C3RF Update, 26 Feb 2021 – Of freedom and responsibility


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Of negative freedom


Last week’s update introduced the concept of “negative freedom”, a freedom that was characterized by individuals being “free from” external influences as they pursued their lives and livelihoods. To be sure, in a society distinguished by such freedom governments are not expected to be non-existent with anarchy reigning supreme. They are, rather, expected to largely stay out of the way while assuring a level playing field so that all might have their natural rights to “lives, liberties and estates” protected. This philosophy was pioneered by the likes of Adam Smith and John Locke in the 17th century and led to Libertarianism and the rise of free market economies. Economies and societies which were moved and organized in accordance with the “invisible hand” of self-interested citizens. Economies and societies that prized the concept of “equal opportunity”.

As proven over the course of the 20th century and several experiments with centralized, command economies, the “spontaneous order” created by free market systems and negative freedom leads to superior efficiencies when compared to those derived from control by committee, oligarchy or dictatorship. Try as they might, these latter systems of governance cannot address the needs of demand-driven production and distribution. They are too stultified to deliver the products and services desired by the diverse population of individuals that make up their societies. And so we’ve seen the total collapse of some command economies with others allegedly prospering on the backs of the innovation, intellectual property and savvy of societies characterized by negative freedom.

Until now, Canada has placed itself firmly within the camp of Western, free market economies. This longstanding orientation has served the nation well and seen it rise from an agricultural backwater to become a first-world, manufacturing and resource exporting giant. The negative freedom that contributed so splendidly to this G7 success story can be seen to flow from Western, Judeo-Christian traditions that celebrate each individual as a uniquely valuable entity deserving of unalienable rights. Prior to the Charter, these rights were at the core of Common Law legal systems stabilized by a long line of historical precedent. The Charter now continues this tradition through the enshrinement of “fundamental” rights in the form of freedom of speech, religion, conscience, association and assembly, not to mention rights of mobility and security of the person.

Of positive freedom


When it comes to personal freedom, we can say that the negative variant is liberty from external limits while positive freedom is liberty from internal limits. As such, positive freedom is “freedom to” or “capacity to” do that which the individual desires. The distinction between the two is an important one as it determines the extent to which a state can permissibly act in an individual’s life. A positive freedom-focussed state will not only assure a person’s freedom to act, it will also seek to provide that individual with the resources required to carry out desired activities. It is here we begin to see the zero-sum game that positive freedom entails as the distribution of such resources necessarily requires someone to give them up. Such States can be seen to prize the concept of “equal outcomes”.

Fans of positive freedom might look forward to the benefits they accrue through the State but the goodies need to come from someone’s purse. The State may be providing you with the resources you need to realize your dreams but it is stunting the dreams of others to do so. Unless, of course, the State is prepared exchange taxes for debt and force future generations to pay the bill. Governments, for their part, have a natural affinity for proceeding down the path of positive freedom since they accrue power as they do so. This power comes from being able to pick winners and losers in the game of re-distribution even as populations can be divided and voting blocs created in the process. Problem is, governance systems that operate in the positive freedom mode risk collapse as they seek to implement the mantra “from each according to their ability, to each according to their needs”.

A considerable degree of tension resides within the Charter when it comes to negative and positive freedom. The “equal opportunity” side of the ledger is supported by the individual rights and freedoms noted above. At the same time, however, the same founding document reverses itself in the equality rights section when it declares that an individual’s freedom from discrimination “does not preclude any law, program or activity that has as its object the amelioration of conditions of disadvantaged individuals or groups including those that are disadvantaged because of race, national or ethnic origin, colour, religion, sex, age or mental or physical disability”. Similarly, Section 27 of the Charter places special emphasis on the “preservation and enhancement” of multicultural heritage. And so, we see the needs of collectives rivaling those of the individual through reverse discrimination. Perhaps this is what is meant when political leaders state flatly that Canada is systemically racist?

Of personal responsibility


When it comes to refereeing the contest between negative and positive freedom in Canada it is hard to argue that the latter isn’t winning more often than not since the advent of the Charter in 1982. Witness Supreme Court rulings that have “balanced away” fundamental rights in orderto appease special interest collectives. This counterintuitive fact runs afoul of the Charter’s own preamble which should be seen as the fountainhead of the Charter-writ-whole.Its statement that “Canada is founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law” is a clear recognition of the inalienability of individual rights that are bestowed by an authority superior to any government even as one rule of law is applied to all.

The ebb away from the negative freedom provided for in the Charter has become a torrent as legislators take advantage of the Wuhan virus crisis. In doing so they have made new draconian laws that are applied helter-skelter across the land. A good case in point is that of Edmonton’s Pastor James Coates. He was jailed, placed in solitary confinement and ordered to stop preaching after contravening the province’s lockdown orders. All this even as Walmart and Costco are kept humming and the Edmonton Oilers host NHL hockey games in the “City of Champions”. Freedom of religion is certainly taking a back seat to shopping and sports even as the media, the former watchdog of our democracy and freedoms, stands idly by questionless and uncurious.


Given legislators, courts and a media that all ignore the sanctity of the individual rights and freedoms of Canadian citizens, it’s hard to see how these freedoms can survive. Are we headed for a Canada that will be reset as an oligarchy of betters ruling over hapless and powerless plebes? The transition is happening at all levels with municipal police forces authorized to conduct warrantless searches and seizures, provincial educational authorities forcing dangerous Critical Race Theory instruction on high school students and federal medical agencies failing to research best practices that would allow the country to escape its lockdown myopia. It would seem that the only entity capable of turning this Queen Mary around is the evryday citizenry. The ball is certainly in its court and forcing the choice to fight for the rights and freedoms that are slipping, no racing, away. After all, it has the responsibility to be, and choose, the leadership of the day.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Au sujet de la liberté négative


La mise à jour de la semaine dernière a introduit le concept de « liberté négative », une liberté qui se caractérise par le fait que les individus sont « libres » de toute influence extérieure dans la poursuite de leur vie et de leurs moyens de subsistance. Il est certain que dans une société caractérisée par une telle liberté, les gouvernements ne sont pas censés être inexistants, l'anarchie y régnerait en maître. On s'attend plutôt à ce qu'ils restent largement à l'écart tout en assurant des conditions de concurrence équitables afin que tous puissent voir leurs droits naturels à « la vie, aux libertés et aux biens » protégés. Cette philosophie, dont les pionniers étaient Adam Smith et John Locke au XVIIe siècle, a conduit au libertarianisme et à l'essor des économies de marché. Des économies et des sociétés qui ont été déplacées et organisées selon la « main invisible » des citoyens intéressés. Des économies et des sociétés qui ont valorisé le concept d' « égalité des chances ».

Comme cela a été prouvé au cours du XXe siècle et dans le cadre de plusieurs expériences d'économies centralisées et dirigées, l' «ordre spontané » créé par les systèmes de marché libre et la liberté négative entraîne des rendements supérieurs à ceux qui découlent du contrôle par un comité, une oligarchie ou une dictature. Aussi difficiles qu'ils puissent être, ces derniers systèmes de gouvernance ne peuvent répondre aux besoins d'une production et d'une distribution axées sur la demande. Ils sont trop paralysés pour être en mesure de fournir les produits et les services souhaités par la population diversifiée d'individus qui composent leurs sociétés. C'est ainsi que nous avons assisté à l'effondrement total de certaines économies planifiées, alors que les autres, ont prospéré grâce à l'innovation, à la propriété intellectuelle et au savoir-faire des sociétés avec une liberté négative.

Jusqu'à présent, le Canada s'est fermement placé dans le camp des économies occidentales de marché libre. Cette orientation de longue date a bien servi le pays et l'a vu passer d'un petit coin de pays agricole à un géant du premier monde, fabricant et exportateur de ressources. La liberté négative qui a contribué si magnifiquement à cette réussite du G7 peut être considérée comme découlant des traditions occidentales et judéo-chrétiennes qui célèbrent chaque individu comme une entité unique et précieuse méritant des droits inaliénables. Avant la Charte, ces droits étaient au cœur des systèmes juridiques de la Common Law, stabilisés par une longue série de précédents historiques. La Charte poursuit aujourd'hui cette tradition en consacrant des droits « fondamentaux » sous la forme de la liberté d'expression, de religion, de conscience, d'association et de réunion, sans parler des droits à la mobilité et à la sécurité de la personne.

Au sujet de la liberté positive


En ce qui concerne la liberté personnelle, nous pouvons dire que la variante négative est la liberté par rapport aux limites externes, tandis que la liberté positive est la liberté par rapport aux limites internes.En tant que telle, la liberté positive est la "liberté de" ou la "capacité de" faire ce que l'individu désire.La distinction entre les deux est importante car elle détermine la mesure dans laquelle un État peut agir de manière acceptable dans la vie d'un individu.Un État positif axé sur la liberté n'assurera pas seulement la liberté d'agir d'une personne, il cherchera également à lui fournir les ressources nécessaires pour mener les activités souhaitées.C'est ici que nous commençons à voir le jeu à somme nulle qu'implique la liberté positive, car la distribution de ces ressources exige nécessairement que quelqu'un y renonce.On peut considérer que ces États accordent une grande importance au concept de « résultats égaux ».

Les partisans d'une liberté positive se réjouissent des avantages qu'ils retirent de l'État, mais il faut que ces avantages proviennent du porte-monnaie de quelqu'un. L'État vous fournit peut-être les ressources dont vous avez besoin pour réaliser vos rêves, mais il freine les rêves des autres. À moins, bien sûr, que l'État ne soit disposé à échanger des impôts contre des dettes et à forcer les générations futures à payer la facture. Les gouvernements, pour leur part, ont une affinité naturelle avec le chemin de la liberté positive puisqu'ils accumulent des pouvoirs. Ce pouvoir vient de la capacité à choisir les gagnants et les perdants dans le jeu de la redistribution; les populations peuvent être divisées et des blocs de vote créés au cours du processus. Le problème est que les systèmes de gouvernance qui fonctionnent sur le mode de la liberté positive risquent de s'effondrer alors qu'ils cherchent à appliquer l'adage « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ».

Un degré considérable de tension réside dans la Charte lorsqu'il s'agit de liberté négative et positive. L'aspect « égalité des chances » est soutenu par les droits et libertés individuels mentionnés ci-dessus. En même temps, cependant, le même document fondateur s'inverse dans la section sur les droits à l'égalité lorsqu'il déclare que la liberté d'une personne de ne pas subir de discrimination « ….ne fait acception de personne et s’applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination, notamment des discriminations fondées sur la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l’âge ou les déficiences mentales ou physiques. ». De même, l'article 27 de la Charte met particulièrement l'accent sur la « le maintien et la valorisation » du patrimoine multiculturel. Ainsi, nous voyons les besoins des collectifs rivaliser avec ceux de l'individu par le biais de l'égalitarisme de la dédiscrimination. C'est peut-être ce que l'on entend lorsque les dirigeants politiques déclarent carrément que le Canada souffre du racisme systémique?

Au sujet de la responsabilité personnelle


Lorsqu'il s'agit d'arbitrer les tensions entre liberté négative et positive au Canada, il est difficile de soutenir que cette dernière ne gagne pas plus souvent qu'autrement depuis l'avènement de la Charte en 1982. En témoignent les arrêts de la Cour suprême qui ont « équilibré » les droits fondamentaux afin d'apaiser les intérêts collectifs de certains groupes. Ce fait contre-intuitif va à l'encontre du propre préambule de la Charte, qui doit être considéré comme la source de la Charte dans son ensemble. Sa déclaration selon laquelle « le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit » est une reconnaissance claire de l'inaliénabilité des droits individuels qui sont conférés par une autorité supérieure à tout gouvernement, même si une seule règle de droit est appliquée à tous.

Le recul de la liberté négative prévue par la Charte s'est transformé en retraite catastrophique alors que les législateurs profitent de la crise du virus de Wuhan. Ce faisant, ils ont adopté de nouvelles lois draconiennes qui sont appliquées à l'aveuglette dans tout le pays. Un bon exemple est celui du pasteur James Coates d'Edmonton. Il a été emprisonné, placé en isolement et s'est vu ordonner de cesser de prêcher après avoir enfreint les ordonnances de confinement de la province. Tout cela alors même que Walmart et Costco ne cessent d'opérer et que les Oilers d'Edmonton accueillent les matchs de hockey de la NHL dans la "City of Champions". La liberté de religion est certainement reléguée au second plan au profit du magasinage et du sport, alors même que les médias, l'ancien gardien de notre démocratie et de nos libertés, restent inactifs, sans se poser de questions et sans se soucier de la situation.


Compte tenu des législateurs, des tribunaux et des médias qui ignorent tous le caractère sacré des droits et libertés individuels des citoyens canadiens, il est difficile de voir comment ces libertés peuvent survivre. Allons-nous vers un Canada qui sera réinventé en tant qu'oligarchie gouvernant une plèbe malchanceuse et impuissante? La transition s'opère à tous les niveaux: les forces de police municipales sont autorisées à effectuer des perquisitions et des saisies sans mandat, les autorités éducatives provinciales imposent un dangereux enseignement de la « Critical Race Theory » aux élèves du secondaire et les agences médicales fédérales ne font pas de recherches sur les meilleures pratiques qui permettraient au pays d'échapper à sa myopie de confinement. Il semblerait que la seule entité capable de changer le cap de ce Titanic est le citoyen ordinaire. La balle est certainement dans son camp et l'oblige à choisir de se battre pour les droits et les libertés qui lui échappent gouttes à gouttes. Après tout, le citoyen ordinaire a la responsabilité de choisir et finalement d'être le leader du jour.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts