C3RF Member Update - 26 July, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
A corner turned?

Our last “Update” highlighted the need for political leaders made of “royal jelly” – the stuff required to fight for free speech and open up unconstrained conservations on the thorny issues of the day. Recall, as well, that each of the seat-holding and established federal parties was assessed to determine which would actually support such outspoken individuals. Would they “whip” the prospective Member of Parliament into submission or would they support them as they engaged in unfettered debate of the public’s business? Imagine, if you will, a Parliament full of such individuals and parties. Where would we be now?

Would we now be living with a disastrous Motion M-103 – a motion that protects one religion from criticism even as it allocates an unknown portion of some $45 million to fight "Islamophobia". Would we now be living with “gender identity” legislation (Bill C-16) that makes a mockery of Canadian human rights law - legislation that has resulted in BC aestheticians being sued for refusing to wax the genitals of trans-women who present as males? The related debates in each of these instances would have been robust and chock full of reasoned analysis rather than the politically correct narratives that Members of Parliament, and the public-at-large, were made to swallow. Rather this then being called “Islamophobic” or “Transphobic” respectively. How refreshing, then, to see a courageous leader come forward to join a Party dedicated to free and open debate. That, of course, would be Dr. Salim Mansur and the People’s Party of Canada (PPC). Is this the start of the long process of regaining “responsible government”? Has a corner been turned in Canadian politics?

The "elephants in the room"
Recall that Dr. Mansur’s considered and outspoken views were treated quite differently by the Conservative and PPC parties. His belief that “Globalism” and “Islamism” are major threats facing Canada and her cherished individual rights was met with fear by the former while it was embraced wholeheartedly by the latter. The Conservative Party feared his writings on Islamism would subject the Party to calls of “Islamophobia”. The PPC, on the other hand, is on record as designating individual and fundamental rights as the priority over the equality rights of “identifiable groups”. Indeed, when the leader of the PPC, Maxime Bernier, was asked what he would do for the Muslim community if he won the election he said, “nothing”. It would appear that the PPC sees the “individual” as the most important minority. The disparity between the two parties in their treatment of Dr. Mansur prompts the question, “what is it about these two elephants in the room that stymy frank discussion within some Canadian political parties”?
Political correctness as a political force
Let’s face it, the “elephants in the room” will be ignored if the cost of recognizing them exceeds the benefit of doing so. The cost comes in the form of punishment for those who dare exceed the boundaries of speech as laid out by accepted, albeit false, narratives of the day. The evidence is clear and includes the pummelling received by MP Cooper on the occasion of his upbraiding of a Justice Committee witness who errantly linked “conservatism” with “violent extremism”. Not only was he removed from the Committee, his actual words were “expunged” from the official, Hansard record as they were seen to be “hurtful” to Muslim sensibilities. Here we actually see political correctness operating as a priority over the longstanding tradition of faithfully recording House of Commons proceedings. Shades of the “memory hole” in George Orwell’s “1984”? How could it come to this? The imminent Dr. Jordan Peterson has given much thought to the phenomena of political correctness and sees it as an unholy, and paradoxical, alliance between “post-modernism” and “neo-Marxism” - see him speak below on Ideacity:
Political correctness - the post-modern aspect

The post-modern aspect of political correctness sees the employment of a philosophy that recognizes no self-evident truths but postulates that any interpretation of the world is just as valid as any other. We see this theory at work in everyday Canada as previously sacrosanct concepts are deconstructed and negated by oddball alternatives that strain common sense. Thus, we see realities like male/ female binary genderism pilloried and replaced by a gender spectrum theory that accommodates dozens of gender options – pick one. Not only this, this new theory has become a social piety that must not be criticized. To do so would be to invite shaming and ridicule aimed at “chilling” the speech of all save the bravest among us – those with the “royal jelly”.

Political correctness - the neo-Marxist aspect
The “neo-Marxism” arm of political correctness sees the oppressor/ oppressed narrative of classical Marxism morphed from a “proletariat”/ bourgeoise dialectic to one based on tribal identity. In this fashion, we see all manner of identities, and “intersectional” combinations thereof, cast as oppressed, “identifiable groups” suffering under the heavy hand of traditional truths - usually wielded by privileged “whites”. Jordan Peterson notes that this form of Marxism took off in the 1970’s once classical Marxism was outed for the abject failure that it was demonstrated to be. He further notes that upper echelons of education in the West have been infested with its adherents and are successfully passing this neo-Marxism poison on to generations of unsuspecting and uninformed students, in the video below:
Here’s the rub though, even though post-modernism recognizes all interpretations of reality as having equal value the “neo-Marxist” mantra always casts one against the other in a “thesis”/ “anti-thesis” fashion. Jordan Peterson explains the alliance between the two by noting the one thing they have in common, in spades - an endgame that sees the accumulation and application of complete power. It is here that we begin to see political correctness as a cynical entity more concerned with control than with any compassionate enterprise. This being the case, virtue signalling political, media and judicial elites are in the business of using you, not helping you or anyone else.
Total control - Globalism and Islamism
As Salim Mansur would say, Globalism and Islamism are “attached at the hip” when it comes to their mutually shared objective of securing power and control. In the case of Globalism, the 17 Sustainability Development Goals (SDGs) of the United Nations Agenda 2030 can be seen as a classical Marxist exercise in recording worldwide inventories and rationing their distribution to effect equitable outcomes for all. From oceans and waters to population flows to climate itself, all must be controlled by a centralized cadre of non-elected bureaucrats with no criticism countenanced by the unwashed masses. In the case of Islamism or “political Islam”, adherents look to Islam’s canonical and sacred texts to justify the implementation of Sharia Law under the control of a worldwide Caliphate. In both cases, the public is left in the dark on the true nature of each enterprise even as political correctness assures their unchallenged status. Save for men and women with the “royal jelly”, this situation will persist even until the mere pretense of free speech in Canada is disavowed.
Wanted, men and women with the "royal jelly"
So, just who has the “royal jelly” and how can you tell? A good start to identifying these brave souls would be to assess past records. Have they been involved at the coal face in defending individual rights, speaking on their behalf or opposing efforts that curtail and confuse personal freedoms and responsibilities respectively? Do they have a solid understanding of the Judeo-Christian ethic that underpins these freedoms and responsibilities and are they capable of carrying this knowledge forward in the public market place of ideas? Given Jordan Peterson’s observations in the second video above regarding the part played by academia in the spread of neo-Marxism, one might think twice about recruiting or voting for personalities from this sector – unless, of course, they are dealing with a rogue intellectual like Jordan Peterson or Salim Mansur. One might also be forgiven for thinking twice about those who are on record as supporting the implementation of Sharia Law. After all, political Islam, as manifested through Sharia, stands as a premier ally of the concept of the supremacy of the “collective” over the “individual”. Armed with this knowledge and our analysis of political parties from the last “update”, we are now in a much better position to assess just who deserves our vote on 21 October, 2019.
Thanks for your continued support
Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

Co-Chair C3RF

Version française

À la croisée des chemins ?

Notre dernière "Mise à jour" soulignait la nécessité d'avoir des dirigeants politiques faits de "gelée royale" - ce qu'il faut pour lutter pour la liberté d'expression et aborder sans contrainte les questions épineuses de l'heure. Rappelons également que chacun des partis fédéraux titulaires de sièges et des partis fédéraux établis a fait l'objet d'une évaluation afin de déterminer lesquels appuieraient réellement des individus qui s'expriment ouvertement. Est-ce qu'ils sanctionneraient un futur député ou l'appuieraient-ils s’il s'engage dans un débat sans tabou concernant les affaires publiques? Imaginez, un Parlement rempli de tels individus et partis. Où en serions-nous maintenant?

Serait-il possible de vivre avec une motion désastreuse, comme M-103 - qui protège une religion contre la critique alors et alloue une portion inconnue d’une somme de 45 millions de dollars à la lutte contre "l'islamophobie"? Vivrions-nous maintenant avec une loi sur l'" identité sexuelle " (projet de loi C-16) qui tourne en dérision le droit canadien en matière de droits de la personne - et qui a entraîné des poursuites contre des esthéticiennes de la Colombie-Britannique pour avoir refusé d'épiler les organes génitaux de transgenres qui se présentent comme hommes? Dans chacun de ces cas, les débats auraient été robustes et pleins d'analyses raisonnées plutôt que les récits politiquement corrects que les députés et le public ont dû avaler. Or, nous avons plutôt eu droit à des concepts douteux du genre "islamophobie" ou "transphobie". Il est donc rafraîchissant de voir un dirigeant courageux se présenter pour se joindre à un parti voué à un débat libre et ouvert. Il s'agit, bien sûr, du Dr Salim Mansur et du Parti populaire du Canada (CPP). Est-ce le début d'un long processus de reconquête d'un "gouvernement responsable"? Est-ce qu'un tournant s'est opéré dans la politique canadienne?

Les "éléphants dans la pièce"

Rappelons que les points de vue réfléchis et francs du Dr Mansur ont été traités très différemment par le Parti conservateur et le PPC. Sa conviction que le "mondialisme" et l'"islamisme" sont des menaces majeures pour le Canada et ses droits individuels a été accueillie avec crainte par les premiers, tandis que les seconds l'ont adoptée de tout cœur. Le Parti conservateur craignait que ses écrits sur l'islamisme ne l'exposent aux accusations d'"islamophobie". Par contre, Le PPC, a officiellement désigné les droits individuels et fondamentaux comme prioritaires sur les droits à l'égalité des "groupes identifiables". En effet, lorsqu'on a demandé au chef du PPC, Maxime Bernier, ce qu'il ferait pour la communauté musulmane s'il gagnait l'élection, il a répondu "rien". Il semblerait que le PPC considère l'"individu" comme la minorité la plus importante. La disparité entre les deux partis dans le traitement qu'ils réservent à M. Mansur soulève la question suivante: "Qu'est-ce que ces deux éléphants dans la pièce ont de si particulier qu'ils empêchent toute discussion franche au sein de certains partis politiques canadiens"?

Le politiquement correct en tant que force politique

Soyons réalistes, les "éléphants dans la pièce" seront ignorés si le coût de leur reconnaissance dépasse les avantages qu'ils peuvent en tirer. Le coût vient sous la forme d'une punition pour ceux qui osent dépasser les limites de la parole telles qu'elles sont définies par les récits acceptés de l'époque, bien qu’ils soient faux. La preuve est claire et comprend les coups de poing reçus par le député Cooper à l'occasion de l'agression d'un témoin du Comité de la justice qui a associé à tort "conservatisme" et "extrémisme violent". Non seulement il a été retiré du Comité, mais ses paroles ont été " effacées " du compte rendu officiel du Hansard, car elles étaient perçues comme étant " blessantes " pour les sensibilités musulmanes. Ici, nous considérons que le politiquement correct prime sur la longue tradition d'enregistrement fidèle des délibérations de la Chambre des communes. Les nuances du "trou de mémoire" dans "1984" de George Orwell? Comment en est-on arrivé là ? L'éminent Dr Jordan Peterson a beaucoup réfléchi au phénomène du politiquement correct et le considère comme une alliance paradoxale entre le "post-modernisme" et le "néomarxisme":

Le politiquement correct - l'aspect postmoderne

L'aspect postmoderne du politiquement correct voit l'emploi d'une philosophie qui ne reconnaît aucune vérité évidente, mais qui postule que toute interprétation du monde est tout aussi valable que toute autre. Nous voyons cette théorie à l'œuvre dans le Canada de tous les jours, car les concepts sacro-saints qui existaient auparavant sont déconstruits et niés par des solutions de rechange farfelues qui mettent à rude épreuve le bon sens. Ainsi, nous voyons des réalités comme la dichotomie binaire homme/femme mis au pilori et remplacé par une théorie du spectre du genre qui s'adapte à des douzaines d'options - en choisir une. Non seulement cela, mais cette nouvelle théorie est devenue une piété sociale qui ne doit pas être critiquée. Ce serait inviter à la honte et au ridicule que de "paralyser" le discours de tous, à l'exception des plus courageux d'entre nous, ceux qui ont la "gelée royale".

Le politiquement correct - l'aspect néomarxiste

Le bras "néomarxiste" du politiquement correct voit le récit oppresseur/ opprimé du marxisme classique passer d'une dialectique "prolétariat"/bourgeoise à une dialectique basée sur une identité tribale. De cette façon, nous voyons toutes sortes d'identités, et leurs combinaisons "intersectionnelles", présentées comme des "groupes identifiables" opprimés, souffrant sous la lourde main des vérités traditionnelles - généralement maniées par des "blancs" privilégiés. Jordan Peterson note que cette forme de marxisme a pris son essor dans les années 1970, lorsque le marxisme classique a été abandonné pour son échec lamentable. Il note en outre que les échelons supérieurs de l'éducation en Occident ont été infestés par ses adeptes et réussissent à transmettre ce poison néomarxiste à des générations d'étudiants peu méfiants et mal informés:

Le hic, est que même si le post-modernisme reconnaît toutes les interprétations de la réalité comme ayant une valeur égale, le mantra "néomarxiste" jette toujours les uns contre les autres de manière "thèse"/ "antithèse". Jordan Peterson explique l'alliance entre les deux en notant la seule chose qu'ils ont en commun, en pique - une finale qui voit l'accumulation et l'application du pouvoir complet. C'est là que nous commençons à voir le politiquement correct comme une entité cynique davantage préoccupée par le contrôle que par toute entreprise compatissante. Cela étant, la vertu qui signale les élites politiques, médiatiques et judiciaires est de vous utiliser, et non de vous aider ou d'aider qui que ce soit d'autre.

Contrôle total - mondialisme et islamisme

Comme le dirait Salim Mansur, le mondialisme et l'islamisme sont " attachés à la hanche " lorsqu'il s'agit d'atteindre leur objectif commun de pouvoir et de contrôle. Dans le cas de la mondialisation, les 17 objectifs de développement durable (ODD) de l'Agenda 2030 des Nations Unies peuvent être considérés comme un exercice marxiste classique consistant à enregistrer les inventaires mondiaux et à rationner leur distribution pour obtenir des résultats équitables pour tous. Des océans et des eaux aux flux de population en passant par le climat lui-même, tout doit être contrôlé par un cadre centralisé de bureaucrates non élus, sans aucune critique tolérée par les masses mal léchées. Dans le cas de l'islamisme ou de l'"islam politique", les adeptes se tournent vers les textes canoniques et sacrés de l'islam pour justifier l'application de la charia sous le contrôle d'un califat mondial. Dans les deux cas, le public est laissé dans l'ignorance de la véritable nature de chaque entreprise, même si le politiquement correct assure leur statut incontesté. Sauf pour les hommes et les femmes avec la "gelée royale", cette situation persistera même jusqu'à ce que le simple simulacre de la liberté d'expression au Canada soit désavoué.

Recherchés, hommes et femmes avec la "gelée royale".

Alors, qui a la "gelée royale" et comment le savoir? Un bon point de départ pour identifier ces âmes courageuses serait d'évaluer leurs prises de position passées. Ont-ils été impliqués dans la défense des droits individuels, parlant en leur nom ou s'opposant aux efforts qui réduisent et confondent les libertés et les responsabilités individuelles? Ont-ils une solide compréhension de l'éthique judéo-chrétienne qui sous-tend ces libertés et responsabilités et sont-ils capables de faire avancer cette connaissance dans le débat publique? Compte tenu des observations de Jordan Peterson concernant le rôle joué par l'université dans la diffusion du néomarxisme, on pourrait réfléchir à deux fois avant de recruter ou de voter pour des personnalités issues de ce milieu - à moins, bien sûr, qu'il s'agisse d'un intellectuel indésirable comme Jordan Peterson ou Salim Mansour. On ne peut en vouloir à ceux qui hésitent avant d’appuyer ceux qui se sont prononcés par le passé en faveur de la Charia. Après tout, l'islam politique, tel qu'il se manifeste à travers la charia, est un premier allié du concept de la suprématie du "collectif" sur "l'individuel". Forts de ces connaissances et de notre analyse des partis politiques de la dernière "Mise à jour", nous sommes maintenant en bien meilleure position pour déterminer qui méritera notre vote le 21 octobre 2019.

Merci pour votre soutien continu
Votre soutien fait toute la différence et permet à C3RF d’éduquer, de défendre et d’agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!
Et pendant que vous songez faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon