C3RF Member Update - 11 Dec, 2020


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Lines in the sand


As the promises associated with “flattening the curve” fade into history so, it seems, do our Charter Rights and civil liberties. In mid-March of this year, it was all about making a temporary sacrifice of these freedoms to accommodate the development of measures and capacities required by our medical system to deal with an emerging Wuhan virus. Somewhere along the line, however, this promise morphed into a series of permanent demands that all entailed the appropriation of our, heretofore, sacred liberties - all in the name of safety and social responsibility. These included debilitating, rotating lockdowns, mandated use of face masks and, most recently, talk of mandating the vaccination of whole populations. Lines have been drawn in the sand and opposition to these government-ordered interventions will not be allowed to stand. After all, science has undergone a seismic shift in 2020 and can no longer be questioned. The days of the intellectual curiosity and ceaseless questioning associated with the Western scientific method have faded into history along with the rationale behind “flattening the curve”.

And so we see medical authorities, like Ontario’s Chief Medical Officer, David Williams, bat about the idea of punishing those who might refuse to participate in a national vaccination program. Such miscreants can be refused access to various facilities and services – just as are those who refuse, or cannot, wear masks. Masks, by the way, that are known to be ineffective against the transmission of the Wuhan virus. Travel by any public means might be impossible without a certificate of vaccination in hand. It matters not that serious questions remain to be answered regards the efficacy and safety of Wuhan virus vaccines or that some countries note that more data is required to confirm the safety of these same inoculations. In the former case, it is noteworthy that United Kingdom medical authorities have no data on the effect of the vaccine on children under 16 and women who are pregnant or lactating. These authorities also warn that effects on the fertility of recipients is unknown. In the second matter, Switzerland refuses to dispense Wuhan virus vaccines until serious gaps in related safety data packages are addressed. This is the uncertain environment that Canada now finds itself in even as it targets vaccinations as early as December 2020. Is the hurry warranted?

Those who advise caution in this matter are trivialized and even intimidated for questioning the various aspects of the Wuhan virus vaccination program. One such individual is Member of Parliament, Derek Sloan, who had the audacity to sponsor a Canadian House of Commons petition on the matter. He was accused of being an “anti-vaxxer” and jeopardizing the public’s trust in the safety of the vaccines being rolled out. In reality, however, the petition in question simply calls for accepted safety protocols to be employed as it cautions against rushing vaccines into the arms of Canadians. Accordingly, it calls for the institution of an independent committee charged with reviewing all applications for vaccines - including those dealing with the Wuhan virus. One can be forgiven for wondering if things are being rushed along on the wings of political expediency. After all and as expressed in an expert audit of Ontario’s response to the Wuhan virus, Auditor General Bonnie Lysyk noted that “Public health experts did not play a leading role in the Health Command Table and the provincial response…while Public Health Ontario was specifically created after SARS to provide scientific and technical expertise during health emergencies, it played a diminished role as its expertise was not always sought by the Health Command Table”. Could MP Derek Sloan be onto something?

Of inflexibility and civil disobedience


The problem with drawing lines in the sand is that both sides of an argument just keep digging themselves in deeper and deeper. So it is with authoritarians who have forgotten the promise of “flattening the curve” but, instead, have given us a lop-sided approach that relieves them of responsibility while assigning it to those they serve. In this fashion, runaway Wuhan virus case rates can be blamed on those who fail to wear their masks, hang out with neighbours or dare to wander back to their “non-essential” workplaces. It matters not that these policy prescriptions from-on-high have no basis in science, what matters is that you be an obedient citizen and do what you’re told. If even one of you disobeys then that is obviously the cause of any calamity that subsequently occurs. Politicians can never be seen to be at fault and you are always to blame. Problem is, this coin has an obverse side that features frustrated citizens wondering if they are ever going to get their jobs and their civil liberties back. Increasingly, they recognize the fact that the “new normal” they are told is theirs does not accommodate such a return and they begin to dig in.

Given this context, the standoff at the Adamson BBQ in Etobicoke is only remarkable in that it took so long to occur. Recall the Toronto Police Service standing in full force, on horseback, in front of the eatery in an attempt to keep Adam Skelly and his staff from cooking up a cow. The scene was reminiscent of the Winnipeg General Strike of 1919 when destitute workers, many returned from World War 1, petitioned for better working conditions from their well-to-do business employers. Does this sound like the demarcation between today’s “non-essentials” and the “gentry” as noted in last week’s update? In the Winnipeg instance, the troops were called up in the form of the Royal North-West Mounted Police and they charged the strikers with horses, clubs and bullets. Thirty workers were injured while two died even as a host of others were jailed for their troubles on “Bloody Saturday”. The Winnipeg General Strike of 1919 would not be the only time that a government used force to deal with hard-pressed and desperate citizens. Such actions would be replicated in Quebec in the late 40’s and 1950’s as Premier Duplessis used his provincial police forces against strikers and labour unions in several instances. Are we seeing the same battle lines being drawn today? This time between governments dead-set on creating a “new normal” and regular folk defending their livelihoods and fundamental rights and freedoms?

One wonders if there are only two stark and opposed sets of solutions available when it comes to resolving the Wuhan virus crisis. Does not the original plan associated with “flattening the curve” represent a third way capable of addressing the issues at hand? What if serious consideration was given to actually bolstering the medical capacity of the nation to handle the additional loads presented by the virus – even as other, normally anticipated medical requirements were accommodated? It is becoming more apparent by the day that the lockdown strategy is a non-starter. The latest nail in this coffin comes in the form of a comprehensive analysis by the Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) that uses hard data to detail just how counterproductive and harmful the strategy is. On the other hand, it is interesting to note that the scourge of AIDS was brought under control without the luxury of a vaccine and through the use of therapeutics. In a similar fashion, we see reports coming from Israeli medical agencies that detail a whole raft of common, inexpensive drugs that can be re-purposed to tamp down the Wuhan virus and keep the infected out of hospitals and ICUs. Additionally, and to the consternation of those who reject any idea floated by President Trump, Hydroxychloroquine, in combination with Zinc and anti-biotics, continues to prove effective in treating early-stage Wuhan virus. Indeed, latest trials indicate the likelihood of hospitalization was 84% less in those who used the cocktail over a five-day period on an out-patient basis. When weighed against an approach that includes lockdowns, unremitting deficit spending and calls by your finance minister to hand over your savings in the name of stabilizing the economy, wouldn’t a true “flatten the curve” approach, augmented by therapeutics and protection of the vulnerable, be a better way to go? Lacking such an approach, isn’t a confrontation between the “non-essentials” and the “gentry” in 2021 a certainty?

Merry Christmas and Happy Hanukkah


With this last update of 2020, C3RF would like to wish all of our members and friends a Merry Christmas and a Happy Hanukkah.We will be back with you in the new year and look forward to yet another year of fighting against efforts aimed at diminishing your individual, fundamental Charter Rights.A task that will need your attention and good efforts if we are to repel the incessant attacks of the Wuhan virus and the “Great Reset” that will most certainly present themselves in 2021.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Des conditions suffisantes


Alors que les promesses associées à l '«aplatissement» de la courbe s'estompent dans l'histoire, il semble que nos droits et libertés civiles garantis par la Charte s'estompent également. À la mi-mars de cette année, il s'agissait de sacrifier temporairement ces libertés pour permettre le développement des mesures et des capacités requises par notre système médical pour faire face à l'émergence du virus de Wuhan. Cependant, à un moment donné, cette promesse s'est transformée en une série de demandes permanentes sine qua non qui impliquaient toutes l'appropriation de nos libertés jusqu'alors sacrées - tout cela au nom de la sécurité et de la responsabilité sociale. Il s'agissait notamment de fermetures rotatives débilitantes, de l'utilisation obligatoire de masques faciaux et, plus récemment, de l'obligation de vacciner des populations entières. Des lignes ont été tracées dans le sable et l'opposition à ces interventions ordonnées par le gouvernement ne sera pas tolérée. Après tout, la science a subi un changement sismique en 2020 et ne peut plus être remise en question. L'époque de la curiosité intellectuelle et des remises en question incessantes associées à la méthode scientifique occidentale s'est effacée dans l'histoire, tout comme la logique qui sous-tend l' «aplatissement de la courbe».

C'est ainsi que nous voyons les autorités médicales, comme le médecin en chef de l'Ontario, David Williams, s'opposer à l'idée de punir ceux qui pourraient refuser de participer à un programme national de vaccination. Ces mécréants peuvent se voir refuser l'accès à diverses installations et services - tout comme ceux qui refusent ou ne peuvent pas porter de masque. Des masques, d'ailleurs, dont on sait qu'ils sont inefficaces contre la transmission du virus de Wuhan. Les voyages par tout moyen public peuvent être impossibles sans un certificat de vaccination en main. Il importe peu que des questions sérieuses restent sans réponse concernant l'efficacité et la sécurité des vaccins contre le virus de Wuhan ou que certains pays notent que davantage de données sont nécessaires pour confirmer la sécurité de ces mêmes inoculations. Dans le premier cas, il convient de noter que les autorités médicales du Royaume-Uni ne disposent d'aucune donnée sur l'effet du vaccin sur les enfants de moins de 16 ans et les femmes enceintes ou allaitantes. Ces autorités avertissent également que les effets sur la fertilité des receveurs sont inconnus. Dans le second cas, la Suisse refuse d'administrer des vaccins contre le virus de Wuhan tant que de graves lacunes dans les ensembles de données relatives à la sécurité n'auront pas été comblées. C'est dans ce contexte incertain que se trouve le Canada, alors même qu'il vise des vaccinations dès décembre 2020. Cette précipitation est-elle justifiée?

Ceux qui conseillent la prudence en la matière sont banalisés et même intimidés pour avoir remis en question les différents aspects du programme de vaccination contre le virus de Wuhan. L'un de ces individus est le député Derek Sloan, qui a eu l'audace de parrainer une pétition de la Chambre des communes canadienne sur la question. Il a été accusé d'être un «anti-vacination» et de mettre en péril la confiance du public dans la sécurité des vaccins mis en place. En réalité, cependant, la pétition en question demande simplement que des protocoles de sécurité acceptés soient utilisés, car elle met en garde contre l'introduction précipitée de vaccins. En conséquence, elle demande la création d'un comité indépendant chargé d'examiner toutes les demandes de vaccins - y compris celles qui concernent le virus de Wuhan. On peut se demander si les choses ne sont pas précipitées pour des raisons d'opportunisme politique.Après tout, et comme l'a exprimé un audit d'experts sur la réponse de l'Ontario au virus de Wuhan, le vérificateur général Bonnie Lysyk a noté que «les experts en santé publique n'ont pas joué un rôle de premier plan dans la «table d'action»de la santé et la réponse provinciale... alors que la Santé Publique de l'Ontarioa été spécifiquement créé après le SRAS pour fournir une expertise scientifique et technique lors des urgences sanitaires, ellea joué un rôle réduit car son expertise n'était pas toujours recherchée par les membres de la «table d'action»de la santé». Le député Derek Sloan pourrait-il avoir raison?

L'inflexibilité et la désobéissance civile


Le problème, quand on trace des lignes immuables dans le sable, c'est que les deux parties d'une dispute s'enfoncent de plus en plus dans les sables mouvants. Il en va de même pour les autorités qui ont oublié la promesse d' «aplatir la courbe» mais qui, au lieu de cela, nous ont donné une approche déséquilibrée qui les décharge de toute responsabilité tout en blâmant ceux qu'ils servent. De cette façon, les taux de cas du virus Wuhan peuvent être imputés à ceux qui ne portent pas leur masque, ne fréquentent leurs voisins ou osent retourner sur leur lieu de travail «non essentiel». Peu importe que ces prescriptions politiques de la part d'en haut n'aient aucun fondement scientifique, ce qui compte, c'est que vous soyez un citoyen obéissant et que vous fassiez ce qu'on vous dit de faire. Si l'un d'entre vous désobéit, c'est évidemment la cause de toutes les calamités qui se produisent par la suite. Les politiciens ne peuvent jamais être considérés comme fautifs et vous êtes toujours à blâmer. Le problème, c'est que cette pièce a un revers qui met en scène des citoyens frustrés qui se demandent s'ils retrouveront un jour leur emploi et leurs libertés civiles. De plus en plus, ils reconnaissent que la «nouvelle normalité» qu'on leur dit être la leur ne permet pas un tel retour et ils commencent à préparer une lutte contre les autorités.

Dans ce contexte, l'impasse du BBQ Adamson à Etobicoke n'est remarquable que dans la mesure où il a mis tant de temps à se produire. Rappelons que la police de Toronto, à cheval, se tenait en force devant le restaurant pour empêcher Adam Skelly et son personnel de cuisiner. La scène rappelle la grève générale de Winnipeg de 1919, lorsque des travailleurs démunis, dont beaucoup sont revenus de la Première Guerre mondiale, ont demandé de meilleures conditions de travail à leurs employeurs aisés. Est-ce que cela ressemble à la démarcation entre les «non essentiels» d'aujourd'hui et la «noblesse», comme l'indiquait la mise à jour de la semaine dernière? Dans le cas de Winnipeg, les troupes ont été appelées sous la forme de la Royal North-West Mounted Police et elles ont chargé les grévistes avec des chevaux, des bâtons et des balles. Trente travailleurs ont été blessés et deux sont morts, alors que de nombreux autres ont été emprisonnés lors du «samedi sanglant». La grève générale de Winnipeg de 1919 ne sera pas la seule fois où un gouvernement aura recours à la force pour faire face à des citoyens en détresse et désespérés. De telles actions ont été reproduites au Québec à la fin des années 40 et dans les années 50, lorsque le premier ministre Duplessis a utilisé ses forces de police provinciales contre des grévistes et des syndicats à plusieurs reprises. Sommes-nous en train de voir les mêmes lignes de bataille se démarquer? Cette fois-ci, entre des gouvernements déterminés à créer une «nouvelle normalité» et des gens ordinaires qui défendent leurs moyens de subsistance et leurs libertés et droits fondamentaux?

On peut se demander s'il n'y a pas deux ensembles de solutions opposées pour résoudre la crise du virus de Wuhan. Le plan initial associé à l' «aplatissement de la courbe» ne représente-t-il pas une troisième voie capable de résoudre les problèmes en question? Envisagions-nous sérieusement de renforcer la capacité médicale de la nation pour faire face aux charges supplémentaires présentées par le virus - même si d'autres besoins médicaux normalement prévus étaient pris en compte? Il devient de plus en plus évident que la stratégie de confinement est un échec. Le dernier clou du cercueil se présente sous la forme d'une analyse complète du Centre de Justice pour les Libertés Constitutionnelles (JCCF) qui utilise des données concrètes pour détailler à quel point la stratégie est contre-productive et nuisible. D'autre part, il est intéressant de noter que le fléau du SIDA a été maîtrisé sans le luxe d'un vaccin et grâce à l'utilisation de médicaments. De la même manière, nous voyons des rapports provenant d'agences médicales israéliennes qui détaillent toute une série de médicaments courants et peu coûteux qui peuvent être réutilisés pour lutter contre le virus de Wuhan et empêcher les personnes infectées d'entrer dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs. En outre, et à la consternation de ceux qui rejettent toute idée lancée par le président Trump, l'hydroxychloroquine, en combinaison avec le zinc et les antibiotiques, continue de s'avérer efficace pour traiter le virus de Wuhan à un stade précoce. En effet, les derniers essais indiquent que la probabilité d'hospitalisation était inférieure de 84% chez ceux qui ont utilisé le cocktail sur une période de cinq jours en consultation externe. Face à une approche qui comprend des mesures de blocage, des dépenses déficitaires incessantes et des appels de votre ministre des finances à vous ruiner au nom de la stabilisation de l'économie, une véritable approche «d'aplatissement de la courbe», complétée par des thérapies et la protection des personnes vulnérables, ne serait-elle pas une meilleure solution? En l'absence d'une telle approche, une confrontation entre les «non essentiels» et la «noblesse» en 2021 semble devenir une certitude!

Un Joyeux Noël et une joyeuse Hanoukka


Avec cette dernière mise à jour de 2020, le C3RF souhaite à tous ses membres et amis un Joyeux Noël et une Joyeuse Hanoukka. Nous serons de retour parmi vous au cours de la nouvelle année et nous nous réjouissons de pouvoir lutter une fois de plus contre les efforts visant à diminuer vos droits individuels fondamentaux garantis par la Charte. Une tâche qui nécessitera votre attention et de bons efforts si nous voulons repousser les attaques incessantes du virus de Wuhan et de la « grande réinitialisation » qui se présentera très certainement en 2021.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon