C3RF Update, 07 Oct 2022 – Systemic lying


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

Comm out


Recall from last week’s update that the “gremlins” were everywhere attacking all aspects of Canadian society. Accordingly, “chaos and annoyance” are continually being generated to stymy the efforts of good Canadians to simply live their lives with as little interference by governing authorities as possible. Doing so should be a relatively easy thing as a supreme law, in the form of a patriated Constitution and Charter, is in place to guarantee fundamental rights designed to enable such an outcome. Unfortunately, and as noted by the last living signatory of our Charter, the Hon. Brian Peckford, the protective provisions of our Constitution have come under such withering and comprehensive attacks that the root problem can no longer be seen as the fault of one political party or leader but is systemic and national in nature. If he was simply talking about our judicial system one might think that Mr. Peckford is pointing to the possibility that “systemic lying” permeates our legal structures. In the judicial sense, this type of lying involves “the cooperation of multiple actors in the legal system who lie or violate their oaths across cases for a consistent reason that is linked to their conception of justice”.

The Hon. Brian Peckford and Max Bernier battle vaccine mandates and “systemic lying”?

Mr. Peckford notes, however, that efforts to curtail longstanding civil liberties are being accommodated by all Canadian governance institutions and agencies and are reinforced by “official misinformation” broadcast by a “bought and paid for” legacy media. This panoptic, systemic lying includes misinformation that is as much about what is not said or reported as what is. Accordingly, it speaks to deliberate efforts to deceive through the withholding of information vital to the understanding of a whole situation. In the case of the legacy media and the part it plays in this form of all-embracing systemic lying, a parallel can be drawn to fighter operations that employ “comm out” procedures and minimal code words as an attack is prosecuted on an enemy target. Similarly, a compliant media stifles public conversations by going silent on inconvenient research and data while using boilerplate phrases like “build back better” and “anti-vaxxer” to keep preferred narratives on track. This time, though, the enemy target is Johnny and Janie Canuck as their fundamental Charter rights come under fire.

Johnny and Janie Canuck civil liberties under widespread attack?

The fact that it is the everyday citizen who is coming under attack is evident in the treatment of salt-of-the-earth trucker protesters, and their leaders, during Freedom Convoy 2022. In the case of protest leaders, we saw scurrilous and defamatory allegations made against combat veteran James Topp by a national news organization. For his part, Topp is taking the outlet to court for its unsubstantiated charges of “white supremacism”. If the use of code words like “white supremacist” is part of the media’s “comm out” strategy in defeating any challenge of the woke story line, then misinforming through omission can also be seen to be a part of this same strategy. The proof is in the pudding in this latter regard as coverage of Peckford’s own court challenge of federal vaccine mandates is eerily absent from the public square. As noted last week, the related reportage associated with the “unprecedented scale of Charter overreach” that is under investigation in his case is non-existent. Indeed, it is fervently in line with a new Trusted News Initiative that sees major media venues collaborating to ensure that all pandemic measures only receive positive coverage.

James Topp fights back against the "Trusted News Initiative"
 

Behind the scenes


Behind the scenes and unbeknownst to us regular folk, again likely due to the “Trusted News Initiative” and a government mandate to control what you see and hear, are little things like the dropping of charges against pandemic measure protestors; Derek Sloan, Randy Hillier, Pastor Heinrich Hildebrandt and private citizen Dan Stasko. In these cases the Crown deemed prosecution to “no longer to be in the public interest” and steered clear of having to address the hefty Charter rights issues involved. This would be a roundabout way of saying that Canadian citizens have a right to their opinions and a concomitant right to express them peacefully without being persecuted by the state. Another related piece of information that is not being disclosed by the media-writ-large is the convening of five days worth of hearings in the Peckford/ Bernier case on federal vaccine mandates beginning 31 October 2022. These deliberations await a decision on the government’s motion to dismiss on the grounds that these mandates have been “suspended’ and are therefore no longer worthy of discussion. A notion that one of the few remaining Canadian investigative journalists, Rupa Subramanya, sees as potentially unconstitutional. After all, what would stop a government from issuing unjustified freedom-crushing Emergency Acts or public health decrees if it knew all it would have to do to escape scrutiny is revoke them before they are challenged in court?

Rupa Subramanya, one of Canada's few investigative journalists?

Along with court cases that are allowed to slip silently into the night are the deep-sixing of injuries being associated with lock down and vaccine measures. In the former case, Canadians are left in a state of ignorance when it comes to the ongoing harm that lock downs are inflicting on the Chinese population. The popular Canadian game of chasing “zero covid” continues in the “middle kingdom” with citizens pleading for food and medical care – even in cities where there are no outbreaks apparent. The scenes at a Shanghai IKEA were incredible as shoppers stampeded and rushed security officials trying to impose a “flash” lock down on the panicked customers. The news of many such incarcerations taking place across the Chinese nation were as rare as hen’s teeth in Canadian news venues. Wouldn’t want to dampen the appetite for such imprisonments in Canada as the measure is still seen as the “go-to” option for our public health purposes? Especially given the fact that our own Prime Minister has telegraphed its resurrection this fall?

Chinese IKEA shoppers panic and stampede to evade Wuhan virus lock down

Canadians remain woefully underinformed on the vaccine injury front and must look offshore if they hope to gain any related insight. The UK is one jurisdiction that offers data that its Canadian counterpart just can’t seem to get a handle on. The result is capsulated in the British documentary, “Safe and Effective: a Second opinion”. The data presented is startling and includes:

  • the explanation of statistical modeling that uses “relative” rather than “absolute” risk numbers to put a better, but undeserved, face on vaccine effectiveness (15-minute mark);

  • the inappropriateness of injecting children who are not at risk by getting the Wuhan virus but who are open to “real harms” associated with the vaccine itself (22-minute mark);

  • data that indicates that vaccine program rollouts can be corelated with jumps in all-mortality excess death and myocarditis rates (36-minute mark); and

  • evidence of high-level authorities organizing “unethical psychological techniques” to scare and coerce citizens into taking vaccines (45-minute mark).

Information that disputes the “safe and effective” reputation assigned to Wuhan virus vaccines just continues to roll in and now includes the knowledge that the spike protein travels from the injection site to other areas of the body. This contravenes original prognostications and we now see breastfeeding mothers passing on this protein to newborn babies not currently cleared for vaccine usage. It is significant to note that Canada’s own Dr. Byram Bridle predicted this possibility over a year ago but, unfortunately, the information was memory-holed by “comm out” protocols.

Canadian treasure and seer immunologist, Dr. Byram Bridle
 

Systemic lying


It would appear that the “comm out” protocols being employed by Canadian powers-that-be and amplified by a sycophant media are falling on hard times. What else to think when popular support for follow-on “booster” shots hits a wall even given enthusiastic support by our own Minister of Health. Canadians are admonished for allowing such booster uptake to lag behind the rest of the G7, except for America. How is it that only 12% of eligible citizens have opted for a fourth dose of the jab that promises to keep you safe from severe disease and hospitalization – at least until the next booster is required. Canadians can be forgiven for wondering just how good a vaccine can be if it requires to be augmented on a regular and indefinite basis even as Charter rights are shunted aside to make way for them. They can also be forgiven for being just a little bit skeptical of the Minister’s explanation that vaccines are like phone batteries and need to be “recharged” on a regular basis.

Health Minister Duclos, vaccines are like phone batteries - really?

Comparing vaccines with phone batteries shines an unintended light on the misinformation campaign waged by political and public health authorities over the course of the Wuhan virus “pandemic”. Before this time frame the analogy would not have made sense as vaccines were defined as agents that were introduced into a body to produce “immunity” to a disease – no need for any re-charging here as immunity implies no follow-on infection or transmission. The new definition of vaccine, developed specifically for Wuhan virus purposes, however, relates an agent that merely provides “protection” from a disease thereby leaving the door open to never ending cycles of “re-charging”. The end result can be seen as a not-so-subtle attempt to flim-flam and manipulate the Canadian public into accepting a vaccine narrative of questionable veracity even as it guarantees a curtailment of civil liberties.

Boosted twice and reinfected equals "effective"?

The misinformation distributed by our governing authorities goes well beyond the changing of definitions to include flat out falsities such as two weeks to “flatten the curve”, the vaccinated will not get infected and we are in a “pandemic of the unvaccinated”. Such errant proclamations, all aimed at placing vaccines and mass, one-size-fits-all vaccination programs in a favourable light, speak to a concerted effort by the “system” to drive public perceptions and actions. It is here we begin to see the reality of Peckford’s observation that the Canadian “system” has become untethered from “substance and decent democracy”. Rather than this, it has come to prioritize sound bites, quick fixes and ideas whose worth have not been proven to be in the public interest. Indeed, his further observation that all political powers currently seated in the House of Commons are contributing to the present problem prompts the question – do they all need to be replaced if panoptic, systemic lying is to be brought under control?

Canadian leadership suffering from trust issues due to panoptic, systemic lying?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

« Comm-out »*


Rappelez-vous, dans la mise à jour de la semaine dernière, que les «gremlins » étaient partout, attaquant tous les aspects de la société canadienne. En conséquence, « le chaos et la frustration » sont continuellement générés pour contrecarrer les efforts des Canadiens pour vivre simplement leur vie avec le moins d'interférence possible des autorités gouvernementales. Il devrait être relativement facile d'y parvenir puisqu'une loi suprême, sous la forme d'une Constitution et d'une Charte rapatriées, est en place pour garantir les droits fondamentaux conçus pour permettre un tel résultat. Malheureusement, et comme l'a fait remarquer le dernier signataire vivant de notre Charte, l'honorable Brian Peckford, les dispositions protectrices de notre Constitution ont fait l'objet d'attaques si virulentes et complètes que le problème de fond ne peut plus être considéré comme la faute d'un parti politique ou d'un dirigeant, mais comme un problème systémique et national par nature. S'il parlait simplement de notre système judiciaire, on pourrait penser que M. Peckford évoque la possibilité que le « mensonge systémique » imprègne nos structures juridiques. Au sens judiciaire, ce type de mensonge implique « la coopération de multiples acteurs du système juridique qui mentent ou violent leur serment d'une affaire à l'autre pour une raison cohérente liée à leur conception de la justice ».


* N.T. « Comm-out » est une expression militaire anglaise. Un comm-out est une coupure intentionnelle des communications durant une attaque aérienne par exemple.

L'honorable Brian Peckford et Maxime Bernier se battent contre les mandats de vaccination et le « mensonge systémique »?

M. Peckford note cependant que toutes les institutions et agences de gouvernance canadiennes s'accommodent des efforts déployés pour restreindre des libertés civiles de longue date et que ces efforts sont renforcés par la « désinformation officielle » diffusée par des médias traditionnels « achetés et payés ». Ce mensonge systémique comprend la désinformation qui concerne autant ce qui est pas dit et ce qui n'est pas dit. En conséquence, il s'agit d'efforts délibérés pour tromper en dissimulant des informations essentielles à la compréhension d'une situation globale. Dans le cas des médias traditionnels et du rôle qu'ils jouent dans cette forme de mensonge systémique généralisé, on peut établir un parallèle avec les opérations de combat qui utilisent des procédures de « comm-out » et des mots de code minimaux lors de l'attaque d'une cible ennemie. De même, des médias complaisants étouffent les conversations publiques en ignorant les recherches et les données qui dérangent, tout en utilisant des expressions passe-partout comme « reconstruire en mieux » et « anti-vaccin » pour maintenir les récits préférés sur la bonne voie. Cette fois, cependant, la cible ennemie est le Canadien moyen, dont les droits fondamentaux garantis par la Charte sont menacés.

Les libertés civiles des Canadiens sont largement attaquées?

Le fait que ce sont les citoyens ordinaires qui sont attaqués est évident dans le traitement réservé aux camionneurs et à leurs chefs de file pendant le convoi de la liberté 2022. Dans le cas des leaders de la protestation, nous avons vu des allégations calomnieuses et diffamatoires faites contre le vétéran James Topp par un organisme de presse national. Pour sa part, Topp poursuit le média en justice pour ses accusations non fondées de « suprémacisme blanc ». Si l'utilisation de mots codés tels que « suprémaciste blanc » fait partie de la stratégie de « comm-out » des médias pour vaincre toute remise en cause de la ligne de l'histoire woke, alors la désinformation par omission peut également être considérée comme faisant partie de cette même stratégie. La preuve en est que la couverture de l'action en justice de Peckford contre les mandats fédéraux de vaccination est étrangement absente de la scène publique. Comme nous l'avons noté la semaine dernière, le reportage associé à « l'ampleur sans précédent des excès contre la Charte » qui fait l'objet d'une enquête dans son cas est inexistant. En effet, ceci s'inscrit avec ferveur dans le cadre d'une nouvelle Trusted News Initiative qui voit les principaux médias collaborer pour garantir que toutes les mesures de lutte contre la pandémie ne reçoivent qu'une couverture positive.

James Topp se bat contre la "Trusted News Initiative"
 

Dans les coulisses


Dans les coulisses et à l'insu des gens ordinaires, probablement en raison de la « Trusted News Initiative » et du mandat du gouvernement de contrôler ce que vous voyez et entendez, il y a de petites choses comme l'abandon des accusations contre les manifestants de la mesure contre la pandémie : Derek Sloan, Randy Hillier, le pasteur Heinrich Hildebrandt et le simple citoyen Dan Stasko. Dans ces cas, la Couronne a jugé que les poursuites n'étaient « plus dans l'intérêt du public » et a évité d'avoir à traiter les lourdes questions relatives aux droits garantis par la Charte. C'est une façon détournée de dire que les citoyens canadiens ont le droit d'avoir leurs opinions et le droit de les exprimer pacifiquement sans être persécutés par l'État. Un autre élément d'information qui n'est pas divulgué par les médias est la convocation de cinq jours d'audience dans l'affaire Peckford/Bernier sur le mandat fédéral en matière de vaccins à compter du 31 octobre 2022. Ces délibérations sont en attente d'une décision sur la motion de rejet du gouvernement au motif que ces mandats ont été « suspendus » et ne sont donc plus dignes de discussion. Une notion que l'un des rares journalistes d'investigation canadiens encore en activité, Rupa Subramanya, considère comme potentiellement anticonstitutionnelle. Après tout, qu'est-ce qui empêcherait un gouvernement de promulguer des lois d'urgence ou des décrets de santé publique injustifiés et liberticides s'il savait qu'il lui suffirait de les révoquer avant qu'ils ne soient contestés devant les tribunaux pour échapper à tout contrôle?

Rupa Subramanya, l'un des rares journalistes enquêteurs du Canada?

En plus des procès que l'on oublie, il y a la suppression des blessures associées aux mesures de confinement et de vaccination. Dans le premier cas, les Canadiens sont laissés dans un état d'ignorance lorsqu'il s'agit des dommages permanents que les mesures de confinement infligent à la population chinoise. Le jeu populaire canadien de la chasse au « zéro covid » se poursuit dans le « royaume du milieu », les citoyens implorant de la nourriture et des soins médicaux, même dans les villes où aucune épidémie n'est apparente. Les scènes qui se sont déroulées dans un IKEA de Shanghai étaient incroyables: les clients se sont rués sur les agents de sécurité qui tentaient d'imposer un confinement « éclair » aux clients paniqués. La nouvelle de nombreuses incarcérations de ce type dans le pays était aussi rare qu'un merle blanc dans les médias canadiens. Nous ne voudrions pas freiner l'appétit pour de telles incarcérations au Canada, car cette mesure est toujours considérée comme l'option à privilégier en matière de santé publique. Surtout si l'on considère que notre propre Premier ministre a annoncé sa résurrection cet automne?

Les acheteurs chinois d'IKEA paniquent et se bousculent pour échapper au confinement du virus de Wuhan

Les Canadiens restent terriblement sous-informés sur le front des blessures dues aux vaccins et doivent se tourner vers l'étranger s'ils espèrent obtenir des informations à ce sujet. Le Royaume-Uni est une juridiction qui offre des données que son homologue canadien ne semble pas pouvoir maîtriser. Le résultat est résumé dans le documentaire britannique « Safe and Effective : a Second opinion ». Les données présentées sont surprenantes et comprennent :

  • l'explication de la modélisation statistique qui utilise des chiffres de risque « relatifs » plutôt qu' « absolus » pour donner un meilleur visage, mais non mérité, à l'efficacité des vaccins (à la 15ième minutes);

  • l'inopportunité d'injecter des enfants qui ne risquent pas de contracter le virus de Wuhan, mais qui sont exposés à des « méfaits réels » associés au vaccin lui-même (22ième minute);

  • des données indiquant que le lancement d'un programme de vaccination peut être associé à des hausses des taux de surmortalité et de myocardite (36ième minute); et

  • des preuves que des autorités de haut niveau ont utilisé des « techniques psychologiques contraires à l'éthique » pour effrayer les citoyens et les contraindre à se faire vacciner (45ième minute).

Les informations qui remettent en cause la réputation de « sécurité et d'efficacité » attribuée aux vaccins contre le virus Wuhan continuent d'affluer et comprennent maintenant la connaissance du fait que la protéine de pointe (spike) se déplace du site d'injection vers d'autres zones du corps. Cela va à l'encontre des pronostics initiaux et nous voyons maintenant des mères qui allaitent transmettre cette protéine à des nouveau-nés pour lesquels l'utilisation du vaccin n'est pas encore autorisée. Il est important de noter que le Dr Byram Bridle, du Canada, avait prédit cette possibilité il y a plus d'un an, mais que, malheureusement, l'information a été oubliée par les protocoles par le biais d'un comm-out.

Le Dr Byram Bridle, trésor canadien et sage immunologiste
 

Mensonge systémique


Il semblerait que les protocoles de « comm-out » utilisés par les pouvoirs en place au Canada et amplifiés par des médias lèche-bottes connnaissent des temps difficiles. Que penser d'autre lorsque le soutien populaire pour les injections de rappel se heurte à un mur, malgré le soutien enthousiaste de notre propre ministre de la Santé. Les Canadiens sont réprimandés pour avoir laissé l'adoption de ces rappels prendre du retard par rapport au reste du G7, à l'exception des États-Unis. Comment se fait-il que seulement 12 % des citoyens admissibles aient opté pour une quatrième dose du vaccin qui promet de vous protéger contre les maladies graves et l'hospitalisation - du moins jusqu'à ce que le prochain rappel soit nécessaire? On peut pardonner aux Canadiens de se demander quelle peut être la qualité d'un vaccin s'il doit être renforcé régulièrement et indéfiniment alors même que les droits garantis par la Charte sont mis de côté pour cela. On peut également leur pardonner d'être un peu sceptiques quant à l'explication de la ministre selon laquelle les vaccins sont comme des batteries de téléphone et doivent être « rechargés » sur une base régulière.

Ministre de la Santé Duclos, les vaccins sont comme des batteries de téléphone - vraiment?

La comparaison entre les vaccins et les batteries de téléphone jette une lumière involontaire sur la campagne de désinformation menée par les autorités politiques et de santé publique au cours de la « pandémie » du virus de Wuhan. Avant cette période, l'analogie n'aurait eu aucun sens, car les vaccins étaient définis comme des agents introduits dans l'organisme pour produire une « immunité » contre une maladie - pas besoin de recharge ici, car l'immunité n'implique aucune infection ou transmission ultérieure. La nouvelle définition du vaccin, élaborée spécifiquement pour le virus de Wuhan, fait toutefois référence à un agent qui fournit simplement une « protection » contre une maladie, laissant ainsi la porte ouverte à des cycles sans fin de « rechargement ». Le résultat final peut être considéré comme une tentative pas si subtile de tergiversations et de manipulations du public canadien pour qu'il accepte une histoire de vaccin à la véracité douteuse, tout en garantissant une réduction des libertés civiles.

« Boosté » deux fois et réinfecté équivaut à « efficace »?

La désinformation diffusée par nos autorités va bien au-delà du changement de définitions et comprend des faussetés flagrantes telles que deux semaines pour « aplanir la courbe », les vaccinés ne seront pas infectés et nous sommes dans une « pandémie des non-vaccinés ». Ces proclamations erronées, qui visent toutes à présenter sous un jour favorable les vaccins et les programmes de vaccination de masse à taille unique, témoignent d'un effort concerté du « système » pour orienter les perceptions et les actions du public. C'est ici que nous commençons à voir la réalité de l'observation de Peckford selon laquelle le « système » canadien s'est détaché de « la substance et de la démocratie réelle ». Au lieu de cela, il en est venu à donner la priorité aux clips sonores, aux solutions rapides et aux idées dont la valeur n'a pas été prouvée être dans l'intérêt du public. En effet, son observation supplémentaire selon laquelle tous les pouvoirs politiques siégeant actuellement à la Chambre des communes contribuent au problème actuel soulève la question suivante : faut-il les remplacer tous si l'on veut maîtriser le mensonge généralisé et systémique?

Les dirigeants canadiens souffrent de problèmes de confiance dus à un mensonge généralisé et systémique?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT