C3RF Update, 04 Mar 2022 – Elite capture


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Sign! Petition to the Governor General of Canada - dismiss Prime Minister Trudeau

 

Politics is king


It would seem that everything under the sun, in Canada at least, has the stench of political spin about it. From the military to public health to energy production and beyond, all related agencies and regulatory entities have, arguably, come under the highly centralized control of the Prime Minister’s Office or PMO. And so we have seen, since the 1960’s, a transfer of power from the “more purely administrative preserves of other central agencies” to the Prime Minister’s political play space. In the case of our military, and as explained by retired Lieutenant-General Andrew Leslie, the lack of any political payback has rendered defence expenditures a non-starter by PMO apparatchiks.

Lieutenant-General Andrew Leslie (Ret'd) sees the PMO politicizing defence expenditures

The descent of our military into the crass abyss that is political pandering is evident as it leaves operational readiness behind to pursue socio-cultural priorities. And so, we see its new Minister of National Defence committing to climate change, diversity, inclusiveness and equity (DIE) programs and a harassment-free work environment for soldiers, sailors and airmen (oops! airpersons?). Accordingly, and in line with transitioning combat capabilities into political wedge issues, military psyop competences have been turned away from enemy application to “head off civil disobedience by Canadians during the coronavirus pandemic and to bolster government messages about the pandemic”. If this wasn’t bad enough the military even lowered itself to score more political points by providing cold weather combat training to a rival military in the form of the People’s Liberation Army (PLA) of China. Talk about politics is king!

Politics is king as Canada trains the PLA in winter combat

As noted, the “politics is king” mantra permeates the whole of government operations and extends beyond the military realm to include the public health sector as it dealt with the Wuhan virus. The related narratives have been blessed as “evidence-based science” and will suffer no query by lesser forms of knowledge or experience. Accordingly, a new remedial strategy that embraces lockdowns, social distancing and mass experimental vaccine programs is posited as undeniable even as hundreds of years of epidemiological practice are trashed. Concepts such as “natural immunity” and the unlikelihood of asymptomatic spread have been thrown out with the bathwater that was once the WHO’s own Pandemic Planning Guidelines of 2019. Perhaps the most concerning in this new mix of politics and medicine is the headlong rush into vaccine “mandates” and “passports” that are at the heart of the Freedom Convoy 2022 protests.

Former Pfizer research VP, Michael Yeadon, debates Wuhan virus asymptomatic spread
 

Political prisoners


The extent to which the Canadian government is prepared to go to secure the Wuhan virus narratives-of-the-day is starkly displayed in its treatment of Freedom Convoy 2022 protesters. From the beginning to the end of related protests, the protesters were pilloried as a “fringe minority” holding “unacceptable views” before their leaders were jailed – some without the prospect of bail. The term “political prisoner” springs to mind here as such incarcerations do not seem to be based on acts of self-serving criminality but, rather, on acts of political dissent. As the definition implies, these acts represent a difference in opinion between a person or group and their governing overloads. In the case of the truckers, their belief that their vaccination status should have no impact on their ability to conduct cross-border operations stands in stark contrast to government policies that absolutely reject such a possibility. Indeed, the government’s position in this matter is so adamant that it will not even discuss the possibility.

Did Ottawa Mayor Jim Watson contribute to the trucker "blockade"

When it comes to “political prisoners”, it’s hard to imagine a better example than that of Tamara Lich. Ms. Lich is a slight, Metis grandmother and activist who believes strongly in a Canada that includes and celebrates its Western regions – to the point of separation if Western interests are not addressed. She became the “spark that lit the flame” of the Freedom Convoy 2022 and her related efforts were central in the formation of the thousands of trucks, vehicles and supporters that inundated a hapless and unprepared City of Ottawa. The inability of authorities to deal with the sheer size of the convoy was rationalized with charges of “occupation”, “blockading” and “extremism”. Accordingly, and under the Emergencies Act, she had her bank accounts frozen, was charged with “counseling to commit mischief” and denied bail. The judge in her case, a Liberal Party supporter, withheld bail as she was unconvinced that the grandmother from Manitoba would not re-offend. Indefinite imprisonment for a political prisoner?

Grandmother and political prisoner Tamara Lich held without bail

One cannot help but compare the treatment of Ms. Lich with that of the Winnipeg “hit and run” driver who plowed into a Freedom Convoy crowd on 04 February 2022 and injured four protesters before leaving the scene. The culprit was an alleged anarchist and was charged with several violent counts but no hate or terrorism charges. To make the contrast with Ms. Lich starker, he was released on $10,000 bail a few short days later - one law for you and one law for me? Were Ms. Lich’s crimes so onerous that society needed to be secured by denying her bail? This was an extraordinary decision given Senator Donald Plett’s analysis of Freedom Convoy activities in Ottawa during Senate hearings on the subject. His testimony, based on factual evidence, put the lie to claims that the convoy protests were violent or dangerous, but rather deserved to be spoken to by responsible authorities. In a similar fashion and during the same deliberations, Senator Pierre J. Dalphond declared the freezing of protester financial accounts to be unconstitutional. Indeed, he stated that “In my view, this process designed to punish a person, even temporarily, by seizure of assets without any judicial oversight, is a clear violation of section 8 of the Charter”.

Senator Don Plett claims truckers were mischaracterized
 

Elite capture


One can’t help but wonder why such desperate measures are called up to deal with peaceful protesters – particularly when they threaten the very security of our banking system! Tamara Lich is jailed without bail and her accounts frozen while an alleged anarchist gets bail for his alleged, violent attacks on her Winnipeg counterparts. Could it be that we are witnessing the result of “elite capture” in the Canadian context? Elite capture can be defined as an effort by powerful, monied forces “to curry favour with highly placed members of the political, business or cultural classes to entrench influence”. Canada, with its highly centralized form of parliamentary governance, is particularly vulnerable to such capture techniques given the almost dictatorial powers assigned to its Prime Minister. This Prime Minister, particularly in a majority government scenario, has the keys to the kingdom when it comes to filling influential seats of political and judicial power.

Does "elite capture" explain inconsistency and bias in the Canadian context?

The elite capture of various seats of power within Canada is capable of explaining much more than just the inconsistent application of bail in protest settings. As mentioned earlier, the selective application of “evidenced-based science” in remedying the Wuhan virus crisis can be seen as a project designed to serve priorities removed from the interests of the nation or its citizens. It does seem suspicious, for example, that the repression of any discussion of “natural immunity”, or best practice therapeutics when it comes to the Wuhan virus, fits nicely with a worldwide campaign to get experimental vaccines in the arms of every person, young and old, everywhere. It goes without saying that the knock-on benefit for vaccine manufacturers is manifested in huge profits even as it clears a path for enhanced population monitoring measures in the form of vaccine mandates and passports. Seen in this light, is it any wonder that the government of Prime Minister Trudeau was so reticent to engage with the truckers on the topic of vaccine mandates for their cross-border operations? Additionally, would it be safe to assume that the lifting of such mandates and passports will only come through citizen pressure rather than any initiative tabled by their political and public health authorities?

Are vaccine profits an outcome of "elite capture"?

Above and beyond vaccine profits is the very real possibility that “elite capture” will give related mandates and passports the power to control the purchasing and mobility options of entire populations. Such control measures can be seen to be abetted by legislative initiatives that are quietly wending their way through both domestic and international venues. There is Bill S-233, for example, that seeks to create the national framework required to establish a Guaranteed Annual Income scheme for Canadians. This would complete the work pioneered by various Wuhan virus compensation schemes aimed at tiding over citizens and businesses that suffered related job losses. Then there is the World Health Organization (WHO) initiative to create yet another framework to harmonize vaccine passport credentials so that a worldwide database might be developed to allow you to travel internationally. Unfortunately, what governments give they can take away - including your right to purchase and move in accordance with your free will. At the end of the day, the capturing of our political system by elites who then go on to create political prisoners cannot be seen to be in the interests of a free and democratic society.

Will mobility rights be limited by the elite capture agenda?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Signez! Pétition à la gouverneure générale du Canada – rejeter le premier ministre Trudeau

 

La politique est reine


Il semblerait que tout ce qui se trouve sous le ciel, du moins au Canada, ait une odeur de politique. De l'armée à la santé publique en passant par la production d'énergie et plus encore, toutes les agences et entités réglementaires sont, sans doute, passées sous le contrôle hautement centralisé du Cabinet du Premier ministre ou CPM. Ainsi, depuis les années 1960, nous avons assisté à un transfert de pouvoir des « compétences presque purement administratives des autres agences centrales » vers l'espace de jeu politique du Premier ministre. Dans le cas de nos militaires, et comme l'explique le lieutenant-général à la retraite Andrew Leslie, l'absence de conséquence politique a fait que les dépenses de défense n'ont pas été prises en compte par les apparatchiks du PMO.

Le lieutenant-général Andrew Leslie (ret.) voit le CPM politiser les dépenses de défense

La descente de notre armée dans l'abîme grossier qu'est la soumission politique est évidente, car elle laisse de côté la préparation opérationnelle pour poursuivre des priorités socioculturelles. Ainsi, nous voyons le nouveau ministre de la Défense nationale s'engager en faveur du changement climatique, des programmes de diversité, d'inclusion et d'équité (DIE) et d'un environnement de travail sans harcèlement pour les soldats, les marins et les aviateurs (oups! Aviatrices? Ou peut-être même aviatrix).En conséquence, et conformément à la transition des capacités de combat vers les questions politiques, les compétences psychologiques militaires ont été détournées de leur application à l'ennemi pour « prévenir la désobéissance civile des Canadiens pendant la pandémie du coronavirus et renforcer les messages du gouvernement sur la pandémie ». Comme si cela ne suffisait pas, l'armée s'est même abaissée à marquer des points politiques supplémentaires en fournissant une formation au combat par temps froid à une armée rivale, l'Armée populaire de libération (APL) de la Chine. La politique est reine!

La politique est reine alors que le Canada forme l'APL au combat hivernal

Comme indiqué, le mantra « la politique est reine » imprègne l'ensemble des opérations gouvernementales et s'étend au-delà du domaine militaire pour inclure le secteur de la santé publique dans la gestion du virus de Wuhan. Les récits qui s'y rapportent ont été bénis en tant que « science fondée sur des preuves » et ne souffriront d'aucune remise en question par des formes de connaissance ou d'expérience inférieures. En conséquence, une nouvelle stratégie corrective qui englobe le confinement, la distanciation sociale et les programmes de vaccination expérimentale de masse est présentée comme indéniable, même si des centaines d'années de pratique épidémiologique sont mises aux vidanges. Des concepts tels que l' « immunité naturelle » et l'improbabilité d'une « propagation asymptomatique » ont été jetés avec l'eau du bain bien qu'elles étaient autrefois les directives de planification de pandémique de l'OMS (avant 2020). Ce qui est peut-être le plus inquiétant dans ce nouveau mélange de politique et de médecine, c'est l'imposition rapide des « mandats » et des « passeports » de vaccination qui sont au cœur des protestations du Convoi de la liberté de 2022.

Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer chargé de la recherche, s'interroge sur la propagation asymptomatique du virus de Wuhan
 

Prisonniers politiques


Le traitement réservé aux manifestants du Convoi de la Liberté 2022 montre bien jusqu'où le gouvernement canadien est prêt à aller pour garantir les récits du jour sur le virus de Wuhan. Du début à la fin des manifestations, les manifestants ont été cloués au pilori en tant que « minorité marginale » aux « opinions inacceptables », avant que leurs leaders ne soient emprisonnés - certains sans possibilité de libération sous caution. L'expression « prisonnier politique » vient ici à l'esprit, car ces incarcérations ne semblent pas être fondées sur des actes de criminalité, mais plutôt sur des actes de dissidence politique. Comme la définition l'implique, ces actes représentent une différence d'opinion entre une personne ou un groupe et leurs dirigeants au pouvoir. Dans le cas des camionneurs, leur conviction que leur statut vaccinal ne devrait avoir aucun impact sur leur capacité à mener des opérations transfrontalières contraste fortement avec les politiques gouvernementales qui rejettent absolument une telle possibilité. En effet, la position du gouvernement dans cette affaire est si catégorique que gouvernement ne veut même pas discuter de ce sujet.

Le ministre des transports, Omar Alghabra, refuse de discuter avec les camionneurs de l'obligation de vacciner

Lorsqu'il est question de « prisonniers politiques », il est difficile d'imaginer un meilleur exemple que celui de Tamara Lich. Mme Lich est une petite grand-mère métisse et une militante qui croit fermement en un Canada qui inclut et célèbre les régions de l'Ouest canadien- au point de s'en séparer si les intérêts de l'Ouest ne sont pas pris en compte. Elle est devenue « l'étincelle qui a allumé la flamme » du convoi de la liberté 2022 et ses efforts ont été essentiels à la formation des milliers de camions, de véhicules et de partisans qui ont inondé une ville d'Ottawa mal préparée et sans défense. L'incapacité des autorités à faire face à l'ampleur du convoi a été justifiée par des accusations d' « occupation », de « blocage » et d' « extrémisme ». En conséquence, et en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence, ses comptes bancaires ont été gelés, elle a été accusée de « conseil pour commettre un méfait » et s'est vu refuser la liberté sous caution. La juge chargée de l'affaire, une partisane du Parti libéral, a refusé la libération sous caution car elle n'était pas convaincue que la grand-mère du Manitoba ne récidiverait pas. Un emprisonnement indéfini pour un prisonnier politique?

La grand-mère et prisonnière politique Tamara Lich détenue sans caution

On ne peut s'empêcher de comparer le traitement réservé à Mme Lich à celui réservé au chauffard de Winnipeg qui a foncé dans la foule du Convoi de la liberté le 4 février 2022 et blessé quatre manifestants avant de quitter les lieux. Le coupable était un présumé anarchiste et a été inculpé de plusieurs chefs d'accusation pour violence, mais pas pour haine ou terrorisme. Pour rendre le contraste avec Mme Lich encore plus frappant, il a été libéré sous caution de 10 000 dollars quelques jours plus tard - une loi pour vous et une loi pour moi? Les crimes de Mme Lich étaient-ils si graves qu'il fallait protéger la société en lui refusant la liberté sous caution? Il s'agit d'une décision extraordinaire compte tenu de l'analyse que le sénateur Donald Plett a faite des activités du Convoi de la Liberté à Ottawa lors des audiences du Sénat sur le sujet. Son témoignage, fondé sur des preuves factuelles, a démenti les affirmations selon lesquelles les manifestations du convoi étaient violentes ou dangereuses, mais méritaient plutôt que les autorités responsables leur parlent. De la même façon et au cours des mêmes délibérations, le sénateur Pierre J. Dalphond a déclaré que le gel des comptes financiers des manifestants était inconstitutionnel. En effet, il a déclaré: « À mon avis, ce processus visant à punir une personne, même temporairement, par la saisie de ses biens sans aucun contrôle judiciaire, constitue une violation manifeste de l'article 8 de la Charte ».

Le sénateur Don Plett affirme que les camionneurs ont été mal décrits
 

Capture de l'élite


On ne peut s'empêcher de se demander pourquoi des mesures aussi désespérées sont prises à l'encontre de manifestants pacifiques, surtout lorsqu'ils menacent la sécurité même de notre système bancaire! Tamara Lich est emprisonnée sans caution et ses comptes sont gelés, tandis qu'un présumé anarchiste est libéré sous caution pour ses attaques violentes contre des gens de Winnipeg. Se pourrait-il que nous soyons témoins du résultat de la « capture des élites » dans le contexte canadien? L'accaparement de l'élite peut être défini comme un effort des forces puissantes et riches « pour s'attirer les faveurs de membres haut placés des classes politiques, commerciales ou culturelles afin d'asseoir leur influence ». Le Canada, avec sa forme de gouvernance parlementaire hautement centralisée, est particulièrement vulnérable à de telles techniques de capture étant donné les pouvoirs quasi dictatoriaux attribués à son premier ministre. Ce dernier, en particulier dans le cas d'un gouvernement majoritaire, détient les clés du royaume lorsqu'il s'agit de remplir les sièges influents du pouvoir politique et judiciaire.

La « capture de l'élite » explique-t-elle l'incohérence et le parti pris dans le contexte canadien?

L'accaparement par l'élite de divers sièges du pouvoir au Canada peut expliquer bien plus que l'application incohérente des libérations sous caution dans des contextes de protestation. Comme nous l'avons mentionné précédemment, l'application sélective de la « science fondée sur des preuves » pour remédier à la crise du virus de Wuhan peut être considérée comme un projet conçu pour servir des priorités éloignées des intérêts de la nation ou de ses citoyens. Il semble suspect, par exemple, que la répression de toute discussion sur l' « immunité naturelle » ou les meilleures pratiques thérapeutiques en ce qui concerne le virus de Wuhan s'inscrive dans le cadre d'une campagne mondiale visant à mettre des vaccins expérimentaux dans les mains de chaque personne, jeune ou vieille, partout dans le monde. Il va sans dire que les retombées pour les fabricants de vaccins se traduisent par d'énormes bénéfices, alors même qu'elles ouvrent la voie à des mesures de surveillance renforcée de la population sous la forme de mandats et de passeports de vaccination. Vu sous cet angle, faut-il s'étonner que le gouvernement du premier ministre Trudeau ait été si réticent à s'engager avec les camionneurs sur la question des mandats de vaccination pour leurs opérations transfrontalières? De plus, peut-on supposer que la levée de ces mandats et passeports ne se fera que par la pression des citoyens plutôt que par une initiative déposée par leurs autorités politiques et de santé publique?

Les bénéfices tirés des vaccins sont-ils le résultat de la « capture des élites »?

Au-delà des bénéfices des vaccins, il y a la possibilité très réelle que la « capture des élites » donne aux mandats et aux passeports associés le pouvoir de contrôler les options d'achat et de mobilité de populations entières. On peut considérer que de telles mesures de contrôle sont soutenues par des initiatives législatives qui se frayent discrètement un chemin dans les instances nationales et internationales. Le projet de loi S-233, par exemple, vise à créer le cadre national nécessaire à l'établissement d'un régime de revenu annuel garanti pour les Canadiens. Cela permettrait d'achever le travail amorcé par les divers régimes d'indemnisation liés au virus de Wuhan, qui visaient à aider les citoyens et les entreprises ayant subi des pertes d'emploi. Il y a aussi l'initiative de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) visant à créer un autre cadre pour harmoniser les références des passeports des vaccins afin de pouvoir créer une base de données mondiale qui vous permettra de voyager à l'étranger. Malheureusement, ce que les gouvernements donnent, ils peuvent le reprendre - y compris votre droit d'acheter et de vous déplacer conformément à votre libre arbitre. En fin de compte, la mainmise de notre système politique par des élites qui créent ensuite des prisonniers politiques ne peut être considérée comme étant dans l'intérêt d'une société libre et démocratique.

Les droits de mobilité seront-ils limités par le programme de capture des élites?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags