C3RF Update, 06 Aug 2021 – The Pusher Man


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Heretical days


Recall that our last “Update” homed in on the “free speech factor” and its critical importance in uncovering the truth of matters. After all, there are two sides to every story and leaving the battlefield of ideas open only to one of them risks the implementation of rash impulses. Impulses untested by rational thought or any comparison with reasoned alternatives. And so, we now find ourselves confronted by a plethora of unsubstantiated narratives that have assumed the mantle of legitimacy without being contested. In our last “Update” it was the unshakeable belief that “unmarked graves” on the grounds of former Residential Schools were proof-positive of murder and mayhem. This week we can report that, in Quebec, Radio-Canada’s own Stéphan Bureau was taken to task for interviewing a French doctor who saw Hydroxychloroquine as an effective treatment for the Wuhan virus.

Stéphan Bureau – host of Radio-Canada’s “Bien Entendu”

The CBC Ombudsman, himself, took M. Bureau to task for interviewing a “dangerous person” and not treating him as an entity hostile to the “common good” of Canada. He should have been more forceful with the recalcitrant and heretical, but world-renowned microbiologist, Dr. Didier Raoult. Dr. Raoult, you see, is on the wrong side of the Wuhan virus narrative that emphatically states there are no treatment alternatives for the contagion outside of lockdowns and newly minted vaccines. You either stay at home isolated from the rest of society and go to the hospital when sick or take the vaccine and stick with social distancing and masking regardless. One certainly can’t mention the fact that such out-patient protocols, as recommended by Dr. Raoult and other credible authorities, have been proven in the field throughout the world and are being credited with “smashing” the rise of the “delta variant” in certain provinces of India. Keep those blinkers on and punish anyone who fails to do so.

World-renowned microbiologist - Didier Raoult

One might wonder, but certainly not out loud, where are our leaders in all of this. How is it that only certain narratives are allowed to see the light of day in the public square without being mauled by the institutional powers-that-be? After all, isn’t it their responsibility to represent the best interests of the public-at-large and leave no stone unturned in doing so? Isn’t that why they make the “big bucks” and receive those gold-plated pensions? From politicians to the judges to the police to the press to the healthcrats, all seem to sing from the same hymn sheet and react in unison, and scathingly, to any sign that non-approved narratives are entering the public’s information space. Whatever happened to the idea of a “responsible government”, characterized by our elected “representatives” overseeing institutions dedicated to serving us – the people?

We, the Canadian people are the priority?

The Pusher Man


“But the pusher don’t care

If you live – or if you die”


(“The Pusher” from Steppenwolf, “Born to be Wild”, 1968)


One could be forgiven for seeing parallels between our current governments and the “Pusher Man” described in Steppenwolf’s song from 1968. The care and betterment of the health prospects of Canadians seems to be taking second place to getting Wuhan virus jabs into everyone possible – just as a “pusher” seeks to ensnare as many as possible with his soul-crushing drug injections. Perhaps the best example of such exuberance to jab everyone possible, regardless of need or adverse outcome, is the ongoing effort to vaccinate all children between 12 and 17 years-old inclusive. This, even as younger pokes are promised for six-month-olds once related trials have been completed by vaccine manufacturers in 2022. It matters not that solid data indicates that youth have little to gain from such shots or that adverse effects, in the form of heart issues, are a real possibility. Indeed, it seems not to be about protecting youth at all but about soothing the concerns of their teachers and elders while protecting the “health of the broader community”. Welcome to the brave new world of sacrificing kids for the sake of the “common good”. A world where the “common good” is really about the majority, or monied minorities, imposing their wills on the individual.

Kids offered up for the "common good"

Perhaps such drastic and self-serving initiatives, propagated by the strong and influential on the weak and voiceless, is to be expected when fear is allowed to rule the day and options are limited to an array of experimental vaccines. As with the “Pusher Man” and his clients, it’s easy to cajole and coerce the anxious and the disconnected into harmful activities. In the case of the Wuhan virus crisis, the whole response was catalyzed by an unrelenting campaign of fear mongering. This campaign successfully funneled the attention of the masses onto the only course of action offered as capable of resolving all feelings of anxiety and disconnectedness – lockdown and wait for a vaccine. It would be easy to assert that there is more than just a little bit of “mass formation” thinking going on here. Indeed, Professor Mattias Desmet of Ghent University in Belgium, a professor of psychology specializing in totalitarianism, sees stunning similarities between how “mass formation” thinking is being enabled now and how it was brought to bear in the lead up to the dictatorships of both the Soviet Union and Nazi Germany. Should we be concerned?

Professor Mattias Desmet of Ghent University

The psychology of fear and totalitarianism that Professor Desmet now sees unfolding in the West has been remarked on as an issue here in Canada. It was done so by author Julius Ruechel who, in his essay, “The Emperor Has No Clothes: Finding the Courage to Break the Spell”, postulated that mass thinking was already part of the Canadian Wuhan virus landscape with the majority of folks adamantly committing to the lockdown-to-vaccine narrative. Forget about debating the issue with solid data and evidence on your side, mass thinkers are simply too vested in “right-think” to pay attention – let alone be civil about it. The psychology required for reasoned debate is just not there and needs to be put in place before solutions outside of the lockdown/ vaccine box can be entertained. For the minority who fear that the country is careening down the path to despotism, their concerns might be moderated with the answering of a few questions including:

  • why are vaccines seen as the only means of attaining “herd immunity”? Why is there no talk of the natural herd immunity achieved through the millions of Canadians who have been infected and survived;

  • how is it that those who have natural immunity are still required to be vaccinated for the “common good”? Especially when their immunity is seen as superior to those who are only vaccinated;

  • where are the studies that show masking to be of any benefit in the fight against the Wuhan virus? There are certainly many that show their harm;

  • where is the main stream media on these and other obvious questions and why are alternative solutions never allowed to surface? Why can’t they point out that the current array of vaccines are experimental with the long term effects still unknown? and

  • are the use of out-patient therapeutics not entertained as they would present “alternative solutions” capable displacing the justification used to employ “Emergency Use Authorized” vaccines?

C3RF had the pleasure of interviewing Mr. Ruechel on the subject of his “Emperor Has No Clothes” essay and this discussion can be viewed here.

Original thinker and author Julius Ruechel

Where’s the Charter?


The C3RF/ Ruechel interview noted above ends on a discussion of just where the Charter is in all of this. It certainly seems to be missing in action as its provisions and protections have failed to be used against any of the freedom-crushing measures taken over the past 18 months to defeat the Wuhan virus contagion. These measures, taken from the China experience and implemented without so much as a whisper of dissent, have been responsible for the crushing of the civil liberties of Canadian citizens and, less than arguably, the raising of a police state. It could be argued, as noted in the interview, that Section 1 of the Charter allows for limitations on the fundamental rights of Canadians if they can be demonstrated to be reasonable in a free and democratic society. Unfortunately, such “demonstrations” or evidence have never been made available - unless you want to count a variety of “models” that have all failed their real-world tests. Prime among these “models” are the ones used in the “Kimberley Taylor” case that was tried by the Newfoundland and Labrador Supreme Court. These models were totally unrealistic as they assumed an Infection Fatality Rate that was 10X that of the seasonal flu when, in effect, this rate was proven to be in line with the flu for the majority of age groups. Alas, the country awaits authoritative evidence that would justify the lifting of the civil liberties of Canadians. Until then, shouldn’t all such restrictions and police population control measures be deemed “without force or effect” as suggested by Preston Manning in his related letter to the Justice Department?

Preston Manning - former leader of the Reform Party

The lack of any Charter discussions by our “watchdog of democracy” media during the whole of the Wuhan virus saga is one thing but what are we to make of our political leaders and parties? Not only have they been remiss in speaking to the fundamental rights and freedoms that are being withheld from Canadians but they have actually pilloried those few among them that have dared mention them. Both Roman Baber and Belinda Karahalios, formerly of the Progressive Party of Ontario, spring to mind here as they were summarily turfed from their party for defending their constituents against the lockdown/ vaccine madness. In addition, how is it that, with a federal election looming, there is a complete absence of any discussion on how these individual rights will be re-instated? One can be forgiven for asking, why is this not the ballot box question of the hour?

Roman Baber – lockdown opponent

It is interesting to note that the Charter says nothing of political parties and affords them no authority within the Canadian political landscape whatsoever. Indeed, when speaking of democratic rights, it only specifies, in section 3, that each citizen has a “right to vote in an election of Members of the House of Commons”. It follows, then, that the true force behind our responsible government comes from the relationship between the individual and his or her elected representative. This arrangement is in line with the Charter’s deliberate move to make the rights of the individual “fundamental” in nature and in need of priority protection from governing authorities. In doing so, it makes the individual the most important minority and most deserving of protection from majority or, in the case of special interest groups, minority rule. No wonder, then, that parties which commandeer and organize your political representatives for their own purposes are not so concerned with your rights and freedoms. Perhaps it is time to use your vote to select representatives, like Roman Baber and Belinda Karahalios, who will prioritize your concerns above the party’s? Perhaps this is of particular importance in upcoming elections as your rights and freedoms hang in the balance? Who best to defend them? A political party and its camp-following quislings or a principled, freedom-loving representative hand-picked by you?

Belinda Karahalios - lockdown opponent

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively.We will be particularly engaged with the Wuhan virus and election files which, between them, have the potential to send Canadians down the path to serfdom.It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see fit to reinitiate that which we currently lack; a responsible, representative government.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

L'hérésie quotidienne


Rappelez-vous que notre dernière « mise à jour » portait sur le « facteur liberté d'expression » et son importance cruciale pour découvrir la vérité des faits. Après tout, il y a un revers de médaille à chaque histoire et laisser le champ de bataille des idées ouvert uniquement à l'un d'entre eux risque de biaiser notre point de vue. Des opinions qui n'ont pas été testées par une pensée rationnelle ou une comparaison avec d'autres options raisonnées. C'est ainsi que nous nous trouvons aujourd'hui confrontés à une pléthore de récits non fondés qui ont pris le manteau de la légitimité sans être contestés. Dans notre dernière « Mise à jour », il s'agissait de la croyance inébranlable que les « tombes non marquées » sur les terrains des anciens pensionnats indiens étaient une preuve positive de meurtre et de mutilation. Cette semaine, nous pouvons signaler qu'au Québec, Stéphan Bureau, de Radio-Canada, a été pris à partie pour avoir interviewé un médecin français qui considérait l'hydroxychloroquine comme un traitement efficace contre le virus Wuhan.

Stéphan Bureau - animateur de l'émission « Bien Entendu » de Radio-Canada

L'ombudsman de Radio-Canada, lui-même, a reproché à M. Bureau d'avoir interviewé une « personne dangereuse » et de ne pas l'avoir traité comme une entité hostile au « bien commun » du Canada. Il aurait dû être plus ferme avec le microbiologiste récalcitrant et hérétique, mais de renommée mondiale, le Dr Didier Raoult. Le Dr Raoult, voyez-vous, est du mauvais côté de l'histoire du virus de Wuhan qui affirme catégoriquement qu'il n'y a pas d'alternative de traitement pour la contagion. Seuls les mesures d'isolement et les vaccins nouvellement inventés sont considérés. Soit vous restez à la maison, isolé du reste de la société, et vous allez à l'hôpital lorsque vous êtes malade, soit vous prenez le vaccin et vous vous en tenez à la distance sociale et au masquage. On ne peut certainement pas mentionner le fait que de tels protocoles ambulatoires, tels que recommandés par le Dr Raoult et d'autres autorités crédibles, ont fait leurs preuves sur le terrain dans le monde entier et sont crédités d'avoir « écrasé » la montée de la « variante delta » dans certaines provinces de l'Inde. Gardez ces œillères et punissez tous ceux qui ne les gardent pas.

Microbiologiste de renommée mondiale - Didier Raoult

On pourrait se demander, mais certainement pas à voix haute, où sont nos dirigeants dans tout cela. Comment se fait-il que seuls certains récits soient autorisés à voir la lumière du jour sans être malmenés par les pouvoirs institutionnels en place? Après tout, n'est-il pas de leur responsabilité de représenter les intérêts du grand public et de ne négliger aucune piste pour y parvenir? N'est-ce pas pour cela qu'ils gagnent leurs salaires et reçoivent ces pensions exorbitantes? Des politiciens aux juges, en passant par la police, la presse et les responsables de la santé, tous semblent chanter le même hymne et réagir à l'unisson, et de manière cinglante, à tout signe de pénétration de récits non approuvés dans l'espace publique. Qu'est-il advenu de l'idée d'un « gouvernement responsable », caractérisé par la surveillance de ces institutions par nos « représentants » élus, qui se consacrent à nous servir, nous, le peuple?

Nous, le peuple canadien, sommes la priorité ?

The Pusher Man


« But the pusher don’t care

If you live – or if you die »


The Pusher » from Steppenwolf, “Born to be Wild”, 1968)


On pourrait être pardonné de voir des parallèles entre nos gouvernements actuels et le « Pusher Man » décrit dans la chanson de Steppenwolf de 1968. Le soin et l'amélioration des perspectives de santé des Canadiens semblent passer au second plan au profit de l'administration de vaccins contre le virus de Wuhan à tous ceux qui en ont la possibilité - tout comme un « pusher » cherche à piéger le plus grand nombre possible de personnes avec ses injections de drogue. Le meilleur exemple d'une telle exubérance à vacciner tout le monde, sans tenir compte des besoins ou des conséquences négatives, est peut-être l'effort actuel pour vacciner tous les enfants âgés de 12 à 17 ans inclus. Et ce, alors même que l'on promet des piqûres pour les enfants de six mois, une fois que les tests auront été faits par les fabricants de vaccins en 2022. Peu importe que des données solides indiquent que les jeunes ont peu à gagner de ces injections ou que des effets indésirables, sous la forme de problèmes cardiaques, sont une réelle possibilité. En fait, il semble qu'il ne s'agisse pas du tout de protéger les jeunes mais d'apaiser les inquiétudes de leurs enseignants et de leurs aînés tout en protégeant la « santé de la communauté dans son ensemble ». Bienvenue dans le nouveau monde où l'on sacrifie les enfants au nom du « bien commun ». Un monde où le « bien commun » consiste en réalité à ce que la majorité, ou des minorités riches, imposent leurs volontés à l'individu.

Des enfants « sacrifiés » au « bien commun »?

Peut-être faut-il s'attendre à des initiatives aussi radicales, propagées par les forts et les influents sur les faibles et les sans-voix, lorsqu'on laisse la peur dominer et que les options se limitent à un éventail de vaccins expérimentaux. Comme pour le « Pusher Man » et ses clients, il est facile de cajoler et de contraindre les anxieux et les déconnectés à des activités nuisibles. Dans le cas de la crise du virus de Wuhan, l'ensemble de la réponse a été catalysé par une campagne implacable d'incitation à la peur. Cette campagne a réussi à attirer l'attention des masses sur le seul plan d'action proposé comme étant capable de résoudre tous les sentiments d'anxiété et de déconnexion: s'enfermer et attendre un vaccin. Il serait facile d'affirmer qu'il y a ici plus qu'une pensée d' «éducation des masses ». En effet, le professeur Mattias Desmet, de l'université de Gand en Belgique, professeur de psychologie spécialisé dans le totalitarisme, voit des similitudes étonnantes entre la façon dont la pensée de « formation de masse » est activée actuellement et la façon dont elle a été mise en œuvre dans la période précédant les dictatures de l'Union soviétique et de l'Allemagne nazie. Devons-nous nous inquiéter?

Professeur Mattias Desmet de l'Université de Gand

La psychologie de la peur et du totalitarisme que le professeur Desmet voit maintenant se développer en Occident a été remarquée comme un problème ici au Canada. Cela a été fait par l'auteur Julius Ruechel qui, dans son essai intitulé « The Emperor Has No Clothes: Finding the Courage to Break the Spell » a postulé que la pensée de masse faisait déjà partie du paysage canadien du virus Wuhan, la majorité des gens s'engageant de manière inflexible dans le récit du confinement jusqu'aux vaccins. Oubliez le débat sur la question avec des données et des preuves solides de votre côté, les penseurs de masse sont tout simplement trop investis dans la « pensée juste » pour y prêter attention - et encore moins pour participer à une discussion honnête. La psychologie nécessaire à un débat raisonné n'est tout simplement pas présente et doit être mise en place avant que des solutions autres que seuls les vaccins puissent être envisagées. Pour la minorité qui craint que le pays ne s'engage sur la voie du despotisme, leurs inquiétudes pourraient être atténuées en répondant à quelques questions, dont celles-ci:why are vaccines seen as the only means of attaining “herd immunity”? Why is there no talk of the natural herd immunity achieved through the millions of Canadians who have been infected and survived;

  • pourquoi les vaccins sont-ils considérés comme le seul moyen d'obtenir une « immunité collective »? Pourquoi ne parle-t-on pas de l'immunité collective naturelle obtenue grâce aux millions de Canadiens qui ont été infectés et ont survécu ;

  • comment se fait-il que ceux qui ont une immunité naturelle doivent quand même être vaccinés pour le « bien commun »? Surtout lorsque leur immunité est considérée comme supérieure à celle de ceux qui sont seulement vaccinés;

  • où sont les études qui montrent que le masquage est d'un quelconque bénéfice dans la lutte contre le virus Wuhan? Il y en a certainement beaucoup qui montrent leur nocivité;

  • Où sont les grands médias sur ces questions et d'autres questions évidentes et pourquoi les autres solutions ne sont-elles jamais autorisées à faire surface? Pourquoi ne soulignent-ils pas que les vaccins actuels sont expérimentaux et que leurs effets à long terme sont encore inconnus?

  • l'utilisation de thérapies ambulatoires n'est-elle pas envisagée car elle présenterait des « solutions possibles» capables de remplacer la justification utilisée pour employer des vaccins « autorisés en cas d'urgence »?

C3RF a eu le plaisir d'interviewer M. Ruechel au sujet de son essai "Emperor Has No Clothes" et cette discussion est présentée ici.

Le penseur et auteur original Julius Ruechel

Où est la Charte?


L'interview de C3RF/Ruechel mentionnée ci-dessus se termine par une discussion sur le rôle de la Charte. Il semble bien qu'elle soit absente, car ses dispositions et ses protections n'ont pas été utilisées contre les mesures liberticides prises au cours des 18 derniers mois pour vaincre la contagion du virus de Wuhan. Ces mesures, inspirées de l'expérience de la Chine et mises en œuvre sans même un murmure de dissidence, ont été responsables de l'écrasement des libertés civiles des citoyens canadiens et, de façon moins évidente, de la création d'un État policier. On pourrait faire valoir, comme on l'a noté dans l'entrevue, que l'article 1 de la Charte permet de limiter les droits fondamentaux des Canadiens si l'on peut démontrer qu'ils sont raisonnables dans une société libre et démocratique. Malheureusement, de telles « démonstrations » ou preuves n'ont jamais été disponibles - à moins que vous ne vouliez compter sur une variété de « modèles » qui ont tous échoué leurs tests dans le monde réel. Au premier rang de ces « modèles » figurent ceux utilisés dans l'affaire « Kimberley Taylor » jugée par la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador. Ces modèles étaient totalement irréalistes car ils supposaient un taux de mortalité par infection 10 fois supérieur à celui de la grippe saisonnière, alors qu'il a été prouvé que ce taux était emblable à celui de la grippe pour la majorité des groupes d'âge. Hélas, le pays attend des preuves faisant autorité qui justifieraient la levée des libertés civiles des Canadiens. D'ici là, toutes ces restrictions et mesures de contrôle de la population par la police ne devraient-elles pas être considérées comme « sans force ou effet », comme le suggère Preston Manning dans sa lettre au ministère de la Justice?

Preston Manning - ancien chef du parti réformiste

L'absence de toute discussion sur la Charte par nos médias « cerbères de la démocratie » pendant toute la saga du virus de Wuhan est une chose, mais que devons-nous penser de nos dirigeants et partis politiques? Non seulement ont-ils négligé de parler des droits et libertés fondamentaux dont les Canadiens sont privés, mais ils ont aussi cloué au pilori les quelques personnes qui ont osé les mentionner. On pense ici à Roman Baber et Belinda Karahalios, anciennement du Parti progressiste de l'Ontario, qui ont été sommairement expulsés de leur parti pour avoir défendu leurs électeurs contre les excès du confinement et des vaccins. En outre, comment se fait-il qu'à l'approche d'une élection fédérale, il n'y ait aucune discussion sur la manière dont ces droits individuels seront rétablis? On peut se pardonner de se demander pourquoi ce n'est pas la question de l'heure aux urnes.

Roman Baber - opposant au confinement

Il est intéressant de noter que la Charte ne dit rien des partis politiques et ne leur accorde aucune autorité dans le paysage politique canadien. En effet, lorsqu'elle parle de droits démocratiques, elle précise seulement, à l'article 3, que chaque citoyen a « le droit de voter à l'élection des députés de la Chambre des communes ». Il s'ensuit donc que la véritable force de notre gouvernement responsable provient de la relation entre l'individu et son représentant élu. Cet arrangement est conforme à la démarche délibérée de la Charte qui consiste à faire des droits de l'individu des droits « fondamentaux » par nature et devant être protégés en priorité par les autorités dirigeantes. Ce faisant, elle fait de l'individu la minorité la plus importante et la plus digne de protection contre la règle de la majorité ou, dans le cas de groupes d'intérêts spéciaux, d'une minorité bruyante. Il n'est donc pas étonnant que les partis qui réquisitionnent et organisent vos représentants politiques à leurs propres fins ne se préoccupent pas autant de vos droits et libertés. Peut-être est-il temps d'utiliser votre vote pour choisir des représentants, comme Roman Baber et Belinda Karahalios, qui feront passer vos préoccupations avant celles du parti? Peut-être cela revêt-il une importance particulière lors des prochaines élections, car vos droits et libertés sont en jeu? Qui est le mieux placé pour les défendre? Un parti polique et ses quidams ou un représentant principe, épris de liberté et choisi par vous?

Belinda Karahalios - opposant au confinement

Programme d'été


Le C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social. Nous nous intéresserons particulièrement au virus Wuhan et aux dossiers électoraux qui, à eux deux, ont le potentiel d'envoyer les Canadiens sur le chemin du servage. Compte tenu de la nature de la saison, nous prévoyons de faire des mises à jour bimensuelles en juillet et en août. Nous espérons que nos dirigeants politiques jugeront bon de rétablir ce qui nous fait actuellement défaut: un gouvernement responsable et représentatif.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts