C3RF Update, 04 Jun 2021 – Fries with your Charter Rights?


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Save your child from vaccine abuse – consider the “Notice of Liability” initiative below

Hierarchical Charter rights


One can be forgiven for looking at our Charter of Rights and Freedoms like a buffet. Pass the equality rights please and give me a big dollop of that gender identity and expression stuff while you’re at it! Hold the religious rights, though, as I’m on a diet and trying to cut back on anything that makes me look a bit out of the norm. Indeed, our vaunted Charter of Rights and Freedoms have become so situational that our leaders can call out past authorities for failing to protect them even as they, themselves, engage in the most egregious affronts to our civil liberties!

The Charter buffet

How else to explain recent Prime Ministerial apologies for the internment of Canadians of Italian extraction during WWII. The Canadian leader opined with great indignation that these poor Canadians were cheated out of their “due process” rights even before such rights were codified in the Constitution Act of 1982. The hypocrisy was so thick you could cut it with a knife as his admonitions came at a time when he was extending travel quarantine measures and U.S. border closures for all Canadians – even the healthy ones. One wonders, with our current Prime Minister apologizing for WWII Italian-Canadian internment camps, will a future Prime Minister have to apologize for today’s restrictions on the mobility, assembly, association and religious freedoms of everyday, healthy Canadians?

WWII Internment of Italian Canadians

We shouldn’t be surprised though, the hierarchical approach to Charter Rights has been with us from the start of the Trudeau government in 2015. Who could forget the “summer jobs” attestation initiative from 2018 that saw government grants handed out on condition of recipients declaring allegiance to preferred government ideologieslike the provision of on-demand abortions. Such “attestations” have become the norm as access to other government money hinges on your stated alignment with the social pieties of the day. Take for example the federal government’s audacity in shutting down corporations in the name of the Wuhan virus emergency and then offering financial aid on condition of conforming with “climate change” exigencies! But it doesn’t stop there, these intrusions extend to the wellbeing of your children in this same Wuhan virus environment.

Grant money on condition of compelled political support

Children’s rights


The situational approach to Charter Rights is not just a phenomenon associated with the adult population of Canada. It extends into the children’s realm as well. Witness the case of self-confessed terrorist Omar Khadr. Much was made at the time of his capture on the battlefields of Afghanistan that he was a “child soldier” and deserving of leniency in the matter of the firefight death of Sgt Christopher Speer. It mattered not that Khadr could neither be classified as a “child soldier”, given the Geneva Conventions in play at the time, nor refute the video tape evidence of his terrorist activities. Canadian courts ruled that his Charter “due process” rights were abrogated as he didn’t have a lawyer present when he was queried by Canadian security personnel. The Trudeau government acquiesced to the courts even though Khadr was an illegal enemy combatant and subject to the international “Laws of War”. They apologized to Khadr and awarded him $10.5 million. After all, a Canadian is a Canadian is a Canadian and Omar Khadr was a “child soldier”.

A Canadian is a Canadian is a...

Unfortunately, it appears that one “child’s” right to “due process” does not translate to providing those same rights to others. Now we see that, even though a self-confessed terrorist can benefit from the Charter, there is a whole nation of young that are removed from these same protections. Such is the case as “investigational” vaccines developed to defeat the Wuhan virus are being made available to Canadian youth from 12 to 17 years old without the considerations afforded by “due process”. After all, the “investigational” or experimental nature of these vaccines demands that they be preceded by an individual’s “informed consent”. A consent that incorporates a knowledge of the risks and benefits associated with the jab along with available alternatives. These requirements are clearly laid out in the Nuremberg Code of 1947 and affiliated international conventions that Canada is signatory to and they are clearly not being respected.

Individual. voluntary informed consent

Unfortunately, the provision of knowledge regards risks and benefits and alternative treatments is woefully inadequate when it comes to the current offering of Wuhan virus vaccines. Rather than breaking out risks on an individual basis in line with a person’s age and medical condition, including comorbidities, they are framed within a narrative that stresses the “common good”. All must be vaccinated in order to ensure a societal “herd immunity” and an overall return of civil liberties. Likewise, the possibility of using therapeutic treatments, in lieu of a vaccine, are steadfastly refused through gag orders issued by both government and professional agencies. Lacking these attributes of an “informed consent”, Canadians as a whole, and their young in particular, are unable to give such consent.

Your child’s rights and fighting back


No informed consent in the matter of experimental medicines is a clear “abuse of process” as defined in section 7 of the Charter. How could it be otherwise when a right to the information you require, and are mandated to have, is deliberately withheld from you. It’s bad enough that this information is withheld from an adult, it is manifestly more egregious when the parental consent of a child as young as 12 years of age can be circumvented by authorities at a vaccination site. Will a child have the wherewithal to ask for a personal risk assessment given the jab versus having the Wuhan virus without it - the latter of which is known to present a negligible risk to the young? Will the 12-year-old have the wherewithal to ask if therapeutics are available that can deal with the virus without hospitalization on an out-patient basis – as Ivermectin is now reputed to do? And finally, can jabbing children against parental wishes and in the absence of such information be anything but child abuse?

Experimenting on children

A good case can be made that jabbing children with Wuhan virus vaccines, absent parental consent and the related information they need to make such a decision on behalf of their children, is illegal. Similarly, a good case can be made that those participating in such a crime can be held liable and subject to legal repercussions. Such crimes are manifestly more odious when one considers expert research that sees the young, with their strong immune systems, as more susceptible to immune overreactions such as Antibody-Dependent Enhancement (ADE). This research is summarized by University of Guelph Professor of Viral Immunology, Dr. Byram Bridle, in this interview with Alex Pierson.

Dr. Byram Bridle

The fact that school authorities can even consider coordinating the jabbing of children with an experimental gene therapy without parental oversight is frightening. Parents do, however, have a means to fight back and it involves providing these same educational authorities with a “Notice of Liability”. This notice would advise those who have taken it upon themselves to hijack your children for experimental purposes that they are subject to the full weight of the law if they choose to do so. One such notice has been organized by our friends at Action4Canada in consultation with legal experts. Take a look at the Action4Canada “Notice of Liability” and consider distributing it to all those dealing with your child’s formal education. Consider saving your child from institutional vaccine abuse by putting a steep price on it happening. If you don’t have a child or grandchild, please consider distributing the Notice to friends who do. As you consider this initiative, please keep in mind that neither Action4Canada nor C3RF can accept any responsibility or liability “for any harms or losses that occur as a result of delivering this notice to anyone”. Neither organization is making “any representations or warranties about the potential consequences of delivering this Notice of Liability (eg. removal of child from a private school)”.

Action4Canada logo

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Protégez votre enfant contre les abus de vaccins - envisagez l'initiative "Avis de responsabilité" ci-dessous

Droits hiérarchisés de la Charte


On peut être pardonné de considérer notre Charte des droits et libertés comme un buffet. Passez les droits à l'égalité, s'il vous plaît, et donnez-moi une bonne cuillerée de ce truc sur l'identité et l'expression sexuelles pendant que vous y êtes! Mais retenez les droits religieux, car je suis au régime et j'essaie de réduire tout ce qui me fait paraître un peu anormal. En effet, notre fameuse Charte des droits et libertés est devenue si situationnelle que nos dirigeants peuvent reprocher aux autorités passées de ne pas les avoir protégés, alors même qu'ils se livrent eux-mêmes aux affronts les plus flagrants à nos libertés civiles!

La Charte est maintenant un buffet

Comment expliquer autrement les récentes excuses du Premier ministre pour l'internement des Canadiens d'origine italienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Notre leader a déclaré avec beaucoup d'indignation que ces pauvres Canadiens avaient été privés de leurs droits à une procédure régulière avant même que ces droits ne soient codifiés dans la Loi constitutionnelle de 1982. L'hypocrisie était si épaisse qu'on pouvait la couper avec un couteau, car ses remontrances sont arrivées au moment où il étendait les mesures de quarantaine aux voyageurs et la fermeture des frontières américaines à tous les Canadiens, même ceux qui étaient en bonne santé. On peut se demander, alors que notre premier ministre actuel s'excuse pour les camps d'internement italo-canadiens de la Seconde Guerre mondiale, si un futur premier ministre devra s'excuser pour les restrictions actuelles des libertés de mobilité, de réunion, d'association et de religion des Canadiens en bonne santé.

Internement des Italo-canadiens durant la guerre

Nous ne devrions pas être surpris car l'approche hiérarchique des droits de la Charte nous accompagne depuis le début du gouvernement Trudeau en 2015. Qui pourrait oublier l'initiative d'attestation des « emplois d'été » de 2018 qui a vu les subventions gouvernementales distribuées à condition que les bénéficiaires déclarent leur allégeance aux idéologies préférées du gouvernement - comme fournir des avortements sur demande. De telles "certifications" sont devenues la norme, car l'accès à d'autres fonds gouvernementaux dépend de votre alignement déclaré sur les piéties sociales du jour. Prenez, par exemple, l'audace du gouvernement fédéral qui a fermé des entreprises au nom de l'urgence du virus de Wuhan, pour ensuite offrir une aide financière à condition qu'elles se conforment aux exigences du « changement climatique »! Mais cela ne s'arrête pas là, ces intrusions s'étendent au bien-être de vos enfants dans ce même environnement du virus Wuhan.

De la tarte au suif pour ceux nous soutiennent

Les droits des enfants


L'approche situationnelle des droits de la Charte n'est pas seulement un phénomène associé aux adultes du Canada. Elle s'étend également aux enfants. Prenons le cas du terroriste Omar Khadr. Au moment de sa capture sur les champs de bataille de l'Afghanistan, on a fait grand cas du fait qu'il était un "enfant soldat" et qu'il méritait l'indulgence dans l'affaire de la mort par balle du sergent Christopher Speer. Peu importe que Khadr ne puisse être classé comme « enfant soldat », compte tenu des Conventions de Genève en vigueur à l'époque, et que l'on ne puisse réfuter les preuves vidéo de ses activités terroristes. Les tribunaux canadiens ont statué que les droits à une procédure régulière garantis par la Charte ont été abrogés car il n'était pas accompagné d'un avocat lorsqu'il a été interrogé par le personnel de sécurité canadien. Le gouvernement Trudeau a acquiescé aux décisions des tribunaux, même si Khadr était un combattant ennemi illégal et soumis aux « lois de la guerre » internationales. Il a présenté ses excuses à Khadr et lui a accordé 10,5 millions de dollars. Après tout, un Canadien est un Canadien est un Canadien et Omar Khadr était un « enfant soldat ».

Un Canadien est un Canadien....

Malheureusement, il semble que le droit d'un « enfant » à une « procédure régulière » ne se traduise pas par l'octroi de ces mêmes droits aux autres. Nous voyons maintenant que, même si un terroriste avoué peut bénéficier de la Charte, il y a toute une nation de jeunes qui sont privés de ces mêmes protections. C'est le cas des vaccins « expérimentaux » mis au point pour vaincre le virus de Wuhan, qui sont mis à la disposition des jeunes Canadiens âgés de 12 à 17 ans sans les considérations offertes par « l'application régulière de la loi ». Après tout, la nature « expérimentale » de ces vaccins exige qu'ils soient précédés du « consentement éclairé » de l'individu. Un consentement qui comprend une connaissance des risques et des avantages associés au vaccin ainsi que des alternatives disponibles. Ces exigences sont clairement énoncées dans le Code de Nuremberg de 1947 et dans les conventions internationales dont le Canada est signataire, et elles ne sont manifestement pas respectées.

Consentement éclairé de la personne

Malheureusement, l'offre actuelle de vaccins contre le virus Wuhan ne permet pas de connaître les risques, les avantages et les traitements alternatifs. Plutôt que d'expliquer les risques sur une base individuelle en fonction de l'âge et de l'état de santé de la personne, y compris les comorbidités, ils sont encadrés dans un récit qui met l'accent sur le « bien commun ». Tous doivent être vaccinés afin d'assurer une « immunité collective » de la société et un retour général des libertés civiles. De même, la possibilité d'utiliser des traitements thérapeutiques, en lieu et place d'un vaccin, est fermement refusée par des interdictions émises par les agences gouvernementales et professionnelles. Faute de ce « consentement éclairé », les Canadiens dans leur ensemble, et leurs jeunes en particulier, sont incapables de donner un consentement éclairé.

Les droits de votre enfant et la riposte


L'absence de consentement éclairé en matière de médicaments expérimentaux constitue clairement un « abus de procédure » au sens de l'article 7 de la Charte. Comment pourrait-il en être autrement lorsque le droit à l'information dont vous avez besoin, et que vous êtes tenu d'obtenir, vous est délibérément refusé. C'est déjà assez grave que cette information soit refusée à un adulte, mais c'est encore plus flagrant lorsque le consentement parental d'un enfant d'à peine 12 ans peut être contourné par les autorités sur un site de vaccination. Un enfant aura-t-il les moyens de demander une évaluation personnelle des risques, qu'il s'agisse de se faire vacciner ou de contracter le virus de Wuhan sans se faire vacciner, ce dernier étant connu pour présenter un risque négligeable pour les jeunes? L'enfant de 12 ans aura-t-il les moyens de demander s'il existe des thérapies capables de traiter le virus sans hospitalisation - comme l'Ivermectin est maintenant réputée le faire? Et enfin, le fait de piquer des enfants contre la volonté des parents et en l'absence de telles informations peut-il être autre chose que de la maltraitance?

Expérimenter sur des enfants

Il est tout à fait possible d'affirmer que l'administration de vaccins contre le virus de Wuhan à des enfants, en l'absence du consentement parental et des informations nécessaires pour prendre une telle décision au nom de leurs enfants, est illégale. De même, on peut affirmer que ceux qui participent à un tel crime peuvent être tenus pour responsables et subir des répercussions juridiques. De tels crimes sont manifestement plus odieux si l'on considère les recherches d'experts qui considèrent que les jeunes, avec leur système immunitaire fort, sont plus sensibles aux réactions immunitaires excessives telles que l'augmentation des anticorps (ADE). Cette recherche est résumée par le Dr Byram Bridle, professeur d'immunologie virale à l'Université de Guelph, dans cette interview avec Alex Pierson.

Le Dr. Byram Bridle

Le fait que les autorités scolaires puissent même envisager de coordonner l'administration à des enfants d'une thérapie génique expérimentale sans la surveillance des parents est effrayant. Les parents disposent toutefois d'un moyen de riposter, qui consiste à fournir à ces mêmes autorités scolaires un « avis de responsabilité ». Cet avis informera ceux qui ont pris l'initiative de soumettre vos enfants à des cures expérimentales qu'ils sont soumis à toute la rigueur de la loi s'ils décident de le faire. Un tel avis a été organisé par nos amis d'Action4Canada en consultation avec des experts juridiques. Jetez un coup d'œil à l' « Avis de responsabilité » d'Action4Canada et envisagez de le distribuer à tous ceux qui s'occupent de l'éducation de votre enfant. Envisagez de sauver votre enfant de l'abus institutionnel des vaccins en mettant un prix élevé à cet abus. Si vous n'avez pas d'enfant ou de petits-enfants, pensez à distribuer l'avis à vos amis. En considérant cette initiative, veuillez garder à l'esprit que ni Action4Canada ni le C3RF ne peuvent accepter de responsabilité ou d'obligation "pour tout préjudice ou toute perte survenant à la suite de la remise de cet avis à quiconque". Ni l'une ni l'autre des organisations ne fait "de représentation ou de garantie quant aux conséquences potentielles de la remise de cet avis de responsabilité (par exemple, le retrait d'un enfant d'une école privée)".

Le logo d'Action4Canada

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon