C3RF Update, 16 Apr 2021 – Risks and benefits


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Modelling and science


In last week’s update I referred to modelling as the “new science” when it came to making predictions on just where the Wuhan virus was taking us. In retrospect, I need to acknowledge that my attempt at sarcasm, unsophisticated as it was, may have been construed as a blanket criticism of all modelling in science and engineering. That was the thinking of one C3RF update reader, an accelerator physicist no less, who reminded me that modelling was central to pushing the frontiers of science ever outward. In doing so he noted that this was only possible given a strict adherence to the principles of the scientific method. In support of his argument, he provided the example of advances in chemistry that “grew first with ad hoc models and no understanding of the fundamental laws” and were then confirmed by quantum physics. Thing was though, the chemists of the 19th century used “strict methodologies” dedicated to the acquisition of knowledge rather than desired outcomes.

Speaking from previous experience as an engineer and flight test pilot, I agree wholeheartedly with my learned colleague. After all, simulation and modelling have a special place in the advancement of aviation designs. I have seen this first-hand as a member of specialized teams responsible for the design, development, testing and certification of cockpits and related avionics equipment sets. The work depended on simulation and modeling to get a system to the point where it was deemed safe enough to fly and test within the whole of its flight envelop. Accordingly, we did the best we could to make sure that modelling inputs and assumptions were as close to real life as we could possibly make them. We applied “strict methodologies” as lives depended on such efforts. After all, related inaccuracies, as we found out on at least one occasion, have the power to kill once airborne.

Problem is and as I tried clumsily to explain in last week’s update, we now see modelling being used to arrive at pre-determined outcomes rather than objective knowledge. And so it was with models that were wildly off base when it came to predicting Wuhan virus Infection Fatality Rates even as the latter were used to make derivative models that exaggerated hospital bed, ICU and ventilator usages. These lapses in the application of scientific rigour are of no small significance. Indeed, we can see them now impacting the imposition of other, less than scientific, lockdown models. Models that are now impacting our lives and civil liberties as we try to battle our way out of a “third wave” of the Wuhan virus in Canada. When our Prime Minister tells us, we are “following the science” in dealing with this virus, perhaps he should really be saying we are “following the models”

Risks and Benefits


In going back to our flight test analogy, effective modelling underpinned by realistic assumptions and solid data are invaluable from a risk/benefit perspective. Such tools have the power to highlight the risks inherent in the design being tested and thereby benefit the overall development process. At the end of the day, airborne flight tests cannot be conducted until the risks identified through modelling, simulation and analysis are identified and mitigated to an acceptable level – not for the public at large but for the test crews involved. Release of such designs for public use requires additional margins of safety so that there is no likelihood, at all, that a single failure within the system could result in the loss of the ability to continue flight and land or prevent the aircrew from dealing with the failure. Additionally, designs that enter the public realm must make the likelihood:

  • of a catastrophic event that prevents the continuation of flight or landing “extremely improbable” with a probability of less than one in a billion; and

  • of a major event capable of generating large reductions in safety margins or greater workload or physical distress as “improbable” with a probability of less than one in 100,000 but greater than one in a billion.

In any event, the risk/benefit equation involved in the flight test process is heavily weighted in favour of the latter over the former and yields products that represent negligible risk to the flying public. Would that this were always the case and would that it was true of the vaccine development process?

We have seen in the recent past where aircraft certification activities have fallen short of the mark and left the flying public in the lurch. And so it was with the Boeing 737 Max aircraft design that suffered two catastrophic failures in 2018 with Lion Air and Ethiopian Airlines. There were many factors involved but one of the root causes was a single failure of a single sub system - one of two angle-of-attack indicators. As noted above, such design failures are in direct opposition to the most basic of flight test and certification philosophies and are guarded against as a top priority. In the 737 Max case, such flaws seem to have been the product of lax oversight and a concerted drive to bring a product to market with the minimal expenditure of both time and cost. One could not be blamed for wondering whether or not there are parallels here with Operation “Warp Speed” and the rush to bring Wuhan virus vaccines to the market. What about the Emergency Use Authorization that was awarded to the AstraZeneca vaccine? To the Johnson and Johnson vaccine?

It needs to be noted that the Emergency Use Authorization awarded to each of the in-service Wuhan virus vaccines comes with special considerations. For one, known and potential benefits need to outweigh the known and potential risks associated with the vaccine. As well and in accordance with the Nuremberg Code of 1947 and the UN’s International Covenant on Civil and Political Rights, recipients need to be advised of the risks and benefits, can refuse to take the vaccine at any time and must be advised of alternate therapies – they need to give their “informed consent”. Additionally, those executing the investigation need to ensure that death or disabling injuries related to the experiment will not occur and that the exercise is terminated if this becomes known. It is here that we see that the AstraZenaca experimental vaccine has a problem. This is the case as the European Medicine Agency has declared a clear link between it and blood clots in the brain. How can this experiment be allowed to continue and is there any crossover effect to the other in-service vaccines? Other vaccines like the Johnson and Johnson offering that has been “temporarily halted” by American authorities? By hanging all of our hopes on defeating the Wuhan virus with vaccines, has Canada set itself up for a catastrophe at the hands of a “single point of failure”? Do we have a 737 Max event in the offing when it comes to the design of Canada’s Wuhan virus fight?

Mob mentality


In both the 737 Max and Wuhan virus vaccine cases, we have witnessed a rush to market that has led to unintended, adverse consequences. One is left with the uncomfortable feeling that the assessment of risks and benefits in each case proceeded without the required due process and care. In the case of the latter initiative, this absence in the “duty of care” that could reasonably be expected of a medical entity is proving to be a long-lasting phenomenon. How else to describe a process that has been ongoing nationally for a number of months without the required analysis of risk against benefit. How can it be, for instance, that vaccines can be injected into those who have little to gain from receiving them. The young spring to mind here as provinces begin to look at vaccinating all citizens - including those under the age of 39. As the Ontario Daily Epidemiologic Summary from 05 April 2021 indicates, less than 0.1% of this age groups has died with the Wuhan virus even as the survival rate of this population is better than it is for the seasonal flu. Why give an experimental vaccine to an age group that would not see any benefit? What are we doing and why?

The motivations behind such rash decisions might be seen in the panicked nature of the messaging emanating from the medical community and an accommodating media. To a large extent, these pronouncements are based on the clamour associated with a rising number of cases and “new” variants. Increasing case counts are the product of “gold standard” PCR tests that have been the subject of controversy from the day they were implemented. Indeed, a New York Times article from August of last year flatly stated that the tests were useless as conducted as they were being cycled or amplified to the point that scraps of virus were being detected that presented no risk of passing on infection. The cycle thresholds being employed are in the order of 40 when 25 would be a much more suitable for detecting a level of virus capable of onward infection. Accordingly, Ontario public health labs that use a PCR cycling cut-off of 38 stand to produce a false positive rate approaching 90%. It is interesting to note that PCR testing and the part it plays in augmenting the Wuhan virus case count is central to an international class action suit being coordinated by top German lawyer Reiner Fuellmich. He sees this form of testing as the precursor for Wuhan virus panic and believes it needs to be challenged.

Besides the PCR testing fiasco that is pushing along an avalanche of case counts and panic, we also have the “new variants”. This latest development, the subject of breathless discussion, is somewhat expected in the world of respiratory viruses. After all, these infections tend to mutate as they proceed in order to find, rather than destroy, new hosts. Such is the assessment of experts in immunology who believe the Wuhan virus has “probably not mutated in any way that would make it much more dangerous”. Additionally, they posit that “a healthy immune system is very capable of dealing with these new forms of the SARS-CoV-2 virus”. Indeed, patients have been shown to recover naturally in most instances just like they did from the original form of Covid-19. This rather normal development is supported by information that comes to us from Ontario’s own ICU Census data. In the chart below, we can see the delta between ICU beds and ventilators available and in use. It would seem that there is some flex in the system but what is more revealing is the fact that intubations continue apace at a steady level. Indeed, at the bottom of the chart we see recent increases of critical Covid patients (green curve) rising in consonance with the critical Covid patients found in ICUs. This would indicate that the acuity or severity of recent infections is not out of line with past experience. One wonders, why are we being whipped into a mob mentality and frenzy? One might also wonder, if hospital, ICU and ventilator capacities are problems why didn’t we use some of that $380 billion in deficit spending last year to ameliorate the situation?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Modélisation et science


Dans la mise à jour de la semaine dernière, j'ai qualifié la modélisation de « nouvelle science » lorsqu'il s'agissait de faire des prédictions sur l'évolution du virus de Wuhan. Rétrospectivement, je dois reconnaître que ma tentative de sarcasme, aussi peu sophistiquée soit-elle, a pu être interprétée comme une critique générale de toute modélisation en science et en ingénierie. C'est ce qu'a pensé un lecteur de la mise à jour du C3RF, un physicien spécialiste des accélérateurs, qui m'a rappelé que la modélisation était essentielle pour repousser toujours plus loin les frontières de la science. Ce faisant, il a fait remarquer que cela n'était possible que si l'on adhérait strictement aux principes de la méthode scientifique. À l'appui de son argument, il a donné l'exemple des avancées en chimie qui « se sont d'abord développées avec des modèles ad hoc et sans compréhension des lois fondamentales » et ont ensuite été confirmées par la physique quantique. Le hic, c'est que les chimistes du 19e siècle utilisaient des « méthodologies strictes » consacrées à l'acquisition de connaissances plutôt qu'aux résultats souhaités.

Fort de mon expérience en tant qu'ingénieur et pilote d'essai, je suis tout à fait d'accord avec mon éminent collègue. Après tout, la simulation et la modélisation occupent une place particulière dans l'avancement des conceptions aéronautiques. J'ai pu le constater de visu en tant que membre d'équipes spécialisées chargées de la conception, du développement, des essais et de la certification de cockpits et de l'ensembles d'équipements avioniques. Le travail dépendait de la simulation et de la modélisation pour amener un système au point où il était jugé suffisamment sûr pour voler et être testé dans l'ensemble de son domaine de vol. Par conséquent, nous avons fait de notre mieux pour nous assurer que les entrées et les hypothèses de modélisation étaient aussi proches de la réalité que possible. Nous avons appliqué des « méthodologies strictes » car des vies dépendaient de ces efforts. Après tout, les inexactitudes, comme nous l'avons constaté à au moins une occasion, ont le pouvoir de tuer une fois en vol.

Le problème, c'est que, comme j'ai tenté de l'expliquer maladroitement dans la mise à jour de la semaine dernière, la modélisation est désormais utilisée pour parvenir à des résultats prédéterminés plutôt qu'à des connaissances objectives. C'est ce qui s'est passé avec les modèles qui étaient complètement érronés lorsqu'il s'agissait de prédire les taux de mortalité liés à l'infection par le virus de Wuhan, alors même que ces derniers étaient utilisés pour créer des modèles dérivés qui exagéraient l'utilisation des lits d'hôpitaux, des unités de soins intensifs et des ventilateurs. Ces lacunes dans l'application de la rigueur scientifique ne sont pas sans importance. En effet, nous pouvons constater qu'elles ont maintenant un impact sur l'imposition d'autres modèles de confinement moins scientifiques. Des modèles qui ont maintenant un impact sur nos vies et nos libertés civiles alors que nous tentons de nous sortir d'une « troisième vague » du virus Wuhan au Canada. Lorsque notre premier ministre nous dit que nous « suivons la science » dans la lutte contre ce virus, il devrait peut-être dire que nous « suivons les modèles ».

Risques et avantages


Pour revenir à notre analogie avec les essais de vol, une modélisation efficace étayée par des hypothèses réalistes et des données solides est inestimable du point de vue des risques et des avantages. Ces outils ont le pouvoir de mettre en évidence les risques inhérents au concept qui est testé et, par conséquent, de favoriser le processus de développement. En fin de compte, les essais de vol ne peuvent pas être effectués tant que les risques identifiés par la modélisation, la simulation et l'analyse ne sont pas identifiés et atténués à un niveau acceptable - non pas pour le grand public mais pour les équipes d'essai concernées. L'usage public nécessite des marges de sécurité supplémentaires afin qu'il n'y ait aucune probabilité qu'une seule défaillance du système puisse entraîner la perte de la capacité à poursuivre le vol et à atterrir ou empêcher l'équipage de faire face à la défaillance. En outre, les conceptions qui entrent dans le domaine public doivent rendre la probabilité:

  • d'un événement catastrophique empêchant la poursuite du vol ou de l'atterrissage « extrêmement improbable » avec une probabilité inférieure à une sur un milliard; et

  • d'un événement majeur capable de générer de fortes réductions des marges de sécurité ou une plus grande charge de travail ou détresse physique « improbable » avec une probabilité inférieure à une sur 100 000 mais supérieure à une sur un milliard.

Quoi qu'il en soit, l'équation risque/bénéfice impliquée dans le processus d'essai en vol penche fortement en faveur du second et permet d'obtenir des produits qui représentent un risque négligeable pour le public. Si seulement c'était toujours le cas et si c'était vrai pour le processus de développement des vaccins?

Nous avons vu récemment que les activités de certification des avions n'ont pas été à la hauteur et ont laissé le public en danger. C'est ce qui s'est passé avec le Boeing 737 Max qui a subi deux défaillances catastrophiques en 2018 avec Lion Air et Ethiopian Airlines. De nombreux facteurs sont entrés en jeu, mais l'une des causes profondes a été la défaillance d'un seul sous-système- l'un des deux indicateurs d'angle d'attaque. Comme indiqué ci-dessus, de telles défaillances de conception sont en opposition directe avec la plus fondamentale des philosophies de test en vol et de certification et doivent être évitées avec une priorité absolue. Dans le cas du 737 Max, de tels défauts semblent avoir été le produit d'une surveillance laxiste et d'une volonté concertée de mettre un produit sur le marché en dépensant le moins de temps et d'argent possible. On ne peut s'empêcher de se demander s'il n'y a pas ici des parallèles avec l'opération "Warp Speed" et la précipitation à mettre sur le marché les vaccins contre le virus de Wuhan. Qu'en est-il de l'autorisation d'utilisation d'urgence qui a été accordée au vaccin AstraZeneca? Au vaccin de Johnson et Johnson?

Il convient de noter que l'autorisation d'utilisation en urgence accordée à chacun des vaccins en service contre le virus Wuhan s'accompagne de considérations particulières. D'une part, les avantages connus et potentiels doivent l'emporter sur les risques connus et potentiels associés au vaccin. De plus, et conformément au Code de Nuremberg de 1947 et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations unies,les personnes vaccinées doivent être informées des risques et des avantages, peuvent refuser de recevoir le vaccin à tout moment et doivent être informées des autres thérapies possibles - elles doivent donner leur « consentement éclairé ». En outre, les personnes chargées de l'enquête doivent s'assurer qu'il n'y aura pas de décès ou de blessures invalidantes liés à l'expérience et que l'on mettra fin à l'exercice si cela se produit. C'est ici que nous voyons que le vaccin expérimental AstraZenaca a un problème. En effet, l'Agence européenne des médicaments a déclaré un lien clair entre celui-ci et les caillots sanguins dans le cerveau. Comment cette expérience peut-elle être poursuivie et y a-t-il un effet similaire avec les autres vaccins en service? On pense en particulier à d'autres vaccins comme celui de Johnson et Johnson qui a été « temporairement arrêté » par les autorités américaines. En mettant tous ses espoirs dans la lutte contre le virus de Wuhan au moyen de vaccins, le Canada s'est-il préparé à une catastrophe due à « un point de défaillance unique »? La conception de la lutte du Canada contre le virus de Wuhan s'apparente-t-elle à celle d'un 737 Max?

Mentalité de foule


Dans les cas du 737 Max et du vaccin contre le virus de Wuhan, nous avons été témoins d'une ruée vers le marché qui a entraîné des conséquences négatives non souhaitées. On a le sentiment désagréable que l'évaluation des risques et des avantages dans chaque cas s'est faite sans la procédure et le soin requis. Dans le cas de cette dernière initiative, cette absence du « devoir de diligence», devoir que l'on pourrait raisonnablement s'attendre d'une entité médicale, s'avère être une absence constante. Comment décrire autrement un processus qui se poursuit au niveau national depuis plusieurs mois sans l'analyse requise des risques et des avantages. Comment se fait-il, par exemple, que des vaccins puissent être injectés à des personnes qui ont peu à gagner à les recevoir. Les jeunes viennent ici à l'esprit quand les provinces commencent à envisager de vacciner tous les citoyens - y compris ceux âgés de moins de 39 ans. Comme l'indique le résumé épidémiologique de la Santé publique de l'Ontario du 5 avril 2021, moins de 0,1 % des personnes de ce groupe d'âge sont mortes du virus de Wuhan, et le taux de survie de cette population est meilleur que celui de la grippe saisonnière. Pourquoi administrer un vaccin expérimental à un groupe d'âge qui n'en tirera aucun bénéfice? Que faisons-nous et pourquoi?

Les motivations de ces décisions irréfléchies peuvent être perçues dans la nature paniquée des messages émanant de la communauté médicale et de médias. Dans une large mesure, ces déclarations sont fondées sur la clameur associée à un nombre croissant de cas et de « nouvelles » variantes. L'augmentation du nombre de cas est le résultat de tests PCR « de référence » qui ont fait l'objet de controverses dès le jour de leur mise en œuvre. En effet, un article du New York Times datant d'août de l'année dernière affirmait carrément que les tests étaient inutiles puisqu'ils étaient cycliques ou amplifiés au point de détecter des restes de virus qui ne présentaient aucun risque de transmission de l'infection. Les seuils de cycles utilisés sont de l'ordre de 40 alors que 25 seraient beaucoup plus appropriés pour détecter un niveau de virus capable de transmettre l'infection. Par conséquent, les laboratoires de la santé publique de l'Ontario qui utilisent un seuil de cycle PCR de 38 risquent de produire un taux de faux positifs proche de 90 %. Il est intéressant de noter que le test PCR et le rôle qu'il joue dans l'augmentation du nombre de cas du virus à Wuhan sont au cœur d'un recours collectif international coordonné par le grand avocat allemand Reiner Füllmich. Il considère cette forme de test comme le précurseur de la panique liée au virus Wuhan et estime qu'elle doit être remise en question.

Outre le fiasco des tests PCR qui provoque une avalanche de cas et de panique, nous avons également les « nouvelles variantes ». Ce dernier développement, qui fait l'objet d'une discussion frôlant la panique,n'est pas surprenant dans le monde des virus respiratoires. Après tout, ces infections ont tendance à muter au fur et à mesure qu'elles progressent afin de trouver, plutôt que de détruire, de nouveaux hôtes. C'est ce que pensent les experts en immunologie qui estiment que le virus de Wuhan « n'a probablement pas subi de mutation qui le rendrait beaucoup plus dangereux ». En outre, ils affirment qu' « un système immunitaire sain est tout à fait capable de faire face à ces nouvelles formes du virus SRAS-CoV-2». En effet, il a été démontré que les patients se rétablissent naturellement dans la plupart des cas, tout comme ils l'ont fait pour la forme originale du Covid-19.Cette évolution plutôt normale est étayée par des informations qui nous parviennent des données du recensement des USI de l'Ontario.Dans le graphe ci-dessous, nous pouvons voir la différence entre les lits des USI et les ventilateurs disponibles et utilisés. Il semblerait qu'il y ait une certaine souplesse dans le système, mais ce qui est plus révélateur, c'est le fait que les intubations se poursuivent à un rythme soutenu. En effet, en bas du graphique, nous constatons une augmentation récente du nombre de patients Covid critiques (courbe verte), ce qui correspond au nombre de patients Covid critiques présents dans les unités de soins intensifs. Cela indiquerait que l'acuité ou la gravité des infections récentes n'est pas en décalage avec l'expérience passée. On peut se demander pourquoi nous sommes entraînés dans une mentalité de foule et de frénésie. On peut également se demander, si la capacité des hôpitaux, des unités de soins intensifs et des ventilateurs sont problématiques, pourquoi nous n'avons pas utilisé une partie des 380 milliards de dollars de déficit de l'an dernier pour améliorer la situation?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon