C3RF Update, 29 Jul 2022 – The shape of things to come


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

Canada’s back?


Prime Minister Justin Trudeau made quite a stir when he took office in 2015 and stated that, “Canada’s back”. He explained his remark by saying that the “compassionate and constructive” Canadian voice that the world had missed over 10 years of Conservative rule was finally back on the international stage. For myself, I had hoped he was talking about going back to the Canada I knew as a boy in the 50’s and as a teenager in the 60’s. That Canada was at its zenith as a middle-power nation punching well about its weight. This success had been realized in spite of a history replete with the outsized influences of the United States and Great Britain and had much to do with the sacrifices made during two world wars. Canada had become an industrial powerhouse and was well on its way to securing, as Prime Minister Sir Wilfred Laurier had prophesized in 1904, the 20th century for itself. But this wasn’t the Canada that Justin Trudeau was talking about.

Sir Wilfred Laurier, Canadian Prime Minister 1896 - 1911

Sir Wilfred was not alone in pursuing a third path for Canada that departed from the powerful forces exerted by both the United States and Great Britain. Other nationalists, like O.D. Skelton, would apply their considerable talents and intellect to the task of solidifying a truly independent Canada. Skelton would do so from his office as Canada’s undersecretary of state for external affairs from 1925 to his untimely death in 1941. He would become the founder of Canada’s foreign affairs and international trade establishment and lay the groundwork for successes achieved by the likes of Nobel Peace Prize winner, Lester B. Pearson, during the Suez Crisis of 1956. Canada had moved on from its colonial status to become a founding member of both the United Nations (UN) and the North Atlantic Treaty Organization (NATO) and had transitioned its agricultural economy into that of a first order industrial power in the process.

O.D. Skelton, Canadian Under-Secretary for External Affairs, 1925-41

In addition to Laurier and Skelton, the American, C.D. Howe, stands out as another stalwart of a strong and free Canada by virtue of his performance as Minister of Munitions and Supply during WWII and his efforts in converting Canada’s wartime economy into a free-enterprise juggernaut over the following decade. Accordingly, he was instrumental in creating a country characterized by big ideas that included a trans-Canada pipeline and the development of a nuclear industry. By the time the country’s centennial celebrations began in 1967 efforts by men such as these, and Canadians in general, had turned Canada into a first world nation. Young men, such as myself at the time, would see such a nation as the best country in the world and well worth committing to its defense through military service.

C.D. Howe, Canadian "Minister of Everything", 1940-57
 

The empire strikes back


These heady days chock full of big projects with even bigger returns on investment were facilitated by post-depression Bank of Canada legislation that accommodated interest-free loans for such infrastructure purposes. This all changed in 1974 when Canada both internationalized and privatized its debt by joining the Bank for International Settlements – a central bank of central banks. This momentous move to join the emerging global system of governance can be seen as the nail in the coffin of an economically secure Canada. Other obstacles that preceded this pivotal event served the aims of imperial plans and objectives at Canada’s expense. These impediments were put in place both pre- and post-confederation and worked against the will of a wide swath of Canadians desirous of creating an independent homeland free from offshore influences and shackles.

Is Canada trapped by obstacles and unable to break out of the dependence beachhead?

These shackles included a system of governance that awarded political power to imperial authorities and their cronies while leaving the everyday farmer, fisher, trader and labourer with little control over their lives or circumstances. The situation came to a boil in both Upper (Ontario) and Lower (Quebec) Canada in the rebellions of 1837 and 38 as the dispossessed took up pitchforks and flintlocks to redress the situation. The oligarchs they confronted were part and parcel of empowered networks known as the “Family Compact” in Ontario and the “Chateau Clique” in Quebec. The spirit of freedom and self-determination was alive in the land and would again be demonstrated in both 1870 and 1885 when Louis Riel sought self-determination for a Metis nation during the Red River Resistance (Manitoba) and the Battle of Batoche (Saskatchewan) respectively. Riel would be hanged for his efforts and a Metis nation would never be realized. At the end of the day, however, the Canadian North West would be populated by hardy, self-reliant settlers who would likewise chafe against the likes of a “Family Compact”, a “Chateau Clique” or even a “Laurentide Elite”.

Louis Riel, Father of Confederation by virtue of the Manitoba Act of 1870

Reining in the impulse for self-determination demonstrated by such hardy folk, not the least of which included those of French-Canadian persuasion, would be a difficult task for the “Rule Britannia” crowd. This would be a particularly difficult undertaking given Canada’s explosive, free enterprise growth under the tutelage of “Laurier Liberals” like O.D. Skelton and C.D. Howe and would require all hands to be on deck. Halfway measures would not suffice in deterring the gritty, determined men who took on the Nazis in the Scheldt to free the Netherlands – men who are still memorialized by Dutch school children in present-day Holland. No, the empire’s proxies in Canada would need to pull out all the stops and resort to the organizing principles that the empire fell back on during the late 19th and early 20th centuries to preserve its collapsing prospects. According to Canadian historian Matthew Ehret, these principles would be derived from social Darwinism and apply the language of “systems analysis” to describe an entropic world where resources and space were scarce and only the fittest survived. This was the Canada that Justin Trudeau was talking about.

Canadians in the WWII Battle of the Scheldt Estuary
 

The shape of things to come


I will surely bless you, and I will surely multiply your offspring as the stars of heaven and as the sand that is on the seashore. And your offspring shall possess the gate of his enemies Genesis 22:17


The stops were pulled in the late 50’s and early 60’s in the form of royal commissions that would recommend an end to merit-based, free enterprise national policies while embracing those that were re-distributive in nature and centrally run. These ideas would spring from 19th century thinking that saw the world as a closed system subject to the laws of entropy - a world that required the careful husbanding of scarce resources. This was not a human-friendly place for regular folk who were seen to be a drain on such resources and in need of careful oversight by knowledgeable lords. How else to minimize the damage this rabble might incur on this delicately balanced eco-system? These ideas were propagated on the right by a “Round Table” of the Empire’s notables succeeded by generations of Rhodes scholars. On the left they were promoted by the Fabian Socialists who used the London School of Economics as a breeding ground that amplified George Bernard Shaw’s call for the “selective breeding of man”. The commissions that would call for the shackling of Canada with such entropic ideas included the Gordon Commission of 1955-57 and the Glassco Commission of 1960-63. The former would justify the curtailment of American investment in Canadian nation-building projects while the latter called for the centralization of government policy-making in the hands of heretofore overlooked experts in the form of economists and social scientists.

John Grant Glassco, author of the Royal Commission on Government Organization (1960-63)

The implementation of the recommendations made by these two foundational commissions would fall to Prime Minister and London School of Economics graduate Pierre Elliot Trudeau. He would move quickly in doing so by ballooning re-distributive transfer payments while overhauling government ministries and agencies with new “scientific management” techniques. One startling example of the latter was the transformation of the Canadian Armed Forces from a mission-orientated entity chock full of military ethos to one that was civilianized in line with other government departments. In short order, Glassco Commission findings were used to justify the unification and integration of all operational services under one Chief of Defence Staff. Additionally, and to make matters even worse, any accommodation of military ethos was trashed with a follow-on move to integrate both civilian and military staffs with the formation of a National Defence Headquarters in 1972. The civilianization of the military had progressed to such a degree that CDS General Rick Hillier, in 2005 and in response to the need to better support Canadian combat troops in Afghanistan, created a “castle keep” headquarters within the National Defence Headquarters. This headquarters-within-a-headquarters was operationally focussed and required to better accommodate a “command-centric approach to decision-making” – an approach that had been thrown out with the bathwater by the Glassco make-over of the military. It is interesting to note that these novel organizational innovations may have met muster with the “systems analyst” crowd but they were never replicated anywhere else in the world by any other military. In addressing all of the problems that now beleaguer our Canadian military, one might do well to review these transformations with a mind to uncovering root causes.

General Rick Hillier, Chief of Defence Staff 2005-08

A review of the younger Trudeau’s actions and decisions over the past seven years reveals him to be as much a fan of entropy-centric and re-distributive policies as his father. Looking ahead, we can see this will continue to be the case as he proceeds to mimic other Western nations as they flay themselves with society and economy-crushing policies that threaten to freeze and starve their constituents – all in the name of realizing Agenda 2030 Sustainability Development Goals. And so, we see Canada follow down this path by phasing out its vast energy sector even as it introduces “Environment, Social and Governance” (ESG) legislation aimed at replacing for-profit, free enterprise market systems with those that use fines and subsidies to create a command economy. There can be little doubt that the shape of things to come is dire given the present trajectory and given the fact that all organs of the state, from the political to the judicial to the cultural, are subverting Charter fundamental and individual rights with calls to secure the “public good” through “might is right” measures. If ever there was a time for the good, freedom-loving people of Canada to disabuse these elites of this interpretation of our supreme law and focus on its real intent– it would be now.

Are liberty-loving Canadians the last hope for a free future?
 

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively. We will be particularly engaged with the civil liberties file as the nation moves away from Wuhan virus “emergency” measures only to find itself moving towards the fall flu season. Will we be forced back into our pens to prove once again that “zero-Covid” causes more harm than good? It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see the error of their ways and restore that which we currently lack; a responsible, representative government.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Le Canada de retour?


Le Premier ministre Justin Trudeau a fait sensation lorsqu'il a pris ses fonctions en 2015 et a déclaré que « le Canada est de retour ». Il a expliqué sa remarque en disant que la voix canadienne « compatissante et constructive » qui avait manqué au monde pendant 10 ans de règne conservateur était enfin de retour sur la scène internationale. Pour ma part, j'avais espéré qu'il parlait d'un retour au Canada que j'ai connu en tant que garçon dans les années 50 et en tant qu'adolescent dans les années 60. Ce Canada était à son zénith en tant que nation de moyenne puissance. Ce succès avait été obtenu en dépit d'une histoire remplie des influences démesurées des États-Unis et de la Grande-Bretagne et avait beaucoup à voir avec les sacrifices pendant les deux guerres mondiales. Le Canada était devenu une puissance industrielle et était en passe de s'assurer, comme l'avait prophétisé le premier ministre Sir Wilfred Laurier en 1904, le XXe siècle pour lui-même. Mais ce n'était pas le Canada dont parlait Justin Trudeau.

Sir Wilfred Laurier, Premier ministre canadien 1896 – 1911

Sir Wilfred ne fut pas le seul à poursuivre une troisième voie pour le Canada qui s'éloignait des puissantes forces exercées par les États-Unis et la Grande-Bretagne. D'autres nationalistes, comme O.D. Skelton, mirent leurs talents et leur intelligence considérables au service de la consolidation d'un Canada véritablement indépendant. Skelton s'acquittera de cette tâche depuis son poste de sous-secrétaire d'État aux Affaires extérieures du Canada, de 1925 à sa mort prématurée en 1941. Il est devenu le fondateur de l'établissement des affaires étrangères et du commerce international du Canada et a jeté les bases des succès obtenus par des personnes comme Lester B. Pearson, lauréat du prix Nobel de la paix, lors de la crise de Suez en 1956. Le Canada a quitté son statut colonial pour devenir un membre fondateur des Nations Unies (ONU) et de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), et a transformé son économie agricole en une puissance industrielle de premier ordre.

O.D. Skelton, sous-secrétaire canadien aux Affaires extérieures, 1925-41

En plus de Laurier et de Skelton, l'Américain C.D. Howe se distingue comme un autre pilier d'un Canada fort et libre en raison de sa performance en tant que ministre des Munitions et des Approvisionnements pendant la Seconde Guerre mondiale et de ses efforts pour convertir l'économie canadienne de guerre en un poids lourd de la libre entreprise au cours de la décennie suivante. En conséquence, il a joué un rôle déterminant dans la création d'un pays caractérisé par de grandes idées, dont un oléoduc transcanadien et le développement d'une industrie nucléaire. Au moment où débutent les célébrations du centenaire du pays en 1967, les efforts de ces hommes, et des Canadiens en général, ont fait du Canada une nation du premier monde. Les jeunes hommes, comme moi à l'époque, considéraient cette nation comme le meilleur pays du monde et, une nation qui méritait que l'on s'engage pour sa défense par le biais du service militaire.

C.D. Howe, « ministre de tout » canadien, 1940-57
 

L'empire contre-attaque


Cette époque exaltante, remplie de grands projets avec des retours sur investissement encore plus importants, a été facilitée par la législation de la Banque du Canada, adoptée après la dépression, qui prévoyait des prêts sans intérêt pour de telles infrastructures. Tout a changé en 1974 lorsque le Canada a à la fois internationalisé et privatisé sa dette en adhérant à la Banque des règlements internationaux - une banque centrale des banques centrales. Cette décision capitale d'adhérer au nouveau système mondial de gouvernance peut être considérée comme le clou du cercueil qui a vu s'évanouir la perspective d'un Canada économiquement sûr. D'autres obstacles, qui précéderaient cette « goutte d'eau qui a fait déborder le vase », serviraient les buts des plans et objectifs impériaux aux dépens du Canada. Ces obstacles seraient mis en place avant et après la Confédération et iraient à l'encontre de la volonté d'une grande partie des Canadiens désireux de créer une patrie indépendante, libre des influences et des entraves étrangères.

Le Canada est-il piégé par des obstacles et incapable de sortir de la tête de pont de la dépendance?

Ces chaînes comprenaient un système de gouvernance qui accordait le pouvoir politique aux autorités impériales et à leurs acolytes tout en laissant le fermier, le pêcheur, le commerçant et l'ouvrier de tous les jours sans grand contrôle sur leur vie ou leur situation. La situation a atteint son paroxysme dans le Haut-Canada (Ontario) et le Bas-Canada (Québec) lors des rébellions de 1837 et 38, lorsque les dépossédés ont pris des fourches et des silex pour redresser la situation. Les oligarques qu'ils affrontaient faisaient partie intégrante de réseaux puissants connus sous le nom de « Family Compact », en Ontario, et de « la clique du Château », au Québec. L'esprit de liberté et d'autodétermination est vivant dans le pays et se manifestera à nouveau en 1870 et 1885 lorsque Louis Riel cherchera à obtenir l'autodétermination de la nation métisse lors de la résistance de la rivière Rouge (Manitoba) et de la bataille de Batoche (Saskatchewan) respectivement. Riel sera pendu pour ses efforts et la nation métisse ne verra jamais le jour. En fin de compte, cependant, le Nord-Ouest canadien sera malgré tout peuplé de colons robustes et autonomes qui s'auraient irrités également de l'idée d'un « pacte de famille », d'une « clique de château » ou même d'une « élite laurentienne ».

Louis Riel, Père de la Confédération en vertu de l'Acte du Manitoba de 1870

Il serait difficile pour les partisans de la « Rule Britannia » de freiner l'élan d'autodétermination manifesté par ces gens courageux, dont ceux d'origine canadienne-française n'étaient pas les moindres. Ce serait une entreprise particulièrement difficile étant donné la croissance explosive de la libre entreprise au Canada sous la tutelle des « libéraux de Laurier » comme O.D. Skelton et C.D. Howe, et il faudrait que tout le monde soit au taquet. Des demi-mesures ne suffiraient pas à dissuader les hommes courageux et déterminés qui ont affronté les nazis dans l'Escautpour libérer les Pays-Bas - des hommes que les écoliers néerlandais commémorent encore aujourd'hui en Hollande. Non, les mandataires de l'empire au Canada devront sortir le grand jeu et recourir aux principes d'organisation sur lesquels l'empire s'est appuyé au cours de la dernière et de la première partie du XIXe et du XXe siècle respectivement pour préserver ses perspectives d'effondrement. Selon l'historien canadien Matthew Ehret, ces principes seraient dérivés du darwinisme social et appliqueraient le langage de l' « analyse des systèmes » pour décrire un monde entropique où les ressources et l'espace sont rares et où seuls les plus aptes survivent. C'est le Canada dont parlait Justin Trudeau.

Les Canadiens dans la bataille de l'estuaire de l'Escaut lors de la Seconde Guerre mondiale
 

La nature des choses à venir


Je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. Genèse 22:17 (Louis Segond 1910)


Tout a été mis en œuvre à la fin des années 50 et au début des années 60 sous la forme de commissions royales qui recommandaient la fin des politiques nationales fondées sur le mérite et la libre entreprise au profit de politiques redistributives centralisées. Ces idées découlent de la pensée du 19e siècle qui considérait le monde comme un système fermé soumis aux lois de l'entropie - un monde qui exigeait une gestion prudente de ressources limitées. Ce n'était pas un endroit très accueillant pour les gens ordinaires, qui étaient considérés comme une ponction sur ces ressources et devaient être surveillés de près par des seigneurs bien informés. Comment autrement minimiser les dommages que cette populace pourrait causer à cet écosystème délicatement équilibré? Ces idées étaient propagées à droite par une « Table ronde » des notables de l'Empire, à laquelle succédaient des générations de boursiers de Rhodes. A gauche, elles sont promues par les socialistes fabiens qui utilisent la London School of Economics comme un vivier qui amplifie l'appel de George Bernard Shaw à la « reproduction sélective de l'homme ». Les commissions qui allaient demander que le Canada soit enchaîné par de telles idées entropiques comprenaient la Commission Gordon de 1955-57 et la Commission Glassco de 1960-63. La première justifiait la réduction des investissements américains dans les projets d'édification de la nation canadienne, tandis que la seconde demandait la centralisation de l'élaboration des politiques gouvernementales entre les mains d'experts jusque-là négligés, à savoir des économistes et des spécialistes des sciences sociales.

John Grant Glassco, auteur de la Commission royale d'enquête sur l'organisation du gouvernement (1960-63)

La mise en œuvre des recommandations formulées par ces deux commissions fondamentales incomberait au premier ministre diplômé de la London School of Economics, Pierre Elliot Trudeau. Il s'empressera d'implanter les recommandations en augmentant les paiements de transfert redistributifs et en réorganisant les ministères et les organismes gouvernementaux à l'aide de nouvelles techniques de « gestion scientifique ». Un exemple frappant de cette dernière est la transformation des Forces armées canadiennes, qui passent d'une entité orientée vers sa mission pleine d'éthos militaire à une entité civile alignée sur les autres ministères du gouvernement. En peu de temps, les conclusions de la Commission Glassco ont été utilisées pour justifier l'unification et l'intégration de tous les services opérationnels sous un seul chef d'état-major de la Défense. En outre, et pour aggraver encore les choses, tout accommodement avec l'éthique militaire a été balayé par une mesure subséquente visant à intégrer les personnels civils et militaires avec la formation d'un Quartier général de la Défense nationale en 1972. La démilitarisation de l'armée a progressé à un tel point qu'en 2005, le général Rick Hillier, chef d'état-major de la Défense (CEMD), a créé un quartier général de type « château fort » au sein du Quartier général de la Défense nationale, pour répondre à la nécessité de mieux soutenir les troupes de combat canadiennes en Afghanistan. Ce quartier général dans un quartier général était axé sur les opérations et devait mieux s'adapter à une « approche du processus décisionnel centrée sur le commandement » - une approche qui avait été rejetée par la transformation de l'armée selon la méthode Glassco. Il est intéressant de noter que ces nouvelles innovations organisationnelles ont peut-être été acceptées par la foule des « analystes de systèmes », mais qu'elles n'ont jamais été reproduites ailleurs dans le monde par aucune autre armée. En abordant tous les problèmes qui assaillent aujourd'hui nos militaires canadiens, il serait bon d'examiner ces transformations avec l'intention d'en découvrir les causes profondes.

Le général Rick Hillier, chef d'état-major de la défense 2005-08

Un examen des actions et des décisions du jeune Trudeau au cours des sept dernières années révèle qu'il est tout aussi amateur que son père des politiques centrées sur l'entropie et la redistribution. En regardant vers l'avenir, nous pouvons voir que cela continuera d'être le cas alors qu'il imitera d'autres nations occidentales qui s'écorchent elles-mêmes avec des politiques de destruction de la société et de l'économie qui menacent de geler et d'affamer leurs électeurs - tout cela au nom de la réalisation des objectifs de développement durable de l'Agenda 2030. Ainsi, nous voyons le Canada suivre cette voie en éliminant progressivement son vaste secteur de l'énergie, alors même qu'il introduit une législation « environnementale, sociale et de gouvernance » (ESG) visant à remplacer les systèmes de marché à but lucratif et de libre entreprise par ceux qui utilisent des amendes et des subventions pour créer une économie dirigée. Il ne fait aucun doute que la trajectoire actuelle et le fait que tous les organes de l'État, du politique au judiciaire en passant par le culturel, subvertissent les droits fondamentaux et individuels de la Charte par des appels à garantir le « bien public » par des mesures de type « la force justifie les moyens ». Cela laisse présager un avenir sombre. S'il y a jamais eu un moment pour que le peuple canadien, épris de liberté, désabuse ces élites de cette interprétation de notre loi suprême et se concentre sur son intention réelle, c'est maintenant.

Les Canadiens épris de liberté sont-ils le dernier espoir d'un avenir libre?
 

Programme d'été


C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social respectivement. Nous serons particulièrement engagés dans le dossier des libertés civiles alors que la nation s'éloigne des mesures "d'urgence" du virus de Wuhan pour se retrouver à l'approche de la saison automnale de la grippe. Serons-nous obligés de reprendre nos stylos pour prouver une fois de plus que le "zéro-Covid" fait plus de mal que de bien? Nous pensons pouvoir le faire, compte tenu de la nature de la saison, avec des "mises à jour" bimensuelles en juillet-août. Nous espérons que nos dirigeants politiques comprendront leur erreur et rétabliront ce qui nous manque actuellement: un gouvernement responsable et représentatif.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags