C3RF Update, 09 Apr 2021 – House of truth


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

“Equality” v “Equity”


Recall that in last week’s update we took a cursory look at the nature of lies. They often come to us packaged as “delectable” innovations that appeal to our virtuous selves and better angels. Take for example the one that our very own Prime Minister likes to edify us with at every opportunity – the “diversity, inclusiveness and equity (DIE)” narrative. After all, who isn’t all in when it comes to ensuring no one is left behind in the Canada of today? One sharp-eyed and critical “update” reader, Rob, pointed out the problem associated with this charitable interpretation of the DIE mantra. He noted that I erred when I actually referred to diversity, inclusiveness and “equality” rather than “equity”. He went on to state that the error was significant as “equality” was in no way interchangeable with the term “equity”.

A big thanks to Rob for his attention to detail in pointing out my “bad”. It gives us an opportunity to discuss the differences between the two terms. “Equality” can be seen to tie in nicely with the concept of “negative freedom” that we examined in a previous update. Recall that this type of liberty was characterized by freedom from external interference and “equality” manifested itself in the form of “equal opportunity”. Systems governed by “negative freedom” strive to remove obstacles that would otherwise prevent an individual from pursuing their own happiness. “Equity”, on the other hand, lives large in systems characterized by a “positive freedom” that promotes an individual’s capacity to fulfil his or her own personal desires. Equity strives to realize “equal outcomes” for all – just like Marxism!

Accordingly, positive freedom is characterized by “equitable outcomes” or “equity” regardless of the level of effort applied by the individual. Positive freedom is the freedom that governments like to offer their citizens as it puts them in a position to re-distribute assets and favours. Indeed, and as seen with the advent of the Wuhan virus, governments can be seen to be in love with the idea of exchanging all negative freedom for its positive counterpart. Seen in this light, “equity” is not the virtuous commodity that the DIE narrative would have us believe it to be. It, rather, lives in the “house of lies” and speaks more to repressive policies that re-order liberties so that some might gain what others lose. Obviously, individual freedoms live perilously within such a house and are better accommodated in the “house of truth”.

The nature of truth


Liberties, that we in Western societies have become used to, exist with considerable difficulty in a “house of lies”. Free speech is prime among these as it enables the shining of light on untruths so that they might be scrutinized. Such investigation is the enemy of the lie as it cannot call upon the truth in its own defence. Rather than this, it must employ other measures that are blunter in nature. These measures include ridicule, invective and “decomposition directives” that aim to discredit the message and the messenger in faux-free societies. In societies that couldn’t care less about putting a liberal face on their handling of such investigations, the defensive measures might, instead, include the club and the gulag. By its very nature, truth is freedom’s house.

Many theories have been posited to characterize the notion of truth. Prominent among these and perhaps the oldest is the neo-classical “correspondence theory”. It can be found in the writings of Aristotle and Aquinas and postulates that what is true is that which “corresponds” to the way things actually are – to the facts of the matter. The linkage between truth and objective reality can be seen as self-evident with philosophers like Descartes who declared it to be “transcendentally clear”. For something to be true it needs to adhere to the real nature of a thing. Problem is, reality can come cloaked in a variety of guises and facts can be manufactured to suit each and every one of them. The determination of what is true will take a little bit of leg work through investigation that seeks to compare a truth to the object that it is describing. In the “house of lies” this will be a difficult undertaking thwarted by diversions at every turn. Investigations in the “house of truth”, where freedoms are accommodated, can be expected to proceed more effortlessly.

Unfortunately, we find ourselves in an era rife with distractions and diversions as the curious amongst us try to navigate the “house of lies” to find truth. Those who would question the accepted narratives of the day are not offered reality-based answers in the “house of lies”. Instead, in many cases we are offered representations of reality in the form of models driven by faux-facts and assumptions. Take the following into consideration:

It would seem that the mantra, “we are following the science”, when the science is limited to garbage-in, garbage-out models, is less than truthful and more than a little bit misleading. It also seems that the new science of modelling has become the prime tool in shaping pseudo-realities that challenge objective knowledge. Truth-seekers will need to dig in if they are to overcome such distractions on the way to informed, fact-based decision-making. It is this or leave the decision-making up to those who benefit from the large, globalist causes now being foisted on lowly citizens.

Building the “house of truth”


On the ground and around the world good people of all stripes are joining the “house of truth” and “digging in” to combat the “house of lies”. The battle is fierce as lawyers, doctors and clergy begin to pepper the professional institutions they belong to with queries, studies and real science that bring Wuhan virus lockdown strategies and vaccines into the light of day. On all fronts, the response from the “house of lies” has been predictable with charges of improper behaviour, professional maleficence or just plain obfuscation. Lacking any real evidence-based retorts, this “house” will be unable to sustain itself. It will become a “house of cards” and collapse under its own weight.

On the medical front, Canada sees a growing list of doctors who have risked their own jobs to voice their expert opinions on shortfalls in the nation’s battle against the Wuhan virus. They see best practices proven in other jurisdictions ignored and ridiculed even as failed remedial strategies are cycled over and over again. One such professional is Dr. Kulvinder Kaur Gill who has actually been officially cautioned by her College of Physicians and Surgeons for expressing her opinions. Further afield internationally, the organization, “Doctors for Covid Ethics”, has engaged in a fierce war of words with the European Medicines Agency regards the efficacy and adverse effects of Wuhan virus vaccines. They have gone so far as to state that Europe’s vaccination program contravenes the Nuremburg Code that was implemented on the heels of Nazi Germany’s medical atrocities. To date, their incisive and scientifically based inquiries have met with either silence or bush-beating with no light shed on matters of grave public concern.

On the legal front, Canada is host to several Charter-based legal suits that aim to designate emergency, lockdown laws and measures as unconstitutional and having “no force or effect”. Prime among these is Rocco Galati’s suit on behalf of multiple plaintiffs against all levels of Canadian government and even the CBC. Canadian lawyers are also coordinating with large class action suits against a host of international entities. They claim that WHO pandemic protocols have been implemented without due process and are not only illegal – they are crimes against humanity. This suit will anchor similar international class actions engineered by top German lawyer Reiner Fuellmich. Fuellmich, like his Canadian counterpart Galati, has a knack for winning big cases and has defeated the likes of Volkswagen and Deutsche Bank in the courtroom. The forces that would see the lockdown of whole societies and the crushing of individual rights may have political, institutional and media power behind them but they live in a “house of lies” and cannot use the truth in their defence. In the end, the truth always wins out.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

« Égalité » contre « équité »


Rappelez-vous que dans la mise à jour de la semaine dernière, nous avons jeté un coup d'œil rapide sur la nature des mensonges. Ils nous arrivent souvent emballés comme des innovations « délectables » qui font appel à nos vertus les plus nobles. Prenons le récit avec lequel que notre Premier ministre aime nous édifier dès qu'il en a l'occasion: le récit de la « diversité, de l'inclusion et de l'équité (DIE)». Après tout, qui n'est pas de la partie lorsqu'il s'agit de s'assurer que personne n'est laissé pour compte dans le Canada d'aujourd'hui?Un lecteur de la « mise à jour» aux yeux de lynx, Rob, a souligné le problème associé à cette interprétation charitable du mantra DIE. Il a noté que j'ai fait une erreur en parlant de diversité, d'inclusion et d'« égalité» plutôt que d' « équité». Il a poursuivi en déclarant que l'erreur était significative, car le terme « égalité » n'était en aucun cas interchangeable avec le terme « équité ».

Un grand merci à Rob pour l'attention portée aux détails en signalant mon erreur. Cela nous donne l'occasion de discuter des différences entre les deux termes. On peut considérer que l'« égalité » s'accorde bien avec le concept de « liberté négative » que nous avons examiné dans une mise à jour précédente. Rappelons que ce type de liberté se caractérise par l'absence d'interférence extérieure et que l'« égalité » se manifeste sous la forme d'une « égalité des chances ». Les systèmes régis par la « liberté négative » s'efforcent de supprimer les obstacles qui empêcheraient un individu de poursuivre son propre bonheur. L'« équité », en revanche, existe dans des systèmes caractérisés par une « liberté positive » qui favorise la capacité d'un individu à réaliser ses propres désirs personnels. L'équité s'efforce de réaliser des « résultats égaux » pour tous - tout comme le marxisme!

En conséquence, la liberté positive se caractérise par des « résultats équitables » ou « équité », quel que soit le niveau d'effort fourni par l'individu ou son talent naturel. La liberté positive est celle que les gouvernements aiment offrir à leurs citoyens, car elle les met en position de redistribuer les biens et les faveurs. En effet, et comme on l'a vu avec l'avènement du virus de Wuhan, on peut considérer que les gouvernements sont en amour avec l'idée d'échanger toute liberté négative contre sa contrepartie positive. Vu sous cet angle, l'« équité » n'est pas l'idéal vertueux que le récit de DIE voudrait nous faire croire. Elle vit plutôt dans l'«espace des mensonges » et parle plutôt de politiques répressives qui réorganisent les libertés de manière à ce que certains gagnent ce que d'autres perdent. De toute évidence, les libertés individuelles vivent dangereusement dans un tel espace et sont mieux logées dans un «espace de la vérité ».

La nature de la vérité


Les libertés, auxquelles nous nous sommes habitués dans les sociétés occidentales, existent difficilement dans un « espace consacré mensonge ». La liberté d'expression est la première d'entre elles, car elle permet de faire la lumière sur les contrevérités afin qu'elles puissent être examinées. Une telle investigation est l'ennemi du mensonge, car il ne peut faire appel à la vérité pour se défendre. Il doit donc recourir à d'autres mesures, plus brutales. Ces mesures comprennent le ridicule, l'invective et les « directives de décomposition » qui visent à discréditer le message et le messager dans les sociétés soi-disant libres. Dans les sociétés qui ne se soucient guère de donner un visage libéral à leur traitement de ces enquêtes, les mesures défensives peuvent, au contraire, inclure la matraque et le goulag. Par sa nature même, la vérité est un espace consacré à la liberté.

De nombreuses théories ont été proposées pour caractériser la notion de vérité. La plus importante et peut-être la plus ancienne d'entre elles est la « théorie de la vérité-correspondance » néoclassique. Elle se trouve dans les écrits d'Aristote et de Thomas-d'Aquin et postule que ce qui est vrai est ce qui « correspond » à la façon dont les choses sont réellement - aux faits. Le lien entre la vérité et la réalité objective peut être considéré comme évident pour des philosophes comme Descartes, qui l'a déclaré« transcendantalement clair ». Pour qu'une chose soit vraie, elle doit adhérer à la nature réelle d'une chose. Le problème, c'est que la réalité peut se présenter sous de nombreux aspects et que les faits peuvent être fabriqués pour convenir à chacun d'entre eux. Pour déterminer ce qui est vrai, il faut un peu de travail sur le terrain, par le biais d'une enquête qui cherche à comparer une vérité à l'objet qu'elle décrit. Dans «l'espace du mensonge", ce sera une entreprise difficile, contrecarrée par des diversions à chaque tournant. Dans « l'espace consacré à la vérité », où les libertés sont respectées, les enquêtes devraient se dérouler plus facilement.

Malheureusement, nous nous trouvons à une époque où les distractions et les diversions sont légion, alors que les plus curieux d'entre nous tentent de naviguer dans « cet espace du mensonge » pour trouver la vérité. Ceux qui remettent en question les récits du jour ne se voient pas offrir de réponses basées sur la réalité dans « cet espace des mensonges ». Au contraire, dans de nombreux cas, on nous propose des représentations de la réalité sous la forme de modèles basés sur des faux faits et des hypothèses fausses. Prenez en considération ce qui suit:

Il semblerait que le mantra « nous suivons la science », lorsque la science se limite à des modèles de type « garbage-in, garbage-out », soit moins que véridique et plus qu'un peu trompeur. Il semble également que la nouvelle science de la modélisation soit devenue le principal outil pour façonner des pseudo-réalités qui remettent en cause la connaissance objective. Les chercheurs de vérité devront se creuser la tête s'ils veulent surmonter ces distractions sur la voie d'une prise de décision informée et fondée sur les faits. C'est cela ou laisser les prises de décision à ceux qui bénéficient des grandes causes mondialistes qui sont maintenant imposées aux simples citoyens.

Construire un « espace consacré à la vérité»


Sur le terrain et dans le monde entier, des personnes de bonne volonté de tous bords se joignent à « un espace public consacré àla vérité » et« s'y retranchent » pour combattre le « mensonge ». La bataille est féroce, car les avocats, les médecins et les membres du clergé commencent à bombarder les institutions professionnelles auxquelles ils appartiennent de questions, d'études et de données scientifiques réelles qui mettent en lumière les stratégies de confinement du virus de Wuhan et ses vaccins. Sur tous les fronts, la réponse des « apôtres du mensonge » a été prévisible, avec des accusations de comportement inapproprié, de malveillance professionnelle ou tout simplement d'obscurcissement. En l'absence de réelles répliques fondées sur des preuves, cette « espace du mensonge » sera incapable de se maintenir. Il deviendra un « château de cartes » et s'effondrera sous son propre poids.

Sur le plan médical, le Canada voit s'allonger la liste des médecins qui ont risqué leur emploi pour exprimer leur avis d'expert sur les lacunes de la lutte contre le virus Wuhan. Ils constatent que les meilleures pratiques qui ont fait leurs preuves dans d'autres pays ne sont pas prises en considération et sont ridiculisées, alors que les stratégies correctives qui ont échoué sont répétées à l'infini. L'un de ces professionnels est le Dr Kulvinder Kaur Gill, qui a été officiellement mis en garde par son collège de médecins et de chirurgiens pour avoir exprimé ses opinions. Plus loin dans le monde, l'organisation « Doctors for Covid Ethics » s'est engagée dans une guerre de mots féroce avec l'Agence européenne des médicaments concernant l'efficacité et les effets indésirables des vaccins du virus Wuhan. Ils sont allés jusqu'à déclarer que le programme de vaccination européen contrevenait au code de Nuremberg, mis en œuvre dans la foulée des atrocités médicales commises par l'Allemagne nazie. Jusqu'à présent, leurs enquêtes incisives et scientifiquement fondées se sont heurtées au silence ou à la réticence des autorités, sans qu'aucune lumière ne soit faite sur des questions d'intérêt public majeur.

Sur le plan juridique, le Canada est le théâtre de plusieurs actions en justice fondées sur la Charte qui visent à déclarer inconstitutionnelles et sans effet les lois et mesures d'urgence et de confinement. Au premier rang de ces actions figure le procès intenté par Rocco Galati au nom de plusieurs plaignants contre tous les niveaux canadiensde gouvernance et même contre Radio-Canada. Les avocats canadiens coordonnent également d'importants recours collectifs contre une multitude d'entités internationales. Ils affirment que les protocoles de l'OMS relatifs aux pandémies ont été mis en œuvre sans procédure régulière et qu'ils ne sont pas seulement illégaux, mais qu'ils constituent des crimes contre l'humanité. Ce procès servira de point d'ancrage à des actions collectives internationales similaires conçues par le grand avocat allemand Reiner Füllmich.Füllmich, comme son homologue canadien Galati, a le don de remporter de grandes affaires et a vaincu des entreprises comme Volkswagen et la Deutsche Bank devant les tribunaux. Les forces de confinement de sociétés entières et l'écrasement des droits individuels peuvent avoir le pouvoir politique, institutionnel et médiatique derrière elles, mais elles vivent dans une « espace de mensongés » et ne peuvent pas utiliser la vérité pour leur défense. En fin de compte, la vérité finit toujours par l'emporter.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon