C3RF Update, 28 Jan 2022 – A Charter in crisis


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with Max Bernier, leader of the People’s Party of Canada


Consider! Supporting the Freedom Convoy 2022 by interceding on their behalf with this communication

 

Where is the Charter?


As Canadian politicians, public health officials, courts, professional associations and unions drive Canada deeper and deeper into a dystopian world with no supporting evidence, everyday citizens are asking, “where’s the Charter”? It’s a good question given the fact that we have recently seen a Manitoba Chief Justice genuflecting before the government to allow them a “margin of appreciation” when it comes to Wuhan virus measures - even though the evidence was stacked a mile high against doing so. We are also seeing so-called “professional” colleges cavalierly lifting the licences of doctors and restricting their privileges all because they insist on serving their Hippocratic Oath on a patient-by-patient rather than one-size-fits-all basis. And then there are the teacher’s unions that refuse to entertain in-person teaching until they have the protections afforded by vaccinating their little charges – even when such vaccinations stand to harm these same children.

Dr. Geert Vanden Bossche, world renowned virologist, warns against vaccinating children

Given all of these gross violations of the Charter’s authority, it’s little wonder that yours truly is getting an earful from a number of disillusioned citizens. Cecilia wrote to say, “I recommend that you, and all Canadians, throw out that blasted so-called Charter…it has been effectively suspended because of its intentional Section 1 over-ride clause”. She went on to state that we would be better off protecting our civil liberties with the Bill of Rights of 1960. Marc then wrote to agree that the Charter, with its Section 1 limitations clause, gave governments, rather than a sacrosanct, higher authority, charge over the distribution of individual rights. He argued that the Charter represented a top-down approach and suggested we begin a bottom-up process with other documents embedded in the Canadian Constitution in order to better secure our civil liberties. Martine, on the other hand, was less circumspect with her demand to “stop flogging the Charter, it’s an open-ended, flawed document” before going on to accuse me of being the “controlled opposition”.

Manitoba judge, Glenn Joyal, affords government "a margin of appreciation" when it comes to Covid-19 measures

Cecilia’s call to use the Bill of Rights, in lieu of an imperfect Charter, might very well serve to address the problematic rise of judicial activism that the latter’s Section 1 has engendered. Problem is, the former is an Act of Parliament that, at best, is considered to be a quasi-constitutional document and not capable of superseding “supreme” constitutional law. Additionally, it is federal in nature and incapable of addressing provincial jurisdictions. Marc has a point in proceeding in a bottom-up fashion with other constitutional documents that go as far back as the Royal Proclamation of 1763. It needs to be noted, though, that bringing such documents up to date would require the same amending formula needed to change the Charter – the approval of seven provinces comprising more than 50% of the population. Some might find it odd that it takes so many everyday Canadians to change our constitutional documents but only five of nine Supreme Court justices to “read-in” new rights to that same Constitution. Anyway, it is what it is and it’s not “controlled opposition” to suggest that we need to work with what we have.

The activist Supreme Court of Canada?
 

At the crossroads


Unfortunately, the inability, or absolute refusal, of courts, political opposition, professional organizations and unions to serve the intent of the Charter, rather than those of the State, leaves the citizen with little room to maneuver. Throw in a “cancel culture” adept at chilling opposing speech and emerging legislation, through the re-instatement of Bills C-10 and 36 in a new parliamentary session, that even punishes it and you have a recipe for spiraling clashes between the citizen and the State. Accordingly, we see the Canadian government doubling down on its ill-advised and ineffective vaccine mandates as they spring them on unvaccinated truckers only to jeopardize the critical supply lines they enable. For their part, truckers have little choice but to push back against measures that were not required over the course of the last two years but are now declared to be an absolute necessity. With no evidence to support its case and no other authorities demanding such be presented, the government feels free to press forward with ever-increasing restrictions while truckers have no recourse but to dig in.

Canadian truckers say no to government's ineffective mandates

To heighten anxiety and further destabilize society, the Canadian federal government has seen fit to concurrently move to actively participate in an international distraction in the form of a war with Russia. In line with its globalist allies in the White House, the governing Liberals have begun beating the war drums against this nuclear power over the sovereignty of Ukraine. A move that is not in Canada’s national interest in any shape or form and at a time when Parliament is not even in session to discuss. Besides, how odd is it that the Ukraine’s borders are so sacrosanct when Canada could care less about illegal fugitives flooding into Canada at Roxham Road? Perhaps it’s in the interest of our Deputy Prime Minister or that of President Biden whose administration is withering under a bevy of bad news and policy failures. It would seem that the government’s aim is to create one crisis after another until the country implodes. Ideal conditions for the “reset”?

Is Canada going to war with Russia for Deputy PM Freeland? President Biden? For the “reset”?

The whole idea of priming the country for a “reset” has been labelled a “conspiracy theory” ever since our own Prime Minister and Deputy Prime Minister went on record recommending it. It is almost as if they are celebrating the demise of the country through a Wuhan virus-induced collapse of the economy. A collapse brought on by Cloward/Piven-style spending aimed at compensating “non-essentials” forced out of work by their own lockdown-obsessed governments. An unforced error if ever there was one. Adding further to the impression that we are actually dealing with a concerted effort to “re-imagine” Canada as a better international citizen in an Agenda 2030 world, we have the outsized influence of the World Economic Forum in Canadian policy circles. It is this Davos-crowd that tells us the future sees Canadians “owning nothing” but “being happy” nonetheless. It is also the organization that trains “young global leaders”, such as Chrystia Freeland and Jagmeet Singh, to become “innovators” of a brave new world. Is it any wonder that Canada’s Liberal Party enjoys so much fawning support from the New Democratic Party of Canada?

Jagmeet Singh, a WEF "young global leader" along with Chrystia Freeland
 

Heeling over the Queen Mary


As Canada blows through the crossroads away from the freedom intended by the Charter and towards feudalism under globalism one wonders, can we heel the Queen Mary over and reverse course? It seems like an insurmountable task given the headway that “cancel culture” has made in taking over the nation’s institutions and the part it now plays in formulating our own public policy. It is even dominant at the schoolchild level as it browbeats our young ones into demonizing the filthy unvaccinated who need to be punished for their recalcitrance in serving the “public good”. A Quebec-based live-audience television show is a case in point as it recently featured a young boy and his older sister railing on such vermin and demanding their imprisonment. Is Canada headed down the same path that saw Rwanda, in 1994, use radio programs to call for the crushing of “cockroaches”? Is it inciting violence?

Can the Queen Mary be heeled over to reverse course away from inciting violence?

As noted above, reversing course by changing, replacing or cancelling the Charter is a mug’s game that entails much more time and effort than we likely have available. Besides, is it the paper itself and the words written on it or is it, rather, about the folks responsible for interpreting it and following through on their oaths of service to uphold the principles that underpin those words? Principles that are summarized quite neatly in the Charter’s “preamble” and that have been purposely sidelined by those chosen to rule by them? One wonders, if the Charter has come into disrepute by virtue of those selected to uphold it and they, for the most part, are themselves selected by a Prime Minister with inputs by advisors, can we simply put a new Prime Minister and advisors in place? A Prime Minister and advisors that could take advantage of an overly centralized system to appoint more freedom-minded personalities to undo the damage incurred to date? Could we do better than the current advisory board responsible for recommending Supreme Court Justices? A board that is arguably populated by activists, has ties to the World Health Organization and is presided over by the Right Honourable Kim Campbell? Could we do better with all appointments that deal with upholding the Charter?

The Right Honourable Kim Campbell

When it comes to prospective Prime Ministers, it is noteworthy that leaders of political parties that currently hold seats in our House of Commons have little time for the Charter. What else to think when not one of them has dared to even utter a word against the unsupported pandemic measures that are bedeviling rank and file Canadians. It would appear that freedom-loving citizens will need to look further afield for leadership that does not shy away from calling for all the evidence needed to make public health decisions and required by fellow citizens to make “informed consent”. Leadership that puts a thumb on the scale towards fundamental rights and freedom and away from divisive ideologies of negation. To that end, one might wish to review a recent C3RF “In Hot” discussion with Maxime Bernier – leader of the People’s Party of Canada. His call to unite Canadians under a “freedom umbrella” is refreshing and needs to be heard.

Max Bernier placed under arrest for unlawfully using his Charter rights
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! C3RF « In Hot » interview avec Maxime Bernier, le chef du Parti populaire du Canada


Considérez! Soutenir le Freedom Convoy 2022 en intercédant en leur faveur avec cette communication

 

Où est la Charte?


Alors que les politiciens canadiens, les responsables de la santé publique, les tribunaux, les associations professionnelles et les syndicats s'enfoncent dans un monde dystopique sans preuves à l'appui, les citoyens ordinaires se demandent « où est la Charte »? C'est une bonne question étant donné que nous avons récemment vu un juge en chef du Manitoba se mettre à plat ventre devant le gouvernement pour lui accorder une « marge d'appréciation » en ce qui concerne les mesures relatives au virus de Wuhan - même si les preuves s'y opposaient. Nous voyons également des collèges dits « professionnels » retirer cavalièrement les licences des médecins et restreindre leurs privilèges, tout cela parce qu'ils insistent pour respecter leur serment d'Hippocrate sur la base d'un patient par patient plutôt que sur une base collective. Et puis il y a les syndicats d'enseignants qui refusent d'envisager un enseignement en personne tant qu'ils ne bénéficient pas des protections offertes par la vaccination des petits - même lorsque ces vaccinations risquent de nuire à ces mêmes enfants.

Le Dr Geert Vanden Bossche, virologue de renommée mondiale, met en garde contre la vaccination des enfants

Compte tenu de toutes ces violations flagrantes de l'autorité de la Charte, il n'est pas étonnant que votre serviteur reçoive un message de la part d'un certain nombre de citoyens désabusés. Cecilia a écrit pour dire: « Je vous recommande, ainsi qu'à tous les Canadiens, de jeter à la poubelle cette maudite prétendue Charte... elle a été effectivement suspendue à cause de sa clause dérogatoire intentionnelle de l'article 1 ». Elle poursuit en disant que nous ferions mieux de protéger nos libertés civiles avec la Déclaration des droits de 1960. Marc a ensuite écrit pour convenir que la Charte, avec sa clause limitative de l'article 1, donnait aux gouvernements, plutôt qu'à une autorité supérieure sacro-sainte, la responsabilité de la distribution des droits individuels. Il a fait valoir que la Charte représentait une approche descendante et a suggéré que nous entamions un processus ascendant avec d'autres documents intégrés à la Constitution canadienne afin de mieux garantir nos libertés civiles. Martine, quant à elle, était moins circonspecte lorsqu'elle demandait que l'on « arrête de flageller la Charte, c'est un document ouvert et imparfait » avant de m'accuser d'être « l'opposition contrôlée ».

Le juge manitobain Glenn Joyal accorde au gouvernement « une marge d'appréciation » en matière de mesures Covid-19

L'appel de Cecilia à utiliser la Déclaration canadienne des droits, au lieu d'une Charte imparfaite, pourrait très bien servir à résoudre le problème de la montée de l'activisme judiciaire que l'article 1 de cette dernière a engendré. Le problème, c'est que la Charte est une loi du Parlement qui, au mieux, est considérée comme un document quasi-constitutionnel et n'est pas capable de remplacer la loi constitutionnelle « suprême ». De plus, elle est de nature fédérale et ne peut s'appliquer aux juridictions provinciales. Marc a raison de procéder de manière ascendante avec d'autres documents constitutionnels qui remontent aussi loin que la Proclamation royale de 1763. Il faut toutefois noter que la mise à jour de ces documents nécessiterait la même formule d'amendement que celle utilisée pour modifier la Charte, soit l'approbation de sept provinces représentant plus de 50 % de la population. Certains trouveront peut-être étrange qu'il faille un si grand nombre de Canadiens ordinaires pour modifier nos documents constitutionnels, mais que seulement cinq des neuf juges de la Cour suprême soient capables de « lire » de nouveaux droits dans cette même Constitution. Quoi qu'il en soit, les choses sont ce qu'elles sont et ce n'est pas de l' « opposition contrôlée » que de suggérer que nous devons travailler avec ce que nous avons.

La cour suprême activiste du Canada?
 

À la croisée des chemins


Malheureusement, l'incapacité, ou le refus absolu, des tribunaux, de l'opposition politique, des organisations professionnelles et des syndicats de servir les intentions de la Charte, plutôt que celles de l'État, laisse au citoyen peu de marge de manœuvre. Ajoutez à cela une " cancel culture " capable de refroidir les discours opposés et toute législation, par le biais du rétablissement des projets de loi C-10 et 36 lors d'une nouvelle session parlementaire, qui punit même ces discours, et vous obtenez une recette pour une spirale d'affrontements entre le citoyen et l'État. En conséquence, nous voyons le gouvernement canadien doubler ses mandats de vaccination malavisés et inefficaces en les imposant aux camionneurs non vaccinés, ce qui ne fait que mettre en danger les lignes d'approvisionnement déjà en état critique. Pour leur part, les camionneurs n'ont guère d'autre choix que de s'opposer à des mesures qui n'étaient pas nécessaires au cours des deux dernières années mais qui sont maintenant déclarées comme une nécessité absolue. En l'absence de preuves à l'appui de son argumentation et sans que d'autres autorités n'exigent qu'elles soient présentées, le gouvernement se sent libre d'imposer des restrictions de plus en plus sévères, tandis que les camionneurs n'ont d'autre recours que de s'y opposer.

Les camionneurs canadiens disent non aux mandats inefficaces du gouvernement

Pour accroître l'anxiété et déstabiliser davantage la société, le gouvernement fédéral canadien a jugé bon de participer activement à une distraction internationale sous la forme d'une guerre avec la Russie. En accord avec leurs alliés mondialistes de la Maison Blanche, les libéraux au pouvoir ont commencé à battre les tambours de guerre contre cette puissance nucléaire au sujet de la souveraineté de l'Ukraine. Une démarche qui n'est en aucune façon dans l'intérêt national du Canada et à un moment où le Parlement n'est même pas en session pour discuter. D'ailleurs, n'est-il pas étrange que les frontières de l'Ukraine soient si sacro-saintes alors que le Canada ne se soucie guère des fugitifs illégaux qui entrent au Canada par la route de Roxham? Peut-être est-ce dans l'intérêt de notre vice-premier ministre ou du président Biden, dont l'administration dépérit sous le poids des mauvaises nouvelles et des échecs politiques. Il semblerait que l'objectif du gouvernement soit de créer une crise après l'autre jusqu'à ce que le pays implose. Des conditions idéales pour la «réinitialisation»?

Le Canada entre-t-il en guerre avec la Russie pour la vice-première ministre Freeland? Le président Biden? Pour la « réinitialisation »?

L'idée de préparer le pays à une « réinitialisation » a été qualifiée de « théorie du complot »depuis que notre Premier ministre et notre vice-Premier ministre l'ont recommandée. C'est presque comme s'ils célébraient la disparition du pays par un effondrement de l'économie induit par le virus Wuhan. Un effondrement provoqué par des dépenses de type Cloward/Piven visant à compenser les « non-essentiels » mis au chômage par leurs propres gouvernements obsédés par la fermeture. Une erreur involontaire s'il en est une. L'influence démesurée du Forum économique mondial dans les cercles politiques canadiens ne fait que renforcer l'impression que nous avons affaire à un effort concerté pour « réimaginer » le Canada en tant que meilleur citoyen international dans le cadre de l'Agenda 2030. C'est cette foule de Davos qui nous dit qu'à l'avenir, les Canadiens « ne posséderont rien », mais seront « néanmoins heureux ». C'est également l'organisation qui forme les « jeunes leaders mondiaux », tels que Chrystia Freeland et Jagmeet Singh, pour qu'ils deviennent les « innovateurs » du « Meilleur des mondes ». Faut-il s'étonner que le Parti libéral du Canada bénéficie d'un tel soutien de la part du Nouveau parti démocratique du Canada?

Jagmeet Singh, un « jeune leader mondial » du WEF aux côtés de Chrystia Freeland
 

Faire virer le Queen Mary


Alors que le Canada s'éloigne de la liberté voulue par la Charte pour se diriger vers le féodalisme du mondialisme, on peut se demander si nous pouvons faire tanguer le Queen Mary et faire marche arrière. Cela semble être une tâche insurmontable étant donné la progression de la "culture de l'annulation" dans les institutions du pays et le rôle qu'elle joue maintenant dans la formulation de nos propres politiques publiques. Elle est même dominante au niveau de l'école, où elle incite nos jeunes à diaboliser les sales non-vaccinés qui doivent être punis pour leur récalcitrance à servir le « bien public ». Une émission télévisée québécoise diffusée en direct en est un bon exemple, puisqu'elle a récemment mis en scène un jeune garçon et sa sœur aînée s'en prenant à ces vermines et demandant leur emprisonnement. Le Canada se dirige-t-il vers la même voie qui a vu le Rwanda, en 1994, utiliser des émissions de radio pour appeler à l'écrasement des « coquerelles »? Est-ce une incitation à la violence?

Peut-on inciter le Queen Mary à faire marche arrière et à ne pas inciter à la violence?

Comme nous l'avons indiqué plus haut, faire marche arrière en modifiant, remplaçant ou annulant la Charte est un jeu de dupes qui demande beaucoup plus de temps et d'efforts que ce dont nous disposons probablement. D'ailleurs, s'agit-il du papier lui-même et des mots qui y sont écrits ou plutôt des personnes chargées de l'interpréter et de respecter leurs serments de service pour faire respecter les principes de cette Charte? Des principes qui sont résumés de façon très claire dans le « préambule » de la Charte et qui ont été délibérément mis de côté par ceux qui ont été choisis pour les appliquer? On peut se demander, si la Charte a été discréditée par ceux qui ont été choisis pour la défendre et qui, pour la plupart, sont eux-mêmes choisis par un Premier ministre avec l'aide de conseillers, si nous pouvons simplement mettre en place un nouveau Premier ministre et de nouveaux conseillers? Un Premier ministre et des conseillers qui pourraient profiter d'un système trop centralisé pour nommer des personnalités plus soucieuses de liberté afin de réparer les dommages subis à ce jour? Pourrions-nous faire mieux que l'actuel conseil consultatif chargé de recommander les juges de la Cour suprême? Un conseil qui est sans doute peuplé de militants, qui a des liens avec l'Organisation mondiale de la santé et qui est présidé par la très honorable Kim Campbell? Pourrions-nous faire mieux avec toutes les nominations qui concernent le respect de la Charte?

La très honorable Kim Campbell

En ce qui concerne les futurs premiers ministres, il convient de noter que les chefs des partis politiques qui occupent actuellement des sièges à la Chambre des communes se foutent pas mal de la Charte. Que penser d'autre quand on sait que pas un seul d'entre eux n'a osé prononcer un seul mot contre les mesures de la pandémique, peu justifiées, qui accablent les Canadiens. Il semblerait que les citoyens épris de liberté devront chercher pour un leadership qui n'hésite pas à réclamer toutes les preuves nécessaires pour prendre des décisions en matière de santé publique et à exiger un « consentement éclairé » des citoyens. Un leadership qui favorise les droits fondamentaux et la liberté et qui s'éloigne des idéologies de négation qui divisent. À cette fin, on pourrait examiner une discussion récente du C3RF « In Hot » avec Maxime Bernier - chef du Parti populaire du Canada. Son appel à unir les Canadiens sous le « sigle de la liberté » est rafraîchissant et doit être entendu.

Max Bernier placé en état d'arrestation pour avoir utilisé illégalement ses droits en vertu de la Charte
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags