C3RF Update, 19 Feb 2021 – Enslaved by fear


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Enslaved by fear


The Wuhan virus narrative, as spun by our own political representatives and their medical sidekicks, would have us believe that we can eradicate the contagion by controlling our environment. This control entails removing ourselves from all sources of the virus including those who may or may not harbour it. This last distinction is a critical one for it embraces the concept of asymptomatic spread of the disease – you must fear all in your presence as even those who appear healthy have the capacity to infect you. This is new to epidemiology as it has always been understood, prior to the advent of this particular virus in 2020, that the asymptomatic are never “drivers” of a pandemic.

This new development in epidemiology is truly fearsome. If true, one could never know who might infect them and whom they need to avoid. It’s not as though you could save yourself by giving wide berth to those who are visibly sick. To make matters worse, you find yourself not just fearing a situation or the unknown, you find yourself fearing all around you. This fear, the fear of human contact and socialization, can be particularly debilitating and subject to manipulation by those in a position to benefit from your fear. After all, how can you fight back and face the fear if you are isolated and on your own with no allies?

It is this fear that has the power to transform our world from one characterized by negative freedom to one controlled by the fear-mongers. The “negative” freedom we used to enjoy was one that featured freedom from external interference. It is the liberty found and guaranteed by our Charter in the form of individual and “fundamental” rights to speech, religion, conscience, association and mobility. Our fear for personal safety, as pounded into us by a host of powers and principalities, has taken the focus off of these civil liberties and diminished our ability to reason our way through the situation we find ourselves in. Instead, we have turned to those who have offered themselves up as “experts” in a new science and epidemiology that spouts modeled rather than fact-based data. A science and epidemiology that lives apart from past and best practices and has turned “flatten the curve” into a strategy that sees isolating-in-place until you get vaccinated.

Fear and manipulation


Fear is a powerful emotion induced by a perceived danger or threat. In the case of the Wuhan virus, we were bombarded with news and videos out of China, and then Italy, that vividly described human suffering and medical system collapse. It was hard not to perceive the danger to Canada and Canadians given this onslaught. More than this, fear was heightened by a laggard government that chose to reprimand citizens for the “racist” identification of the source of the virus even as it failed to screen passengers flying into the country from these same regions. The danger and threat were not just perceptions, they were realities that primed Canadians to lose their hold on rational thought and look for safety at any cost.

“Safety at any cost” first arrived as a request to “flatten the curve” for a few weeks so that our hospitals might weather the coming storm without being washed away. This strategy involved the unprecedented and heretofore untried measures of social distancing, isolation and the shutting down of “non-essential” businesses. This novel approach came to us from our political and medical leaders who were simply parroting the “science” as dictated by the WHO. The WHO, in turn, got their cues from China and lauded the middle kingdom for rolling out the “most aggressive disease containment effort in history”. Combine this fear for personal safety with hand-outs from a loving government. Hand-outs tendered with the promise that “we have your back” and might make one wonder - are we becoming the victim in a classic psychopathic relationship? A relationship where an “illusion of love” is created only to compound fear by threatening to remove it? In any event, the hook has been well and truly set and the bait has been taken. With this double-barreled fear for personal safety and economic security in place, the way is clear to manipulate the good people of Canada into rotating lockdowns over an indefinite time period. After all, even the arrival of vaccines could be negated by new dangers in the form of “variants” of the virus and “free money” could be required well into the future.

Sustaining fear, however, is not an easy task. As the public becomes more and more familiar with the dangers posed by the Wuhan virus it can come to feel that the virus is survivable, it can be lived with as has been the case for innumerable contagions in times past. No, the perpetuation of fear will require a dedicated national, no international, propaganda campaign. Numbers need to be cherry-picked to paint a most desperate situation. Numbers of “deaths” becomes number of “cases” and the testing protocols used to denote “cases” need to be biased in a positive direction. Alternatives in the form of therapeutic treatments need to be attacked as soon as they are raised or buried before they gain traction. Preferred solutions, vaccination prime among them, have to be defended at every turn. And so we see social media platforms, like Facebook, declare that communications that question the severity of the virus or the number of deaths that can really be connected to it are “misinformation”. They will not be allowed to sully the pages of Facebook. Manipulation at its best.

Fighting fear


And so we see a troika of big government, big media and big pharma seemingly coordinating efforts to manipulate a fearful citizenry. To make matters worse, the measures imposed on these same citizens isolate them one from another and makes communication and coordination very difficult. It’s the perfect control regime as fear takes away the ability to think clearly. Indeed, should this fear be considered as a “major red flag” indicative of psychopathic manipulation? Overcoming this orchestrated fear and regaining the ability to think problems though rationally requires a deliberate effort to step back, take a breath and analyze the situation. The analysis process will require the acquisition of unbiased information in the form of hard data and medical science proffered by trustworthy sources. Modelling is not useful for these purposes as, inevitably, it is only as good as the assumptions that underpin the model.

For reasons mentioned above, one will have to dig hard to uncover sources dedicated to understanding the objective realities behind the Wuhan virus rather than those that spout the preferred narrative. A narrative that sees panic leading to mass immunization with nothing in between. These sources are out there and include analytical thinkers like Ivor Cummins and medical experts in the form of Drs. Loannidis from Stanford University and Risch from the Yale Public School of Epidemiology. Men and women such as these are pilloried by the powerful and loud voices that would have us suspended in a state of malleable panic. They merit your attention, though, and need to occupy space in the Wuhan virus debate.

On the Canadian scene, we have seen in these very pages that a growing number of people and organizations are coming together to challenge the preferred lockdown-to-vaccination narrative. They include the police organization, “Police on Guard for Thee”, the Justice Centre for Constitutional Freedoms, our own C3RF and the “End the Lockdown” caucus. The first three are advocacy groups while the last is a growing gathering of active and retired politicians. They all merit your attention and support. The latter group, in particular, prompts the question – what are your municipal, provincial and federal political representatives doing on your behalf when it comes to applying rational solutions to the Wuhan virus crisis? Solutions that do not cause more harm to the economy, our society and our civil liberties than the virus ever could?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Asservie par la peur


L'histoire du virus de Wuhan, telle que racontée par nos représentants politiques et leurs sbires médicaux, voudrait nous faire croire que nous pouvons éradiquer la contagion en contrôlant notre environnement. Ce contrôle implique de nous retirer de toutes les sources du virus, y compris de celles qui peuvent ou non l'héberger. Cette dernière distinction est essentielle car elle englobe le concept de propagation asymptomatique de la maladie - vous devez craindre tout en votre présence car même ceux qui semblent en bonne santé ont la capacité de vous infecter. C'est une nouveauté en épidémiologie, car il a toujours été entendu, avant l'apparition de ce virus particulier en 2020, que les personnes asymptomatiques ne sont jamais les « vecteurs principaux » d'une pandémie.

Cette nouvelle évolution de l'épidémiologie est vraiment redoutable. Si elle était vraie, on ne pourrait jamais savoir qui pourrait nous infecter et qui devons nous éviter. Ce n'est pas comme si l'on pouvait se sauver en laissant de côté ceux qui sont visiblement malades. Pire encore, vous ne craignez pas seulement une situation ou l'inconnu, vous craignez tout ce qui vous entoure. Cette peur, la peur des contacts humains et de la socialisation, peut être particulièrement débilitante et faire l'objet de manipulations par ceux qui sont en mesure de tirer profit de votre peur. Après tout, comment pouvez-vous vous défendre et faire face à cette peur si vous êtes isolé et seul, sans amis?

C'est cette peur qui a le pouvoir de transformer notre monde, d'un monde caractérisé par une liberté négative à un monde contrôlé par les marchands de la peur. La liberté « négative » dont nous jouissions auparavant était une liberté à l'abri des interférences extérieures. Il s'agit de la liberté trouvée et garantie par notre Charte sous la forme de droits individuels et « fondamentaux » à la parole, à la religion, à la conscience, à l'association et à la mobilité.Notre crainte pour la sécurité personnelle, qui nous est imposée par une foule de pouvoirs et de principautés, a détourné l'attention de ces libertés civiles et a diminué notre capacité à raisonner dans la situation dans laquelle nous nous trouvons. Nous nous sommes plutôt tournés vers ceux qui se sont présentés comme des « experts » dans une nouvelle science et une nouvelle épidémiologie qui débite des données modélisées plutôt que des données factuelles. Une science et une épidémiologie qui se démarquent du passé et des meilleures pratiques et qui ont transformé « l'aplatissement de la courbe » en une stratégie qui consiste à s'isoler sur place jusqu'à ce que l'on soit vacciné.

La peur et la manipulation


La peur est une émotion puissante induite par la perception d'un danger ou d'une menace. Dans le cas du virus de Wuhan, nous avons été bombardés de nouvelles et de vidéos en provenance de Chine, puis d'Italie, qui décrivaient de manière très vivante la souffrance humaine et l'effondrement du système médical. Il était difficile de ne pas percevoir le danger pour le Canada et les Canadiens. Plus que cela, la crainte a été renforcée par un gouvernement, traînant de la patte, qui a choisi de réprimander les citoyens pour l'identification « raciste » de la source du virus alors même qu'il n'avait pas contrôlé les passagers arrivant au pays en provenance de ces mêmes régions. Le danger et la menace n'étaient pas de simples perceptions, mais des réalités qui ont incité les Canadiens à perdre leur emprise sur la pensée rationnelle et à rechercher la sécurité à tout prix.

« La sécurité à tout prix » est d'abord arrivée comme une demande « d'aplatir la courbe » pendant quelques semaines afin que nos hôpitaux puissent affronter la tempête à venir sans être emportés. Cette stratégie impliquait des mesures sans précédent et jusqu'ici inédites de distanciation sociale, d'isolement et de fermeture d'entreprises « non essentielles ». Cette nouvelle approche nous est venue de nos dirigeants politiques et médicaux qui ne faisaient que reproduire la « science » dictée par l'OMS. L'OMS, à son tour, s'est inspirée de la Chine et a loué l'Empire du Milieu pour avoir déployé « l'effort d'endiguement de la maladie le plus agressif de l'histoire ». Combinez cette peur pour la sécurité personnelle avec des documents d'un gouvernement aimant. Des documents distribués avec la promesse que « nous vous soutenons » et vous en faites peut-être se demander - sommes-nous en train de devenir la victime d'une relation psychopathique classique? Une relation où une « illusion d'amour » n'est créée que pour aggraver la peur en menaçant de la supprimer? Quoi qu'il en soit, l'hameçon est bel et bien fixé et l'appât est pris. Avec cette double crainte pour la sécurité personnelle et la sécurité économique en place, la manière est claire de manipuler les bonnes gens du Canada dans des verrouillages rotatifs sur une période indéfinie. Après tout, même l'arrivée des vaccins pourrait être annulée par de nouveaux dangers sous la forme de « variantes » du virus et « de l'argent gratuit » pourrait être nécessaire dans le futur.

Cependant, entretenir la peur n'est pas une tâche facile. Au fur et à mesure que le public se familiarise de plus en plus avec les dangers posés par le virus de Wuhan, il peut avoir l'impression que le virus peut survivre, il peut être vécu comme cela a été le cas pour d'innombrables contagions dans le passé. Non, la perpétuation de la peur exigera une campagne de propagande nationale et non internationale. Les chiffres doivent être triés sur le volet pour peindre une situation des plus désespérées. Le nombre de « décès » devient le nombre de « cas » et les protocoles de test utilisés pour désigner les « cas » doivent être biaisés dans une direction positive. Les alternatives sous forme de traitements thérapeutiques doivent être attaquées dès qu'elles sont élevées ou enterrées avant qu'elles ne gagnent du terrain. Les solutions privilégiées, parmi lesquelles la vaccination est primordiale, doivent être défendues à chaque instant. Nous voyons donc que les plateformes de médias sociaux, comme Facebook, déclarent que les communications qui remettent en question la gravité du virus ou le nombre de décès qui peuvent vraiment y être liés sont de la « désinformation ». Ils ne seront pas autorisés à souiller les pages de Facebook. La manipulation à son meilleur.

Combattre la peur


Nous voyons donc la troïka des grands gouvernements, des grands médias et des grandes entreprises pharmaceutiques qui semblent coordonner leurs efforts pour manipuler une population craintive. Pour aggraver les choses, les mesures imposées à ces mêmes citoyens les isolent les uns des autres et rendent la communication et la coordination très difficiles. C'est un régime de contrôle parfait car la peur enlève la capacité de penser clairement. En effet, cette peur doit-elle être considérée comme un « signe majeur » indiquant une manipulation psychopathique? Surmonter cette peur orchestrée et retrouver la capacité d'analyser les problèmes de manière rationnelle nécessite un effort délibéré pour prendre du recul, respirer et analyser la situation. Le processus d'analyse nécessitera l'acquisition d'informations impartiales sous la forme de données concrètes et de science médicale fournies par des sources fiables. La modélisation n'est pas utile à ces fins car, inévitablement, elle n'est valable qu'en fonction des hypothèses qui sous-tendent le modèle.

Pour les raisons mentionnées ci-dessus, il faudra fouiller en profondeur pour découvrir des sources dédiées à la compréhension des réalités objectives derrière le virus de Wuhan plutôt que celles qui jaillissent du récit préféré. Un discours qui voit la panique conduisant à une vaccination de masse sans rien entre les deux. Ces sources sont sorties y compris des penseurs comme Ivor Cummins et des experts médicaux comme les Drs Loannidis de l'Université de Stanford et Risch de la Yale Public School of Epidemiology. Des hommes et des femmes comme ceux-ci sont mis au pilori par les voix puissantes et criardes qui nous laisseraient dans un état de panique malléable. Cependant, ils méritent votre attention et doivent occuper une place dans le débat sur le virus de Wuhan.

Sur la scène canadienne, nous avons vu dans ces mêmes pages qu'un nombre croissant de personnes et d'organisations se réunissent pour contester le discours privilégié du confinement à la vaccination. Ils comprennent l'organisation de la police, « Police on Guard for Thee », le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles, notre propre C3RF et le caucus « End the Lockdown ». Les trois premiers sont des groupes de défense tandis que le dernier est un rassemblement croissant de politiciens actifs et retraités. Ils méritent tous votre attention et votre soutien. Ce dernier groupe, en particulier, pose la question suivante: que font vos représentants politiques municipaux, provinciaux et fédéraux en votre nom lorsqu'il s'agit d'appliquer des solutions rationnelles à la crise du virus de Wuhan? Des solutions qui ne causent pas plus de tort à l'économie, à notre société et à nos libertés civiles que le virus seul ne le pourrait?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon