C3RF Update, 11 Nov 2022 – Forged in war


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

Forged in war


As another Remembrance Day comes and goes Canadians are called upon to commemorate the sacrifices of their fellow citizens on the battlefields of the world. Prime among these memories are those that arose from the First World War in the trenches, skies and seas of Europe as Canadians responded to an Empire’s call for fealty and support. And so it was that Canada joined the “Allies” to fight the forces of the “Central Powers” as the “tenuous peace of Europe’s great powers quickly collapsed”. It was a conflagration that had little to do with the Canadian national interest but was one that would motivate the country to think of itself in terms of its own priorities and place in the world - a nation unto itself.

The assassination of Archduke Franz Ferdinand kicks off WWI

The meatgrinder of trench warfare was instrumental in prompting Canadians to re-think an initial plan to hand over their sons and brothers to British commanders. Canada had its own interests to look after in this regard and wasted little time in forming a Canadian Ministry of Overseas Military Forces in London in 1916. The move would set in train a transition that would see the nation’s military contribution move from that of a colonial contingent to what would become a true national army. This army, in the form of “The Canadian Corps” comprised of some 100,000 troops, would be led by a Canadian, Lt. Gen Arthur Currie, and other Canadian officers subsequent to its astonishing capture of Vimy Ridge in April of 1917. The “Corps” would go on to distinguish itself as an elite fighting force at Passchendaele, Amiens and Cambrai and would exercise “significant independence in deciding how the Corps was used and deployed in the field”. Canada had arrived on the world scene with a great expenditure of blood and treasure.

The Canadian Corps distinguishes itself at Passchendaele and many other WWI battlefields

By the end of WWI Canada would produce an elite and world-renowned military of some 630,000 troops while suffering more than 234,000 killed or wounded - a mindboggling price for a country of eight million to pay. This oversized contribution to the battles of an empire would be replicated in WWII as a First Canadian Army would be formed from two Canadian Corps. The First Canadian Corps would be assigned to the Italian front where it would distinguish itself in vicious battles like those fought to secure Ortona from tough German formations. The street-by-street fighting required to secure Ortona was categorized as a “nightmare” and distinguished by brave acts like those of Captain Paul Triquet from Quebec’s Royal 22nd Regiment. Captain Triquet, in the runup to Ortona, found his small company of 81 souls surrounded and under fire when he exhorted them to charge the objective as “it was the safest place to be”. He would win the Victoria cross for his actions.

Captain Paul Triquet, Victoria Cross winner from the Royal 22nd Regiment
 

Lessons learned


As in WWI, the Canadian military would grow during the course of WWII to become a world-ranked force on the land, on the sea and in the air. The First Canadian Corps would return from Italy to rejoin the First Canadian Army subsequent to its D-Day landings at Juno Beach. The Army would go on to roll up of the Allied left flank to secure the Channel Coast before liberating the Netherlands. All of this even as the Royal Canadian Navy secured Atlantic supply lines and the 48 squadrons of the Royal Canadian Air Force did yeoman work conducting high-intensity operations in northwest Europe that led to the liberation of the continent. These squadrons included my own squadron, 439 “Tiger” Squadron, that busied itself with train and tank-busting operations with its “Typhoon” aircraft. After two world wars Canada would no longer be seen as a vassal state of a far-flung empire.

439 "Tiger" Squadron "Typhoon" on train-busting operations

The blood and treasure expended by everyday Canadians in the first half of the twentieth century would set Canada on a path to meet Prime Minister Laurier’s prophecy when, in 1904, he stated that “The Twentieth Century belongs to Canada”. This new path was underpinned by a surge of war-won confidence and was set out on with the post WWII completion of massive infrastructure projects that would connect and energize the whole of the northern half of North America. New airports, highways and seaways would open up the country and move it from an agrarian outback to an industrial powerhouse with an emerging social-security net and much more intense ties to the United States. Canada would bring minerals and consumer products to market and take its place on the world’s stage as an equal, and even founding, member of the United Nations, NATO and NORAD. It was a colony no more as it had lost its “inferiority complex”.

A new Canada surges onto the world's stage post WWII

The Canada forged in the fires of war during the first half of the twentieth century would come with warts by virtue of the invocation of the War Measures Act in both 1914 and 1939. The Act would result in the “Ukrainian Internment” during the First World War with thousands of civilian men, women and children deprived of personal possessions and property and herded into camps. The process was repeated in the Second World War with the “Japanese Internment” and the incarceration of approximately 22,000 Japanese-Canadians in the interior of British Columbia. Following the patriation of Canada’s Constitution and Charter in 1982, the government would recognize and apologize for the Ukrainian and Japanese internments respectively. In doing so it would affirm the individual rights and freedoms of Canadian citizens as “fundamental” in nature. Rights that many had fought and died for and could no longer be arbitrarily curtailed by fear.

Is the Charter impacted by war time lessons learned?
 

Canada’s back?


When the Trudeau Liberals won the 2015 federal election and announced that “Canada’s back”, one could be forgiven for thinking he was talking of a return to the “helpful fixer, honest broker and pioneering peacekeeper” that Canada had consistently played over the course of the second half of the twentieth century – a hard won reputation built up on our military prowess and diplomatic acumen. Such initial assessments, however, have been dashed on the shores of reality as the record since reflects anything but a middle power punching well above its weight class. Instead, the country seems to have left behind the national confidence it had developed over the course of two world wars to reprise its vassal state status. How could one think otherwise given the nation’s demonstrated proclivity to prostrate itself before priorities set by global authorities? It’s as though the confidence and lessons learned from the crucible of war have been forgotten. Once again, we find ourselves subject to the tug and pull of empire.

Has Canada gone "back" to the tug and pull of empire?

Perhaps the best indication of how far the nation has fallen away from its traditions of freedom and self-determination is how far it has traveled down the path towards accepting centralized and globalized systems of control. It would appear the prime minister’s declaration that Canada was the “first post-national state” with no “core identity” is the better indicator of just where the country is going. Rather than going back to a Canada seized by its own best interests we seem to be seeking out a new empire to fete and bow down before. This retrogression sees a Canada intent on appropriating offshore causes capable of displacing and denigrating the sovereignty of itself and its citizens - come hell or high water. And so we see directions in matters of public health, our military procurement priorities and our own energy production being issued from afar by those removed from our influence. After 155 years of sacrifice including those made on the battlefield, Canadians are being asked to become a colony once more.

Can Canadians ever be happy with policies instituted from afar?

It would seem Canadian leaders of all political stripes are more than happy to leave hard-won national and personal sovereignty behind to join the ranks of a new worldwide collective. Witness their selective and hypocritical support of individual Charter rights and freedoms dependent on just whose interests are being served. How is it that provincial declarations of the Charter’s “notwithstanding clause” can be treated so differently by our own prime minister? How could he be so silent when Quebec made the declaration to protect Law 96 - a language law that promotes the warrantless search and seizure of property to gather evidence against wrong-speaking businesses? How could he be a civil liberties warrior when Ontario proclaimed the clause to save back-to-work legislation aimed at keeping union workers in schools and on the job? And then there is his invocation of the Emergencies Act to quell the peaceful, bouncy castle Freedom Convoy 2022 protest against his own federal vaccine travel mandates. Talk about “do as I say and not as I do”! Wherever our prime minister and his NDP collaborationists are taking Canada back to, it certainly doesn’t seem to be the place our veterans fought and died for.

Lest we forget
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

La guerre a forgé le pays


À l'approche du jour du Souvenir, les Canadiens sont appelés à commémorer les sacrifices de leurs concitoyens sur les champs de bataille du monde entier. Les souvenirs les plus marquants sont ceux de la Première Guerre mondiale, qui s'est déroulée dans les tranchées, le ciel et les mers d'Europe, alors que les Canadiens répondaient à l'appel à la fidélité et au soutien de l'Empire. C'est ainsi que le Canada s'est joint aux « Alliés » pour combattre les forces des « Empires centraux », alors que « la paix fragile des grandes puissances européennes s'effondrait rapidement ». Cette conflagration n'avait pas grand-chose à voir avec l'intérêt national canadien, mais elle allait inciter le pays à se penser en fonction de ses propres priorités et de sa place dans le monde - une nation à part entière.

L'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand donne le coup d'envoi de la Première Guerre mondiale

Le hachoir de la guerre des tranchées a contribué à inciter les Canadiens à repenser leur projet initial de confier leurs fils aux commandants britanniques. Le Canada avait ses propres intérêts à défendre à cet égard et n'a pas tardé à créer un ministère canadien des Forces militaires d'outre-mer à Londres en 1916. Cette décision allait amorcer une transition qui verrait la contribution militaire du pays passer de celle d'un contingent colonial à ce qui allait devenir une véritable armée nationale. Cette armée, sous la forme du « Corps canadien » composé de quelque 100 000 hommes, sera dirigée par un Canadien, le lieutenant-général Arthur Currie, et par des officiers canadiens après l'étonnante prise de la crête de Vimy en avril 1917. Le « Corps » se distinguera ensuite comme une force de combat d'élite à Passchendaele, Amiens et Cambrai et exercera « une indépendance significative en décidant comment le Corps sera utilisé et déployé sur le terrain ». Le Canada était arrivé sur la scène mondiale en versant beaucoup de sang et de ressources financières.

Le Corps canadien se distingue à Passchendaele et sur de nombreux autres champs de bataille de la Première Guerre mondiale

À la fin de la Première Guerre mondiale, le Canada disposait d'une armée d'élite de renommée mondiale de quelque 630 000 hommes, mais a subi plus de 234 000 morts ou blessés - un prix ahurissant pour un pays de huit millions d'habitants. Cette contribution disproportionnée aux batailles d'un empire sera reproduite lors de la Seconde Guerre mondiale, lorsqu'une Première Armée canadienne sera formée à partir de deux Corps canadiens. Le premier corps canadien sera affecté au front italien, où il se distinguera dans des batailles féroces comme celles menées pour protéger Ortona des formations allemandes. Les combats de rue nécessaires pour sécuriser Ortona ont été qualifiés de « cauchemars » et ont été marqués par des actes de bravoure comme ceux du capitaine Paul Triquet du Royal 22e Régiment de Québec. Le capitaine Triquet, dans la course à Ortona, a trouvé sa petite compagnie de 81 âmes encerclée et sous le feu lorsqu'il les a exhortés à charger l'objectif car « c'était l'endroit le plus sûr où se trouver ». Il recevra la Croix de Victoria pour ses actions.

Capitaine Paul Triquet, détenteur de la Victoria Cross du Royal 22e Régiment
 

Les leçons apprises


Comme pendant la Première Guerre mondiale, l'armée canadienne s'est développée au cours de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une force de rang mondial sur terre, sur mer et dans les airs. Le Premier Corps canadien est revenu d'Italie pour rejoindre la Première Armée canadienne après le débarquement du jour J à Juno Beach. L'armée s'est ensuite déployée sur le flanc gauche des Alliés pour sécuriser la côte de la Manche avant de libérer les Pays-Bas. Tout cela alors même que la Marine royale canadienne sécurisait les lignes d'approvisionnement de l'Atlantique et que les 48 escadrons de l'Aviation royale canadienne accomplissaient un travail remarquable en menant des opérations intenses dans le nord-ouest de l'Europe qui ont mené à la libération du continent. Parmi ces escadrons, mon propre escadron, le 439e Escadron « Tiger », s'est occupé d'opérations de destruction de trains et de chars avec ses avions « Typhoon ». Après deux guerres mondiales, le Canada n'était plus considéré comme un État vassal d'un empire lointain.

Un « Typhoon » du 439e Escadron « Tiger » en opération de destruction de trains

Le sang et les ressources dépensés par des Canadiens ordinaires au cours de la première moitié du XXe siècle ont mis le Canada sur la voie de la réalisation de la prophétie du premier ministre Laurier qui, en 1904, a déclaré que « le XXe siècle appartient au Canada ». Cette nouvelle voie a été soutenue par un élan de confiance dû à la guerre et a été amorcée par l'achèvement, après la Seconde Guerre mondiale, de projets d'infrastructure massifs qui allaient relier et dynamiser toute la moitié nord de l'Amérique du Nord. De nouveaux aéroports, autoroutes et voies maritimes allaient désenclaver le pays et le faire passer d'un arrière-pays agraire à une puissance industrielle dotée d'un nouveau système de sécurité sociale et de liens beaucoup plus étroits avec les États-Unis. Le Canada mettrait sur le marché des minéraux et des produits de consommation et prendrait sa place sur la scène mondiale en tant que membre égal, et même fondateur, des Nations Unies, de l'OTAN et de NORAD. Il n'est plus une colonie car il a perdu son « complexe d'infériorité ».

Un nouveau Canada d'après-guerre fait son apparition sur la scène mondiale après la Seconde Guerre mondiale

Le Canada forgé dans les feux de la guerre au cours de la première moitié du vingtième siècle présentait des défauts en raison de l'application de la Loi sur les mesures de guerre en 1914 et en 1939. Cette loi a entraîné l'« internement des Ukrainiens » pendant la Première Guerre mondiale, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants ayant été privés de leurs biens personnels et de leur propriété et rassemblés dans des camps. Le processus s'est répété pendant la Seconde Guerre mondiale avec l'« internement des Japonais » et l'incarcération d'environ 22 000 Canadiens d'origine japonaise dans l'intérieur de la Colombie-Britannique. Après le rapatriement de la Constitution et de la Charte du Canada en 1982, le gouvernement reconnaît et présente des excuses pour les internements ukrainien et japonais respectivement. Ce faisant, il a affirmé que les droits et libertés individuels des citoyens canadiens étaient de nature « fondamentale ». Des droits pour lesquels beaucoup se sont battus et sont morts et qui ne peuvent plus être arbitrairement restreints par la peur.

La Charte est-elle influencée par les leçons apprises en temps de guerre?
 

Le Canada est de retour?


Lorsque les libéraux de Trudeau ont remporté les élections fédérales de 2015 et ont annoncé que « le Canada est de retour », on pouvait être pardonné de penser qu'il parlait d'un retour du courtier honnête et pionnier du maintien de la paix que le Canada avait constamment joué au cours de la deuxième moitié du XXe siècle - une réputation durement gagnée, bâtie sur nos prouesses militaires et notre acuité diplomatique. Ces évaluations initiales, cependant, se sont effondrées lorsque comparées à la réalité, car les résultats obtenus depuis ne reflètent pas une puissance moyenne se battant au-dessus de sa catégorie de poids. Au contraire, le pays semble avoir laissé derrière lui la conviction nationale qu'il avait développée au cours des deux guerres mondiales et maintenant il reprend son statut d'État vassal. Comment pourrait-on penser autrement étant donné la propension démontrée de la nation à se prosterner devant les priorités fixées par les autorités mondiales. C'est comme si la confiance et les leçons tirées du creuset de la guerre avaient été oubliées. Une fois de plus, nous nous retrouvons soumis à l'emprise de l'empire.

Le Canada est-il revenu à l'époque de l'empire?

La meilleure indication de l'éloignement de la nation de ses traditions de liberté et d'autodétermination est peut-être la distance parcourue vers l'acceptation de systèmes de contrôle centralisés et mondialisés. Il semblerait que la déclaration du premier ministre selon laquelle le Canada est le « premier État postnational » sans « identité fondamentale *» soit le meilleur indicateur de la direction que prend le pays. Plutôt que de revenir à un Canada pris en charge par ses propres intérêts, nous semblons chercher un nouvel empire devant lequel nous pourrions nous prosterner. Cette régression voit un Canada déterminé à s'approprier des causes étrangères capables de déplacer et de dénigrer sa souveraineté et celle de ses citoyens - contre vents et marées. C'est ainsi que nous voyons des directives en matière de santé publique, de priorités d'approvisionnement militaire et de notre propre production d'énergie émises de loin par des personnes éloignées de notre influence. Après 155 ans de sacrifices, y compris ceux consentis sur les champs de bataille, on demande aux Canadiens de redevenir une colonie.


*L'auteur, M. Lisée, fut le chef séparatiste du Parti Québécois. Sans grande surprise, il souligne toutes les déclarations hypocrites et contradictoires de M. Trudeau au sujet du Canada « postnational ».

Les Canadiens peuvent-ils être satisfaits de politiques instituées d'étranger?

Il semblerait que les dirigeants canadiens de toutes tendances politiques soient plus qu'heureux de laisser derrière eux une souveraineté nationale et personnelle durement acquise pour rejoindre les rangs d'un nouveau collectif mondialisé. Il suffit de voir leur soutien sélectif et hypocrite aux droits et libertés individuels garantis par la Charte, selon les intérêts de ceux qui sont servis. Comment se fait-il que les déclarations provinciales de la « clause dérogatoire » de la Charte puissent être traitées si différemment par notre propre premier ministre? Comment a-t-il pu être aussi silencieux lorsque le Québec a fait cette déclaration pour protéger la loi 96 - une loi linguistique qui favorise la perquisition et la saisie de biens sans mandat pour recueillir des preuves contre des entreprises qui parlent mal? Comment a-t-il pu être un guerrier des libertés civiles lorsque l'Ontario a proclamé la clause pour sauver la loi de retour au travail visant à maintenir les travailleurs syndiqués dans les écoles et au travail? Et puis, il y a son invocation de la Loi sur les situations d'urgence pour réprimer le convoi pacifique du château gonflable Liberté 2022 qui protestait contre ses propres mandats fédéraux de vaccination. Vous parlez de faire ce que je dis et non ce que je fais! Quel que soit l'endroit où notre premier ministre et ses collaborateurs du NPD ramènent le Canada, ce n'est certainement pas l'endroit pour lequel nos anciens combattants ont combattu et sont morts.

Je me souviens!
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT