C3RF Update, 21 May 2021 – White roses


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!


Join in Part II of the telephone/ letter writing campaign below in support of Pastor Pawlowski!


Sign the peition against “vaccination passports”

Sophie Scholl


A few days ago, on 09 May, the world marked the 100th anniversary of the birth of Sophie Scholl. Sophie’s life would be a short one as it ended in February 1943 with her execution by guillotine. Her crime was innocuous enough in a free society as it involved her membership in the “White Rose” movement and the distribution of related, anti-government pamphlets. Then again, she did so as a student at the University of Munich and this was in the heart of Nazi Germany. She would go to the guillotine with her brother, Hans, who was also a founding member of the White Rose organization.

Hans and Sophie Scholl

Sophie and Hans were not always critical of the Nazi regime. As a young student Sophie was particularly intrigued by the Nazi focus on nature and communal experiences. So much so that she joined the Bund Deutscher Mädel (League of German Girls) and quickly rose in their ranks. For his part, Hans would go off to fight on the Eastern front before returning to assist his sister in the White Rose movement. They had both experienced a change of heart so profound that they felt compelled to actively resist the Nazi regime. Sophie’s epiphany would come as a result of the “military-like regimen and mind-numbing routine” of Nazi life while Hans may have been witness to the atrocities committed against Jews during the drive into Eastern Europe. Regardless, a bridge too far had become manifest in the actions and crimes of their governing authorities and they had to act.

A bridge too far

Sophie and Hans went to the guillotine with no regrets. For her part, Sophie’s executioner stated that he had never seen anyone “die so bravely. She went to the grave with the certainty that she was right in opposing the tyranny she had come to recognize. As she stated herself, one had to act to resist rulers who were intent on “robbing you, in public and in private, of one right after another”. Would it be a stretch to say that Canadians who resist the loss of civil liberties in today’s Wuhan virus environment have come to a “bridge too far”? A bridge that they refuse to cross for fear of consigning those they love to a future of servitude?

A future of servitude?

A bridge too far


By all accounts, including the massive anti-lockdown rallies of 16 May 2021, many, many Canadians have reached the bridge that is too far. One such Canadian is Rob who recently wrote, “Would I rather not get it (Wuhan virus) Yes. But I would also die for my kids, that is what parents and grandparents do. So why are we leaving this debt to them. Why do we punish them with no graduations, no proms… we are such a selfish lot. We have them terrified to death of a Virus that will never kill them… and lower the age to take a vaccine to 12!”. We are seeing more and more Canadians balk against the imposition of unsubstantiated lockdown measures and claims of rampaging “variants”. The jailing of Christian pastors and lockdown demonstrators, even as those protesting the Palestinian cause are allowed to create mayhem in the streets, does nothing to alleviate this frustration.

Toronto protest violence

Evidence of this angst became as obvious as a herd of elephants in a mini-putt when Calgary police manhandled Pastor Artur Pawlowsky into jail – all for preaching to his congregation. The whole unseemly event registered strongly with the Canadian public and their response to the C3RF supported, Action4Canada telephone and letter-writing campaign was overwhelming. Alberta’s Premier and RCMP Commissioner were barraged with calls to arrest Calgary’s mayor Nenshi and those constables involved in the embarrassing highway “takedown” of the pastor and his brother. Action4Canada has now commissioned Part II of this effort with a similar campaign aimed at pressuring Alberta’s Solicitor General. Again, the aim is to charge the good Mayor and his relevant Praetorian Guard with the federal crime of interfering with an officiating clergyman.

Praetorian Guard

How opportune is this second campaign given the fact that yet another Alberta clergyman has been arrested for running afoul of lockdown measures? The latest miscreant is Pastor Tim Stephens – again from Calgary. His church was surrounded by a contingent of police officers one day after Pastor Pawlowsky was taken into custody. It really does appear that police forces have been purposely arrayed against worshipping Christians to make them the “whipping boys” of lockdown mania. All the while Costco, hockey teams, other religious gatherings and violent protesters skate by without so much as a how-do-you-do. Is such inconsistency a sign of bias?

Inconsistency is indicative of bias?

You’re the voice


“…We’re not going to sit in silence

We’re not going to live with fear…” John Farnham, “You’re the voice”

Alberta Solicitor General Kaycee Madu

The perception of bias in the application of lockdown rules is a very worrisome development. It is bad enough that these rules are being used to curtail the Charter rights of Canadians but it is a leap into the abyss of despotism to purposely create a separate class of citizens deserving of special, detrimental treatment. Such is the way of tyrants who desire to distract and divide through the scapegoating of “undesirables”. It goes without saying that this deleterious tactic needs to be opposed upfront and aggressively before it builds into a raging fire of distrust and violence. The second Action4Canada telephone/ letter-writing campaign, directed at the province’s Solicitor General, gives us an opportunity to keep the pressure on Alberta authorities who have descended knee-deep into the politics of the “other”. For those living outside of Alberta, please keep in mind that police overreach is an issue across the nation. Will you and yours eventually be on the receiving end of such tyranny? You can access the second Action4canada initiative here.


Outside of creating fissures based on religion within the nation’s social fabric, another stellar way of accomplishing the same goal is to create a separation based on compliance. One such measure would be the creation of “vaccine passports” that penalize those without while rewarding those that have them. In much the same way as China has organized its discriminatory “social credit system”, such passports could be used to develop a national database that would allow authorities to dispense favours at whim. Of course, lacking such a passport would put one on the outside of this “benefits bubble” and would act as a source of coercion. And so it is in China, a country admired by our own Prime Minister for its ability to “turn on a dime”, where the favoured have access to travel while the sullied and undocumented have a hard time accessing the internet. Is this really what Canadians want?

Do Canadians want China's social credit system?

Those pushing vaccine passports are somewhat disingenuous when they assert that they are in normal use throughout the world. They use the Yellow Fever example but fail to note that related documents are needed to keep travellers from carrying the virus back to unprotected populations (some countries require proof of vaccination to enter). This, of course, is not the case with the Wuhan virus given a national vaccination program and protections afforded by those who are immune through previous infection or the phenomena of cross-over immunity. After all, we do not have vaccine passport requirements for TB or small pox. Obviously, the idea of implementing a vaccine passport program is a canard for some other objective that has nothing to do with securing public safety. If you want to use your voice to push back against such a hidden agenda, consider signing the Government of Canada petition here. As the song says, there’s no need to sit in silence and live in fear.

May is C3RF fund drive month

The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts. More than this and in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national conflagration.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.


Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Noter! Mai est le mois de la campagne de financement du C3RF - voir l'avis ci-dessous!


Continuez votre participation à la campagne téléphonique et épistolaire pour soutenir le pasteur Pawlowski!


Signez la pétition contre les «passeports de vaccination»

Sophie Scholl


Il y a quelques jours, le 9 mai, le monde a célébré le 100e anniversaire de la naissance de Sophie Scholl. La vie de Sophie fut courte puisqu'elle s'achèva en février 1943 par sa décapitation par la guillotine. Son crime était assez inoffensif dans une société libre puisqu'il s'agissait de son adhésion au mouvement de la « Rose blanche » (Die Wieẞe Rose) et de la distribution de pamphlets antigouvernementaux. Mais elle l'a fait en tant qu'étudiante à l'université de Munich, au cœur de l'Allemagne nazie. Elle ira à la guillotine avec son frère, Hans, qui était également un membre fondateur de l'organisation de la Rose blanche.

Hans et Sophie Scholl

Sophie et Hans n'ont pas toujours été critiques à l'égard du régime nazi. Jeune étudiante, Sophie est particulièrement intriguée par l'accent mis par les nazis sur la nature et les expériences communautaires. À tel point qu'elle se joint au Bund Deutscher Mädel (Ligue des filles allemandes) et gravit rapidement les échelons. De son côté, Hans partait combattre sur le front de l'Est avant de revenir aider sa sœur dans le mouvement de la Rose blanche. Tous deux ont connu un changement de cœur si profond qu'ils se sentirent obligés de résister activement au régime nazi. L'épiphanie de Sophie est due au « régime militaire et à la routine abrutissante » de la vie nazie, tandis que Hans a peut-être été témoin des atrocités commises contre les Juifs pendant la progression vers l'Europe de l'Est. Quoi qu'il en soit, les actions et les crimes de leurs autorités dirigeantes étaient allés « un pont trop loin » et ils devaient agir.

un pont trop loin

Sophie et Hans sont allés à la guillotine sans regret. De son côté, le bourreau de Sophie déclare qu'il n'a jamais vu personne « mourir si courageusement ». Elle est allée dans la tombe avec la certitude qu'elle avait raison de s'opposer à la tyrannie dont elle avait finalement reconnu l'horreur. Comme elle l'a dit elle-même, il fallait agir pour résister à des dirigeants qui avaient l'intention de « vous priver, en public et en privé, d'un droit après l'autre ». Serait-il exagéré de dire que les Canadiens qui résistent à la perte des libertés civiles dans l'environnement actuel du virus Wuhan sont arrivés à un « pont trop loin »? Un pont qu'ils refusent de traverser de peur de condamner ceux qu'ils aiment à un avenir de servitude ?

Un avenir de servitude?

Un pont trop loin


De l'avis général, y compris lors des manifestations massives contre le confinement du 16 mai 2021, de très nombreux Canadiens ont atteint l'ultime pont qu'ils ne veulent pas traverser. L'un de ces Canadiens, Rob, a récemment écrit: "Je préférerais ne pas l'avoir (le virus de Wuhan), oui. Mais je mourrais aussi pour mes enfants, c'est ce que font les parents et les grands-parents. Alors pourquoi leur laissons-nous cette dette? Pourquoi les punir en les privant de leur diplôme, de leur bal de fin d'année... Nous sommes tellement égoïstes. Nous les faisons mourir de peur à cause d'un virus qui ne les tuera jamais... et nous abaissons l'âge de la vaccination à 12 ans! Nous constatons que de plus en plus de Canadiens s'opposent à l'imposition de mesures de confinement non fondées et aux allégations de « variantes » déchaînées. L'incarcération de pasteurs chrétiens et de manifestants contre les mesures de confinement, alors même que ceux qui protestent contre la cause palestinienne sont autorisés à semer le chaos dans les rues, ne fait rien pour apaiser cette frustration.

la violence à Toronto

La preuve de cette angoisse est devenue aussi évidente que des chiens dans un jeu de quilles lorsque la police de Calgary a jeté le pasteur Artur Pawlowsky en prison - tout cela pour avoir prêché à sa congrégation. Le public canadien a été fortement impressionné par cet événement inconvenant et la réponse à la campagne téléphonique et épistolaire d'Action4Canada, soutenue par le C3RF, a été écrasante. Le premier ministre de l'Alberta et le commissaire de la GRC ont été assaillis de demandes d'arrestation du maire de Calgary, M. Nenshi, et des agents de police impliqués dans l'embarrassante arrestation sur l'autoroute du pasteur et de son frère. Action4Canada a maintenant déployé la deuxième partie de cet effort avec une campagne similaire visant à faire pression sur le Solliciteur général de l'Alberta. Là encore, l'objectif est d'accuser son honneur maire et sa garde prétorienne du crime fédéral d'interférence contre un membre du clergé en exercice.

La garde prétorienne

Cette deuxième campagne tombe à point nommé, puisqu'un autre ecclésiastique albertain a été arrêté pour avoir enfreint les mesures de confinement. Le dernier mécréant en date est le pasteur Tim Stephens, toujours de Calgary. Son église a été encerclée par un contingent de policiers un jour après l'arrestation du pasteur Pawlowsky. Il semble vraiment que les forces de police aient été délibérément déployées contre les chrétiens en train de prier pour en faire les « souffre-douleur » de la manie du confinement. Pendant ce temps, Costco, des équipes de hockey, d'autres rassemblements religieux et des manifestants violents font ce qu'ils veulent. Une telle incohérence est-elle un signe de partialité?

L'incohérence est-elle un signe de partialité?

Vous êtes la voix : Vox Populi, vox Dei


“...Nous n'allons pas rester assis dans le silence! Nous n'allons pas vivre dans la peur... » John Farnham, « You're the voice » (Vous êtes la voix)

Le solliciteur général de l'Alberta Kaycee Madu

La perception d'un parti pris dans l'application des règles de confinement est un développement très inquiétant. Il est déjà assez grave que ces règles soient utilisées pour restreindre les droits des Canadiens en vertu de la Charte, mais c'est un saut dans l'abîme du despotisme que de créer délibérément une classe distincte de citoyens méritant un traitement spécial et préjudiciable. Telle est la voie des tyrans qui veulent distraire et diviser en désignant des « indésirables » comme boucs émissaires. Il va sans dire que cette tactique délétère doit être combattue dès le départ et de manière agressive avant qu'elle ne se transforme en un raz-de-marée de méfiance et de violence. La deuxième campagne téléphonique et épistolaire d'Action4Canada, qui s'adresse au solliciteur général de la province, nous donne l'occasion de maintenir la pression sur les autorités albertaines qui se sont enfoncées jusqu'au genou dans la politique de « l'autre ». Pour ceux qui vivent en dehors de l'Alberta, n'oubliez pas que les excès de la police sont un problème dans tout le pays. Est-ce que vous et les vôtres serez un jour les victimes d'une telle tyrannie? Vous pouvez accéder à la deuxième initiative d'Action4canada ici.


En dehors de la création de fissures fondées sur la religion dans le tissu social de la nation, une autre façon stellaire d'atteindre le même objectif est de créer une séparation fondée sur la conformité. L'une de ces mesures serait la création de « passeports vaccinaux » qui pénaliseraient ceux qui n'en ont pas et récompenseraient ceux qui en ont. De la même manière que la Chine a organisé son « système de crédit social » discriminatoire, ces passeports pourraient être utilisés pour développer une base de données nationale qui permettrait aux autorités de distribuer des faveurs à leur guise. Bien entendu, l'absence d'un tel passeport placerait une personne en dehors de cette « bulle d'avantages » et constituerait une source de coercition. Et c'est ainsi en Chine, un pays admiré par notre propre premier ministre pour sa «flexibilité», où les favorisés ont accès aux voyages tandis que les souillés et les sans-papiers ont du mal à accéder à l'Internet. Est-ce vraiment ce que veulent les Canadiens?

Est-ce que les Canadiens veulent un système chinois de crédits sociaux?

Les partisans des passeports vaccinaux sont quelque peu malhonnêtes lorsqu'ils affirment qu'ils sont utilisés normalement dans le monde entier. Ils utilisent l'exemple de la fièvre jaune mais omettent de préciser que des documents sont nécessaires pour empêcher les voyageurs de rapporter le virus à des populations non protégées (certains pays exigent une preuve de vaccination pour entrer). Ce n'est évidemment pas le cas pour le virus de Wuhan, compte tenu du programme national de vaccination et des protections offertes par les personnes immunisées par une infection antérieure ou par le phénomène de l'immunité croisée. Après tout, nous n'avons pas d'obligation de passeport vaccinal pour la tuberculose ou la variole. De toute évidence, l'idée de mettre en œuvre un programme de passeport vaccinal dissimule un autre objectif qui n'a rien à voir avec la sécurité publique. Si vous vous opposez à un tel agenda caché, pensez à signer la pétition pour le gouvernement du Canada ici. Il n'est pas nécessaire de faire de l'aplaventrisme et de vivre dans la peur.

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF


L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts. Plus que cela et en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.


Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.


Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon