la foule qui "suit les ordres". C'est le cas de l'agent Adrienne Gilvesy, de la police de Toronto. Elle ne voit aucune raison de devoir divulguer son statut vaccinal et a demandé à son chef de police de mettre fin aux efforts du service pour la cajoler et la contraindre à renoncer à son droit à l'autonomie corporelle. Ce faisant, elle a monté un dossier qui amalgame les dispositions juridiques de la Charte avec les lois sur la vie privée, le droit pénal et le droit du travail qui s'appliquent à son cas et, d'ailleurs, à tous nos cas. Dans le domaine médical, et comme nous l'avons noté dans ces pages, nous voyons le Dr Patrick Phillips mener le même combat et chercher le soutien du public pour le faire. Rencontrez deux membres de la nouvelle classe de leaders serviteurs du Canada.

Leader serviteur du peuple, l'agent Adrienne Gilvesy
 

Des leaders serviteurs du peuple


Le concept de leader serviteur semble s'être perdu dans le Canada d'aujourd'hui. C'est peut-être compréhensible étant donné le récit incessant de la peur du virus Wuhan auquel sont soumis les citoyens canadiens. Comment expliquer autrement leur volonté de renoncer à leurs propres libertés et à la santé de leurs propres enfants pour sauver leur peau d'une contagion à laquelle, pour les moins de 70 ans, il est possible de survivre à 99,95 %? Un leader serviteur, comme Mme Gilvesy ou le Dr Phillips, est plutôt motivé par « une préoccupation morale pour les autres » et dirige afin de servir. Il est réconfortant de constater que de plus en plus de ces leaders serviteurs émergent parmi nous et que des mouvements entiers se créent autour de leurs efforts de leadership. Il s'agit notamment des médecins et des infirmières de première ligne qui prêtent le serment d'Hippocrate et des services de police qui ont juré de faire respecter la Charte et la Constitution en servant la Reine et son « nous royal ».

Leader serviteur du peuple, Dr. Patrick Phillips

L'émergence de ces personnes et de ces mouvements n'est pas un mince exploit compte tenu de la pensée de « psychologie des foules (mass formation) » dans laquelle le Canada est noyé. Selon le psychologue clinicien Mattias Desmet, le phénomène de la pensée de « psychologie des foules » n'est pas nouveau et peut être considéré comme émergeant de sociétés caractérisées par la dislocation et l'angoisse. Ces conditions créent un mélange volatile qui peut être exploité par des dirigeants habiles à identifier et à attaquer des boucs émissaires. Ce faisant, ils font croire à la population que la normalité pourrait être rétablie si seulement ces pernicieux malfaiteurs pouvaient être remis à leur place. C'est ce qui s'est passé dans l'Allemagne nazie avec les Juifs, en Union soviétique avec les Koulaks et, maintenant, au Canada avec les personnes non vaccinées. Le problème, c'est que les citoyens qui se laissent prendre à ce mode de pensée commencent à se concentrer sur la solution prescrite, celle du bouc émissaire, avec une telle intensité et une telle ferveur patriotique qu'ils font fi des arguments contraires - même s'ils sont logiques et appuyés par des preuves solides. C'est dans cet environnement, également caractérisé par des attaques ad hominem et une censure visant à censurer le récit du bouc émissaire, que les personnes et les groupes de leaders serviteurs sont si désespérément nécessaires.

Dr. Mattias Desmet, professeur de psychologie - Université de Gand

La montée en puissance des organisations de leaders serviteurs s'accélère dans tout le pays. Il s'agit notamment de groupes axés sur la police comme « Police on Guard for Thee » et « Mounties for Freedom » et de rassemblements médicaux comme le « Canadian Frontline Nurses » et « Concerned Ontario Doctors ». Ils se regroupent autour de leurs serments de service et s'opposent à ce qu'ils considèrent comme une subjugation généralisée de leurs engagements de service public par des programmes politiques et commerciaux. Ils ne font que respecter leur promesse de servir, même s'ils sont censurés et mis au pilori par les autorités de tutelle. Il en va de même pour les médecins et les chirurgiens, car des organismes administratifs, tels que l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario (OMCO), ont ordonné aux professionnels de la santé dont ils ont la charge de cesser et de renoncer aux opinions d'experts qui ne soutiennent pas les récits de l'OMS. C'est triste à dire, mais ces personnes et groupes ne peuvent pas compter sur les droits et libertés qui étaient autrefois un droit de passage au Canada. Il faut maintenant faire preuve de courage et exiger qu'ils soient rétablis.

L'ancien tireur d'élite de la GRC, le Cpl Daniel Bulford, de « Mounties for Freedom »
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags