C3RF Update, 12 Nov 2021 – Holding the line


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! November is C3RF membership drive month


Time flies and its once again time to consider expanding on C3RF’s considerable membership rolls (approaching some 40,000 now). Given that November is C3RF membership drive month, please consider talking to five friends about joining C3RF.

In politics


One could be forgiven for believing that the attack on Canadian civil liberties is a never-ending phenomenon that will not stop until all such freedoms are in the rear-view mirror. That might be a premature assessment, however, given the train of countervailing events that are picking up steam across the spectrum of our new, Wuhan virus lives. In the political realm, for example, we are seeing sea change eruptions in Virginia and New Jersey as these formerly “deep blue” states see a total and near conversion to “red” respectively.

Virginia's new Republican Governor - Glenn Youngkin

In the Virginian instance it seems that nearly two years of Wuhan virus lockdown have introduced parents to just what their young ones have been learning in their schools. Critical Race Theory studies have not proven popular with “mama bears” while “papa bears” have been less than enthusiastic with their 15-year-old daughters being raped in school washrooms by self-identifying “trans” teenage “girls” dressed in skirts. Top this off with Democrat Governor hopeful McAuliffe saying parents should have no say in what their children learn at school and you have the full makings of an “enough-is-enough” revolution. It now seems that parents are dedicating themselves to dumping “woke” narratives and regaining control over their schools, communities and country.

Mama and papa bears have had enough!?

In a more subdued manner but not to be outdone, we see the makings of a similar revolution in Canada as Canadians pepper their political representatives with questions on vaccine mandates and such. And so, we see the formation of a splinter group within the Conservative Party dedicated to representing these concerns. It’s certainly not a popular development with talking heads and politicians of the lockdown variety pillorying the new faction and calling for the resignation of its members respectively. Forget about any constitutional guarantee dedicated to the notion that citizens have a right to send their elected representatives to the halls of parliamentary power. This can now only be the case if these representatives tow the line and accede to the preferred narratives of the day. As if to make this point crystal clear, the spokesperson for the Conservative Party splinter group, Marilyn Gladu, was compelled to apologize for momentarily stepping out of her traces.

Marilyn Gladu – apologetic spokesperson for the civil liberties caucus

In the workplace


The key to understanding the sudden political interest in addressing the crushing of civil liberties requires dumping the “woke” narratives of the day and examining just what is happening in the workplace and in our communities. In the former, we are seeing a number of high-profile personalities brushing aside the criticism levelled by “cancel culture” to express their considered opinions. Prime among these personalities is MVP Green Bay quarterback, Aaron Rodgers. He simply doesn’t see health and vaccine mandates as a “one size fits all” prospect and prefers to bolster his own immune system with proven remedies rather than go down the “experimental” vaccine path. And who, given the fact that premier athletes are dropping like flies on the playing fields of the world, can blame him?

Renegade self-thinking Aaron Rodgers breaks from vaccine mandates

It would appear that Aaron Rodgers’ reticence when it comes to coerced vaccine mandates is shared by some American courts. Witness a recent decision by the U.S. Court of Appeals, Fifth Circuit, to place a temporary “stay” on the Biden Administration’s vaccine mandate. This particular mandate sought to end run the American Constitution by ordering businesses with more than 100 employees, through Occupational Safety and Health Administration (OSHA) regulation, to terminate unvaccinated employees. The Appeals Court determined that such regulations raised “grave statutory and constitutional issues” that needed to be examined. Finally, it appears that the facts of the case in the American context will receive the attention they merit.

Fifth Circuit Court of Appeals to examine vaccine mandates

Not to be outdone, Canadian labour representatives have been equally busy in demanding coercive and overreaching vaccine mandates come under judicial review. And so, we see a very recent New Brunswick Labour Board decision to have the government “cease and desist” with the placement of essential workers on leave without pay as an opening for those displaced through vaccine mandates. The “cease and desist” order may apply to essential, education assistants (EAs) but it could just as easily apply to those terminated by virtue of their vaccination status. The whole idea of forcing Canadians out of work without any review of the related facts and evidence is about to sail into choppy waters.

Canadian vaccine mandate regulations are sailing into choppy waters?

In the home


If vaccine mandates are about to sail into choppy waters in the workplace one can only imagine the rough ride they will receive at the kitchen table. This, as pressure rises to jab the little ones and we begin to see marketing campaigns engineered by Canadian public health agencies, big pharma and even Big Bird in an effort to jab 5- to 11-year-olds. All this in a bid to save grandma and grandpa and promote community health. It matters not that the campaigns fail to identify the risks associated with such inoculations - even though the drug companies themselves admitted, in their own submissions to regulatory authorities, that they existed. These risks include the fact that young ones stand to be harmed more by these Experimental Use Authorization (EUA) only products than they could be by the Wuhan virus contagion itself. Is Big Bird falling down on the duty to enable “informed consent”?

Big Bird not enabling "informed consent"?

More and more we are seeing the giddy enthusiasm expressed by both health agencies and school boards for vaccinating the young being met by parent concerns. The concern is becoming so prevalent that “Moms” are beginning to dig in and are becoming the “leaders” in holding the line against narratives that lift civil liberties and put children at risk unnecessarily. They are beginning to see, despite the best efforts of the talking heads and MSM to obscure, reports that vaccines will kill more kids than they save even as authoritative medical research journals wonder why we are even considering jabbing five-year-olds. This “hold the line” mantra increases in amplitude as more and more information comes to the fore and it is spreading to other concerns central to the Canadian family.

Naomi Wolf - "Moms are the new leaders"

One such family concern, particularly for those with a history of military service, is the use of negative narratives to obscure and diminish the meaning of Remembrance Day. This once proud tradition of remembering those who fought and died for the freedoms we enjoy today, or at least until the advent of the Wuhan virus, has been under increasing attack over recent years. In these very pages we noted, in 2018, the “White Poppy” proposal that sought to displace the “freedom is not free” message with one that promoted “peace at any cost”. Then in 2019 we reported on the Don Cherry affair and his thrashing for calling on “you people” to respect the day of remembrance. This was followed, in 2020, by a Whole Foods grocery chain policy decision to forbid employees from wearing the red poppy. And so it goes this year as dueling flags compete for attention over “unmarked graves” and a Remembrance Day split between indigenous and non-indigenous service members. So many competing narratives with so little context and so little effort to a find common purpose in moving forward. For myself, I wonder if this means I can still call Sergeant Tommy Prince my combat comrade-in-arms?

Sgt Tommy Prince - Canada's most decorated indigenous soldier of WWII

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Note! Novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF


Le temps passe vite et il est à nouveau temps d'envisager d'augmenter le nombre considérable de membres de C3RF (qui avoisine maintenant les 40 000). Étant donné que novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF, veuillez envisager de parler à cinq amis de l'adhésion à C3RF.

En politique


On pourrait être pardonné de croire que l'attaque contre les libertés civiles canadiennes est un phénomène sans fin qui ne s'arrêtera que lorsque toutes ces libertés auront disparu dans le rétroviseur. Il s'agirait toutefois d'une évaluation prématurée, compte tenu du train d'événements qui s'accélèrent dans tous les aspects de notre nouvelle vie adaptée au virus de Wuhan. Dans le domaine politique, par exemple, nous assistons à des éruptions de changement radical en Virginie et dans le New Jersey, où ces États autrefois « bleus foncé » [1] sont respectivement en train de se convertir totalement et presque totalement au « rouge ».


[1] N.T. En anglais américain, le bleu et le rouge désignent respectivement les démocrates et les républicains, donc la convention inverse du Canada.

Le nouveau gouverneur républicain de la Virginie - Glenn Youngkin

Dans le cas de la Virginie, il semble que près de deux ans de confinement dû au virus de Wuhan aient permis aux parents de découvrir ce que leurs enfants ont appris dans leurs écoles. Les études sur la Critical Race Theory (la théorie de la race critique) n'ont pas été populaires auprès des « mamans » tandis que les « papas » ont été moins enthousiastes à l'idée que leurs filles de 15 ans soient violées dans les toilettes de l'école par des adolescents "trans" vêtues de jupes. Ajoutez à cela le gouverneur démocrate McAuliffe, qui espère que les parents n'auront pas leur mot à dire sur ce que leurs enfants apprennent à l'école, et vous avez tous les éléments d'une révolution du type « ça suffit ». Il semble maintenant que les parents souhaitent l'abandon des récits « woke » et reprennent le contrôle de leurs écoles, de leurs communautés et de leur pays.

Les maman et les papas en ont assez!?

De manière plus discrète, mais sans être en reste, nous voyons le début d'une révolution similaire au Canada, alors que les Canadiens bombardent leurs représentants politiques de questions sur les mandats de vaccination et autres. Ainsi, nous assistons à la formation d'un groupe dissident au sein du Parti conservateur qui représente ces préoccupations. Ce n'est certainement pas un développement populaire avec les têtes médiatiques et les politiciens de la variété de confinement clouant au pilori cette nouvelle faction et appelant à la démission de ses membres. Oubliez toute garantie constitutionnelle consacrée à la notion que les citoyens ont le droit d'envoyer leurs représentants élus dans les salles du pouvoir parlementaire. Désormais, cela ne peut être le cas que si ces représentants suivent la ligne et adhèrent aux récits préférés du jour. Comme si cet é.tat de choses n'était pas encore clair comme de l'eau de roche, la porte-parole du groupe dissident du Parti conservateur, Marilyn Gladu, a été obligée de s'excuser pour être sortie momentanément du récit acceptable.

Marilyn Gladu - porte-parole apologiste du caucus des libertés civiles

Sur le lieu de travail


Pour comprendre l'intérêt politique soudain pour la question de l'écrasement des libertés civiles, il faut laisser tomber les récits « woke » du jour et examiner ce qui se passe sur le lieu de travail et dans nos communautés. Dans le premier cas, nous constatons qu'un certain nombre de personnalités de premier plan font fi des critiques formulées par la « cancel culture » pour exprimer leurs opinions. Au premier rang de ces personnalités figure le quarterback Aaron Rodgers, joueur par excellence des Packers de Green Bay. Il ne voit tout simplement pas la santé et les mandats de vaccination comme une perspective universelle et préfère renforcer son propre système immunitaire avec des remèdes plutôt que de suivre la voie « expérimentale » des vaccins. Et qui peut le blâmer, étant donné que les athlètes de haut niveau tombent comme des mouches sur les terrains de sport du monde entier?

Le renégat Aaron Rodgers se dissocie de l'obligation de se faire vacciner

Il semblerait que la réticence d'Aaron Rodgers à l'égard des mandats de vaccination forcés soit partagée par certains tribunaux américains. En témoigne la décision récente de la Cour d'appel des États-Unis, cinquième circonscription, de suspendre temporairement le mandat de vaccination de l'administration Biden. Ce mandat particulier visait à contourner la Constitution américaine en ordonnant aux entreprises de plus de 100 employés, par le biais de la réglementation de l'Occupational Safety and Health Administration (OSHA), de licencier les employés non vaccinés. La Cour d'appel a déterminé que de telles réglementations soulevaient « de graves questions statutaires et constitutionnelles » qui devaient être examinées. Enfin, il semble que les faits de l'affaire dans le contexte américain recevront l'attention qu'ils méritent.

La Cour d'appel de la cinquième circonscription examinera les obligations en matière de vaccination

Pour ne pas être en reste, les représentants syndicaux canadiens ont été tout aussi occupés à exiger que les mandats de vaccination coercitifs et excessifs fassent l'objet d'un examen judiciaire. Ainsi, une décision très récente de la Commission des relations de travail du Nouveau-Brunswick, qui demande au gouvernement de « cesser» de placer des travailleurs essentiels en congé sans solde, constitue une ouverture pour les personnes déplacées par les mandats de vaccination. La mise « en demeure » peut s'appliquer aux assistants d'éducation (AE) essentiels, mais elle pourrait tout aussi bien s'appliquer aux personnes licenciées en raison de leur statut vaccinal. L'idée de forcer les Canadiens à quitter leur emploi sans aucun examen des faits et des preuves est sur le point de naviguer en eaux troubles.

La réglementation canadienne sur le mandat des vaccins navigue en eaux houleuses?

À la maison


Si les mandats de vaccination sont sur le point de naviguer dans des eaux agitées sur le lieu de travail, on ne peut qu'imaginer les difficultés qu'ils rencontreront à la maison. Et ce, alors que la pression augmente pour vacciner les petits et que nous commençons à voir des campagnes de marketing conçues par les agences de santé publique canadiennes, les grandes entreprises pharmaceutiques et même Big Bird dans le but de vacciner les enfants de 5 à 11 ans. Tout cela dans le but de protéger les grands-parents et de promouvoir la santé communautaire. Peu importe que les campagnes ne parviennent pas à identifier les risques associés à ces inoculations - même si les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes ont admis, dans leurs propres soumissions aux autorités réglementaires, qu'ils existaient. Ces risques incluent le fait que les jeunes risquent d'être davantage lésés par ces produits soumis à une autorisation d'utilisation expérimentale (AUE) que par la contagion du virus de Wuhan lui-même. Big Bird est-il en train de faillir à son devoir de promouvoir le « consentement éclairé »?

Big Bird ne permet pas le « consentement éclairé »?

De plus en plus, nous constatons que l'enthousiasme débordant exprimé par les agences de santé et les conseils scolaires pour la vaccination des jeunes se heurte à l'inquiétude des parents. Cette inquiétude est si répandue que les « mamans » commencent à s'y intéresser et deviennent les « leaders » de la lutte contre les récits qui portent atteinte aux libertés civiles et mettent inutilement les enfants en danger. Elles commencent à voir, malgré tous les efforts déployés par les têtes médiatiques et leurs médias pour obscurcir des rapports indiquant que les vaccins tueront plus d'enfants qu'ils n'en sauveront, alors même que des revues de recherche médicale faisant autorité se demandent pourquoi nous envisageons même de piquer des enfants de cinq ans. Ce mantra « tenez bon » prend de l'ampleur à mesure que de plus en plus d'informations sont mises en avant et s'étendent à d'autres préoccupations pour les familles canadiennes.

Naomi Wolf - « Les mères sont les nouveaux leaders »

L'une de ces préoccupations familiales, en particulier pour ceux qui ont un passé militaire, est l'utilisation de récits négatifs pour obscurcir et diminuer la signification du jour du Souvenir. Cette tradition fière de se souvenir de ceux qui ont combattu et sont morts pour les libertés dont nous jouissons aujourd'hui, ou du moins jusqu'à l'avènement du virus Wuhan, a été de plus en plus attaquée ces dernières années. Dans ces mêmes pages, nous avons noté, en 2018, la proposition du « coquelicot blanc » qui cherchait à déplacer le message « la liberté n'est pas donnée» par un message promouvant « la paix à tout prix ». Puis, en 2019, nous avons relaté l'affaire Don Cherry et sa raclée pour avoir appelé « vous autres » à respecter le jour du souvenir. Cette affaire a été suivie, en 2020, par la décision politique de la chaîne d'épicerie Whole Foods d'interdire aux employés de porter le coquelicot rouge. Cette année, les deux drapeaux se disputent l'attention sur les « tombes anonymes » et le jour du Souvenir est divisé entre les membres autochtones et non autochtones du service. Autant de récits concurrents avec si peu de contexte et si peu d'efforts pour trouver un objectif commun pour aller de l'avant. Pour ma part, je me demande si cela signifie que je ne peux plus appeler le sergent Tommy Prince mon compagnon d'armes au combat?

Sgt Tommy Prince - Le soldat autochtone canadien le plus décoré de la Seconde Guerre mondiale.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts