C3RF Update, 08 Apr 2022 – Breaking out


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Review and input! Version 2.0 of C3RF’s “one stop tyrant shop”


Take a look at V2.0 of the “One Stop Tyrant Shop” with a mind to progressing your favourite civil liberties cause. Check the “Breaking Back” section below for instructions.

 

Breaking out


The term “breakout” is commonly used in the armaments context to denote the clandestine acquisition of a nuclear weapons capability. The process is clandestine in that pre-emptive, enabling activities are undertaken outside of the international commitments and oversights afforded by the Nuclear Non-proliferation Treaty of 1970. Technically speaking, it is generally assumed that a breakout capability is reached when the non-compliant state in question has enough fissile material available to produce one nuclear device. Nuclear weapons aside, the term could also be used to refer to a political initiative that involves the surreptitious acquisition of enough power to break out of a traditional constitutional arrangement and transition into a new political paradigm.

“Breakout" can refer to both nuclear and political transitions?

History has witnessed many such political “breakouts” including the one kicked off by Germany’s “Enabling Law” of 1933. This law served as the inflection point for Germany’s move from a Weimar Republic democracy to a Nazi dictatorship under Adolf Hitler. The transition was planned and deliberate. It was prefaced by state-sponsored violence that culminated in a “false flag” Reichstag Fire and the declaration of an “Emergency Decree for the Protection of the German People”. The “breakout” was completed when this temporary emergency decree was replaced, under very suspicious voting conditions, by a five- year Enabling Law that gave Hitler carte blanche authority to sidestep the constitutional powers assigned to the German parliament.

Pronouncement of the Enabling Law of Nazi Germany in 1933

The vicious cycle that sees an emergency condition followed by temporary emergency decrees followed by enabling legislation that greenlights longer term despotism is fairly standard fare. It transitioned the German Weimar Republic into the Third Reich and one wonders, could it translate Canada’s Constitutional Monarchy into a similar autocratic state? Given the checks and balances associated with our current system, in the form of elected representatives, an independent judiciary and a free “watchdog” press, it should be a hard thing to accomplish – particularly given a Charter and Constitution that goes out of its way to safeguard citizens from overreach by the government and the judiciary. Problem is, the whole enterprise depends on all players doing their bit as sworn servants of the public interest and, above all as a fundamental matter of justice, the individual Canadian citizen. Can we say that this most critical trust, the trust between the Canadian servant-leader and the citizen, is in fine form in today’s Canada?

Can Canada's Constitutional Monarchy withstand a "breakout" to despotism?
 

Breaking bad


If the upfront activities associated with “breaking out” from one system of governance to another involves the surreptitious avoidance of “commitments and oversights”, we seem to be there in the case of Canada. This is evidenced by the decades-long push by governing authorities, and their judicial sidekicks, to evade constraints imposed by the Constitution and its embedded Charter. Perhaps to better enable the rewarding of friends and the punishing of enemies? Unfortunately for individual Canadians, they stand to be categorized on the enemy side of the ledger as they lack the voting firepower that “identifiable groups” and collectives bring to the table. Examples of such subterfuge and deference are replete in the pages of C3RF “updates” over the years as summarized in the “One Stop Tyrant Shop”. Now the question is, has Canada progressed to the point, like Nazi Germany did with its Enabling Law in 1933, where it is moving beyond crisis and follow-on emergency decrees to make more permanent and despotic structural changes? Changes that leave democracy behind and enable a “breakout” to despotism?

Is rewarding friends and punishing enemies the new way of governing?

No doubt some will balk at any analogy that equates the current Canadian condition with that of 1933 Germany but others, like Al (his real name), will beg to differ. Al wrote me recently to state that:


“…my father spent four (4!!!) years in Nazi concentration camps WWII during which he suffered greatly and came out with severe PTSD (according to the Red Cross's account of his repatriation after the war). My mother harboured Jews during the war (all of whom survived the war) at great peril to her own life because of treacherous neighbours... So they came to Canada, that great nation, that great Dominion, that had liberated so much of Europe. And now my parents' progeny are about to undergo the same tyrannies in this land of promised freedoms and unlimited opportunities? What sickness of mind, what disease of the spirit has infected our political officer class? Exactly, what? And why?”


As Canadians, we are certainly witness to the tyrannies that he speaks of. These include the division of our society into preferred (vaccinated) and deplorable (unvaccinated) classes of citizenry with the latter refused their Charter right to free movement within and beyond the country. Such arbitrary discrimination, even as the effectiveness of Wuhan virus vaccines against circulating variants wanes, is now being built into our permanent legislative framework.

Are the vaccinated better citizens?

We are now seeing several instances of such structural changes being implemented despite their non-compliance with our supreme law – the Constitution and its embedded Charter. These include the codification of vaccine mandates as a permanent prerequisite for employment though Labour Code amendment. Then, at the provincial level, we have legislation being introduced through Ontario’s Bill 100 that takes away a citizen’s right to assemble for the purpose of protest under pain of losing one’s vehicular plates and licensing. Better not be caught “interfering with the safety, health or well-being of members of the public” by honking your horn. Your right to due process is suspended under such new legalities but they are nothing compared to the federal government’s Bill C-11 (Online Streaming Act) that regulates your presence on the internet and controls what you can or cannot say. Who needs one “Enabling Law” that provides a dictator with the right to override Charter guarantees when you have a plethora of legal remedies that allow for the same outcome? Then again, who needs star chamber-style law-making?

Is Canada entering a new age of star chamber law-making?
 

Breaking back


While the government, ably assisted by grovelling media, judicial and civil service support, proceeds to “breakout” from a representative democracy to give us the gift of despotism, it needs to be noted that opposing forces are at play. Prime among these are those of the Honourable Brian Peckford who, in conjunction with the Justice Center for Constitutional Freedoms (JCCF), is prosecuting a case against the federal government’s vaccine-related travel mandates. His efforts stand to accelerate a languishing process of judicial review as it circumvents lower-level proceedings seized with provincially mandated emergency measures to get to the heart of what is a federal matter. As the last living “First Minister” responsible for patriating our Charter and Constitution, Mr. Peckford is delivering compelling testimony even as he states that the disrespect being shown the Charter by current governments is not consistent with the Canada that he “knows and loves”. For our part, C3RF is privileged to count Mr. Peckford as an honorary patron of our organization.

The Honorable Brian Peckford, Charter defender and honorary patron of C3RF

In another effort to “break back” against the implementation of structural legal adjustments that threaten Canadian democracy and individual rights, C3RF is introducing changes to the “One Stop Tyrant Shop” that it introduced last week. These changes will allow for public input on the wide variety of tyrannical measures, actions and decisions that have adversely impacted the civil liberties of Canadians. Accordingly, the original format has been changed slightly to identify related “update” links in the left-hand column of the “Shop’s” table to leave the right-side column clear for the insertion of applicable “action” links. These “action” links will connect the reader with initiatives and projects that various entities and individuals are sponsoring. If you, or your freedom-orientated organization, have such an endeavour under way, send it to r.cooper@canadiancitizens.org with the identification of the particular line item it seeks to address in the “One Shop” table. The name of your organization or effort, with its URL address, will be inserted in the table for review by all who seek to join the fight to preserve Canadian civil liberties. The table will be updated on a regular basis to identify new entries with bold type. Take a look at it here.

C3RF introduces changes to the "One Stop Tyrant Shop"

The process that sees Canadian governments flying under the radar and under cover of emergencies, real or imagined, to give us related decrees, and then laws, has to stop. As co-founding C3RF member, Madeline Weld, now points out, the situation has become so bad that government authorities are falsely accusing Freedom Convoy 2022 protesters with charges tailored to “meet the criteria of Section 2 of the Security Intelligence Services Act”. Talk about skirting the Charter’s due process provisions. And then when we look beyond the national scene, we see a world full of emergencies, like the Ukrainian crisis, that can throw us off balance and away from the principles that underpin our Western liberal democracy. Indeed, there are some who say that the Constitution has no underlying principles dedicated to protecting our individual rights and that we have to anticipate that Charter freedoms will change in accordance with the “context of our times”. Mr. Peckford would disagree and tell us quite frankly that the Charter does speak to an intended set of principles that can only be changed by those who are elected, not those who are appointed to the bench. C3RF would have to agree.

Was the Charter meant to be disregarded? A slave to the "context of the times?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Regardez! «La version 2.0 de One Stop Tyrant Shop » du C3RF


Jetez un coup d'oeil à la V2.0 du "One Stop Tyrant Shop" avec l'intention de faire progresser votre cause favorite en matière de libertés civiles. Consultez la section "Breaking Back" ci-dessous pour obtenir des instructions.

 

Le breakout


Le terme anglais « breakout », qui signifie une percée, est couramment utilisé dans le contexte de l'armement pour désigner l'acquisition clandestine d'une capacité d'armement nucléaire. Le processus est clandestin dans la mesure où des activités préventives et habilitantes sont entreprises en dehors des engagements internationaux et des contrôles prévus par le Traité de non-prolifération nucléaire de 1970. D'un point de vue technique, on considère généralement qu'une capacité de percée est atteinte lorsque l'État non conforme en question dispose de suffisamment de matières fissiles pour produire un dispositif nucléaire. Outre les armes nucléaires, le terme peut également être utilisé pour désigner une initiative politique impliquant l'acquisition sournoise d'un pouvoir suffisant pour rompre avec un arrangement constitutionnel traditionnel et passer à un nouveau paradigme politique.

« Breakout » peut faire référence à la fois aux transitions nucléaires et politiques?

L'histoire a connu de nombreuses « percées » politiques de ce type, dont celle déclenchée par la « loi allemande des pleins pouvoirs ou loi d'habilitation » de 1933 en Allemagne. Cette loi a servi de point d'inflexion pour le passage de l'Allemagne de la démocratie de la République de Weimar à la dictature nazie d'Adolf Hitler. Cette transition était planifiée et délibérée. Elle a été précédée d'une violence d'État qui a culminé avec l'incendie du Reichstag sous fausse banière et la déclaration d'un « décret d'urgence pour la protection du peuple allemand (Reichstagsbrandverordnung) ». La « rupture » s'est achevée lorsque ce décret d'urgence temporaire a été remplacé, dans des conditions de vote très suspectes, par une loi d'habilitation de cinq ans qui donnait à Hitler carte blanche pour contourner les pouvoirs constitutionnels attribués au Parlement allemand.

Promulgation de la loi d'habilitation de l'Allemagne nazie en 1933

Le cycle vicieux qui voit une situation d'urgence suivie de décrets d'urgence temporaires, puis d'une législation habilitante qui autorise le despotisme à plus long terme est assez classique. Il a transformé la République allemande de Weimar en Troisième Reich et on peut se demander s'il pourrait transformer la monarchie constitutionnelle du Canada en un État autocratique similaire. Étant donné les freins et contrepoids associés à notre système actuel, sous la forme de représentants élus, d'un système judiciaire indépendant et d'une presse libre sur ses gardes, cela devrait être difficile à réaliser, surtout avec une Charte et une Constitution qui font tout leur possible pour protéger les citoyens contre les excès du gouvernement et du système judiciaire. Le problème, c'est que toute l'entreprise dépend de la capacité de tous les acteurs à faire leur part en tant que serviteurs assermentés de l'intérêt public et, fondamentalement, servieurs du citoyen canadien. Peut-on dire que la confiance la plus importante, celle qui existe entre le leader canadien et le citoyen, se porte bien dans le Canada d'aujourd'hui?

La monarchie constitutionnelle du Canada peut-elle résister à une « percée » vers le despotisme?
 

Une percée qui mène à une rupture?


Si les activités initiales associées à la « rupture » d'un système de gouvernance à un autre impliquent l'évitement sournois des « engagements et de la surveillance », nous semblons y être dans le cas du Canada. En témoignent les efforts déployés depuis des décennies par les autorités gouvernementales, et leurs acolytes judiciaires, pour se soustraire aux contraintes imposées par la Constitution et la Charte. Peut-être pour mieux permettre de récompenser les amis et de punir les ennemis? Malheureusement pour les Canadiens ordinaires, ils risquent d'être classés du côté des ennemis, car ils n'ont pas la puissance de vote que les « groupes identifiables » et les collectifs apportent à la table. Les exemples de ces subterfuges et de cette déférence abondent dans les pages des « mises à jour « du C3RF au fil des ans, comme le résume le « One Stop Tyrant Shop ». La question qui se pose maintenant est la suivante: le Canada a-t-il progressé au point, comme l'Allemagne nazie l'a fait avec sa loi d'habilitation en 1933, où passé la crise et les décrets d'urgence, il s'ensuit des changements structurels plus permanents et despotiques? Des changements qui laissent la démocratie de côté et permettent une « échappée » vers le despotisme?

Récompenser les amis et punir les ennemis, est-ce la nouvelle façon de gouverner?

Il ne fait aucun doute que certains s'opposeront à toute analogie qui assimile la situation actuelle du Canada à celle de l'Allemagne de 1933, mais d'autres, comme Al (son vrai nom), ne seront pas d'accord. Al m'a écrit récemment pour me dire que:


« ...mon père a passé quatre (4 !!!) ans dans les camps de concentration nazis de la Seconde Guerre mondiale, au cours desquels il a beaucoup souffert et en est sorti avec un sévère TSPT (selon le récit de la Croix-Rouge sur son rapatriement après la guerre). Ma mère a hébergé des Juifs pendant la guerre (qui ont tous survécu à la guerre) au péril de sa propre vie à cause de voisins perfides... Ils sont donc venus au Canada, cette grande nation, ce grand Dominion, qui avait libéré une si grande partie de l'Europe. Et maintenant, la progéniture de mes parents s'apprête à subir les mêmes tyrannies dans ce pays aux libertés promises et aux possibilités illimitées? Quelle maladie de l'esprit, quelle maladie de l'âme a infecté notre classe de dirigeants politiques? Exactement, quoi? Et pourquoi? »


En tant que Canadiens, nous sommes certainement témoins des tyrannies dont il parle. Il s'agit notamment de la division de notre société en classes de citoyens privilégiés (vaccinés) et déplorables (non vaccinés), ces derniers se voyant refuser leur droit à la libre circulation à l'intérieur et à l'extérieur du pays, garanti par la Charte. Une telle discrimination arbitraire, alors même que l'efficacité des vaccins contre le virus de Wuhan et contre ses variantes en circulation diminue, est maintenant intégrée dans notre cadre législatif permanent.

Les vaccinés sont-ils de meilleurs citoyens?

Nous constatons aujourd'hui plusieurs cas où de tels changements structurels sont mis en œuvre en dépit de leur non-conformité avec notre loi suprême - la Constitution et sa Charte. Il s'agit notamment de la codification des mandats de vaccination comme condition préalable permanente à l'emploi par le biais d'une modification du Code du travail. Ensuite, au niveau provincial, nous avons une législation introduite par le projet de loi 100 de l'Ontario qui prive un citoyen de son droit de se rassembler dans le but de protester sous peine de perdre ses plaques d'immatriculation et son permis de conduire. Il vaut mieux ne pas se faire prendre à « interférer avec la sécurité, la santé ou le bien-être des membres du public » en klaxonnant. Votre droit à un procès équitable est suspendu en vertu de ces nouvelles légalités, mais elles ne sont rien comparées au projet de loi C-11 du gouvernement fédéral (Loi sur la diffusion en ligne) qui réglemente votre présence sur Internet et contrôle ce que vous pouvez ou ne pouvez pas dire. Qui a besoin d'une « loi d'habilitation » qui donne à un dictateur le droit de passer outre les garanties de la Charte lorsque vous disposez d'une pléthore de recours juridiques qui permettent d'obtenir le même résultat? Et puis, qui a besoin d'un processus législatif de type « chambre étoilée »?

Le Canada entre-t-il dans une nouvelle ère de législation en chambre étoilée style Henri VII d'Angleterre?
 

Retour vers un passé meilleur


Alors que le gouvernement, habilement aidé par les médias, les juges et la fonction publique, s'apprête à s'affranchir de la démocratie représentative pour nous faire cadeau du despotisme, il convient de noter que des forces opposées sont à l'œuvre. Au premier rang de ces forces se trouvent celles de l'honorable Brian Peckford qui, en collaboration avec le Justice Center for Constitutional Freedoms (JCCF), poursuit en justice une affaire contre les mandats de voyage du gouvernement fédéral liés aux vaccins. Ses efforts risquent d'accélérer un processus de révision judiciaire qui traîne en longueur, car il contourne les procédures de niveau inférieur saisies de mesures d'urgence mandatées par les provinces pour aller au cœur de ce qui est une question fédérale. En tant que dernier « premier ministre » vivant responsable du rapatriement de notre Charte et de notre Constitution, M. Peckford livre un témoignage convaincant, même s'il affirme que le manque de respect des gouvernements actuels envers la Charte ne correspond pas au Canada qu'il « connaît et aime ». Pour notre part, C3RF a le privilège de compter M. Peckford comme patron honoraire de notre organisation.

L'Honorable Brian Peckford, défenseur de la Charte et patron honoraire du C3RF

Dans un autre effort pour « riposter » à la mise en œuvre d'ajustements juridiques structurels qui menacent la démocratie canadienne et les droits individuels, le C3RF présente des changements au « One Stop Tyrant Shop » qu'il a introduit la semaine dernière. Ces changements permettront au public de s'exprimer sur la grande variété de mesures, actions et décisions tyranniques qui ont eu un impact négatif sur les libertés civiles des Canadiens. Par conséquent, le format original a été légèrement modifié pour identifier les liens de « mise à jour » dans la colonne de gauche du tableau du « Shop » afin de laisser la colonne de droite libre pour l'insertion de liens d'« action » applicables. Ces liens « action » mettront le lecteur en relation avec des initiatives et des projets parrainés par diverses entités et personnes. Si vous, ou votre organisation orientée vers la liberté, avez un tel projet en cours, envoyez-le à r.cooper@canadiancitizens.org avec l'identification de la rubrique particulière qu'il cherche à aborder dans le tableau « One Shop ». Le nom de votre organisation ou de votre effort, ainsi que son adresse URL, seront insérés dans le tableau afin que tous ceux qui cherchent à se joindre à la lutte pour la préservation des libertés civiles canadiennes puissent en prendre connaissance. Le tableau sera régulièrement mis à jour pour identifier les nouvelles entrées en caractères gras. Jetez-y un coup d'œil ici.

C3RF introduit des changements dans le « One Stop Tyrant Shop »

Le processus qui voit les gouvernements canadiens voler sous le radar et sous couvert d'urgences, réelles ou imaginaires, pour nous imposer des décrets, puis des lois, doit cesser. Comme le souligne Madeline Weld, membre cofondatrice du C3RF, la situation est devenue si grave que les autorités gouvernementales accusent à tort les manifestants du convoi de la liberté 2022 de charges conçues pour « répondre aux critères de l'article 2 de la Loi sur les services de renseignement de sécurité ». C'est ce qu'on appelle contourner les dispositions de la Charte relatives à l'application régulière de la loi. Et puis, lorsque nous regardons au-delà de la scène nationale, nous voyons un monde plein d'urgences, comme la crise ukrainienne, qui peuvent nous déséquilibrer et nous éloigner des principes qui sous-tendent notre démocratie libérale occidentale. En effet, certains disent que la Constitution n'a pas de principes sous-jacents dédiés à la protection de nos droits individuels et que nous devons prévoir que les libertés de la Charte changeront en fonction du « contexte de notre époque ». M. Peckford ne serait pas d'accord et nous dirait très franchement que la Charte parle d'un ensemble de principes qui ne peuvent être modifiés que par ceux qui sont élus, et non par ceux qui sont nommés à la magistrature. Le C3RF serait d'accord.

La Charte était-elle destinée à être ignorée? Sous le joug du « contexte de l'époque »?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags