top of page

C3RF Update, 10 Nov 2023 – True Believer


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below



For those of you on the run and short of time, here’s a 4-minute video presentation that introduces this C3RF Update!

 

Canada in transition


On the eve of Remembrance Day, we are engaged not so much by the desire to recall the sacrifices made by our veterans but by the distractions that keep us from doing so. As noted in last week’s “update”, these distractions appear to be deliberate and include substituting white “peace” poppies for red ones and even restricting military chaplains from issuing fulsome and unrestricted prayers of remembrance. This latter development is most worrisome as it speaks directly to an effort to disremember the principles and values that underly the reasons our veterans fought and the reasons why we must remember. These principles include the self-evident truth that recognizes the human to be a “divine locus of value”.

Is Jordan Peterson onto something when he asserts each person has unique value?

One is left wondering, what could motivate anyone or any movement to attack Remembrance Day when it so clearly embodies the heart and soul of a society. Are the core values that connect the day with our aspirations as Canadians so abhorrent that they need to be disremembered and deep-sixed to Davey Jones’ locker? It would seem that someone or some force somewhere is seized with the need to change what Canadians see as worth fighting for. More than this though and given the muted response to such nefarious efforts, how can Canadians sleepwalk through such a transition when it involves moving Canada away from its status as a strong, free and respected liberal democracy to assume the aura of a “lukewarm” enterprise with no core identity, no mainstream lifeforce.

Do Canadians agree with their PM that Canada has no "core identity"?

In seeking answers to these questions, one can’t help but remark on the amazing observations of the man known as the “longshoreman philosopher”. Eric Hoffer lived a hard life as a longshoreman even as he turned his sharp mind to matters of “life, power and social order”. He became a self-educated scholar and his first book, “The True Believer”, showcased his powers of observation and collation through incredible and enduring insights into the nature of mass movements and the individuals who join them. Indeed, the book could have been written in the current day and age as it can be seen to accurately reflect Canada’s move away from a proud, established order to a new collective compact that lionizes the ideology of woke and its three Musketeers, “Diversity, Inclusion and Equity”.

Eric Hoffer, the "longshoreman philosopher" 1898?-1983
 

The true believer


I know your deeds, that you are neither cold nor hot. I wish you were either one or the other! So, because you are lukewarm—neither hot nor cold—I am about to spit you out of my mouth. Revelation 3:15-16


Hoffer’s “True Believer” was written in 1951. It postulated that revolutionary forces were on the march and “shaping the world” even then. The mass movements of that time were shaped by nationalistic (fascism) and socialistic (communism) worldviews but “Believer” insisted that “doctrines and promises” were not the driving factors behind these revolutionary forces. Rather than this, Hoffer noted that the power behind the mass movement was in its ability to be a “conspicuous instrument of change” while providing followers a refuge from their anxieties. The destination, not the path, was the draw and the fight was for “cities that had not yet been built and gardens that had had yet to be planted”. Facts be damned, these were projects of imagine!

Eric Hoffer's "True Believer", as germane now as in 1951?

Such projects arose from societies or established orders that had become weakened through a floundering focus and an inability to maintain a “vivid feeling of solidarity”. Hoffer noted that in every case where such a society had been overcome the process was always preceded by a cultural “ennui” or malaise. In such an environment the mass movement operates to attract the frustrated and the bored who are more than prepared to walk away from unfulfilled lives to become a part of the “comforting oneness of a collective compact”. The follower does not join out of self interest but to keep from accepting any responsibility for their failures in the old order of things. In this fashion, they move forward to begin anew with a new purpose and are fully prepared to sacrifice all for the chance to do so.

Mass movement promise, from frustration and boredom to glory

For its part, the mass movement insists that its followers break no bread and suffer no compromise with those whom they leave behind in the old order. It’s an easy condition for the joiners to meet as they see their lives in that order as spoiled and irredeemable due to no fault of their own. Their craving for equality and uniformity as they distance themselves from personal responsibility is non-negotiable. The constant testing that freedom entails is kryptonite to their need for absolution and belonging. The joiner has lost any purpose beyond the collective and is prepared to give up all privacy. Indeed, even their possessions may be stripped away in accordance with a recent WEF promise that in the future “you will own nothing and you’ll be happy”.

Mass movement joiners happy to own nothing?
 

Past, present and posterity


Before a leader and movement can make their way onto the stage, however, there needs to be an intense dissatisfaction with the way things are. The Western world, including Canada, can be seen to be a case in point in the immediate aftermath of WWII. Large numbers of soldiers returning home in search of the old established order found it difficult to recover the “pre-war rhythms of their lives”. This dislocation was intensified as it was assailed by a barrage of cultural body blows. They came in the form of a radical second wave of feminism, “free love”, child-centred learning, and a variety of social-sexual arrangements that vied for equality with heretofore traditional male/female relations. All of them spoke to the need to raze the past old order to the ground.

Janice Fiamengo, was feminism a body blow to Canadian social order?

The multi-faceted attack on Canadian society countenanced by all manner of mass movements is akin to the Maoist strategy that seeks the overall Mass Line replacement of a state with a counter-state. We see this clearly in the present Canadian context with our once “rule of law” justice system being co-opted to benefit mass movement objectives. Witness two judicial proceedings in Ontario and Lethbridge that pit everyday citizens against a regime that is hell-bent on destroying the core values of a “rule of law” social order. In the former we see Ottawa detective Helen Grus being prevented from tabling evidence that would justify her investigation into a link between vaccines, mother’s milk and sudden newborn deaths. In the latter we see four Freedom Convoy 2022 protesters jailed for over 600 days with no bail. “Rule of law” this is not!

Coutts 4 in remand over 600 days with no bail. Gross Charter violation?

It appears that we have our answer to the question posed above. It does, indeed, seem that the core values that connect our Remembrance Day with the aspirations of Canadians are abhorrent! They are abhorrent to the “true believers” who would very much like to walk away from a world they see as the source of their frustrations and move towards one that offers an escape from personal responsibility – all the while being cossetted by the comforting oneness of a collective compact. The realization of such a new world will require the destruction of past histories and traditions to “make room for a virginal present which, itself, will be pushed off to make way for posterity”. Remembrance Day must go but one wonders, how will the true believers be remembered once they and their mass movement ultimately fail as all others have?

How will the "true believers" be remembered?
 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous



Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 4 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Le Canada en transition


À la veille du jour du Souvenir, ce n'est pas tant le désir de se souvenir des sacrifices accomplis par nos anciens combattants qui nous anime que les distractions qui nous empêchent de le faire. Comme indiqué dans la « mise à jour » de la semaine dernière, ces distractions semblent être délibérées et comprennent le remplacement des coquelicots rouges par des coquelicots blancs « pour la paix » et même l'interdiction faite aux aumôniers militaires de prononcer des prières commémoratives complètes et sans restriction. Cette dernière mesure est particulièrement inquiétante, car elle s'inscrit directement dans le cadre d'un effort visant à oublier les principes et les valeurs qui expliquent les raisons pour lesquelles nos anciens combattants se sont battus et les raisons pour lesquelles nous devons nous en souvenir. Ces principes comprennent la vérité évidente qui reconnaît que l'être humain est un « lieu divin de la valeur intrinsèque à l'homme ».

Jordan Peterson est-il sur la bonne voie lorsqu'il affirme que chaque personne a une valeur unique?

On peut se demander ce qui peut motiver quelqu'un ou un mouvement à s'attaquer au jour du Souvenir, alors qu'il incarne si clairement le cœur et l'âme d'une société. Les valeurs fondamentales qui relient ce jour à nos aspirations en tant que Canadiens sont-elles si odieuses qu'elles doivent être oubliées et jeter au fond de la mer? Il semblerait que quelqu'un, ou une force quelque part, soit saisi par le besoin de changer ce que les Canadiens considèrent comme valant la peine d'être défendu. Mais plus encore, et compte tenu de la réaction silencieuse à ces efforts ignobles, comment les Canadiens peuvent-ils s'endormir durant une telle transition lorsqu'il s'agit d'éloigner le Canada de son statut de démocratie libérale forte, libre et respectée pour lui donner l'aura d'une entreprise « tiède, ni chair ni poisson », sans identité fondamentale, sans force vitale principale.

Les Canadiens sont-ils d'accord avec leur Premier ministre pour dire que le Canada n'a pas d'« identité fondamentale »?

En cherchant des réponses à ces questions, on ne peut s'empêcher de remarquer les observations étonnantes de l'homme connu sous le nom du « philosophe débardeur ». Eric Hoffer a vécu une vie difficile en tant que débardeur, tout en consacrant son esprit vif aux questions de « vie, de pouvoir et d'ordre social ». Il est devenu un érudit autodidacte et son premier livre, « The True Believer » (Le vrai croyant), a mis en évidence ses pouvoirs d'observation et de collecte par des aperçus incroyables et durables sur la nature des mouvements de masse et des individus qui les joignent. En effet, ce livre aurait pu être écrit à notre époque, car il reflète avec précision l'abandon par le Canada d'un ordre établi et fier au profit d'un nouveau pacte collectif qui fait la part belle à l'idéologie du woke et à ses trois mousquetaires, « Diversité, inclusion et équité ».

Eric Hoffer, le « philosophe débardeur » 1898?-1983
 

Le vrai croyant


Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Apocalyspe 3:15-16 (Louis Segond 1910)


Le livre « True Believer » de Hoffer a été écrit en 1951. Il postulait que les forces révolutionnaires étaient déjà en marche et « façonnaient le monde ». Les mouvements de masse de l'époque étaient façonnés par des visions du monde nationalistes (fascisme) et socialistes (communisme), mais le « True Believer » insistait sur le fait que « les doctrines et les promesses » n'étaient pas les facteurs moteurs de ces forces révolutionnaires. Au contraire, Hoffer a noté que le pouvoir du mouvement de masse résidait dans sa capacité à être un "instrument ostensible de changement" tout en offrant à ses adeptes un refuge contre leurs angoisses. C'est la destination, et non le chemin, qui compte et le combat est mené pour "des cités qui n'ont pas encore été construites et des jardins qui n'ont pas encore été plantés". Au diable les faits, il s'agissait de projets imaginaires!

Le livre « True Believer » d'Eric Hoffer, aussi à-propos aujourd'hui qu'en 1951?

Ces projets sont nés de sociétés ou d'ordres établis qui s'étaient affaiblis en raison d'un manque d'orientation et d'une incapacité à maintenir un « vif sentiment de solidarité ». Hoffer a noté que dans tous les cas où une telle société a été défaite, le processus a toujours été précédé d'un « ennui » ou d'un malaise culturel. Dans un tel environnement, le mouvement de masse attire les frustrés et les ennuyés qui sont tout à fait prêts à abandonner une vie insatisfaisante pour faire partie de « l'unité rassurante d'un engagement collectif ». Les adeptes n'adhèrent pas par intérêt personnel, mais pour éviter d'assumer la responsabilité de leurs échecs dans l'ancien ordre des choses. De cette manière, ils vont de l'avant pour recommencer à zéro avec un nouveau but et sont prêts à tout sacrifier pour avoir la chance de le faire.

La promesse d'un mouvement de masse: de la frustration et de l'ennui à la gloire

Pour sa part, le mouvement de masses insiste pour que ses adeptes ne rompent pas le pain et ne fassent pas de compromis avec ceux qu'ils laissent derrière eux dans l'ancien ordre. C'est une condition facile à remplir pour les adhérents qui considèrent que leur vie dans l'ancien ordre est gâchée et irrémédiable, sans qu'ils y soient pour quelque chose. Leur soif d'égalité et d'uniformité, alors qu'ils s'éloignent de toute responsabilité personnelle, n'est pas négociable. La mise à l'épreuve constante qu'implique la liberté est une kryptonite pour leur besoin d'absolution et d'appartenance. L'adhérent a perdu toute raison d'être au-delà de la collectivité et est prêt à renoncer à toute vie privée. En fait, même leurs biens peuvent être dépouillés, conformément à une promesse récente du FEM selon laquelle, à l'avenir, « vous ne posséderez rien et vous serez heureux ».

Les adeptes des mouvements de masse heureux de ne rien posséder?
 

Passé, présent et postérité


Cependant, avant qu'un leader et un mouvement puissent entrer en scène, il faut qu'il y ait un mécontentement intense à l'égard de la situation actuelle. Le monde occidental, y compris le Canada, peut être considéré comme un exemple au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un grand nombre de soldats rentrant chez eux à la recherche de l'ancien ordre établi ont eu du mal à retrouver les « rythmes de vie d'avant-guerre ». Cette dislocation s'est intensifiée lorsqu'elle a été assaillie par un barrage de coups de masse culturels. Ils ont pris la forme d'une deuxième vague radicale de féminisme, de l' « amour libre », d'un apprentissage centré sur l'enfant et d'une variété d'arrangements socio-sexuels qui rivalisaient pour l'égalité avec les relations homme/femme jusqu'alors traditionnelles. Tous ces éléments témoignent de la nécessité de démolir l'ancien ordre des choses.

Janice Fiamengo, le féminisme a-t-il porté un coup fatal à l'ordre social canadien?

L'attaque pluridimensionnelle contre la société canadienne soutenue par toutes sortes de mouvements de masse s'apparente à la stratégie maoïste qui vise à remplacer l'État par un contre-État dans le cadre de la ligne de masse. Nous le voyons clairement dans le contexte canadien actuel, où notre système judiciaire, autrefois fondé sur l'État de droit, est exploité au profit des objectifs des mouvements de masse. En témoignent deux procédures judiciaires en Ontario et à Lethbridge qui opposent des citoyens ordinaires à un régime qui s'acharne à détruire les valeurs fondamentales d'un ordre social fondé sur l' « État de droit ». Dans le premier cas, la détective Helen Grus, d'Ottawa, est empêchée de présenter des preuves qui justifieraient son enquête sur le lien entre les vaccins, le lait maternel et la mort subite du nouveau-né. Dans le second cas, quatre manifestants du Convoi de la liberté de 2022 sont emprisonnés pendant plus de 600 jours sans possibilité de libération sous caution. Il ne s'agit pas d'un « État de droit »!

Les « Coutts 4 » en détention provisoire depuis plus de 600 jours sans caution. Violation flagrante de la Charte?

Il semble que nous ayons la réponse à la question posée ci-dessus. Il semble en effet que les valeurs fondamentales qui lient notre Jour du Souvenir aux aspirations des Canadiens soient odieuses! Elles sont odieuses pour les "vrais croyants" qui aimeraient beaucoup s'éloigner d'un monde qu'ils considèrent comme la source de leurs frustrations et se diriger vers un monde qui offre une échappatoire à la responsabilité personnelle - tout en étant bercé par l'unité réconfortante d'un contrat collectif. La réalisation d'un tel monde nouveau nécessitera la destruction des histoires et des traditions passées pour « faire place à un présent vierge qui, lui-même, sera repoussé pour faire place à la postérité ». Le jour du souvenir doit disparaître, mais on peut se demander comment on se souviendra des vrais croyants une fois qu'ils auront échoué, eux et leur mouvement de masse, comme tous les autres l'ont fait.

Comment se souviendra-t-on des « vrais croyants »?
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la Campagne d'affichage du C3RF


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la liberté d'expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d' « islamophobie » généralisés ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir de faire connaître leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comentarios


bottom of page