C3RF Update, 24 Sep 2021 – Fire in the hole


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Of liberty and tyranny


Print and broadcast journalist, Matt Gurney, breaks from the media herd from time-to-time to deliberate on subjects that challenge the social pieties of the day. As Election 2021 came to a close he was seen to do so once again with his analysis of a Maru Public Opinion poll authored by John Wright. The poll was an outlier to begin with as it focussed on the unmentionable People’s Party of Canada (PPC) and homed in on the PPC voter - who and how many are there and what do they believe. What is it about this “looniest subsection of the Conservatives” that makes it so scary, makes them tick?

Print and broadcast journalist, Matt Gurney

Well apparently, they are not really a subsection of the Conservative Party at all. Indeed, the PPC member is a “fairly typical Canadian” with a few exceptions. They are, for example, much more concerned with:

  • mandated vaccines and passports;

  • losing their jobs as a result; and

  • being tyrannized by their government.

By way of explanation, it was noted that while approximately one-in-five of Canadians, including Conservative Canadians, see vaccine-related issues as worrisome and their jobs hanging in the balance, a full 60% of PPC types say they will never be vaccinated. On top of this, one half of them believe their jobs will likely be lost as a result of their resistance to the “jab”. On the question of government tyranny, the poll noted that 89% of PPC members see their individual rights being stripped away by their political leaders whereas only 35% of the supporters of other parties see a cause for concern.

The PPC/ liberty surge

Matt Gurney contended that the PPC Party rose on the wings of liberty and justified this assertion by linking the party’s surge to the playing of the vaccination card as an election issue. It was the Liberal Party that played this card in the hopes of creating a “wedge” issue designed to corner the Conservatives. The belief was that the liberty issue was more of a Conservative Party member concern than it was for the voters of other parties and that Erin O’Toole would have to disavow vaccine mandates and passports to save his base. As it turned out, the Conservatives were minimally impacted as the poll numbers revealed that they, as a group, were even “less adamantly opposed to draconian vaccination initiatives than the average Canadian”. Indeed, it appears that the ensuing surge of PPC support that rose out of the liberty play may have come from members of all parties - not to mention the non-voters from Election 2019 who sat out that contest. At the end of the day, the PPC tripled their 2019 vote count and proved to be the spoiler in some 24 ridings. Could it be that Election 2021 will be seen as the genesis of a brand-new political phenomenon? A phenomenon that cuts across all party lines and is based upon a unique commitment to restore liberty and personal freedom?

Election 2021 spurs a call for the restoration of personal freedom?

Fire in the hole


Matt Gurney’s analysis of the Maru Public Opinion Poll carries with it an ominous observation, fully 84% of PPC types and 32% of Canadians at large believe that “we are on the verge of a revolution in our society to take our freedom back from governments who are limiting it”. This sizeable contingent of rebellion-minded citizens will no doubt increase in size as vaccine mandates, passports and related lockdowns continue to be advocated by the major political parties even as they are “loudly and aggressively championed by prominent voices in the mainstream”. It would appear that a “fire in the hole” shoutout is in order as an “explosive detonation in a confined space is imminent”. Such warnings are issued to apprise those in the area that a charge has been set and it is about to blow. In this particular situation, the charge can be seen to be the eradication of civil liberties and the “confined space” can be seen to be analogous to a public square that does not accommodate free speech and the unimpeded exchange of ideas.

Look out! Fire in the hole!

Problem is, the public square is currently being squeezed dry of the free exchange of ideas through censorship, ridicule of opposing viewpoints and downright character assignation. The case of Dr. Byram Bridle from the University of Guelph is a case in point as this widely acclaimed and celebrated virologist had the gall to criticize the WHO narrative associated with Wuhan virus vaccines. In his “open letter” to the head of the university he noted several inconsistencies in the school’s vaccine policies that stand as a danger to the staff and students who must submit to them. He also noted, by way of his own example, how those who refuse to stay quiet in the face of such inconsistencies are pilloried and even banned from campus for their troubles. It is this type of censorship and unwarranted punishment that stymie needed conversation and frustrate the resolution, or even reconciliation, of the matters at hand and create a “fire in the hole” situation.

Rogue virologist, Dr. Byram Bridle

Of particular concern to Dr. Bridle was the university’s commitment to mandated vaccines for all regardless of personal circumstances. He brought data-based science to the table when he noted that individuals who have recovered from the Wuhan virus are many times more protected from getting the virus than those who have been fully vaccinated. He followed this observation up by asking why antibody tests aren’t offered so individuals might determine whether or not they have a recovered status. This is no small point as the science also indicates that recovered individuals with natural immune system protection may be harmed by the follow-on injection of Wuhan virus vaccines. Seen in this light, university policies mandating vaccines for all can actually do more harm to some than good. Where’s the required risk/ benefit analysis in any of these policies? If left unattended, will the fire in the hole blow and put us in the “Hurt Locker”? A place where the whole of society is forced to experience deep pain and discomfort?

Canadians in the "Hurt Locker"?

Escaping the “Hurt Locker”


Given the frustration that stopped-up public discourse can create when it comes to mandated vaccines and passports, it is safe to say that the witnessed surge of PPC voters during Election 2021 has the potential to morph into a sea-change freedom movement capable of cutting across all political lines. The further repression of such discourse also brings with it the possibility that the sizeable numbers of Canadians identified in the Maru Public Opinion Poll move beyond “the verge of a revolution”. Such a “Hurt Locker” situation is not unknown to Canada as witnessed by the events of the Rebellions of 1837/38 and the Conscription Crises of WWI and, to a lesser extent, WWII. How does Canada prevent another visit to the “Hurt Locker” in this instance?

Wuhan virus vaccine policies a national crisis in the making?

As noted above, one of the first and most effective ways of avoiding the frustrations associated with censorship and ridicule would be to open the spigots of free speech. Unfortunately, this possibility was countered at every turn as the media talking heads, the former “watchdogs of democracy”, corralled Election 2021 discourse to force it down the perennial abortion, gun control and “climate change” rabbit holes. All in an effort to please their progressive overlords. As well, we have seen a number of government and professional organizations actively quash any debate on real questions of liberty and personal freedom. This repression is so pervasive that a consortium of health professionals felt it necessary to petition British Columbian healthcrats to answer a dozen questions to explain inconsistencies in both the province’s lockdown and vaccination strategies. Additionally, organizations like the College of Physicians and Surgeons of Ontario (CPSO) put a gag order on the whole of its professional membership to prevent such questions from even arising. It’s hard to see, absent a massive culling of the leadership of such healthcrat and professional organizations, how these folks will keep us out of the “Hurt Locker”.

Is the CPSO denying medical science and discourse?

The Wuhan virus crisis, in conjunction with Election 2021, has shown us the disrespect that our political leadership, media and professional “oath-based” organizations have for the individual rights and freedoms of everyday Canadians. The last line of defence we have in keeping us out of the “Hurt Locker” is our system of jurisprudence. It doesn’t look good at this point in time as our courts, to date, have seemingly fallen into line with the WHO/ government narrative that asserts that the Wuhan virus must be eradicated at any cost. And so we saw the Supreme Court of Labrador and Newfoundland rule against the mobility rights of a woman who sought to travel to the province to attend the funeral of her mother – even though the modelling used to deny her was based on wildly inaccurate Infection Fatality Rates. There are other such cases in the hopper at this point in time including one by the grassroots organization, Action4Canada. This most recent addition is directed against the British Columbia and federal governments and calls into question the ability of provinces to cavalierly toss individual Charter rights aside. Should this and other cases like it fail, Canada will no doubt find itself in a “Hurt Locker” and on course for irrevocable change.

No turning back once the “Hurt Locker” is entered?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

De la liberté et de la tyrannie


Matt Gurney, journaliste de la presse écrite et de la radiotélévision, se détache de temps à autre du troupeau médiatique pour traiter de sujets qui remettent en question les principes sociaux à la mode. À l'approche des élections de 2021, il l'a fait une fois de plus en analysant un sondage d'opinion Maru réalisé par John Wright. Ce sondage était une aberration au départ, car il portait sur l'innommable Parti populaire du Canada (PPC) et se concentrait sur les électeurs du PPC - qui sont-ils, combien sont-ils et que croient-ils? Qu'est-ce qui rend cette « bande cinglée des conservateurs » si effrayante, qu'est-ce qui les motivent?

Le journaliste Matt Gurney

Eh bien apparemment, ils ne sont pas vraiment un sous-groupe du Parti conservateur. En effet, le membre du PPC est un « Canadien assez typique » à quelques exceptions près. Ils sont, par exemple, beaucoup plus préoccupés par:

  • les vaccins et les passeports obligatoires;

  • la perte de leur emploi en résulte; et

  • le risque d'être tyrannisés par leur gouvernement.

En guise d'explication, il a été noté que si environ un Canadien sur cinq, y compris les conservateurs, considère que les questions liées aux vaccins sont inquiétantes et que leur emploi est en jeu, 60 % des membres du PPC affirment qu'ils ne se feront jamais vacciner.De plus, la moitié d'entre eux croient que leur emploi sera probablement perdu en raison de leur résistance à la vaccination. En ce qui concerne la tyrannie du gouvernement, le sondage indique que 89 % des membres du CPP considèrent que leurs droits individuels sont bafoués par leurs dirigeants politiques, alors que seulement 35 % des partisans des autres partis y voient de l'inquiétude.

La poussée pour la liberté du PPC

Matt Gurney a affirmé que le parti PPC a basé sa montée sur le concept de la liberté et a justifié cette affirmation en liant la montée en puissance du parti au fait d'avoir joué la carte de la vaccination comme enjeu électoral. C'est le Parti libéral qui a joué cette carte dans l'espoir de créer une question « clivante » destinée à coincer les conservateurs. La croyance était que la question de la liberté préoccupait davantage les membres du Parti conservateur que les électeurs des autres partis et qu'Erin O'Toole devrait désavouer les mandats de vaccination et les passeports pour sauver sa base. Il s'est avéré que les conservateurs ont été très peu touchés, car les sondages ont révélé qu'en tant que groupe, ils étaient même « moins farouchement opposés aux initiatives de vaccination draconiennes que le Canadien moyen ». En fait, il semble que la vague de soutien au PPC qui a suivi et qui a découlé du débat sur les libertés pourrait provenir de membres de tous les partis - sans parler des non-votants de l'élection 2019. En fin de compte, le PPC a triplé son nombre de votes de 2019 et s'est avéré être le trouble-fête dans quelque 24 circonscriptions. Se pourrait-il que l'élection 2021 soit considérée comme la genèse d'un tout nouveau phénomène politique? Un phénomène qui transcende toutes les lignes de parti et qui repose sur un engagement unique à rétablir toutes nos libertés?

L'élection de 2021 suscite un appel à la restauration de la liberté individuelle?

Fire in the hole


L'analyse de Matt Gurney du sondage d'opinion publique Maru s'accompagne d'une observation de mauvais augure: 84 % des membres du PPC et 32 % des Canadiens en général croient que « nous sommes à l'aube d'une révolution dans notre société pour reconquérir nos libertés faces aux gouvernements qui les limitent ». Ce contingent important de citoyens animés d'un esprit de rébellion va sans doute s'accroître à mesure que les mandats de vaccination, les passeports et les mesures de confinement continueront d'être préconisés par les principaux partis politiques, même s'ils sont « défendus par des voix éminentes du courant dominant ». Il semblerait qu'un cri de « fire in the hole » soit de mise car une « détonation explosive dans un espace confiné est imminente ». Ces avertissements sont émis pour prévenir les personnes présentes dans la zone qu'une charge a été placée et qu'elle est sur le point d'exploser. Dans cette situation particulière, la charge peut être considérée comme l'éradication des libertés civiles et l' « espace confiné » peut être considéré comme analogue à une place publique qui ne permet pas la liberté d'expression et l'échange sans entrave d'idées.

Look out! Fire in the hole!

Le problème, c'est que la place publique est actuellement privée du libre échange d'idées par la censure, le ridicule des points de vue opposés et la diffamation pure et simple. Le cas du Dr Byram Bridle, de l'Université de Guelph, en est un bon exemple. Ce virologue réputé et reconnu a eu le culot de critiquer le discours de l'OMS sur les vaccins du virus Wuhan. Dans sa « lettre ouverte » au directeur de l'université, il a relevé plusieurs incohérences dans les politiques de vaccination de l'établissement, qui représentent un danger pour le personnel et les étudiants qui doivent s'y soumettre. Il a également noté, citant son propre exemple, comment ceux qui refusent de se taire face à de telles incohérences sont mis au pilori et même bannis du campus. C'est ce type de censure et de punition injustifiée qui entrave la conversation et empêche la résolution, voire la réconciliation, des questions en jeu et crée une situation de « Fire in the hole ».

Le Dr Byram Bridle, virologue dissident

Le Dr Bridle s'est particulièrement inquiété de l'engagement de son université à rendre obligatoire la vaccination de tous, indépendamment des circonstances personnelles. Il a apporté des données scientifiques prenant note que les personnes qui se sont remises du virus de Wuhan sont beaucoup mieux protégées contre le virus que celles qui ont été vaccinées. Il a poursuivi cette observation en demandant pourquoi les tests d'anticorps ne sont pas proposés afin que les personnes puissent déterminer si elles sont protégées ou non. Ce n'est pas une mince affaire, car les données scientifiques indiquent également que les personnes guéries, dont le système immunitaire est naturellement protégé, peuvent être affectées par l'injection ultérieure de vaccins contre le virus de Wuhan. Vu sous cet angle, les politiques universitaires imposant des vaccins pour tous peuvent faire plus de mal que de bien à certaines personnes. Où est l'analyse risques/bénéfices requise dans ces politiques? Si elles sont laissées sans surveillance, le « fire in the hole » ne va-t-il pas exploser et nous mettre en péril - dans un endroit où l'ensemble de la société est contraint d'éprouver une douleur et un inconfort profonds?

Canadiens désarmorçant des bombes?

Échapper à une crise prochaine


Compte tenu de la frustration que peut susciter le blocage du discours public lorsqu'il s'agit de vaccins et de passeports obligatoires, on peut affirmer sans risque de se tromper que la vague d'électeurs du PPC observée lors de l'élection 2021 a le potentiel de se transformer en un mouvement de liberté capable de transcender toutes les lignes politiques. La poursuite de la répression d'un tel discours entraîne également la possibilité que le nombre considérable de Canadiens identifiés dans le sondage d'opinion Maru aille au-delà du « bord de la révolution ». Une telle situation n'est pas inconnue au Canada, comme en témoignent les événements des rébellions de 1837/38 et les crises de la conscription de la Première Guerre mondiale et, dans une moindre mesure, de la Seconde Guerre mondiale. Comment le Canada peut-il éviter une crise dans ce cas?

Les politiques de vaccination contre le virus de Wuhan: une crise nationale en gestation?

Comme indiqué ci-dessus, l'un des premiers moyens, et le plus efficace, d'éviter les frustrations liées à la censure et au ridicule serait d'honorer la liberté d'expression. Malheureusement, cette possibilité a été contrecarrée à chaque fois que les médias, ces soi-disant « cerbères de la démocratie », ont changé le discours de l'élection 2021 pour le forcer à descendre dans les éternels cul-de-sac de l'avortement, du contrôle des armes à feu et du « changement climatique » - tout cela dans le but de plaire à leurs maîtres progressistes. De même, nous avons vu un certain nombre d'organisations gouvernementales et professionnelles étouffer activement tout débat sur les questions de liberté individuelle. Cette répression est si répandue qu'un consortium de professionnels de la santé a jugé nécessaire de demander aux fonctionnaires de la santé de la Colombie-Britannique de répondre à une douzaine de questions afin d'expliquer les incohérences des stratégies de confinement et de vaccination de la province. De plus, des organisations comme l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario ont imposé un bâillon à l'ensemble de ses membres professionnels pour éviter que de telles questions ne soient posées. Il est difficile de voir, en l'absence d'une élimination massive des dirigeants de ces organisations professionnelles et de celles de la santé, comment ces personnes pourront nous empêcher d'entrer dans une nouvelle crise.

Le CPSO nie-t-il la science et le discours médical?

La crise du virus Wuhan, en conjonction avec l'élection 2021, nous a montré le manque de respect de nos dirigeants politiques, des médias et des organisations professionnelles « assermentées » pour les droits et libertés individuels des Canadiens ordinaires. La dernière ligne de défense dont nous disposons pour nous garder hors d'une crise est notre système de jurisprudence. Il n'a pas l'air bien en ce moment, car nos tribunaux, jusqu'à présent, semblent s'être alignés sur le discours de l'OMS et du gouvernement qui affirme que le virus Wuhan doit être éradiqué à tout prix. Ainsi, la Cour suprême du Labrador et de Terre-Neuve s'est prononcée contre le droit à la mobilité d'une femme qui souhaitait se rendre dans la province pour assister aux funérailles de sa mère - même si le modèle utilisé pour le lui refuser était fondé sur des taux de mortalité par infection extrêmement inexacts. D'autres affaires de ce type sont en cours de traitement, notamment par le biais de l'organisation populaire Action4Canada. Le cas le plus récent est dirigé contre les gouvernements de la Colombie-Britannique et du Canada et remet en question la capacité des provinces à mettre cavalièrement de côté les droits individuels garantis par la Charte. Si cette affaire et d'autres comme celle-ci échouent, le Canada se retrouvera sans aucun doute dans une crise comme celle de la conscription de 1917 et sur la voie d'un changement irrévocable.

Pas de retour en arrière?

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter iciet consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts