C3RF Update, 15 Jul 2022 – Bait and switch


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with ex-WestJet pilot, Rob Simpson


Review and participate in Version 12.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V12.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts, initiatives and information that address and inform on individual line items in the “One Stop” table. This latest 12.0 version highlights Ontario legislation, in the form of Bill 100, that gives provincial security forces the ability to execute illegal search and seizure of vehicles and suspend operating and driver’s licenses.

 

Bait and switch


For the time will come when they will not tolerate sound doctrine; but wanting to have their ears tickled, they will accumulate for themselves teachers in accordance with their own desires, and they will turn their ears away from the truth and will turn aside to myths. 2 Timothy 4: 3, 4


If there’s an expression or maxim that is purpose-built for the political and civil machinations of current-day Canada it might very well be “bait and switch”. How else to describe the never-ending roll out of reasoned and even popular promises only to find them replaced by nonsensical solutions that only benefit oligarchs and technocrats? Some would argue that the “bait and switch” era has been a facet of the Canadian political and civil scenes from the start of Confederation in 1867. Matthew Ehret, for one, sees the promise of a Canadian national policy as a good-sounding smokescreen that covered over the imperial aspirations of the British Empire and, now, of a globalist cabal that covets Canada’s considerable riches. If anything, the baiting and switching has reached unheard of levels in present-day Canada with the rise of the “zeros” – “zero-Covid” and “net-zero” greenhouse gas emissions.

Have "bait and switch" tactics hit a new high in Canada with "zero-Covid" and "net-zero”?

The “zero-Covid” bait was the “flatten the curve” promise that, reasonably, suggested Canadians be cautious for a few weeks and “socially isolate” in the face of an unknown and potentially catastrophic Wuhan virus. The plan was to give the medical system enough time to catch up and prepare. But then the “switch” was made as a “few weeks” turned into the time required to field experimental vaccines. Not to be outdone, the switch away from “flattening the curve” was further entrenched with a new goal to eradicate, for the first time in history, a corona virus through masking and distancing when these same vaccines were found wanting in curtailing the spread of the contagion. “Zero-Covid” became a thing. Even more than this, though, was the criminalization of speech and protests critical of the “switch”. This was in full view with the jailing of Tamara Lich, a Freedom Convoy 2022 protest organizer, who was denied bail on multiple occasions before even being tried on dubious “mischief” charges. The presumption of innocence, embedded in the Canadian Charter, had been switched out of existence. All this even as the definition of “fully vaccinated” was changed from two shots to one every nine months for as far as the eye could see. “Baiting and switching” has become an all-purpose tactic of the Canadian regime.

No presumption of innocence for national "mischief" threat Tamara Lich?

The “net-zero” movement is yet another climate change initiative that calls for nations to match the carbon dioxide they produce with similar amounts captured from the atmosphere or procured through related offsets. The “bait” in this case is the threat that a failure to reach “net-zero” by the year 2050 will result in a catastrophic, planetary thermal runaway. A rather dubious claim given the fact that reports from the United Nations own International Panel on Climate Change (IPCC) claimed that “none of the studies cited above has shown clear evidence that we can attribute the observed changes to the specific cause of increases in greenhouse gases”. This stated observation itself became the subject of a “switch” as it was arbitrarily changed in the final version of the report to read “the balance of evidence suggests that there is a discernible human influence on global climate”. Nonetheless, the real “switch” came with the reveal that “climate change” was only one piece of an overall strategy to “transform capitalism” through a “great reset” of the economy. Stakeholder capitalism with the oligarchs, technocrats and corporatists in charge makes one ask, how did fascism work out the last time?

Are the "great reset” and fascism symbiotic?
 

The end justifies the means


With all the baiting and switching going on one can’t help but wonder about the how, why and who of it. Why would authorities entrusted to represent the interests of everyday citizens and the nation-writ-large resort to trickery to confuse and confound both? In the case of baiting the “climate change” trap, it would seem that both governments and their “pals” have been busy manipulating data. It would be hard to argue with the belief that such tactics are used when the actual outcomes being planned lack any supporting evidence and would never garner public approval. Rather than making a rational case, those who seek the installation of preferred solutions must fall back on the demonization of traditional remedies while creating the fear and panic required to get folks moving and thinking along accepted lines. In such a fashion, those with willful, one-track minds dedicated to the realization of a particular ideology or set of beliefs put in motion the process of “mass formation thinking”.

Belgian psychologist, Mattias Desmet, sees the rise of "mass formation thinking"

The fact that Canadians and their own national interests are not being served by switches to preferred “zero-Covid” and “net-zero” solutions is easy to see. In the case of the former, we have seen massive vaccination campaigns, in lieu of traditional and accepted epidemiological approaches that endorse “early treatment” and “natural immunity”, fail miserably. How else to characterize two plus years of wave after wave of the contagion with number seven upon us as the fall of 2022 approaches? In the “net-zero” instance we now find ourselves in an inflationary spiral that has much to do with the repression of fossil fuel use through carbon taxes and other legislative efforts. Rational decision-making processes be damned! Our one-track minded decision-makers obviously believe that the “end justifies the means” but who are these apparatchiks?

It is interesting to note that, in the case of the rise of the Wuhan virus pandemic, our public servants and political leaders were quick to accede to novel and untried remedies proposed by international authorities. Recommendations that came out from the WHO and were coordinated by it through International Health Regulations, for example, were foremost in these preferences. One could be forgiven for wondering if such kowtowing is a good idea given WHO funding levels that are so dependent on adversarial and private sources. Additionally, the Canadian funding landscape is just as worrisome given the fact that 90% of Public Health Agency of Canada (PHAC) funding is attributable to the country’s pharmaceutical industry. In a similar fashion we have seen analysts like Vivian Krause uncover a “directed network campaign” to disrupt and phase out the country’s energy and pipeline industries. It would seem that the adage “follow the money” might be germane to understanding the “who” behind “end justifies the means” decision-making.

Vivian Krause - Canadian energy sector financial analyst
 

Complex systems


Quick and easy solutions to complex problems might meet muster with the “end justifies the means” crowd but they are just as likely to wreak havoc on the everyday helot. The fact is that these panic-driven, one-size-fits-all remedies are being foisted upon complex systems that are both nuanced and tightly coupled. These systems are characterized by many interdependent sub-systems and are prone to total collapse given a failure in one such component part. Complex systems being impacted today include civil aviation safety, by virtue of vaccine mandates, and worldwide energy and agricultural systems. The former has become a victim of the incredibly simplistic notion that silver bullet vaccines can be applied to whole populations in the face of increasing infection rates with no adverse impacts. Court proceedings being kicked off by WestJet employees speak to the unintended consequences of such brutal vaccine policies that now see widescale, unconstitutional discrimination and even the possibility of airborne disaster due to vaccine injuries sustained by pilots - pilots injected with less than fully approved medications in contravention of Transport Canada pilot licensing regulations.

Ex-WestJet pilot, Rob Simpson, fights back against vaccine mandates

In a similar fashion, we see national energy systems being confounded by the panic-driven need to switch to green, renewable resources before an arbitrary target date of 2030 – a date that happens to correspond to United Nations Agenda 2030 Sustainability Development Goals (SDG) scheduling. Europe leads the way in such one-track thinking as it rushed to trash its traditional sources of energy to embrace a “green new deal”. Problem was, doing so without the transition plan demanded by such a complex undertaking has rendered catastrophic outcomes and forced countries like Germany to consider reversing course on its renewables plan. The European energy landscape has, accordingly, been totally de-stabilized to the point of near total dependence on Russian energy sources that now, with the Ukrainian crisis, are less than dependable. It is noteworthy that Canada has placed itself on a path that mimics Europe’s foray into a green utopia with a similar lack of transition planning and even less public knowledge of the costs that such a transition could entail.

Back of the napkin “climate change” plans applied to complex energy systems leads to EU pricing chaos

Applying these same “back-of-the-napkin” climate change plans to the agricultural sector is now showing up as unmitigated disasters in countries around the globe. Prime among them is Sri Lanka where the implementation and adherence to environment, social and governance (ESG) goals has brought the country to economic and political collapse. This train wreck had its start in 2021 when the government genuflected before the climate change gods to institute a ban on chemical fertilizers in an effort to halve nitrogen waste. These same green policies have been put in place recently by the Netherlands with equally chaotic results. Witness the outright rebellion by Dutch farmers as they fight for their very existence in the face of such drastic changes. As for Canada, we again see our authorities mimicking failure abroad with plans to introduce like legislation without due concern, let alone diligence. After all, “the end justifies the means”, doesn’t it?

Crisis in Sri Lanka as simple, altruistic and green plans take hold in the complex agricultural sector
 

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively. We will be particularly engaged with the civil liberties file as the nation moves away from Wuhan virus “emergency” measures only to find itself moving towards the fall flu season. Will we be forced back into our pens to prove once again that “zero-Covid” causes more harm than good? It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see the error of their ways and restore that which we currently lack; a responsible, representative government.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Regardez! C3RF « In Hot » interview avec l'ex-pilote de WestJet, Rob Simpson


Consultez et participez à la version 12.0 du « One Stop Tyrant Shop »de C3RF


Jetez un coup d'oeil à la V12.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour vérifier les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts, des initiatives et des informations qui traitent et informent sur les lignes individuelles du tableau « One Stop ». Cette dernière version 12.0 met en lumière la législation ontarienne, sous la forme du projet de loi 100, qui donne aux forces de sécurité provinciales la possibilité d'effectuer des perquisitions et des saisies illégales de véhicules et de suspendre leurs permis d'exploitation et de conduire.

 

Publicité-appât


Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2 Timothée 4 : 3,4 (Louis Segond, 1910)


S'il y a une expression ou une maxime qui est conçue pour les machinations politiques et civiles du Canada d'aujourd'hui, c'est bien celle de « publicité-appât ». Comment décrire autrement l'incessant déploiement de promesses raisonnées et même populaires pour les voir remplacées par des solutions absurdes qui ne profitent qu'aux oligarques et aux technocrates? Certains diront que l'ère du « publicité-appât » est une facette de la scène politique et civile canadienne depuis le début de la Confédération en 1867. Matthew Ehret, pour sa part, considère la promesse d'une politique nationale canadienne comme un écran de fumée qui couvrait les aspirations impériales de l'Empire britannique et, maintenant, d'une cabale mondialiste qui convoite les richesses considérables du Canada. En fait, l'appât et le changement ont atteint des niveaux inégalés dans le Canada d'aujourd'hui avec la montée des « zéros » - « zéro-Covid » et « net-zéro » des émissions de gaz à effet de serre.

Les tactiques de publicité-appât ont-elles atteint un nouveau sommet au Canada avec « zéro-Covid » et « net-zéro »?

L'appât du « zéro-Covid » était la promesse d'« aplanir la courbe » qui, raisonnablement, suggérait aux Canadiens d'être prudents pendant quelques semaines et de « s'isoler socialement » face à un virus Wuhan inconnu et potentiellement catastrophique. Le plan consistait à donner au système médical suffisamment de temps pour rattraper le retard et se préparer. Mais le « changement » s'est opéré lorsque les « quelques semaines » se sont métamorphosées en temps nécessaire à la mise en place de vaccins expérimentaux. Pour ne pas être en reste, l'abandon de l'idée d'« aplanir la courbe » s'est poursuivi avec un nouvel objectif: éradiquer, pour la première fois dans l'histoire, un coronavirus par le biais du masquage et de la distanciation, lorsque ces mêmes vaccins se sont avérés incapables de freiner la propagation de la contagion. Le « Zéro-Covid » est devenu une chose. Plus encore, la criminalisation des discours et des protestations critiques à l'égard du « switch ». L'emprisonnement de Tamara Lich, une organisatrice de manifestations du convoi de la liberté 2022, qui s'est vu refuser la liberté sous caution à plusieurs reprises avant même d'être jugée pour des accusations douteuses de « méfait », en est un exemple flagrant. La présomption d'innocence, inscrite dans la Charte canadienne, a été supprimée. Tout cela alors même que la définition de « pleinement vacciné » est passée de deux injections à une tous les neuf mois, et ce à perte de vue. La « publicité-appât » est devenue une tactique universelle du régime canadien.

Pas de présomption d'innocence pour la menace nationale, la « malfaisante » Tamara Lich?

Le mouvement « net-zéro » est une autre initiative de lutte contre le changement climatique qui appelle les nations à compenser le dioxyde de carbone qu'elles produisent par des quantités similaires capturées dans l'atmosphère ou obtenues par des compensations. Dans ce cas, l' « appât » est la menace d'un emballement thermique planétaire catastrophique si le « net zéro » n'est pas atteint d'ici 2050. Une affirmation plutôt douteuse si l'on considère que les rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations unies affirment qu'« aucune des études citées ci-dessus n'a démontré clairement que nous pouvons attribuer les changements observés à la cause spécifique de l'augmentation des gaz à effet de serre ». Cette observation a elle-même fait l'objet d'un « revirement » puisqu'elle a été arbitrairement modifiée dans la version finale du rapport pour devenir « l'équilibre des preuves suggère qu'il existe une influence humaine perceptible sur le climat mondial ». Néanmoins, le véritable « changement » est intervenu lorsqu'il a été révélé que le « changement climatique » n'était qu'un élément d'une stratégie globale visant à « transformer le capitalisme » par une « grande réinitialisation » de l'économie. Le capitalisme avec les oligarques, les technocrates et les corporatistes aux commandes nous amène à nous demander comment le fascisme a fonctionné la dernière fois.

La « grande remise à zéro » et le fascisme sont-ils en symbiose?
 

La fin justifie les moyens


Avec toutes ces manœuvres d'appât, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur le comment, le pourquoi et le qui de tout cela. Pourquoi les autorités chargées de représenter les intérêts des citoyens ordinaires et de l'ensemble de la nation recourent-elles à la ruse pour semer la confusion et l'incompréhension? Dans le cas du leurre du « changement climatique », il semblerait que les gouvernements et leurs « amis » aient été occupés à manipuler les données. Il serait difficile de contester l'idée que de telles tactiques sont utilisées lorsque les résultats réels envisagés ne sont étayés par aucune preuve et ne recueilleraient jamais l'approbation du public. Plutôt que d'avancer des arguments rationnels, ceux qui cherchent à mettre en place les solutions préférées doivent se rabattre sur la diabolisation des remèdes traditionnels tout en créant la peur et la panique nécessaires pour faire bouger les gens et les faire réfléchir dans le sens voulu. De cette façon, ceux qui ont l'esprit obstiné, qui suivent une voie unique et qui se consacrent à la réalisation d'une idéologie particulière ou d'un ensemble de croyances, mettent en marche le processus de « pensée de formation de masse ».

Mattias Desmet, psychologue belge, voit la montée de la « pensée de formation de masse ».

Il est facile de constater que les Canadiens et leurs propres intérêts nationaux ne sont pas servis par le passage à des solutions de type « zéro-covid » et « net-zéro ». Dans le cas de la première solution, nous avons vu des campagnes de vaccination massives, en lieu et place des approches épidémiologiques traditionnelles et acceptées qui préconisent un « traitement précoce » et une « immunité naturelle », échouer lamentablement. Comment caractériser autrement plus de deux ans de vagues de contagion avec la septième en vu pour l'automne 2022? Dans le cas du « net-zéro », nous nous trouvons maintenant dans une spirale inflationniste qui a beaucoup à voir avec la répression de l'utilisation des combustibles fossiles par le biais de taxes sur le carbone et d'autres efforts législatifs. Au diable les processus de décision rationnels! Nos décideurs à l'esprit unique croient manifestement que « la fin justifie les moyens », mais qui sont ces apparatchiks?

Il est intéressant de noter que, dans le cas de la montée de la pandémie du virus de Wuhan, nos fonctionnaires et nos dirigeants politiques se sont empressés d'accéder aux remèdes nouveaux et non-testés proposés par les autorités internationales. Les recommandations émanant de l'OMS et coordonnées par le biais du Règlement sanitaire international, par exemple, figuraient en tête de ces préférences. On peut se demander si une telle soumission est une bonne idée, étant donné que les niveaux de financement de l'OMS sont si dépendants de sources adverses et privées. En outre, le paysage financier canadien est tout aussi inquiétant, étant donné que 90 % du financement de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) est attribuable à l'industrie pharmaceutique du pays. De la même manière, nous avons vu des analystes comme Vivian Krause mettre au jour une « campagne de réseau dirigée » visant à perturber et à éliminer progressivement les industries de l'énergie et des pipelines du pays. Il semblerait que l'adage « suivez la trace de l'argent » puisse être utile pour comprendre « qui » se cache derrière le fait que « la fin justifirait les moyens ».

Vivian Krause - analyste financière du secteur énergétique canadien
 

Systèmes complexes


Les solutions rapides et faciles à des problèmes complexes peuvent être acceptées une plèbe qui pense que « la fin justifie les moyens », mais elles risquent tout autant de causer des ravages chez l'utilisateur quotidien. Le fait est que ces remèdes uniques, dictés par la panique, sont imposés à des systèmes complexes, à la fois nuancés et étroitement couplés. Ces systèmes sont caractérisés par de nombreux sous-systèmes interdépendants et sont susceptibles de s'effondrer totalement en cas de défaillance d'un seul de ces composants. Parmi les systèmes complexes touchés aujourd'hui figurent la sécurité de l'aviation civile, en vertu des mandats de vaccination, et les systèmes énergétiques et agricoles mondiaux. Le premier est devenu une victime de la notion incroyablement simpliste selon laquelle des vaccins miracles peuvent être appliqués à des populations entières face à des taux d'infection croissants sans aucun impact négatif. Les procédures judiciaires lancées par les employés de WestJet illustrent les conséquences inattendues de ces politiques de vaccination brutales, qui entraînent aujourd'hui une discrimination anticonstitutionnelle à grande échelle et même la possibilité d'une catastrophe aérienne en raison des blessures causées par les vaccins aux pilotes - des pilotes auxquels on a injecté des médicaments qui n'étaient pas entièrement approuvés, en violation des règlements de Transports Canada relatifs aux licences des pilotes.

Rob Simpson, ancien pilote de la compagnie WestJet, se bat contre les obligations en matière de vaccination

De la même manière, les systèmes énergétiques nationaux sont perturbés par la nécessité, dictée par la panique, de passer à des ressources vertes et renouvelables avant une date butoir arbitraire, 2030, qui correspond à la programmation des objectifs de développement durable (ODD) de l'Agenda 2030 des Nations unies. L'Europe est à l'avant-garde de ce type de pensée unique, puisqu'elle s'est empressée de mettre au rebut ses sources d'énergie traditionnelles pour adopter une « nouvelle donne verte ». Le problème, c'est qu'en agissant ainsi sans le plan de transition exigé par une entreprise aussi complexe, elle a obtenu des résultats catastrophiques et a contraint des pays comme l'Allemagne à envisager de faire marche arrière sur son plan en matière d'énergies renouvelables. Le paysage énergétique européen a donc été totalement déstabilisé au point de dépendre presque totalement des sources d'énergie russes qui, avec la crise ukrainienne, sont désormais moins que fiables. Il convient de noter que le Canada s'est engagé dans une voie qui imite l'incursion de l'Europe dans une utopie verte, avec un manque similaire de planification de la transition et une connaissance publique encore plus faible des coûts qu'une telle transition pourrait entraîner.

L'application de plans de « changement climatique » improvisés à des systèmes énergétiques complexes conduit à un chaos tarifaire dans l'UE

L'application de ces plans approximatifs et grossiers de lutte contre le changement climatique au secteur agricole se traduit aujourd'hui par des désastres incontrôlés dans plusieurs pays du monde. Le premier d'entre eux est le Sri Lanka, où la mise en œuvre et le respect des objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ont conduit le pays à l'effondrement économique et politique. Ce naufrage a commencé en 2021, lorsque le gouvernement s'est incliné devant les dieux du changement climatique pour interdire les engrais chimiques afin de réduire de moitié les déchets azotés. Ces mêmes politiques vertes ont été mises en place récemment par les Pays-Bas avec des résultats tout aussi chaotiques. Il suffit de voir la rébellion des agriculteurs néerlandais qui luttent pour leur existence face à des changements aussi radicaux. Quant au Canada, nous constatons une fois de plus que nos autorités imitent les échecs à l'étranger en prévoyant d'introduire une législation similaire sans se préoccuper des effets secondaires. Après tout, « la fin justifie les moyens », n'est-ce pas?

Crise au Sri Lanka : des plans simples, altruistes et écologiques s'imposent dans le secteur agricole complexe
 

Programme d'été


C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social respectivement. Nous serons particulièrement engagés dans le dossier des libertés civiles alors que la nation s'éloigne des mesures "d'urgence" du virus de Wuhan pour se retrouver à l'approche de la saison automnale de la grippe. Serons-nous obligés de reprendre nos stylos pour prouver une fois de plus que le "zéro-Covid" fait plus de mal que de bien? Nous pensons pouvoir le faire, compte tenu de la nature de la saison, avec des "mises à jour" bimensuelles en juillet-août. Nous espérons que nos dirigeants politiques comprendront leur erreur et rétabliront ce qui nous manque actuellement: un gouvernement responsable et représentatif.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT