C3RF Update, 26 Aug 2022 – Scales falling from eyes


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

The road to Damascus


And immediately there fell from his eyes as it had been scales: and he received sight forthwith, and arose, and was baptized Acts 9:18


As it was with a man named Saul on the road to Damascus circa 35 A.D., so it is now with a growing number of Canadians. Saul had an encounter with Jesus, in the midst of persecuting the Christian, non-conformists of his day, that left him blinded and confused by the roadside. The scales fell from his eyes a few days later, however, allowing him to see the error of his jailor ways and commence a new life as “Paul” – the messenger of the Lord “before the Gentiles, and kings, and the children of Israel”. In a similar fashion today, Canadians find themselves moving away from blindness and confusion as they begin to recognize a new reality that challenges the wide variety of sacrosanct narratives that have become the order of the day. These narratives, including those associated with the pursuit of “zero Covid” policies, coerced vaccine mandates and global economic “resets”, were all foisted upon them as articles of faith that promote the “public good” even as they devastate long-standing and hard-won personal rights and freedoms.

Saul's conversion on the road to Damascus

The scales seem to be falling from more and more Canadian eyes at an accelerating pace. On a personal note, and in support of this observation, I recently received a piece of correspondence in the form of a confession from a retired and distinguished RCMP officer; John. John stated that he initially thought I was overreacting to Wuhan virus pandemic measures when I called them unsubstantiated curtailments of our much-valued civil liberties. He went on to state that his initial assessment was wrong and that unfolding events convinced him that he needed to apologize for his rush to judgement. John’s confession is now reverberating throughout the public square as analysts, like Neil Oliver from the U.K.’s GB News (GBN) network, flatly state we’ve been “taken for fools” and need to “open our eyes”. Mr. Oliver notes that we, the public, have been so trusting of our ruling class for so long that we have been unable to “contemplate the idea those authorities might actually be working against us”.

Neil Oliver from GBN News - we are being taken for fools

Oliver goes on to state that “once the scales fall from a person’s eyes, the resultant clarity of sight is briefly overwhelming”. His observation makes sense given the fact the false narratives he speaks of have been so vociferously and ardently rammed down the throats of unsuspecting and naïve citizens. The effect is less than permanent, however, as the true shape of things contrasts so vividly against the utopian constructs being offered up by the flim-flam ideologues in charge. And so, Europeans see the abyss that awaits as traditional fuels have been swept aside in order to make way for green renewables – renewables that can neither keep the family warm in the winter nor produce the electricity required to power newly minted electric vehicles. Add to this the disturbing realization that the powers-to-be are actually prepared to shut down food-producing farms even as they refuse to link two-plus years of lockdowns with “soaring inflation, rising interest rates and disrupted supply chains”. Is it any wonder that scales are now dropping from eyes like flies.

Scales now dropping from eyes like flies
 

The road to Ottawa


Saul’s road trip can be seen to have a present-day re-embodiment in the form of the cross-country saga that was Freedom Convoy 2022. In both cases it was the blatant overreach of authorities-writ-large against non-conformists that resulted in scales to fall from eyes. In the case of the Convoy, the authorities painted all Convoy participants and their supporters as “fringe” and “unacceptable” even as they jailed and shackled their leaders on mischief charges without bail. Such over-the-top reactions, along with the pig-headed refusal to listen to, yet alone address, rational Convoy concerns, prompted Canadians across the land to take a closer look and wonder why their elected representatives were being so recalcitrant, so petty. After all, the related invocation of the freedom-crushing Emergency Act and the concomitant, unprecedented freezing of bank accounts stood to impact all citizens and not just the “unacceptable”.

Deputy PM, Chrystia Freeland, as she invokes the Emergency Act and announces the freezing of bank accounts

The scales may have begun to fall with the invocation of the Emergency Act but eyes opened wide as the facts surrounding its implementation drifted into the public square. In spite of a disinterested and partial legacy media, the facts generated by court and investigational proceedings could not be suppressed. Court depositions in the Brian Peckford Charter challenge case, for instance, revealed that Canada’s top public health epidemiologist did not recommend vaccine mandates for air travel – the scientific evidence just did not support the need to do so. The dearth of any scientific evidence in support of the vaccine travel mandates that were central to the Convoy protests was confirmed in yet another court case reported on by Rupa Subramanya. This evidence revealed that the mandates were invoked by a secretive “Covid Response and Recovery” unit of Transport Canada that lacked any credible public health expertise. Having such expertise on board may have made a difference as the Public Health Agency of Canada (PHAC) was unable to identify any air travel benefit afforded by vaccination. Then again, that would only have been the case if the priority was public health and not politics. In the end, vaccine travel mandates fit nicely with a snap election call.

Jennifer Little, Director General of Covid Response and Recovery, Transport Canada

The scales fall fast and furious when one realizes that the Government of Canada imposed unsupported measures that curtailed the Charter rights of everyday Canadians to live and travel freely. This is in direct opposition to the supreme law of the land, the Constitution, that makes it clear that such infringements can only be countenanced if they can be “demonstrably justified in a free and democratic society”. Add to this the fact that the lack of any evidence in support of vaccine travel and federal work mandates was suppressed and never allowed to enter the public square and citizen angst over them, and the declaration of the Emergency Act, can be easily understood. To add insult to injury these same Canadians came to realize, through more recent revelations, that the impetus for the invocation of the Emergency Act; namely the illegal blockade of Ottawa streets, was not in play on the day the Act came into effect. This was the case as a deal between the protesters and a City of Ottawa negotiator had been put in place the day prior. This fact was known to federal government authorities but was never acknowledged publicly until now. Did the government want to impose the Emergency Act come hell or high water? If so, what was their objective in doing so?

Dean French, City of Ottawa negotiator during Freedom Convoy 2022
 

The road to despotism


The federal government’s commitment to the maintenance of their travel and workplace vaccine mandates is evidenced by the tenacity with which they kept them in place. In the case of the travel mandates, for instance, they refused to consider their repeal even though authoritative data showed the vaccines were ineffective at preventing the transmission of the contagion. Rather than admit the obvious, they persisted in forcing the mandates until Canadian court proceedings revealed that the nation’s own experts refused to confirm they afforded any related benefit to the traveling public. Indeed, it was not until the day after such testimony that federal authorities chose to initiate a tactical withdrawal and “suspend” both vaccine travel and workplace mandates. Still, the word, “suspend”, implied a willingness to re-instate mandates given an opportunity even as the crown jewel of pandemic restrictions, the ArriveCan app, remained in place to dog and slow the throughput of Canadian airports.

Canada's ArriveCan app, the crown jewel of pandemic measures?

Despite the protestations of Canadian Border Security Agency workers who insisted that the ArriveCan app was responsible for the clogging of Canadian airports and borders, Canadian transport authorities insisted this was not the case - Canadians should not believe their lying eyes. The question then becomes, why is the Canadian ruling class so attached to the app and why must it be maintained absent any emergency condition? The answer to that question might be wrapped up in the fact that the app incorporates artificial intelligence algorithms that are protected as “trade secrets” and have allegedly led to the Charter violations of thousands of Canadian border-crossers. The situation is so serious that Canada’s Privacy Commissioner has opened an investigation into the possible misuse and distribution of the reams of personal data collected by the app. Is ArriveCan the camel’s digital nose under the tent? Has it set us upon the road to digitized despotism?

ArriveCan, the camel's digital nose under tent?

Conservative Party of Canada leadership candidate, Leslyn Lewis, believes that the ArriveCan app is set to be the forerunner of a new global effort that aims to digitize Canadian identities and currency. This new initiative, in the form of a “Known Traveler Digital Identity” program, sees Canada entering into an agreement with a variety of international nations and corporations, including the World Economic Forum (WEF), to create a worldwide database of personalized information. This comprehensive database could then easily become the precursor of a global enterprise capable of tracking and controlling all those who find themselves in it. Indeed, it is worth noting that this same World Economic Forum is working on a digital application capable of measuring a consumer’s own carbon footprint. As we connect the dots between the ArriveCan app, the KTDI traveler initiative and digitized carbon footprint tracking, are we beginning to understand why the Government of Canada is so intransigent when it comes to getting rid of an application that exists to distribute vaccine status data that is no longer required? Are the scales falling away from eyes that are beginning to see the app as a precursor to a Canadian “social credit” system?

Public health or power and control, what is it really about?
 

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively. We will be particularly engaged with the civil liberties file as the nation moves away from Wuhan virus “emergency” measures only to find itself moving towards the fall flu season. Will we be forced back into our pens to prove once again that “zero-Covid” causes more harm than good? It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see the error of their ways and restore that which we currently lack; a responsible, representative government.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Paul sur le chemin de Damas


Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva, et fut baptisé; Actes 9:18 (Louis Segond, 1910)


Comme ce fut le cas pour un homme nommé Saul sur le chemin de Damas vers 35 après J.-C., il en est de même pour un nombre croissant de Canadiens. Alors qu'il persécutait les chrétiens non-conformistes de son époque, Saul a fait une rencontre avec Jésus qui l'a laissé aveugle et confus sur le bord de la route. Quelques jours plus tard, les écailles sont tombées de ses yeux, ce qui lui a permis de voir l'erreur de geôlier et de commencer une nouvelle vie en tant que « Paul » - le messager du Seigneur « devant les païens, les rois et les enfants d'Israël ». De la même façon, les Canadiens d'aujourd'hui sont en train de sortir de l'aveuglement et de la confusion en commençant à reconnaître une nouvelle réalité qui remet en question la grande variété de récits sacro-saints qui sont à l'ordre du jour. Ces récits, y compris ceux associés à la poursuite des politiques de « zéro Covid » aux mandats de vaccination forcés et aux " »réinitialisations » économiques mondiales, leur ont tous été imposés comme des articles de foi qui favorisent le « bien public », même s'ils dévastent des droits et des libertés individuels de longue date et durement acquis.

La conversion de Saul sur le chemin de Damas

Les écailles semblent tomber des yeux des Canadiens à un rythme accéléré. À l'appui de cette observation, j'ai récemment reçu une correspondance sous forme de confession d'un officier distingué de la GRC à la retraite, John. John a déclaré qu'il avait d'abord pensé que je réagissais de façon excessive aux mesures de lutte contre la pandémie du virus Wuhan lorsque j'ai dit qu'elles constituaient des restrictions non fondées de nos libertés civiles si précieuses. Il a poursuivi en déclarant que son évaluation initiale était erronée et que la suite des événements l'a convaincu qu'il devait s'excuser pour sa précipitation à juger. Les aveux de John se répercutent maintenant sur la place publique, car des analystes, comme Neil Oliver, du réseau GB News (GBN) du Royaume-Uni, déclarent carrément que nous avons été « pris pour des imbéciles » et que nous devons « ouvrir nos yeux ». M. Oliver note que nous, le public, avons été si confiants dans notre classe dirigeante pendant si longtemps que nous avons été incapables « d'envisager l'idée que ces autorités pourraient en fait travailler contre nous ».

Neil Oliver de GBN News - « on nous prend pour des imbéciles »

Oliver poursuit en affirmant que « lorsque les écailles tombent des yeux d'une personne, la clarté est brièvement écrasante ». Son observation est logique étant donné que les faux récits dont il parle ont été enfoncés avec tant de véhémence et d'ardeur dans la gorge de citoyens naïfs et sans méfiance. L'effet n'est toutefois pas permanent, car la réalité des choses contraste fortement avec les constructions utopiques proposées par les idéologues de pacotille aux commandes. Ainsi, les Européens voient l'abîme qui les attend alors que les combustibles traditionnels ont été balayés pour faire place aux énergies renouvelables vertes - des énergies renouvelables qui ne peuvent ni réchauffer la famille en hiver ni produire l'électricité nécessaire pour alimenter les véhicules électriques nouvellement frappés. Ajoutez à cela la constatation inquiétante que les futurs pouvoirs sont prêts à fermer les exploitations agricoles productrices de denrées alimentaires, même s'ils refusent d'établir un lien entre plus de deux ans de fermeture et « une inflation galopante, des taux d'intérêt en hausse et des chaînes d'approvisionnement perturbées ». Faut-il s'étonner que les écailles tombent maintenant des yeux comme des mouches?

Les écailles tombent maintenant des yeux comme des mouches
 

Le chemin vers Ottawa


Le convoi de la liberté 2022 peut être considéré comme une réincarnation du voyage de Saul vers Damas. Dans les deux cas, ce sont les excès flagrants des autorités contre les non-conformistes qui ont fait tomber les écailles des yeux. Dans le cas du Convoi, les autorités ont qualifié tous les participants au Convoi et leurs partisans de « marginaux inacceptables », alors même qu'elles emprisonnaient et enchaînaient leurs leaders pour méfait, sans caution. Ces réactions excessives, ainsi que le refus obstiné d'écouter, et encore moins d'aborder, les préoccupations rationnelles du convoi, ont incité les Canadiens de tout le pays à regarder de plus près et à se demander pourquoi leurs représentants élus étaient si récalcitrants et si mesquins. Après tout, l'invocation connexe de la Loi d'urgence qui brime la liberté et le gel concomitant et sans précédent des comptes bancaires avaient un impact sur tous les citoyens et pas seulement sur les « inacceptables ».

La vice-première ministre, Chrystia Freeland, alors qu'elle invoque la loi d'urgence et annonce le gel des comptes bancaires

Les écailles ont peut-être commencé à tomber avec l'invocation de la loi sur l'état d'urgence, mais les yeux se sont ouverts en grand lorsque les faits entourant sa mise en œuvre sont apparus sur la place publique. Malgré l'existence de médias désintéressés et partiaux, les faits générés par les procédures judiciaires et d'enquête n'ont pu être supprimés. Les dépositions devant les tribunaux dans l'affaire de la contestation de la Charte par Brian Peckford, par exemple, ont révélé que le plus grand épidémiologiste de la santé publique du Canada ne recommandait pas l'obligation de vacciner les voyageurs aériens - les preuves scientifiques n'en justifiaient tout simplement pas la nécessité. Le manque de preuves scientifiques à l'appui des mandats de vaccination des voyageurs, qui étaient au cœur des protestations de convoi, a été confirmé dans une autre affaire judiciaire rapportée par Rupa Subramanya. Cette preuve a révélé que les mandats ont été invoqués par une unité secrète de Transports Canada, l'unité « Covid Response and Recovery », qui ne disposait d'aucune expertise crédible en matière de santé publique. La présence d'une telle expertise aurait pu faire la différence, car l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) n'a pas été en mesure d'identifier un quelconque avantage de la vaccination pour les voyages aériens. Mais là encore, cela n'aurait été le cas si la priorité était la santé publique et non la politique. En fin de compte, l'obligation de se faire vacciner pour les voyages s'accorde parfaitement avec le déclenchement d'une élection surprise.

Jennifer Little, directrice générale de Covid Response and Recovery, Transport Canada

Les écailles tombent rapidement lorsqu'on se rend compte que le gouvernement du Canada a imposé des mesures qui restreignent les droits de la Charte des Canadiens de vivre et de voyager librement. Cela va à l'encontre de la loi suprême du pays, la Constitution, qui stipule clairement que de telles violations ne peuvent être tolérées que si elles peuvent être « manifestement justifiées dans une société libre et démocratique ». Si l'on ajoute à cela le fait que l'absence de toute preuve à l'appui en faveur des mandats (reliés au vaccins et aux voyages) a été supprimée et n'a jamais été autorisée à entrer sur la place publique, on peut facilement comprendre l'angoisse des citoyens à leur sujet et à la déclaration de la Loi d'urgence. Pire encore, ces mêmes Canadiens ont réalisé, grâce à des révélations plus récentes, que l'élément déclencheur de l'invocation de la Loi d'urgence, à savoir le blocage illégal des rues d'Ottawa, n'était pas en jeu le jour où la Loi est entrée en vigueur. En effet, un accord entre les manifestants et un négociateur de la ville d'Ottawa avait été mis en place la veille. Ce fait était connu des autorités du gouvernement fédéral, mais n'a jamais été reconnu publiquement jusqu'à maintenant. Le gouvernement voulait-il imposer la Loi sur l'état d'urgence contre vents et marées? Si oui, quel était leur objectif en agissant ainsi?

Dean French, négociateur de la ville d'Ottawa pendant le convoi de la liberté 2022
 

La voie vers le despotisme


L'engagement du gouvernement fédéral à maintenir ses mandats de vaccination pour les voyages et les lieux de travail est démontré par la ténacité avec laquelle il les a maintenus en place. Dans le cas des mandats de voyage, par exemple, ils ont refusé d'envisager leur abrogation même si des données faisant autorité ont démontré que les vaccins étaient inefficaces pour prévenir la transmission de la contagion. Plutôt que d'admettre l'évidence, ils ont persisté à imposer les mandats jusqu'à ce que des procédures judiciaires révèlent que nos propres experts refusaient de confirmer qu'ils apportaient un quelconque avantage aux voyageurs. En effet, ce n'est que le lendemain de ce témoignage que les autorités fédérales ont choisi d'amorcer un retrait tactique et de « suspendre » les mandats de vaccination sur les lieux de travail et de voyage. Le mot « suspendre » impliquait néanmoins une volonté de rétablir les mandats si l'occasion se présentait, même si le joyau de la couronne des restrictions en cas de pandémie, l'application ArriveCan, est restée en place pour bloquer et ralentir le passage dans les aéroports canadiens.

L'application canadienne ArriveCan, le joyau des mesures de lutte contre la pandémie?

Malgré les protestations des travailleurs de l'Agence canadienne de sécurité aux frontières qui ont insisté sur le fait que l'application ArriveCan était responsable de l'engorgement des aéroports et des frontières canadiennes, les autorités canadiennes des transports ont insisté sur le fait que ce n'était pas le cas - les Canadiens ne doivent pas croire leurs yeux qui mentent. La question qui se pose alors est la suivante: pourquoi la classe dirigeante canadienne est-elle si attachée à l'application et pourquoi doit-elle la maintenir en l'absence de toute condition d'urgence? La réponse à cette question pourrait se résumer au fait que l'application intègre des algorithmes d'intelligence artificielle qui sont protégés en tant que « secrets commerciaux » et qui auraient conduit à des violations de la Charte pour des milliers de frontaliers canadiens. La situation est si grave que le commissaire à la protection de la vie privée du Canada a ouvert une enquête sur l'utilisation abusive et la distribution éventuelle des quantités de données personnelles recueillies par l'application. ArriveCan est-il l'anguille sous la roche? Nous a-t-elle mis sur la voie du despotisme numérique?

ArriveCan : l'anguille numérique qui se cache?

La candidate à la direction du Parti conservateur du Canada, Leslyn Lewis, croit que l'application ArriveCan sera le précurseur d'un nouvel effort mondial visant à numériser les identités et la monnaie canadiennes. Cette nouvelle initiative, qui prend la forme d'un programme d'«identité numérique du voyageur», prévoit que le Canada conclue un accord avec diverses nations et sociétés internationales, dont le Forum économique mondial (FEM), afin de créer une base de données mondiale d'informations personnalisées. Cette base de données complète pourrait alors facilement devenir le précurseur d'une entreprise mondiale capable de suivre et de contrôler tous ceux qui s'y trouvent enregistrés. En effet, il convient de noter que ce même Forum économique mondial travaille sur une application numérique capable de mesurer l'empreinte carbone d'un consommateur. L'application ArriveCan, l'initiative KTDI pour les voyageurs et le suivi numérique de l'empreinte carbone, commençons-nous à comprendre pourquoi le gouvernement du Canada est si intransigeant lorsqu'il s'agit de se débarrasser d'une application qui existe pour distribuer des données sur l'état des vaccins qui ne sont plus nécessaires? Les écailles sont-ils en train de tomber des yeux et commençons à voir le précurseur d'un système canadien de « crédit social »?

Santé publique ou pouvoir et contrôle, de quoi s'agit-il vraiment?
 

Programme d'été


C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social respectivement. Nous serons particulièrement engagés dans le dossier des libertés civiles alors que la nation s'éloigne des mesures "d'urgence" du virus de Wuhan pour se retrouver à l'approche de la saison automnale de la grippe. Serons-nous obligés de reprendre nos stylos pour prouver une fois de plus que le "zéro-Covid" fait plus de mal que de bien? Nous pensons pouvoir le faire, compte tenu de la nature de la saison, avec des "mises à jour" bimensuelles en juillet-août. Nous espérons que nos dirigeants politiques comprendront leur erreur et rétabliront ce qui nous manque actuellement: un gouvernement responsable et représentatif.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags