C3RF Update, 23 Apr 2021 – A nation in crisis


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

A nation’s efforts honoured


The mid-April time frame is rich from a Canadian historical perspective. After all, the 09 – 12 April period marks the anniversary of Canada’s victory during the WWI battle of Vimy Ridge. Additionally, the 17th of April sees the nation commemorating the signing and patriation of our Constitution Act of 1982. The same Constitution Act that embeds our Charter of Rights and Freedoms. We celebrate both events as milestones in Canada’s moving from its colonial past to becoming a strong and free country in its own right.

Figure 1 Vimy Ridge Canadian Memorial

It is said that the Battle of Vimy Ridge symbolizes the “birth of Canadian national pride and awareness”. It is no small wonder as the nation was able to pull together four divisions to form a Canadian Corps of some 100,000 combatants – all commanded by Canadian generals. All of this fire power from a country that only had some 8 million inhabitants. The Corps would take the measure of the enemy and then plan and train to defeat it. Over 10,000 Canadians were killed or wounded during the battle but they persevered to support one another, win the day and turn the tide of the war. To be sure, Canada would experience teething problems through the conscription crisis of the same year but the blood shed and the tenacity and innovation displayed by Canadian soldiers at Vimy secured future WWI and II successes. In the former case, Canadian troops would go on to spearhead the operations of the “last hundred days” of the Great War that saw 30 Canadians and Newfoundlanders awarded the Victoria Cross. In the latter conflict, Canada would go on to field the fourth largest allied air force and the world’s third largest navy as it helped dismember the forces of evil and genocide. The Canada that evolved from Vimy Ridge was a powerhouse and it was all due to putting mission above fear.

Figure 2 Canadian WWI Medal Ceremony

If Vimy Ridge was the springboard that launched Canada into nationhood, it was the patriation of the Constitution and Charter that defined the nature of that enterprise and placed it solely into the hands of Canadians. That character would be succinctly summarized in the Charter’s preamble which declared, “Whereas Canada is founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law”. Accordingly, it called upon the recognition of the individual as having unique value and equally deserving of fair, unbiased treatment before the authorities of the land. To be sure, the patriation proved problematic as the province of Quebec refused to become a signatory. Its objections, however, were not based on objections with the “fundamental” rights afforded individual Canadians but on group language rights. The “fundamental” rights associated with speech, religion, conscience, association and assembly were seen as merited across the board.

Figure 3 Canadian Charter of Rights and Freedoms

A nation’s efforts forgotten


One hundred and four years after the successful execution of the Canadian attack on Vimy Ridge, there is barely a murmur of remembrance. It’s a shame that this is the case as the nation would do well to recall the detailed and wholistic approach the Canadians took in preparing for success. Extensive training was conducted down to the individual level, tunnelling was put in place to protect troops right up to their jump-off points and both artillery and air support were woven into the battle plan. No stone was left unturned in preparing for the fight and no idea or topic was declared out of bounds for consideration. Compare this enlightened and comprehensive approach with today’s handling of the Wuhan virus! At every turn, present day leaders have failed to think beyond the politically correct. The importation of the disease from abroad was allowed for fear of being called “racist”. Expert advise from dedicated medical professionals was tossed aside if it did not fit with the China/ WHO narrative. Such was the case with the cautioning of Dr. Kulvinder Kaur Gill by Ontario’s College of Physicians and Surgeons for daring to speak out against ineffective lockdowns and calling for the use of proven, out-patient therapeutics.

Figure 4 Dr. Kulvinder Kaur Gill

In a similar fashion, the 39th anniversary of the patriation of the Charter slipped unceremoniously into the night. One surmises that this is to be expected given the decades that activist jurists and pandering politicians have been chipping away at the authority of this foundational document. These pages have been rife with examples of both sets of authorities “balancing away” individual rights to salve the desires of a growing number of collectives, “identifiable groups” and special interest lobbies. After all, we are “systemically racist”, genocidal and full of white supremacy. Indeed, the whole concept of individual rights has become synonymous with “selfish garbage” and being antithetical to the “Diversity, Inclusiveness and Equity” narrative. This loathing of the concept of God-given individual rights has so infected the ruling class in Ontario that it has set the police upon the citizen in the name of Wuhan virus safety. This, as police were authorized to pull over tax-paying folk to ascertain their identities and intentions as they made their way outside their domiciles. Not only this, these new Stasi measures were initiated on the anniversary of the Charter’s patriation – 17 April 2021. Talk about adding insult to injury!

Figure 5 Ontario Premier Ford

One wonders, is it past time for Canadians to push back against the false narratives that would have us believe that our history and heritage is chock full of “systemic racism”, genocide and white supremacism? Is it time to take a closer look at the heroes of our past and learn the lessons they so magnanimously passed down to us? Heroes like General Currie who saved thousands of lives through his insistence that his troops be fully prepared for the WWI battles that came his way. Is it time to expect more from our current crop of leaders as they virtue signal their way through crisis after crisis and accept the worst that is said of us? Is it time to get rid of faux leaders who dress for the part but have no intention of addressing problems with reality-based solutions?

Figure 6 General Sir Arthur Currie
Figure 7 Justin Trudeau the actor

A nation reconstituted

Figure 8 Finance Minister Chrystia Freeland

Given its current trajectory and leadership Canada stands to fall over the precipice in the very near future. How could it be any different given failures at each and every juncture of the Wuhan virus crisis and the pilfering of the public purse to the tune of a $381 billion deficit last year. All this as the heretofore unknown lockdown “science” proffered by the WHO and China have been employed with disastrous effect. Even so, our leaders blame the everyday citizen for the failure to “eradicate” the Wuhan virus! It is us who have failed! We refuse to curtail our civil liberties to the extent required and demanded by our betters. It matters not that it is they who have greenlighted international flights and illegal migration into Canadian cities that have spiked Wuhan virus case counts and contagion. All that matters is that we completely give up our individual rights and be happy that the contagion is giving us the excuse we need to “reset” our economy. A new, virtuous and green Canada is at hand and our leaders will soon be able to deliver it to their globalist masters.


Regardless, the endless political virtue-signalling, frenzied media coverage and all out attempts to scare Canadians into their basements is beginning to wear thin on Johnnie and Jane Canuck. The evidence is clear and present in the case of pastor James Coates from Edmonton and an American father who pulled his daughter out of an elite private school. In the latter case, the father was sick and tired of the Critical Race Theory brainwashing that his child was being subjected to. He took the time to write all other parents with children in the school and explained that he objected to the school’s advocacy of “movements such as Black Lives Matter, a Marxist, anti family, heterophobic, anti-Asian and anti-Semitic organization that neither speaks for the majority of the Black community in this country, nor in any way, shape or form, represents their best interests”. Such voices have been pilloried and censored in the past but they are becoming too numerous now to be avoided. More such voices are required.

Figure 9 Cancel CRT

C3RF is dedicated to do what it can to bring attention to such brave voices. It’s sad to say that courage is required these days when it comes to expressing a considered opinion but there it is. Two voices that meet muster when it comes to expressing their opinions unapologetically are Christine Douglass-Williams and Salim Mansur. Christine is an award-winning journalist and international author. She has been upfront in her criticism of political Islam and has been chastised for doing so. Indeed, she was fired from a position at the Canadian Race Relations Foundation for expressing her expert opinions. Some things just cannot be criticized. Salim Mansur, Professor Emeritus, is published internationally as well and has similarly been punished for his learned opinions. In his particular case he was bounced by the Conservative Party of Canada as a potential nominee for the riding of London North Centre in the 2019 federal election. His writings were seen to be problematic as they might be considered to be “Islamophobic”. Odd that, as Mr. Mansur is a pious Muslim. In any event, C3RF is proud to recognize both of these exemplary Canadians and has invited them both to be the very first honorary Patrons of this organization. An invitation that both have accepted.


Figure 10 Christine Douglass-Williams
Figure 11 Dr. Salim Mansur










Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Les efforts d'une nation sont honorés


La période de la mi-avril est riche d'un point de vue historique pour les Canadiens. Après tout, la période du 9 au 12 avril marque l'anniversaire de la victoire du Canada lors de la bataille de la crête de Vimy pendant la Première Guerre mondiale. De plus, le 17 avril, la nation commémore la signature et le rapatriement de notre loi constitutionnelle de 1982. Loi constitutionnelle qui englobe notre Charte des droits et libertés. Nous célébrons ces deux événements comme des étapes importantes dans le passage du Canada de son passé colonial à un pays fort et libre à part entière.

Figure 12 Mémorial canadien de la crête de Vimy

On dit que la bataille de la crête de Vimy symbolise la « naissance de la fierté et de la conscience nationales canadiennes ». Car la nation a pu réunir quatre divisions pour former un corps d'armée canadien de quelque 100 000 combattants, tous commandés par des généraux canadiens. Toute cette puissance de feu pour un pays qui ne comptait que quelque 8 millions d'habitants. Le corps d'armée devait prendre la mesure de l'ennemi, puis planifier et s'entraîner pour le vaincre. Plus de 10 000 Canadiens ont été tués ou blessés pendant la bataille, mais ils ont persévéré pour s'entraider, remporter la victoire et changer le cours de la guerre. Évidemment, le Canada a connu des problèmes initiaux lors de la crise de la conscription de la même année, mais le sang versé, la ténacité et l'innovation dont ont fait preuve les soldats canadiens à Vimy ont assuré les succès futurs de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale. Dans le premier cas, les troupes canadiennes ont été le fer de lance des opérations des « cent derniers jours du Canada» de la Grande Guerre, au cours desquels 30 Canadiens et Terre-Neuviens ont reçu la Croix de Victoria. Dans le second conflit, le Canada a mis sur pied la quatrième plus grande force aérienne alliée et la troisième plus grande marine du monde pour aider à détruire les forces du mal et du génocide. Le Canada qui s'est développé à partir de la crête de Vimy était une puissance et tout cela était dû au fait qu'il plaçait sa mission au-dessus de la peur.

Figure 13 Cérémonie de médaille canadienne de la Première Guerre mondiale

Si la crête de Vimy a été le tremplin qui a lancé le Canada vers un statut de nation, c'est le rapatriement de la Constitution et de la Charte qui a défini la nature de cette entreprise et l'a placée entre les seules mains des Canadiens. Ce caractère serait succinctement résumé dans le préambule de la Charte qui déclare : « Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit». En conséquence, le préambule appelle à la reconnaissance de l'individu comme ayant une valeur unique et méritant un traitement équitable et impartial devant les autorités du pays. Certes, le rapatriement s'est avéré problématique, car la province de Québec a refusé d'en devenir signataire. Ses objections, cependant, n'étaient pas fondées sur des objections aux droits « fondamentaux » accordés aux Canadiens en tant qu'individus mais sur des droits linguistiques collectifs. Les droits « fondamentaux » associés à la parole, à la religion, à la conscience, à l'association et à l'assemblée étaient considérés comme méritoires dans tous les domaines.

Figure 14 Charte canadienne des droits et libertés

Les efforts d'une nation oubliés


Cent quatre ans après l'exécution réussie de l'attaque canadienne sur la crête de Vimy, on entend à peine un murmure de souvenir. Il est dommage qu'il en soit ainsi car la nation ferait bien de se rappeler l'approche détaillée et globale adoptée par les Canadiens pour se préparer au succès. Un entraînement intensif a été mené jusqu'au niveau individuel, des tunnels ont été mis en place pour protéger les troupes jusqu'à leur point de saut et l'artillerie et le soutien aérien ont été intégrés dans le plan de bataille. Aucun aspect ne fut négligé dans la préparation du combat et aucune idée ou sujet n'a été déclaré irrecevable. Comparez cette approche éclairée et globale à la façon dont on traite aujourd'hui le virus de Wuhan! À chaque fois, les dirigeants actuels n'ont pas réussi à penser au-delà du politiquement correct. L'importation de la maladie de l'étranger a été autorisée par crainte d'être traité de « raciste ». Les avis d'experts provenant de professionnels de la santé dévoués ont été mis de côté s'ils ne correspondaient pas au discours de la Chine et de l'OMS. C'est ce qui s'est passé avec la mise en garde du Dr Kulvinder Kaur Gill par le Collège des médecins et chirurgiens de l'Ontario pour avoir osé s'élever contre les mesures de confinement inefficaces et avoir demandé l'utilisation de thérapies ambulatoires testées.

Figure 15 Dr. Kulvinder Kaur Gill

De la même manière, le 39e anniversaire du rapatriement de la Charte a glissé sans cérémonie dans l'oubli. On peut supposer qu'il fallait s'y attendre, compte tenu des décennies pendant lesquelles des juristes activistes et des politiciens complaisants ont sapé l'autorité de ce document fondamental.Ces pages regorgent d'exemples de ces deux types d'autorités qui « mettent en balance » les droits individuels pour satisfaire les désirs d'un nombre croissant de collectifs, de « groupes identifiables » et de lobbies d'intérêts spéciaux. Après tout, nous sommes « systémiquement racistes », génocidaires et noyés dans la suprématie de la race blanche. En effet, le concept même de droits individuels est devenu synonyme d'« ordures égoïstes » et d'antithèse au récit de « diversité, inclusion et équité ». Cette répugnance à l'égard du concept des droits individuels donnés par Dieu a tellement infecté la classe dirigeante de l'Ontario qu'elle a lancé la police contre les citoyens au nom de la sécurité par rapport au virus de Wuhan. Ceci, alors que la police a été autorisée à arrêter les contribuables pour vérifier leur identité et leurs intentions lorsqu'ils sortent de leur domicile. De plus, ces nouvelles mesures de la Stasi ont été lancées le jour de l'anniversaire du rapatriement de la Charte, le 17 avril 2021. C'est le comple de l'insulte, l'insulte à l'injure!

Figure 16 Premier Ford de l'Ontario

On peut se demander s'il n'est pas temps pour les Canadiens de s'opposer aux faux récits qui voudraient nous faire croire que notre histoire et notre patrimoine sont remplis de « racisme systémique », de génocide et de suprémacisme blanc? Est-il temps de regarder de plus près les héros de notre passé et de tirer les leçons qu'ils nous ont si magnanimement transmises? Des héros comme le général Currie, qui a sauvé des milliers de vies en insistant pour que ses troupes soient parfaitement préparées pour les batailles de la Première Guerre mondiale. Est-il temps d'attendre davantage de nos dirigeants actuels, qui font preuve de fausse vertu, crise après crise, et en acceptant le pire de ce que l'on dit de nous? Est-il temps de se débarrasser des faux leaders qui se déguisent pour leur rôle mais n'ont aucune intention d'aborder les problèmes avec des solutions basées sur la réalité?

Figure 17 Général Sir Arthur Currie
Figure 18 Justin Trudeau l'acteur

Une nation reconstituée

Figure 19 La ministre des finanaces Chrystia Freeland

Compte tenu de sa trajectoire et de son leadership actuels, le Canada risque de tomber dans le précipice dans un avenir très proche. Comment pourrait-il en être autrement étant donné les échecs à chaque étape de la crise du virus de Wuhan et le pillage des fonds publics avec un déficit de 381 milliards de dollars l'année dernière. Tout cela alors que la « science » du confinement, inconnue jusqu'alors, proposée par l'OMS et la Chine, a été utilisée avec un effet désastreux. Malgré cela, nos dirigeants accusent le citoyen moyen de ne pas avoir réussi à « éradiquer » le virus de Wuhan!C'est nous qui avons échoué!Nous refusons de restreindre nos libertés civiles dans la mesure requise et exigée par nos supérieurs. Peu importe que ce soit eux qui aient autorisé les vols internationaux et l'immigration illégale dans les villes canadiennes qui ont fait grimper en flèche le nombre de cas et la contagion du virus de Wuhan. Tout ce qui compte, c'est que nous renoncions complètement à nos droits individuels et que nous soyons heureux que la contagion nous donne l'excuse dont nous avons besoin pour « réinitialiser » notre économie. Un nouveau Canada vert et vertueux est à portée de main et nos dirigeants seront bientôt en mesure de le livrer à leurs maîtres mondialistes.


Quoi qu'il en soit, les sempiternelles déclarations politiques de fausse vertu, la couverture médiatique frénétique et les tentatives de faire peur aux Canadiens dans leurs sous-sols commencent à fatiguer les Jean et les Jeanne Tremblay. Les preuves sont claires et présentes dans le cas du pasteur James Coates d'Edmonton et d'un père américain qui a retiré sa fille d'une école privée d'élite. Dans ce dernier cas, le père en avait assez du lavage de cerveau de la « Critical Race Theory » auquel son enfant était soumis. Il a pris le temps d'écrire à tous les autres parents ayant des enfants dans l'école et a expliqué qu'il s'opposait à la défense par l'école de « mouvements tels que Black Lives Matter, une organisation marxiste, anti-familiale, hétérophobe, anti-asiatique et antisémite qui ne parle pas au nom de la majorité de la communauté noire de ce pays et qui ne représente en aucun cas ses meilleurs intérêts». De telles voix ont été mises au pilori et censurées par le passé, mais elles sont désormais trop nombreuses pour être évitées. Ces voix doivent être plus nombreuses.

Figure 20 Annuler CRT

Le C3RF s'engage à faire ce qu'il peut pour attirer l'attention sur ces voix courageuses. Il est triste de dire que le courage est nécessaire de nos jours lorsqu'il s'agit d'exprimer une opinion réfléchie, mais c'est ainsi. Christine Douglass-Williams et Salim Mansur sont deux voix qui font preuve de courage lorsqu'il s'agit d'exprimer leurs opinions sans réserve. Christine est une journaliste de renom et une auteure internationale. Elle a critiqué ouvertement l'islam politique et a été réprimandée pour cela. En effet, elle a été licenciée d'un poste à la Fondation canadienne des relations raciales pour avoir exprimé ses opinions d'experte. Certaines choses ne peuvent tout simplement pas être critiquées. Salim Mansur, professeur émérite, est lui aussi publié dans le monde entier et a également été sanctionné pour ses opinions érudites. Dans son cas particulier, il a été rejeté par le Parti conservateur du Canada comme candidat potentiel pour la circonscription de London North Centre aux élections fédérales de 2019. Ses écrits étaient considérés comme problématiques car ils pouvaient être considérés comme « islamophobes ». C'est étrange, car M. Mansur est un musulman pieux. Quoi qu'il en soit, le C3RF est fier de reconnaître ces deux Canadiens exemplaires et les a invités à devenir les premiers membres d'honneur de cette organisation. Une invitation que les deux ont acceptée.


Figure 10 Christine Douglass-Williams
Figure 11 Dr. Salim Mansur










Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon