C3RF Update, 08 Oct 2021 – A pig in a poke


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

A pig in a poke


Back in the 1500’s merchants would sell piglets in a sack called a “poke”. As things were back in that day a person might very well make such a purchase, sight unseen, only to find the sack filled with a chicken, a goose or some other less valuable animal when it was finally opened. A “pig in a poke”, then, alluded to an acquisition that could very well have a value other than expected. It was the forerunner of the expression, “buyer beware”, that warned that hasty procurement decisions have a tendency to produce unexpected and less-than-desired results. One can’t help but wonder, given the growing evidence itemized in last week’s update, if Wuhan virus vaccines represent such a harried, unforced error?

Is there really a pig in that poke?

Looking back at the beginnings of the Wuhan virus crisis we can see how the “pig in a poke” vaccine solution was engineered. The answer to the Wuhan virus crisis was originally concealed in a “flatten the curve” mantra that promised the expansion of medical system capacities after a temporary sacrifice of our civil liberties. When we got home and opened that “poke”, however, we found the promised expanded capacities replaced by lockdowns, social distancing, masks and a new requirement to eradicate the virus with a vaccine. We just had to wait for the vaccine (s) to appear. Talk about “buyer beware”, the phoney piglet we bought depleted our wallets through government wage subsidy programs and turned to country into a police state with mandated “jabs” and passports. We weren’t even allowed to seek preventive personal measures or conduct an old-style search for out-patient therapeutics. Indeed, even Vitamin “D” was derided by our health minister as “fake news”.

Health Minister Patty Hajdu - Vitamin "D" is "fake news"

And so here we sit with no expanded medical capabilities to speak of, no home-based treatment protocols, hundreds of billions in additional debt with nothing to show and a faint, fading promise that vaccines can, by themselves, give us “herd immunity”. Meanwhile, we find our civil liberties giving way to martial law. Such is the path that Australia is blazing for us as that country moves the military into cities and their suburbs to deal with pesky, non-compliant citizens. The only silver lining in this drama that sees Canada following Australia down the rabbit hole of totalitarianism is the fact that the Canadian military is consumed by social engineering issues and too busy to engage.

Canadian military too busy for martial law?

A surprise in every box


It appears that Wuhan virus vaccines are not the piglet that was promised to be inside the “poke”. Recall these experimental offerings were promised to crush the pandemic by immunizing recipients against both infection and the onward transmission of the virus. After all, this is how the much touted “herd immunity” works, if enough of us are inoculated the virus would have no place left to propagate onward transmission. The initial estimate cited to effect such ”immunity” was in the order of 60 to 70% of the population being inoculated. This was the piglet that was promised to be in the Wuhan virus “poke” but the goal posts were quickly and progressively moved to 75, 80, 85 and now 97%. Forget about buying a “pig in a poke”, it looks like we bought the surprise at the bottom of a box of Cracker Jack!

A surprise in every box of Cracker Jack

Actually, the situation with Wuhan virus vaccines has stopped being about this percentage or that percentage to assure “herd immunity” to become no “herd immunity” at all. This is the case, as noted in last week’s update, because the vaccines neither stop the jabbed from catching the disease nor from having them pass it on to others. This fine point may have been lost to last week’s readers as C3RF member of distinction, Janice, noted a proofreading error. The update stated that, “the unvaccinated are just as likely to catch and spread the “delta” variant as the vaccinated” when it should have stated “the vaccinated are just as likely to catch and spread the “delta” variant as the unvaccinated”. Our apologies to C3RF readers and our enduring thanks to Janice. Fact remains though, Wuhan virus vaccines are not the way to any kind of “herd immunity” and related mandates and passports that promise such results are meaningless.

Vaccine mandates and passport useless for intended purposes?

It is interesting to note that the evidence of vaccine fail is not coming form North American sources but from those further afield. This was demonstrated during U.S. Senate committee hearings when Senator Johnson from Wisconsin presented definitive evidence of such a breakdown. He presented data from the UK that noted that 63% of “Delta” variant deaths occurred in the fully vaccinated. This is bad enough but there are other surprises in the Cracker Jack box that are coming to light through recent FDA investigations. These deliberations examined the possibility of introducing an Israeli-style “booster” program in the United States to address the waning effectiveness of “leaky” Wuhan virus vaccines. An expert panel of highly qualified specialists, on the basis of presented data, recommended 16-2 against the introduction of such “boosters”. The FDA, however, ignored this advise and approved “boosters” for the elderly - even as two top-level FDA officials resigned their positions over the introduction of such a policy. What’s going on?

FDA officials resigning over "booster" approval

Duty to care


One of the briefers on the FDA “booster” panel, Steve Kirsch, went so far as to say that Wuhan virus vaccines take two lives for every one life they save. He supported this startling assertion with an extensive analysis of American Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) data. His analysis revealed that a massive number of safety signals are flashing red in the VAERS and that:

  • the CDC is lying when it says there are no deaths associated with Wuhan virus vaccines (7:50);

  • authoritative autopsy research indicates that 30 – 40% of those who died within two weeks of vaccination died as a result of a received shot (9:52);

  • subsequent to receiving Wuhan virus jabs, upwards of 60% of recipients displayed evidence of blood clots through elevated levels of D-dimers (15:00);

  • Wuhan virus vaccines result in over a thousand elevated symptoms as evidenced by VAERS data and data from seven other methodologies (19:00); and

  • no other set of vaccines in history have had the unprecedented number of adverse events associated with them as have the Wuhan virus vaccines (20:00).

The work that Steve Kirsch has done on the Wuhan virus vaccine file merits special attention that is neither forthcoming from politicians and public health officials nor those “watchdogs” of democracy – the press. This abject refusal to exercise the “duty of care” associated with their respective offices is made all the more glaring when one considers who they do listen to and who they do report on respectively. How is it they fawn over the advise of those who refuse to account for phenomena such as “natural immunity” even as they insist on endorsing models chock full of false assumptions and failed predictions.

Wuhan virus modelling - garbage in, garbage out

Another C3RF member of distinction, Annie (not her real name), was shocked by the failure of Canadian authorities to exercise “duty of care” when it came to Wuhan virus remedial measures. She emigrated to Canada from Germany and lived through the Hitler era. How is it, she wondered, that the fear and lies she left behind to “give her children a better future” are now surfacing in Canada? Could it be that the same “psychology of fear” characteristic of every dictatorship is now playing out in Canada? How else to explain the closing off of the public square to open debate and allowing only preferred narratives to prevail? And how is it that our own leaders could be cajoled into accepting a “pig in a poke” well after it was known not to contain a piglet?

Are we victims of the “psychology of fear”?

Some might say, when answering the question of leaders allowing themselves to go along with preferred narratives, you need to follow the money. A good place to start this process might be in Australia where the former “free” nation has descended into martial law with authorities crushing any vestige of protest against the state’s Wuhan virus measures. Most telling in this tale of accelerating oppression is the recent announcement of corruption charges laid at the feet of the government of New South Wales. It is here that we see the Premier of the state embroiled in unusual amounts of taxpayer funds being directed to big pharma entities. In the Ontario sense, one could be forgiven for thinking the same type of favouritism is in play as on again, off again vaccine passports were cemented into place in concert with alleged lobbyist requests. “Pigs in a poke” and “duty of care” be damned if the price is right?

NSW Premier Gladys Berejiklian resigns under suspicion

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Acheter un chat en sac

Acheter un chat en sac est une vieille expression que l'on retrouve chez Molière dans la pièce Monsieur de Pourcegnac: « Vous êtes-vous mis dans la tête que Léonard de Pourceaugnac soit un homme à acheter chat en poche? ». À cette époque, une personne pouvait très bien faire un tel achat, à l'aveuglette, et trouver le sac rempli d'une souris, d'un rat ou d'un autre animal de moindre valeur lorsqu'il était finalement ouvert. « Acheter un chat en sac » faisait donc référence à une acquisition qui pouvait très bien avoir une valeur autre que celle escomptée. C'était le précurseur de l'expression « caveat emptor », qui avertissait que les décisions d'achat hâtives avaient tendance à produire des résultats inattendus et moins que souhaités. On ne peut s'empêcher de se demander, au vu des preuves de plus en plus nombreuses détaillées dans la mise à jour de la semaine dernière, si les vaccins anti-virus de Wuhan ne représentent pas une erreur aussi hâtive et imprévue?

Un chat en sac

En revenant sur les débuts de la crise du virus de Wuhan, nous pouvons voir comment la solution du vaccin « chat en sac » a été élaborée. La réponse à la crise du virus de Wuhan était à l'origine cachée dans un mantra « aplatir la courbe » qui promettait l'expansion des capacités du système médical après un sacrifice temporaire de nos libertés civiles. Cependant, lorsque nous sommes rentrés chez nous et que nous avons ouvert ce « sac », nous avons découvert que les capacités accrues promises avaient été remplacées par des mesures de confinement, une distanciation sociale, des masques et une nouvelle obligation d'éradiquer le virus avec un vaccin. Nous n'avions plus qu'à attendre que le(s) vaccin(s) apparaisse(nt). Le faux chat que nous avons acheté a épuisé nos portefeuilles grâce aux programmes de subventions salariales du gouvernement et a transformé le pays en un État policier avec des « vaccins » et des passeports obligatoires. Nous n'étions même pas autorisés à prendre des mesures personnelles préventives ou à rechercher des traitements ambulatoires à l'ancienne. En effet, même la vitamine « D » a été qualifiée de « fake news » par notre ministre de la santé.

Ministre de la santé Patty Hajdu - La vitamine « D » est une « fausse nouvelle ».

Nous sommes donc assis ici, sans capacités médicales diversifiées, sans protocoles de traitement à domicile, avec des centaines de milliards de dettes supplémentaires, sans rien à montrer, et avec la faible promesse que les vaccins peuvent, à eux seuls, nous donner une « immunité de groupe ». Pendant ce temps, nous constatons que nos libertés civiles cèdent la place à la loi martiale. C'est la voie que nous trace l'Australie en déplaçant l'armée dans les villes et leurs banlieues pour s'occuper des citoyens qui ne se conforment pas. La seule lueur d'espoir dans ce drame qui voit le Canada suivre l'Australie vers le totalitarisme est le fait que l'armée canadienne est accaparée par les questions d'ingénierie sociale et trop occupée pour s'engager.

L'armée canadienne trop occupée pour la loi martiale?

Une surprise dans chaque boîte


Il semble que les vaccins contre le virus de Wuhan ne soient pas le chat que l'on avait promis de mettre dans le « sac ». Rappelons que ces produits expérimentaux devaient permettre d'enrayer la pandémie en immunisant les patients contre l'infection et la transmission du virus. Après tout, c'est ainsi que fonctionne l' « immunité collective » tant vantée: si un nombre suffisant d'entre nous est vacciné, le virus n'a plus d'endroit où se propager pour se transmettre. L'estimation initiale citée pour obtenir une telle « immunité » était de l'ordre de 60 à 70 % de la population à inoculer. C'est le chat que l'on avait promis d'avoir dans la «sac» du virus de Wuhan, mais les règles du jeu ont été rapidement et progressivement changées à 75, 80, 85 et maintenant 97%. Oubliez l'achat d'un « chat en sac », on dirait que nous avons acheté la bébelle au fond d'une boîte de Cracker Jack!

Une bébelle dans chaque boîte de Cracker Jack

En fait, la situation avec les vaccins contre le virus Wuhan a cessé d'être une question de tel ou tel pourcentage pour assurer une « immunité de groupe » pour devenir une absence totale d' « immunité de groupe ». C'est le cas, comme indiqué dans la mise à jour de la semaine dernière, parce que les vaccins n'empêchent ni les personnes vaccinées d'attraper la maladie ni de la transmettre à d'autres. Cette précision a peut-être échappé aux lecteurs de la semaine dernière, car Janice, membre distingué du C3RF, a relevé une erreur de relecture. La mise à jour indiquait que « les non-vaccinés sont tout aussi susceptibles d'attraper et de propager la variante "delta" que les vaccinés » alors qu'il aurait fallu dire « les vaccinés sont tout aussi susceptibles d'attraper et de propager la variante "delta" que les non-vaccinés ». Nous présentons nos excuses aux lecteurs du C3RF et remercions Janice. Il n'en reste pas moins que les vaccins contre le virus de Wuhan ne permettent pas d'obtenir une quelconque « immunité de groupe » et que les mandats et passeports qui promettent de tels résultats sont dénués de sens.

Mandats de vaccination et passeport inutiles aux fins prévues?

Il est intéressant de noter que les preuves de l'échec des vaccins ne proviennent pas de sources nord-américaines mais de sources plus lointaines. Cela a été démontré lors des audiences d'une commission du Sénat américain, lorsque le sénateur Johnson du Wisconsin a présenté des preuves définitives de cet échec. Il a présenté des données provenant du Royaume-Uni, selon lesquelles 63 % des décès dus à la variante « Delta » sont survenus chez des personnes entièrement vaccinées. C'est déjà assez grave, mais il y a d'autres surprises dans la boîte de Cracker Jack qui sont révélées par les récentes enquêtes de la FDA. Ces délibérations ont examiné la possibilité d'introduire aux États-Unis un programme de « rappel » de type israélien pour remédier à l'efficacité décroissante des vaccins du virus Wuhan. Un groupe d'experts hautement qualifiés, sur la base des données présentées, a recommandé à 16 contre 2 de ne pas introduire de tels « rappels ». La FDA n'a cependant pas tenu compte de cet avis et a approuvé les « rappels » pour les personnes âgées - alors même que deux hauts responsables de la FDA ont démissionné de leur poste à cause de l'introduction d'une telle politique. Que se passe-t-il?

Des fonctionnaires de la FDA démissionnent à cause de l'approbation du "rappel".

Devoir de diligence


L'un des intervenants du panel «sur la dose de rappel» de la FDA, Steve Kirsch, est allé jusqu'à dire que les vaccins à virus Wuhan prennent deux vies pour chaque vie qu'ils sauvent. Il a étayé cette affirmation surprenante par une analyse approfondie des données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) américain. Son analyse a révélé qu'un nombre massif de signaux de sécurité clignotent en rouge dans le VAERS et que:

  • le CDC ment lorsqu'il affirme qu'aucun décès n'est associé aux vaccins contre le virus Wuhan (7:50);

  • une étude d'autopsie faisant autorité indique que 30 à 40 % des personnes décédées dans les deux semaines suivant la vaccination sont mortes à la suite d'une injection reçue (9:52);

  • après avoir reçu des vaccins contre le virus Wuhan, plus de 60 % des personnes vaccinées présentaient des signes de caillots sanguins en raison de taux élevés de D-dimères (15:00);

  • les vaccins contre le virus Wuhan entraînent plus d'un millier de symptômes élevés, comme en témoignent les données du VAERS et de sept autres méthodologies (19:00); et

  • aucune autre série de vaccins dans l'histoire n'a été associée à un nombre sans précédent d'événements indésirables comme l'ont été les vaccins du virus Wuhan (20:00).

Le travail effectué par Steve Kirsch sur le dossier du vaccin contre le virus de Wuhan mérite une attention particulière qui n'est pas accordée par les politiciens et les responsables de la santé publique, ni par ces « cerbères » de la démocratie que sont les journalistes. Ce refus abject d'exercer le « devoir de vigilance » associé à leurs fonctions respectives est d'autant plus flagrant si l'on considère les personnes qu'ils écoutent et celles à qui ils rendent des comptes. Comment se fait-il qu'ils fassent l'éloge des conseils de ceux qui refusent de prendre en compte des phénomènes tels que l' « immunité naturelle », alors même qu'ils insistent pour approuver des modèles pleins de fausses hypothèses et de prédictions ratées.

La modélisation du virus de Wuhan - « garbage in, garbage out »

Un autre membre distingué du C3RF, Annie (ce n'est pas son vrai nom), a été choquée par le manquement des autorités canadiennes à leur « devoir de diligence » en ce qui concerne les mesures correctives du virus de Wuhan. Elle a émigré d'Allemagne au Canada et a vécu l'ère hitlérienne. Comment se fait-il, se demande-t-elle, que la peur et les mensonges qu'elle a laissés derrière elle pour « offrir à ses enfants un avenir meilleur » refassent maintenant surface au Canada ? Se pourrait-il que la même « psychologie de la peur », caractéristique de toute dictature, soit en train de se manifester au Canada? Comment expliquer autrement la fermeture de la place publique à un débat ouvert et le fait que seuls les récits préférés prévalent? Et comment se fait-il que nos propres dirigeants aient pu être cajolés pour accepter un «chat en sac» bien après que l'on ait su qu'il ne contenait pas de chat?

Sommes-nous victimes de la « psychologie de la peur »?

Certains pourraient dire que, pour comprendre où les dirigeants se laissent aller, qu'il faut suivre l'argent. Un bon endroit pour commencer ce processus pourrait être l'Australie, où l'ancienne nation « libre » a sombré dans la loi martiale, les autorités écrasant tout vestige de protestation contre les mesures prises par l'État contre le virus Wuhan. L'annonce récente de l'inculpation pour corruption du gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud est la plus éloquente dans cette histoire d'oppression accélérée. C'est ici que nous voyons le premier ministre de l'État empêtré dans des montants inhabituels de fonds publics dirigés vers des entités pharmaceutiques importantes. En Ontario, on pourrait être pardonné de penser que le même type de favoritisme est en jeu alors que des passeports vaccinaux ont été mis en place de concert avec des demandes présumées de lobbyistes. On se moque des « chat dans le sac » et du « devoir de diligence » si le prix est bon?

Gladys Berejiklian, première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, démissionne en raison de soupçons.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts