C3RF Update, 05 Mar 2021 – Medium as message


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Is the medium the message?


One could be forgiven for wondering, “what’s with this ‘cancel culture’” that is crushing our right to free expression? The examples are everywhere as opposition to politically correct narratives are met with obstruction and ridicule. Cases in point include:

When you get right down to it, our ability to communicate, debate ideas and get our messages across are becoming harder with each passing day. Big Tech and big government seem to have a death grip on these critical capacities. How did it come to this?


Nearly 60 years ago, the well-known Canadian media theorist, Marshall McLuhan, famously and controversially asserted that “the medium is the message”. The statement was seen as counter-intuitive at the time as it prioritized form, the medium, over content, the message. McLuhan likened the medium or mode of communication to a light bulb that rendered possible certain human activities, like brain surgery. In short, such activities become the “content” of the electric light because “they cannot exist without it”. In this fashion, the advent of particular modes of communication gives rise to shifts in social life. We see, for example, the printing press moving society from an oral culture dominated by storytellers and tightly cloistered knowledge centres to a visual one characterized by literacy and uniformity – both of which led to the rise of “rational individualism and Western nationalism”.


McLuhan foresaw the development of a “global village” long before the internet came to pass. In it he saw evolving technology providing a medium capable of moving messaging away from a one-on-one experience between a reader and his or her book to one that bombarded all with the same messages at the same time – a move away from “individual man” to “tribal man”. Accordingly, man is “re-tribalizing” as he becomes more involved with what the group knows and with what it does. As the new electronic medium replaces a print culture of “one thing at a time” with one that is “everything at once” we have moved from seeking self-definition to fitting in with the drumbeats that bombard us. We have transitioned from “individual man” to “tribal man”.

The problem with tribalism


Given the advent of McLuhan’s “global village” and its tribal drumbeats, we can begin to understand how our society has become so polarized over recent years. The situation becomes particularly concerning when certain communities within that society use these same tribal dynamics to emphasize and demonize perceived group differences. Prime among these are those that proffer narratives of negation to attack traditions, cultures and belief systems that stand in the way of their pursuit of power and control. Theirs is an easy task as it’s a simple matter to criticize the positions of others, and even objective reality, when one stands for nothing and has nothing to defend. After all, tearing things down is a facile project when there is no need to consider the reconstruction that necessarily follows. A case in point might be the Canadian government’s pigheaded determination to “phase out the oilsands” and institute a “green new deal”, even as it lacks the green energy technology required to make such a transition happen.

The “re-tribalization” of society, as seen by McLuhan, is bad enough, but what happens when you put it on steroids by centralizing control of the enabling “medium” within a few activist hands? And so it is as we have seen big tech and big government, as noted above, moving to shape, control and even disappear information in order to reward their friends and punish their enemies. It is interesting to note that these divisive machinations inevitably involve incessant attacks on traditional mores and their replacement with narratives that are self-declared, with little or no substantiation, as superior. Indeed, any disagreement with the new realities are attacked as bigoted, racist, Islamophobic, transphobic or whatever and not worthy of consideration. “Tribal man” does not deign to countenance any insolence from “individual man”.

Problem is, the “cancel culture” empowered by our digitized medium is self-reinforcing. As one side names and shames the other for being out-of-step with the beating drums, deep-seated resentment sets in. The natural response is to react with like vitriol and this, perhaps, is the desired response.After all, it creates a negative feedback loop that is certainly capable of destroying a whole society. Given this cancel culture-polarization is intended, compromise with, and appeasement of, its perpetrators will never work. They will never honour such concessions as they would impede the degree of control and power that is being sought. It’s like we are in another “peace in our time” moment. The medium is indeed the message and the media are controlled by the wannabe tyrants.

Never was so much owed by so many to so few

Given the hesitancy of the current crop of Canadian politicians to confront the “cancel culture”, we are left with ourselves to mount a fight. Such is the case as even the few politicians that have expressed an interest in pushing back with sound, reasoned arguments against the self-declared pieties of the day are named, shamed and ridiculed. Take for example:

The hypocrisy behind all of these expulsions is thick as molasses as they were affected by leaders who won their positions on the promise of fighting “cancel culture” and being “true blue” to the conservative cause. There are certainly no Churchills amongst them as they themselves cannot resist the beating drums of “tribal man”. It is “peace in our time” once again.

There are a few, however, who have taken it upon themselves to stand their ground and fight for their civil liberties. They do so in the face of the full force and power of the machineries of governments and their quisling friends in the mainstream media. One such hero is the BBQ guy, Adam Skelly, who had no choice but to engage in civil disobedience to keep food on the tables of his family and those of his employees. He wonders why:

  • the total numbers of deaths have not increased across the board due to the Wuhan virus when comparing 2020 with 2019;

  • PCR testing is used to tabulate case counts when they are known to provide fabulously false positive rates – especially when the cycling rates used by the province detect non-infectious nucleotides;

  • authorities didn’t advise on the use therapies, like vitamin D, that boost individual immune systems;

  • judges responsible for progressing his case did not deem it appropriate to run it through the Charter;

  • hospitals and ICU beds are said to be overflowing due to the Wuhan virus when they are known to overflow in all preceding years due to the flu; and

  • no evidence has been provided by the Ontario government that would justify its implementation of Re-Opening Ontario Act measures that limit individual Charter rights – even though the burden rests with this same government.

One wonders why it takes a restaurant owner to raise these very credible questions. Where is our watchdog in such matters in the form of our mainstream media? It appears they back away from such issues quicker than a cat with a sock on its head.

Not to be outdone, Western Canada has its own “few” including Edmonton pastor, James Coates. This man of God committed the crime of holding “non-essential” church services at his GraceLife Church in contravention of Alberta’s lockdown laws. To make matters worse, he is being held in solitary confinement in a maximum-security prison even as prisoners are being released due to Wuhan virus contagion fears. The pastor notes that “many Albertans are afraid and are convinced of the efficacy of government lockdowns for two reasons: misinformation and fearmongering. The media has so pounded the COVID-19 drum since the "pandemic" began, almost exclusively emphasizing caseload and deaths, that people are fearful.” He, like the BBQ guy, believes civil disobedience becomes an option when no others are available and the cause is nothing less than the government’s claim that it has the right to arbitrarily assign or relieve you of your fundamental Charter rights. It is here we see how “individual man” deals with “tribal man” and his beating drums – he refuses to be bullied!

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Le médium est-il le message?


On pourrait être pardonné de se demander ce qu'il en est de cette « cancel culture » qui écrase notre droit à la libre expression. Les exemples sont partout, car l'opposition aux récits politiquement corrects se heurte à l'obstruction et au ridicule. Parmi les exemples en question, on peut citer le:

Au fond, notre capacité à communiquer, à débattre des idées et à faire passer nos messages devient chaque jour plus difficile. Les grandes technologies et les gouvernements semblent avoir une mainmise sur ces capacités critiques. Comment en sommes-nous arrivés là?


Il y a près de 60 ans, le théoricien canadien des médias, Marshall McLuhan, affirmait de manière célèbre et controversée que « le média est le message ». Cette affirmation était considérée comme contre-intuitive à l'époque, car elle donnait la priorité à la forme, le média, plutôt qu'au contenu, le message. McLuhan a comparé le médium ou le mode de communication à une ampoule électrique qui rendrait possible certaines activités humaines, comme la chirurgie du cerveau. En bref, ces activités deviennent le « contenu » de la lumière électrique car « elles ne peuvent exister sans elle ». De cette façon, l'avènement de modes de communication particuliers donne lieu à des changements dans la vie sociale. Nous voyons, par exemple, la presse écrite faire passer la société d'une culture orale dominée par des conteurs et des centres de connaissances étroitement cloisonnés à une culture visuelle caractérisée par l'alphabétisation et l'uniformité - deux éléments qui ont conduit à la montée de « l'individualisme rationnel et du nationalisme occidental ».

McLuhan avait prévu le développement d'un « village planétaire» bien avant l'avènement de l'Internet. Il y voyait l'évolution d'une technologie capable de faire passer les messages d'une expérience individuelle entre un lecteur et son livre à une expérience qui bombarde tout le monde des mêmes messages en même temps - un passage de « l'individu" à « l'homme tribal ». En conséquence, l'homme « re-tribalise » à mesure qu'il s'implique davantage dans ce que le groupe sait et ce qu'il fait. Alors que le nouveau média électronique remplace la culture du livre qui consiste à « une chose à la fois » par une autre qui consiste à «faire tout en même temps », nous sommes passés de la recherche de l'autodéfinition à l'adaptation aux rythmes des tambours qui nous bombardent. Nous sommes passés de l' « homme individuel » à l' « homme tribal ».

Le problème du tribalisme


Avec l'avènement du « village planétaire» de McLuhan et ses tambours tribaux, nous pouvons commencer à comprendre comment notre société s'est tant polarisée ces dernières années. La situation devient particulièrement préoccupante lorsque certaines communautés au sein de cette société utilisent ces mêmes dynamiques tribales pour souligner et diaboliser les différences perçues entre les groupes. Parmi celles-ci, les plus importantes sont celles qui proposent des récits de négation pour attaquer les traditions, les cultures et les systèmes de croyance qui les empêchent de poursuivre leur quête du pouvoir et du contrôle absolu. Leur tâche est aisée car il suffit de critiquer les positions des autres, et même la réalité objective, même quand on ne défend rien et qu'on n'a rien à défendre. Après tout, démolir est un projet facile lorsqu'il n'est pas nécessaire de considérer la reconstruction. On peut citer en exemple la détermination entêtée du gouvernement canadien à « éliminer progressivement les sables bitumineux » et à instaurer un « new deal vert ». Même s'il ne dispose pas de la technologie de l'énergie verte nécessaire pour réaliser une telle transition.

La « re-tribalisation » de la société, telle que la voit McLuhan, est déjà assez mauvaise, mais que se passe-t-il lorsque vous la mettez sous stéroïdes en centralisant son contrôle médiatique entre les mains de quelques activistes ? Et c'est ainsi que nous avons vu les grandes technologies et les grands gouvernements, comme nous l'avons mentionné plus haut, se mettre à façonner, contrôler et même faire disparaître des informations afin de récompenser leurs amis et de punir leurs ennemis. Il est intéressant de noter que ces machinations de division impliquent inévitablement des attaques incessantes contre les moeurs traditionnelles et leur remplacement par des récits qui se déclarent, avec peu ou pas de fondement, comme supérieurs. En effet, tout désaccord avec les nouvelles réalités est attaqué comme étant fanatique, raciste, islamophobe, transphobe ou autre [1] et ne méritant pas d'être pris en considération. L' « homme tribal » ne daigne tolérer aucune insolence de la part de l' « homme individuel ».


[1] Note du traducteur: dans les médias francophones, l'épithète « dérive » ou le substantif « dérapage » sont sans cesse utilisés pour dénoter une position qui n'est pas en accord avec la gauche « woke », impliquant une déviation d'une norme acceptée et donc diabolisant le locuteur : dérive nationaliste, dérive de la droite, etc...

Le problème, c'est que la « cancel culture » rendue possible par notre média numérique s'auto-renforce. Alors qu'une partie dénonce et fait honte à l'autre parce qu'elle est en décalage avec les nouvelles normes, un profond ressentiment s'installe. La réponse naturelle est de réagir avec un peu de vitriol et c'est peut-être la réponse souhaitée. Après tout, cela crée une boucle de rétroaction négative qui est certainement capable de détruire toute une société. Compte tenu de cette cancel culture, la polarisation culturelle est voulue, le compromis et l'apaisement ne fonctionneront jamais. Ils n'honoreront jamais de telles concessions car elles entraveraient le degré de contrôle et de pouvoir recherché. C'est comme si nous étions dans un autre moment de « peace in our time ». Le médium est en effet le message et les médias sont contrôlés par des tyrans en herbe.

Jamais tant de gens n'ont dû autant à si peu


Étant donné l'hésitation de l'actuelle génération de politiciens canadiens à affronter la «cancel culture », il ne nous reste plus que le combat. C'est ainsi que même les quelques politiciens qui ont exprimé leur intérêt à repousser avec des arguments solides et raisonnés contre les conneries contemporaires sont nommés, humiliés et ridiculisés. Renons un exemple :

L'hypocrisie derrière tous ces banissements est patente. Ils ont été banis par des dirigeants qui ont gagné leurs positions sur la promesse de combattre la « cancel culture » et d'être « true blue » pour la cause conservatrice. Il n'y a certainement pas de Churchills parmi eux car ils ne peuvent pas résister aux clairons de « l'homme tribal ». C'est «peace in our time» une fois de plus.

Quelques-uns, cependant, ont pris la responsabilité de défendre leur position et de se battre pour leurs libertés civiles. Ils le font face à la force et à la puissance des mécanismes gouvernementaux et de leurs amis traîtres dans les principaux médias. L'un de ces héros est le propriétaire d'un restaurant barbecue, Adam Skelly, qui n'a eu d'autre choix que de s'engager dans la désobéissance civile pour maintenir son gagne-pain et celui de ses employés. Il se demande pourquoi:

  • le nombre total de décès n'a pas augmenté de manière générale en raison du virus de Wuhan si l'on compare 2020 à 2019;

  • Le test PCR est utilisé pour calculer le nombre de cas lorsqu'on sait qu'il donne des taux de faux positifs fabuleux - surtout lorsque les taux de cycles utilisés par la province détectent des nucléotides non infectieux;

  • les autorités n'ont pas donné de conseils sur l'utilisation de thérapies, comme la vitamine D, qui renforcent le système immunitaire;

  • les juges chargés de faire avancer son cas n'ont pas jugé bon de la passer au crible de la Charte;

  • les hôpitaux et les lits de soins intensifs déborderaient en raison du virus de Wuhan alors qu'on sait qu'ils ont débordé au cours de toutes les années précédentes en raison de la grippe; et

  • le gouvernement de l'Ontario n'a fourni aucune preuve qui justifierait sa mise en œuvre des mesures de la loi de réouverture de l'Ontario qui limitent les droits individuels de la Charte - même si le fardeau incombe à ce même gouvernement.

On se demande pourquoi il faut un restaurateur pour soulever ces questions très crédibles. Où est notre cerbère en la matière? Nos principaux médias traditionnels ? Il semble qu'ils se détournent de ces questions plus rapidement qu'un chat avec un bas sur la tête.

Pour ne pas être en reste, l'Ouest canadien a ses propres « récalcitrants » dont le pasteur d'Edmonton, James Coates. Cet homme d'église a commis le crime de tenir des services religieux « non essentiels » dans son église GraceLife, en violation des lois de confinements de l'Alberta. Pour aggraver les choses, il est confiné à l'isolement dans une prison à sécurité maximale alors même que les prisonniers sont libérés en raison des craintes de contagion du virus de Wuhan. Le pasteur note que « de nombreux Albertains ont peur et sont convaincus de l'efficacité des mesures de confinement du gouvernement pour deux raisons : la désinformation et la peur. Les médias nous ont tellement martelé avec la COVID-19 depuis le début de la « pandémie », en mettant presque exclusivement l'accent sur le nombre de cas et de décès, que les gens ont peur ». Comme le propriétaire du restaurant barbecue, il pense que la désobéissance civile devient une option lorsqu'il n'y en a pas d'autres et que la cause n'est rien d'autre que la revendication du gouvernement qu'il a le droit de vous assigner arbitrairement ou de vous enlever vos droits fondamentaux garantis par la Charte. C'est ici que nous voyons comment « l'homme individuel » traite « l'homme tribal », aux sons du clairon - refuse d'être intimidé!

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon