C3RF Update, 01 Oct 2021 – Lament for a Charter


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Lament for a Charter


Last week’s “Fire in the hole” update opined on the fact that the freedom situation in Canada was becoming dire as all levels of government were busy issuing Wuhan virus edicts that were eroding our personal freedoms and “identifiable groups” were being maligned as deplorable “those people”. The slagging of particular subsets of the Canadian population, in this case the willfully unvaccinated, was seen as particularly worrisome. Indeed, such discrimination can be seen in the same light as the internment of Japanese-Canadians during WWII as in both cases fear overtakes reason to engender “mass formation thinking”. Given the fact that our governments were nurturing such a mob mentality, our update went on to state that it appeared the courts were the last line of defense if civil liberties were ever to re-emerge as the priority our Charter intended them to be.

Japanese Canadians packing up for WWII internment

Unfortunately, Canadian courts do not have a sterling record when it comes to upholding the tenets of the Charter that speak to personal sovereignty in the form of inalienable, fundamental rights and freedoms. This lackluster performance has been noted in these pages on several occasions and has recently been commented on by Arjun Singh in a National Post opinion piece. Mr. Singh noted that left wing values have invaded the Canadian legal system and have diminished these Charter rights as a result. He cites Section 1 of the Charter as one of the culprits as it allows for the limitation of rights given “reasonable” cause. The problem, he says, comes with just who makes the call as to what is “reasonable”. He also notes that both the courts and the state are guilty of slanting such interpretations to serve a “living tree” concept of the Charter that prioritizes the “social context of the times”.

Arjun Singh, political commentator and writer

Mr. Singh sees a solution in abolishing Section 1 of the Charter but our last remaining father of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, Brian Peckford, sees it a bit differently. Mr. Peckford was the Premier of Labrador and Newfoundland during the Charter’s patriation process and he can speak to intent on a first-hand basis. He agrees that the spirit and intent of the Charter has been degraded over the years by governments and courts and notes that, at the time of the Charter’s formulation, no one thought that “it was possible for a government or governments of this country to do anything to infringe upon these rights and freedoms.” He further believes that the advent of the Wuhan virus crisis has exacerbated the situation as evidenced by tyrannical policies and edicts becoming the order of the day. All of this accompanied by no effort by any responsible authority to accelerate their review in light of a Section 1 requirement to “demonstrate the need for such restrictions”. According to Mr. Peckford, Section 1 is not the problem. The problem is one of backbone and dedication to the values that have made Canada a “free and democratic society”.

Brian Peckford, last living architect of the Charter of Rights and Freedoms

Directive #6


The slow-walking of efforts to challenge the imposition of tyrannical Wuhan virus measures, as noted by our last father of the Charter, has had a disastrous impact on the search for remedies capable of mitigating the contagion. The lack of such legal tests has allowed governments, and their unelected healthcrats, to ignore authoritative studies and research and pursue other preferred strategies. These strategies are limited to a one-trick pony that features locking down and masking both before and after vaccinations. One case in point is the Province of Ontario’s Directive #6 that details how healthcare institutions are to deal with their professional staffs, employees, volunteers and in-house contractors. This Directive states that healthcare workers have three methods by which they can continue working within their medical environments. They can claim an exemption for health or disability reasons, they can be fully vaccinated or they can undergo an education program supplemented by a regularized antigen testing regime. The bias, however, is clearly against the latter as the Directive also states that covered organizations “may decide to remove” this particular option from consideration.

Ontario Chief Medical Officer, Kieran Moore, issues Directive #6

Problem is, the Directive is underpinned by assumptions that are known to be false but have slipped by any requirement to be vetted in a free and unconstrained public debate. The consequences stand to be both adverse and major as both the health and jobs of healthcare workers are impacted. The Directive assumes, for example, that it is the unvaccinated who pose “risks to patients and health care system capacity due to the potential (re) introduction of COVID-19 in those settings”. This assumption flies in the face of data and studies coming out of highly vaccinated jurisdictions such as Israel. These authoritative, fact-based analyses are adamant that the unvaccinated are just as likely to catch and spread the “delta” variant as the vaccinated. Indeed, we see that both Israeli agencies and the CDC believe that the vaccinated have viral loads similar to those of the unvaccinated and are just as likely to pass on the contagion.

Canadians protest vaccine mandates

Another study, based on Vietnamese healthcare workers and pre-printed in the Lancet, are even more indicative of virus spread by the vaccinated. This study saw as much as 251 times more viral load in the vaccinated as the unvaccinated and pointed to lower levels of vaccine-induced neutralizing antibodies. Given the free pass that Directive #6 is affording the vaccinated, isn’t it setting the table for wanton and unchecked spread of the disease amongst vulnerable hospital staff not to mention patients? Isn’t it also setting the table for follow-on legal suits based on the fact that any reasonable person could see the connection between the spread of infection by the vaccinated as a result of these definitive studies? And, finally, isn’t the scene also being set for staff, employees, volunteers and contractors to seek legal remedies for being fired as a result of such short-sighted and biased Directive #6 edicts?

Vaccine mandates spurring court cases?

Trench warfare


The “mass formation thinking” exhibited by Directive #6 is everywhere. It infuses the whole of Canadian society and extends beyond vaccine mandates for healthcare workers to include everything controlled by federal and provincial human rights codes. In Ontario, the provincial human rights code encompasses discrimination in employment, accommodation, goods, services and facilities, union memberships and contracts. So ingrained is the “vaccine only” solution that the Ontario Human Rights Commission (OHRC) has determined that the unvaxxed have no right to accommodations in the province – they can be discriminated against on the basis of their vaccination status. Forget about the concepts of “informed consent”, privacy and due process that come to us via the Nuremberg Code, the United Nations Declaration of Human Rights and our own Charter, the Ontario Human Rights Code trumps them all and knows better. Isn’t it also odd that the vaccinated have a right to accommodation without discrimination even though they are just as likely to spread the contagion?

The OHRC, a stalwart of civil liberties?

Beyond the OHRC we see “anti-vaxxer” discrimination in the most sacred and cherished aspects of family life. Recent fiats emanating from Oakville, for example, prohibit the sullied, unvaccinated from obtaining a marriage license. Meanwhile in the the City of Toronto, healthcrats are readying for the mass immunization of children between 5 and 11 - even though the risk/ benefit ratio of such shots heavily favours the “leave them be” solution. How is it that across the country provinces are opting to restrict their populations with vaccine passports when it has long been known that the virus is an institutional problem? Indeed, the Infection Fatality Rates associated with the virus mirrors those of the seasonal flu for the rest of us who are under 70 years of age. It’s almost as though the powers-that-be have invested too much political capital into the “vaccine only” narrative and are determined not to change course. Problem is, as more and more truths slip out about the nature of the virus and the leaky vaccines the more desperate are the attempts to deny them.

Wuhan virus truth be damned

And so the lines are drawn in the sand and trenches are built up on each side. The recalcitrant politicians and their unelected healthcrats occupy one furrow heavily armed with the weapons of state. They are desperate and fully aware that they will surely lose if their grip on the citizenry fails. Just as Goering advised, they use fear to maintain control over the masses and direct related resistance towards a suitably scapegoated and dehumanized trouble-maker – in this case, the “anti-vaxxers”. If you thought the other ditch was occupied by these “anti-vaxxers” alone you would be mistaken. They are certainly on the front edge of the furrow but the rest of the vaccinated masses are right in behind them. After all, they must suffer the vexation of goalposts that are continually moved to reveal new masking and booster requirements even as their personal freedoms and the freedoms of their children and grandchildren evaporate. In short, it’s trench warfare with one side having everything to lose against the other that has nothing left to lose. A stalemate that needs, now, to be resolved by the courts. God speed to the jurists as they proceed to set the truth free.

Trench warfare, those with everything to lose v those with nothing left to lose

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

La complainte pour une charte


La mise à jour de la semaine dernière intitulée « Fire in the Hole » soulignait que la situation de la liberté au Canada devenait désastreuse, car tous les paliers de gouvernement étaient occupés à émettre des décrets sur le virus Wuhan qui érodaient nos libertés personnelles et que des « groupes identifiables » étaient dénigrés comme étant des « gens » déplorables. Le dénigrement de sous-ensembles particuliers de la population canadienne, en l'occurrence les personnes délibérément non vaccinées, était considéré comme particulièrement inquiétant. En effet, cette discrimination peut être considérée de la même manière que l'internement des Canadiens d'origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, car dans les deux cas, la peur prend le pas sur la raison pour engendrer une « pensée de formation de masse ». Étant donné que nos gouvernements encouragent une telle mentalité de foule, notre mise à jour a poursuivi en déclarant qu'il semblait que les tribunaux étaient la dernière ligne de défense si les libertés civiles devaient redevenir la priorité que notre Charte voulait qu'elles soient.

Les Canadiens d'origine japonaise se préparent à l'internement pendant la Seconde Guerre mondiale

Malheureusement, les tribunaux canadiens n'ont pas un dossier brillant lorsqu'il s'agit de faire respecter les principes de la Charte qui parlent de la souveraineté personnelle sous la forme de droits et libertés fondamentaux inaliénables. Cette performance médiocre a été notée dans ces pages à plusieurs reprises et a récemment été commentée par Arjun Singh dans un article d'opinion du National Post. M. Singh a noté que les valeurs de gauche ont envahi le système juridique canadien et qu'elles ont eu pour effet de diminuer les droits garantis par la Charte. Il cite l'article 1 de la Charte comme l'un des coupables, car il permet de limiter les droits pour un motif « raisonnable ». Le problème, dit-il, est de savoir qui décide de ce qui est « raisonnable ». Il note également que les tribunaux et l'État sont coupables d'orienter ces interprétations pour servir du concept de « l'arbre vivant » de la Charte qui donne la priorité au « contexte social de l'époque ».

Arjun Singh, commentateur politique et écrivain

M. Singh voit une solution dans l'abolition de l'article 1 de la Charte, mais notre dernier père de la Charte canadienne des droits et libertés, Brian Peckford, voit les choses un peu différemment. M. Peckford était le premier ministre du Labrador et de Terre-Neuve pendant le processus de rapatriement de la Charte et il peut nous informer de l'intention des ratificateurs de la Charte. Il convient que l'esprit et l'intention de la Charte ont été dégradés au fil des ans par les gouvernements et les tribunaux et fait remarquer qu'au moment de la formulation de la Charte, personne ne pensait « qu'il était possible pour un ou plusieurs gouvernements de ce pays de faire quoi que ce soit pour porter atteinte à ces droits et libertés ». Il estime en outre que l'avènement de la crise du virus de Wuhan a exacerbé la situation, comme en témoignent les politiques et les édits tyranniques devenus l'ordre du jour. Tout cela accompagné d'aucun effort de la part d'une autorité responsable pour accélérer leur examen à la lumière de l'exigence de la section 1 de « démontrer la nécessité de telles restrictions ». Selon M. Peckford, la section 1 n'est pas le problème. Le problème est celui de la détermination et du dévouement aux valeurs qui ont fait du Canada une « société libre et démocratique ».

Brian Peckford, dernier architecte survivant de la Charte des droits et libertés

Directive n° 6


La lenteur des efforts pour contester l'imposition des mesures tyranniques du virus Wuhan, comme l'a noté notre dernier père de la Charte, a eu un impact désastreux sur la recherche de remèdes capables d'atténuer la contagion. L'absence de tels tests juridiques a permis aux gouvernements, et à leurs ministres de la santé non élus, d'ignorer les études et les recherches qui font autorité et de poursuivre uniquement d'autres stratégies. Ces stratégies se limitent à un seul truc qui consiste à confiner et à masquer avant et après les vaccinations. La directive n° 6 de la province de l'Ontario, qui détaille la manière dont les établissements de santé doivent traiter leur personnel professionnel, leurs employés, leurs bénévoles et leurs contractants internes, en est un bon exemple. Cette directive stipule que les travailleurs de la santé disposent de trois méthodes pour continuer à travailler dans leur environnement médical. Ils peuvent demander une exemption pour des raisons de santé ou d'invalidité, ils peuvent être entièrement vaccinés ou ils peuvent suivre un programme d'éducation complété par un régime régulier de tests antigéniques. Le parti pris, cependant, est clairement en défaveur de cette dernière option, puisque la directive stipule également que les organisations concernées « peuvent décider de supprimer » cette option particulière.

Le médecin-chef de l'Ontario, Kieran Moore, émet la directive n°6

Le problème, c'est que la directive repose sur des hypothèses dont on sait qu'elles sont fausses, mais qui ont échappé à toute obligation d'être examinées dans le cadre d'un débat public libre et sans contrainte. Les conséquences risquent d'être à la fois négatives et majeures, car la santé et les emplois des travailleurs de la santé sont touchés. La directive suppose, par exemple, que ce sont les personnes non vaccinées qui posent « des risques pour les patients et la capacité du système de soins de santé en raison de la (ré)introduction potentielle du COVID-19 dans ces milieux ». Cette hypothèse va à l'encontre des données et des études réalisées dans des pays fortement vaccinés, comme Israël. Ces analyses fondées sur des faits et faisant autorité sont catégoriques : les personnes non vaccinées sont tout aussi susceptibles d'attraper et de propager la variante « delta » que les personnes vaccinées. En effet, nous constatons que les agences israéliennes et le CDC estiment que les vaccinés ont une charge virale similaire à celle des non-vaccinés et sont tout aussi susceptibles de transmettre la contagion.

Les Canadiens protestent contre l'obligation de se faire vacciner

Une autre étude, basée sur des travailleurs de la santé vietnamiens et imprimée d'avance dans le Lancet, est encore plus révélatrice de la propagation du virus par les vaccinés. Cette étude a révélé une charge virale 251 fois plus importante chez les vaccinés que chez les non-vaccinés et a mis en évidence des niveaux plus faibles d'anticorps neutralisants induits par le vaccin. Étant donné le passe-droit que la directive n° 6 accorde aux vaccinés, ne prépare-t-elle pas le terrain pour une propagation gratuite et incontrôlée de la maladie parmi le personnel hospitalier vulnérable, sans parler des patients? Ne prépare-t-elle pas également le terrain pour des poursuites judiciaires ultérieures fondées sur le fait que toute personne raisonnable pourrait voir le lien entre la propagation de l'infection par les vaccinés et les résultats de ces études définitives? Enfin, le décor n'est-il pas également planté pour que le personnel, les employés, les bénévoles et les contractants cherchent des recours juridiques pour avoir été licenciés à la suite d'un tel manque de perspicacité et de la partialité de la directive n° 6?

L'obligation de vacciner suscite des actions en justice?

Une guerre des tranchées


La « pensée de formation des masses» dont fait preuve la directive n° 6 est partout. Elle imprègne l'ensemble de la société canadienne et s'étend au-delà des mandats de vaccination des travailleurs de la santé pour inclure tout ce qui est contrôlé par les codes fédéral et provinciaux des droits de la personne. En Ontario, le code provincial des droits de la personne englobe la discrimination en matière d'emploi, de logement, de biens, de services et d'installations, d'adhésion à un syndicat et de contrats. La solution du « vaccin seulement » est tellement ancrée que la Commission ontarienne des droits de la personne (CODP) a déterminé que les personnes non-vaccinées n'ont aucun droit à l'hébergement dans la province - elles peuvent faire l'objet de discrimination sur la base de leur statut vaccinal. Oubliez les concepts de « consentement éclairé », de protection de la vie privée et d'application régulière de la loi qui nous viennent du Code de Nuremberg, de la Déclaration des droits de l'homme des Nations Unies et de notre propre Charte, le Code des droits de la personne de l'Ontario les surpasse tous et sait mieux que les autres. N'est-il pas également étrange que les personnes vaccinées aient droit à un logement sans discrimination, alors qu'elles sont tout aussi susceptibles de propager la contagion?

La CODP, un pilier des libertés civiles?

Au-delà de la CODP, nous constatons une discrimination contre les « anti-vaccins » dans les aspects les plus sacrés et les plus chers de la vie familiale. Des réglements récents émanant d'Oakville, par exemple, interdisent aux personnes souillées et non vaccinées d'obtenir un mariage. Pendant ce temps, dans la ville de Toronto, les stratèges de la santé se préparent à vacciner en masse les enfants âgés de 5 à 11 ans, même si le rapport risque/bénéfice de ces vaccins penche fortement en faveur de la solution « laisser faire ». Comment se fait-il que, dans tout le pays, les provinces choisissent de restreindre leur population avec des passeports vaccinaux alors que l'on sait depuis longtemps que le virus est un problème institutionnel? En effet, les taux de mortalité par infection associés au virus reflètent ceux de la grippe saisonnière pour le reste d'entre nous qui sommes âgés de moins de 70 ans. C'est presque comme si les pouvoirs en place avaient investi trop de capital politique dans le récit du « vaccin seulement » et étaient déterminés à ne pas changer de cap. Le problème, c'est que plus les vérités sur la nature du virus et des vaccins se multiplient, plus les tentatives de les nier sont désespérées.

Que le diable emporte la vérité sur le virus de Wuhan

Et c'est ainsi que les lignes sont tracées dans le sable et que des tranchées sont construites de chaque côté. Les politiciens récalcitrants et leurs représentants de la santé non élus occupent un sillon lourdement armés des armes de l'État. Ils sont désespérés et pleinement conscients qu'ils perdront sûrement si leur emprise sur les citoyens échoue. Comme Göring l'a conseillé, ils utilisent la peur pour garder le contrôle sur les masses et diriger la résistance vers un bouc émissaire approprié et déshumanisé - dans ce cas, les « anti-vaccins ». Si vous pensiez que l'autre fossé était occupé par ces seuls « anti-vaccins », vous vous trompiez. Ils sont certainement à l'avant, mais le reste des masses vaccinées est juste derrière eux. Après tout, ils doivent subir la vexation des changements de règles du jeu pour révéler de nouvelles exigences en matière de masques et de rappels, alors même que leurs libertés personnelles et celles de leurs enfants et petits-enfants s'évaporent. En bref, c'est une guerre de tranchées avec un camp qui a tout à perdre contre l'autre qui n'a plus rien à perdre. Une impasse qui doit, maintenant, être résolue par les tribunaux. Bonne chance aux juristes pour libérer la vérité.

Guerre des tranchées, ceux qui ont tout à perdre contre ceux qui n'ont plus rien à perdre.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts