C3RF Update, 17 Jun 2022 – A crisis of confidence


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with Tom Marazzo from Freedom Convoy 2022

 

A crisis of confidence


In the political sense, a crisis of confidence can be defined as a situation in which people “no longer believe that a government or an economic system is working properly, and will no longer support it or work with it”. The concept was the subject of Jimmy Carter’s famous Independence Day speech from 15 July 1979. In it he called upon the American people to pull together to restore “American values” and work towards a “common purpose”. These, he stated, were necessary to defeat the scourges of inflation and the scarcity of energy supplies – the solving of which was being stymied by consumerism and moral decline. Carter’s appeal to a return to the values that made America great was met with resounding, but short-lived, approval.

Jimmy Carter's "crisis of confidence " speech in July 1979

It didn’t take long for Carter’s political adversaries to spin his Independence Day remarks as the “malaise speech”. They noted that the President was, in effect, blaming Americans themselves for the discontent that had beset them and for their inability to work together to meet the challenges of the times. In addition, they remarked that the speech presented the problems facing the nation as insolvable and requiring the good people of America to change their behaviour and knuckle under before them. Rampant inflation and energy shortages, for example, were to be sorted by cutting back and sacrificing in the name of the “common good”. It became easy to situate this new Carter doctrine as a shallow attempt to scapegoat the American populace while absolving its leadership of any need to act. This impression was solidified during the Iranian hostage crisis of that same year that saw 52 American diplomats and citizens held by Iranian “students” for 444 days. Carter’s presidency was lost.

Did the Iranian hostage crisis crystalize an American malaise with its own leadership?

The American malaise or, more accurately, crisis in confidence would be short-lived with the arrival of Ronald Reagan in the Oval Office. Rather than calling for acquiescence in the face of problems, the new president was intent on confronting them head on. Accordingly, high interest monetary policies were allowed to continue and thereby tame inflation even as taxes were chopped in line with “Reaganomics”. Concurrently, energy policies moved away from failed “conservation” efforts to stress the development of national resources through expanded exploration and tax relief – policies that would ultimately set the stage for American energy independence in the Trump era. Finally, the crisis in confidence noted by Carter was fully relieved on the international scene by Reagan’s policy of “peace through strength” and the resulting collapse of the Soviet Union.

Carter's "crisis of confidence" alleviated by the leadership of Ronald Reagan?
 

The Canadian malaise


It would appear that Canadian political leadership is taking a page out of Jimmy Carter’s playbook when it advises Canadians to acquiesce, accept the problems of the day as inevitable and respond with acts of self-sacrifice to promote the “common good”. Likewise, strong Canadian traditions that give the individual the latitude to deal with issues that impact his or her personal life are deemed to be too risky to entertain. This logic facilitates the development of one-size-fits-all solutions that make it easy to blame failure on the miscreants, or “yahoos”, who don’t comply. As for those who dare question the centralized solutions that “experts” cobble together on behalf of the public-writ-large, they are labelled as spreaders of mis- and disinformation. Best to keep this latter crowd quiet and under control as their malaise might prove to be infectious. After all, “we’re all in this together” and going along to get along is the order-of-the-day.

Going along to get along – Canada’s new problem-solving methodology?

The whole concept of virtuous, self-sacrifice in the name of the “common good”, however, seems to be coming under some strain in the Canadian context. Folks tend to speak up and ask questions when they are made to suffer personally through decisions made by their so-called experts. Working from home might be an acceptable sacrifice to make if your job allows it but it’s a different ball game for those whose paycheck depends on being at the job site. And so, we see the phenomenon of truckers driving into downtown Ottawa to protest unjustified vaccine mandates that deprive them of their wages. Would it be a stretch to assume that more Canadians will feel such angst as arbitrary government mandates begin to threaten their livelihoods? Mandates that have already resulted in inflation, travel delays and supply chain shortages?

Are pandemic measures just impacting too many Canadians now?

Blaming a Canadian crisis of confidence or malaise on an isolated phalanx of truckers seems to be in the rear-view mirror at this point in time. What better indication of this than the fact that those calling for sacrifice in the name of the “common good”, the politicians, are now joining the chorus against unfounded pandemic measures. Talk about a crisis of confidence, you know you are in trouble when your own political allies are speaking out against the “all in this together” narrative. This looks to be the case with the ruling Liberal Party of Canada as its members lined up against the formerly sacrosanct vaccine mandates for travel. Indeed, certain members even asked the Conservative opposition to lay off on related questions as they were tearing the ruling party apart. Such uncharacteristic Liberal in-fighting seems to indicate that the crisis of confidence goes well beyond a “fringe minority” of troublesome truckers and may just have contributed to the decision to do away with federal vaccine mandates.

Are truckers still a "fringe minority"?
 

Malaise on the march


The ranks of the so-called “fringe minority” are growing fast even as they are designated as “those people” who shouldn’t be allowed to sit beside children on airplanes. The malaise experienced by this growing “fringe” deepens as they witness the country changing to accommodate narratives that just don’t make sense. How is it that trucker protesters could be charged with “mischief” and then be tucked away by the judicial system for more than 100 days without bail while being subjected to gag orders. This is the stuff of a banana republic and smacks of a government punishing its political opposition. Such developments are dangerous as they run the risk of destroying a public’s trust in its most critical institutions.

Are Canadian institutions losing the public's trust?

As the crises associated with our own government’s mismanagement of a flagging Wuhan virus mount, we are seeing the trust Canadians have for their institutions fade and fade fast. There is a growing and uneasy feeling that the draconian measures deemed necessary to fight the Wuhan virus pandemic have taken on a life of their own. The perception is setting in that those foisting these measures on the good people of Canada have become so enamoured with the prospect of societal control that they have come to see it as a priority. This process has not been lost on 22-year military veteran, James Topp, who was depressed by it all until he was motivated by the Freedom Convoy 2022 protests to act. He himself had lost a dream retirement job when he was forced out of it for refusing the jab. He took it upon himself to fight back against pandemic mandates on behalf of all oppressed Canadians by marching across the country with a 60-pound pack on his back. The Canadian malaise that grew out of a national crisis of confidence has a new face.

Warrant Officer James Topp, the new face of a national crisis of confidence?

Support for Warrant Officer Topp is growing by word of mouth as the mainstream media is remiss in reporting on his progress. Nonetheless, he has secured an audience with at least 12 Members of Parliament when he arrives in Ottawa and that is 12 more than the Freedom Convoy managed to engage. He has paid a heavy price for his decision to fight back and is on the receiving end of multiple military charges for speaking out while in uniform. He accepts both the responsibility and the related consequences for his actions but insists that his body is his own and he is not obliged by military order to be injected by experimental gene therapies. This is one individual who is not afraid to place the source of national malaise and its crisis of confidence exactly where it belongs – not on the backs of Canadians but on their leaders and institutions. He will be marching on behalf all Canadians to the Tomb of the Unknown Soldier on 30 June 2022 and his routing can be found at his web site. He invites all who can to join him as he closes in on his destination.

Tomb of the Unknown Soldier, the terminus of Warrant Officer James Topp's "Canada Marches" campaign
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! C3RF "In Hot" interview avec Tom Marazzo de Freedom Convoy 2022

 

Une crise de confiance


Au sens politique, une crise de confiance peut être définie comme une situation dans laquelle les gens « ne croient plus qu'un gouvernement ou un système économique fonctionne correctement, et ne le soutiendront plus ou ne travailleront plus avec lui ». Ce concept a fait l'objet du célèbre discours de Jimmy Carter à l'occasion du Jour de l'Indépendance, le 15 juillet 1979. Dans ce discours, il appelait le peuple américain à se rassembler pour restaurer les « valeurs américaines » et travailler à un « objectif commun ». Ces valeurs, déclarait-il, étaient nécessaires pour vaincre les fléaux de l'inflation et de la pénurie d'énergie, dont la résolution était entravée par le consumérisme et le déclin moral. L'appel de Carter à un retour aux valeurs qui ont fait la grandeur de l'Amérique a été accueilli avec une approbation retentissante, mais de courte durée.

Le discours de Jimmy Carter sur la « crise de confiance », en juillet 1979

Il n'a pas fallu longtemps aux adversaires politiques de Carter pour qualifier son discours du jour de l'Indépendance de « discours du malaise ». Ils firent remarquer que le président rendait, en fait, les Américains eux-mêmes responsables du mécontentement qui les avait assaillis et de leur incapacité à travailler ensemble pour relever les défis de l'époque. En outre, ils firent remarquer que le discours présentait les problèmes auxquels la nation est confrontée comme étant insolubles et exigeant que le bon peuple américain change de comportement et s'écroule devant eux. L'inflation galopante et les pénuries d'énergie, par exemple, devaient être résolues par des réductions et des sacrifices au nom du « bien commun ». Il est devenu facile de situer cette nouvelle doctrine Carter comme une tentative superficielle de faire de la population américaine un bouc émissaire tout en dispensant ses dirigeants de toute nécessité d'agir. Cette impression s'est renforcée lors de la crise des otages iranienne de la même année, au cours de laquelle 52 diplomates et citoyens américains ont été détenus par des «soi-disant étudiants » iraniens pendant 444 jours. La présidence de Carter s'écroula.

La crise des otages iranienne a-t-elle cristallisé un malaise américain vis-à-vis de ses propres dirigeants?

Le malaise américain ou, plus exactement, la crise de confiance aura été de courte durée avec l'arrivée de Ronald Reagan dans le Bureau ovale. Plutôt que d'appeler à l'acquiescement face aux problèmes, le nouveau président avait l'intention de les affronter de front. En conséquence, les politiques monétaires à taux d'intérêt élevé furent autorisées, ce qui a permis de maîtriser l'inflation, tandis que les impôts étaient réduits conformément à la « Reaganomics ». Parallèlement, les politiques énergétiques se sont éloignées des efforts de « conservation » qui avaient échoué pour mettre l'accent sur le développement des ressources nationales par le biais d'une exploration accrue et d'un allègement fiscal - des politiques qui allaient finalement ouvrir la voie à l'indépendance énergétique américaine de l'ère Trump. Enfin, la crise de confiance constatée par Carter a été pleinement soulagée sur la scène internationale par la politique de « paix par la force » de Reagan et l'effondrement de l'Union soviétique qui en a résulté.

La « crise de confiance » de Carter atténuée par le leadership de Ronald Reagan?
 

Le malaise canadien


Il semblerait que les dirigeants politiques canadiens s'inspirent de Jimmy Carter lorsqu'ils conseillent aux Canadiens d'acquiescer, d'accepter les problèmes du jour comme inévitables et de répondre par des actes d'abnégation pour promouvoir le « bien commun ». De même, les fortes traditions canadiennes qui donnent à l'individu la latitude de traiter les questions qui ont un impact sur sa vie personnelle sont jugées trop risquées pour être envisagées. Cette logique facilite l'élaboration de solutions uniformes qui permettent de rejeter la responsabilité de l'échec sur les mécréants, ou « têtes-à-claques », qui ne se conforment pas. Quant à ceux qui osent remettre en question les solutions centralisées que les « experts » concoctent au nom du grand public, ils sont qualifiés de diffuseurs de fausses informations et de désinformation. Il est préférable de garder cette dernière catégorie de gens sous contrôle, car leur malaise pourrait s'avérer contagieux. Après tout, « nous sommes tous dans le même bateau » et il est de bon ton d'aller de l'avant.

La nouvelle méthode de résolution des problèmes au Canada?

Le concept de sacrifice de soi vertueux au nom du « bien commun » semble toutefois être mis à rude épreuve dans le contexte canadien. Les gens ont tendance à s'exprimer et à poser des questions lorsqu'ils sont amenés à souffrir personnellement des décisions prises par leurs soi-disant experts. Travailler à la maison peut être un sacrifice acceptable si votre emploi le permet, mais c'est une autre histoire pour ceux dont le salaire dépend de leur présence sur le chantier. Ainsi, nous assistons au phénomène des camionneurs qui se rendent dans le centre-ville d'Ottawa pour protester contre les mandats de vaccination injustifiés qui les privent de leur salaire. Serait-il exagéré de supposer que davantage de Canadiens ressentiront une telle angoisse lorsque les mandats arbitraires du gouvernement commenceront à menacer leurs moyens de subsistance? Des mandats qui ont déjà entraîné l'inflation, des retards dans les voyages et des pénuries dans la chaîne d'approvisionnement?

Les mesures de lutte contre la pandémie touchent-elles trop de Canadiens à l'heure actuelle?

Blâmer une crise de confiance ou un malaise canadien sur une cohorte isolée de camionneurs semble être chose du passé à l'heure actuelle. Quelle meilleure indication de cela que le fait que ceux qui appellent au sacrifice au nom du « bien commun », les politiciens, rejoignent maintenant le cortège contre les mesures infondées de lutte contre la pandémie. Vous parlez d'une crise de confiance, vous savez que vous êtes en difficulté lorsque vos propres alliés politiques s'élèvent contre le discours du « tous ensemble ». Il semble que ce soit le cas du Parti libéral du Canada, au pouvoir, dont les membres s'opposent à l'obligation autrefois sacro-sainte de se faire vacciner pour voyager. En effet, certains membres ont même demandé à l'opposition conservatrice de ne pas poser de questions à ce sujet, car elles mettaient en péril le parti au pouvoir. Ces querelles internes peu caractéristiques des libéraux semblent indiquer que la crise de confiance va bien au-delà d'une « minorité marginale » de camionneurs gênants et pourrait avoir contribué à la décision de supprimer les mandats fédéraux de vaccination.

Les camionneurs sont-ils toujours une « minorité marginale »?
 

Le malaise en marche


Les rangs de la soi-disant « minorité marginale » augmentent rapidement, alors même qu'ils sont désignés comme « ces gens » qui ne devraient pas être autorisés à s'asseoir à côté des enfants dans les avions. Le malaise ressenti par cette « frange » grandissante s'accentue à mesure qu'elle voit le pays changer pour s'adapter à des récits qui n'ont tout simplement aucun sens. Comment se fait-il que des camionneurs manifestants puissent être accusés de « méfait » et ensuite être mis à l'écart par le système judiciaire pendant plus de 100 jours sans caution tout en étant soumis à des ordonnances de bâillon. Cela ressemble à une république banane et ressemble à un gouvernement qui punit son opposition politique. De tels développements sont dangereux car ils risquent de détruire la confiance du public dans ses institutions les plus importantes.

Les institutions canadiennes sont-elles en train de perdre la confiance du public?

Au fur et à mesure que s'accumulent les crises liées à la mauvaise gestion du virus Wuhan par notre propre gouvernement, nous constatons que la confiance des Canadiens envers leurs institutions s'effrite rapidement. On a de plus en plus l'impression que les mesures draconiennes jugées nécessaires pour lutter contre la pandémie du virus de Wuhan ont pris vie d'elles-mêmes. On a l'impression que ceux qui imposent ces mesures au peuple du Canada sont devenus si épris de la perspective d'un contrôle sociétal qu'ils en sont venus à la considérer comme une priorité. Ce processus n'a pas échappé à James Topp, vétéran militaire de 22 ans, qui était déprimé par tout cela jusqu'à ce qu'il soit motivé à agir par les manifestations du Convoi de la liberté 2022. Il a lui-même perdu un emploi de rêve pour la retraite lorsqu'il a été contraint de le quitter pour avoir refusé la vaccination. Il a pris sur lui de se battre contre les mandats de pandémie au nom de tous les Canadiens opprimés en marchant à travers le pays avec un sac de 60 livres sur le dos. Le malaise canadien, né d'une crise de confiance nationale, a un nouveau visage.

L'adjudant James Topp, le nouveau visage d'une crise de confiance nationale?

Le soutien à l'adjudant Topp s'accroît de bouche à oreille, car les médias de masse ne rendent pas compte de ses progrès. Néanmoins, il a obtenu une audience avec au moins 12 membres du Parlement à son arrivée à Ottawa, soit 12 de plus que le convoi de la liberté. Il a payé un lourd tribut pour sa décision de se défendre et fait l'objet de multiples accusations militaires pour s'être exprimé alors qu'il était en uniforme. Il accepte la responsabilité et les conséquences de ses actes, mais insiste sur le fait que son corps lui appartient et qu'il n'est pas obligé par un ordre militaire de se faire injecter des thérapies géniques expérimentales. Voilà un individu qui n'a pas peur de placer la source du malaise national et de sa crise de confiance exactement là où elle doit être : non pas sur le dos des Canadiens, mais sur celui de leurs dirigeants et de leurs institutions. Il marchera au nom de tous les Canadiens vers la Tombe du Soldat inconnu le 30 juin 2022 et son itinéraire peut être consulté sur son site Web. Il invite tous ceux qui le peuvent à le rejoindre alors qu'il se rapproche de sa destination.

La Tombe du Soldat Inconnu, terminus de la campagne « Canada Marches » de l'adjudant James Topp
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags