C3RF Update, 02 Apr 2021 – House of lies


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Delectable lies

In 2012 Salim Mansur, Professor Emeritus and international author, published his book, “Delectable Lie: A Liberal Repudiation of Multiculturalism”. In it he wrote that, “My point is that although multiculturalism once seemed a very good idea, at least to politicians and others smitten with the ambition for unity, it is increasingly shown to be a lie”. Indeed, the concept of multiculturalism was seen to be such a good idea that it was swept up into the Charter as a Section 27 guarantee to preserve and enhance the “multicultural heritage of Canadians” even as it was legislated into action in the form of the Canadian Multiculturalism Act of 1985. The concept was “delectable” as it spoke to welcoming others and inviting them to participate in a Canadian system anchored by the equal and just treatment of all before the law.


Problem was, multiculturalism came with baggage in the form of identity politics that could be easily manipulated by the cynical amongst us. The equal treatment of all before the law became a lie as collectives and special interests competed for rights and benefits at the expense of the most important of minorities – the individual. The lie was not just recognized by Mr. Mansur and other devout Muslims like Tarek Fatah and Madame Houda-Pepin – all of whom came to see Canada as a refuge from oppressive homeland cultures. It was also recognized by Quebec nationalist elements as well with intellectuals like Mathieu Bock-Côté defining State Multiculturalism as “the inversion of the duty to integrate“. The multicultural lie, so eloquently framed by Mansur, Fatah, Houda-Pepin and Bock-Côté, fell on politically correct ears even as the related warnings were ridiculed by the likes of Senator Grant Mitchell. In the end, the country was witness to a cavalcade of laws and judicial decisions that saw individual rights and freedoms, including the “fundamental” right to free expression, balanced away in order to soothe the sensibilities of the “identifiable group”.

This process has been chronicled in these pages on several occasions and has led to a new set of Canadian priorities in the form of “diversity, inclusiveness and equality” (DIE). Consider Multiculturalism has led to a DIE mantra that is now capable of subverting individual rights and freedoms wherever they confront each other. One need only look to last week’s “Frog in a pot” update and consider the fate of freedom of religion, the right to life and the freedom of speech when confronted by public health lockdowns, euthanasia laws and gender identity theories, respectively. Delectable lies indeed!

Thorny lies


The problem with lies, though, is that they live in stark contrast to objective reality and are easy to spot. The curious and truth-seekers amongst us will want to examine the oddities they present and will need to be dissuaded if the lie is to survive. Unable to mount a rational defense, untruths need to respond to inquiry and debate through ridicule and invective. Like a rose protected by thorns, those who get too close to the delectable narrative risk getting pricked and bloody. Best to keep your distance, keep quiet and employ the wise adage, “silence is golden”.

The evidence that lies in our woke cancel culture have become “thorny” is everywhere. Who can push back against or debate the new pieties of the day without risking a social media beat down or even a loss of one’s livelihood? Consider the case of Ariel Pink. Ariel, a musician on the cusp of breaking into a lucrative recording career, was dropped from his record label when it became public knowledge that he attended the Trump rally of 06 January 2021. Then again, there is the case of Arnprior Mayor Walter Stack. He took exception to claims by citizens, and some town councillors, that the small Ontario town was systemically racist. In response, he issued his own opinion in a statement that admitted racism did exist in the town but that it was not “systemic” in nature. The good Mayor was roundly excoriated at the national level even as the town’s Integrity Commissioner leveled two “code of conduct” violations against him. Rants against Trump and “systemic racism”, two thorny roses indeed.


The whole concept of the “thorny lie” is quite remarkable when one puts it into an historical context. Some may see similarities between the woke cancel culture’s “naming and shaming” tactics and those of former Marxist states. A fitting parallel might be seen in how the Stasi came to control its population in the 1970’s. At the time, East Germany was looking to gain favour with the international community and wanted to move away from its club and gulag methodologies. Accordingly, it came up with the “decomposition directive” that allowed for a gentler method of suppressing political opposition. This technique would see dissidents destroyed socially and emotionally with Stasi-collected information on the victim's private life. Damaging lies would be used to poison the victim’s career and family relationships. The “directive” was devastatingly effective and can be seen to be the forerunner of today’s “cancel culture” – the thorn that protects the lies of today.

Existential lies


Lies protected by the thorns of “cancel culture” have the power to persevere, fester and become swept up into a society’s decision loop. Accordingly, we see such unsubstantiated narratives land at the feet of our legislators in the form of new parliamentary motions and bills. Recall that Motion M-103 reframed the nation as “systemically racist” and Islamophobic on the basis of cherry-picked data even as Bill C-16 (Gender Identity and Expression) gave us “compelled speech”. The latest example of such destructive decision-making can be seen to have occurred in the Supreme Court of Canada’s favourable ruling on the federal government’s “Carbon Tax” initiative. In the related 6-3 decision, the Court ruled that “There is also a broad consensus among expert international bodies that carbon pricing is a critical measure for the reduction of GHG emissions”, and that, “This matter is critical to our response to an existential threat to human life in Canada and around the world”.

In ruling the way it did, the Court certainly can be seen to be acting in accordance with the “global warming” narrative. This narrative has inundated the world-at-large since the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) was formed in 1990. In the manner of the “thorny lie”, increasingly frenetic calls of global doom due to a “climate emergency” were used to drown out any attempt at reasoned debate. Indeed, those who dared proffer questions on failed climate change modelling were chastised as being “deniers” or shills for the oil and gas industry. In a similar fashion, the Supreme Court decision brooked no alternatives to a “carbon tax” and the belief that the end was nigh without it. After all, this is an international problem and the federal government must have the whip-hand. All this even though Canada only produces 1.6% of the globe’s GHG emissions and could contribute more to solving the problem by simply exporting its cleaner fuels to coal and wood burning states. By way of justification, the United States, under a Trump administration, managed to decrease its GHGs by 14% through such fuel swapping strategies. Instead of this, the Court chose to embrace “climate emergency” talking points and set Canada on a course away from its resource-based strengths and towards an energy-deficient future.

If the 6-3 decision of the Supreme Court was the result of being duped by a lie then it could very well prove to be an “existential” lie for the country and its citizens. In his dissenting opinion, Justice Côté noted that the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act (GGPPA) vested much power in the federal executive to single out whole industries “to impose such strict limits on the fossil fuel or potash industries”. Such impositions could completely destroy the energy sector that the western portion of the country depends on for its economic viability. It is no large stretch to see such a development stressing national unity to a very large, and perhaps irreversible, extent. On the citizen front, the Supreme Court failed to assess the elasticity of energy demands at the individual consumer level. Will these consumers actually be able to change their energy use behaviour or does the cold, far flung nature of the country force their hand when it comes to spending dollars on energy? Energy that keeps them warm and gets them around the Canadian wilderness? Does the GGPPA stand to bankrupt them? Combine this with the fact that hard evidence refutes the Court’s declaration that “the world is already experiencing more extreme weather” when one considers “there has not been an increase in the number or intensity of land-falling Atlantic hurricanes for well over a century” and the “number of severe typhoons or tropical cyclones has actually fallen over the past 30 years”. At both the national and citizen level, it would appear that the highest court in the land may have embraced an existential lie that stands to crush both. Perhaps CO2 is not the pollutant the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act assumes it to be? Perhaps we need to leave the “house of lies”?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

De délicieux mensonges

En 2012, Salim Mansur, professeur émérite et auteur international, a publié son livre, « Delectable Lie: A Liberal Repudiation of Multiculturalism ». Il y écrit que « mon point de vue est que, bien que le multiculturalisme ait un jour semblé être une très bonne idée, du moins pour les politiciens et autres personnes éprises d'ambition d'unité, il s'avère de plus en plus être un mensonge ». En effet, le concept du multiculturalisme était considéré comme une si bonne idée qu'il a été intégré à la Charte en tant que garantie, en vertu de l'article 27, de la préservation et de la mise en valeur du « patrimoine multiculturel des Canadiens », même s'il a été mis en œuvre par voie législative sous la forme de la Loi sur le multiculturalisme canadien de 1985. Le concept était « délectable » car il parlait d'accueillir les autres et de les inviter à participer à un système canadien ancré dans le traitement égal et juste de tous devant la loi.


Le problème, c'est que le multiculturalisme s'accompagne d'un bagage sous la forme de politiques identitaires facilement manipulables par les plus cyniques d'entre nous. L'égalité de traitement devant la loi est devenue un mensonge alors quedes intérêts particuliers et collectifs se disputent les droits et les avantages aux dépens de la plus importante des minorités - l'individu. Ce mensonge n'a pas seulement été reconnu par M. Mansur et d'autres musulmans fervents comme Tarek Fatah et Mme Houda-Pepin, qui ont tous vu dans le Canada un refuge contre les cultures oppressives de leur pays d'origine. Il a également été reconnu par les éléments nationalistes québécois, des intellectuels comme Mathieu Bock-Côté définissant le multiculturalisme d'État comme « l'inversion du devoir d'intégration ». Le mensonge multiculturel, si éloquemment formulé par Mansur, Fatah, Houda-Pepin et Bock-Côté, est tombé dans des oreilles politiquement correctes, alors que les avertissements ont été ridiculisés par des gens comme le sénateur Grant Mitchell. En fin de compte, le pays a été témoin d'une cavalcade de lois et de décisions judiciaires qui ont vu les droits et libertés individuels, y compris le droit « fondamental » à la liberté d'expression, mis en balance afin d'apaiser les sensibilités de tout « groupe identifiable ».

Ce processus a été décrit dans ces pages à plusieurs reprises et a conduit à un nouvel ensemble de priorités canadiennes sous la forme de la « diversité, inclusion et égalité" (DIE). Le multiculturalisme a conduit à un mantra DIE qui est maintenant capable de subvertir les droits et libertés individuels partout où ils s'affrontent. Il suffit de jeter un coup d'œil à la mise à jour de la semaine dernière intitulée "La grenouille ébouillantée" et de considérer le sort réservé à la liberté de religion, au droit à la vie et à la liberté d'expression lorsqu'ils sont confrontés respectivement aux confinements de la santé publique, aux lois sur l'euthanasie et aux théories sur l'identité sexuelle. Des délicieux mensonges en effet!

Des mensonges épineux


Le problème des mensonges, cependant, est qu'ils contrastent fortement avec la réalité objective et sont faciles à repérer. Les curieux et les chercheurs à la quête de la vérité parmi nous voudront examiner les bizarreries qu'ils présentent et devront être dissuadés pour que le mensonge doit survivre. Incapables de se défendre rationnellement, les faussetés doivent être soumises à l'enquête et au débat par le ridicule et l'invective. Comme une rose protégée par des épines, ceux qui s'approchent trop près du récit délectable risquent de se faire piquer et de saigner. Il vaut mieux garder ses distances, se taire et appliquer le sage adage « le silence est d'or ».

La preuve que les mensonges de notre « woke cancel culture » sont devenus « épineux » est partout. Qui peut s'opposer ou débattre des nouvelles piécettes du jour sans risquer de se faire battre sur les médias sociaux ou même de perdre son gagne-pain?Prenons le cas d'Ariel Pink. Ariel, un musicien sur le point d'entamer une carrière lucrative dans l'industrie du disque, a été licencié par sa maison de disques lorsque l'on a su qu'il avait assisté au rassemblement de Trump du 6 janvier 2021. Il y a aussi le cas du maire d'Arnprior, Walter Stack. Il s'est offusqué des affirmations de certains citoyens, et de certains conseillers municipaux, selon lesquelles la petite ville ontarienne était systématiquement raciste. En réponse, il a émis sa propre opinion dans une déclaration qui admettait que le racisme existait dans la ville, mais qu'il n'était pas de nature « systémique ». Le bon maire a été vertement excorié au niveau national, alors même que le commissaire à l'intégrité de la ville lui reprochait deux violations du « code de déontologie ». Délires contre Trump et « racisme systémique », deux roses épineuses en effet.


Le concept de « mensonge épineux » est tout à fait remarquable lorsqu'on le replace dans un contexte historique. Certains peuvent voir des similitudes entre les tactiques de « naming and shaming » du « woke cancel culture »et celles des anciens États marxistes. Un parallèle pertinent pourrait être établi avec la façon dont la Stasi a contrôlé sa population dans les années 1970. À l'époque, l'Allemagne de l'Est cherchait à gagner les faveurs de la communauté internationale et souhaitait s'éloigner de ses méthodologies de la matrque et de goulag. Elle a donc élaboré la « directive de décomposition », qui permettait une méthode plus douce de suppression de l'opposition politique. Cette technique consistait à détruire les dissidents sur le plan social et émotionnel grâce aux informations recueillies par la Stasi sur la vie privée de la victime. Des mensonges préjudiciables étaient utilisés pour empoisonner la carrière de la victime et ses relations familiales. Cette « directive » était d'une efficacité dévastatrice et peut être considérée comme le précurseur de la « woke cancel culture » d'aujourd'hui - l'épine qui protège les mensonges d'aujourd'hui.

Mensonges existentiels


Les mensonges protégés par les épines de la "cancel culture" ont le pouvoir de persévérer, de s'envenimer et d'être entraînés dans le processus de décision d'une société. En conséquence, nous voyons ces récits sans fondement atterrir aux pieds de nos législateurs sous la forme de nouvelles motions parlementaires et de nouveaux projets de loi. Rappelez-vous que la motion M-103 a recadré la nation comme étant « systémiquement raciste » et islamophobe sur la base de données sélectionnées, alors que le projet de loi C-16 (identité et expression de genre) nous a donné un « discours imposé ». Le dernier exemple en date de ce type de prise de décision destructrice est la décision favorable rendue par la Cour suprême du Canada à l'égard de l'initiative de « taxe sur le carbone » du gouvernement fédéral. Dans la décisionde 6-3, la Cour a statué qu' «il existe parmi les organismes internationaux spécialisés un large consensus suivant lequel la tarification du carbone représente une mesure essentielle pour réduire les émissions de GES. Il s’agit d’une matière cruciale pour nous permettre de répondre à une menace existentielle à la vie humaine au Canada et dans le monde entier.».

En statuant comme elle l'a fait, la Cour peut certainement être considérée comme agissant en accord avec le récit du « réchauffement de la planète ». Ce discours a inondé le monde entier depuis la création du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) en 1990. À la manière du « mensonge épineux », des appels de plus en plus frénétiques à la catastrophe mondiale due à une « urgence climatique » ont été utilisés pour noyer toute tentative de débat raisonné. En effet, ceux qui osaient poser des questions sur la modélisation défaillante du changement climatique étaient traités de « négationnistes » ou de complices de l'industrie pétrolière et gazière. De la même manière, la décision de la Cour suprême n'a laissé passer aucune alternative à la « taxe carbone » et à la conviction que la fin était proche sans elle. Après tout, il s'agit d'un problème international et le gouvernement fédéral doit avoir la mainmise. Tout cela alors que le Canada ne produit que 1,6 % des émissions de GES de la planète et qu'il pourrait contribuer davantage à la résolution du problème en exportant simplement ses combustibles plus propres vers les États qui brûlent du charbon et du bois. À titre de justification, les États-Unis, sous une administration Trump, ont réussi à diminuer leurs GES de 14 % grâce à de telles stratégies d'échange de combustibles. Au lieu de cela, la Cour a choisi d'adopter les points de discussion sur « l'urgence climatique » et de mettre le Canada sur une voie qui l'éloigne de ses forces basées sur les ressources et le mène vers un avenir déficitaire en énergie.

Si la décision de la Cour suprême (6-3) est le résultat d'un mensonge, alors elle pourrait très bien s'avérer être un mensonge « existentiel » pour le pays et ses citoyens. Dans son opinion dissidente, le juge Côté a fait remarquer que la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre (LTPG) conférait beaucoup de pouvoir à l'exécutif fédéral pour isoler des industries entières « pour imposer des limites si strictes aux industries des combustibles fossiles ou de la potasse ». De telles impositions pourraient complètement détruire le secteur de l'énergie dont dépend la viabilité économique de l'ouest du pays. Il n'est pas exagéré d'imaginer qu'un tel développement mette l'accent sur l'unité nationale dans une mesure très importante, voire irréversible. La Cour suprême n'a pas évalué l'élasticité de la demande d'énergie au niveau du consommateur individuel. Ces consommateurs seront-ils réellement capables de modifier leur comportement en matière de consommation d'énergie ou la nature froide et éloignée du pays leur force-t-elle la main lorsqu'il s'agit de dépenser de l'argent en énergie? L'énergie qui les garde au chaud et leur permet de se déplacer dans les régions sauvages du Canada? La LTPG risque-t-elle de les mettre en faillite? Si l'on ajoute à cela le fait que des preuves tangibles réfutent la déclaration de la Cour selon laquelle « le monde connaît déjà des conditions météorologiques extrêmes », on constate qu' « il n'y a pas eu d'augmentation du nombre ou de l'intensité des ouragans terrestres dans l'Atlantique depuis plus d'un siècle » et que « le nombre de typhons ou de cyclones tropicaux graves a en fait diminué au cours des 30 dernières années ». Tant au niveau national qu'au niveau des citoyens, il semblerait que la plus haute juridiction du pays ait adopté un mensonge existentiel qui risque de nous écraser. Peut-être le CO2 n'est-il pas le polluant que la loi sur la tarification de la pollution par les gaz à effet de serre présume être? Peut-être devons-nous quitter la « maison des mensonges »?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon