C3RF Update, 10 Dec 2021 – Lawless laws


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

Lawless laws


It was with a great deal of self congratulation and fanfare that the Conservative Party of Canada, the “loyal opposition”, floated a motion to pass Bill C-4 (Conversion Therapy) all the way through normal House proceedings and readings so it might go directly to the Senate for its deliberations. The motion was approved unanimously, even enthusiastically, and the media talking bobble-heads, not to mention the Liberal government of the day and its trusty NDP and Bloc Quebecois social justice warrior allies, were gleeful with the Conservative Party turnabout on the conversion therapy file. How was it that a party that, just in the last Parliamentary session, had 62 solid nays when it came to criminalizing a process that enabled a willing participant to shed an unwanted sexual orientation or gender identity could, overnight, have such a change of heart?

Conservative MP Rob Moore floats motion to advance Bill C-4 (Conversion Therapy)

One can see how the popping of champagne corks was the order of the day if, as advertised, the Conservative Party was coming in from the cold to finally right a terrible wrong. And such would be the case if, again as advertised, it was moving away from supporting the kidnapping, shock therapy and torture associated with forced aversion therapies of the past. The fact is, though, that these practices have long been abandoned and criminal laws are in place to punish those who would employ such interventions today. Rather than this and in line with the legislation itself, well-intentioned and sought-after parental and pastoral-based “body-affirming” talk remedies are thrown in the mix with aggressive aversion therapies to be criminalized. Not only this, the legislation is a biased one-way street that strips a citizen of his or her religious and conscience rights when it comes to transitions from the non-traditional to the traditional - but not the other way round!

Is there a difference between "aversion" and "body affirming" conversion therapies?

If one is to take seriously our own supreme law in the form of the Constitution and its embedded Charter of 1982, one has to ask how any law could apply to one segment of the population but not another. After all, the rule of law is itemized in the preamble of the Charter and solidified in its Section 7 “security of the person” provisions. Bill C-4 presents us with a serious breach of these concepts when it defines conversion therapy as a process designed to change a person’s sexual orientation to heterosexual or a person’s gender identity to cisgender. It would appear that transitions from the traditional to the non-traditional are quite alright - even though it might result in a child succumbing to sterilizing hormone therapies or irreversible surgeries. A true shame given the fact that over 80% of young ones with gender dysphoria, if left to their own devices, will outgrow their discomfort with their born bodies by the time they grow into adulthood. When it comes to all being equal before the law, Bill C-4 fails the test of Section 52 of the Charter and, if implemented, should be rendered lawless and of “no force or effect”.

Does Bill C-4 (Conversion Therapy) dispense with the rule of law in Canada?
 

Revolutionary laws


It is interesting to note that Bill C-6, the forerunner of Bill C-4 in the last parliamentary session, was less intrusive on the civil liberties of Canadian citizens. This was the case as its scope was limited to criminalizing the transition of non-consenting adults, or any child, to their biological sexual orientations or gender identities. This is not the case with the new Bill C-4, however, as it further exceeds fundamental, individual rights by interfering with any adult’s ability to make decisions on their own behalf within the context of their own lives. The chutzpah being displayed by the federal government in effecting such an expanded curtailment of our civil liberties is palpable. There will be no thought of shucking of unwanted sexual orientations or gender identities if they go in the non-preferred direction – even if you are a full bull moose, tax-paying, law-abiding, voting citizen. One wonders, does the whole idea of taking a biased, unconstitutional Bill C-6 and doubling down to make it even more draconian and repressive in a Bill C-4 rendition speak to a revolutionary zeal? One that sees no check or balance afforded by the supreme law of the land - the Charter?

Full bull moose Canadians have only a “one-way” conversion therapy choice

Such disregard for constitutional constraints on the legislative process is not a new thing in post-2015 Canada. Take for example the rush to legislate “gender identity and expression” as a ground for discrimination in the Charter’s own Section 15 “equality” provisions. Then take the example of Motion M-103 (Islamophobia) and its declared assertion that Canada is “systemically racist” and a hotspot of “religious discrimination” - with particular emphasis on its Islamophobic hatred of Muslims. The former initiative was ramrodded into place in spite of its call to abrogate freedom of speech provisions in the Charter by compelling same when it came to the use of personal pronouns even as it dispensed with notions of privacy in washrooms and bathing facilities. In the latter initiative, the failure to define just what is meant by the term “Islamophobia” continues to stymy speech critical of certain belief systems and their operational doctrines - including sharia law.

Loudon County father arrested as daughter raped by transgender

Such laws and motions as these can be seen to be revolutionary in nature as they divide populations in the classical Marxist “oppressor versus victim”, fashion. Such lawmaking, based on and supported by incessant, counter-intuitive narratives, results in the creation of an exclusionary “otherness” that can be exploited to distract the public even as politicians accrue power and control over that same populace. Politicians do well by it as they accumulate pats-on-the-back by those favoured by such rulemaking even as the public-writ-large suffers through division and manufactured animosity. The key to such divide and conquer tactics, of course, is to denigrate or negate all that unites and accentuate all that divides. Seen in this light, the diminishment of individual rights and freedoms common to all while placating the sensibilities of loud collectives is fit for “cancel culture” purpose. Throw in a never-ending medical emergency and a handy scapegoat in the form of the “unvaccinated” and you have the makings of a schism capable of justifying a call to reassemble and “re-imagine” Canada. A truly revolutionary prospect.

The PM calls to "re-imagine" Canada, what would it look like?
 

Enabling laws


Laws that move Canada away from its Western liberal democratic roots and down the path to collectivism are now being made in the name of the “public good”. These laws can be considered revolutionary in nature, given the change that they intend, and their opposition should be possible through in-place processes that any self-respecting democracy has at its disposal. These processes are made available in the Canadian context by its Constitution and embedded Charter. Specifically, the rights of Canadian citizens are sacrosanct and flow from a Judeo-Christian ethic and the Magna Carta from 800-plus years ago. Indeed, their limitation can only be countenanced by surmounting the four obstacles presented by Section 1 of the Charter. They must be reasonable, prescribed by law, demonstrably justifiable and seen to be just within the context of a free and democratic society.

Signing of the Magna Carta in 1215

The implementation of lawless, revolutionary statutes and decrees in Canada has proceeded in spite of these Section 1 checks and balances. The fact that this has been possible speaks to a rulemaking environment in which prominent players, either purposely or inadvertently, put space between themselves and their obligation to respect Charter safeguards. And so we see an opposition party support unanimous House votes in the matter of Motion M-103 and Bill C-4 even though a sizeable portion of its own membership had severe doubts as to their constitutionality. Politics and fear of boisterous recriminations from the media and involved special interest groups take priority and the advancement of such initiatives are so enabled. After all, in the end there are many more votes to be gained by making the voting bloc associated with a collective happy than by supporting the rights of the individual. We see this enabling, political calculation go beyond the rule maker class to sweep up those in the judiciary who see themselves as “servants of the state”. So it was in 1933 Germany when its “Enabling Act” was signed into being.

The Nazi Germany "Enabling Act" becomes law in 1933

For those contemplating the enablement of unconstitutional laws, however, the risk of relying solely on self-serving political calculation and fawning judicial support is just too risky. After all, regular folk still have the ability to speak out and, possibly, effect their computations. Better to seal the deal with actual laws that make the “enablement” a sure thing. And so we see the formulation of new laws aimed at restricting and muzzling any attempt to call up the need to meet Section 1 legal and evidentiary requirements. Such enabling laws are in the hopper now in the form of Bills C-10 and C-36 that are being carried over from the last parliamentary session. The former will control any “user content” you might wish to go public with while the latter goes further with fines and house arrest should you wander outside the lines of communication prescribed by any number of special interest groups and collectives. One wonders, will these new laws combine to become Canada’s “Enabling Act” of 2022?

Will renewed Bills C-10 and 36 destroy free speech in 2022?
 

Merry Christmas and a belated Happy Hanukkah


With this last update of 2021, C3RF would like to wish all of our members and friends a Merry Christmas and hope they had a Happy Hanukkah. We will be back with you in the new year and look forward to yet another year of fighting against efforts aimed at diminishing your individual, fundamental Charter Rights. A task that will need your attention and good efforts if we are to repel the incessant attacks of the Wuhan virus and the “Great Reset” that will most certainly present themselves in 2022.

 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Des lois d'hors-la-loi


C'est avec beaucoup d'autofélicitation et de fanfare que le Parti conservateur du Canada, l' « opposition loyal », a présenté une motion visant à faire adopter le projet de loi C-4 (thérapie de conversion) en passant par les procédures et lectures normales de la Chambre des communes, afin qu'il puisse être soumis directement au Sénat pour ses délibérations. La motion a été approuvée à l'unanimité, et même avec enthousiasme, et les médias, sans parler du gouvernement libéral de l'époque et de ses fidèles alliés du NPD et du Bloc québécois, se sont réjouis de la volte-face du Parti conservateur dans le dossier de la thérapie de conversion. Comment se fait-il qu'un parti qui, au cours de la dernière session parlementaire, avait 62 « non » contre la criminalisation d'un processus permettant à un participant volontaire de se défaire d'une orientation sexuelle ou d'une identité de genre non désirée, ait pu, du jour au lendemain, changer à ce point d'avis?

Le député conservateur Rob Moore dépose une motion pour faire avancer le projet de loi C-4 (thérapie de conversion)

On peut comprendre que le champagne fut à l'ordre du jour si, comme annoncé, le Parti conservateur revenait du froid pour enfin réparer une terrible injustice. Et ce serait le cas si, toujours comme annoncé, il cessait de soutenir les enlèvements, les électrochocs et la torture associés aux thérapies aversives forcées du passé. Le fait est, cependant, que ces pratiques ont été abandonnées depuis longtemps et que des lois pénales sont en place pour punir ceux qui auraient recours à de telles interventions aujourd'hui. En outre, et conformément à la législation elle-même, les remèdes parentaux et pastoraux « d'affirmation du corps » bien intentionnés et recherchés, sont mis dans le même panier que les thérapies aversives agressives pour être criminalisés. De plus, la législation est une voie à sens unique qui prive un citoyen de ses droits religieux et de conscience lorsqu'il s'agit de passer du non traditionnel au traditionnel - mais pas l'inverse!

Y a-t-il une différence entre les thérapies de conversion « d'aversion » et « d'affirmation du corps »?

Si l'on prend au sérieux notre propre loi suprême sous la forme de la Constitution et de la Charte de 1982 qui y est intégrée, on doit se demander comment une loi peut s'appliquer à un segment de la population et pas à un autre. Après tout, la primauté du droit est mentionnée dans le préambule de la Charte et consolidée dans les dispositions de l'article 7 sur la « sécurité de la personne ». Le projet de loi C-4 nous présente une sérieuse violation de ces concepts lorsqu'il définit la thérapie de conversion comme un processus visant à changer l'orientation sexuelle d'une personne en hétérosexuelle ou le genre d'une personne en cisgenre. Il semblerait que les transitions du traditionnel au non-traditionnel soient tout à fait acceptables - même si elles peuvent conduire un enfant à succomber à des thérapies hormonales stérilisantes ou à des opérations chirurgicales irréversibles. C'est une véritable honte, étant donné que plus de 80 % des jeunes souffrant de dysphorie de genre, s'ils sont laissés à eux-mêmes, ne se sentiront plus mal à l'aise dans leur corps de naissance lorsqu'ils atteindront l'âge adulte. En ce qui concerne l'égalité de tous devant la loi, le projet de loi C-4 ne satisfait pas aux exigences de l'article 52 de la Charte et, s'il est mis en œuvre, il devrait être déclaré illégal et « sans force ni effet ».

Le projet de loi C-4 (thérapie de conversion) fait-il fi de la primauté du droit au Canada?
 

Des lois révolutionnaires


Il est intéressant de noter que le projet de loi C-6, l'ancêtre du projet de loi C-4 lors de la dernière session parlementaire, était moins intrusif pour les libertés civiles des citoyens canadiens. C'était le cas car sa portée se limitait à la criminalisation de la transition d'adultes non consentants, ou de tout enfant, vers leurs orientations sexuelles ou leurs identités de genre biologiques. Ce n'est pas le cas avec le nouveau projet de loi C-4, cependant, car il outrepasse les droits individuels fondamentaux en interférant avec la capacité de tout adulte à prendre des décisions en son nom propre dans le contexte de sa propre vie. L'audace dont fait preuve le gouvernement fédéral pour effectuer une telle réduction de nos libertés civiles est palpable. Il n'y aura aucune possibilité de se débarrasser d'orientations sexuelles ou d'identités de genre non désirées si elles vont dans la direction non préférée - même si vous êtes un citoyen qui paie ses impôts, qui respecte la loi et qui vote. On peut se demander si l'idée de prendre un projet de loi C-6 partial et inconstitutionnel et de le rendre encore plus draconien et répressif dans une version du projet de loi C-4 témoigne d'un zèle révolutionnaire. Un zèle qui ne voit aucun contrôle ou équilibre dans la loi suprême du pays - la Charte?

Les orignaux mâles canadiens n'ont qu'un choix de thérapie de conversion à sens unique

Un tel mépris des contraintes constitutionnelles sur le processus législatif n'est pas une nouveauté dans le Canada post-2015. Prenez par exemple l'empressement à légiférer sur « l'identité et l'expression sexuelles » comme motif de discrimination dans les dispositions sur l' « égalité » de l'article 15 de la Charte. Prenez ensuite l'exemple de la motion M-103 (islamophobie) et de son affirmation déclarée que le Canada est « systématiquement raciste » et un foyer de « discrimination religieuse » - avec un accent particulier sur sa haine islamophobe des musulmans. La première initiative a été mise en place en dépit de son appel à abroger les dispositions de la Charte relatives à la liberté d'expression en imposant l'utilisation de pronoms personnels, tout en supprimant les notions de vie privée dans les toilettes et les salles de bain. Dans le cadre de cette dernière initiative, l'incapacité à définir précisément ce que l'on entend par le terme « islamophobie » continue à entraver les discours critiques à l'égard de certains systèmes de croyance et de leurs doctrines opérationnelles - y compris la charia.

Un père du comté de Loudon arrêté lorsque que sa fille fut violée par un transsexuel

De telles lois et motions peuvent être considérées comme révolutionnaires car elles divisent les populations selon le schéma marxiste classique « oppresseur contre victime ». Une telle législation, basée sur et soutenue par des récits incessants et contre-intuitifs, aboutit à la création de « l'autre » qui peut être exploitée pour distraire le public alors même que les politiciens accroissent leur pouvoir et leur contrôle sur cette même population. Les politiciens en profitent pour accumuler les félicitations de la part de ceux qui sont favorisés par cette réglementation, alors que le grand public souffre de la division et de l'animosité fabriquée. La clé de ces tactiques de division et de conquête, bien sûr, est de dénigrer ou de nier tout ce qui unit et d'accentuer tout ce qui divise. Vu sous cet angle, la diminution des droits individuels et des libertés communes à tous, tout en apaisant les sensibilités de collectivistes bruyants, est digne d'un objectif de « culture d'annulation ». Ajoutez à cela une urgence médicale sans fin et un bouc émissaire bien pratique sous la forme des « non-vaccinés » et vous avez l'étoffe d'un schisme capable de justifier un appel à rassembler et à « réimaginer » le Canada. Une perspective vraiment révolutionnaire.

Le PM appelle à « réimaginer » le Canada, à quoi cela ressemblera-t-il?
 

Loi des pleins pouvoirs


Des lois qui éloignent le Canada de ses racines démocratiques libérales occidentales et l'entraînent sur la voie du collectivisme sont maintenant adoptées au nom du « bien public ». Ces lois peuvent être considérées comme révolutionnaires par nature, étant donné le changement qu'elles proposent, et leur opposition devrait être possible grâce aux processus en place que toute démocratie qui se respecte a à sa disposition. Ces processus sont rendus disponibles dans le contexte canadien par sa Constitution et sa Charte intégrée. Plus précisément, les droits des citoyens canadiens sont sacro-saints et découlent d'une éthique judéo-chrétienne et de la Magna Carta, vieille de plus de 800 ans. En effet, leur limitation ne peut être admise que si l'on surmonte les quatre obstacles présentés par l'article 1 de la Charte. Elles doivent être raisonnables, prescrites par la loi, justifiables de manière démontrable et considérées comme justes dans le contexte d'une société libre et démocratique.

Signature de la Magna Carta en 1215

La mise en œuvre de lois et de décrets révolutionnaires et shors-la-loi au Canada s'est déroulée en dépit des freins et contrepoids de l'article 1. Le fait que cela ait été possible témoigne d'un environnement réglementaire dans lequel des acteurs de premier plan, volontairement ou par inadvertance, négligent leur obligation de respecter les garanties de la Charte. C'est ainsi qu'un parti d'opposition a appuyé le vote unanime de la Chambre sur la motion M-103 et le projet de loi C-4, même si une bonne partie de ses propres membres avaient de sérieux doutes quant à leur constitutionnalité. La politique de la crainte de récriminations de la part des médias et des groupes d'intérêts spéciaux concernés sont prioritaires et l'avancement de telles initiatives est ainsi permis. Après tout, en fin de compte, il y a beaucoup plus de votes à gagner en rendant heureux le bloc de vote associé à un collectif qu'en soutenant les droits de l'individu. Nous voyons ce calcul politique aller au-delà de la classe des faiseurs de règles pour balayer les membres du pouvoir judiciaire qui se considèrent comme des « serviteurs de l'État ». C'est ce qui s'est passé en Allemagne en 1933, lorsque sa « loi des pleins pouvoirs » a été signée.

La « loi des pleins pouvoirs » de l'Allemagne nazie entre en vigueur en 1933.

Cependant, pour ceux qui envisagent d'autoriser des lois inconstitutionnelles, le risque de s'appuyer uniquement sur des calculs politiques égoïstes et un soutien judiciaire flatteur est tout simplement trop risqué. Après tout, les gens ordinaires ont toujours la possibilité de s'exprimer et, éventuellement, d'influencer leurs calculs. Il vaut mieux sceller l'affaire avec des lois réelles qui font des « pleins pouvoirs » une valeur sûre. C'est ainsi que nous assistons à la formulation de nouvelles lois visant à restreindre et à museler toute tentative de rappeler la nécessité de satisfaire aux exigences juridiques et probatoires de la section 1. Ces lois sont en cours d'élaboration sous la forme des projets de loi C-10 et C-36 qui ont été reportés de la dernière session parlementaire. La première contrôlera tout « contenu d'utilisateur » que vous souhaiteriez rendre public, tandis que la seconde va plus loin en prévoyant des amendes et des assignations à résidence si vous vous écartez des lignes de communication prescrites par un certain nombre de groupes d'intérêts spéciaux. On peut se demander si ces nouvelles lois vont se combiner pour devenir la « loi des pleins pouvoirs » du Canada de 2022.

Les projets de loi C-10 et 36 vont-ils détruire la liberté d'expression en 2022?
 

Joyeux Noël et un Joyeux Hanoucca (excusez le retard!)


Avec cette dernière mise à jour de 2021, C3RF aimerait souhaiter à tous nos membres et amis un Joyeux Noël et espère qu'ils ont eu un Joyeux Hanoucca. Nous serons de retour avec vous dans la nouvelle année et nous attendons avec impatience une autre année de lutte contre les efforts visant à diminuer vos droits individuels et fondamentaux de la Charte. Une tâche qui nécessitera votre attention et vos bons efforts si nous voulons repousser les attaques incessantes du virus Wuhan et de la "Grande Réinitialisation" qui se présenteront très certainement en 2022.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags