C3RF Update, 03 Sep 2021 – David v Goliath


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Never let a crisis go to waste


Former Obama Chief of Staff, Rahm Emanuel, popularized the phrase, “never let a good crisis go to waste”. He meant to say that times of crisis present opportunities to do things that, otherwise, would not be possible. And so it is today that we find ourselves in the throes of an election in spite of the stable minority government that has ruled the nation for the past two years. After all, the crisis afforded by the advent of the Wuhan virus has given the government-of-the-day the perfect excuse to raid the public coffers and ply its constituents with free money – all in an effort to blunt the economic pain levied by the same government’s lockdown and business-crushing policies.

Businesses closed as public purse opens

And what better time to cash in on the largesse? A year and a half and three waves into the Wuhan virus and Canadians still believe their social interactions and vaccination status are the problems. If only the laggards among them didn’t resist vaccination and persist in offering up their bodies as incubators for more contagious, virulent variants of the virus. The timing is perfect, but tight, as the “scientific” basis for such notions is eroding fast in the face of inescapable and worldwide developments. In almost fully vaccinated Israel, for example, it is the vaccinated that are spreading the contagion and suffering most in hospital settings. The same is happening in other jurisdictions, like the UK and Iceland, that are heavily vaccinated and mere months ahead of Canada when it comes to such programs. Indeed, had the Canadian government waited to call its election it might very well have found itself in a similar situation – in the midst of a fourth wave with monies spent seen as a waste rather than a “we’ve got your back” blessing.

The government has our backs?

Then again and as the evidence mounts, the Liberal government just might find itself in the midst of a national realization that Canadian politicians and healthcrats have been making the contagion worse with its “zero Covid”, vaccine-only remedies. If and when asked, how would they explain that:

The political and bureaucratic elites were delighted in the past by the knowledge that the main stream media was on their side with no intention of asking these obvious questions. Problem is, the cat is out of the bag, now, with everyday citizens asking for, and even demanding, answers. Witness the need for the Trudeau campaign to cancel a Bolton, Ontario event to avoid rowdy, unsafe crowds. And note the submission of legal suits by grassroot organizations to block draconian and mandatory vaccine injection and passport measures. Have the Liberals run out of time?

Have the Liberals run out of time?

A day late and a dollar short


It does appear that the Liberal government could very well be a day late and a dollar short with its election call. This, as citizens wrestle with what a vaccine passport Canada will look like even as they are sickened by the profligate spending aimed at buying their votes. Still, the government has decided to roll the dice by exploiting vaccine passports as a “wedge” issue even as it continues to promise new spending measures on a daily basis. In the case of the passports, they are no doubt placing their bets on focus groups and internal polling that suggest a fearful populace is craving the security afforded by 100% vaccination rates. But should the Party be worried that the polls are wrong as evidenced by a disastrous first week of campaigning and the desperate need to change the channel?

A disastrous first week of Liberal campaigning

In retrospect, perhaps the Liberals should be thanked for raising the vaccine issues as campaign “wedges”. After all, the civil liberty questions raised by both federal and provincial actions across the country have been ignored by a compliant media and replaced with case counts that have instilled fear in the Canadian populace. This, even though individual rights and freedoms are central to what it means to be a Canadian in our heretofore free and democratic society. The fact that these issues have been ignored throughout the Wuhan virus crisis, to the detriment of all Canadians, is an understatement and in great need of rectification. After all, the implementation of emergency measures that limit the individual rights of Canadians come with a concomitant requirement to “demonstrate” that they are “prescribed by law”, meet the objective and are proportional – in accordance with Section 1 of the Charter.

Are Charter Rights being ignored in Election 2021?

Canadians could be forgiven for wondering if such deliberations were ever entertained as, after almost two years of emergency edicts issued by both federal and provincial governments, they have yet to see related debates take place in their political halls of power. Indeed, throughout this whole period political authorities have accepted as fact any and all WHO-based remedies that have been funnelled to them through their public health authorities. Unfortunately, these new “lockdown” strategies come to us from China’s experience in dealing with the Wuhan virus and depart markedly from the WHO’s own Pandemic Planning Guidelines of 2019. These guidelines recognized the massive damage that can be visited upon societies that close borders and industries and recommended vociferously against such measures. How could such considerations have escaped the attention of our political leaders before they lowered the boom on our civil liberties in the name of the Wuhan virus?

WHO Pandemic Planning Guidelines of 2019

David v Goliath (Garneau)


It is clear now that the ballot-box question of Election 2021 has moved beyond mundane vote-buying to embrace the individual rights and freedoms that have been so ravaged by government fiat over the past 18 months. Besides the controversial vaccine mandates and passports that have been recently announced by various governments, the related debate is being propelled by data coming out of countries that are ahead of Canada when it comes to the rollout of vaccine programs. And so we see in Israel and the UK the surge of new and serious cases of “Delta” infections in fully vaccinated individuals. Indeed, in both countries over 60% of the serious illnesses and death are occurring in the fully vaccinated. Additionally, it is beginning to appear that it is the vaccinated who are responsible for incubating “mutations” even as they serve as “super-spreaders” of the virus.

Are the vaccinated the new "Typhoid Marys"?

There can be little doubt that this unfolding evidence and data is driving a new “Ballot-Box” question that has been steadfastly ignored by the legacy federal parties. After all, they have, each and every one, been four-square behind the crushing of individual rights in the name of promoting the “common good” to defeat the Wuhan virus. But what if they are wrong? What if both the “common good” and individual liberties were better served by the pandemic planning guidelines that were based on decades of epidemiological science – the guidelines from 2019? What if they are asked to explain the new data coming out of Israel and the UK that sees flagging vaccine efficacy rates, the need for boosters and disease being spread by the fully vaccinated? What will or can they say? How will they explain away Sweden’s success at coming through the contagion without locking down when Canada faces a new “fourth wave”? This, even as our Prime Minister promises one billion dollars for provinces that implement vaccine passports and Ontario changes course to cash in?

Premier Ford of Ontario reverses course on vaccine passports

If we are going to see these questions play out it will very likely be in the riding of Notre-Dame-de-Grace-Westmount. The riding should be a slam-dunk for the Liberal incumbent, Marc Garneau. After all, he is the current Minister for Foreign Affairs, a past contender for the Liberal Party leadership, Canada’s first astronaut and former Executive Vice President of Canada’s Space Agency. Problem is and as noted in previous “updates”, he is a solid member of the party system that has usurped power from the individual Member of Parliament to vest it in the party itself. He was an integral member of the Cabinet that ousted Jodie Wilson-Raybould and Jane Philpott in the face of the SNC Lavalin scandal and he stood for the suspending and proroguing of parliament to skate around the WE debacle. One wonders, can he expect to be re-elected on a platform that includes dividing Canadians on the basis of their medical status?

Minister of Foreign Affairs - Marc Garneau

Then again we have M. Garneau’s competitor from the People’s Party of Canada (PPC), David Freiheit. The PPC is one of the few federal parties, the Christian Heritage Party (CHP) among them, that promises to restore individual rights and freedoms and re-instate the proven pandemic measures of the past. For his part, David Freiheit, a litigation lawyer by trade, has been an enthusiastic supporter of the Charter and the need to restrict related fundamental freedoms only given “prescribed laws” that can be “demonstrated” to be necessary. C3RF had the pleasure of interviewing Mr. Freiheit and he can be seen to expound on his freedom-based leanings here. M. Garneau has been invited to be interviewed by yours truly but, as of yet, has not responded. In any event, the recognition of vaccine mandates and passports as the “Ballot-Box” question of Election 2021 and the contribution of these two gentlemen in the related debate is much appreciated and looked forward to.

PPC Candidate for Notre-Dame-de-Grace-Westmount, David Freiheit

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Ne jamais laisser une crise se perdre


L'ancien chef de cabinet du président Obama, Rahm Emanuel, a popularisé l'expression « ne jamais laisser une bonne crise se perdre ». Il voulait dire que les périodes de crise offrent des occasions de faire des choses qui, autrement, ne seraient pas possibles. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui, nous nous trouvons au cœur d'une élection, malgré un gouvernement minoritaire stable qui a dirigé la nation au cours des deux dernières années. Après tout, la crise provoquée par l'apparition du virus de Wuhan a donné au gouvernement en place l'excuse parfaite pour piller les caisses publiques et distribuer de l'argent à ses électeurs - tout cela dans le but d'atténuer la douleur économique causée par les politiques de confinement et d'effondrement des entreprises de ce même gouvernement.

Les commerces sont fermés alors que les fonds publics sont ouverts

Et quel meilleur moment pour profiter de ces largesses? Un an et demi et trois vagues du virus de Wuhan et les Canadiens croient toujours que leurs interactions sociales et leur statut vaccinal sont le problème. Si seulement les retardataires parmi eux ne résistaient pas à la vaccination et ne persistaient pas à offrir leurs corps comme incubateurs pour des variantes plus contagieuses et virulentes du virus. Le timing est parfait, mais serré, car la base « scientifique » de telles notions s'érode rapidement face à des évolutions inéluctables et mondiales. En Israël, par exemple, où la vaccination est presque totale, ce sont les vaccinés qui propagent la contagion et qui souffrent le plus dans les hôpitaux. La même chose se produit dans d'autres pays, comme le Royaume-Uni et l'Islande, qui sont fortement vaccinés et ont quelques mois d'avance sur le Canada en ce qui concerne ces programmes. En effet, si le gouvernement canadien avait attendu le déclenchement des élections, il aurait très bien pu se retrouver dans une situation similaire - au milieu d'une quatrième vague, les sommes dépensées étant considérées comme un gaspillage plutôt que comme une bénédiction paternaliste du genre « nous vous soutenons ».

Le gouvernement nous protège-t-il?

Par ailleurs, à mesure que les preuves s'accumulent, le gouvernement libéral pourrait bien se retrouver au milieu d'une prise de conscience nationale du fait que les politiciens et les fonctionnaires de la santé canadiens ont aggravé la contagion avec leurs remèdes « zéro Covid », uniquement basés sur les vaccins. Si et quand on leur demande, comment expliqueront-ils que:

Par le passé, les élites politiques et bureaucratiques étaient ravies de savoir que les médias traditionnels étaient de leur côté et n'avaient aucune intention de poser ces questions évidentes. Le problème est que ce n'est plus un secret, maintenant, avec les citoyens ordinaires qui demandent, et même exigent, des réponses. Il suffit de penser à la nécessité pour la campagne de Trudeau d'annuler un événement à Bolton, en Ontario, afin d'éviter les foules indisciplinées et dangereuses. Et notez la soumission de poursuites judiciaires par des organisations populaires pour bloquer les mesures draconiennes et obligatoires d'injection de vaccins et de passeport. Les libéraux sont-ils pressés par le temps?

Les libéraux manquent-ils de temps?

Les libéraux ont-ils manqué le bateau?


Il semble que le gouvernement libéral pourrait très bien avoir « manqué le bateau » dans son déclenchement d'élections: les citoyens se demandent à quoi ressemblera un passeport-vaccin canadien et ils sont écoeurés par les dépenses inconsidérées visant à acheter leurs votes. Malgré tout, le gouvernement a décidé de parier en exploitant les passeports vaccinaux comme une question « clivante », même s'il continue de promettre de nouvelles mesures de dépenses tous les jours. Dans le cas des passeports, le gouvernement mise sans doute sur les groupes de discussion et les sondages internes qui suggèrent qu'une population craintive a besoin de la sécurité offerte par des taux de vaccination de 100 %. Mais le parti doit-il s'inquiéter de l'erreur des sondages, comme en témoigne une première semaine de campagne désastreuse et le besoin désespéré de changer de le discours?

Une première semaine de campagne libérale désastreuse

Rétrospectivement, on devrait peut-être remercier les libéraux d'avoir soulevé les questions relatives aux vaccins. Après tout, les questions de liberté civile soulevées par les actions fédérales et provinciales à travers le pays ont été ignorées par des médias complaisants et remplacées par un décompte des cas, style bulletin de météo, qui a instillé la peur dans la population canadienne. Et ce, même si les droits et libertés individuels sont au cœur de ce que signifie être un Canadien dans notre société libre et démocratique. Le fait que ces questions aient été ignorées tout au long de la crise du virus de Wuhan, au détriment de tous les Canadiens nécessite une rectification. Après tout, la mise en œuvre de mesures d'urgence qui limitent les droits individuels des Canadiens s'accompagne de l'obligation de « démontrer « qu'elles sont « prévues par la loi », qu'elles répondent à l'objectif et qu'elles sont proportionnelles - conformément à l'article 1 de la Charte.

Les droits de la Charte sont-ils ignorés lors de l'élection 2021?

On peut pardonner aux Canadiens de se demander si de telles délibérations ont jamais eu lieu car, après presque deux ans d'ordonnances d'urgence émises par les gouvernements fédéral et provinciaux, ils n'ont pas encore vu de débats à ce sujet dans les salles du pouvoir politique. En effet, pendant toute cette période, les autorités politiques ont accepté comme un fait tous les remèdes basés sur l'OMS qui leur ont été transmis par les autorités de santé publique. Malheureusement, ces nouvelles stratégies de « confinement » nous viennent de l'expérience de la Chine face au virus de Wuhan et s'écartent nettement des directives de planification pandémique de l'OMS de 2019. Ces lignes directrices reconnaissent les dommages massifs que peuvent subir les sociétés qui ferment les frontières et les industries et recommandent vivement de ne pas prendre de telles mesures. Comment de telles considérations ont-elles pu échapper à l'attention de nos dirigeants politiques avant qu'ils ne réduisent nos libertés civiles au nom du virus Wuhan?

Directives de l'OMS pour la planification en cas de pandémie en 2019

David contre Goliath (Garneau)


Il est clair maintenant que la question aux urnes de l'élection de 2021 a dépassé le simple achat de votes pour englober les droits et libertés individuels qui ont été tellement ravagés par gouvernement au cours des 18 derniers mois. Outre les mandats de vaccination et les passeports controversés annoncés récemment par divers gouvernements, le débat est alimenté par des données provenant de pays qui sont en avance sur le Canada en ce qui concerne le déploiement de programmes de vaccination. C'est ainsi que nous constatons en Israël et au Royaume-Uni la recrudescence de nouveaux cas graves d'infections « Delta » chez des personnes entièrement vaccinées. En effet, dans ces deux pays, plus de 60 % des maladies graves et des décès surviennent chez des personnes entièrement vaccinées. En outre, il commence à apparaître que ce sont les vaccinés qui sont responsables de l'incubation des « mutations », et donc servent de « super vecteurs de propagation » du virus.

Les vaccinés sont-ils les nouveaux « Mary Typhoïde »?

Il ne fait guère de doute que ces preuves et ces données en constante évolution sont à l'origine d'une nouvelle question électorale qui a été résolument ignorée par les partis fédéraux traditionnels. Après tout, ils ont, tous et chacun, été responsables de l'écrasement des droits individuels au nom de la promotion du « bien commun » pour vaincre le virus de Wuhan. Mais que se passe-t-il s'ils ont tort? Et si le « bien commun » et les libertés individuelles étaient mieux servis par les directives de planification de la pandémie fondées sur des décennies de science épidémiologique - les directives de 2019? Et si on leur demandait d'expliquer les nouvelles données en provenance d'Israël et du Royaume-Uni, qui font état de taux d'efficacité vaccinale en baisse, de la nécessité de recourir à des rappels et de la propagation de la maladie par les personnes entièrement vaccinées? Que diront-ils ou pourront-ils dire? Comment expliqueront-ils le succès de la Suède, qui a réussi à traverser la contagion sans se verrouiller, alors que le Canada fait face à une nouvelle " quatrième vague "? Et ce, alors même que notre premier ministre promet un milliard de dollars aux provinces qui mettent en place des passeports vaccinaux et que l'Ontario change de cap pour en profiter?

Le premier ministre Ford de l'Ontario change d'idée sur les passeports vaccinaux

Si nous allons voir ces questions se poser, ce sera très probablement dans la circonscription de Notre-Dame-de-Grace-Westmount. La circonscription devrait être un succès pour le député libéral sortant, Marc Garneau. Après tout, il est l'actuel ministre des Affaires étrangères, un ancien candidat à la direction du Parti libéral, le premier astronaute du Canada et l'ancien vice-président exécutif de l'Agence spatiale canadienne. Le problème, c'est que, comme nous l'avons souligné dans nos précédentes mises à jour, il est membre à part entière du système de parti qui a usurpé le pouvoir aux députés pour le confier au parti lui-même. Il faisait partie intégrante du Cabinet qui a évincé Jodie Wilson-Raybould et Jane Philpott face au scandale de SNC Lavalin et il a soutenu la suspension et la prorogation du Parlement pour contourner la débâcle du WE. On peut se demander s'il peut s'attendre à être réélu sur une plateforme qui inclut la division des Canadiens sur la base de leur statut médical.

Ministre des Affaires étrangères - Marc Garneau

Il y a aussi l'adversaire de M. Garneau du Parti populaire du Canada (PPC), David Freiheit. Le PPC est l'un des rares partis fédéraux, dont le Parti de l'héritage chrétien (PHC), qui promet de restaurer les droits et libertés individuels et de rétablir les mesures pandémiques éprouvées du passé. Pour sa part, David Freiheit, avocat plaidant de profession, a été un partisan enthousiaste de la Charte et de la nécessité de ne restreindre les libertés fondamentales qu'en vertu de « lois prescrites » dont la nécessité peut être « démontrée ». C3RF a eu le plaisir d'interviewer M. Freiheit et on peut le voir expliquer sa position en matière de liberté. M. Garneau a été invité à être interviewé par moi-même mais, jusqu'à présent, il n'a pas répondu. Quoi qu'il en soit, la reconnaissance des mandats de vaccination et des passeports comme étant la question « électorale » de l'élection 2021 et la contribution de ces deux messieurs au débat sont très appréciées et attendues avec impatience.

PPC Candidate pour Notre-Dame-de-Grace-Westmount, David Freiheit

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts