C3RF Update, 22 Apr 2022 – The Charter at 40


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Review and participate in Version 4.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V4.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out new additions. These changes are in bold text and link to efforts and initiatives that help address individual line items in the “One Stop” table. This rendition provides a link to “Free to Fly” initiatives aimed at defeating Canadian Labour Code overreach on vaccine mandates.

 

Charter thesis


The past few weeks have marked anniversaries that are seminal to the Canadian experience. April 09 2022 was the 105th anniversary of the Battle of Vimy Ridge while April 17 2022 was the 40th anniversary of the patriation of the Canadian Constitution and its embedded Charter. Both events represent formative, historical Canadian developments that speak to the very core of the nation’s raison d'être. In the case of Vimy Ridge, the battle marked the moving away from colonial rule through a disciplined display of miliary firepower and self-determination on the international stage. In the case of the patriation of the Charter, Canada took a final step in establishing its bona fides as a sovereign nation even as it went a step further in declaring a commitment to the fundamental rights and freedoms of each and every Canadian. Canada was not only free but would embrace liberty as an individual right.

Canadians doing the impossible at Vimy Ridge

The idea of living free in a free nation has been written on the hearts of Canadians from the very start. It was instilled through a Judeo-Christian ethic that recognizes the individual as uniquely deserving of dignity and respect and was codified, to an extent, in the Magna Carta of 1215. Accordingly, we saw the notion of “free men” expanding beyond the aristocracy to include a portion of the peasantry in conjunction with the concept that a King was “subject to and not above the law”. This foundational document laid the groundwork for a “rule of law” society that respected the need for “due process” and made all citizens equal before that same law. The Bracton Treatise, compiled in the wake of the Magna Carta, is considered to be the “father of a common law” that enabled fair treatment for a free citizenry. It posited that the two most salient characteristics of this law were the doctrine of precedents and the doctrine of the supremacy of the law – both of which needed to be interpreted through reason rather than arbitrary will or caprice.

Initial sealing of the Magna Carta in 1215

The reasoned aspect of common law brought with it a need to understand and respect a “natural law” that was divined by a higher authority and “infused into the heart of man for his preservation and direction”. Sir Edward Coke, known as the “Shakespeare” of common law, noted that natural law was part of the law of England and was “immutable”. Accordingly, he established that an Act of Parliament that went against common right and reason, or was impossible to be performed, would be controlled by the common law. This natural component of the common law tradition would be swept up within the Canadian context and is witnessed by the pre-Charter installation of the Bill of Rights of 1960. This bill would codify the principles of the supremacy of the law and the need to respect the moral and spiritual values aspired to by free men and women. All of these ideas were intended to be part and parcel of the thesis that underpinned the Charter of 1982.

Sir Edward Coke, the "Shakespeare" of common law
 

Charter anti-thesis


The idea, or thesis, that systems of governance and jurisprudence need to exist in the presence of objective reality and the rule of law has come to be a hallmark of Western liberal democracy. German philosopher Georg Wilhelm Friedrich Hegel famously postulated that all such ideas were both imperfect and in need of confrontation by competing ideas or antitheses. It was his belief that the collision of thesis with antithesis produces a new and more refined understanding in the form of a synthesis. This synthesis combines the two competing elements even as it moves humanity to a closer approximation of a whole truth. This “dialectical” or polemic way of thinking presents as an ideology of negation that suffers no piece-meal truth or objective reality. Accordingly, it repudiates the principles that underpin common law and infuse our Bill of Rights and Charter. Instead, it supports a system comprised of the oppressed and their oppressors who exist, not as individuals, but as fractals of a whole society devoid of self-evident truths.

German philosopher, Georg Wilhelm Friedrich Hegel

Hegel’s philosophy would go on to influence Marx and it would come to be said that if Marx was yesterday then Hegel was the day before. Marx, however, would take Hegel’s ideology of negation from the spiritual realm and apply it to the materialistic to create the phenomenon of “class struggle”. His social experiment would be spearheaded by the Soviet Union and would crash a short 75 years after its inception. The underlying, counter-intuitive ideology, however, would transition from a class to a race-based paradigm in the post-modern era that cranked up in the decade of the 1960s. Like its dialectical forerunner, post-modernism would dismiss objective, natural reality as a naïve concept and declare that “there is no such thing as truth”. In the Canadian context, Prime Minister Trudeau would affirm the nation’s allegiance to this new form of Hegelianism when he stated that Canada was the “first post-national state” and devoid of any “core identity”.

Prime Minister Trudeau denies any Canadian "core identity"

It is not insignificant that the patriation of the Constitution and its embedded Charter in 1982 took place even as post-modern thought was surging throughout the nation. Led by intellectual elites well ensconced within the halls of higher learning across the nation, perceived race struggles would manifest themselves as “identity politics” that would permeate the culture and drive down into political and judicial decision-making processes. And so it came to pass that the original intent of the Charter, even as affirmed by its last living architect, the Honourable Brian Peckford, was transitioned away from the preservation of individual rights and freedoms to one that sought redress for past, perceived pains endured by “identifiable groups”. Indeed, he notes that the stated and intended foundational principles identified within the Charter’s own “preamble” are being treated as dead-letter issues by a judiciary that should know better.

Madame Justice Mary Southin declared Charter preamble reference to the supremacy of God as a “dead-letter”

 

Charter synthesis


Unfortunately, the Charter’s own Section 1 has made it easy to challenge the Charter’s own Section 2 “fundamental” rights with a Hegelian dialectic. Section 1 imposes limits on these latter rights if they can be “demonstrably justified” to be necessary in a free and democratic society. These limitations, along with the absence of property rights, represent major points of departure between the Charter and its forerunner in the form of a Canadian Bill of Rights. These distinctions did not go unnoticed during the Charter’s patriation process. Indeed, the prairie premiers, in the form of Lougheed, Blakeney and Lyon, feared that such Section 1 limitations would enable an activist judiciary to make law at the expense of parliamentary supremacy. Accordingly, they refused to sign on to the Charter absent a “notwithstanding” clause that gave these same parliaments the ability to veto such activist tendencies.

The Honourable Peter Lougheed, Premier of Alberta and "notwithstanding clause" proponent

The Charter at 40 has seen the Canadian judiciary disavow the Charter’s intended thesis and actively support an antithesis dedicated to post-modern, political correctness. This was made clear in 1985 when Justice Lamer dismissed the intent of the framers by positing a “talismanic invocation of the living tree doctrine”. This latter doctrine placed emphasis on the need to “balance” individual rights against the rights of collectives so that the “context of the times” might be better addressed. Indeed, Justice Abella made no bones about the fact that she saw the Supreme Court as “the final adjudicator(s) of which contested values in a society should triumph”. Such hubris! Perhaps the preamble should be changed to read “Whereas Canada is founded upon principles that recognize the supremacy of the Supreme Court and the rule of law”? At any rate, it appears that the overrunning of intended Charter theses, accelerated immeasurable by the Wuhan virus crisis, by antitheses have left Canadians with few, if any, “fundamental” individual rights.

Retired Justice Rosalie Abella, a final arbiter of Canadian social values?

It would appear that the synthesis derived from the battle between Charter theses and antitheses is characterized by much more of the latter than the former. Such judgements, however, might be premature given the fact that the Wuhan virus crisis has inadvertently created a new fault line. This fault line, identified by N.S. Lyons as the one between the “virtuals” (read laptop workers) and the “physicals” (read trucker protesters), is capable of disrupting the race-based, identity politics antithesis that has been winning the day to date. Indeed, the “great reset” proffered by this same antithesis seems to be in great jeopardy as everyday working folk and parents rebel against the arbitrary curtailment of their civil liberties through vaccine mandates and lockdowns. As with the Brexiters, Trumpsters, Truckers and the other “deplorables” that preceded them, the “physicals” are rising up as a political force that needs to be reckoned with. After all, they enjoy the superiority of numbers, are totally dedicated to supporting the Charter thesis as intended and have a stranglehold on the objective realities that make society work and upon which the “virtuals” depend. It stands to be seen whether or not the “physicals” will be successful but an original Charter thesis stands to be fully restored if they are. Antithesis supporters might well ask themselves two questions; am I on right side of history and what side would our Vimy Ridge heroes choose to be on?

Will reality honk back to restore Charter thesis?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Regardez et participez à «La version 4.0 de one stop tyrant shop » du C3RF


Jetez un coup d'œil à la V4.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour examiner les nouveaux ajouts. Ces changements sont en caractères gras et renvoient à des efforts et à des initiatives qui aident à traiter des points individuels dans le tableau du « One Stop ». Cette version fournit un lien vers les initiatives « Free to Fly » visant à faire échec à la surenchère du Code canadien du travail sur les mandats de vaccination.

 

Thèse concernant la Charte


Ces dernières semaines ont été marquées par des anniversaires qui ont marqué l'expérience canadienne. Le 9 avril 2022 était le 105e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, tandis que le 17 avril 2022 était le 40e anniversaire du rapatriement de la Constitution canadienne et de la Charte qui en découle. Ces deux événements représentent des développements formatifs et historiques du Canada qui touchent au cœur même de la raison d'être de la nation. Dans le cas de la crête de Vimy, la bataille a marqué l'abandon de la domination coloniale par une démonstration disciplinée de la puissance militaire et de l'autodétermination sur la scène internationale. Dans le cas du rapatriement de la Charte, le Canada a franchi une dernière étape pour établir son authenticité en tant que nation souveraine, tout en allant plus loin en déclarant son engagement envers les droits et libertés fondamentaux de chaque Canadien. Le Canada n'était pas seulement libre, mais il embrassait la liberté comme un droit individuel.

Les Canadiens réalisent l'impossible à la crête de Vimy

Vivre libre dans une nation libre est inscrit dans le cœur des Canadiens depuis le tout début. Elle a été inculquée par une éthique judéo-chrétienne qui reconnaît que l'individu est le seul à mériter la dignité et le respect et a été codifiée, dans une certaine mesure, dans la Magna Carta de 1215. En conséquence, nous avons vu la notion d'« hommes libres » s'étendre au-delà de l'aristocratie pour inclure une partie de la paysannerie, conjointement avec le concept selon lequel un roi est « soumis à la loi et non au-dessus de celle-ci ». Ce document fondateur a jeté les bases d'une société de « primauté du droit » qui respectait la nécessité d'une « procédure régulière » et rendait tous les citoyens égaux devant cette même loi. Le traité de Bracton, compilé dans le sillage de la Magna Carta, est considéré comme le "père de la Common Law" qui permettait un traitement équitable pour une citoyenneté libre. Il affirmait que les deux caractéristiques les plus marquantes de ce droit étaient la doctrine des précédents et la doctrine de la suprématie de la loi - toutes deux devant être interprétées par la raison plutôt que par la volonté arbitraire ou le caprice.

Les sceaux sont apposés sur la Magna Carta en 1215

L'aspect raisonné de la common law a entraîné la nécessité de comprendre et de respecter une « loi naturelle » qui a été déduite par une autorité supérieure et « infusée dans le cœur de l'homme pour sa préservation et sa direction ». Sir Edward Coke, connu comme le « Shakespeare » de la common law, a noté que le droit naturel faisait partie du droit anglais et était « immuable ». En conséquence, il a établi qu'une loi du Parlement qui allait à l'encontre du droit commun et de la raison, ou qui était impossible à exécuter, serait contrôlée par la common law. Cette composante naturelle de la tradition de la common law sera reprise dans le contexte canadien, comme en témoigne l'installation, avant la Charte, de la Déclaration des droits de 1960. Cette déclaration codifie les principes de la suprématie de la loi et de la nécessité de respecter les valeurs morales et spirituelles auxquelles aspirent les hommes et les femmes libres. Toutes ces idées étaient destinées à faire partie intégrante de la thèse qui soutenait la Charte de 1982.

Sir Edward Coke, le « Shakespeare » de la common law
 

Antithèse de la Charte


L'idée, ou la thèse, selon laquelle les systèmes de gouvernance et de jurisprudence doivent exister en présence d'une réalité objective et de l'état de droit est devenue une caractéristique de la démocratie libérale occidentale. Le célèbre philosophe allemand Georg Wilhelm Friedrich Hegel a postulé que toutes ces idées étaient à la fois imparfaites et devaient être confrontées à des idées concurrentes ou antithèses. Il croyait que la collision de la thèse avec l'antithèse produisait une compréhension nouvelle et plus raffinée sous la forme d'une synthèse. Cette synthèse combine les deux éléments concurrents tout en rapprochant l'humanité d'une vérité entière. Ce mode de pensée « dialectique » ou polémique se présente comme une idéologie de la négation qui ne souffre aucune vérité fragmentaire ou réalité objective. En conséquence, il répudie les principes qui soutiennent la common law et imprègnent notre Déclaration des droits et notre Charte. Il soutient plutôt un système composé d'opprimés et de leurs oppresseurs qui existent, non pas en tant qu'individus, mais en tant que fractales autosimilaires d'une société entière dépourvue de vérités évidentes.

Le philosophe allemand, Georg Wilhelm Friedrich Hegel

La philosophie de Hegel influencera ensuite Marx et l'on en viendra à dire que si Marx était hier, Hegel était l'avant-hier. Marx, cependant, prit l'idéologie de négation de Hegel dans le domaine spirituel et l'appliqua au domaine matérialiste pour créer le phénomène de la « lutte des classes ». Son expérience sociale sera menée par l'Union soviétique et s'effondrera 75 ans à peine après sa création. L'idéologie sous-jacente, contre-intuitive, passera cependant d'un paradigme de classe à un paradigme de race dans l'ère post-moderne qui a démarré dans la décennie des années 1960. Comme son prédécesseur dialectique, le post-modernisme rejetta la réalité objective et naturelle comme un concept naïf et déclarera que « la vérité n'existe pas ». Dans le contexte canadien, le premier ministre Trudeau a affirmé l'allégeance de la nation à cette nouvelle forme d'hégélianisme en déclarant que le Canada était le « premier État postnational » et qu'il était dépourvu de toute « identité fondamentale ».

Le Premier ministre Trudeau nie l'existence d'une « identité fondamentale » canadienne

Il n'est pas anodin que le rapatriement de la Constitution et de la Charte en 1982 ait eu lieu alors même que la pensée post-moderne déferlait sur la nation. Sous la férule des élites intellectuelles bien installées dans les établissements d'enseignement supérieur du pays, les luttes raciales perçues se manifestaient sous la forme de « politiques identitaires » qui imprégnaient la culture et se répercutaient sur les processus de décision politiques et judiciaires. Et c'est ainsi que l'intention originale de la Charte, même telle qu'affirmée par son dernier architecte vivant, l'honorable Brian Peckford, s'est éloignée de la préservation des droits et libertés individuels pour s'orienter vers la recherche de réparations pour les douleurs passées, perçues comme telles, endurées par des « groupes identifiables ». En effet, il note que les principes fondamentaux énoncés et voulus, identifiés dans le préambule de la Charte elle-même, sont traités comme lettre morte par un système judiciaire qui devrait être mieux informé.

Madame la juge Mary Southin a déclaré que la référence à la suprématie de Dieu dans le préambule de la Charte était une « lettre morte »

 

Synthèse de la Charte


Malheureusement, l'article 1 de la Charte a facilité la remise en question des droits « fondamentaux » de l'article 2 de la Charte par une dialectique hégélienne. L'article 1 impose des limites à ces derniers droits s'il peut être « démontré » qu'ils sont nécessaires dans une société libre et démocratique. Ces limites, ainsi que l'absence de droits de propriété, représentent les principaux points de départ entre la Charte et son prédécesseur, la Déclaration canadienne des droits. Ces distinctions ne sont pas passées inaperçues au cours du processus de rapatriement de la Charte. En effet, les premiers ministres des Prairies, Lougheed, Blakeney et Lyon, craignaient que les limitations de l'article 1 permetteraient à un pouvoir judiciaire activiste de faire la loi au détriment de la suprématie du Parlement. Par conséquent, ils ont refusé de signer la Charte en l'absence d'une clause « nonobstant» (disposition dérogatoire) qui donnait à ces mêmes parlements la capacité d'opposer leur veto à de telles tendances activistes.

L'honorable Peter Lougheed, premier ministre de l'Alberta et partisan de la « clause nonobstant »

La Charte à 40 ans a vu la magistrature canadienne désavouer la thèse visée par la Charte et soutenir activement une antithèse dédiée au politiquement correct et au post-modernisme. Cela est apparu clairement en 1985, lorsque le juge Lamer a rejeté l'intention des auteurs de la Charte en invoquant une « invocation talismanique de la doctrine de l'arbre vivant ». Cette dernière doctrine mettait l'accent sur la nécessité d'« équilibrer » les droits individuels par rapport aux droits des collectivités afin de mieux répondre au « contexte de l'époque ». En effet, la juge Abella n'a pas caché qu'elle considérait la Cour suprême comme « l'arbitre final des valeurs contestées qui devraient triompher dans une société ». Quelle arrogance! Peut-être faudrait-il modifier le préambule comme suit : « Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de la Cour suprême et la primauté du droit »? Quoi qu'il en soit, il semble que le dépassement des thèses prévues par la Charte, accéléré de façon incommensurable par la crise du virus de Wuhan, par des antithèses a laissé les Canadiens avec peu, voire aucun, droits individuels « fondamentaux ».

La juge à la retraite Rosalie Abella, arbitre final des valeurs sociales canadiennes?

Il semblerait que la synthèse issue de la bataille entre les thèses et les antithèses de la Charte soit caractérisée par beaucoup plus de ces dernières que des premières. Un tel jugement pourrait toutefois être prématuré étant donné que la crise du virus de Wuhan a involontairement créé une nouvelle ligne de fracture. Cette ligne de fracture, identifiée par N.S. Lyons comme étant celle qui sépare les « virtuels » (lire les travailleurs sur ordinateur portable) des « physiques » (lire les camionneurs protestataires), est capable de perturber l'antithèse de la politique identitaire basée sur la race qui a gagné jusqu'à présent. En effet, la « grande réinitialisation » proposée par cette même antithèse semble être en grand danger alors que les travailleurs et les parents se rebellent contre la réduction arbitraire de leurs libertés civiles par le biais des vaccins obligatoires et des confinements. Comme les Brexiters, les Trumpsters, les Truckers et les autres « déplorables » qui les ont précédés, les « physiques » s'élèvent comme une force politique avec laquelle il faut compter. Après tout, ils jouissent de la supériorité du nombre, sont totalement dévoués à soutenir la thèse de la Charte telle qu'elle est prévue et ont une mainmise sur les réalités objectives qui font fonctionner la société et dont dépendent les « virtuels ». Il reste à voir si les « physiques » réussiront ou non, mais s'ils y parviennent, la thèse originale de la Charte sera pleinement restaurée. Les partisans de l'antithèse pourraient bien se poser deux questions : suis-je du bon côté de l'histoire et de quel côté nos héros de la crête de Vimy choisiraient-ils d'être?

La réalité va-t-elle revenir en force pour rétablir la thèse de la Charte?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags