C3RF Update, 20 Aug 2021 – The disruptors


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Camp-following quislings


Given the party-driven agendas that control Canadian politics, one might be forgiven for seeing the recent call for a “snap” election as both cynical and opportunistic. After all, how could such a call be justified in the midst of a “pandemic” so dire that it requires the locking down of society and the pilfering of the public purse to the tune of nearly $400 billion? Surely the justification does not lie in the “common good” that we are so often told needs to be our primary concern? Surely it has more to do with favourable polls and the alluring prospect of moving a minority government into majority territory. And here we thought it was all about being “in this together” and governments “having our backs”.

The government that "has our backs"

Then again, such cynicism shouldn’t surprise given the observations made in our last “update”. Recall that we noted that political rule in Canada has long ceased to be about “responsible government” – government characterized by elected representatives dedicated to serving the will of their constituents. Recall, as well, that it was postulated that these sacred trusts have been broken by a Party system that now claims these same representatives as their own property. The result is an embarrassing collection of “camp-following quislings” dutifully advancing Party agendas even as they masquerade as our Members of Parliament. More than this though, elected Members who actually busy themselves with the interests of their constituents and the “rule of law” are summarily chastised and given the “bum’s rush” by their own parties. An so we’ve seen this to be the case with Jody Wilson-Raybould, Jane Philpott and Derek Sloan.

Unfortunately, the usurpation of your Member of Parliament for Party purposes does not seem to end there. Political power may begin with your political representative being frog-marched into Party-friendly voting patterns but the real power comes in its execution through government-controlled institutions and agencies. And so, we see all-powerful Prime Ministers appointing a variety of fellow-travelers to powerful, patronage positions that control our courts, federal agencies and even police forces. Given this unfettered power, it is easy to see how allegations of “obstruction of justice” and the funding of terrorist operations overseas can evaporate into thin air as law enforcement authorities quietly deep six related files and complaints. Such favourable treatment speaks to a level of corruption that does not escape the attention of both non-governmental and foreign protagonists operating at odds with the nation’s interests. At the end of the day, you have a system characterized by secret deals and handshakes that have little to do with your interests. At the end of the day, you have a system that needs to be disrupted.

The need for disruption

The need for disruption


It’s safe to say that networks of convenience and corruption have been endemic to the Canadian political system for some time now. One such case in point can be seen to be the favourable treatment afforded to all things “Chinese” over the course of several decades. The formal recognition of this pattern of accommodation can be seen in the RCMP-CSIS “Sidewinder Report” of 1997. The Report itemized a long and broad list of Chinese infiltration and influence operations in all sectors of the Canadian economy through political, educational and technological interventions. Needless to say, the problems recognized in the Report were ignored and the Report itself was shelved. Is it any wonder, then, that Canada still displays incredible sufferance to Chinese needs during the unfolding of the Wuhan virus crisis as noted here and including the training of the Chinese People’s Liberation Army in Cold weather operations on Canadian soil.

Canada trains Chinese PLA in winter warfare operations

It is obvious that such comfortable arrangements need to be disrupted if the interests of the nation and its citizens are to be given their proper due.Unfortunately, current arrangements go well beyond addressing Chinese priorities to include those associated with the Wuhan virus crisis.Who could forget the MP/ ventilator scandal, the favour afforded to big pharma interests through the pursuit of a “vaccine-only” solution to the crisis while discouraging the use of proven therapeutics and speech legislation that crushes any opposing opinions in these matters and others?If anything, the country does not need to perpetuate the status quo by re-electing the same quislings that promote such accommodations through their actions or their silence.The need for “disruptors” of these arrangements is more than critical at this juncture as citizen “fundamental’ rights and freedoms are now at stake.This, even as the country slips into a police state that mandates “experimental” vaccinations and related “passports”.

Canada to mandate vaccines for federally regulated workers

The disruptors


The fact that Canadians need to elect principled “disruptors” into positions of political power is well and truly demonstrated by the list of so-called “ballot-box” questions being trotted out for the upcoming federal election. The economy, day care and climate change figure heavily but the Wuhan virus-induced loss of individual rights and freedoms is nowhere to be seen. Obviously, Party interests are not advanced by addressing issues that live in the heart of our democracy and which were secured with much loss of blood and treasure. One wonders, what would those who fought and died for such liberties think about such fickle and self-serving priorities? What to think of political quislings that would rather raid the public purse to fund pie-in-the-sky, globalist schemes than restore the rights of the most important minority – the individual?

The most important minority - the individual

Canadians will need to elect principled persons to political office if they hope to break the spell of self-serving Party rule. These principled individuals need to have a demonstrated commitment to the values that are so faithfully depicted in the Canadian Bill of Rights. These values, codified officially in the Charter, paint a picture of a nation “founded upon principles that acknowledge the supremacy of God, the dignity and worth of the human person and the position of the family in a society of free men and free institutions.” It is unlikely that such people can be found within any Party that has members currently sitting in the House of Commons. As we have seen, the minute they raise their heads above the parapets to defend constituent over Party interests they are immediately pilloried and exiled. Canadians will need to look further afield to secure the representation they deserve. And why not? What have they got to lose?

What do you have to lose?

In seeking out a “principled” political representative dedicated to preserving your rights and freedoms and fighting back against the forces of repression and tyranny, one may look at both good and bad examples. On the bad side, one need only look at the current members of the Liberal cabinet to see like-minded leaders solidifying around raids on the public purse and the introduction of unsubstantiated draconian measures like vaccine passports. On the good side, one need only look to C3RF’s new honorary “patrons” in the form of David Solway and Janice Fiamengo. This husband-and-wife team have stood apart from the rush to collectivism to actively engage in the fight for western liberal democracy and its guarantee of personal freedoms - including the right to free speech. They do so courageously regardless of cancel culture threats to their personal security and exemplify the type of leader Canada now needs in its halls of political power.

C3RF Patrons - David Solway and Janice Fiamengo

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively.We will be particularly engaged with the Wuhan virus and election files which, between them, have the potential to send Canadians down the path to serfdom.It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see fit to reinitiate that which we currently lack; a responsible, representative government.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Des « suiveux» de quislings


Compte tenu des programmes des partis qui contrôlent la politique canadienne, on pourrait pardonner à quelqu'un de considérer le récent appel à une élection « précipitée » comme étant à la fois cynique et opportuniste. Après tout, comment justifier un tel appel au milieu d'une « pandémie » si grave qu'elle nécessite le verrouillage de la société et le pillage des fonds publics à hauteur de près de 400 milliards de dollars? La justification ne réside-t-elle pas dans le « bien commun », dont on nous dit si souvent qu'il doit être notre première préoccupation? Elle a sûrement plus à voir avec les sondages favorables et la perspective alléchante de faire passer un gouvernement minoritaire en territoire majoritaire. Et dire que nous pensions qu'il s'agissait d'être « dans le même bateau » et que les gouvernements « ont à cœur nos intérêts ».

Le gouvernement a à cœur nos intérêts

Là encore, un tel cynisme ne devrait pas surprendre compte tenu de notre dernière « mise à jour ». Rappelez-vous que nous avons noté que la règle politique au Canada a depuis longtemps cessé d'être un « gouvernement responsable » - un gouvernement caractérisé par des représentants élus qui se consacrent à servir la volonté de leurs électeurs.Rappelez-vous également qu'il a été postulé que cette confiance sacrée a été brisée par un système de partis qui revendique maintenant ces mêmes représentants comme leur propre propriété.Le résultat est une collection embarrassante de « quislings suiveux de camps » qui font consciencieusement avancer les agendas des partis même s'ils se font passer pour nos députés.Plus encore, les députés élus qui s'occupent réellement des intérêts de leurs électeurs et de la « primauté du droit » sont sommairement réprimandés par leurs propres partis.C'est ce que nous avons constaté avec Jody Wilson-Raybould, Jane Philpott et Derek Sloan.

Malheureusement, l'usurpation des fonctions de votre député à des fins partisanes ne semble pas s'arrêter là. Le pouvoir politique peut commencer par le fait que votre représentant politique soit amené à voter en faveur du parti, mais le véritable pouvoir est exercé par les institutions et les agences contrôlées par le gouvernement. C'est ainsi que nous voyons des premiers ministres tout-puissants nommer une variété de sbires à des postes puissants et de patronage qui contrôlent nos tribunaux, nos agences fédérales et même nos forces de police. Compte tenu de ce pouvoir sans entrave, il est facile de voir comment les allégations d' « entrave à la justice » et de financement d'opérations terroristes à l'étranger peuvent s'évaporer dans la nature, les autorités chargées de l'application de la loi s'occupant discrètement à enterrer des dossiers et des plaintes. Ce traitement favorable témoigne d'un niveau de corruption qui n'échappe pas à l'attention des protagonistes non gouvernementaux et étrangers qui agissent en contradiction avec les intérêts de la nation. En fin de compte, vous avez un système caractérisé par des accords secrets et des poignées de main qui n'ont presque rien à voir avec vos intérêts. Vous avez un système que nous devons contester et perturber.

La disruption est nécessaire

La nécessité d'unedisruption


On peut dire sans se tromper que les réseaux de complaisance et la corruption sont endémiques dans le système politique canadien depuis un certain temps déjà. Le traitement favorable accordé à tout ce qui est « chinois » depuis plusieurs décennies en est un bon exemple. La reconnaissance officielle de ce modèle d'accommodement se trouve dans le « rapport Sidewinder » de 1997 de la GRC et du SCRS. Ce rapport dresse une longue liste d'opérations d'infiltration et d'influence chinoises dans tous les secteurs de l'économie canadienne par le biais d'interventions politiques, éducatives et technologiques. Il va sans dire que les problèmes reconnus dans le rapport ont été ignorés et que le rapport lui-même a été mis de côté. Faut-il s'étonner, alors, que le Canada fasse encore preuve d'une incroyable tolérance à l'égard des besoins de la Chine pendant le déroulement de la crise du virus de Wuhan, comme nous l'avons noté ici, et y compris l'entraînement de l'Armée populaire de libération de la Chine à des opérations hivernales sur le sol canadien.

Le Canada forme l'APL chinoise aux opérations de guerre hivernale

Il est évident que ces arrangements confortables doivent être bouleversés si l'on veut que les intérêts de la nation et de ses citoyens soient dûment pris en compte. Malheureusement, les arrangements actuels vont bien au-delà de la prise en compte des priorités chinoises pour inclure celles associées à la crise du virus de Wuhan. Qui pourrait oublier le scandale des députés et des ventilateurs, la faveur accordée aux intérêts des grandes entreprises pharmaceutiques par la recherche d'une solution « uniquement vaccinale » à la crise tout en décourageant l'utilisation de thérapeutiques vérifiées et la législation sur le discours qui écrase toute opinion contraire dans ces domaines et dans d'autres? En tout cas, le pays n'a pas besoin de perpétuer le statu quo en réélisant les mêmes députés qui encouragent ces accommodements par leurs actions ou leur silence. Le besoin de « perturbateurs » de ces arrangements est plus que critique à ce stade, car les droits et libertés « fondamentaux » des citoyens sont désormais en jeu. Et ce, alors même que le pays glisse vers un État policier qui rend obligatoires les vaccinations « expérimentales » et les « passeports vaccinaux ».

Le Canada rendra obligatoires les vaccins pour les travailleurs sous réglementation fédérale

Les « perturbateurs »


Le fait que les Canadiens ont besoin d'élire des « perturbateurs » à des postes de pouvoir politique est bel et bien démontré par la liste des questions « présentées aux urnes » pour les prochaines élections fédérales. L'économie, les garderies et le changement climatique occupent une place importante, mais la perte des droits et libertés individuels induite par le virus Wuhan n'est nulle part. De toute évidence, les intérêts du parti ne sont pas favorisés par le fait d'aborder des questions qui sont au cœur de notre démocratie et qui ont été résolues au prix de beaucoup de sang et d'argent. On peut se demander ce que penseraient ceux qui ont combattu et sont morts pour nos libertés des priorités inconstantes et égoïstes de nos gouvernements? Que penser de ces quislings politiques qui préfèrent piller les fonds publics pour financer des projets mondialistes fantaisistes plutôt que de rétablir les droits de la minorité la plus importante - l'individu?

La minorité la plus importante – l'individu

Les Canadiens devront élire des personnes ayant des principes pour occuper des fonctions politiques s'ils espèrent rompre le charme égoïste du parti au pouvoir.Ces personnes devront démontrer leur engagement envers les valeurs qui sont si fidèlement décrites dans la Déclaration canadienne des droits. Ces valeurs, codifiées officiellement dans la Charte, dressent le portrait d'une nation « fondée sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu, la dignité et la valeur de la personne humaine et la place de la famille dans une société d'hommes libres et d'institutions libres ».Il est peu probable que l'on puisse trouver de telles personnes au sein d'un quelconque parti dont les membres siègent actuellement à la Chambre des communes.Comme nous l'avons vu, dès qu'ils lèvent la tête au-dessus des parapets pour défendre les intérêts de leurs électeurs plutôt que ceux de leur parti, ils sont immédiatement mis au pilori et exilés.Les Canadiens devront se tourner vers d'autres horizons pour obtenir la représentation qu'ils méritent.Et pourquoi pas?Qu'ont-ils à perdre?

Qu'avez-vous à perdre?

En cherchant un représentant politique « avec des principes » qui se consacre à la préservation de vos droits et libertés et à la lutte contre les forces de la répression et de la tyrannie, on peut regarder les bons et les mauvais exemples. Du côté des mauvais exemples, il suffit de regarder les membres actuels du cabinet libéral pour constater que des leaders partageant les mêmes idées se regroupent autour des raids sur les fonds publics et de l'introduction de mesures draconiennes non fondées comme les passeports vaccinaux. Du côté positif, il suffit de regarder les nouveaux « parrains » honoraires de C3RF, à savoir David Solway et Janice Fiamengo. Ce duo de mari et femme s'est démarqué du collectivisme pour s'engager activement dans la lutte pour la démocratie libérale occidentale et sa garantie des libertés individuelles - y compris le droit à la liberté d'expression. Ils le font avec courage, sans tenir compte des menaces de la « cancel culture » à l'égard de leur sécurité personnelle, et ils sont l'exemple du type de leader dont le Canada a maintenant besoin dans les couloirs du pouvoir politique.

« Mécènes intellectuels » du C3RF - David Solway et Janice Fiamengo

Programme d'été


Le C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social. Nous nous intéresserons particulièrement au virus Wuhan et aux dossiers électoraux qui, à eux deux, ont le potentiel d'envoyer les Canadiens sur le chemin du servage. Compte tenu de la nature de la saison, nous prévoyons de faire des mises à jour bimensuelles en juillet et en août. Nous espérons que nos dirigeants politiques jugeront bon de rétablir ce qui nous fait actuellement défaut: un gouvernement responsable et représentatif.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts