C3RF Update, 04 Feb 2022 – From despair to hope


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

From despair to hope


The last two years of lockdown, isolation and the concomitant shuttering of our fundamental rights and freedoms has left Canada in a very dark place. A dark place full of despair and hopelessness that has the ring of finality about it as healthcrats and their toady political sidekicks tell citizens they need to adjust to a “new normal”. Indeed, the deal is all but sealed by the Prime Minister of these same citizens when he admonishes, with the full support of a sycophantic media, those who would disagree. These wrong thinkers are the lowest of the low and, accordingly, are labelled as “racists and misogynists” and purveyors of “unacceptable” ideas – ideas that are unworthy of a “re-imagined” Canada. What hubris, what sanctimonious codswallop.

PM Trudeau calls truckers a small "fringe" with "unacceptable” ideas

As noted in last week’s update, the attack on the civil liberties of Canadians, by virtue of mandated pandemic measures, has the good people of the Great White North questioning their own Charter of Rights and Freedoms. What good is any Charter that cannot protect its guarantee of individual liberty against unsubstantiated calls to do what has never been done before – eradicate a corona virus by shutting down a whole society? Add to this the related complicity of the courts and the media in shoring up this quixotic quest and one can easily understand the malaise that has descended upon a formerly “Strong and Free” Canada.

Canadians inundated by court and media sanctioned despair?

In the midst of this hopelessness, however, are those who believe in the character of the everyday Canadian. They see a strength of character that has built the country up from colonial scratch to become the embodiment of a Western liberal democracy based on civic, rather than tribal, nationalism. A character that survived the monumental losses associated with two world wars and innumerable crises even as it sparked the creation of a trans-national infrastructure required of a G7 country. It was this type of spirit that some, including yours truly at the 22:30 to 24:50 mark of this interview with Laura-Lynn Tyler Thompson, recognized as inexorable and a constituent part of the national fabric. You can try to smother this flame of resoluteness but it will always come back to burn brighter than ever.

City of Windsor "Tower of Freedom Underground Railroad Monument"
 

Casting mountains into the sea


For verily I say unto you, That whosoever shall say unto this mountain, Be thou removed, and be thou cast into the sea; and shall not doubt in his heart, but shall believe that those things which he saith shall come to pass; he shall have whatsoever he saith. Mark 11:23


And then in a flash, we saw this Canadian character pop to the surface in the form of “Freedom Convoy 2022”. We heard some murmurings in mid-January that something was afoot as soon as the federal government, under the leadership of Transportation Minister, Omar Alghabra, reversed a decision to exempt cross-border truckers from vaccine mandates. That decision came on 13 January 2022 and resulted in a subsequent decision, by rank-and-file truckers, to convoy to Parliament Hill in Ottawa for a 29 January 2022 protest. In that 16-day time period the truckers would organize themselves into several convoys coming from northern Canada and both coasts. They would be comprised of ten’s of thousands of big rigs and smaller vehicles manned by the largest contingent of protesters that the country has ever seen. Some “fringe” movement!

Transport Minister Omar Alghabra orders a vaccine mandate for cross-border truckers

One wonders, given two years of non-progress on the Wuhan virus front by our healthcrats and their puppet politicians, should truckers have been put in charge of dealing with the contagion up front? If they could cast a mountain into the “Freedom Convoy 2022” sea in a matter of two weeks, what could they have done to “flatten the curve” in two years? And if not the truckers, what of the ordinary citizens who organized themselves over a cup of coffee and a conversation to come up with novel ways to support the miracle that was unfolding before them. The Hutterite folk, for example, who trailed the western convoy 238 kilometers from Headingley Manitoba to Kenora Ontario to feed the truckers. Or what about the anonymous volunteers that presented the truckers with pallets of windshield washer fluid or those that erected truck cranes with supportive thankyou signs along the route? Or what about the families on the side of the road waving their support in minus 30-degree temperatures? Who knew the “fringe” was so thoughtful?

Hutterite communities rally to support Freedom Convoy 2022

Some men came, bringing to him a paralyzed man, carried by four of them. 4 Since they could not get him to Jesus because of the crowd, they made an opening in the roof above Jesus by digging through it and then lowered the mat the man was lying on. 5 When Jesus saw their faith, he said to the paralyzed man, “Son, your sins are forgiven.” Mark 2:3-5


As Canadians came together to help each other and make the Freedom Convoy work, we are reminded that fellowship and community service are not foreign concepts in Canada. It has never been unusual to see salt-of-the-earth Canadians organizing themselves, as in the Bible verses above, to make “holes in roofs” so that the sick might be lowered to a cure. Indeed, one might say that this is the whole idea behind our universal health care system that suffers no one be bankrupted by medical treatments or services. This is Canada at its best and such altruistic traits were once celebrated by all of the nation’s institutions and agencies, including those dedicated to healing and informing Canadians. This, however, no longer seems to be the case as we see calls to dispense medical services selectively even as a national media pokes and prods at the Freedom Convoy to slander it on the basis of isolated instances.

Has “universal healthcare” seen better days in Canada?
 

Truth revealed


But test everything; hold fast what is good. 1 Thessalonians 5:21


One would think that the confluence of ten’s of thousands of freedom-seeking Canadians on a Parliament Hill that housed the nation’s political leadership would be an ideal venue for a frank and comprehensive debate on the matter at hand – the need for restrictive pandemic measures to be terminated. This would not be the case, however, as evidenced and personally lived trucker debating points would be met with ad hominem attacks by the supporters of universal vaccination. Rather than testing trucker claims of vaccine ineffectiveness through rational debate, the vaccine mandators deflected. The latter responded with oblique charges that the truckers were “white supremacists” and supported such unfounded allegations with stories that included “yellow stars” on trucks. Stars that some, like Diane Bederman, say represented opportunities to teach and to remember. Such isolated and misrepresented occurrences were used as a broad brush by the vaccine mandators to label all protesters as evil when all they wanted to do was restore their Charter Rights and Freedoms.

Are vaccine mandators painting with a broad brush?

Attempts by vaccine mandators, ably assisted by their accomplices in the mainstream media, to deflect and change the channel away from Charter freedoms were seen as desperate and they backfired. Who, for example, could believe CBC claims that the truckers were pawns in a Russian covert operation aimed at discrediting a Ukraine-friendly Canadian government? Or who could take seriously CTV news coverage that ignored the rights issues to concentrate solely on allegations of monument desecration? – especially when the same news service was so careful to explain that more serious, but preferred, monument defacements were committed by those who “betrayed” protest organizers. Such yellow journalism can only backfire as folks look past the distraction to find nothing in the way of supporting evidence. At the end of the day, false accusations will fall away to reveal the truth even as the credibility of the distractors is destroyed. After all, he who brings nothing to the debate forfeits the contest.

Will media bias in the Canadian press destroy its credibility?

Canadian mainstream media, in ignoring the story that is the Freedom Convoy 2022 phenomena, stands to do itself permanent damage. Related calls for defunding a CBC that is perceived to be biased are long standing and are being raised once again on the heels of their Convoy reportage. The lion’s share of funding for the CBC comes from the Canadian government to the tune of $1.2 billion and is very sensitive to the political pressures of the day. The CTV network, on the other hand, is a subsidiary of Bell Media which, itself, represents the mass media arm of the publicly traded company, BCE Inc. Although less dependant on taxpayer funds, the network is very sensitive to the stock price valuations of its BCE offering on both the Toronto and New York stock exchanges. One wonders, if so many folks could show up on Parliament Hill to protest government overreach by virtue of its pandemic measures, what could similarly motivated Canadians do to media outlets that treat them unfairly?

Have Canadians had enough of fake news? Will they turn against "yellow journalism"?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Du désespoir vers l'espoir


Les deux dernières années d'enfermement, d'isolement et de suppression de nos droits et libertés fondamentaux ont laissé le Canada dans un endroit très sombre. Un endroit sombre, plein de désespoir et d'impuissance--- quasi finaux--- alors que les ministres de la santé et leurs acolytes politiques disent aux citoyens qu'ils doivent s'adapter à une « nouvelle normalité ». En fait, l'accord est pratiquement scellé par le premier ministre de ces mêmes citoyens lorsqu'il réprimande, avec le soutien total d'un média flagorneur, ceux qui ne sont pas d'accord. Ces mauvais penseurs sont les plus bas des plus bas et, par conséquent, ils sont qualifiés de « racistes et de misogynes » et de pourvoyeurs d'idées « inacceptables » - des idées qui ne sont pas dignes d'un Canada « réimaginé ». Quelle arrogance, quelles balivernes moralisatrices.

Le PM Trudeau qualifie les camionneurs de petite « frange » aux idées « inacceptables ».

Comme nous l'avons indiqué dans la mise à jour de la semaine dernière, l'attaque contre les libertés civiles des Canadiens, en vertu des mesures obligatoires de lutte contre la pandémie, amène le bon peuple canadien à s'interroger sur sa propre Charte des droits et libertés. À quoi sert une Charte qui ne peut protéger sa garantie de liberté individuelle contre des appels non fondés à faire ce qui n'a jamais été fait auparavant - éradiquer un virus en fermant une société entière? Si l'on ajoute à cela la complicité des tribunaux et des médias dans le soutien de cette quête chimérique, on peut facilement comprendre le malaise qui s'est abattu sur un Canada autrefois «ennemi de la tyrannie» comme l'exprimait si bien les paroles du troisième couplet du Ô Canada d'Adolphe-Basille Routhier.

Les Canadiens noyés dans le désespoir sanctionné par les tribunaux et les médias?

Au milieu de ce désespoir, cependant, il y a ceux qui croient en la personnalité du Canadien de tous les jours. Ils y voient une force de caractère qui a construit le pays à partir de l'époque coloniale pour devenir l'incarnation d'une démocratie libérale occidentale fondée sur un nationalisme civique plutôt que tribal. Un caractère qui a survécu aux pertes monumentales associées à deux guerres mondiales et à d'innombrables crises, alors même qu'il a suscité la création d'une infrastructure transnationale nécessaire à un pays du G7. C'est ce type d'esprit que certains, dont votre serviteur entre 22:30 et 24:50 de cet entretien avec Laura-Lynn Tyler Thompson, ont reconnu comme étant inexorable et faisant partie intégrante du tissu national. Vous pouvez essayer d'étouffer cette flamme de détermination, mais elle reviendra toujours pour brûler plus fort que jamais.

Ville de Windsor « Tower of Freedom Underground Railroad Monument » (monument du chemin de fer clandestin)
 

Jeter une montagne à la mer


Je vous dis en vérité, que quiconque dira à cette montagne, Ôte-toi de là, et te jette dans la mer ; et cela sans hésiter dans son cœur, mais croyant fermement que tout ce qu’il aura dit arrivera, il le verra en effet arriver. Marc 11.23


Et puis, en un clin d'œil, nous avons vu ce personnage canadien surgir à la surface sous la forme du « Convoi de la liberté 2022 ». Nous avons entendu quelques murmures à la mi-janvier que quelque chose se préparait dès que le gouvernement fédéral, sous la direction du ministre des Transports, Omar Alghabra, est revenu sur sa décision d'exempter les camionneurs transfrontaliers des obligations en matière de vaccination. Cette décision a été prise le 13 janvier 2022 et a entraîné une décision subséquente, de la part des camionneurs, de se rendre sur la colline du Parlement à Ottawa pour une manifestation le 29 janvier 2022. Au cours de cette période de 16 jours, les camionneurs s'organiseront en plusieurs convois venant du nord du Canada et des deux côtes. Ces convois seront composés de dizaines de milliers de gros camions et de véhicules plus petits, avec à leur bord le plus grand contingent de manifestants que le pays ait jamais vu. Un mouvement! « marginal »!

Le ministre des transports Omar Alghabra ordonne la mise en place d'un vaccin pour les camionneurs transfrontaliers

On peut se demander, étant donné les deux années d'absence de progrès sur le front du virus de Wuhan de la part de nos ministres de la santé et de leurs marionnettes politiques, si les camionneurs n'auraient pas dû être chargés de s'occuper de la contagion dès le début? S'ils ont pu jeter une montagne dans la mer du « Convoi de la liberté 2022 » en l'espace de deux semaines, qu'auraient-ils pu faire pour « aplanir la courbe » en deux ans? Et si ce n'est pas les camionneurs, que dire des citoyens ordinaires qui se sont organisés autour d'une conversation pour trouver de nouvelles façons de soutenir le miracle qui se déroulait devant eux. Les Huttérites, par exemple, ont suivi le convoi de l'Ouest sur 238 kilomètres, de Headingley, au Manitoba, à Kenora, en Ontario, pour nourrir les camionneurs. Et que dire des bénévoles anonymes qui ont offert aux camionneurs du liquide lave-glace ou de ceux qui ont érigé des panneaux de remerciement le long de la route? Et que dire des familles sur le bord de la route qui ont manifesté leur soutien par des températures de moins 30 degrés? Qui aurait cru que la « frange » était si attentionnée?

Les communautés huttériennes se mobilisent pour soutenir le convoi de la liberté 2022

Alors quelques-uns vinrent lui amener un paralytique, qui était porté par quatre hommes. Mais comme ils ne pouvaient le lui présenter à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et y ayant fait une ouverture, ils descendirent le lit où le paralytique était couché. Jésus voyant leur foi, dit au paralytique: Mon fils, vos péchés vous sont remis. Marc 2.3-5


Le fait que les Canadiens se soient réunis pour s'entraider et faire fonctionner le convoi de la liberté nous rappelle que la fraternité et le service communautaire ne sont pas des concepts étrangers au Canada. Il n'a jamais été inhabituel de voir des Canadiens ordinaires s'organiser, comme dans les versets bibliques ci-dessus, pour passer par « l'ouverture » afin que les malades puissent être descendus pour être soignés. En fait, on pourrait dire que c'est l'idée même de notre système de soins de santé universel qui ne souffre pas que quelqu'un soit ruiné par des traitements ou des services médicaux. C'est le Canada à son meilleur et de tels traits altruistes étaient autrefois célébrés par toutes les institutions et agences du pays, y compris celles qui se consacrent à la guérison et à l'information des Canadiens. Cependant, cela ne semble plus être le cas, car nous voyons des appels à dispenser des services médicaux de manière sélective, alors même que les médias nationaux s'acharnent sur le convoi de la liberté pour le calomnier sur la base de cas isolés.

Les « soins de santé universels » ont-ils connu des jours meilleurs au Canada?
 

La vérité révélée


Éprouvez tout, et approuvez ce qui est bon. Première épitres, Thessaloniciens, 5.21


On pourrait penser que la confluence de dizaines de milliers de Canadiens épris de liberté sur une colline parlementaire abritant les dirigeants politiques du pays serait le lieu idéal pour un débat franc et complet sur la question à l'étude - la nécessité de mettre fin aux mesures restrictives en cas de pandémie. Mais ce ne sera pas le cas, car les points de débat des camionneurs, prouvés et vécus personnellement, se heurtent aux attaques ad hominem des partisans de la vaccination universelle. Plutôt que de mettre à l'épreuve les affirmations des camionneurs sur l'inefficacité des vaccins par un débat rationnel, les mandataires de la vaccination partent à la dérive. Ces derniers ont répondu par des accusations obliques selon lesquelles les camionneurs étaient des « suprémacistes blancs » et ont étayé ces allégations infondées par des histoires incluant des « étoiles jaunes » sur les camions. Des étoiles qui, selon certains, comme Diane Bederman, représentaient des occasions d'enseigner et de se souvenir. Ces événements isolés et déformés ont été utilisés par les responsables de la vaccination pour qualifier tous les manifestants de malvats, alors qu'ils ne voulaient que rétablir les droits et libertés garantis par la Charte.

Les responsables de la vaccination sont-ils en train de peindre avec un pinceau large?

Les tentatives des responsables de la vaccination, habilement aidés par leurs complices des médias, pour détourner l'attention et changer de chaîne en s'éloignant des libertés garanties par la Charte ont été perçues comme désespérées. Cela s'est retourné contre eux. Qui, par exemple, pourrait croire les affirmations de Radio-Canada selon lesquelles les camionneurs étaient des pions dans une opération secrète russe visant à discréditer un gouvernement canadien favorable à l'Ukraine? Ou qui pourrait prendre au sérieux la couverture médiatique de CTV qui a ignoré les questions de droits pour se concentrer uniquement sur les allégations de profanation de monuments? - surtout lorsque le même service d'information a pris soin d'expliquer que les dégradations de monuments, plus graves mais préférées, ont été commises par ceux qui ont « trahi » les organisateurs des manifestations. Un tel journalisme jaune ne peut que se retourner contre les gens qui, au-delà de la distraction, ne trouvent aucune preuve à l'appui. En fin de compte, les fausses accusations tomberont pour révéler la vérité, même si la crédibilité des distracteurs est détruite. Après tout, celui qui n'apporte rien au débat perd la compétition.

La partialité de la presse canadienne va-t-elle détruire sa crédibilité?

Les grands médias canadiens, en ignorant l'histoire du phénomène du convoi de la liberté 2022, risquent de s'infliger des dommages permanents. Les appels à la suppression du financement de Radio-Canada (CBC), qui est perçue comme partiale, ne datent pas d'hier et sont de nouveau lancés à la suite du reportage sur le Convoi. La part du lion du financement de la CBC provient du gouvernement canadien, à hauteur de 1,2 milliard de dollars, et elle est très sensible aux pressions politiques du moment. Le réseau CTV, quant à lui, est une filiale de Bell Media qui, elle-même, représente la branche médias de la société cotée en bourse, BCE Inc. Bien que moins dépendant des fonds des contribuables, le réseau est très sensible à l'évaluation du prix des actions de son offre de BCE sur les bourses de Toronto et de New York. On peut se demander, puisqu' un si grand nombre de personnes ont pu se présenter sur la colline du Parlement pour protester contre les excès du gouvernement en vertu de ses mesures contre la pandémie, ce que de tels Canadiens aussi motivés pourraient faire à l'égard des médias qui les traitent injustement?

Les Canadiens en ont-ils assez des fake news? Vont-ils se retourner contre le « journalisme jaune »?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags