C3RF Update, 15 Oct 2021 – Committees of Safety


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Committees of Safety


Committees of safety have been with us for centuries now and have generally proven to be agents of revolutionary change. We saw them initiated in the Thirteen Colonies during the lead up to the American Revolution. They were populated by “patriots” and served as “shadow governments” designed to displace the King’s rule. In the case of the American Revolution, these Committees did so by organizing boycotts against trade with the motherland even as they suppressed Loyalist support of such activities. Opposition to this revolutionary zeal was not permitted and could result in punishment that included both fines and prison. These Committees of Safety, although a forgotten vestige of the American Revolution, were central in enabling the momentous change that resulted in the creation of the United States of America.

Committees of Safety and the enablement of the American Revolution

The French Revolution of the 1790s would see a similar Committee of Public Safety installed to enable the transition from aristocratic to popular rule. This Committee would oversee the activities of the existing organs of executive government during this transition and was initially both moderate and conciliatory. Things would change, however, under leaders such as Maximilien de Robespierre and radical democrats in the form of the “Jacobins”. Harsh measures against perceived enemies of the revolution, both on the left and the right, would ensue as the Jacobins installed the “Reign of Terror. Frenzied, paranoid mob rule would be the order of the day as trials and legal support for those accused were denied and juries were ordered to “acquit or execute”. As was the case with the American revolution, the French Committee of Public Safety would suffer no opposition.

Maximilien de Robespierre

One could be forgiven for seeing a “Committee of Safety” operating in Canada as it transitions from a representative democracy to a “re-imagined”, centralized construct that takes from each according to their ability and gives to each according to their need. After all, hasn’t the Wuhan virus crisis given rise to the empowerment of public health committees that now operate, both at the federal and provincial levels, as “shadow governments”. The old ruling paradigm, characterized by the rule of law and a Charter dedicated to responsible, representative government, has been superseded by a matrix of federal Quarantine and provincial Emergency Management Acts that demand the disassembling of individual rights in the name of the “common good”. As in the days of the American and French Revolutions, opposition to this rule by committee is not countenanced and coercive measures are the order of the day. And so we see unvaccinated Canadians refused medical treatments or even travel outside the country. It appears that the only difference between present day Canada and the revolutions of the 1790s is that the latter were marked by a transition of power from the State to the people while the former sees an attempt by the State to wrestle it away from the citizen.

Mobility rights of Canadians trumped by vaccine status

Rule by priggish schoolmarms


Seen as a power struggle, the Wuhan virus crisis and related measures are less about public health than they are about installing a governance system that features the domination of the many by the few. How else to explain the fact that the measures being employed, including lockdowns and coerced vaccinations, fly in the face of any requirement to justify them as reasonable limitations in accordance with our Charter of Rights and Freedoms? This requirement is made plain in each and every Emergency Act being used to enable tyranny. The Ontario Emergency Management Act, for instance, states plainly in its section 7.02 that “The purpose of making orders under this section is to promote the public good by protecting the health, safety and welfare of the people of Ontario in times of declared emergencies in a manner that is subject to the Canadian Charter of Rights and Freedoms”. How is it then that instead of offering the evidence required by such Acts we are talked down to by priggish schoolmarms who wag their fingers at us and tell us that we need to do better.

Priggish schoolmarms telling us what to do - or else!

Problem is, Canadian committees of public safety, in the form of our public health agencies, do not concern themselves with the Charter. This is more than evident in the modelling and data that they present to us as it is all case-centric and, arguably, designed to obscure the overall picture. We are told endlessly about the number of cases in play but are provided little information on the collateral damage being visited upon Canadians and Canada by virtue of the draconian Wuhan virus measures being employed. Meanwhile our political leaders and the establishment press, who should be seized with such adverse, social impacts, relinquish such responsibilities and cede the fight to healthcrats who, in turn, have questionable allegiances.

Canadian public health agencies - looking after your rights?

If our political leaders are simply acquiescing to healthcrat advice to make related mandates and edicts, we need to start asking just who the healthcrats are listening to. A good place to look for information in this regard is in Canada’s largest and most powerful province – Ontario. Ontario employs a “Health Command Table” to provide such advice to Premier Ford and his Ministry of Health. This command table, in turn, is populated to a large extent by experts from the University of Toronto’s Dalla Lana School of Public Health that resides on the site of the former Connaught Laboratories. It is interesting to note that the school seems to have preserved its pharmaceutical pedigree as many of its members are well connected with pharmaceutical firms, labour unions, vaccine promotion foundations, the World Health Organization, the Chinese CDC and the World Economic Forum. Could there be a conflict of interest here?

Is Ontario's "Health Command Table" conflicted?

No way to build an airplane


One is left to wonder whether or not the strident tone and measures emanating from such “Health Command Tables” is aimed at ameliorating the situation for everyday Canadian citizens or for corporate and political interests further afield. The case for wondering is highlighted by an almost fanatical enterprise that sees coercive measures being employed to get as many arms jabbed by Wuhan virus vaccines as quickly as possible. Other measures, such as early, out-patient treatments, are discarded and even mocked even as the unvaccinated are threatened with the loss of their jobs. Coercion at its best in the name of “building back better”? Are the vaccines the panacea they are purported to be?

Vaccines are so good they need to be coerced?

In a former life as an engineering flight test pilot, I became more than a little acquainted with aircraft and avionics equipment design. As with vaccine development, the name of that game was to field “safe and effective” designs that met the need to keep the flying public safe and the aviation industry in good repute. Design teams used probability-based criteria to ensure that such was the case and categorized risks in terms of design failures that resulted in “catastrophic”, “major” or “minor” safety outcomes. Catastrophic outcomes were those that resulted in an inability to continue safe flight and landing and had to be “extremely improbable” with less than a one in a billion chance of occurrence. Major outcomes were those that could markedly decrease safety margins and the ability of the flight crew to cope. These occurrences had to be “improbable” with less than a one in a 100,000 chance of happening. Indeed, any event with a risk above this one in 100,000 level was deemed to be “probable” and outside the design criteria for critical flight systems. Given these aviation design parameters, just how safe and effective are Wuhan virus vaccines?

Wuhan virus vaccines - how low is the risk?

In assessing the level of risk associated with Wuhan virus vaccines for Canadians perhaps it’s best to use Canadian numbers. We can see from Government of Canada data that the risk of serious outcomes, including death or a life-threatening event, after taking a first dose of Pfizer vaccine in the week ending 01 October 2021 was one in 11,000 – well within the “probable” range we used for aircraft design. Additionally, and of even greater concern, is the fact that Scandinavian nations, along with Canada, are now restricting Moderna vaccines, either fully or for younger populations, due to a one in 5,000 risk of heart inflammation. One is left wondering, perhaps such odds are in line with an “experimental” vaccine that is only taken after a very careful study of the risks and benefits associated with a specific individual but can they be considered safe across the board for a whole population? One thing is for sure, if airplanes were designed to these levels of risk no one would be buying tickets! Would it be criminal, then, for authorities to mandate that we fly in them?

Are the risk/ benefit calculations behind Wuhan virus vaccines being underplayed

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Les comités de sécurité


Les comités de sécurité existent depuis des siècles et se sont généralement révélés être des agents de changement révolutionnaire. Nous les avons vus naître dans les treize colonies pendant la période précédant la Révolution américaine. Ils étaient remplis de « patriotes » et servaient de « gouvernements fantômes » destinés à remplacer la Royauté. Dans le cas de la Révolution américaine, ces comités l'ont fait en organisant des boycotts contre le commerce avec la mère patrie, tout en supprimant le soutien des loyalistes à ces activités. L'opposition à ce zèle révolutionnaire n'était pas permise et pouvait entraîner des sanctions allant de l'amende à la prison. Ces comités de sécurité, bien qu'ils soient un vestige oublié de la Révolution américaine, ont joué un rôle central dans le changement capital qui a abouti à la création des États-Unis d'Amérique.

Les comités de sécurité et le déclenchement de la Révolution américaine

La Révolution française des années 1790 verra l'installation d'un Comité de sécurité publique similaire pour permettre la transition d'un régime aristocratique à un régime populaire. Ce Comité, qui supervise les activités des organes existants du gouvernement exécutif pendant cette transition, est initialement modéré et conciliant. Les choses vont cependant changer sous l'impulsion de dirigeants tels que Maximilien de Robespierre et de démocrates radicaux sous la forme des « Jacobins ». Les Jacobins instaurent le « règne de la terreur » et prennent des mesures sévères contre les ennemis de la révolution, qu'ils soient de gauche ou de droite. Le loi de la foule frénétique et paranoïaque est à l'ordre du jour, les procès et le soutien juridique des accusés sont refusés et les jurys reçoivent l'ordre « d'acquitter ou d'exécuter ». Comme ce fut le cas pour la révolution américaine, le Comité de salut public français ne permettra aucune opposition.

Maximilien de Robespierre

On pourrait être pardonné de voir un « comité de sécurité » à l'œuvre au Canada alors que le pays passe d'une démocratie représentative à une construction centralisée « réimaginée » qui prend à chacun selon ses capacités et donne à chacun selon ses besoins. Après tout, la crise du virus de Wuhan n'a-t-elle pas donné lieu à l'autonomisation des comités de santé publique qui fonctionnent désormais, tant au niveau fédéral que provincial, comme des « gouvernements fantômes ». L'ancien paradigme, caractérisé par la règle de droit et une Charte dédiée à un gouvernement responsable et représentatif, a été remplacé par un mélange de lois fédérales sur la quarantaine et provinciales sur la gestion des urgences qui exigent le démantèlement des droits individuels au nom du « bien commun ». Comme à l'époque des révolutions américaine et française, l'opposition à cette règle par comité n'est pas admise et les mesures coercitives sont de rigueur. C'est ainsi que des Canadiens non vaccinés se voient refuser des traitements médicaux ou même des voyages à l'extérieur du pays. Il semble que la seule différence entre le Canada d'aujourd'hui et les révolutions des années 1790 soit que ces dernières ont été marquées par une transition du pouvoir de l'État vers le peuple, tandis qu'aujourd'hui, on voit une tentative de l'État de arracher au citoyen tous ses pouvoirs.

Les droits de mobilité des Canadiens limités par le statut vaccinal

La domination par des maîtresses d'école moralisatrices


Considérée comme une lutte pour le pouvoir, la crise du virus de Wuhan et les mesures qui en découlent concernent moins la santé publique que l'instauration d'un système de gouvernance caractérisé par la domination du plus grand nombre par une minorité. Comment expliquer autrement le fait que les mesures employées, y compris les confinements et les vaccinations forcées, vont à l'encontre de toute exigence de les justifier comme des limitations raisonnables conformément à notre Charte des droits et libertés? Cette exigence est clairement énoncée dans chacune des lois sur les situations d'urgence utilisées pour permettre la tyrannie. La Loi sur la gestion des situations d'urgence de l'Ontario, par exemple, stipule clairement à l'article 7.02 que « les décrets pris en vertu du présent article ont pour objet de favoriser l’intérêt public, en cas de déclaration de la situation d’urgence, en protégeant la santé, la sécurité et le bien-être de la population de l’Ontario d’une manière qui soit conforme à la Charte canadienne des droits et libertés. » . Comment se fait-il alors qu'au lieu de fournir les preuves exigées par de telles lois, nous soyons rabaissés par des maîtresses d'école moralisatrices qui nous font signe et nous disent que nous devons faire mieux.

Des maîtresses arrogantes qui nous disent ce que nous devons faire - ou sinon!

Le problème est que les comités canadiens de sécurité publique, sous la forme de nos agences de santé publique, ne se préoccupent pas de la Charte. Cela est plus qu'évident dans la modélisation et les données qu'ils nous présentent, car elles sont toutes centrées sur les cas et, sans doute, conçues pour obscurcir le tableau général. On nous parle sans cesse du nombre de cas en jeu, mais on nous fournit peu d'informations sur les dommages collatéraux subis par les Canadiens et le Canada en vertu des mesures draconiennes du virus Wuhan. Pendant ce temps, nos dirigeants politiques et la presse, qui devraient être saisis de tels impacts sociaux négatifs, renoncent à ces responsabilités et cèdent le combat à des fonctionnaires de la santé qui, à leur tour, ont des allégeances douteuses.

Les agences canadiennes de santé publique - s'occupent-elles de vos droits?

Si nos dirigeants politiques se contentent d'acquiescer aux conseils des fonctionnaires de la santé et d'adopter leurs mandats et leurs décrets, nous devons commencer à nous demander qui les fonctionnaires écoutent. Un bon endroit où chercher des informations à cet égard est la province la plus grande et la plus puissante du Canada - l'Ontario. L'Ontario emploie un « Groupe de commandement provincial » pour fournir des conseils au premier ministre Ford et à son ministère de la Santé. Ce groupe de commandement, à son tour, est alimenté en grande partie par des experts de la Dalla Lana School of Public Health de l'Université de Toronto, qui se trouve sur le site des anciens laboratoires Connaught. Il est intéressant de noter que l'école semble avoir conservé son pedigree pharmaceutique, puisque nombre de ses membres ont des liens étroits avec des entreprises pharmaceutiques, des syndicats, des fondations de promotion de vaccins, l'Organisation mondiale de la santé, le CDC chinois et le Forum économique mondial. Pourrait-il y avoir un conflit d'intérêts ici?

Le « groupe de commandement de la santé » de l'Ontario est-il en conflit?

Pas la façon de construire un avion


On en vient à se demander si le ton strident et les mesures émanant de ces « Groupes de commandement » visent à améliorer la situation des citoyens canadiens ordinaires ou à servir des intérêts corporatifs et politiques distants. Ceci est mis en évidence par une entreprise presque fanatique qui voit des mesures coercitives être employées pour que le plus grand nombre de bras soient piqués par les vaccins du virus Wuhan aussi rapidement que possible. D'autres mesures, comme les traitements ambulatoires, sont écartées et même moquées, alors que les non-vaccinés sont menacés de perdre leur emploi. La contrainte à son meilleur au nom de la « reconstruction en mieux »? Les vaccins sont-ils la panacée qu'ils sont censés être?

Les vaccins sont si bons qu'il faut contraindre leur usage?

Dans une ancienne vie de pilote d'essai, je me suis plus que familiarisé avec la conception d'avions et d'équipements avioniques. Comme pour le développement de vaccins, l'objectif était de concevoir des produits « sûrs et efficaces » qui répondent aux besoins de sécurité des passagers et maintiennent la réputation de l'industrie aéronautique. Les équipes de conception ont utilisé des critères basés sur les probabilités pour s'assurer que tel était le cas et ont catégorisé les risques en termes de défaillances de conception entraînant des résultats de sécurité « catastrophiques », « majeurs » ou « mineurs ». Les résultats catastrophiques étaient ceux qui entraînaient une incapacité à poursuivre un vol et un atterrissage en toute sécurité et devaient être « extrêmement improbables », avec moins d'une chance sur un milliard de se produire. Les conséquences majeures étaient celles qui pouvaient réduire considérablement les marges de sécurité et la capacité de l'équipage de faire son travail. Ces événements devaient être « improbables », avec moins d'une chance sur 100 000 de se produire. En effet, tout événement présentant un risque supérieur à cette probabilité de un sur 100 000 était considéré comme « probable » et hors des critères de conception des systèmes critiques de vol. Compte tenu de ces paramètres de conception de l'aviation, dans quelle mesure les vaccins contre le virus de Wuhan sont-ils sûrs et efficaces?

Vaccins contre le virus de Wuhan - le risque est-il faible?

Pour évaluer le niveau de risque associé aux vaccins contre le virus Wuhan pour les Canadiens, il est peut-être préférable d'utiliser les chiffres canadiens. Les données du gouvernement du Canada montrent que le risque d'effets graves, y compris le décès ou un événement mettant la vie en danger, après l'administration d'une première dose du vaccin Pfizer au cours de la semaine se terminant le 1er octobre 2021 était de un sur 11 000, ce qui se situe bien dans la zone du « probable » que nous avons utilisée pour la conception de l'avion. En outre, ce qui est encore plus préoccupant, c'est que les pays scandinaves, ainsi que le Canada, restreignent désormais les vaccins Moderna, soit entièrement, soit pour les populations plus jeunes, en raison d'un risque d'inflammation cardiaque de 0.02%. On peut se demander si de telles probabilités sont compatibles avec un vaccin « expérimental » qui n'est administré qu'après une étude minutieuse des risques et des avantages associés à un individu spécifique, mais si elles peuvent être considérées comme sûres pour l'ensemble de la population? Une chose est sûre, si les avions étaient conçus avec ces niveaux de risque, personne n'achèterait de billets! Serait-il donc criminel pour les autorités d'exiger que nous prenions l'avion?

Les calculs risques/avantages des vaccins contre le virus de Wuhan sont-ils sous-estimés?

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts