top of page

C3RF Update, 19 May 2023 – Like a duck


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month and we need your support!


It’s been a rough ride keeping C3RF in the black since the advent of Freedom Convoy in 2022. Might just be coincidence or the flagging economic prospects of Canadian citizens thanks to raging inflation but our donation levels are down by some 30%. Accordingly, our annual May funding drive takes on particular significance as the well dries up and we sink into the red. If you were thinking of contributing to C3RF now would be the time. We have suggested a $50 annual donation in the past or, better yet, $5 on a recurring monthly basis. If you are worried about making a credit card or Paypal donation you can send us a cheque made out to “Canadian Citizens for Charter Rights and Freedoms” and mail it to:


C3RF

Suite #107

11-300 Earl Grey Drive

Kanata, Ontario

K2T 1C1


To those of you who are making regular donations to C3RF – you are life-savers! To everyone reading this, thanks for you consideration.

 

Looks like a duck


When it comes to the ideology of “woke” that has beset Canada many have a hard time seeing any affiliation it might have with Marxism. After all, isn’t Marxism about the “economic” disparity between classes of people and, in Marxism, aren’t such injustices remedied by taking control of the “economic” means of production? In answer to these assumptions, mathematician, author and political commentator Dr. James Lindsay points out that “woke” is founded upon the concept of “equity” and that “social equity” is simply Marxism by a different name. True, classical Marxism uses the economic disparity between classes to generate fault lines between them but more modern thinkers, like Herbert Marcuse and Antonio Gramsci, saw Marxism as capable of exploiting other societal cracks and crannies in the cultural realm. Such expanded opportunities for growth would come in handy in Western nations where economic Marxism never gained traction but where innate societal traits of openness and tolerance could be leveraged to create cultural division.

Lindsay, Marcuse and Gramsci all believe Marxism goes beyond the purely economic

Lindsay, an opponent of wokism and Marxists like Marcuse and Gramsci, posits that Marxism needed to move beyond its economic footings if it was to take hold in Western societies where capitalism had worked with spectacular results. The old class warfare narrative that set the proletariat worker against a well-heeled bourgeoisie may work in a feudal economy but it could not take hold in in a more prosperous setting. Seeing this, the new Marxists would take the oppressor/oppressed formula into the domain of culture where it had free reign to exploit any number of equity-based grievances. The “means of production” that needed to be seized and controlled now included commodities like skin colour, sex, sexual orientation, and gender identity that could be floated as undeserved advantages. These commodities replaced the materialistic private property of the old bourgeoisie to become a new form of “cultural private property”. Whether it be “whiteness” or cis-gendering or some other form of “intersectional” social categorization, those with the preferred cultural property told society-at-large what was “normal and acceptable” and society, in turn, shoved these perceptions down everyone’s throats in a systemic fashion.

Is "whiteness" just a piece of cultural private property that needs to be controlled?

It is this “man-society-man” cycle that reinforces the cultural private property of some to become a systemic impediment to the rising of a “social man” and the fulfilment of his history. It makes sense, then, that the advancement of “social man” will require he be freed from the trap of personal property and that private property, including the cultural variant, be dissolved if “social equity” is to be achieved across all classes. It is this “social equity” that is front and center in the “diversity, inclusiveness and equity” narrative that, in turn, fuels the “woke” ideology that is so endemic in “post-national” Canada. The term “social equity” was coined by public administration guru H.G. Frederickson who saw it as “an administered political economy in which shares are adjusted so that citizens are made equal”. It is not about equal opportunity but, rather, equality of outcomes that matters and this requires that the production of cultural private property be controlled. Just as classical Marxism seeks to control the means of material production, so a “woke” society seeks to control the means cultural production. If “woke” was a duck it sure would look like its Marxist counterpart!

H.G. Frederickson emphasized equitable outcomes in public administration
 

Walks like a duck


Lindsay’s analogy that twins “woke” and its search for social equity with Marxism is further illustrated by the musings of the World Economic Forum (WEF). This organization is a coordinator of “woke” throughout the West and is fond of saying, in concurrence with Marxist thoughts on private property, that “you’ll own nothing and you’ll be happy”. Accordingly, the ideology of “woke” is in accord with the Marxist notion that freedom cannot be realized at the individual level but requires a collective of citizens “who obtain their freedom in and through their association”. In such a society one is not a free agent pursuing personal life choices but a “citizen of the world” dedicated to the pursuit of collective goals. The WEF would gladly supply its administrative acumen to coordinating such activities by enabling a “stakeholder capitalism” that joins unelected bureaucratic and corporate technocrats. The United Nations, another coordinator of such collective activities, is more than happy to focus worldwide efforts on the 17 Sustainability Development Goals (SDGs) embedded in its own Agenda 2030.

Prime Minister Trudeau is a self-declared "global citizen"?

James Lindsay also notes that the old proletariat of classical Marxism is no longer the energizing body that moves the collective project forward. “Woke” or “social equity” now has at its disposal a wide variety of oppressed groups that are more than ready to batter away at the edifices of an oppressive social order. This energy, combined with the corporate money and power derived from “stakeholder capitalism,” comes at a cost as the “global citizens” placed in its yoke lose their voices and any ability to participate in a representative democracy. The “global citizen” stands to become the “global slave” cut adrift from any access to political power and, like the proletariat of old, must cease pursuing their own personal interests to concentrate on the collective project of the day. We see this dynamic at work in Canada now as its citizens are told global interests beyond their control trump the national interests that impact them and their families.

Will "stakeholder capitalism" turn Canadians into “global slaves”?

The fact that Canadians are now assuming the role of “global slave” has been made clear with the past three years of Wuhan virus pandemic measures. The measures, minted far away from Canadian soil and far removed from past national practices, brutalized Canadians with no substantive evidence offered for their efficacy. This was particularly the case with mobility rights that were systematically trashed in the name of “flattening the curve” and then “zero-Covid”. So anal were Canadian public health authorities in restraining the mobility of citizens that they even orchestrated the tracking of some 33 million cell phones to “assess the public’s responsiveness” to their lockdown orders. This obsessive need to control the good citizens of Canada who, in another time, were their own bosses and protected from such overreach by Charter guarantees, became so pronounced that it resulted in the declaration of the Emergency Act and the freezing of bank accounts to deal with protesting tuckers. In imposing such draconian measures “woke” Canada can be seen to be tearing a page out of the old Marxist playbook that promoted the crushing of the least dissent. If it walks like a duck?

The "woke" Canadian duck walks just like the Marxist one?
 

Quacks like a duck


“Woke” Canada may look and walk like a Marxist duck but does it quack like one? The proof of this can be found to be in the pudding produced by the Liberal Party of Canada’s recent National Convention in Ottawa over the 04-06 May 2023 timeframe. The related policy resolutions that came out of that gathering, all of which received majority support, are now official party policy and the basis upon which the next federal election will be fought by the Party. Many of these policy prescriptions can be seen to speak directly to globalist and collective projects with little thought given to the interests of the nation let alone individual Canadians. These policies include those that would pave the way for the controversial “15-minute cities” that have become a cause célèbre linked to the “climate change” SDG of Agenda 2030. And not to be outdone, they also include recommendations that seek to control the public discourse associated with sensitive undertakings – including elections. Talk about quacking like a duck!

Liberal Party of Canada policy prescriptions are quacking like a duck?

The idea of the 15-minute city has accelerated markedly over the course of our three-year engagement with Wuhan virus pandemic measures. Its premise of limiting the mobility of citizens, through the creation of communities where everything can be accessed by a brisk walk or bicycle ride, is seen as accommodating “zero-Covid” social distancing requirements. The concept is receiving active support by the City of Edmonton where development plans are being put in place to allow residents to “access everything they need within a short distance from home”. For its part, official Liberal Party policy seeks to take such initiatives national by creating a fund that will “cover the costs to incentivize the closure of major commercial streets to car traffic and test the scalability of such projects across cities in Canada.” Meanwhile, those who say that such policies are clearing the way for a Chinese-style “social credit system” in Canada, by virtue of the surveillance measures required by such cities, are called conspiracy theorists. How to explain, then, the installation of such measures in Canadian cities now? Is that a quack you hear?

Liberal Party wants Edmonton's plans for 15-minute communities to go national?

Whether or not actual Canadians want 15-minute cities is a bit of a moot point as the debate on such projects is stilted - if not one-sided. One need only google “15-minute cities in Canada” to see how difficult it is to find articles that are anything but dripping with enthusiasm. Here again we see new Liberal Party policies making this process even more difficult with measures that promise to “hold on-line information services accountable for the veracity of material published on their platforms and to limit publication only to material whose sources can be traced”. The danger resident within such a policy for a free press seeking to present the public with the truth is “most alarming”. This, as anonymous sources are an integral part of that process as witnessed by the journalists who broke the Watergate scandal! There can be little doubt that, if such policies come to fruition through legislation, Canada will be signalling that no quacking will be allowed if it threatens the government narrative. If it quacks, or is forced not to quack, is it a duck?

Woodward (right) and Bernstein not allowed their anonymous sources in Canada?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Le mois de mai est le mois de la campagne de financement de C3RF et nous avons besoin de votre soutien!


Depuis l'avènement du convoi Liberté 2022, il n'a pas été facile pour le C3RF de payer ses dépenses. Ce n'est peut-être qu'une coïncidence ou le déclin des perspectives économiques des citoyens canadiens en raison de l'inflation galopante, mais nos niveaux de dons ont baissé d'environ 30 %. Par conséquent, notre campagne de financement annuelle du mois de mai revêt une importance particulière alors que les fonds se tarissent et que nous sombrons dans le rouge. Si vous pensiez contribuer à C3RF, c'est le moment ou jamais. Nous avons suggéré par le passé un don annuel de 50 dollars ou, mieux encore, un don mensuel récurrent de 5 dollars. Si vous êtes inquiet à l'idée de faire un don par carte de crédit ou Paypal, vous pouvez nous envoyer un chèque à l'ordre de « Canadian Citizens for Charter Rights and Freedoms » à l'adresse suivante:


C3RF

Suite #107

11-300 Earl Grey Drive

Kanata, Ontario

K2T 1C1


A ceux d'entre vous qui font des dons réguliers à C3RF - vous nous sauvez la vie! A tous ceux qui lisent ceci, merci pour votre considération.

 

On dirait un canard


Lorsqu'il s'agit de l'idéologie « woke » qui a assailli le Canada, nombreux sont ceux qui ont du mal à voir une quelconque affiliation avec le marxisme. Après tout, le marxisme ne traite-t-il pas de la disparité « économique » entre les classes sociales et, dans le marxisme, ne remédie-t-on pas à ces injustices en prenant le contrôle des moyens de production « économiques »? En réponse à ces hypothèses, le mathématicien, auteur et commentateur politique James Lindsay souligne que « woke » est fondé sur le concept d'« équité » et que l' « équité sociale » n'est rien d'autre que du marxisme sous un autre nom. Certes, le marxisme classique utilise la disparité économique entre les classes pour créer des lignes de fracture entre elles, mais des penseurs plus modernes, comme les marxistes Herbert Marcuse et Antonio Gramsci, considèrent que le marxisme est capable d'exploiter d'autres fissures et recoins sociétaux dans le domaine culturel. Ces possibilités de croissance accrues seraient très utiles dans les pays occidentaux où le marxisme économique n'a jamais gagné de terrain, mais où les caractéristiques sociétales innées d'ouverture et de tolérance pourraient être exploitées pour créer des divisions culturelles.

Lindsay, Marcuse et Gramsci estiment tous que le marxisme va au-delà de l'aspect purement économique

Lindsay, opposant au wokisme et des marxistes comme Marcuse et Gramsci, affirment que le marxisme doit dépasser ses bases économiques s'il veut s'imposer dans les sociétés occidentales où le capitalisme a fonctionné avec des résultats spectaculaires. L'ancien récit de la lutte des classes, qui opposait le prolétaire à une bourgeoisie aisée, pouvait fonctionner dans une économie féodale, mais il ne pouvait pas s'imposer dans un environnement plus prospère. Voyant cela, les nouveaux marxistes ont transposé la formule oppresseur/opprimé dans le domaine de la culture, où elle avait toute latitude pour exploiter un certain nombre de griefs fondés sur l'équité. Les « moyens de production » qu'il fallait saisir et contrôler incluaient désormais des marchandises telles que la couleur de la peau, le sexe, l'orientation sexuelle et l'identité de genre, qui pouvaient être présentées comme des avantages immérités. Ces marchandises ont remplacé la propriété privée matérialiste de l'ancienne bourgeoisie pour devenir une nouvelle forme de « propriété privée culturelle ». Qu'il s'agisse de la « blancheur », du cisgenre ou d'une autre forme de catégorisation sociale « intersectionnelle », ceux qui possèdent la propriété culturelle préférée disent à la société dans son ensemble ce qui est « normal et acceptable » et la société, à son tour, fait avaler ces perceptions à tout le monde d'une manière systémique.

La « blancheur raciale » n'est-elle qu'une propriété culturelle privée qu'il convient de contrôler?

C'est ce cycle « homme-société-homme » qui renforce la propriété privée culturelle de certains pour en faire un obstacle systémique à l'ascension d'un « homme social » et à l'accomplissement de son histoire. Il est donc logique que le progrès de « l'homme social » exige qu'il soit libéré du piège de la propriété personnelle et que la propriété privée, y compris sa variante culturelle, soit dissoute si l'on veut atteindre « l'équité sociale » dans toutes les classes. C'est cette « équité sociale » qui est au centre du discours sur la « diversité, l'inclusion et l'équité » qui, à son tour, alimente l'idéologie « woke » si endémique dans le Canada « post-national ». Le terme « équité sociale » a été inventé par le gourou de l'administration publique H.G. Frederickson, qui y voyait « une économie politique administrée dans laquelle les parts sont ajustées de manière à ce que les citoyens soient égaux ». Ce n'est pas l'égalité des chances qui compte, mais plutôt l'égalité des résultats, ce qui exige que la production de biens culturels privés soit contrôlée. Tout comme le marxisme classique cherche à contrôler les moyens de production matérielle, une société « woke » cherche à contrôler les moyens de production culturelle. Si « woke » était un canard, il ressemblerait certainement à son homologue marxiste!

H.G. Frederickson a mis l'accent sur les résultats équitables dans l'administration publique
 

Marche comme un canard


L'analogie de Lindsay entre le « woke » et sa recherche d'équité sociale et le marxisme est illustrée par les réflexions du Forum économique mondial (WEF). Cette organisation coordonne le « woke » dans tout l'Occident et se plaît à dire, en accord avec les pensées marxistes sur la propriété privée, que « vous ne posséderez rien et vous serez heureux ». En conséquence, l'idéologie du « woke » est en accord avec la notion marxiste selon laquelle la liberté ne peut être réalisée au niveau individuel mais nécessite un collectif de citoyens « qui obtiennent leur liberté dans et par leur association ». Dans une telle société, on n'est pas un agent libre poursuivant des choix de vie personnels, mais un « citoyen du monde » voué à la poursuite d'objectifs collectifs. Le WEF serait heureux de mettre son sens de l'administration au service de la coordination de telles activités en permettant un « capitalisme des parties prenantes » qui associe des technocrates non élus de la bureaucratie et de l'entreprise. L'organisation des Nations unies, autre coordinateur de ces activités collectives, est plus qu'heureuse de concentrer les efforts mondiaux sur les 17 objectifs de développement durable (ODD) intégrés dans leur propre Agenda 2030.

Le Premier ministre Trudeau s'autoproclame « citoyen du monde »?

James Lindsay note également que l'ancien prolétariat du marxisme classique n'est plus le corps énergisant qui fait avancer le projet collectif. Le « woke » ou « équité sociale » a maintenant à sa disposition une grande variété de groupes opprimés qui sont plus que prêts à s'attaquer aux édifices d'un ordre social oppressif. Cette énergie, combinée à l'argent et au pouvoir des entreprises issus du « capitalisme des parties prenantes », a un coût: les « citoyens du monde » placés sous son joug perdent leur voix et toute possibilité de participer à une démocratie représentative. Le « citoyen du monde » risque de devenir un « esclave du monde » privé de tout accès au pouvoir politique et, comme le prolétariat d'antan, il doit cesser de poursuivre ses intérêts personnels pour se concentrer sur le projet collectif du moment. Cette dynamique est actuellement à l'œuvre au Canada, où l'on dit aux citoyens que des intérêts mondiaux échappant à leur contrôle l'emportent sur les intérêts nationaux qui les concernent, eux et leurs familles.

Le "capitalisme des parties prenantes" va-t-il transformer les Canadiens en "esclaves du monde"?

Le fait que les Canadiens assument désormais le rôle d'« esclave mondial » a été clairement démontré par les mesures prises au cours des trois dernières années pour lutter contre la pandémie du virus de Wuhan. Ces mesures, élaborées loin du sol canadien et très éloignées des pratiques nationales antérieures, ont brutalisé les Canadiens sans qu'aucune preuve substantielle de leur efficacité n'ait été apportée. C'est notamment le cas des droits à la mobilité, qui ont été systématiquement bafoués au nom de l'« aplatissement de la courbe », puis du « zéro-Covid ». Les autorités de santé publique canadiennes ont tellement cherché à restreindre la mobilité des citoyens qu'elles ont même orchestré le suivi de quelque 33 millions de téléphones portables afin d'« évaluer la réactivité du public » à leurs ordres de confinement. Ce besoin obsessionnel de contrôler les bons citoyens du Canada qui, à une autre époque, étaient leurs propres patrons et étaient protégés contre de tels excès par les garanties de la Charte, est devenu si prononcé qu'il a entraîné la déclaration de la loi d'urgence et le gel des comptes bancaires pour faire face aux camionneurs protestataires. En imposant des mesures aussi draconiennes, le Canada « woke » peut être considéré comme une page du vieux manuel marxiste qui encourageait l'écrasement de la moindre dissidence. Si ça marche comme un canard?

Le canard canadien « woke » marche comme le canard marxiste?
 

Le Canada caquète: coin-coin-coin


Le Canada « woke » ressemble peut-être à un canard marxiste, mais caquète-t-il comme un canard? La preuve en est le résultat du récent congrès national du Parti libéral du Canada, qui s'est tenu à Ottawa du 4 au 6 mai 2023. Les résolutions politiques issues de ce congrès, qui ont toutes reçu un soutien majoritaire, constituent désormais la politique officielle du parti et la base sur laquelle le parti s'appuiera pour les prochaines élections fédérales. Bon nombre de ces politiques sont directement liées à des projets collectifs et mondialistes, sans se soucier des intérêts de la nation et encore moins de ceux des Canadiens. Ces politiques comprennent celles qui ouvriraient la voie aux controversées « villes de 15 minutes » qui sont devenues une cause célèbre liée à l'ODD « changement climatique » de l'Agenda 2030. Et pour ne pas être en reste, elles comprennent également des recommandations qui cherchent à contrôler le discours public associé à des projets critiques - y compris les élections. C'est un peu comme si l'on parlait d'un canard!

Les prescriptions politiques du Parti libéral du Canada caquètent comme un canard?

L'idée de la ville de 15 minutes s'est nettement accélérée au cours de nos trois années d'engagement dans les mesures de lutte contre la pandémie du virus de Wuhan. Son principe, qui consiste à limiter la mobilité des citoyens en créant des communautés où tout est accessible à pied ou à vélo, est considéré comme répondant aux exigences de distanciation sociale « zéro Covid ». Ce concept est activement soutenu par la ville d'Edmonton, où des plans d'aménagement sont mis en place pour permettre aux habitants « d'accéder à tout ce dont ils ont besoin à une courte distance de leur domicile ». Pour sa part, la politique officielle du Parti libéral cherche à étendre ces initiatives à l'échelle nationale en créant un fonds qui « couvrira les coûts d'incitation à la fermeture des principales rues commerciales à la circulation automobile et testera l'extensibilité de tels projets dans les villes du Canada ». Par ailleurs, ceux qui affirment que ces politiques ouvrent la voie à un "système de crédit social" à la chinoise au Canada, en raison des mesures de surveillance exigées par ces villes, sont qualifiés de conspirationnistes. Comment expliquer alors la mise en place de telles mesures dans les villes canadiennes aujourd'hui? Coin-coin-coin?

Le Parti libéral veut que les plans d'Edmonton pour des communautés de 15 minutes deviennent nationaux?

La question de savoir si les Canadiens veulent ou non des villes de 15 minutes est un peu discutable, car le débat sur de tels projets est étouffé, voire unilatéral. Il suffit de taper « villes de 15 minutes au Canada » sur Google pour voir à quel point il est difficile de trouver des articles qui ne débordent pas d'enthousiasme. Là encore, les nouvelles politiques du Parti libéral rendent ce processus encore plus difficile avec des mesures qui promettent de « tenir les services d'information en ligne responsables de la véracité du matériel publié sur leurs plateformes et de limiter la publication uniquement au matériel dont les sources peuvent être retracées ». Le danger que représente une telle politique pour une presse libre cherchant à présenter la vérité au public est « très alarmant » En effet, les sources anonymes font partie intégrante de ce processus, comme en témoignent les journalistes qui ont fait éclater le scandale du Watergate! Il ne fait aucun doute que, si de telles politiques se concrétisent par la voie législative, le Canada indiquera qu'aucun charlatanisme ne sera autorisé s'il menace le discours du gouvernement. S'il fait coin-coin, ou s'il est contraint de ne pas faire coin-coin, s'agit-il d'un canard?

Woodward (à droite) et Bernstein n'ont pas été autorisés à utiliser leurs sources anonymes au Canada?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Commentaires


bottom of page