C3RF Update, 06 May 2022 – Mayday, Mayday, Mayday


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!


View! “In Hot” interview with Brian Peckford – the Charter in a pandemic world


View! All C3RF “In Hot” interviews here


Review and participate in Version 6.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V6.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts and initiatives that help address individual line items in the “One Stop” table. This rendition provides new tyrannical measures that include:

  • the continued refusal of the federal government to lift mask mandates for travel purposes even though they are falling in provincial and American jurisdictions; and

  • the unprecedented use of “Cabinet confidentiality” to stymie attempts to uncover communications and information the government used to justify the invocation of the Emergency Act against Freedom Convoy 2022.

 

Mayday, Mayday, Mayday!


The international radio distress call, Mayday, Mayday, Mayday”, had its beginnings in the 1920s as air traffic over the English Channel between Great Britain and France exploded. A distinguishable emergency notification was needed as airborne, life-threatening emergencies began to mount and other broadcasts, such as “SOS”, were too easily misconstrued over the cackling radios of the time. Accordingly, a rendition of the French expression “m’aidez”, or “help me” in English, was settled upon in the form of “Mayday”. The call was to be used in the direst of situations when life itself was at risk. Other, lessor, emergency communications would be prefaced by the term “Pan, Pan, Pan” to indicate that life, for the time being, was not under threat but that immediate attention was required.

“Mayday, Mayday, Mayday” - the universal aviation distress call

One also notes that, by convention, such distress calls are repeated three times in succession when used. This repetitive format better assures that the message is received and understood and is also used in other instances where urgent attention is required. And so, we see the command, “Eject, Eject, Eject”, used in situations where an aircraft equipped with ejection seat(s) arrives at a point where the seats need to be used. It is not normal that a single-seat fighter pilot would ever give such a command to himself but I have had occasion to give it to another pilot in another aircraft that I was formatting on. We were flying CF104 “Starfighters” and in the midst of conducting high angle, bomb deliveries at the “Jimmy Lake” air-to-ground range complex in northern Alberta (CFB Cold Lake) when I noticed that Kerry’s (his real name) aircraft had caught fire. The fire started in his tail section and was advancing rapidly to the fuel tanks situated just aft of his cockpit when I commanded Kerry to “Eject, Eject, Eject”.

Kerry! “Eject, Eject, Eject”

Kerry ejected safely and his “Mayday” situation was resolved satisfactorily. One wonders if, in a similar fashion, Canada is living through its own emergency with the individual rights and freedoms of its own citizens going up in flames. This has become a major source of concern for many C3RF members who have approached me with the question, “where is our Charter in preventing the unnecessary and unjustified loss of our civil liberties?” As our “One Stop Tyrant Shop” initiative indicates, these attacks on our rights and freedoms are coming fast and furious with no sign of let up in sight. Accordingly, I made a point of asking the Honourable Brian Peckford P.C. in a very recent interview how he saw the Charter playing out given the “emergencies” that have seemingly sidelined it. After all, if anyone has insight on the Charter it has to be the last living “First Minister” responsible for its patriation to Canada.

The Hon Brian Peckford, Charter framer and defender
 

House built on sand


Everyone then who hears these words of mine and does them will be like a wise man who built his house on the rock. And the rain fell, and the floods came, and the winds blew and beat on that house, but it did not fall, because it had been founded on the rock. And everyone who hears these words of mine and does not do them will be like a foolish man who built his house on the sand. And the rain fell, and the floods came, and the winds blew and beat against that house, and it fell, and great was the fall of it. Matthew 7, 24-27


Mr. Peckford spoke at length on the subject of Charter intent and noted, in no uncertain terms, that it has not been respected by some activist judges. Of great concern was the development and evolving use of the “living tree” doctrine that sees a drift away from the Charter’s underpinning principles and natural “roots” in order that the “context of our times” might be better accommodated. Indeed, this doctrine has become so pervasive that it is hardly even referenced by the courts as they bestow their own “constitutional benedictions” on cases that appear before their benches. Peckford sees this evolution as worrisome and unjustified. He sees it as opening the door for courts to change the Constitution rather than simply interpret it.

Have the courts used the “living tree” doctrine to make law?

The possibility that courts are ruling in accordance with the roots of a “living tree” that, itself, is buried in the “context of our times” is truly frightening. That would leave our judicial system open to all manner of post-modern social pieties that have been declared by “cancel culture” to be sacrosanct - even though they might be untethered from the bedrock principles that underpin our own Charter. As noted by Mr. Peckford, these foundational principles are aptly captured in the one short sentence of the Charter’s own preamble. It states, “Whereas Canada is founded upon principles that recognize the supremacy of God and the rule of law:” These principles, as noted in previous updates, include the concept of the individual as a possessor of a unique and intrinsic value. A sovereign that deserves equal treatment under the law. What to think of a legal system that ignores such principles to support a government contention that certain citizens, the unvaccinated ones, no longer deserve equal and fundamental rights?

Building houses on sand not a good idea?

Mr. Peckford notes that such unprincipled decisions are now being made by the courts and offers the example of a Court of Queen's Bench Of Manitoba case to make the point. This case contested the provinces lockdown mandates with expert testimony that unequivocally indicated that such measures were both counterproductive and based on misleading representations. The judge in the case chose to disregard the evidence and ruled that, instead, the government needed to be afforded a “margin of appreciation”. Given such rulings, one can see how some say it’s time to declare Mayday, Mayday, Mayday! when it comes to the Charter’s longevity as a guarantor of fundamental freedoms. Worst still, one can understand how some say it’s time to command Eject, Eject, Eject! and leave the Charter behind completely.

Time to eject from the Charter?
 

Centralize, analyse


Brian Peckford issues a caution, however, when it comes to leaving the Charter behind. He insists that we should give it time and that it will eventually lead us through these freedom-crushing times. In doing so he offers a recent Alberta court decision to make his point. This decision saw a judge rule that the provinces Chief Medical Officer, Deena Hinshaw, could not rely on “Cabinet confidentiality” to keep from divulging “closed door recommendations on Covid-19 restrictions”. This decision can be seen as the first crack in government defences that have steadfastly prevented any challenge of their pandemic narratives. More than this though, the decision might very well set a precedent that makes it very difficult for the federal government to claim this same “Cabinet confidentiality” to keep secret the real story behind the invocation of the Emergency Act in response to Freedom Convoy 2022.

Court of Queen's Bench Justice Barbara Romaine rules against Cabinet confidentiality in Alberta

Given Court of Queen’s Bench Justice Barbara Romaine’s “Cabinet confidentiality” decision, one might wonder if a delay in declaring a Charter “Mayday” is in order. After all, in ruling that data and evidence could not be claimed as confidential entities by a Cabinet, she opened the door for restrictions on civil liberties to be examined in light of being “demonstrably justified” – just as the Charter demands. Not only this, Peckford notes that a number of cases that went against civil liberties at lower court levels are now going through appellate processes that ultimately lead to the Supreme Court of Canada. It is a slow process but it has the capacity to grind exceeding fine. Perhaps now is the time for Canadians to review the factors at play and do what a skilled pilot would do in the face of a critical emergency – centralize the controls and analyse the situation for what it really is. No panic “Maydays” and no panic ejections.

The Supreme Court of Canada awaits a review of pandemic measures?

When one takes the time to stop digging and both gather and analyse the facts it becomes exceedingly clear that the government/media-controlled Wuhan virus narrative is losing its grip on everyday Canadians. Consider these developments:

It would appear that Brian Peckford just might have a point when he suggests that Canadians need to give the Charter a chance to be fully deployed against the unjustified intrusions on their individual rights. Although it is truly unfortunate that governments are allowed to foist such unsubstantiated measures on their citizens in the first place, jurists who afford these authorities such agency under the guise of a “margin of appreciation” will need to eventually explain themselves. How is it that such a fixture of the European Union system of jurisprudence, dedicated to interfering with guaranteed rights in the name of “proportionality”, can find a home in Canada? Again as Mr. Peckford states in his C3RF interview, it took Canada 115 years to acquire its own amending formulae and if anyone desires to incorporate such changes, including the courts, they can darn well use it!

Chief Justice of the Manitoba Court of Queen’s Bench Justice Glenn Joyal innovates with the "margin of appreciation"
 

May is C3RF fund drive month


The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts. Furthermore, in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national confrontation.


All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.


Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility.Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Votre attention s'il vous plaît! Mai est le mois de notre campagne de financement au C3RF. Voir avis ci-dessous!


Regardez! Entretien « In Hot » avec Brian Peckford - la Charte dans un monde de pandémique


Regardez! Toutes les interviews « In Hot » du C3RF ici


Regardez et participez à «La version 6.0 de one stop tyrant shop » du C3RF


Jetez un coup d'œil à la V6.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour vérifier les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts et à des initiatives qui permettent d'aborder les différentes rubriques du tableau « One Stop ». Cette version illustre de nouvelles mesures tyranniques qui incluent:

  • le refus continu du gouvernement fédéral de lever les mandats de masques pour les déplacements, même s'ils tombent sous le coup des compétences provinciales et américaines

  • l'utilisation sans précédent de la « confidentialité du Cabinet » pour contrecarrer les tentatives de découvrir les communications et les informations que le gouvernement a utilisées pour justifier l'invocation de la Loi d'urgence contre le convoi Liberté 2022.

 

Mayday, Mayday, Mayday!


L'appel de détresse international par radio, « Mayday, Mayday, Mayday », a vu le jour dans les années 1920, lorsque le trafic aérien au-dessus de la Manche entre la Grande-Bretagne et la France a explosé. Un signal d'urgence distinct était nécessaire car les urgences aériennes mettant en danger la vie des personnes commençaient à se multiplier et les autres émissions, telles que « SOS », étaient trop facilement mal interprétées par les radios bruyantes de l'époque. C'est ainsi que l'expression française « m'aidez », ou « help me » en anglais, a été reprise sous la forme de « Mayday ». Cet appel devait être utilisé dans les situations les plus graves, lorsque la vie elle-même était en danger. D'autres communications d'urgence, moins importantes, étaient précédées de l'expression « Pan, Pan, Pan » pour indiquer que la vie, pour le moment, n'était pas menacée, mais qu'une attention immédiate était requise.

« Mayday, Mayday, Mayday » - l'appel de détresse universel de l'aviation

On note également que, par convention, ces appels de détresse sont répétés trois fois de suite lorsqu'ils sont utilisés. Ce format répétitif permet de mieux s'assurer que le message est reçu et compris et est également utilisé dans d'autres cas où une attention urgente est requise. Ainsi, nous voyons l'ordre « Éjectez, Éjectez, Éjectez » utilisé dans les situations où un avion équipé d'un ou plusieurs sièges éjectables arrive à un point où les sièges doivent être utilisés. Il n'est pas normal qu'un pilote de chasse monoplace se donne un tel ordre à lui-même, mais j'ai eu l'occasion de le donner à un autre pilote dans un autre avion où j'étais en charge du formatage. Nous volions à bord de CF104 « Starfighters » et étions en train d'effectuer des livraisons de bombes à angle élevé au complexe de tir air-sol « Jimmy Lake » dans le nord de l'Alberta (BFC Cold Lake) lorsque j'ai remarqué que l'avion de Kerry (son vrai nom) avait pris feu. Le feu s'est déclaré dans la queue de l'appareil et se propageait rapidement vers les réservoirs de carburant situés juste à l'arrière du poste de pilotage lorsque j'ai donné l'ordre : « Éjecte, Éjecte, Éjecte »

Kerry! « Éjecte, Éjecte, Éjecte »

Kerry s'est éjecté en toute sécurité et sa situation "Mayday" fut résolue de manière satisfaisante. On peut se demander si, de la même façon, le Canada ne vit pas sa propre situation d'urgence avec les droits et libertés individuels de ses citoyens qui se détériorent. Cette situation est devenue une source majeure d'inquiétude pour de nombreux membres du C3RF qui m'ont approché avec la question suivante: « où en est notre Charte dans la prévention de la perte inutile et injustifiée de nos libertés civiles? ». Comme l'indique notre initiative « One Stop Tyrant Shop », ces attaques contre nos droits et libertés se succèdent rapidement et furieusement, sans aucun signe de relâchement en vue. C'est pourquoi j'ai tenu à demander à l'honorable Brian Peckford P.C., lors d'une récente entrevue, comment il voyait la Charte évoluer compte tenu des « urgences » qui semblent l'avoir mise de côté. Après tout, si quelqu'un a une idée de la Charte, c'est bien le dernier « premier ministre » vivant responsable de son rapatriement au Canada.

L'Honorable Brian Peckford, encadreur et défenseur de la Charte
 

Une maison construite sur du sable


C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc. 26Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison: elle est tombée, et sa ruine a été grande. Matthieu 7,24-27 (Louis Segond 1910)


M. Peckford a longuement parlé de l'intention de la Charte et a noté, en termes non équivoques, qu'elle n'a pas été respectée par certains juges activistes. Il s'est dit très préoccupé par le développement et l'utilisation évolutive de la doctrine de « l'arbre vivant », selon laquelle on s'éloigne des principes sous-jacents et des « racines » naturelles de la Charte afin de mieux tenir compte du « contexte de notre époque ». En fait, cette doctrine est devenue si répandue qu'elle est à peine mentionnée par les tribunaux lorsqu'ils accordent leurs propres « bénédictions constitutionnelles » aux affaires qui leur sont soumises. Peckford considère cette évolution comme inquiétante et injustifiée. Il considère qu'elle ouvre la porte aux tribunaux pour modifier la Constitution plutôt que de simplement l'interpréter.

Les tribunaux ont-ils utilisé la doctrine de l' « arbre vivant » pour faire la loi?

La possibilité que les tribunaux statuent en fonction des racines d'un « arbre vivant » qui, lui-même, est enterré dans le « contexte de notre époque » est vraiment effrayante. Cela laisserait notre système judiciaire ouvert à toutes sortes de piécettes sociales post-modernes qui ont été déclarées sacro-saintes par la "culture de l'annulation" - même si elles ne sont pas liées aux principes fondamentaux qui sous-tendent notre propre Charte. Comme l'a fait remarquer M. Peckford, ces principes fondamentaux sont très bien résumés dans la courte phrase du préambule de la Charte elle-même. On y lit : « Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit »: Ces principes, comme on l'a noté dans les mises à jour précédentes, comprennent le concept de l'individu en tant que détenteur d'une valeur unique et intrinsèque. Un souverain qui mérite un traitement égal devant la loi. Que penser d'un système juridique qui ignore de tels principes pour soutenir l'affirmation d'un gouvernement, affirmation selon laquelle certains citoyens, ceux qui ne sont pas vaccinés, ne méritent plus des droits égaux et fondamentaux?

Construire des maisons sur le sable n'est pas une bonne idée?

M. Peckford note que de telles décisions sans principes sont maintenant prises par les tribunaux et donne l'exemple d'une affaire devant la Cour du Banc de la Reine du Manitoba pour illustrer son propos. Dans cette affaire, on contestait les mandats de confinement des provinces avec des témoignages d'experts qui indiquaient sans équivoque que de telles mesures étaient à la fois contre-productives et fondées sur des représentations trompeuses. Le juge dans cette affaire a choisi de ne pas tenir compte de la preuve et a décidé que le gouvernement devait plutôt bénéficier d'une « marge d'appréciation ». Compte tenu de tels jugements, on peut comprendre que certains disent qu'il est temps de déclarer Mayday, Mayday, Mayday! en ce qui concerne la longévité de la Charte en tant que garant des libertés fondamentales. Pire encore, on peut comprendre que certains disent qu'il est temps de donner l'ordre d' éjecter,: Éjectez, Éjectez, Éjectez! et d'abandonner complètement la Charte.

Il est temps de s'éjecter de la Charte?
 

Centraliser, analyser


Brian Peckford émet toutefois une mise en garde lorsqu'il s'agit d'abandonner la Charte. Il insiste sur le fait que nous devrions lui donner du temps et qu'elle finira par nous guider à travers ces temps d'écrasement de la liberté. Il s'appuie pour cela sur une décision récente d'un tribunal de l'Alberta. Dans cette décision, un juge a statué que le médecin en chef de la province, Deena Hinshaw, ne pouvait pas invoquer la « confidentialité du Cabinet » pour ne pas divulguer les « recommandations à huis clos sur les restrictions relatives à la Covid-19 ». Cette décision peut être considérée comme la première brèche dans les défenses du gouvernement qui a fermement empêché toute remise en cause de ses récits sur la pandémie. Plus encore, la décision pourrait bien créer un précédent qui rendrait très difficile pour le gouvernement fédéral d'invoquer cette même « confidentialité du Cabinet » pour garder secrète la véritable histoire derrière l'invocation de la Loi d'urgence en réponse au Convoi Liberté 2022.

La juge Barbara Romaine de la Cour du Banc de la Reine se prononce contre la confidentialité du Cabinet en Alberta

Compte tenu de la décision de la juge Barbara Romaine de la Cour du Banc de la Reine sur la « confidentialité du Cabinet », on peut se demander s'il ne faudrait pas attendre avant de déclarer un « Mayday » de la Charte. Après tout, en décidant que les données et les preuves ne pouvaient pas être considérées comme des entités confidentielles par un Cabinet, elle a ouvert la porte à l'examen des restrictions des libertés civiles à la lumière d'une « justification qui peut se démontrer », comme l'exige la Charte. De plus, M. Peckford note qu'un certain nombre d'affaires qui allaient à l'encontre des libertés civiles au niveau des tribunaux inférieurs font maintenant l'objet de procédures d'appel qui aboutissent à la Cour suprême du Canada. Il s'agit d'un processus lent mais qui a la capacité de broyer très fin. Le moment est peut-être venu pour les Canadiens d'examiner les facteurs en jeu et de faire ce qu'un pilote compétent ferait face à une urgence critique - centraliser les commandes et analyser la situation pour ce qu'elle est vraiment. Pas de « Mayday» ni d'éjections en panique.

La Cour suprême du Canada attend une révision des mesures de lutte contre la pandémie?

Lorsqu'on prend le temps de rassembler et d'analyser les faits, il devient extrêmement clair que le récit du virus Wuhan, contrôlé par le gouvernement et les médias, perd de son emprise sur les Canadiens ordinaires. Considérez ces développements:

Il semblerait que Brian Peckford ait raison lorsqu'il suggère que les Canadiens doivent donner à la Charte une chance de se déployer pleinement contre les intrusions injustifiées dans leurs droits individuels. Bien qu'il soit vraiment regrettable que les gouvernements soient autorisés à imposer des mesures aussi infondées à leurs citoyens, les juristes qui accordent à ces autorités un tel pouvoir sous le couvert d'une « marge d'appréciation » devront éventuellement s'expliquer. Comment se fait-il qu'un tel élément du système de jurisprudence de l'Union européenne, qui se consacre à l'ingérence dans les droits garantis au nom de la « proportionnalité », puisse trouver sa place au Canada? Encore une fois, comme le dit M. Peckford dans son entrevue avec le C3RF, il a fallu 115 ans au Canada pour acquérir ses propres formules d'amendement et si quelqu'un souhaite incorporer de tels changements, y compris les tribunaux, il peut très bien s'en servir!

Le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba, Glenn Joyal, innove avec la « marge d'appréciation ».
 

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF


L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts. Plus que cela, en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.


Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.


Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags