top of page

C3RF Update, 14 Apr 2023 – Course correction


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

The point of no return


When I cast back on my flying days I sometimes do so with a civil liberties lens. Such is the case now given recent discussions associated with a rising constitutional debate in Canada. This debate has been chronicled in these pages and was kicked off by C3RF patrons Dr. Salim Mansur and the Honourable Brian Peckford. For myself, these deliberations have brought to mind an analogy that sees their calls for a reconsideration of the intent and values that underpin our Charter with a flight crew’s decision-making process as it approaches “the point of no return”. In the aviation sense, a point of no return refers to that position along a route that, once past, cannot accommodate a return to home base with the fuel available. The demarcation of such a point is a critical calculation for an aviator given a destination that goes down for weather, airport facility breakdown or some other flight-confounding issue when no other alternate is available. In a similar fashion when dealing with the Charter, a point of no return needs to be identified if it is guiding us to a destination that has been rendered unfit for purpose. As it seems now and given the observations of Mansur and Peckford, misinterpretation, politicking or just plain maleficence are turning the Charter into a one-way ticket to a divided and hapless Canada. Better to turn back to our start point while we still have the fuel to do so? Or have we simply been dragged off track and need a correction back to course?

Is Canada approaching a "point of no return"?

It’s not a stretch, in the case of our own patriated Constitution of 1982, to see the nation approaching a point where a decision needs to be made - should we continue on to a destination that is no longer fit for purpose or is it time for a track check to see if we are simply off course? It would seem to be a wise consideration given the fact that our desired destination, or the one we are actually headed for, seems to be totally at odds with the Charter expectations of everyday Canadians. Take for example the stated principle of “the rule of law” that is embedded in the Charter: can it now be said that our supreme law is giving voice to this foundational concept? How could it be said, for example, that certain protesters could be met with open arms by a Prime Minister while others are jailed, shackled and delayed due process and even bail? How can the Charter be said to guarantee equality before the law when it’s used to support the return of refugees and terrorists from foreign battlefields but is nowhere to be seen when citizens seek to enter gyms, restaurants or airplanes? Just where is our Charter taking us? Have we past the point of no return yet? Is a course correction still possible?

Supplications for some but shackles for others in "rule of law" Canada?

Cases where the Charter has stood by like a matador using his red cape to wave through yet another anti-constitutional law, measure, edit, decree or Order-in-Council are legion and have been itemized extensively in these pages. Perhaps the latest of these is a nascent Bill C-13 (An Act to Amend the Official Languages Act) that stands to divide the nation along language lines under the pretext of “modernizing” the Official Languages Act of 1969. The revised Act is troublesome from a Charter perspective as it:

Bill C-13 is representative of a long list of federal initiatives that seek to favour one “identifiable group” over another in contravention of a “rule of law” Charter. It joins ranks with edicts that divided the unvaccinated from the vaccinated with no demonstrable justification given and Orders-in-Council that seize the personal property of Canadians without due process. These instances have become so ubiquitous that we must wonder: is the destination the problem or are we just being steered off course to an unintended and unplanned alternate?

Are Canadians being deliberately divided through unconstitutional measures?
 

Course deviation


Bill C-13 stands as an apt example of being steered off course away from the Charter’s intended destination. The resulting course deviation is made clear by the sheer number of Canadians that its French-language mandates stand to impact. The “federally regulated private businesses” that it oversees include over 900,000 Canadians involved with the banking, transportation, pipeline, postal, grain and telecommunications industries. The actual number of employees and employers that will be affected is unclear at this point as the Bill calls for its application across communities that have “strong” francophone populations without specifying how “strong” is to be defined. This is a worrisome point as a definition “could be determined by bureaucrats once the law passes” and the number will, no doubt, be much larger than the contingent of Canadians that are currently covered by the unmodified Official Languages Act. This original version specifies that the “prescribed regions” outside of Quebec that must incorporate French for work purposes are limited to parts of Northern and Eastern Ontario and New Brunswick.

Are we being deliberately dragged off course from an intended Charter destination?

The “strong” francophone communities that Bill C-13 might be applied to will most likely include those recognized as viable destinations for francophone immigrants. These are numerous, exist across the nation and might very well see Bill C-13 permitting workers the right:

  • to carry out their work and be supervised in French;

  • to receive all communications and documents from the business in French; and

  • to use regularly and widely used work instruments and computer systems in French.

It’s easy to see that the legislation will have a major impact on these workplaces and force both expensive and time-consuming adjustments by way of accommodation – not to mention the hardship and distress levelled upon those unable to comply with such language restrictions. One workplace that is of particular concern is that of the Supreme Court of Canada as its justices will now have to be able to understand litigants in the official language of their choice without access to translations services. There can be little doubt that merit will take second place to language ability when selecting justices from regions of Canada that are predominantly English.

Will Bill C-13 prioritize language above merit for members of the Supreme Court of Canada?

It is interesting to note that the federal Department of Justice Charter review of the new Supreme Court manning requirements determined that the related limitation of Section 15 equality rights was justified as both English and French-speaking litigants needed to be guaranteed “substantive equality” when it came to being heard. What is not analyzed, however, is how the current Supreme Court make-up has in any way detracted from such a requirement and how the new standard might impact regional matters that are set before a court perceived to be less than representative - if not less than competent. After all, does the Court not have a responsibility to provide “substantive equality” when it comes to dealing with matters from all regions of the country - including those that are predominantly English in nature and seized with concerns, energy resources and otherwise, that are unique.

Do not all regions of Canada deserve "substantive equality" in their treatment at the Supreme Court?
 

Course correction


The Charter analysis associated with Bill C-13 is also problematic in that it assumes that a noted decline in the use of the French language across Canada justifies the implementation of a Charter stipulation, at Section 16(3), that calls for “advancement of the equality of status and use of English and French”. To its detriment, the analysis assures the reader that it is not “intended to take away rights from Canada’s English-speaking communities” even as the provisions of the Bill require individuals from these communities to learn French in order to work. How else to explain the need for the Bill to ensure measures are taken to consider “the needs of employees who are close to retirement, have many years of service or have conditions that could impede the learning of French.” In the end, the Charter analysis glosses over the point that the provisions of Section 16(3) of the Charter call for the advancement of the use of both English and French and not a zero-sum game that sees the promotion of one at the expense of the other. Can such an analysis be anything but sloppy, if not biased, and in need of a course correction?

Time to be honest about Charter intent and correct back to course?

The development of legislation that divides more than unites has become a hallmark of Canadian politics of late. Whether it be Motion M-103 (Islamophobia), Bill C-16 (Gender identity and expression) or Bill C-4 (Conversion therapy), Canadians have been witness to legal initiatives based on assumptions that are arguably baseless or ignore root causes. In the case of C-13, for instance, the declining presence of French in Canada is addressed by coercive actions that diminish the rights of other populations even as Quebec provincial law, in the form of a Charter of the French Language as amended by controversial Bill 96, is referenced in this federal legislation. This reference is an enormous complicating factor as Bill 96 required “a blanket use of the ‘notwithstanding’ clause” that will now be implicitly accepted by the same federal government that disavows its use and bemoans the fact that it allows for “searches and seizures in businesses without warrants”. And to make matters worse, former Supreme Court Justice Michel Bastarache worries that federal institutions may “be subject to investigations by the Office Québécois de la Langue Française regarding compliance with obligations arising from Quebec laws that have not been adopted by federal Parliament.”

Former Supreme Court Justice, Michel Bastarache, worries over embedding Quebec law into a federal Bill C-13

The simultaneous sucking and blowing by the Liberal/NDP government, and quite frankly all of the other opposition parties, as it amalgamates the “notwithstanding clause”, Quebec’s Charter of the French Language and Bill C-13 into a package that discriminates against English-speaking Canadians both inside and outside of Quebec is a wonderment to see. Outside of political expediency and chasing support from specific voting blocs, it’s hard to see what could be motivating such an embarrassment. Certainly, its disdainful treatment of the Constitution and the fundamental rights that reside in its embedded Charter calls up the need for a review of its legitimacy. It may very well be that it will be determined, as per Section 52(1) of the Charter, to be a “law that is inconsistent with the provisions of the Constitution” and “of no force or effect”. Considering all of the flimflams and bamboozles that our government has dished out over the course of the last eight years, is Bill C-13 just another in a long list of Charter-busting initiatives? Is it a course correction away from laws that are arguably “of no force or effect” that is required rather than a wholesale “return to base”? Is the time for that course correction as close as the next opportunity to cast a vote?

Is our next voting opportunity the time to make a course correction before it’s too late?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Le point de non-retour


Lorsque je me rappelle mes années de vol, je le fais parfois sous l'angle des libertés civiles. C'est le cas aujourd'hui, compte tenu des discussions récentes liées à un débat constitutionnel en cours au Canada. Ce débat a été relaté dans ces pages et a été lancé par les patrons de la C3RF, le Dr Salim Mansur et l'honorable Brian Peckford. Pour ma part, ces délibérations m'ont fait penser à une analogie entre leurs appels à un réexamen de l'intention et des valeurs qui sous-tendent notre Charte et le processus de prise de décision d'un équipage de vol à l'approche du « point de non-retour ». Dans le domaine de l'aviation, le point de non-retour désigne l'endroit d'une route qui, une fois franchi, ne permet pas de revenir à la base avec le carburant disponible. La délimitation de ce point est un calcul critique pour un aviateur dont la destination est en panne pour des raisons de météo, de défaillance des installations aéroportuaires ou pour tout autre problème affectant le vol, alors qu'aucune autre alternative n'est disponible. De la même manière, lorsqu'il s'agit de la Charte, un point de non-retour doit être identifié si elle nous guide vers une destination qui a été rendue impraticable. Comme cela semble être le cas aujourd'hui, et compte tenu des observations de Mansur et Peckford, une mauvaise interprétation, la politique politicienne ou tout simplement la malveillance transforment la Charte en un aller simple pour un Canada divisé et infortuné. Vaut-il mieux revenir à notre point de départ pendant que nous avons encore le carburant pour le faire? Ou bien avons-nous simplement été entraînés hors des rails et avons-nous besoin d'une correction pour retrouver notre cap?

Le Canada s'approche-t-il d'un « point de non-retour »?

Il n'est pas exagéré, dans le cas de notre propre Constitution de 1982, de voir la nation s'approcher d'un point où une décision doit être prise - devons-nous continuer vers une destination qui n'est plus adaptée ou est-il temps de vérifier si nous n'avons pas tout simplement dévié de notre trajectoir? Il semblerait que ce soit une sage considération étant donné que notre destination souhaitée, ou celle vers laquelle nous nous dirigeons réellement, semble être en totale contradiction avec les attentes des Canadiens ordinaires en vertu de la Charte. Prenons par exemple le principe de «l'État de droit » qui est inscrit dans la Charte: peut-on dire aujourd'hui que notre loi suprême donne chair et corps à ce concept fondamental? Comment peut-on dire, par exemple, que certains manifestants peuvent être accueillis à bras ouverts par un Premier ministre alors que d'autres sont emprisonnés, entravés et privés d'une procédure régulière et même d'une mise en liberté sous caution? Comment peut-on dire que la Charte garantit l'égalité devant la loi lorsqu'elle est utilisée pour soutenir le retour des réfugiés et des terroristes des champs de bataille étrangers, mais qu'elle n'est nulle part présente lorsque des citoyens cherchent à entrer dans des gymnases, des restaurants ou des avions? Où notre Charte nous mène-t-elle au juste? Avons-nous déjà dépassé le point de non-retour? Un changement de cap est-il encore possible?

Supplications pour certains mais entraves pour d'autres dans le Canada de l'État de droit?

Les cas où la Charte est restée les bras croisés incluent mesures, édits, décrets ou arrêts qui ont été largement détaillés dans ces pages. La dernière en date est peut-être le projet de loi C-13 (loi modifiant la loi sur les langues officielles) qui vise à diviser la nation en fonction des langues sous prétexte de « moderniser » la loi sur les langues officielles de 1969. La loi révisée est gênante du point de vue de la Charte car elle:

Le projet de loi C-13 s'inscrit dans une longue liste d'initiatives fédérales visant à favoriser un « groupe identifiable » par rapport à un autre, en violation de la Charte de « l'État de droit ». Il vient s'ajouter aux décrets qui ont divisé les personnes non vaccinées des personnes vaccinées sans justification démontrable et aux décrets qui saisissent les biens personnels des Canadiens sans procédure régulière. Ces exemples sont devenus tellement omniprésents que nous devons nous demander si c'est la destination qui pose problème ou si nous sommes simplement dirigés vers une alternative non voulue et non planifiée.

Les Canadiens sont-ils délibérément divisés par des mesures anticonstitutionnelles?
 

Déviation de trajectoire


Le projet de loi C-13 est un bon exemple de changement de cap par rapport à la destination prévue par la Charte. La déviation de trajectoire qui en résulte est rendue évidente par le nombre de Canadiens que ses mandats sur l'emploi de la langue française risquent d'affecter. Les «entreprises privées sous réglementation fédérale » qu'elle supervise comprennent plus de 900 000 Canadiens travaillant dans les secteurs bancaires, des transports, des oléoducs et gazoducs, des services postaux, des céréales et des télécommunications. Le nombre réel d'employés et d'employeurs qui seront affectés n'est pas clair à ce stade, car le projet de loi prévoit son application dans les communautés qui ont une « forte » population francophone, sans préciser comment cette « forte » population doit être définie. Il s'agit d'un point inquiétant car une définition « pourrait être déterminée par des bureaucrates une fois la loi adoptée » et le nombre sera, sans aucun doute, beaucoup plus important que le contingent de Canadiens qui sont actuellement couverts par la Loi sur les langues officielles. Cette version originale précise que les « régions prescrites » hors du Québec qui doivent incorporer le français à des fins professionnelles sont limitées à certaines parties du Nord et de l'Est de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick.

Sommes-nous délibérément détournés de la destination prévue par la Charte?

Les communautés francophones « fortes » auxquelles le projet de loi C-13 pourrait s'appliquer incluront très probablement celles qui sont reconnues comme des destinations viables pour les immigrants francophones. Ces communautés sont nombreuses, existent dans tout le pays et pourraient très bien voir le projet de loi C-13 autoriser les travailleurs à exercer leur droit:

  • d'effectuer leur travail et d'être supervisés en français;

  • de recevoir toutes les communications et tous les documents de l'entreprise en français; et

  • d'utiliser en français les instruments de travail et les systèmes informatiques d'usage courant et généralisé.

Il est facile de voir que la législation aura un impact majeur sur ces lieux de travail et obligera à des ajustements coûteux et fastidieux par le biais d'aménagements - sans parler des difficultés et de la détresse des personnes incapables de se conformer à de telles restrictions linguistiques. Un lieu de travail particulièrement préoccupant est celui de la Cour suprême du Canada, car ses juges devront désormais être en mesure de comprendre les plaideurs dans la langue officielle de leur choix, sans avoir accès à des services de traduction. Il ne fait guère de doute que le mérite passera après les compétences linguistiques lorsqu'il s'agira de sélectionner des juges originaires de régions du Canada majoritairement anglophones.

Le projet de loi C-13 donnera-t-il la priorité à la langue plutôt qu'au mérite pour les membres de la Cour suprême du Canada?

Il est intéressant de noter que l'examen de la Charte du ministère fédéral de la Justice concernant les nouvelles exigences en matière d'effectifs de la Cour suprême a déterminé que la limitation des droits à l'égalité de l'article 15 était justifiée car les plaideurs anglophones et francophones devaient se voir garantir une « égalité substantielle » lorsqu'il s'agissait d'être entendus. Ce qui n'est pas analysé, cependant, c'est la manière dont la composition actuelle de la Cour suprême a, de quelque manière que ce soit, porté atteinte à cette exigence et la manière dont la nouvelle norme pourrait avoir un impact sur les affaires régionales qui sont soumises à un tribunal perçu comme étant moins représentatif - voire moins compétent. Après tout, la Cour n'a-t-elle pas la responsabilité d'assurer une « égalité réelle » lorsqu'il s'agit de traiter des affaires provenant de toutes les régions du pays - y compris celles qui sont de langue anglaise et dont les préoccupations, en matière de ressources énergétiques ou autres, sont uniques.

Toutes les régions du Canada ne méritent-elles pas une « égalité substantielle » dans leur traitement à la Cour suprême?
 

Correction de trajectoire


L'analyse de la Charte associée au projet de loi C-13 est également problématique en ce qu'elle suppose qu'un déclin notable de l'utilisation de la langue française au Canada justifie la mise en œuvre d'une disposition de la Charte, à l'article 16(3), qui appelle à « la progression vers l'égalité de statut et d'usage du français et de l'anglais ». À son détriment, l'analyse assure le lecteur qu'elle n'a pas pour but « d'enlever des droits aux communautés d'expression anglaise du Canada », alors même que les dispositions du projet de loi obligent les personnes issues de ces communautés à apprendre le français pour travailler. Comment expliquer autrement la nécessité pour le projet de loi de veiller à ce que des mesures soient prises pour tenir compte « des besoins des employés qui sont près de la retraite, qui ont de nombreuses années de service ou dont l'état de santé pourrait nuire à l'apprentissage du français ». En fin de compte, l'analyse de la Charte passe sous silence le fait que les dispositions de l'article 16(3) de la Charte prévoient la promotion de l'usage du français et de l'anglais, et non un jeu à somme nulle où la promotion de l'un se ferait aux dépens de l'autre. Une telle analyse ne peut-elle être que bancale, voire partiale, et doit-elle être corrigée?

Il est temps d'être honnête sur les intentions de la Charte et de corriger le tir?

L'élaboration de lois qui divisent plus qu'elles n'unissent est devenue une caractéristique de la politique canadienne ces derniers temps. Qu'il s'agisse de la motion M-103 (islamophobie), du projet de loi C-16 (identité et expression sexuelles) ou du projet de loi C-4 (thérapie de conversion), les Canadiens ont été témoins d'initiatives juridiques fondées sur des hypothèses sans fondement ou ignorant les causes profondes. Dans le cas du projet de loi C-13, par exemple, la présence déclinante du français au Canada est abordée par des actions coercitives qui diminuent les droits d'autres populations, alors même que la législation provinciale du Québec, sous la forme d'une Charte de la langue française telle qu'amendée par le controversé projet de loi 96, est citée en référence dans cette législation fédérale. Cette référence est un facteur de complication énorme, car la loi 96 exigeait « une utilisation générale de la clause dérogatoire » qui sera désormais implicitement acceptée par le même gouvernement fédéral qui désavoue son utilisation et déplore le fait qu'elle permette « des perquisitions et des saisies dans les entreprises sans mandat ». Et pour ne rien arranger, l'ancien juge de la Cour suprême Michel Bastarache s'inquiète du fait que les institutions fédérales pourraient « faire l'objet d'enquêtes de la part de l'Office québécois de la langue française concernant le respect des obligations découlant des lois québécoises qui n'ont pas été adoptées par le Parlement fédéral ».

L'ancien juge de la Cour suprême, Michel Bastarache, s'inquiète de l'intégration d'une loi québécoise dans un projet de loi fédéral (C-13)

Il est étonnant de voir le gouvernement libéral/néo-démocrate, et franchement tous les autres partis de l'opposition, flatter et chialer en même temps, alors qu'il amalgame la « clause dérogatoire », la Charte de la langue française du Québec et le projet de loi C-13 dans un ensemble qui discrimine les Canadiens anglophones tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Québec. En dehors de l'opportunisme politique et de la recherche du soutien de blocs électoraux spécifiques, il est difficile de voir ce qui pourrait motiver un tel embarras. Il est certain que le traitement dédaigneux qu'il réserve à la Constitution et aux droits fondamentaux qui résident dans la Charte qui y est incorporée appelle à une révision de sa légitimité. Il se peut très bien qu'il soit déterminé, conformément à l'article 52(1) de la Charte, qu'il s'agit d'une « loi incompatible avec les dispositions de la Constitution » et qu'elle est « sans effet ». Compte tenu de tous les tours de passe-passe et de toutes les embrouilles que notre gouvernement a distribués au cours des huit dernières années, le projet de loi C-13 ne fait-il que s'ajouter à une longue liste d'initiatives visant à violer la Charte? S'agit-il d'un changement de cap par rapport à des lois dont on peut dire qu'elles sont « sans effet », plutôt que d'un « retour à la case départ »? Le moment de cette correction de trajectoire est-il aussi proche que le prochain scrutin?

Notre prochain scrutin fédéral est-il l'occasion de changer de cap avant qu'il ne soit trop tard?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comentarios


bottom of page