top of page

C3RF Update, 17 Nov 2023 – Kristallnacht in Kanada


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below



For those of you on the run and short of time, here’s a 4-minute video presentation that introduces this C3RF Update!

 

Kristallnacht


With the passage of Canada’s 92nd Remembrance Day on 11 November 2023 and the controversy surrounding its “no non-inclusive prayer” edict, it’s easy to see how Canadians could feel their country is changing beyond their ability to recognize it. How else to feel when such a core tradition, and one that speaks to honouring those who sacrificed so much to preserve the individual rights and freedoms we so cherish now, can be so casually debased. It’s almost as though the country, or at least its minders, have decided to cut ties with the history and legacy of hard-won freedoms and veer off blithely into a brave new world. As Canadians look ahead to discern the contours of this new world, they can be forgiven for being anxious.

Military chaplains persona non-grata in Canada's "brave new world"?

The move away from the history, traditions and values spoken to by Remembrance Day can be seen to be ideologically motivated. This was stated quite plainly by the Canadian military’s Chaplain General, Brigadier General Guy Belisle, when he declared in his “non-prayer” edict that the words uttered at Remembrance Day ceremonies would have to be chosen “carefully” and “mindful of a gender-based analysis”. Discerning Canadians, in looking for an historical precedent where ideology has catalyzed such societal change, might very well note that 09-10 November 2023 was also the 85th anniversary of Nazi Germany’s Kristallnacht or “Night of Broken Glass”. It was on these nights in 1938 that Nazi Germany officially commenced the process of expelling Judaism from its shores.

Nazi Germany's "Kristallnacht", a case of ideology leading social change?

In the case of Kristallnacht, the ideology in play was Aryanism and the social change it demanded was the creation of enough living room, or lebensraum, to house a master race. The event that was used to catapult Kristallnacht onto the streets of downtown Germany was the assassination of a low-level German embassy official posted in Paris. World Jewry was assigned the blame for his murder and Joseph Goebbels announced that “the Führer has decided that … demonstrations should not be prepared or organized by the Party, but …they are not to be hampered.” The sound of broken glass was accompanied by the arrest of around 30,000 young Jewish males who were transferred to Dachau, Buchenwald, Sachsenhausen and other concentration camps.

"Kristallnacht" and the filling of concentration camps benefitted from government support?
 

Kristallnacht rekindled


As Kristallnacht ushered in a wave of hatred, envy and genocide of the “other”, so did the defeat of the Nazis in 1945 engender the promise to “never again” countenance any “final solution”. The promise, however, was short-lived as the world moved on to witness numerous, follow-on slaughters in places like Srebrenica, Rwanda, Darfur, South Sudan and Syria. To make matters worse, the antisemitism so central to WWII atrocities continued unabated in the Middle East and, now, on the streets of Western liberal democracies like Canada. So it is as we saw pro-Palestinian demonstrations, on the heels of the Hamas attacks on Israel on 07 October 2023, turn into violent affairs with Jewish restaurants, synagogues and schools coming under attack.

Montreal Jewish schools come under gunfire attack

With chants of “Khaybar, Khaybar” and “from the river to the sea, Palestine will be free” it is obvious that the so-called pro-Palestinian protesters have wandered well beyond any notion of “hate speech” to embrace the much more worrisome crimes of incitement to violence and even genocide. Such was made plainly evident on the Canadian scene when the controversial imam, Adil Charkaoui, called publicly for the extermination of “Zionist aggressors”. Charkaoui is no stranger to the Canadian security scene as he was a central figure in the 2008 Supreme Court of Canada decision to revisit “security certificate” processes as a result of his alleged association with terrorist organizations. The imam was successful in this case and walked away from detention or deportation proceedings.

Adil Charkaoui calls for "Zionist aggressors" to be "exterminated"

The rekindling of Kristallnacht, if it is to be faithful to the Nazi Germany formula of maximizing harm, requires the tacit approval of governing authorities. Unfortunately, it appears that such approval is being meted out in the Canadian instance as we see Canadian authorities allowing related attacks to proceed in an “unhampered” fashion. How else to explain our own Prime Minister who insists on conflating antisemitism with “Islamophobia” even though there is no evidence of the persecution of Canada’s Muslim population. Then we have the government’s Islamophobia tzar, Amira Elghawaby, inferring that “contextualization” can justify the events of 07 October if not calls to exterminate Jews. Oh that Freedom Convoy 2022 truckers had such supporters.

Amira Elghawaby, contextualization justifies the events of 07 October
 

Kristallnacht in Kanada


Some may believe that making a Kristallnacht linkage between the Canada of today and the Germany of 1938 is a stretch, if not a sacrilege, that belittles the experience of the Jewish community some 80+ years ago. The fact remains, however, that we are now seeing, on a worldwide basis, the same hatreds playing out against that community as a result of the ongoing Israeli-Hamas conflict. What a shame it would be if the possibility of a renewed Kristallnacht were denied out-of-hand and past lessons learned were similarly dismissed. This is especially the case given the fact that the parallels between present and past are not restricted to broken glass on restaurants and synagogues.

Never say "never again"?

It needs to be noted, for example, that the pogroms of 1938 Germany went beyond vandalism to include the forced resettlement of German Jews abroad. Witness the case of the MS St. Louis which saw 900+ Jewish refugees desperately seeking landfall in the West. Cuba, the United States and Canada all refused sanctuary to the ship’s passengers with “contemporary anti-Semitism among Canadian authorities” cited as one reason for doing so. As it was then, so it seems to be today as Canada considers involving itself in another forced resettlement program that sees as many as 500,000 Gazans removed from the Middle East to be relocated in Canada the “day after” the destruction of Hamas. As Canada failed the Jewish community with the MS St. Louis in 1939, so it stands to fail them in 2023 by importing those who would persecute them in their own country.

Canada passes on helping the German Jews on board the MS St. Louis in 1939

The possibility that the importation of hundreds of thousands of Gazans in major Canadian cities will contribute to Kristallnacht-type chaos is raised by none other than Canada’s former Minister of Foreign Affairs, John Baird. He notes that Gazans are particularly predisposed to engage in antisemitic activities and observes that the Gazan population-writ-large has already distinguished itself as a supporter and even contributor to the atrocities committed by Hamas on its 07 October slaughter of Israeli elderly, women and children. The question becomes, would Canada be wise to forestall the further development of a Kristallnacht in Kanada by facing the cause head-on and reconsidering both its immigration and citizenship policies?

Former Minister of Foreign Affairs warns lines blurred between Hamas and Gazans
 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous



Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 4 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Kristallnacht


Avec l'adoption du 92e jour du Souvenir du Canada, le 11 novembre 2023, et la controverse entourant le décret interdisant les prières non inclusives, il est facile de comprendre comment les Canadiens peuvent avoir l'impression que leur pays est en train de changer sans qu'ils puissent s'en rendre compte. Comment se sentir autrement lorsqu'une tradition aussi fondamentale, qui vise à honorer ceux qui ont tant sacrifié pour préserver les droits et libertés individuels que nous chérissons tant aujourd'hui, peut être rabaissée de manière aussi désinvolte. C'est un peu comme si le pays, ou du moins ses dirigeants, avaient décidé de couper les ponts avec l'histoire et l'héritage des libertés durement acquises et de s'engager allègrement vers un « Meilleur des mondes ». Alors que les Canadiens se tournent vers l'avenir pour discerner les contours de ce nouveau monde, on peut leur pardonner d'être anxieux.

Les aumôniers militaires persona non-grata dans le « meilleur des mondes » au Canada?

L'abandon de l'histoire, des traditions et des valeurs évoquées par le jour du Souvenir peut être considéré comme motivé par des raisons idéologiques. L'aumônier général de l'armée canadienne, le général de brigade Guy Bélisle, l'a affirmé sans ambages lorsqu'il a déclaré, dans son décret sur la « non-prière », que les mots prononcés lors des cérémonies du jour du Souvenir devraient être choisis « avec soin » et « en tenant compte d'une analyse fondée sur le sexe ». Les Canadiens avisés, à la recherche d'un précédent historique où l'idéologie a catalysé un tel changement sociétal, pourraient très bien noter que les 9 et 10 novembre 2023 marquaient également le 85e anniversaire de la Nuit de Cristal de l'Allemagne nazie. C'est au cours de ces nuits de 1938 que l'Allemagne nazie a officiellement entamé le processus d'expulsion du judaïsme de ses frontières.

La « Nuit de Cristal » de l'Allemagne nazie, un cas d'idéologie menant au changement social?

Dans le cas de la Nuit de Cristal, l'idéologie en jeu était l'aryanisme et le changement social qu'elle exigeait était la création d'un espace vital suffisant, ou Lebensraum, pour loger une race supérieure. L'événement qui a servi à catapulter la Nuit de Cristal dans les rues de l'Allemagne est l'assassinat d'un petit fonctionnaire de l'ambassade d'Allemagne en poste à Paris. La juiverie mondiale se voit attribuer la responsabilité de ce meurtre et Joseph Goebbels annonce que « le Führer a décidé que [...] des manifestations ne doivent pas être préparées ou organisées par le Parti, mais [...] qu'elles ne doivent pas être entravées ». Le bruit du verre brisé s'accompagne de l'arrestation d'environ 30 000 jeunes hommes juifs qui sont transférés à Dachau, Buchenwald, Sachsenhausen et dans d'autres camps de concentration.

La « Nuit de Cristal » et le remplissage des camps de concentration ont bénéficié du soutien du gouvernement?
 

La Nuit de Cristal ranimée


De même que la Nuit de Cristal a déclenché une vague de haine, d'envie et de génocide à l'encontre de « l'autre », la défaite des nazis en 1945 a engendré la promesse de « ne plus jamais tolérer » une quelconque « solution finale ». Cette promesse a toutefois été de courte durée, car le monde a ensuite assisté à de nombreux massacres dans des endroits comme Srebrenica, le Rwanda, le Darfour, le Sud-Soudan et la Syrie. Pire encore, l'antisémitisme, au cœur des atrocités de la Seconde Guerre mondiale, s'est poursuivi sans relâche au Moyen-Orient et, aujourd'hui, dans les rues des démocraties libérales occidentales comme le Canada. C'est ainsi que nous avons vu des manifestations pro-palestiniennes, au lendemain des attaques du Hamas contre Israël le 7 octobre 2023, se transformer en événements violents, avec des restaurants, des synagogues et des écoles juifs attaqués.

Les écoles juives de Montréal sont la cible de tirs d'armes à feu

Avec des chants tels que « Khaybar, Khaybar » et « de la rivière à la mer, la Palestine sera libre », il est évident que les soi-disant manifestants pro-palestiniens sont allés bien au-delà de toute notion de « discours de haine » pour embrasser les crimes bien plus inquiétants d'incitation à la violence et même au génocide. C'est ce qui est apparu clairement sur la scène canadienne lorsque l'imam controversé Adil Charkaoui a appelé publiquement à l'extermination des « agresseurs sionistes ». Charkaoui n'est pas étranger à la scène sécuritaire canadienne, puisqu'il a joué un rôle central dans la décision de la Cour suprême du Canada, en 2008, de réexaminer les processus de « certificats de sécurité » en raison de son association présumée avec des organisations terroristes. L'imam a obtenu gain de cause dans cette affaire et a échappé aux procédures de détention ou d'expulsion.

«Allah, charge-toi des agresseurs sionistes. Allah, charge-toi des ennemis du peuple de Gaza. Allah, recense-les tous, puis extermine-les. Et n’épargne aucun d’entre eux!» Charkoui a lancé en arabe à la foule

La résurgence de la Nuit de Cristal, si elle doit être fidèle à la formule de l'Allemagne nazie consistant à maximiser les dommages, nécessite l'approbation tacite des autorités dirigeantes. Malheureusement, il semble qu'une telle approbation soit donnée dans le cas du Canada, puisque nous voyons les autorités canadiennes autoriser les attaques à se dérouler « sans entrave ». Comment expliquer autrement que notre propre Premier ministre insiste sur l'amalgame entre antisémitisme et « islamophobie », alors qu'il n'existe aucune preuve de la persécution de la population musulmane du Canada. Ensuite, la tzar de l'islamophobie du gouvernement, Amira Elghawaby, déduit que la « contextualisation » peut justifier les événements du 7 octobre, si ce n'est les appels à l'extermination des juifs. Oh, les camionneurs du Freedom Convoy 2022 avaient de tels partisans.

Amira Elghawaby, la contextualisation justifie les événements du 07 octobre
 

Kristallnacht in Kanada


Certains peuvent penser qu'établir un lien entre le Canada d'aujourd'hui et l'Allemagne de 1938 à l'occasion de la Nuit de Cristal est une exagération, voire un sacrilège, qui déprécie l'expérience de la communauté juive il y a plus de 80 ans. Il n'en reste pas moins que nous assistons aujourd'hui, à l'échelle mondiale, à l'émergence des mêmes haines à l'encontre de cette communauté, en raison du conflit actuel entre Israël et le Hamas. Quelle honte ce serait si la possibilité d'une nouvelle Nuit de Cristal était rejetée d'emblée et si les leçons tirées du passé étaient également ignorées. C'est d'autant plus vrai que les parallèles entre le présent et le passé ne se limitent pas aux bris de verre dans les restaurants et les synagogues.

Ne jamais dire « plus jamais »?

Il convient de noter, par exemple, que les pogroms de 1938 en Allemagne sont allés au-delà du vandalisme pour inclure la réinstallation forcée des Juifs allemands à l'étranger. En témoigne le cas du paquebot Saint Louis sur lequel plus de 900 réfugiés juifs cherchaient désespérément à accoster à l'Ouest. Cuba, les États-Unis et le Canada ont tous refusé l'asile aux passagers du bateau, en invoquant notamment « l'antisémitisme contemporain des autorités canadiennes ». Il en va de même aujourd'hui, puisque le Canada envisage de s'impliquer dans un autre programme de réinstallation forcée qui prévoit le déplacement de 500 000 habitants de Gaza du Moyen-Orient vers le Canada le « lendemain » de la destruction du Hamas. De même que le Canada a laissé tomber la communauté juive avec le Saint Louis en 1939, il risque de la laisser tomber en 2023 en important ceux qui la persécuteraient dans son propre pays.

Le Canada refuse d'aider les Juifs allemands à bord du MS St. Louis en 1939

La possibilité que l'importation de centaines de milliers de Gazaouis dans les grandes villes canadiennes contribue à un chaos de type Kristallnacht est évoquée par nul autre que l'ancien ministre canadien des affaires étrangères, John Baird. Il note que les habitants de Gaza sont particulièrement enclins à se livrer à des activités antisémites et observe que la population gazaouie dans son ensemble s'est déjà distinguée en soutenant, voire en contribuant, aux atrocités commises par le Hamas lors du massacre de personnes âgées, de femmes et d'enfants israéliens, le 7 octobre. La question qui se pose est la suivante: le Canada serait-il bien avisé de prévenir le développement d'une Nuit de Cristal au Canada en s'attaquant de front à la cause et en reconsidérant ses politiques en matière d'immigration et de citoyenneté?

L'ancien ministre des affaires étrangères met en garde contre la confusion qui règne entre le Hamas et les habitants de Gaza
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la Campagne d'affichage du C3RF


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la liberté d'expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d' « islamophobie » généralisés ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir de faire connaître leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

コメント


bottom of page