C3RF Update, 25 Nov 2022 – Hypothetically speaking


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Consider! Signing the petition for an independent “National Inquiry” into Canada’s Covid response


Given the obvious reticence of political, medical, judicial and even media authorities to question the unprecedented, freedom-crushing measures implemented to deal with the Wuhan virus, is an independent inquiry the only way we will ever affect an objective assessment of their consequences and impact? Preston Manning seems to think so!

 

Hypothetically speaking


Our former Prime Minister, Jean Chretien, may have presented himself as the “little guy from Shawinigan” but he had a sophisticated and effective way of dealing with politics. His approach was very much that of a practical problem solver who, as a cabinet minister in Pierre Trudeau’s Liberal government, was given a shovel and sent from one mess to the next to clean them up. As such, he was very much seized with the problems of the day and refused to pontificate on matters that were still unfolding and subject to complex variables. He declined when it came to the hypothetical and told those clamoring for immediate answers to longer term, multi-faceted problems that “If my grandmother had wheels, she would be a bus”.

The Right Honourable Jean Chretien, his grandmother had no wheels?

Given ongoing testimony at the Public Order Emergency Commission, it would seem that the current Liberal/ NDP government has strayed far from Chretien’s sage practice of steering clear of the hypothetical. Witness accounts given over the past week by both Jody Thomas, National Security Advisor to the Prime Minister, and Janice Charette, Clerk of the Privy Council Office and head of the public service, who both declared that the hypothetical threat posed by Freedom Convoy 2022 protesters justified the imposition of the Emergencies Act. Thomas, for her part, admitted that the invocation did not meet the legal threshold required for its declaration but that the projected threat, based on “the totality of the circumstances”, made it a necessity. Likewise, Charette wrote in a “Decision Note” to the Prime Minister that “without intervention the movement (Freedom Convoy 2022) would only continue to grow and do more serious damage”. These sentiments would be replicated ad nauseum by other government authorities, including CSIS Director, David Vigneault and a raft of Ministers of the Crown, who insisted that their fear of potential, future events trumped the law embedded in the Act. Talk about grandmothers with wheels! The bouncy castle Freedom Convoy protesters were destined to become grizzled terrorists and needed to be dealt with by the imposition of what used to be called The War Measures Act!

Jody Thomas and Janice Charette testify before the Public Order Emergency Commission


These testimonies, in and of themselves, allow us to predict the outcome of an eventual Commission decision. After all, the Commissioner himself, on the first day of proceedings, promised a decision that would be based on the legislated mandate that he had received – a mandate focussed on “the circumstances that led to the declaration being issued and the measures taken for dealing with the emergency”. This mandate is specific in that it calls for an assessment of the invocation based on “the emergency” rather than any projected or potential crisis that could be conjured up by any politician or their accommodating civil servants. When one thinks about it, the mandate makes sense given a Charter that allows for the curtailment of civil liberties only when it can be “demonstrably justified in a free and democratic society”. By definition, future possibilities cannot be counted as “demonstrations” of public harm for, if they could, the fundamental and individual rights of Canadians could be whisked away on the whim of any less-than-prescient and self-serving authority. Unfortunately, this tendency to make law “on the fly” to accommodate hypothetical situations is seemingly everywhere in our systems of governance. Its underlying philosophy can be described by as “the end justifies the means” but, more recently, it manifests itself as an ideology known as “Effective Altruism”.

Commissioner Paul Rouleau has an easy decision to make given testimony by Jody, Janice, David and Ministers of the Crown?
 

Effective Altruism


One is left wondering whether or not the hypotheses being posited by our ruling classes are more about scare-mongering, for the sake of acquiring power and control, than they are about saving life, limb and property. In analyzing the latter possibility, one can’t help but notice that the justifications for intervening to prevent perceived, greater problems downstream, as was the case with the Freedom Convoy 2022 protests, were based on the ideology of “Effective Altruism”. This way of thinking was formalized by Oxford university researchers in the 1990s and proposes that outsized benefits can be accrued by finding “unusually good ways of helping, such that a given amount of effort goes an unusually long way”. In Canada we see this ideology being used to justify a wide range of freedom-crushing initiatives including the replacement of traditional energy sources with their renewable substitutes and the moving away from time-honoured pandemic plans and measures to embrace those imported by China and the World Health Organization (WHO) in the form of “zero-Covid” vaccine and vaccine passport policies.

Tuvalu's Prime Minister Kausea Natano calls for a fossil fuel non-proliferation treaty at COP27 in Egypt


Problem is, the Effective Altruism ideology is prone to abusing current generations as it seeks to maximize benefit for those in the future. In other words, the end justifies the means. We can see this effect in full force and on steroids at this year’s G20 deliberations by virtue of a concluding statement, signed by Canada and all other participating nations, that calls for:

  • worldwide vaccine passports through “shared technical standards and verification methods, under the framework of the IHR (2005), to facilitate seamless international travel, interoperability, and recognizing digital solutions and non-digital solutions, including proof of vaccinations”;

  • a global tax regime by virtue of “the swift implementation of the OECD/G20 two-pillar international tax package”;

  • the implementation of an international Central Bank Digital Currency through “further progress by the IMF in operationalizing the Integrated Policy Framework and welcome the report by the Bank for International Settlements (BIS) on Macro-financial stability”; and

  • the promotion of Environmental, Social and Governance (ESG) protocols that finalize “standards by the International Sustainability Standards Board (ISSB) in support of globally consistent, comparable and reliable climate-related financial disclosures” even as it is recognized that “climate/environmental policies should be mutually supportive”.

When one focusses on the cheques that are being signed on our behalf on the international stage by our federal government, one has to wonder whether or not Johnny and Janie Canuck are capable of cashing them.

Canadian ruling class, your Effective Altruism is writing cheques your citizens can't cash!

The “Effective Altruism” mantra has been, and is being, championed by an assortment of well-monied philanthropists that fund the idea that “the welfare of future people should weigh heavily on the present, and thus, one of the highest impact actions to take today is to minimize risks of extinction or near-extinction”. Prime among these virtue-signalling, world-beaters is the head of the recently vaporized crypto exchange FTX, Sam Bankman-Fried. It is now alleged that SBF, as he is known, laundered a ton of money in a Ponzi scheme aided and abetted by regulators and investors enamoured by the prospect of building a better future world through Effective Altruism projects - even as their Environmental, Social and Governance (ESG) scores were raised in the process. One wonders if Canadians should be concerned as their ruling class commits, through gatherings like the G20, to concepts like Effective Altruism and ESG? After all, Canadian investment institutions like the Ontario Teachers’ Pension Plan have already taken haircutsthrough ventures like FTX. How many hard-earned Canadian tax and pension dollars are being frittered away in such Ponzi schemes by those we trust to handle them?

SBF leading the way for an effectively altruistic Canada?
 

Ineffective Altruism


The thing about Effective Altruism that our ruling class loves is the fact that nothing is measurable over the time frame that current generations are asked to sacrifice. Billions, and even trillions, can be spent solely on the basis of a promise that outsized benefits will be realized by future Canadians. Lacking any hard evidence that such policies will actually work, the powers-that-be need only resort to modeling that can conveniently be manipulated to showcase the benefits of their virtue signalling. It’s all short-term gain for potentially long-term pain as garbage-in, garbage-out models justify the sacrifices, and even loss of individual rights and freedoms, that citizens are asked to endure. And so we see national public health models fall well short of the catastrophe they forecast even as those at the international level exaggerate by orders of magnitude the Infection Fatality Rates associated with the Wuhan virus when it broke onto the scene in the spring of 2020. Rather than allowing the ruling class and their minions in the media, medical and judicial arenas to pursue Effective Altruism and the early, unjustified tooting of their own horns, perhaps we should encourage them to travel down the path of “Ineffective Altruism”.

Chief Medical Officer of Canada, Theresa Tam, not the best of public health modelers?

Where Effective Altruism and “longtermism” can be seen as “falsely utopian ideologies cloaked in the opaque vocabulary of science and math” we can see its obverse, Ineffective Altruism, as striving for a world “where altruism doesn’t have to be maximally effective for it to be worthy” and where related initiatives can be exercised at the individual level in the near term and be subject to measurement. It is a concept that argues against the sacrificing of one generation for another further into the future as all generations are transient in nature and worthy of being protected from the vagaries of being the “means to an end”. Indeed, “our immediate duties are undoubtedly to the present generation and to the next” and their success or failure needs to be measurable if gain is to be optimized over waste and pilfer. Such measurement requires the accumulation of hard facts, data and evidence gained through real world experience. Those who seek the truth of things will prioritize such over and above garbage-in, garbage-out models created by those who may have ulterior motives.

Beware of garbage-in, garbage-out models?

Those seeking the truth of things include former political leader Preston Manning. Over a year ago Mr. Manning approached the Canadian Minister of Justice with a well-considered and comprehensive request to seek a better balance between Wuhan virus pandemic measures and “the rights and freedoms of Canadians as guaranteed by the Canadian Charter of Rights and Freedoms.” The request fell on deaf ears as, more than two years into the supposed contagion, no such review has taken place. For a country that flaunts its “strong and free” mantra on the world stage as a badge of honour, it would appear that tyranny is closer to the truth as noted by a bevy of Canadian clergy. Not to be discouraged by being rebuffed, Manning is now initiating a National Citizens Inquiry (NCI) to “determine what worked and what didn’t and identify how we can respond better in the future”. The fact that Manning is over the target is evidenced by a rushed effort by Liberal Party sidekick, the NDP Party of Canada, to offer a competing initiative in the form of public inquiry. Given the urgency that all political parties have shown in conducting such investigations over the course of two-plus years, one might find it easy to believe Manning’s independent initiative is the way to go and might even choose to actively support such an impartial approach. One can also hope that the Commissioner of the Public Order Emergency Commission will go beyond hypotheticals rooted in the ideology of Effective Altruism to make findings based on fact and statute law.

Preston Manning initiates an independent inquiry into the efficacy of Wuhan virus pandemic measures
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Réfléchissez! Signer la pétition pour une "enquête nationale" indépendante sur la réponse du Canada au Covid


Étant donné la réticence évidente des autorités politiques, médicales, judiciaires et même médiatiques à remettre en question les mesures sans précédent et liberticides mises en œuvre pour faire face au virus de Wuhan, une enquête indépendante est-elle la seule façon d'obtenir une évaluation objective de leurs conséquences et de leur impact? Preston Manning semble le penser!

 

Hypothétiquement parlant


Notre ancien premier ministre, Jean Chrétien, s'est peut-être présenté comme le « ti-gars de Shawinigan », mais il avait une façon sophistiquée et efficace de faire de la politique. Son approche était celle d'un résolveur pratique de problèmes qui, en tant que ministre du gouvernement libéral de Pierre Trudeau, a reçu une pelle et a été envoyé d'un désordre à l'autre pour les nettoyer. En tant que tel, il a été saisi par les problèmes du jour et a refusé de pontifier sur des questions qui étaient encore en cours et soumises à des variables complexes. Il refusait d'être hypothétique et disait à ceux qui réclamaient des réponses immédiates à des problèmes à long terme et à multiples facettes : « Vous me posez des questions hypothétiques. Combien de fois je vous ai dit que si ma grand-mère avait eu des roues, ç'aurait pu être un autobus ».

Le très honorable Jean Chrétien, sa grand-mère n'avait pas de roues?

Compte tenu des témoignages en cours devant la Commission sur l'état d'urgence, il semblerait que l'actuel gouvernement libéral-néo-démocrate se soit éloigné de la sage pratique de M. Chrétien, qui consistait à éviter les situations hypothétiques. Les témoignages présentés au cours de la semaine dernière par Jody Thomas, conseillère en matière de sécurité nationale auprès du premier ministre, et Janice Charette, greffière du Bureau du Conseil privé et chef de la fonction publique, ont tous deux déclaré que la menace hypothétique posée par les manifestants du convoi Liberté 2022 justifiait l'imposition de la Loi sur les mesures d'urgence. Mme Thomas, pour sa part, a admis que l'invocation n'atteignait pas le seuil légal requis pour sa déclaration mais que la menace projetée, sur la base de « l'ensemble des circonstances », en faisait une nécessité. De même, M. Charette a écrit dans une « note de décision » adressée au Premier ministre que « sans intervention, le mouvement (convoi Liberté 2022) ne ferait que continuer à se développer et à causer des dommages plus graves ». Ces sentiments ont été répétés ad nauseum par d'autres autorités gouvernementales, y compris le directeur du SCRS, David Vigneault, et un grand nombre de ministres de la Couronne, qui ont insisté sur le fait que leur crainte d'événements futurs potentiels l'emportait sur la Loi. En parlant de grands-mères à roulettes! Les manifestants du Freedom Convoy au château gonflable étaient destinés à devenir des terroristes endurcis et devaient être traités par l'imposition de ce qu'on appelait autrefois la Loi sur les mesures de guerre!

Jody Thomas et Janice Charette témoignent devant la commission sur l'état d'urgence


Ces témoignages, en soi, nous permettent de prédire l'issue d'une éventuelle décision de la Commission. Après tout, le commissaire lui-même, le premier jour de la procédure, a promis une décision qui serait fondée sur le mandat législatif qu'il avait reçu - un mandat axé sur « les circonstances qui ont conduit à l'émission de la déclaration et les mesures prises pour faire face à l'urgence ». Ce mandat est spécifique en ce qu'il demande une évaluation de l'invocation basée sur « l'urgence" plutôt que sur toute crise projetée ou potentielle qui pourrait être évoquée par n'importe quel politicien ou ses fonctionnaires accommodants. Quand on y pense, le mandat est logique, étant donné que la Charte n'autorise la restriction des libertés civiles que si elle peut être « manifestement justifiée dans une société libre et démocratique ». Par définition, les possibilités futures ne peuvent pas être considérées comme des « démonstrations » de préjudice public car, si elles le pouvaient, les droits fondamentaux et individuels des Canadiens pourraient être supprimés sur un coup de tête d'une autorité. Malheureusement, cette tendance à faire des lois « à la volée » pour s'adapter à des situations hypothétiques est apparemment partout dans nos systèmes de gouvernance. Sa philosophie sous-jacente peut être décrite comme « la fin justifie les moyens » mais, plus récemment, elle se manifeste sous la forme d'une idéologie connue sous le nom d' « altruisme efficace ».

Le commissaire Paul Rouleau a-t-il une décision facile à prendre compte tenu des témoignages de Jody, Janice, David et des ministres de la Couronne?
 

Altruisme efficace


On en vient à se demander si les hypothèses avancées par nos classes dirigeantes n'ont pas davantage pour but de faire peur, dans le but d'acquérir du pouvoir et du contrôle, que de protéger des vies, et des biens. En analysant cette dernière possibilité, on ne peut s'empêcher de remarquer que les justifications de l'intervention pour prévenir des problèmes perçus comme plus importants en aval, comme ce fut le cas avec les manifestations du convoi Liberté 2022, étaient fondées sur l'idéologie de « l'altruisme efficace ». Ce mode de pensée a été formalisé par des chercheurs de l'université d'Oxford dans les années 1990 et propose que des avantages hors du commun puissent être obtenus en trouvant « des façons inhabituellement bonnes d'aider, de sorte qu'une quantité donnée d'effort aille inhabituellement loin ». Au Canada, nous constatons que cette idéologie est utilisée pour justifier un large éventail d'initiatives liberticides, notamment le remplacement des sources d'énergie traditionnelles par leurs substituts renouvelables et l'abandon des plans et mesures traditionnels de lutte contre les pandémies au profit de ceux importés par la Chine et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sous la forme de politiques de vaccins et de passeports vaccinaux « zéro Covid ».

Le premier ministre de Tuvalu, Kausea Natano, réclame un traité de non-prolifération des combustibles fossiles lors de la COP27 en Égypte


Le problème est que l'idéologie de l'altruisme efficace a tendance à abuser des générations actuelles en cherchant à maximiser les avantages pour les générations futures. En d'autres termes, la fin justifie les moyens. Nous pouvons voir cet effet en pleine force lors des délibérations du G20 de cette année en vertu d'une déclaration finale, signée par le Canada et toutes les autres nations participantes, qui appelle à:

  • des passeports vaccinaux mondiaux grâce à « des normes techniques et des méthodes de vérification partagées, dans le cadre du RSI (2005), afin de faciliter les voyages internationaux sans rupture, l'interopérabilité et la reconnaissance des solutions numériques et non numériques, y compris les preuves de vaccination »;

  • un régime fiscal mondial grâce à « la mise en œuvre rapide du paquet fiscal international à deux piliers de l'OCDE/G20 »;

  • la mise en œuvre d'une monnaie numérique internationale des banques centrales grâce à « de nouveaux progrès du FMI dans l'opérationnalisation du Cadre de politique intégrée et l'accueil favorable du rapport de la Banque des règlements internationaux (BRI) sur la stabilité macro-financière »; et

  • la promotion de protocoles environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) qui finalisent « les normes du Conseil international des normes de durabilité (ISSB) à l'appui d'informations financières cohérentes, comparables et fiables à l'échelle mondiale », même s'il est reconnu que « les politiques climatiques et environnementales devraient se renforcer mutuellement ».

Lorsque l'on se penche sur les chèques qui sont signés en notre nom sur la scène internationale par notre gouvernement fédéral, on peut se demander si les Canadiens sont capables de les encaisser.

La classe dirigeante canadienne dont l'altruisme efficace consiste à faire des chèques que vos citoyens ne peuvent pas encaisser!

Le mantra de « l'altruisme efficace » a été, et est encore, défendu par un assortiment de philanthropes bien intentionnés qui financent l'idée que « le bien-être des personnes futures devrait peser lourdement sur le présent, et donc, l'une des actions ayant le plus grand impact à prendre aujourd'hui est de minimiser les risques d'extinction ou de quasi-extinction ». Le chef de la bourse de crypto-monnaies FTX, Sam Bankman-Fried, est le premier de ces champions de la vertu. Il est maintenant allégué que SBF, comme on l'appelle, a blanchi une tonne d'argent dans une arnaque pyramidale de Ponzi, avec l'aide et la complicité d'organismes de réglementation et d'investisseurs séduits par la perspective de construire un monde meilleur grâce à des projets d'altruisme efficace - alors que leurs scores environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ont augmenté dans le processus. On peut se demander si les Canadiens devraient s'inquiéter de voir leur classe dirigeante s'engager, par le biais de rencontres comme le G20, dans des concepts comme l'altruisme efficace et l'ESG? Après tout, les institutions d'investissement canadiennes comme le Régime de retraite des enseignants de l'Ontario ont déjà subi des décotes grâce à des entreprises comme FTX. Combien de dollars durement gagnés par les contribuables et les retraités canadiens sont gaspillés dans de telles combines à la Ponzi par ceux en qui nous avons confiance pour les gérer?

Le SBF ouvre la voie à un Canada réellement altruiste?
 

Altruisme inefficace


Ce que notre classe dirigeante adore dans l'altruisme efficace, c'est le fait que rien n'est mesurable sur la période pendant laquelle on demande aux générations actuelles de se sacrifier. Des milliards, et même des billions (1000 milliards), peuvent être dépensés uniquement sur la base d'une promesse que des avantages démesurés seront réalisés par les futurs Canadiens. En l'absence de preuves tangibles de l'efficacité de ces politiques, les pouvoirs en place n'ont qu'à recourir à une modélisation qui peut être facilement manipulée pour mettre en évidence les avantages de leurs bonnes intentions. Il s'agit d'un gain à court terme pour une douleur potentielle à long terme, les modèles d'entrée et de sortie justifiant les sacrifices, et même la perte des droits et libertés individuels, que les citoyens sont invités à supporter. C'est ainsi que les modèles nationaux de santé publique ne sont pas à la hauteur de la catastrophe qu'ils prévoient, alors même que les modèles internationaux exagèrent de plusieurs ordres de grandeur les taux de mortalité par infection associés au virus de Wuhan au printemps 2020. Plutôt que de permettre à la classe dirigeante et à ses sbires des médias, de la médecine et de la justice de poursuivre l'altruisme efficace et de se faire mousser prématurément et sans raison, nous devrions peut-être les encourager à emprunter la voie de l'« altruisme inefficace ».

La médecin-chef du Canada, Theresa Tam, est-elle la meilleure des modélisatrices de la santé publique?

Là où l'altruisme effectif et le « long terme » peuvent être considérés comme des « idéologies faussement utopiques enveloppées dans le vocabulaire opaque de la science et des mathématiques », nous pouvons voir son contraire, l'altruisme inefficace, comme la recherche d'un monde « où l'altruisme n'a pas besoin d'être maximalement efficace pour être valable » et où les initiatives connexes peuvent être exercées au niveau individuel à court terme et faire l'objet d'initiatives mesurables. C'est un concept qui s'oppose au sacrifice d'une génération pour une autre dans un avenir plus lointain, car toutes les générations sont transitoires par nature et méritent d'être protégées des aléas de la « finalité ». En effet, « nos devoirs immédiats sont sans aucun doute envers la génération actuelle et la suivante » et leur succès ou leur échec doit être mesurable si l'on veut optimiser le gain par rapport au gaspillage et au pillage. Une telle mesure nécessite l'accumulation de faits, de données et de preuves concrètes acquises par l'expérience du monde réel. Ceux qui recherchent la vérité des choses donneront la priorité à ces éléments plutôt qu'aux modèles de type « garbage-in » et « garbage-out » créés par ceux qui peuvent avoir des intentions cachées.

Méfiez-vous du « garbage-in, garbage-out » dans les modèles?

Parmi ceux qui recherchent la vérité , on compte l'ancien leader politique Preston Manning. Il y a plus d'un an, M. Manning s'est adressé au ministre canadien de la Justice pour lui demander, de manière réfléchie et exhaustive, de rechercher un meilleur équilibre entre les mesures de lutte contre la pandémie du virus de Wuhan et « les droits et libertés des Canadiens garantis par la Charte canadienne des droits et libertés ». Cette demande est tombée dans l'oreille d'un sourd puisque, plus de deux ans après la prétendue contagion, aucun examen de ce type n'a eu lieu. Pour un pays qui affiche son mantra « fort et libre » sur la scène mondiale comme un signe d'honneur, il semblerait que la tyrannie soit plus proche de la vérité, comme l'ont noté plusieurs membres du clergé canadien. Ne se laissant pas décourager par ses rebuffades, Manning lance maintenant une enquête nationale (ECN) pour « déterminer ce qui a fonctionné et ce qui n'a pas fonctionné et identifier comment nous pouvons mieux réagir à l'avenir ». Le fait que Manning ait dépassé la cible est mis en évidence par un effort précipité du partenaire du Parti libéral, le NPD, pour proposer une initiative compétitrice sous la forme d'une enquête publique. Étant donné l'urgence dont tous les partis politiques ont fait preuve en menant de telles enquêtes au cours de plus de deux ans, on pourrait facilement croire que l'initiative indépendante de Manning est la voie à suivre et on pourrait même choisir de soutenir activement une telle approche impartiale. On peut aussi espérer que le commissaire public ira au-delà des hypothèses ancrées dans l'idéologie de l'altruisme efficace pour faire des constatations fondées sur les faits et le droit statutaire.

Preston Manning lance une enquête indépendante sur l'efficacité des mesures de lutte contre la pandémie du virus de Wuhan
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts