C3RF Update, 30 Sep 2022 – Gremlins


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with Diane Weber Bederman, “The Bullies of Woke and Their Assault on Mental health

 

Back to the future


Recall last week’s update (Conspiracy theories) and the incredible account of Israeli historian Yuval Noah Harari. Mr. Harari was noted to be the World Economic Forum’s (WEF) lead advisor in the area of that organization’s push to implement a “fourth industrial revolution” powered by “cyber-physical systems”. Oddly enough, the development of these “transhumanist” systems would entail the “hacking” of the human genome to make us more efficient, even immortal, while freeing us from the burden of “free will” in the process. Indeed, Harari is on record as stating that those who refused to be “injected with artificial intelligence” would become “useless people” in the coming decades and a source of some concern. What to do with such people?

Yuval Noah Harari, end of history arrives when humans become gods


One could be forgiven for drawing a parallel between Harari’s concerns about useless people and those of our own Prime Minister. After all, the latter is on record as saying that the unvaccinated were “those people” who take up space - even as he wondered if they should be tolerated. Some might say that drawing such a parallel would be conspiracy theory but, then again, it would seem to have some grounding in truth as evidenced by the fact that the Government of Canada has officially proposed new transhumanist policies that clear the way to “redefine what we consider human or natural”. One wonders, is Canada in synch with Harari’s prescriptions for a better world and determined to recapture its progressive, eugenics past even as it professes to build back better? A past that championed the sterilization and institutionalization of those unfit for procreation?

Nellie McClung saw women as “the guardians of race”

Such thinking would, of course, be diametrically opposed to what Canada is believed to stand for by virtue of its Charter-protected individual liberties in the form of “fundamental” rights and freedoms. Indeed, it would be in stark contrast with what tens of thousands of Canadians fought and died for during WWII as they battled fascism and genocide. How is it possible, then, that Canada could now find itself in a place where formerly guaranteed civil liberties could be brushed aside without so much as a whisper? A place where the state itself participates in the deliberate suppression of checks and balances that are capable of preserving those same rights for future generations? It’s as though a flood of gremlins has been unleashed against the nation with a sole purpose to disrupt, displace and destroy a hitherto strong and free Canadian society.

Canadians scramble to defeat fascism in the Battle of Britain
 

Gremlins


Using an onslaught of gremlins to explain the unprecedented vaporization of Canadian civil liberties in the name of the “public good” and the sacred trinity of diversity, inclusiveness and equity (DIE) is in line with air force operational experiences during WWII. Then as now, those operations were beset by a host of arbitrary and coincidental occurrences that jeopardized the safety and effectiveness of both allied and axis air crews. So many were these instances that an ever-inventive cadre of military flyers and technicians came up with a scapegoat in the form of mean-spirited gremlins – how else to explain engines that mysteriously misfired or switches that no longer switched? Gremlins, motivated by the need to create chaos and annoyance, had to be the cause and the culprits were entered into the annals of aviation history. The concept of gremlin intervention became widespread as it proved effective in displacing airman error in an age of increasing complexity in aviation. The gremlins did it!

Gremlin creating airborne chaos and annoyance

The use of gremlins to explain the unexplained was gradually crowded out by a growing aviation industry that sought further expansion into the civilian transportation sector. Regular folk would not be paying good money to risk their lives on such capricious turns of fate. The thought of doing so was terrifying and was vividly portrayed in the 1963 “Twilight Zone” TV episode, “Terror at 20,000 feet”. In it a very young William Shatner is the only witness to a gremlin pulling back panels on one of the aircraft’s engines. I remembered that episode from time to time as I piloted both military and civilian aircraft throughout my flying career. As I did so I found it satisfying to know that aviation safety culture, post WWII, had advanced to the point that cause-and-effect analysis, not gremlins, was the initial response to an unusual incident. Such incidents now become the start point of open, honest and unconstrained investigations capable of drilling down into root causes. The end result has been an aviation industry with an unparalleled safety record.

Aviation fatal accidents per million flights (red) v departures (blue) from 1970

Unfortunately, it would appear that the nation has lost the ability to drill down into root causes as it tries to address society’s problems. Accordingly, the way is cleared for gremlins, intent on creating chaos and annoyance, to postulate their own, self-serving reasons and solutions to these same problems. Systemic racism, white extremism, colonization and acting against the “public good” are what ails us and the aggressors need to be separated from society and punished – just as our own Prime Minister inferred. In a recent C3RF “In Hot” interview with internationally acclaimed author Diane Weber Bederman, Diane described these gremlins as the “bullies of woke” and wrote on them extensively. She postulated that it is the ideas and ideologies emanating from these uncontested “experts” that have infected all aspects of Canadian society to give us:

  • a national broadcaster that berates white female citizens as racists in the program “Deconstructing Karen”;

  • a school system that demands both pupils and their parents to affirm a teacher’s “gender rights” as she (or he?) mocks the female condition with grotesque breast prosthetics during shop classes; and

  • a transport ministry that coerces the nation’s pilots to be injected with experimental vaccines in contravention of its own regulations that prohibit such trial inoculations.

If ever there was a time for unconstrained debate on such gross excursions in national public policy, perhaps it is now. Unfortunately and as made plain by Diane Bederman, “cancel culture” will not condone such counter-narrative discussions.

Diane Weber Bederman, "cancel culture" cannot be challenged
 

Gremlin sidekicks


Bederman went on in her interview with C3RF to offer an opinion on just what is the root cause of Canada’s current predicament. Her immediate answer was “cowardice”. The “cancel culture” gremlins, or “bullies of woke” if you will, get a free pass when it comes to presenting their assertions, assumptions and accusations as those responsible for representing our interests allow themselves to be browbeaten into submission. The browbeaten, our political representatives, civil servants and media all sworn to serve Canadians, operate as sidekicks to their gremlin masters. Indeed, it’s as though the pilots and cabin crew have left their seats and stations to join the trolls on the wings as they loosen nuts and bolts, pull back panels and tug on wires in an effort to bring the aircraft, or Canadian society writ-large, down.

Passengers left alone as pilots and crew join the gremlins on the wings?

The proof of this is in the pudding and readily apparent when one reviews the performance of these gremlin sidekicks during court proceedings. The most recent of these was brought forward by the last living signatory to the patriated Constitution and Charter of 1982, the Hon. Brian Peckford. Brian, who is also a patron of C3RF, went through an extensive “discovery” process over the summer months regarding the constitutionality of vaccine mandates. Through his lawyer, Keith Wilson Q.C., he learned that:

  • high level public health authorities admit that human trials have not been completed on Wuhan virus mRNA vaccines but are still ongoing with the use of millions of Canadian citizens to provide its data points;

  • Canadians have not been advised of this fact and, therefore, have not been able to formulate an informed consent regarding vaccine usage;

  • when asked why authorities did not act to rectify this lapse in information, the response was simply, “it’s not my job”;

  • the highest epidemiological expert in the Public Health Agency of Canada related that vaccines were never recommended for travel purposes as “science and literature would not support them being effective”;

  • vaccine mandates were implemented through Ministerial Order and cannot be considered law as no legislative, representative process was followed; and

  • the Canadian media is nowhere to be seen in covering a case that is dealing with an “unprecedented scale of Charter overreach”.

It was also interesting to note that government lawyers are using a “mootness” argument to have this court case dismissed. Their justification in doing so is that related mandates have been “suspended” and are no longer in play. If successful, such a dismissal would mean that our governments could, at any time, lock down Canadians and remove their Charter rights with no legislative input and with no explanations required. Gremlin’s sidekick indeed!

Keith Wilson Q.C., making the case for Charter rights v vaccine mandates

On another continent but in a similar attempt to fight back against the efforts of gremlins and their sidekicks to destroy a free society, Italians have gone to the polls and decided to put in place a coalition government that promises to do so. Their new Prime Minister, Giorgia Meloni, has recognized that gremlins and their associates are intent on creating chaos and annoyance because they define their enemy as anything that gives the individual his or her identity. And so it is that family, faith, traditions, love of country and love of objective reality are railed against as supremist and extremist. After all, how can we be made to be “consumer slaves” if we don’t give up our roots and our personal identities for a number and a vaccine passport? Ms. Meloni wants to protect and serve human beings and she is striking a chord. Given a chance to debate, discuss and drill down to root causes, can a similar chord be struck in Canada?

Mother and Christian Giorgia Meloni strikes a chord as Italy's new Prime Minister
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

À voir! C3RF « In Hot » interview avec Diane Weber Bederman, « Les brutes de la culture Woke et leur assaut sur la santé mentale ».

 

Retour vers le futur


Rappelez-vous de la mise à jour de la semaine dernière (Théories du complot) et l'incroyable récit de l'historien israélien Yuval Noah Harari. M. Harari est le principal conseiller du Forum économique mondial (FEM) dans le domaine de la mise en œuvre d'une « quatrième révolution industrielle » alimentée par des « systèmes cyber-physiques ». Curieusement, le développement de ces systèmes « transhumanistes » impliquerait le « hacking » du génome humain pour nous rendre plus efficaces, voire immortels, tout en nous libérant du fardeau du « libre arbitre » dans le processus. En effet, Harari a déclaré que ceux qui refusaient de se faire « injecter de l'intelligence artificielle » deviendraient des « personnes inutiles » dans les décennies à venir, ce qui est une source d'inquiétude. Que faire de ces personnes?

Yuval Noah Harari, la fin de l'histoire arrive quand les humains deviennent des dieux

On pourrait être pardonné de faire un parallèle entre les préoccupations de Harari concernant les personnes inutiles et celles de notre propre Premier ministre. Après tout, ce dernier a déclaré que les non-vaccinés étaient « ces gens » qui prennent de la place – tout en se demandant s'ils devraient être tolérés. Certains diront qu'établir un tel parallèle relève de la théorie du complot, mais il semblerait qu'il ait un certain fondement, comme en témoigne le fait que le gouvernement du Canada a officiellement proposé de nouvelles politiques transhumanistes qui ouvrent la voie à une « redéfinition de ce que nous considérons comme humain ou naturel ». On peut se demander si le Canada est en phase avec les prescriptions d'Harari pour un monde meilleur et s'il est déterminé à retrouver son passé progressiste et eugéniste alors même qu'il prétend reconstruire un monde meilleur. Un passé qui défendait la stérilisation et l'institutionnalisation des personnes inaptes à la procréation?

Nellie McClung voyait les femmes comme « les gardiennes de la race »

Une telle pensée serait, bien sûr, diamétralement opposée à ce que le Canada est censé représenter en vertu de ses libertés individuelles protégées par la Charte sous la forme de droits et libertés « fondamentaux ». En effet, elle serait en contraste frappant avec ce pour quoi des dizaines de milliers de Canadiens ont combattu et sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale alors qu'ils luttaient contre le fascisme et le génocide. Comment est-il possible, alors, que le Canada puisse se retrouver dans un endroit où des libertés civiles autrefois garanties pourraient être balayées sans même un murmure? Un endroit où l'État lui-même participe à la suppression délibérée des freins et contrepoids qui sont capables de préserver ces mêmes droits pour les générations futures? C'est comme si un flot de gremlins avait été lâché sur la nation dans le seul but de perturber, déplacer et détruire une société canadienne jusque-là forte et libre.

Les Canadiens se démènent pour vaincre le fascisme dans la bataille d'Angleterre
 

Gremlins


L'utilisation d'un assaut de gremlins pour expliquer la vaporisation sans précédent des libertés civiles canadiennes au nom du « bien public » et de la trinité sacrée de la diversité, de l'inclusion et de l'équité (DIE) est conforme aux expériences opérationnelles des forces aériennes pendant la Deuxième Guerre mondiale. À l'époque, comme aujourd'hui, ces opérations étaient assaillies par une foule d'événements arbitraires et de coïncidences qui mettaient en péril la sécurité et l'efficacité des équipages aériens des alliés et de l'Axe. Ces événements étaient si nombreux qu'un groupe d'aviateurs et de techniciens militaires toujours inventifs avait trouvé un bouc émissaire sous la forme de gremlins mesquins - comment expliquer autrement les moteurs qui s'éteignaient mystérieusement ou les interrupteurs qui ne fonctionnaient plus? Les gremlins, motivés par le besoin de créer le chaos et les nuisances, devaient en être la cause et les coupables sont entrés dans les annales de l'histoire de l'aviation. Le concept d'intervention des gremlins s'est répandu car il s'est avéré efficace pour remplacer les erreurs des aviateurs à une époque où l'aviation était de plus en plus complexe. Les gremlins ont réussi!

Un gremlin qui sème le chaos dans les airs et crée des nuisances

Le recours aux gremlins pour expliquer l'inexplicable a été progressivement évincé par une industrie aéronautique en plein essor qui cherchait à se développer dans le secteur des transports civils. Les gens ordinaires ne paieraient pas cher pour risquer leur vie sur des coups du sort aussi capricieux. L'idée d'agir ainsi était terrifiante et a été dépeinte de manière saisissante dans l'épisode télévisé de 1963 de la « Twilight Zone »*, « Terror at 20,000 feet ». Dans cet épisode, un très jeune William Shatner est le seul témoin d'un gremlin qui retire les panneaux d'un des moteurs de l'avion. Je me suis souvenu de cet épisode de temps en temps alors que je pilotais des avions militaires et civils tout au long de ma carrière de pilote. Ce faisant, j'ai trouvé satisfaisant de savoir que la culture de la sécurité aérienne, après la Seconde Guerre mondiale, avait progressé au point que l'analyse des causes et des effets, et non les gremlins, était la réponse initiale à un incident inhabituel. De tels incidents deviennent maintenant le point de départ d'enquêtes ouvertes, honnêtes et sans contraintes, capables d'identifier les causes profondes. Le résultat final a été une industrie de l'aviation avec un record de sécurité inégalé.


* N.T. Quatrième dimension et Cauhemar à 20 000 pieds dans la version française, Radio-Canada, 1966

Accidents mortels d'aviation par million de vols (rouge) et de départs (bleu) depuis 1970

Malheureusement, il semblerait que la nation ait perdu la capacité d'identifier les causes profondes lorsqu'elle tente de résoudre les problèmes de la société. En conséquence, la voie est libre pour les gremlins, qui ont l'intention de créer le chaos, de postuler leurs propres raisons et solutions égoïstes à ces mêmes problèmes. Le racisme systémique, l'extrémisme blanc, la colonisation et l'action contre le « bien public » sont les causes de notre maladie et les agresseurs doivent être séparés de la société et punis - tout comme notre propre Premier ministre l'a laissé entendre. Lors d'une récente interview « In Hot » du C3RF avec l'auteur de renommée internationale Diane Weber Bederman, Mme Weber a décrit ces gremlins comme les « brutes de la culture woke » et a beaucoup écrit sur eux. Elle a postulé que ce sont les idées et les idéologies émanant de ces « experts » incontestés qui ont infecté tous les aspects de la société canadienne pour nous donner:

  • un radiodiffuseur national qui traite les citoyennes blanches de racistes dans l'émission « Deconstructing Karen » ;

  • un système scolaire qui demande aux élèves et à leurs parents d'affirmer les « droits de transgenre » d'un enseignant(e?) qui se moque de la condition féminine avec des prothèses mammaires grotesques pendant les cours d'atelier; et

  • un ministère des transports qui contraint les pilotes du pays à se faire injecter des vaccins expérimentaux en violation de ses propres règlements qui interdisent de telles inoculations expérimentales.

S'il y a jamais eu un moment pour un débat sans contrainte sur des excursions aussi grossières dans la politique publique nationale, c'est peut-être maintenant. Malheureusement, comme le montre clairement Diane Bederman, la « cancel culture » ne tolère pas de telles discussions contre-narratives.

Diane Weber Bederman, la « cancel culture » ne peut pas être remise en cause
 

Les acolytes des gremlins


Dans son entretien avec le C3RF, Mme Bederman a poursuivi en donnant son avis sur la cause profonde de la situation difficile actuelle du Canada. Sa réponse immédiate a été « la lâcheté ». Les gremlins de la « cancel culture », ou les « tyrans de l'ignorance woke » si vous préférez, ont le champ libre lorsqu'il s'agit de présenter leurs affirmations, leurs suppositions et leurs accusations, car les personnes chargées de représenter nos intérêts se laissent intimider et se soumettent. Les intimidateurs, nos représentants politiques, les fonctionnaires et les médias, qui ont tous juré de servir les Canadiens, agissent comme des acolytes de leurs maîtres gremlins. En effet, c'est comme si les pilotes et le personnel de cabine avaient quitté leurs sièges et leurs postes pour rejoindre les trolls sur les ailes, alors qu'ils desserrent les écrous et les boulons, retirent les panneaux et tirent sur les fils dans le but de faire tomber l'avion, ou la société canadienne en général.

Les passagers laissés seuls alors que les pilotes et l'équipage rejoignent les gremlins sur les ailes?

La preuve dans la performance de ces gremlin sidekicks au cours des procédures judiciaires est tout à fait évidente. La plus récente de ces procédures a été présentée par le dernier signataire vivant de la Constitution et de la Charte patriotique de 1982, l'honorable Brian Peckford. M. Peckford, qui est également un mécène du C3RF, s'est soumis à un vaste processus d'« enquête » au cours des mois d'été concernant la constitutionnalité des mandats de vaccination. Grâce à son avocat, Me Keith Wilson Q.C., il a appris que:

  • les hautes autorités de la santé publique admettent que les essais sur l'homme ne sont pas terminés pour les vaccins à ARNm du virus de Wuhan, mais qu'ils sont toujours en cours avec l'utilisation de millions de citoyens canadiens pour fournir ses données;

  • les Canadiens n'ont pas été informés de ce fait et, par conséquent, n'ont pas été en mesure de formuler un consentement éclairé concernant l'utilisation du vaccin;

  • à la question de savoir pourquoi les autorités n'ont pas agi pour rectifier ce manque d'information, la réponse a été simplement : « ce n'est pas ma job»;

  • le plus grand expert en épidémiologie de l'Agence de la santé publique du Canada a déclaré que les vaccins n'étaient jamais recommandés pour les voyages, car « la science et la littérature ne permettraient pas d'affirmer qu'ils sont efficaces »;

  • les mandats de vaccination ont été mis en œuvre par le biais d'un arrêté ministériel et ne peuvent être considérés comme des lois puisqu'aucun processus législatif et représentatif n'a été suivi; et

  • les médias canadiens sont absents lorsqu'il s'agit de couvrir une affaire qui traite d'un « potentiel abus sans précédent de la Charte, dépassant son champ d'application ".

Il est également intéressant de noter que les avocats du gouvernement utilisent un argument de « mootness »* pour faire rejeter cette affaire judiciaire. Ils justifient cet argument en disant que les mandats connexes ont été « suspendus » et ne sont plus en jeu. S'ils réussissent, un tel rejet signifierait que nos gouvernements pourraient, à tout moment, enfermer les Canadiens et leur retirer les droits que leur confère la Charte, sans apport législatif et sans avoir à fournir d'explications. L'acolyte du Gremlin, en effet!


*N.T. Mootness : Un concept en droit britannique qui permet à un juge de rejeter d'office une requête trop abstraite

Keith Wilson Q.C., plaidant pour les droits de la Charte contre les mandats de vaccination

Sur un autre continent, mais dans une tentative similaire de lutter contre les efforts des gremlins et de leurs acolytes pour détruire une société libre, les Italiens se sont rendus aux urnes et ont décidé de mettre en place un gouvernement de coalition qui promet de le faire. Leur nouveau Premier ministre, Giorgia Meloni, a reconnu que les gremlins et leurs acolytes ont l'intention de créer le chaos, car ils définissent leur ennemi comme tout ce qui donne à l'individu son identité. Et c'est ainsi que la famille, la foi, les traditions, l'amour de la patrie et l'amour de la réalité objective sont dénoncés comme suprématistes et extrémistes. Après tout, comment faire de nous des « esclaves de la consommation » si nous n'abandonnons pas nos racines et nos identités personnelles pour un numéro et un passeport vaccinal? Mme Meloni veut protéger et servir les êtres humains et elle touche une corde sensible. Si on lui donne la chance de débattre, de discuter et d'aller à la racine des problèmes, est-ce qu'une corde sensible similaire peut être touchée au Canada?

Mère et Chrétienne, Giorgia Meloni fait vibrer la corde sensible du nouveau Premier Ministre italien
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts