C3RF Update, 12 Aug 2022 – A matter of trust


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Review and participate in Version 13.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V13.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out a new addition. The related change is in bold text and links to information on our own federal government’s efforts to legislate against the free market economic system that has made Canada strong and free. The initiative, known as Environmental, Social and Governance (ESG), calls for businesses to replace the profit motive with one based on social conscientiousness. Just another way of calling for the institution of a Marxist, command economy where it’s about your own personal carbon footprint and “from each according to his ability, to each according to his need”?

Canada legislating Marxism where it’s “from each according to his ability, to each according to his need”?

Forget Twitter, follow C3RF on Gab instead


Looks like entertaining discussions on vaccine travel mandates and how they curtail our Charter rights is a no, no on Twitter. Such speech will not be tolerated and resulted a permanent suspension of C3RF’s Twitter page and account. Anyway, you can keep abreast of such unmentionable topics on our Gab site.

Twitter permanently suspends C3RF's account - a badge of honour?
 

High trust societies


It is a studied fact that the state of any given economy is greatly influenced by the trust citizens have in each other and in the public institutions that operate on their behalf. At the citizen-to-citizen or interpersonal level, it makes sense that a community stands to benefit from an environment where individuals have confidence in their neighbour’s willingness to do the right thing. Contracts are honoured much more often than not in such a milieu while cooperative ventures can be envisaged, planned and executed with minimum looks over the shoulder. In a similar fashion at the macro level, systems of governance and institutional oversight that generate high levels of trust with the public they serve free themselves from undue resistance, criticism and non-compliance thereby allowing them to operate more efficiently. Without doubt, levels of interpersonal and public trust within a society have a “causal impact on economic outcomes”.

High levels of trust contribute positively to economic well being

These same studies go on to indicate that high levels of interpersonal trust “correlate strongly with religious affiliation and upbringing”. Given religions that place the “golden rule” front and center in their doctrinal makeup, this would seem to make a great deal of sense. After all, treating others as you would have them treat you couldn’t help but smooth over the rough edges associated with one’s daily, interpersonal interactions. On the public trust side of the ledger, systems of governance that honour the “rule of law” to apply justice evenly, regardless of an individual’s beliefs or associations, is bound to engender a sense fairness. This can particularly be seen to be the case given systems that are further reinforced with checks and balances that keep the even-handed “rule of law” in tact and free from biased interference.

Even-handed "rule of law" augmented by a system of checks and balances make for high trust levels

Given the causal relationship between societal trust levels, both interpersonal and public, and economic outcomes it is little wonder that Western nations, and Canada in particular, have become such industrial powerhouses over the centuries. The “golden rule” and the “rule of law”, both of which recognize the sovereignty of the individual and are central to the Judeo-Christian ethic, have served these nations well even as they have attracted freedom-loving peoples from every corner of the world. Is it any wonder that the founding principles of Canada’s Constitution, as expressed in its Preamble, “recognize the supremacy of God and the rule of law”. How appropriate, and fortunate, for Canadians?

Canada, an economic powerhouse built on trust
 

A broken trust


Unfortunately, Canada’s standing as a high trust society has come under question recently with predictable impacts on its economy and ability to secure its national interests. The signs of such developments were noted in these “update” pages as early as May of 2020 when C3RF undertook a month-long analysis of Canada’s perceived descent into “despotism”. The examples used to define the contours of this descent included the unsupported curtailment of civil liberties as an initial reaction to the to the onset of the Wuhan virus. These incursions were made worse by a government decision to close the doors of parliament to elected representatives even as reporters were fired for criticizing such draconian and undemocratic measures. That was then, now we see this same government expanding the scope of such incursions to include the lifting of Charter-guaranteed mobility rights through vaccine travel mandates – even as the “unvaccinated” are villainized by their own Prime Minister for their “misogynist” and “racist” ways. All of this even though such mandates are now known, through court-mandated depositions, to have been based on cynical political calculation rather than “the science”.

C3RF analysis of the advance of despotism in Canada over the one-month period of May 2020

The saga of Canadian travel mandates tracks the degradation of both interpersonal and public trust. In the former case, the Prime Minister’s call to vaccinated Canadians to shun their sullied and unworthy unvaccinated counterparts was made clear when he said to the latter, “don’t think you can get on a plane or a train beside vaccinated people and put them at risk”. One cannot help but recall the use of the term “cockroaches” by politicians in the runup to the slaughter of hundreds of thousands of Tutsis in 100 days of Rwandan genocide. Such rhetoric speaks to a deliberate attempt to fractionalize Canadian society and destroy the trust between groups as they are set upon each other through apartheid policies and rhetoric. Neighbour turns against neighbour and the shunned lose all trust in the public agencies and institutions that stand by and let it happen.

100 days of Rwandan genocide began with "cockroach" rhetoric

Not to be outdone, such apartheid policies have also been foisted upon Canadian workplaces as the unvaccinated are terminated with no work-related cause and without access to earned unemployment and severance benefits. The results in the medical field have been devastating as these terminations have resulted in the loss of very specialized personnel in the critical ER and ICU environments. More than this, though, are indications that many more workers have lost their faith and trust in the system that demands they forego proven strategies, such as early, out-patient treatments, to push mass, one-size-fits-all vaccination programs that are still experimental in nature. Mass programs that, allegedly, are being imposed upon toddlers and babies unnecessarily. The fact that such ethical problems are pushing medical professionals out the door is evidenced by polls that indicate that fully four in five nurses are experiencing “moral distress” in the workplace. Understandable given the fact that their own profession and representatives have turned their backs on a promise to “do no harm”?

Medical professionals suffering from "moral distress"?
 

A trust restored


Canada’s transition from a high to a low trust society is both conspicuous and proceeding at an accelerating pace. First and foremost, and regards the establishment of interpersonal trust levels, this transition can only be reversed by Canadians coming together and insisting that their political leaders treat all citizens with the dignity and respect they deserve. Recognizing those leaders that require such an intervention will be an easy task. One need simply compare the actions of these leaders over two-plus years of the Wuhan virus pandemic with Charter provisions that guarantee personal liberty and due process. Did they manufacture panic by creating an “untouchable” class of citizens on the basis of their medical status? Did they go along quietly with those who did? Or did they call for clear-headed and reasonable solutions based on solid evidence instead? Unfortunately, there are many in the former group with only a few, like Max Bernier, leader of the PPC, Rod Taylor, leader of the CHP and Roman Baber, CPC leadership candidate, who have consistently stood in the latter. Vote accordingly.

Charter and high trust society supporters - Max Bernier (PPC), Rod Taylor (CHP) and Roman Baber (CPC)

The restoration of trust in public institutions and agencies will be similarly epic in nature as so many of them have failed the citizenry they were sworn to serve. The evidence of this is clear given the cooperative efforts of our medical, judicial, security, educational, media and corporate institutions to foist ill-informed and counterproductive Wuhan virus measures and policies on Canadians-writ-large. Nary a one of them offered up any resistance to the shutting down of our whole society or the implementation of a one-size-fits-all mass vaccination program that was proffered by “experts”. No questions were allowed and hard-won ideas learned from the atrocities of World War II, like “informed consent”, were swept aside in the name of the “common good”. Leaving it up to these same organizations to right the wrongs associated with Wuhan virus mandates and decrees would be a mistake. Rather than this, the nation needs to consider the advice of Canada’s last, living First Minister responsible for the patriation of our Charter, Brian Peckford, and convene a related “independent, national inquiry” capable of restoring the public’s trust in its institutions.

The Honourable Brian Peckford calls for an independent, national inquiry

As Brian Peckford notes, it would be more than inappropriate to have governments investigate themselves regards their own dealings with the invocation of Emergency Acts and implementation of Wuhan virus measures and mandates. The happenings of the last two-plus years need to be open to the public and, as a prime consideration, must pay special attention to actions taken that overrode the Charter’s constitutional protections – was the true intent of the Section 1 “limitations” section of that same supreme law abused? Additionally, such an investigation would need to ask several questions regards the necessity of implementing measures that would increase suicide rates, place medical systems in a monumental state of disrepair, freeze the bank accounts of citizens without due process and deal a cataclysmic blow to the nation’s economy. Finally, but most critical to the establishment of public trust, was the science used real or just “government science”? Such an inquiry and the answering of such questions needs to take place before any new Government-mandated, freedom-crushing initiatives, like digitized ID or currency, are even considered.

Charter rights first, digitization of Canadians last?
 

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively. We will be particularly engaged with the civil liberties file as the nation moves away from Wuhan virus “emergency” measures only to find itself moving towards the fall flu season. Will we be forced back into our pens to prove once again that “zero-Covid” causes more harm than good? It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see the error of their ways and restore that which we currently lack; a responsible, representative government.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Examinez et participez à la Version 13.0 du « One Stop Tyrant Shop » de C3RF


Jetez un coup d'oeil à la version 13.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour examiner un nouvel ajout. Le changement en question est en caractères gras et renvoie à des informations sur les efforts de notre propre gouvernement fédéral pour légiférer contre le système économique de libre marché qui a rendu le Canada fort et libre. L'initiative, connue sous le nom des "Critères environementaux, sociaux et de gouvernance" (ESG), demande aux entreprises de remplacer le motif du profit par un motif fondé sur la conscience sociale. Il s'agit d'une autre façon de réclamer l'institution d'une économie de commande marxiste, où il s'agit de votre empreinte carbone personnelle et du principe « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins »?

Le Canada légifère le marxisme où c'est « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins »?

Oubliez Twitter, suivez plutôt C3RF sur Gab


Il semble que les discussions sur les mandats de vaccination et la manière dont ils restreignent les droits garantis par la Charte soient interdites sur Twitter. Un tel discours ne sera pas toléré et a entraîné une suspension permanente de la page et du compte Twitter de C3RF. Quoi qu'il en soit, vous pouvez vous tenir au courant de ces sujets tabous sur notre site Gab.

Twitter suspend définitivement le compte de C3RF - un titre d'honneur?
 

Sociétés où la confiance est grande


Il est établi que la situation d'une économie donnée est fortement influencée par la confiance que les citoyens ont les uns envers les autres et envers les institutions publiques qui agissent en leur nom. Au niveau interpersonnel ou de citoyen à citoyen, il est logique qu'une communauté bénéficie d'un environnement où les individus ont confiance dans la volonté de leur voisin de faire ce qui est juste. Dans un tel environnement, les contrats sont plus souvent honorés et les projets de coopération peuvent être envisagés, planifiés et exécutés avec un minimum de paperasserie. De la même manière, au niveau des nations, les systèmes de gouvernance et de surveillance institutionnelle qui génèrent des niveaux élevés de confiance avec le public qu'ils servent se libèrent de toute résistance, critique et non-conformité indues, ce qui leur permet de fonctionner plus efficacement. Sans aucun doute, les niveaux de confiance interpersonnelle et publique au sein d'une société ont un « impact de causes à effets sur les résultats économiques ».

Des niveaux élevés de confiance contribuent positivement au bien-être économique

Ces mêmes études indiquent ensuite que les niveaux élevés de confiance interpersonnelle sont « fortement corrélés avec l'affiliation et l'éducation religieuses ». Étant donné que les religions placent la « règle d'or » au centre de leurs doctrines, cela semble très logique. Après tout, traiter les autres comme on voudrait qu'ils nous traitent ne peut qu'aplanir les difficultés associées aux interactions interpersonnelles quotidiennes. Du côté de la confiance du public, les systèmes de gouvernance qui honorent la « règle de droit » pour appliquer la justice de manière égale, indépendamment des croyances ou des associations d'un individu, ne peuvent qu'engendrer un sentiment d'équité. C'est particulièrement vrai dans les systèmes renforcés par des mécanismes de contrôle et d'équilibre qui préservent l' « primauté du droit » impartial et exempt d'interférences.

Un « primauté du droit » impartial, complété par un système de freins et de contrepoids, est à l'origine de niveaux de confiance élevés

Étant donné la relation de cause à effet entre les niveaux de confiance sociétale, tant interpersonnelle que publique, et les résultats économiques, il n'est guère étonnant que les nations occidentales, et le Canada en particulier, soient devenues de telles puissances industrielles au fil des siècles. La « règle d'or » et la « primauté du droit », qui reconnaissent toutes deux la souveraineté de l'individu et sont au cœur de l'éthique judéo-chrétienne, ont bien servi ces nations, même si elles ont attiré des peuples épris de liberté de tous les coins du monde. Faut-il s'étonner que les principes fondateurs de la Constitution du Canada, tels qu'exprimés dans son préambule, « reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit ». Comme c'est approprié, et heureux, pour les Canadiens! L'est-il?

Le Canada, une puissance économique fondée sur la confiance
 

Une confiance perdue


Malheureusement, le statut du Canada en tant que société de haute confiance a été remis en question récemment, avec des impacts prévisibles sur son économie et sa capacité à garantir ses intérêts nationaux. Les signes de ces développements ont été notés dans nos « mises à jour » dès mai 2020, lorsque le C3RF a entrepris une analyse sur la descente du Canada vers le « despotisme ». Les exemples utilisés pour définir la trajectoire de cette descente comprenaient la réduction sans fondement des libertés civiles en tant que réaction initiale à l'apparition du virus de Wuhan. Ces incursions ont été aggravées par la décision du gouvernement de fermer les portes du parlement aux représentants élus, alors même que des journalistes étaient licenciés pour avoir critiqué des mesures aussi draconiennes et antidémocratiques. Maintenant nous voyons ce même gouvernement élargir la portée de ces incursions pour y inclure la levée des droits à la mobilité garantis par la Charte par le biais de mandats de vaccination- alors même que les « non-vaccinés » sont diabolisés par leur propre Premier ministre pour leurs comportements « misogynes » et « racistes ». Tout cela alors même que l'on sait maintenant, grâce à des dépositions ordonnées par les tribunaux, que ces mandats étaient fondés sur des calculs politiques cyniques plutôt que sur «la science ».

Analyse du C3RF sur l'avancée du despotisme au Canada sur la période d'un mois de mai 2020

La saga des mandats de voyage canadiens suit la dégradation de la confiance interpersonnelle et publique. Dans le premier cas, l'appel lancé par le Premier ministre aux Canadiens vaccinés pour qu'ils évitent leurs homologues non vaccinés, souillés et indignes, a été clairement exprimé lorsqu'il a dit aux seconds : « Ne pensez pas que vous pouvez monter dans un avion ou un train à côté de personnes vaccinées et les mettre en danger ». On ne peut s'empêcher de se souvenir de l'utilisation du terme «coquerelles» par les politiciens à l'approche du massacre de centaines de milliers de Tutsis en 100 jours de génocide rwandais. Une telle rhétorique témoigne d'une tentative délibérée de fractionner la société canadienne et de détruire la confiance entre les groupes qui sont montés les uns contre les autres par le biais des politiques et de la rhétorique de l'apartheid. Le voisin se retourne contre le voisin et les exclus perdent toute confiance dans les agences et institutions publiques qui tolèrent ce comportement.

Les 100 jours du génocide rwandais ont commencé par une rhétorique de « coquerelles »

Pour ne pas être en reste, de telles politiques d'apartheid ont également été imposées sur les lieux de travail canadiens, où les personnes non vaccinées sont licenciées sans raison liée au travail et sans accès aux indemnités de chômage et de licenciement. Les résultats dans le domaine médical ont été dévastateurs, car ces licenciements ont entraîné la perte de personnel très spécialisé dans les environnements critiques des urgences et des unités de soins intensifs. Mais ce qui est plus grave encore, c'est que de nombreux travailleurs ont perdu leur foi et leur confiance dans le système qui leur demande de renoncer à des stratégies éprouvées, comme les traitements précoces ambulatoire, pour promouvoir des programmes de vaccination de masse qui sont encore expérimentaux par nature. Des programmes de masse qui sont imposés inutilement aux tout-petits et aux bébés. Le fait que de tels problèmes éthiques poussent les professionnels de la santé à prendre la porte est mis en évidence par des sondages qui indiquent que quatre infirmières sur cinq ressentent une « anxiété morale » sur leur lieu de travail. Cela est compréhensible, étant donné que leur propre profession et leurs représentants ont tourné le dos à la promesse de « ne pas nuire »?

Des professionnels de la santé souffrant d` « anxiété morale »?
 

Une confiance restaurée


La transition du Canada d'une société de haute confiance à une société de faible confiance est à la fois visible et se déroule à un rythme accéléré. D'abord et avant tout, et en ce qui concerne l'établissement des niveaux de confiance interpersonnelle, cette transition ne peut être inversée que si les Canadiens se rassemblent et insistent pour que leurs dirigeants politiques traitent tous les citoyens avec la dignité et le respect qu'ils méritent. Reconnaître les leaders qui nécessitent une telle intervention sera une tâche facile. Il suffit de comparer les actions de ces dirigeants pendant plus de deux ans de pandémie du virus Wuhan avec les dispositions de la Charte qui garantissent la liberté individuelle et l'application régulière de la loi. Ont-ils semé la panique en créant une classe de citoyens « intouchables » sur la base de leur état de santé? Ont-ils suivi tranquillement ceux qui ont semé la panique? Ou ont-ils plutôt proposer des solutions lucides et raisonnables fondées sur des preuves solides? Malheureusement, il y a beaucoup de gens dans le premier groupe et seulement quelques-uns, comme Maxime Bernier, chef du PPC, Rod Taylor, chef du CHP et Roman Baber, candidat à la direction du PCC, qui ont toujours été dans le deuxième groupe. Votez en conséquence.

Les partisans de la Charte et de la société de haute confiance - Maxime Bernier (PPC), Rod Taylor (CHP) et Roman Baber (PCC)

Le rétablissement de la confiance dans les institutions et les organismes publiques sera tout aussi épique, car beaucoup d'entre eux ont laissé tomber les citoyens qu'ils avaient juré de servir. La preuve en est que nos institutions médicales, judiciaires, sécuritaires, éducatives, médiatiques et commerciales ont coopéré pour imposer aux Canadiens des mesures et des politiques mal informées et contre-productives liées au virus Wuhan. Pas un seul d'entre eux n'a opposé de résistance à la fermeture de l'ensemble de notre société ou à la mise en œuvre d'un programme de vaccination de masse unique proposé par les « experts ». Aucune question n'a été autorisée et les idées durement acquises lors des atrocités de la Seconde Guerre mondiale, comme le « consentement éclairé », ont été balayées au nom du « bien commun ». Laisser à ces mêmes organisations le soin de redresser les torts associés aux mandats et décrets du virus de Wuhan serait une erreur. Au lieu de cela, la nation doit tenir compte des conseils du dernier premier ministre canadien vivant responsable du rapatriement de notre Charte, Brian Peckford, et convoquer une « enquête nationale indépendante » capable de restaurer la confiance du public dans ses institutions.

L'honorable Brian Peckford demande une enquête nationale indépendante

Comme le fait remarquer Brian Peckford, il serait plus qu'inapproprié et même naïf de demander aux gouvernements d'enquêter sur leurs propres agissements concernant l'invocation des lois d'urgence et la mise en œuvre des mesures et mandats du virus de Wuhan. Les événements des dernières années doivent être ouverts au public et, en premier lieu, une attention particulière doit être accordée aux actions prises qui ont outrepassé les protections constitutionnelles de la Charte - l'intention réelle de la section 1 « limitations » de cette même loi suprême a-t-elle été abusée? En outre, une telle enquête devrait poser plusieurs questions concernant la nécessité de mettre en œuvre des mesures qui augmenteraient les taux de suicide, placeraient les systèmes médicaux dans un état de délabrement monumental, gèleraient les comptes bancaires des citoyens sans procédure régulière et porteraient un coup cataclysmique à l'économie de la nation. Enfin, mais c'est le plus important pour établir la confiance du public, la science utilisée était-elle réelle ou simplement une « science gouvernementale »? Une telle enquête et les réponses à ces questions doivent avoir lieu avant même d'envisager toute nouvelle initiative gouvernementale et liberticide, telle que la numérisation des pièces d'identité ou de la monnaie.

Les droits de la Charte d'abord, la numérisation des Canadiens ensuite?
 

Programme d'été


C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social respectivement. Nous serons particulièrement engagés dans le dossier des libertés civiles alors que la nation s'éloigne des mesures "d'urgence" du virus de Wuhan pour se retrouver à l'approche de la saison automnale de la grippe. Serons-nous obligés de reprendre nos stylos pour prouver une fois de plus que le "zéro-Covid" fait plus de mal que de bien? Nous pensons pouvoir le faire, compte tenu de la nature de la saison, avec des "mises à jour" bimensuelles en juillet-août. Nous espérons que nos dirigeants politiques comprendront leur erreur et rétabliront ce qui nous manque actuellement: un gouvernement responsable et représentatif.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags