C3RF Update, 15 Apr 2022 – Money talks


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Review and participate in Version 3.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V3.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts and initiatives that help address individual line items in the “One Stop” table. This rendition provides a link to contact information for all Canadian Senators as they deal with Bill S-233 (Universal Basic Income). Perhaps they’d like to hear from you?

 

Easy money


If you really want to cut through the double-talk and misdirection offered up by the Canadian political class you need to “follow the money”. After all, the money trail these exemplars of public service leave behind is the surest indication of just what they consider the priorities to be. How lucky are we, then, to have last week’s tabling of the Government of Canada’s “Budget 2022: A Plan to Grow Our Economy and Make Life More Affordable”? This budget, with its $52 billion deficit forecast for fiscal year 2022/ 23, does seem to signal a return to the high, pre-pandemic deficit racked up by the Liberal government in fiscal year 2019/ 20. That deficit was in the order of $39.4 billion and preceded the extraordinary Wuhan virus deficit of $400.2 billion in the fiscal year of 2020/ 21.

Federal government actual and forecast deficit spending fiscal years 2016/ 17 to 2026/ 27

This year’s budget may be transitioning the country out of Wuhan virus spending levels but not out of what, in pre-pandemic years, would be considered massive deficit spending. In all fairness, though, a $52 billion deficit in the year following such a catastrophe can be forgiven if, indeed, it led to an effective restoration of some form of normalcy. The question then becomes, is the government moving to stabilize the economy and protect society from such a public health emergency in the future or is it simply leaving the door open for a re-occurrence? What a shame it would be if the deficits planned by Budget 2022 for the next six years failed to prevent another such emergency and yet another deficit expenditure of $400 billion in any of its years. How many such deficits could the country withstand before succumbing to a total financial collapse and, given the pandemic measures levied over the past two-plus years, the loss of all personal liberties?

How many more "emergencies" before we succumb to the total collapse of the economy and civil liberties?

And so we see that the country’s efforts to transition away from pandemic conditions requires attention be paid to both financial and civil liberty concerns. It goes without saying that civil liberties, in the form of the fundamental Charter rights and freedoms of individual Canadians, have been ravaged by Wuhan virus pandemic measures. Indeed, over the period of the last two-plus years, Canadians have seen these rights trashed as a matter of course and without the demonstrable justifications required by our supreme law. It mattered not that federal quarantine and all provincial emergency acts assert the Charter’s supremacy in such hard times. The Charter was forsaken and civil liberties were shamelessly discarded even as easy money, in the form of profligate deficit spending, contributed to its demise. All this, even though the hardships incurred could not be justified through any risk/ benefit analysis.

Douglas W Allen - Covid lockdowns too much risk for too little benefit?
 

Money talks


Unfortunately, Budget 2022 took no account of the root causes of the disaster that was Canada’s response to the Wuhan virus. Rather than this, it took note of the symptoms produced by its own emergency measures even as it steered a self-serving course towards a WEF-style economic “reset”. And so, we saw the budget home-in on three major priorities in the form of housing, productivity and the environment. In the area of housing, the budget saw the problem as one of supply as it called for “targeted investments in new home building, new rental units, and affordable housing combine with increased funding to existing programs for more than $10 billion in additional spending over the next five years.” As for productivity, it would be addressed through expanded child-care programs and funding along with new investments in mining minerals critical to new climate change industries. Similarly, and in line with a “reset” to a green economy, accommodations and subsidies for electric vehicles became a budget priority. If money talked, this budget would say, “what Wuhan virus crisis?”

Electric vehicles the order-of-the-day in Canada?

If money talked the budget might also say, given its multi-year deficit spending plans, that the Liberal government has no intention of recovering the economic ground lost over the pandemic period. This, even though Finance Minister Freeland asserted that Canada’s economy is back on track and fully “recovered from the COVID-19 recession brought on by government lockdown policies”. The assertion, however, is less than factual as pandemic measures actually tore a permanent hole in the economy. This hole, to the tune of some $268 billion, is a result of the GDP running two full points below the pre-pandemic trendline. This fact has been ignored by the Minister and is being glossed over by her claim that the current GDP, in absolute terms, is higher than the pre-pandemic figure. The wealth lost is unrecognized and will, therefore, never be addressed. Rather than this, the Minister uses Budget 2022 to shape the numbers and justify an ever-expanding role of the government in the economy. It’s as if the pandemic, and the loss of $400 billion to address it, never happened.

Finance Minister Freeland – the Canadian economy is back on track?

If that $400 billion was listened to, what would it say? One thing it might say is “I didn’t get this big without a whole bunch of government transfer payments”. These transfer payments kept people at home away from work and businesses closed. It was money that produced no return-on-investment but, even so, was lionized in Budget 2022 as an effort that helped “Canadians make ends meet”. It would appear that the paying out of such huge transfers are seen as a good thing in themselves and worthy of replication in future such emergencies. Besides applauding spending for the sake of spending, the budget also tells us that:

Budget 2022 certainly has a lot to say when it comes to government priorities. Spending for the sake of spending is good even though the country finds itself in yet another wave of Wuhan virus infections - talk about negative return-on-investment! Additionally, and in line with woke ideologies, the budget tells us that the government is very interested in effecting a green “reset” even as it centralizes control over you and your pocketbook.

Does Budget 2022 open the door to the programing of your money?
 

Wasted money


Budget 2022 comes on the heels of unprecedented social and economic instability that has been created by the government’s own responses to the Wuhan virus crisis. As the country moves away from the emergency one would think it wise to first restore stability before arcing off on tangents. This will not be the case with this budget as it, rather, moves from instability to the unknown by committing to a “reset” in the name of a new green economy. The underlying causes of the hardships associated with the government’s response to the pandemic are left unresolved as is the restoration of the civil liberties that were concurrently lost. This hard fact, in conjunction with the confusion inevitably created by an economic “reset”, stand to see another, unprecedented wastage of the funds and resources allocated by Budget 2022.

Budget 2022 stands to waste $billions as it moves from instability to the unknown?

As a priority, Budget 2022 should have answered the questions, “what went wrong with ‘flatten the curve’ and how do we ensure this never happens again”? The answer to these questions requires a hard look at the facts, data and evidence associated with the Wuhan virus along with a deep dive into how our public health agencies and political authorities failed so spectacularly in conducting such a review. How is it, for example, that “natural immunity” was not accounted for in dealing with the virus and why was a whole population locked down when it was known early-on that this was not a pandemic of the unvaccinated but of the institutionalized? The whole process that saw a near-total reliance on Chinese-WHO lockdown strategies, until such time as vaccines arrived on the scene and beyond, absolutely destroyed the national economy. The damage incurred struck deep at the housing industry as workers stayed home from work, worked at home or participated in the “great re-shuffling” that saw families move to more comfortable, suburban properties. Instead of recognizing the true, lockdown-related causes of the housing problem, Budget 2022 identified a shortage of housing supply as being causal.

Housing shortages causal or the result of a lockdown-inspired "great re-shuffling"?

Just as lockdown strategies caused housing problems, they also fueled the fires of inflation through profligate spending and the zero-gain printing of money. Lots of money chasing items in short supply is the perfect recipe for out-of-control inflation or stagflation. Outside of increasing interest rates, which present another challenge for a debt-ridden economy, the path forward needs to see economic growth through increased productivity. The government’s budget does recognize the need for the latter, as noted above, but seeks gains in productivity through the establishment of new, untested industries in the form of the mining of exotic minerals and the standing up of a green auto industry – even as it ignores the impact of vaccine mandates on labour productivity. These new ventures present risk as they depend on centralized authorities “picking winners” even as the country moves away from the free enterprise system that has served Canada so well over the centuries. In the end, Budget 2022 leaves us with the same health system that crushed Canadian freedom even as it phases out the one industry capable of powering the nation into the future – the energy industry. Given the globalist aims that it serves, one wonders if Budget 2022 was crafted in Ottawa or in Davos.

Was Budget 2022 drafted in Ottawa or Davos?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Regardez et participez à «La version 3.0 de « One Stop Tyrant Shop » du C3RF


Jetez un coup d'œil à la V3.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour vérifier les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts et à des initiatives qui aident à aborder des points individuels du tableau du « One Stop ». Cette version fournit un lien vers les coordonnées de tous les sénateurs canadiens qui sont en charge du projet de loi S-233 (revenu de base universel). Peut-être aimeraient-ils avoir de vos nouvelles?

 

De l'argent facile


Si vous voulez vraiment faire la part des choses dans le double langage et la mauvaise orientation offerts par la classe politique canadienne, vous devez « suivre la trace de l'argent ». Après tout, les traces d'argent que laissent derrière eux ces modèles de service public sont l'indication la plus sûre de ce qu'ils considèrent comme des priorités. Quelle chance avons-nous donc d'avoir eu la semaine dernière le dépôt du « Budget 2022 : Un plan pour faire croître notre économie et rendre la vie plus abordable » du gouvernement du Canada? Ce budget, qui prévoit un déficit de 52 milliards de dollars pour l'exercice 2022/23, semble signaler un retour au déficit élevé et pré-pandémique accumulé par le gouvernement libéral au cours de l'exercice 2019/20. Ce déficit était de l'ordre de 39,4 milliards de dollars et précédait l'extraordinaire déficit de 400,2 milliards de dollars dû au virus Wuhan au cours de l'exercice 2020/21.

Déficit réel et prévu du gouvernement fédéral pour les exercices 2016/ 17 à 2026/ 27

Le budget de cette année permet peut-être au pays de sortir des niveaux de dépenses du virus de Wuhan, mais pas de ce qui, dans les années pré-pandémie, aurait été considéré comme un déficit massif. En toute équité, cependant, un déficit de 52 milliards de dollars l'année suivant une telle catastrophe peut être pardonné si, effectivement, il conduit à un rétablissement effectif d'une certaine forme de normalité. La question qui se pose alors est la suivante: le gouvernement prend-il des mesures pour stabiliser l'économie et protéger la société contre une telle urgence de santé publique à l'avenir ou laisse-t-il simplement la porte ouverte à une répétition de la catastrophe? Quelle honte ce serait si les déficits prévus par le budget 2022 pour les six prochaines années ne parvenaient pas à empêcher une autre urgence de ce genre et un autre déficit de 400 milliards de dollars à l'avenir. Combien de déficits de ce type le pays pourrait-il supporter avant de succomber à un effondrement financier total et, compte tenu des mesures pandémiques prises au cours des deux dernières années, à la perte de toutes les libertés individuelles?

Combien d' « urgences » encore avant que nous succombions à l'effondrement total de l'économie et des libertés civiles?

Nous constatons donc que les efforts du pays pour s'éloigner des conditions de pandémie exigent que l'on prête attention à la fois aux préoccupations financières et aux libertés civiles. Il va sans dire que les libertés civiles, sous la forme des droits et libertés fondamentaux de la Charte, ont été ravagées par les mesures contre la pandémie du virus Wuhan. En effet, au cours des deux dernières années et plus, les Canadiens ont vu ces droits être bafoués et sans les justifications démontrables requises par notre loi suprême. Peu importe que la quarantaine fédérale et toutes les lois d'urgence provinciales affirment la suprématie de la Charte en ces temps difficiles. La Charte a été abandonnée et les libertés civiles ont été bafouées sans vergogne, alors même que l'argent facile, sous la forme de dépenses déficitaires prodigieuses, contribuait à sa disparition. Tout cela, alors même que les difficultés rencontrées ne pouvaient être justifiées par une quelconque analyse des risques et des avantages.

Douglas W Allen - Les confinements dû à la Covid : trop de risques pour trop peu d'avantages?
 

L'argent parle


Malheureusement, le budget 2022 n'a pas tenu compte des causes profondes du désastre qu'a été la réponse du Canada au virus de Wuhan. Au contraire, il a pris note des symptômes produits par ses propres mesures d'urgence, alors même qu'il s'orientait vers une « réinitialisation » économique inspiré par le Forum économique mondial. Ainsi, nous avons vu le budget se concentrer sur trois grandes priorités: le logement, la productivité et l'environnement. Dans le domaine du logement, le budget considère que le problème est celui de l'offre, puisqu'il prévoit « des investissements ciblés dans la construction de nouvelles maisons, de nouveaux logements locatifs et de logements abordables, combinés à une augmentation du financement des programmes existants, pour des dépenses supplémentaires de plus de 10 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années ». Quant à la productivité, elle serait abordée par le biais d'un élargissement des programmes et du financement des services de garde d'enfants, ainsi que de nouveaux investissements dans l'exploitation des minéraux essentiels aux nouvelles industries du changement climatique. De même, et dans la lignée d'une « réinitialisation » vers une économie verte, les aménagements et les subventions pour les véhicules électriques sont devenus une priorité budgétaire. Si l'argent parlait, ce budget dirait : « quelle crise virale à Wuhan ».

Les véhicules électriques à l'ordre du jour au Canada?

Si l'argent pouvait parler, le budget pourrait également indiquer, compte tenu de ses plans de dépenses déficitaires pluriannuels, que le gouvernement libéral n'a pas l'intention de récupérer le terrain économique perdu pendant la période de la pandémie. Et ce, même si la ministre des Finances, Mme Freeland, a affirmé que l'économie canadienne est de nouveau sur les rails et s'est entièrement « remise de la récession du COVID-19 provoquée par les politiques de confinement du gouvernement ». Cette affirmation est toutefois loin d'être véridique, car les mesures de lutte contre la pandémie ont en fait creusé un trou permanent dans l'économie. Ce trou, d'un montant de 268 milliards de dollars, est dû au fait que le PIB est inférieur de deux points à la tendance pré-pandémique. La ministre n'a pas tenu compte de ce fait et l'a dissimulé en affirmant que le PIB actuel, en termes absolus, est supérieur à celui d'avant la pandémie. La richesse perdue n'est pas reconnue et ne sera donc jamais prise en compte. Au lieu de cela, la ministre utilise le budget 2022 pour façonner les chiffres et justifier un rôle toujours plus grand du gouvernement dans l'économie. C'est comme si la pandémie, et la perte de 400 milliards de dollars pour y faire face, n'avaient jamais eu lieu.

Ministre des Finances Freeland - l'économie canadienne est de nouveau sur les rails?

Si ces 400 milliards de dollars étaient écoutés, que diraient-ils? Une chose qu'il pourrait dire est « Je ne suis pas devenu aussi gros sans un tas de paiements de transfert du gouvernement ». Ces paiements de transfert ont maintenu les gens à la maison, loin du travail, et les entreprises ont fermé. C'est de l'argent qui n'a produit aucun rendement sur l'investissement, mais qui, malgré tout, a été présenté dans le budget 2022 comme un effort pour aider les Canadiens à « joindre les deux bouts ». Il semblerait que le versement de ces énormes transferts soit considéré comme une bonne chose en soi et qu'il mérite d'être reproduit lors de futures urgences de ce genre. En plus d'applaudir les dépenses pour le plaisir de dépenser, le budget nous dit également que:

Le budget 2022 a certainement beaucoup à dire en ce qui concerne les priorités du gouvernement. Dépenser pour le plaisir de dépenser, c'est bien, même si le pays se trouve confronté à une nouvelle vague d'infections par le virus de Wuhan - on peut parler de retour sur investissement négatif! De plus, et en accord avec les idéologies woke, le budget nous indique que le gouvernement est très intéressé par la mise en place d'une « réinitialisation » verte, même s'il centralise le main-mise sur vous et votre porte-monnaie.

Le budget 2022 ouvre-t-il la porte à la programmation de votre argent?
 

De l'argent gaspillé


Le budget 2022 arrive dans le sillage d'une instabilité sociale et économique sans précédent, créée par les propres réponses du gouvernement à la crise du virus de Wuhan. Alors que le pays s'éloigne de l'urgence, on pourrait penser qu'il est sage de rétablir d'abord la stabilité avant d'emprunter des directions tangentes. Ce ne sera pas le cas avec ce budget qui, au contraire, passe de l'instabilité à l'inconnu en s'engageant dans une « réinitialisation » au nom d'une nouvelle économie verte. Les cause des difficultés associées à la réponse du gouvernement à la pandémie ne sont pas résolues, tout comme la restauration des libertés civiles qui ont été perdues en même temps. Cette dure réalité, associée à la confusion inévitablement créée par une « réinitialisation » économique, laisse présager un autre gaspillage sans précédent des fonds et des ressources alloués par le budget 2022.

Le budget 2022 risque de gaspiller des milliards de dollars en passant de l'instabilité à l'inconnu?

En priorité, le budget 2022 aurait dû répondre aux questions suivantes : « Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné avec l'aplatissement de la courbe et comment faire en sorte que cela ne se reproduise plus »? La réponse à ces questions exige un examen approfondi des faits, des données et des preuves associés au virus de Wuhan, ainsi qu'un examen approfondi de la manière dont nos agences de santé publique et nos autorités politiques ont échoué de manière si spectaculaire dans la conduite d'un tel examen. Comment se fait-il, par exemple, que l' « immunité naturelle » n'ait pas été prise en compte dans la lutte contre le virus et pourquoi toute une population a-t-elle été confinée alors que l'on savait dès le départ qu'il ne s'agissait pas d'une pandémie de personnes non vaccinées mais de personnes institutionnalisées? L'ensemble du processus, qui a vu une dépendance quasi-totale à l'égard des stratégies de confinement de la Chine et de l'OMS, jusqu'à l'arrivée des vaccins et au-delà, a absolument détruit l'économie nationale. Les dommages subis ont profondément touché l'industrie du logement, car les travailleurs sont restés à la maison, ont travaillé à domicile ou ont participé au « grand remaniement » qui a vu les familles déménager vers des propriétés plus confortables en banlieue. Au lieu de reconnaître les véritables causes du problème du logement, liées à l'effondrement du marché, le budget 2022 a identifié une pénurie de l'offre de logements comme étant la cause du problème.

La pénurie de logements est-elle une cause ou le résultat d'un « grand remaniement » inspiré par le confinement?

Tout comme les stratégies de confinement ont causé des problèmes de logement, elles ont également alimenté l'inflation par des dépenses excessives et l'impression de monnaie à gain nul. Beaucoup d'argent pour des biens en pénurie est la recette parfaite pour une inflation incontrôlée ou une stagflation. En dehors de l'augmentation des taux d'intérêt, qui représente un autre défi pour une économie criblée de dettes, la voie à suivre doit être celle de la croissance économique par l'augmentation de la productivité. Le budget du gouvernement reconnaît la nécessité de cette dernière, comme indiqué ci-dessus, mais cherche à obtenir des gains de productivité en créant de nouvelles industries non testées, sous la forme de l'exploitation de minéraux exotiques et de la mise en place d'une industrie automobile verte - même s'il ignore l'impact des mandats de vaccination sur la productivité du travail. Ces nouvelles entreprises présentent des risques, car elles dépendent d'autorités centralisées qui « choisissent les gagnants », alors même que le pays s'éloigne du système de libre entreprise qui a si bien servi le Canada au fil des siècles. En fin de compte, le budget 2022 nous laisse avec le même système de santé qui a écrasé la liberté canadienne, alors même qu'il élimine progressivement la seule industrie capable de propulser le pays vers l'avenir - l'industrie énergétique. Compte tenu des objectifs mondialistes qu'il sert, on peut se demander si le budget 2022 a été élaboré à Ottawa ou à Davos.

Le budget 2022 a-t-il été rédigé à Ottawa ou à Davos?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags