C3RF Update, 27 Aug 2021 - The Pact of Umar


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

The real ballot-box question


Canadians can be forgiven for wondering whether or not their political leaders, in this election season, are pulling their collective leg or mocking their intelligence. How could it be that “climate change”, child care and “build back better” are the ballot-box questions when threats of mandatory vaccination programs and passports are becoming realities. And so it is across the land as universities warn students to be fully “jabbed” if they want to attend classes this fall and our own Prime Minister announces that all federally regulated employees and travelling passengers need to be similarly inoculated and credentialed. With no discussion, Canada is rapidly becoming a “papers please” police state in the midst of a national election. With no sense of urgency, Canada is on the verge of dividing its citizens into privileged and untouchable castes with the latter being pilloried as “filth”. How could this be?

The new untouchables - the “unvaxxed”

It would appear that the “unvaxxed” are the new “black” as Charter protections that assure the presumption of innocence do not accommodate the presumption of healthfulness when it comes to the Wuhan virus. How is it that the Charter is capable of protecting a person with HIV/ AIDS from being arbitrarily discriminated against but a person lacking the “vax” can be ostracized from society as a national priority? Additionally, the differing treatment afforded the “unvaxxed” over the “vaxxed” is glaring when one considers the news coming out of states that are on the leading edge of the vaccine rollout program. Such is the case with Israel where data reflects waning efficacy rates with the Pfizer shot and a new propensity for the fully vaccinated to experience serious, breakthrough infections. Given this data and the onset of new “variants”, shouldn’t emergency measures be the same for both the vaccinated and the unvaccinated? Why should the latter be tested before assuming work duties as a medical professional and not the former?

Compulsory testing for the unvaxxed medical worker

It really does seem that all “emergency” powers available to the government and the medical community are being brought to bear against the unvaccinated. The threat of job loss and arbitrary treatment in Canada is very real and being telegraphed by in-place measures that have been instituted abroad. These measures are now creating major societal rifts that see authorities beating on crowds that have the temerity to protest the loss of individual rights and freedoms. And so we see 100’s of thousands marching in France against vaccine passports and police lines being broken by rampaging crowds in Australia. These same demarcation lines are being drawn in Canada as record crowds protest these same issues in downtown Montreal. Canadian society is faltering as individual rights are systematically crushed. Is the ballot-box question really “day care”?

Child care as the ballot-box question in Election 2021?

The Pact of Umar


One can be forgiven for wondering if Canadian authorities have appropriated the coercive tactics of Sharia Law to coerce the unvaccinated into an unwanted jab. These Sharia-derived measures were devised to deal with non-Muslim populations that were overridden by an expanding Islam in its early years and are still in effect to this day. They include the requirement for conquered “people of the book” (primarily Christians and Jews among others) to pay a head tax, the Jizya, and abide by rules and regulations that establish their diminished, or dhimmi, status. These rules remain codified in a Sharia handbook known as “The Reliance of the Traveller” and were in place in the earliest days of Islam in the form of “The Pact of Umar”. It is interesting to note that these discriminatory measures were implemented as late as 2014 by ISIS and included the prohibition of ringing church bells, the wearing of religious symbols and the arming of non-Muslim men.

ISIS implements the Pact of Umar in 2014

As the Pact of Umar divided the Muslim from the non-Muslim throughout various stages of the history of Islam so, it seems, a similar pact is being propagated on the good people of Canada. In this instance, however, it is not religion that forces the divide but one of medical status. The vaccinated shall be afforded preferential treatment when it comes to things like traveling on the nation’s airplanes, trains and cruise ships or working within related federally regulated transportation systems. The unvaccinated, on the other hand, can bloody well deal with the consequences of their selfish decisions. How odd is it that our Minister of Transport Omar Alghabra, who was disappointed when Sharia Law failed efforts to embed it within Ontario’s judicial system, has been tagged to make these discriminatory announcements?

Canadian Minister of Transport, Omar Alghabra

One can be excused for believing that Canada is on the verge of implementing its own “Pact of Trudeau” given its determination to punish the unvaccinated. What is really hard to understand, though, is the dismissive coverage that our “watchdog of democracy” media is providing the related attack on civil liberties. Thousands may protest in the streets but our media elites have firmly planted their heads in the sand when it comes to reporting, let alone analyzing, just what has folks upset. Who cares if the jabs are still experimental in nature with unknown long-term effects and who cares if one of those possible effects is infertility? Who cares if comprehensive studies show that the asymptomatic are not considered to be “drivers” of the spread of infection and who cares that our healthcrats have yet to demonstrate, in accordance with Section 1 of our Charter of Rights and Freedoms, that lockdowns, social distancing and masking do more good than harm in dealing with the Wuhan virus? And finally, who cares if Canada is slipping into a police state even as Election 2021 rolls on?

Pastor Artur and the Canadian Police State

The controlled opposition


One would think that the division of Canada into classes of preferred and disfavoured citizens would provide at least one political party with the opportunity to raise a related “wedge” issue in Election 2021. We have certainly seen this to be the case with the perennial issues of “abortion” and “one-payer health systems” as desperate Liberals tried to reverse initial losses in the first week of the campaign. Those parties opposing the incumbent Liberals were likewise remiss in addressing the loss of fundamental freedoms. This, even as they allowed the 79th anniversary of the Dieppe Raid to be sidelined by mundane arguments over how much special interest groups could expect in return for their votes. No doubt just what the 900 Canadians who died at Dieppe had in mind when they hit the beach some 79 years ago.

900 Canadian dead at the Dieppe Raid of 19 August 1942

As noted in last week’s update entitled “The Disruptors”, the political party system in Canada has usurped power from individual “representatives” and transferred it to faceless machines run by faceless “backroom boys”. One really has to stretch the memory cells to recall the last time Canadian politics was really about something substantial and of great concern to the everyday citizen. The nation building and war fighting years that characterized the country’s progress from Confederation through to the mega-projects of the 1950’s and early 60’s was chock-a-block with such substantive issues. Those heady years were replaced by the more mundane as the 70’s and beyond saw Canada switch gears to distribute wealth for votes and vastly expand “payments to individuals”.

Canada switches gears to distribute the wealth

Gone now are the days of heady debate, heartfelt differences of opinion and things worth fighting for. The world has converged to a singularity where such differences are not only discouraged, they are pilloried as selfish and affronts to the “common good”. There are approved and sanctioned narratives that are pumped out ad nauseum by the acclaimed amongst us and then there is “wrong-think” that is “fact checked” out of existence. It matters not that negated values and traditions that once served as objective realities worth fighting for are allowed to slip away. And so, we see political parties cutting loose those who still revere the old values even as they embrace dangerous preferred narratives that create more harm than good. Is it any wonder that old concepts like individual freedom are not allowed to compete with the mass formation thinking associated with the ideologies of negation? Then again, maybe it’s time to cut loose the political parties in question and embrace the principled individuals who hold fast to self-evident truths.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

La vraie question aux urnes


On peut pardonner aux Canadiens de se demander si leurs dirigeants politiques, en cette saison électorale, se moquent de leur intelligence ou leur tire la pipe. Comment se peut-il que le « changement climatique », les services de garde d'enfants et « mieux reconstruire » soient les questions posées aux les urnes alors que les menaces de programmes de vaccination obligatoire et de passeports deviennent des réalités. Et c'est ainsi que, dans tout le pays, les universités avertissent les étudiants qu'ils doivent se faire vacciner s'ils veulent assister aux cours cet automne, et que notre propre premier ministre annonce que tous les employés sous réglementation fédérale et les passagers doivent être vaccinés et munis d'un passeport. Sans discussion, le Canada se transforme rapidement en un État policier « papiers s'il vous plaît » en plein milieu d'une élection nationale. Sans aucun sens de l'urgence, le Canada est sur le point de diviser ses citoyens en castes privilégiées et intouchables, ces derniers étant cloués au pilori comme, aurait-on dit anciennement, des « malvats ». Comment cela est-il possible?

Les nouveaux intouchables - les « non vaccinés »

Il semblerait que les « non vaccinés « soient les nouveaux « noirs », car les protections de la Charte qui assurent la présomption d'innocence ne tiennent pas compte de la présomption de salubrité lorsqu'il s'agit du virus Wuhan. Comment se fait-il que la Charte soit capable de protéger une personne atteinte du VIH/SIDA contre une discrimination arbitraire, mais qu'une personne dépourvue du "vaccin" puisse être mise au ban de la société en tant que priorité nationale? En outre, la différence de traitement entre les « non vaccinés et les vaccinés » est flagrante lorsque l'on considère les nouvelles provenant des États qui sont à la pointe du programme de déploiement des vaccins. C'est le cas d'Israël, où les données reflètent une diminution des taux d'efficacité du vaccin Pfizer et une nouvelle propension des personnes entièrement vaccinées à souffrir d'infections graves. Compte tenu de ces données et de l'apparition de nouvelles « variantes », les mesures d'urgence ne devraient-elles pas être les mêmes pour les personnes vaccinées et non vaccinées? Pourquoi les seconds devraient-ils être testés avant d'assumer leurs fonctions de professionnels de la santé et pas les premiers?

Test obligatoire pour le personnel médical non vacciné

Il semble vraiment que tous les pouvoirs d' « urgence » dont disposent le gouvernement et la communauté médicale soient utilisés contre les personnes non vaccinées. La menace de perte d'emploi et de traitement arbitraire au Canada est bien réelle. Elle est signalée par les mesures en place qui ont été instituées à l'étranger. Ces mesures créent maintenant d'importants clivages sociétaux qui voient les autorités frapper les foules qui ont la témérité de protester contre la perte des droits et libertés individuels. C'est ainsi que des centaines de milliers de personnes manifestent en France contre les passeports vaccinaux et que les lignes de police sont brisées par des foules déchaînées en Australie. Ces mêmes lignes de démarcation sont tracées au Canada alors que des foules record protestent contre ces mêmes problèmes dans le centre-ville de Montréal. La société canadienne vacille alors que les droits individuels sont systématiquement écrasés. La question aux urnes est-elle vraiment celle des « garderies »?

La garde d'enfants, une question à trancher aux urnes en 2021?

Le pacte d'Umar


On peut se demander si les autorités canadiennes ne se sont pas approprié les tactiques coercitives de la Charia pour contraindre les personnes non vaccinées à la vaccination. Ces mesures dérivées de la Charia ont été conçues pour faire face aux populations non musulmanes qui ont été écrasées par un Islam en expansion dans ses premières années et sont toujours en vigueur à ce jour. Elles comprennent l'obligation pour les « gens du livre (ahl al-kitâb ) » conquis (principalement les Chrétiens et les Juifs, entre autres) de payer un impôt de capitation, la Jizya, et de se conformer aux règles et règlements qui établissent leur statut diminué, ou dhimmi. Ces règles sont codifiées dans un manuel de la Charia connu sous le nom de « Umdat as-Salik wa 'Uddat an-Nasik » (traduit en anglais sous le titre Reliance of the Traveller) et étaient en place dès les premiers jours de l'Islam sous la forme du « Pacte d'Umar ». Il est intéressant de noter que ces mesures discriminatoires ont été mises en œuvre jusqu'en 2014 par Daesh et comprenaient l'interdiction de sonner les cloches des églises, le port de symboles religieux et l'armement des hommes non-musulmans.

Daesh met en œuvre le pacte d'Umar en 2014

Tout comme le pacte d'Umar a divisé les musulmans des non-musulmans à différentes étapes de l'histoire de l'Islam, il semble qu'un pacte similaire soit imposé au peuple du Canada. Dans ce cas, cependant, ce n'est pas la religion qui divise, mais le statut médical. Les personnes vaccinées bénéficieront d'un traitement préférentiel lorsqu'il s'agira de voyager dans les avions, les trains et les bateaux de croisière ou de travailler dans les systèmes de transport réglementés par le gouvernement fédéral. Les personnes non vaccinées, quant à elles, peuvent très bien faire face aux conséquences de leurs décisions égoïstes. N'est-il pas étrange que notre ministre des Transports, Omar Alghabra, qui a été déçu lorsque les efforts visant à intégrer la Charia dans le système judiciaire de l'Ontario ont échoué, ait été choisi pour faire ces annonces discriminatoires?

Le ministre canadien des Transports, Omar Alghabra

On peut être excusé de croire que le Canada est sur le point de mettre en œuvre son propre « Pacte de Trudeau » étant donné sa détermination à punir les personnes non vaccinées. Ce qui est vraiment difficile à comprendre, cependant, c'est la couverture dédaigneuse que nos médias « cerbères de la démocratie » accordent à cette attaque contre les libertés civiles. Des milliers de personnes peuvent protester dans les rues, mais nos élites médiatiques font l'autruche lorsqu'il s'agit de rapporter, et d'analyser, ce qui dérange les gens. Qui se soucie du fait que les vaccins sont encore expérimentaux par nature, avec des effets à long terme inconnus, et qui se soucie du fait que l'un de ces effets possibles soit l'infertilité? Qui se soucie du fait que des études approfondies montrent que les personnes asymptomatiques ne sont pas considérées comme des « vecteurs « de la propagation de l'infection et qui se soucie du fait que nos bureaucrates de la santé doivent encore démontrer, conformément à l'article 1 de notre Charte des droits et libertés, que le confinement, la distanciation sociale et le masquage font plus de bien que de mal dans la lutte contre le virus de Wuhan? Et enfin, qui se soucie de savoir si le Canada glisse vers un État policier alors même que l'élection de 2021 se déroule?

Le pasteur Artur Pawlowski et l'État policier canadien

L'opposition contrôlée et menottée


On pourrait penser que la division du Canada en catégories de citoyens privilégiés et défavorisés donnerait à au moins un parti politique l'occasion de soulever une question « embarassante » lors des élections de 2021. Nous avons certainement vu que c'était le cas avec les éternelles questions de l' « avortement » et des « systèmes de santé à payeur unique », alors que les libéraux désespérés tentaient de renverser les pertes initiales au cours de la première semaine de la campagne. Les partis qui s'opposent aux libéraux sortants ont également négligé d'aborder la question de la perte des libertés fondamentales. Et ce, alors même qu'ils ont permis que le 79e anniversaire du raid de Dieppe soit relégué au second plan par de banales discussions sur ce que les groupes d'intérêts spéciaux pouvaient attendre en échange de leurs votes.C'est sans doute ce que les 900 Canadiens qui ont péri à Dieppe avaient en tête lorsqu'ils sont arrivés sur la plage il y a 79 ans.

900 morts canadiens lors du raid de Dieppe du 19 août 1942

Comme nous l'avons indiqué dans la mise à jour de la semaine dernière intitulée « Les perturbateurs », le système des partis politiques au Canada a usurpé le pouvoir des « représentants » individuels et l'a transféré à des machines anonymes dirigées par des « éminences grises » anonymes. Il faut vraiment faire des efforts de mémoire pour se rappeler la dernière fois où la politique canadienne a porté sur quelque chose de substantiel et de très important pour le citoyen ordinaire. Les années de construction de la nation et de guerre qui ont caractérisé la progression du pays depuis la Confédération jusqu'aux mégaprojets des années 1950 et du début des années 1960 étaient remplies de questions importantes. Ces années ont été remplacées par des années plus banales, alors que dans les années 70 et au-delà, le Canada a changé de vitesse pour distribuer la richesse en échange de votes et augmenter considérablement les « paiements aux particuliers ».

Le Canada change d'engrenage pour distribuer les richesses

L'époque des débats passionnés, des divergences d'opinion sincères et des combats pour lesquels il fallait se battre est révolue. Le monde a convergé vers une singularité où de telles différences ne sont pas seulement découragées, elles sont clouées au pilori comme étant égoïstes et des affronts au « bien commun ». Il y a des récits approuvés et sanctionnés qui sont pompés ad nauseum aeternam par les acclamés parmi nous et puis il y a la « pensée erronée » qui est « vérifiée par les faits » et bannie. Peu importe que l'on laisse s'échapper les valeurs et traditions négatives qui servaient autrefois de réalités objectives pour lesquelles il valait la peine de se battre. C'est ainsi que nous voyons les partis politiques lâcher ceux qui révèrent encore les anciennes valeurs--- partis qui adoptent des récits dangereux qui font plus de mal que de bien. Faut-il s'étonner que de vieux concepts comme la liberté individuelle ne soient pas autorisés à rivaliser avec la pensée de masse associée aux idéologies de la négation? Peut-être est-il temps de se débarrasser des partis politiques en question et d'embrasser les individus qui s'accrochent à des vérités évidentes.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts