C3RF Update, 22 Oct 2021 – Redlining


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Of dashboards and redlines


Picking up where last week’s update left off, we now see that Canada’s public health agencies are acting as “Committees of Public Safety”. Just as they did back in the late 18th century, these committees operate as did the “Jacobins” in installing “Reigns of Terror” in the form of “medical fascism”. How else to explain the fact that they are influencing the executive powers of the state, through fear, to usurp any vestige of rule through representative democracy – even as they impose never-ending Wuhan virus “emergencies” that need to be addressed through never-ending lockdowns and vaccine mandates. And if this wasn’t bad enough, we are now seeing these draconian measures supplemented with QR coding as we proceed down the path to label all citizens with a digital ID. If Canada was a car and had a “freedom meter” on its dashboard that ranged between fully free and total dictatorship, it would be redlining into the latter’s danger zone.

Redlining into the tyranny red zone

In calibrating our “freedom meter” to determine just where the “normal” range of Canadian freedom needs to be positioned, one would be well advised to consult the nation’s statement of intent – its Constitution. It’s this foundational document that details the expectations, rights and obligations of both the governed and their government. In turn, it is the Preamble to the Charter of Rights and Freedoms embedded in the Constitution that provides the context for the rest of the Charter. The preamble simply and masterfully states that Canada is “founded on principles that recognize the supremacy of God and the rule of law”. This one short sentence gives the nod to a Judeo-Christian ethic that recognizes all individuals as being created in the image of an engaged, higher authority that resides above any man-made government. This simple construct affirms the unique and intrinsic value of each citizen and affords them unalienable rights and equal treatment under the law.

The Preamble provides the Charter with context

This concept of “individual as sovereign” may be thousands of years in the making but it is only hundreds of years since its codification within Western law. The advent of such a code can be seen to take root with the formulation of the Magna Carta in 1215. It was this Charter that first constrained a sovereign under the “rule of law” and documented the liberties held by “free men”. In the same age as the Magna Carta, Thomas Aquinas revived the thoughts of Aristotle and St. Augustine to complement the idea of a “free man” with the concept of “natural law”. The confluence of such ideas, founded on the bedrock of the Judeo-Christian ethic, would go on to create the tradition of “common law” that respected individual freedom, precedent and the objective realities of the world. Indeed, these ideas would go on to become the core of our own Charter’s “fundamental rights” and “life, liberty and security of the person” sections.

Canadians have a right to "life, liberty and security of the person"

The problem with freedom


Our Western, liberal, democratic traditions, ultimately based on a common respect for the individual and the rule of law, have served us well and led to the creation of a “high trust society”. No one need live in a state of constant foreboding as all are guaranteed protection from arbitrary treatment or the loss of fundamental rights. Levels of entrepreneurship, volunteerism and economic activity are high as things are knowable if not predictable. Combine this with a dedication to advancement through the scientific method and the ability of individuals to make personal plans that suit their desires and circumstances and you have a juggernaut tide capable of lifting all boats. Problem is, not everybody appreciates the seeming chaos that arises from such personal freedom. After all, it’s hard to control a herd of cats!

Herding cats in a Western, liberal democracy

There are, of course, those who are uncomfortable with a world in which individuals busy themselves with their own, tailored life plans. How could such a situation benefit the “common good” and wouldn’t it be better if everyone was working to a common plan? My plan instead of theirs? Such communal, negative thinking takes root easily in a free society that permits all notions to be discussed and explored – especially when the “freedom” side of the debate is left to wallow with few champions. And so, we see the rise of “the planners” who believe that one master plan needs to be substituted for all the plans of individual citizens. For these folks the freedom meter on society’s dashboard needs to be pegged in the red tyrant zone. How else to save society from the greedy desires of a self-interested citizenry?

Centralized planning for the "common good"

Aside from the unfettered rush of individuals pursuing their own plans, which is such a discomfort to some, freedom hurts itself through the “high trust society” that it creates. Such a society is lubricated by the understanding that individuals will hold true to the oaths of their office. The politician puts his voter first so that his vote will likewise be meaningful. The doctor honours her oath to “do no harm” as death follows for her family if she and her colleagues don’t. The teacher puts the student first as his own children stand to benefit. Problem is, we have come to expect such respect for oaths of office will always be there. Accordingly, we trust office holders unconditionally, to our own detriment, even though they may have wandered and have no intention of keeping their public service promises.

High trust societies lubricated by oath keepers?

Is it finally time to say NO!?


If we are sitting in redline conditions maybe we need to do something different. Maybe shift into a higher gear? In doing so we might consider the adage “trust but verify”. Gone are the days when we can trust our politicians, doctors and teachers before we confirm their priorities and their data. In the case of politicians, they have had more than 20 months to deliver the evidence that demonstrates that the Wuhan virus requires lockdowns and economic destruction in order to be dealt with. They have run out of time and citizen patience and further such measures cannot be justified without the demonstrations demanded by Section 1 of the Charter. Additionally, evidentiary proof needs to be submitted to justify the pursuit of experimental vaccines as the sole solution to virus containment. Until then, best-practice therapeutic measures that have benefitted so many countries and regions around the world need to be implemented. Additionally, government efforts to clamp down on the free speech rights of Canadians needs to be shelved in support of a more comprehensive and less constrained debate on the “emergency”. Politicians need to begin honouring their oath to serve the people of Canada through their Queen. In the meantime, they are redlining Canada even as they introduce intrusive vaccine passports.

Are lockdowns supported by any independently verified justifications?

The Canadian medical system and professional class have, as well, been errant in honouring their oath to “do no harm”. This is evidenced by gag orders issued by relevant licensing colleges across the land. These orders direct their members to cease and desist from the criticism of accepted medical narratives. In doing so they have intruded in on the scared and confidential trust that binds doctor to patient - and have done so in the most egregious fashion. Witness the College of Physicians and Surgeons of Ontario directing its doctors, under pain of punishment including the loss of privileges, to refuse consideration of measures not condoned by favoured health entities. Witness as well the unconscionable interference of the Alberta Health Services in suspending the successful treatment of hospitalized Wuhan virus patients. Add to the list the unexplainable ignorance of the part that “natural immunity” might play in obviating the need for some individuals to be vaccinated and you have overwhelming justification to investigate and cull these organizations and their leaders. Is it any wonder that some reputable doctors are resigning and beginning their own extracurricular medical service outlets? In the meantime, our heretofore trusted health professionals are redlining the Canadian medical system even as they unceremoniously dump the former heroes amongst them who are unvaccinated.

Dr. Rochagné Kilian of Owen Sound resigns over vaccine mandates

And then there is our education system and its abject failure to keep the best interests of its students in mind over the past 20 months. How else to describe a situation characterized by remote learning and torturous mask wearing when our kids were finally allowed to go to school in person? At every turn, the system has ignored the science that sees children at negligible risk due to the Wuhan virus and, rather, made learning almost an impossible task. As if the isolation and scaremongering wasn’t enough, school boards and unions are clamoring for the injection of children as young as five with experimental vaccines known to be of more harm than benefit to little ones – all for the good of “community health”. All of this reprehensible behaviour is redlining our education system even as it threatens the physical, mental and emotional health of our kids. Surely it is time for the good people of Canada to tell its political, medical and educational organizations to show us their evidence for what they are doing to our country and our children. Until then, is it finally time to say NO!?

Is it time to finally say NO!

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Des tableaux de bord et des lignes rouges


Reprenant là où la mise à jour de la semaine dernière s'est arrêtée, nous constatons maintenant que les agences de santé publique du Canada agissent comme des « comités de sécurité publique ». Tout comme ils l'ont fait à la fin du 18e siècle, ces comités fonctionnent comme les Jacobins en installant un « Règnes de la Terreur » sous la forme d'un « fascisme médical ». Comment expliquer autrement le fait qu'ils influencent les pouvoirs exécutifs de l'État, par la peur, pour usurper tout vestige de pouvoir par le biais de la démocratie représentative - alors même qu'ils imposent des « urgences » interminables liées au virus de Wuhan qui doivent être traitées par des fermetures et des mandats de vaccination sans fin. Et comme si ce n'était pas suffisant, nous voyons maintenant ces mesures draconiennes complétées par le codage QR alors que nous nous engageons sur la voie de l'étiquetage de tous les citoyens avec une identité numérique. Si le Canada était une voiture et qu'il y avait sur son tableau de bord un « compteur de liberté » qui varie entre la liberté totale et la dictature totale, il se dirigerait vers la zone de danger.

Nous approchons la zone rouge de « danger »

Pour calibrer notre « compteur de liberté » afin de déterminer où se situe la zone « normale » de la liberté canadienne, il serait bon de consulter la déclaration d'intention de la nation - sa Constitution. C'est ce document fondamental qui détaille les attentes, les droits et les obligations des gouvernés et de leur gouvernement. C'est le préambule de la Charte des droits et libertés intégrée à la Constitution qui fournit le contexte du reste de la Charte. Le préambule déclare simplement et magistralement que le Canada est « fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit ». Cette courte phrase fait allusion à une éthique judéo-chrétienne qui reconnaît que tous les individus sont créés à l'image d'une autorité supérieure qui réside au-dessus de tout gouvernement créé par l'homme. Cette construction simple affirme la valeur unique et intrinsèque de chaque citoyen et lui accorde des droits inaliénables et un traitement égal devant la loi.

Le préambule fournit un contexte de la Charte

Ce concept de « l'individu en tant que souverain » a peut-être des milliers d'années d'existence, mais sa codification dans le droit occidental ne date que de quelques centaines d'années. L'avènement d'un tel code peut être considéré comme prenant racine avec la formulation de la Magna Carta en 1215. C'est cette charte qui, pour la première fois, a contraint un souverain à respecter la « règle du droit » et a documenté les libertés détenues par les « hommes libres ». À la même époque que la Magna Carta, Thomas d'Aquin a repris les pensées d'Aristote et de Saint-Augustin pour compléter l'idée d'un « homme libre » par le concept de « droit naturel ». La confluence de ces idées, fondées sur le socle de l'éthique judéo-chrétienne, allait créer la tradition de la « common law », qui respectait la liberté individuelle, les précédents et les réalités objectives du monde. En fait, ces idées allaient devenir le noyau des « droits fondamentaux » et des sections « vie, liberté et sécurité de la personne » de notre propre Charte.

Les Canadiens ont droit à « la vie, la liberté et la sécurité de la personne »

Le problème de la liberté


Nos traditions occidentales, libérales et démocratiques, fondées en définitive sur un respect commun de l'individu et de l'État de droit, nous ont bien servis et ont conduit à la création d'une « société basée sur la confiance ». Personne n'a besoin de vivre dans un état de crainte constante, car tous sont protégés contre l'arbitraire ou la perte de leurs droits fondamentaux. Les niveaux d'esprit d'entreprise, de bénévolat et d'activité économique sont élevés car les choses sont connaissables, voire prévisibles. Si l'on ajoute à cela la volonté de progresser grâce à la méthode scientifique et la capacité des individus à élaborer des plans personnels adaptés à leurs désirs et à leur situation, on obtient une marée gigantesque capable de soulever tous les navires. Le problème, c'est que tout le monde n'apprécie pas l'apparent chaos qui découle d'une telle liberté personnelle. Après tout, il est difficile de contrôler un troupeau de chats!

Les chats errants dans une démocratie occidentale libérale

Il y a, bien sûr, ceux qui ne sont pas à l'aise avec un monde dans lequel les individus s'occupent de leurs propres plans de vie. Comment une telle situation pourrait-elle bénéficier au « bien commun »? Ne serait-il pas préférable que tout le monde travaille selon un plan commun? Mon plan au lieu du leur? Une telle pensée négative et communautaire s'enracine facilement dans une société libre qui permet à toutes les notions d'être discutées et explorées - surtout lorsque le côté « liberté » du débat est laissé à l'abandon. C'est ainsi que nous assistons à la montée en puissance des « planificateurs » qui pensent qu'un plan directeur doit se substituer à tous les plans des citoyens individuels. Pour ces personnes, le compteur de liberté du tableau de bord de la société doit être réglé sur la zone rouge du tyran. Sinon, comment sauver la société des désirs avides d'une population égoïste?

Une planification centralisée pour le « bien commun »

Outre la course effrénée des individus à la poursuite de leurs propres projets, qui est un tel inconfort pour certains, la liberté se blesse elle-même par la « société de haute confiance » qu'elle crée. Une telle société est lubrifiée par la compréhension que les individus respecteront les serments de leur fonction. Le politicien fait passer son électeur en premier afin que son vote soit également significatif. Le médecin honore son serment de « ne pas nuire », car la mort suivra pour sa famille si lui et ses collègues ne le font pas. L'enseignant fait passer l'élève en premier, car ses propres enfants en bénéficieront. Le problème est que nous nous attendons à ce que le respect des serments soit toujours présent. En conséquence, nous accordons une confiance inconditionnelle aux titulaires de fonctions, à notre propre détriment, même s'ils se sont égarés et n'ont aucune intention de tenir leurs promesses de service public.

Des sociétés de haute confiance lubrifiées par des gardiens du serment?

Est-il enfin temps de dire NON!?


Si nous sommes assis dans des conditions de ligne rouge, peut-être devons-nous faire quelque chose de différent. Peut-être passer à une vitesse supérieure? Ce faisant, nous pourrions considérer l'adage « faire confiance mais vérifier ». L'époque où nous pouvions faire confiance à nos politiciens, médecins et enseignants avant de confirmer leurs priorités et leurs données est révolue. Dans le cas des politiciens, ils ont eu plus de 20 mois pour fournir les preuves qui démontrent que le virus de Wuhan nécessite des fermetures et une destruction économique pour être traité. Ils ont épuisé leur lune de miel et la patience des citoyens; de nouvelles mesures ne peuvent être justifiées sans les conditions exigées par la section 1 de la Charte. De plus, des preuves doivent être présentées pour justifier la poursuite de vaccins expérimentaux comme seule solution pour contenir le virus. En attendant, il convient de mettre en œuvre les meilleures pratiques thérapeutiques qui ont profité à tant de pays et de régions dans le monde. De plus, les efforts du gouvernement pour restreindre la liberté d'expression des Canadiens doivent être mis de côté au profit d'un débat plus complet et moins contraignant sur l' « urgence ». Les politiciens doivent commencer à honorer leur serment de servir le peuple du Canada - serment fait par l'intermédiaire de leur reine. En attendant, ils redéfinissent le Canada alors même qu'ils introduisent des passeports vaccinaux intrusifs.

Les mesures de confinement sont-elles étayées par des justifications vérifiées de manière indépendante?

Le système médical canadien et la classe professionnelle ont, eux aussi, manqué à leur serment de « ne pas faire de mal ». En témoignent les ordonnances de bâillon émises par les collèges de médecins dans tout le pays. Ces ordres ordonnent à leurs membres de cesser et de renoncer à toute critique des récits médicaux acceptés. Ce faisant, ils se sont immiscés dans la confiance effrayée et confidentielle qui lie le médecin au patient, et ce de la manière la plus flagrante. Le Collège des médecins et chirurgiens de l'Ontario a ordonné à ses médecins, sous peine de sanctions, y compris la perte de leurs privilèges, de refuser d'envisager des mesures qui ne sont pas approuvées par les entités de santé favorisées. On peut également citer l'ingérence déraisonnable des services de santé de l'Alberta qui ont suspendu le traitement des patients hospitalisés à cause du virus de Wuhan. Si l'on ajoute à cette liste l'ignorance inexplicable du rôle que pourrait jouer l' « immunité naturelle » dans l'évitement de la nécessité pour certaines personnes d'être vaccinées, on obtient une justification écrasante pour enquêter et éliminer ces organisations et leurs dirigeants. Faut-il s'étonner que certains médecins réputés démissionnent et créent leurs propres services médicaux hors du système? Pendant ce temps, nos professionnels de la santé, auxquels nous faisions confiance jusqu'à présent, sont en train de détruire le système médical canadien alors même qu'ils se débarrassent sans ménagement des anciens héros parmi eux qui ne sont pas vaccinés.

Le Dr Rochagné Kilian, d'Owen Sound, démissionne à cause des mandats de vaccination

Et puis il y a notre système éducatif et son échec abject à garder à l'esprit l'intérêt supérieur de ses élèves au cours des 20 derniers mois. Comment décrire autrement une situation caractérisée par l'apprentissage à distance et le port de masques tortueux lorsque nos enfants ont enfin été autorisés à aller à l'école en personne? À chaque fois, le système a ignoré les données scientifiques selon lesquelles les enfants courent un risque négligeable en raison du virus de Wuhan et a plutôt fait de l'apprentissage une tâche presque impossible. Comme si l'isolement et l'alarmisme ne suffisaient pas, les commissions scolaires et les syndicats réclament l'injection de vaccins expérimentaux à des enfants d'à peine cinq ans, dont on sait qu'ils sont plus dangereux que bénéfiques pour les petits - tout cela pour le bien de la « santé communautaire ». Tous ces comportements répréhensibles affaiblissent notre système d'éducation tout en menaçant la santé physique, mentale et émotionnelle de nos enfants. Il est certainement temps pour le peuple du Canada de dire à ses organisations politiques, médicales et éducatives de nous montrer leurs preuves pour justifier ce qu'elles font à notre pays et à nos enfants. En attendant, est-il enfin temps de dire NON!?

Est-il temps de dire enfin NON!?

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts