C3RF Update, 11 Feb 2022 – The Canadian Samizdat


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View ! C3RF “in Hot” interview with Freedom Convoy’s Tom Quiggin


View! Urgent news release for all Canadians

 

The Canadian Samizdat


The term “Samizdat” combines the Russian word “sam”, or “self”, with “izdatelstvo”, or “publishing”, to denote the distribution of covert, underground communications during the Soviet era. The phenomena did not come into being until the iron grip of dictator Joseph Stalin was loosed by his death in 1953. Given the fact that the State had a monopoly on “presses, photocopiers, and other such devices”, these communications often dealt with freedom of speech issues and were surreptitiously passed from person-to-person as carbon copies of typewritten sheets. The movement expanded to include a growing number of topics and ethnic communities even as it was subjected to surveillance by the KGB and legal prosecutions by the courts. By the time “Glasnost” arrived in the 1980s, Samizdat was widespread and positioned to become the more independent media that emerged in Russia after the collapse of the Soviet Union in 1991.

"Samizdat" in the Soviet Union arose after the death of Joseph Stalin

In the case of the Soviet Union, Samizdat can be seen as a transitional period that bridged a time of complete State censorship with one characterized by relatively free speech. It is interesting to note that Canada, under Liberal government control since 2015, seems to be making this same transition but in the opposite direction. In seven short years it has gone from accommodating considered opinions in the public square to one that seeks to suppress critique of preferred narratives. Indeed, we have seen a shift towards a “cancel culture” enabled by both State and big tech entities and this alarming development has been accelerating over the past two years, and counting, of Wuhan virus emergency measures. Speech that challenges the accepted “new normal” themes of social isolation and mandatory vaccination programs will not be countenanced. One wonders, are we in the midst of Samizdat on our way to the Stalinization of our speech?

A young Joseph Stalin - not a fan of free speech?

The ability of Canadians to express themselves and have access to expressive materials is coming under increasing State control in this new Samizdat environment. In the case of the former, witness the advancement, on a priority basis, of new legislation in the form of Bill C-11 (Online Streaming Act) that seeks to regulate “user content” through CRTC control measures and authority. The forerunner of this bill created a furor in the last session of parliament as Bill C-10 (Broadcast Act) when it called for the same regulatory oversight of online speech. In the case of the latter, citizens are encountering increasing levels of government censorship aimed at obscuring certain opinions and information. Accordingly, we see government agencies discouraging social media platforms from distributing “disinformation” and “anti-vaccine falsehoods” in the name of a new “totalitarian science”. Thing is, just who decides what is “disinformation” or “false”?

Who decides what is true in the age of "totalitarian science"?
 

The Canadian Pravda


The transition from free to State-controlled speech is hard on the everyday citizen but it also plays havoc with the media that is caught up in its inconsistencies. And so, we see conscientious members of the communications industry exiting their positions to pursue alternate career paths. Witness the case of CBC producer Tara Henley, who left her high-flying post at the federal broadcaster because she missed working for a “trusted source of news” that now busied itself with “churning out clickbait that reads like a parody of the student press”. This same corporation has also been taken to task, on more than one occasion, for its alleged anti-Semitic bias. For instance, Diane Bederman has recently chronicled a litany of some 45 bits of CBC reporting over the course of one year that have been characterized as slanted against the State of Israel and Jews in general. Is it any wonder that professionals, like Henley, would seek to distance themselves from an organization with a questionable attachment to a journalistic standard that calls accuracy a “moral imperative”? An organization that, as a state broadcaster, risks being compared to “Pravda”?

Tara Henley leaves the CBC to get away from "a parody of the student press"

As noted in last week’s update, private broadcast corporations are similarly challenged when it comes to providing balanced, impartial reportage. The case in point was coverage related to the Freedom Convoy 2022 protestations in the nation’s capital beginning 29 January 2022. In particular, certain CTV news programs have been very active in distracting from the protesters message and demands to infer wrongdoing on the part of the Convoy by association with unnamed individuals. In this fashion, the presence of controversial flags amongst protesters is assumed to be their doing as are the actions and pronouncements of organizations removed from the operations of the Freedom Convoy. Such allegations, wholly denied by the Convoy, include the seditious intent to overthrow a government. As such, they have the authority of gossip but the power to induce funding agencies to prevent the distribution of some $ 9 million to the protest movement.

Tamara Lich of Freedom Convoy seeks new funding

The seemingly unbalanced reportage of major Canadian news outlets bears an uneasy resemblance to the relationship between the Soviet state and its media arm in the form of “Pravda”. The State is the message and the media are simply a means of information distribution. It’s almost as though Marshall McLuhan’s observation that the medium is the message has been completely flipped to reveal a message that controls the medium. A message that, more and more, seems to converge on the interests of governments and corporations and is presented in the form of unchallengeable narratives. Problem is, such irresistible narratives not only have the power to overwhelm a compliant news media, they have the capacity to facilitate the circumvention of the rule of law. And so it was with Freedom Convoy 2022 and its treatment by both governmental and police agencies.

The medium is not the message with when it comes to “Pravda”?
 

The Canadian gulag


If any catch phrase is capable of succinctly summarizing Freedom Convoy 2022 it is likely to be “end the mandates”. It is this demand that has the political-powers-that-be so flummoxed that they have lost any ability to mount a rational counterargument - let alone a related negotiation. The fact that emerging medical data and science do not support the development of such a counterargument is a major, inconvenient factor that contributes to this befuddlement. After all, it is now a well-known fact that Wuhan virus vaccines do not prevent infection or spread of the omicron variant of the virus. How could trucker vaccine mandates do anything to better secure us from the importation of the virus when even the vaccinated can drive it across the border? Is the federal government refusing to engage the truckers because it doesn’t want to expose the weakness of its position? A position that, for whatever reason, seeks to punish unvaccinated Canadians?

Israeli vaccine chief, Cyrille Cohen, says vaccines do not stop spread of omicron

At the provincial level we are beginning to see a begrudging acceptance of the fact that vaccine mandates, in the omicron age, are simply ineffective and the cause of unnecessary supply chain disruptions. So it was in the case of Saskatchewan’s Premier Moe when he went on record to say that vaccine mandates “make no sense” and then committed to doing away with such requirements for truckers and farmers. This realization is spreading throughout the Canadian provincial scene as both Alberta and Ontario hint at following Saskatchewan’s lead. In the meantime, the federal government is unbelievably considering the introduction of vaccine mandates for truckers travelling across inter-provincial borders. To add insult to injury, this same government insists that it is the truckers who are “unreasonable”. What is going on?

Saskatchewan Premier, Scott Moe, says vaccine mandates “make no sense”

Even as the provincial authorities noted above, all of which are of the Conservative political persuasion, want to toss vaccine mandates, municipal authorities seem lockstep with the Liberal-NDP axis at the federal level in calling for increased restrictions. The City of Ottawa is a case in point as evidenced by a two-hour long Police Services Board meeting that jettisoned any recognition of a Charter-guaranteed right of assembly and called the protesters “terrorists”. As one stalwart C3RF member stated, it would seem that “Ottawa's comfortable, salary-protected bureaucrats, for whom the lockdown has been a lark but antagonized much of the rest of Canada”, feel they have been set upon by bad people. Bad people, and even terrorists, who have the gall to turn a protest into “what looks like some kind of a fun carnival, where they've got bouncy castles, and hot tubs, and saunas”. Some terrorists! Should we believe the Police Board assessment that big rig terrorists are afoot or that, like their federal counterparts, lockdown and vaccine narratives cannot be disputed? Rather than public health, are they both more concerned with promoting rhetoric that is supportive of turning Canada into a locked down gulag? Should every freedom-loving Canadian wish the Freedom Convoy well and pray for their success?

Are Freedom Convoy truckers standing in the way of certain political aims?
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Regardez le C3RF « in Hot » interview avec Tom Quiggin du Convoi de la Liberté


Regardez le communiqué de presse urgent pour tous les Canadiens

 

Le Samizdat canadien


Le terme « Samizdat » combine le mot russe « sam », ou « soi », avec « izdatiélstvo », ou « maison d'édition », pour désigner la diffusion de communications secrètes et clandestines pendant l'ère soviétique. Ce phénomène n'a vu le jour qu'après la mort du dictateur Joseph Staline, en 1953. Étant donné que l'État avait le monopole des « presses, photocopieurs et autres appareils de ce type », ces communications portaient souvent sur des questions de liberté d'expression et étaient transmises subrepticement de personne à personne sous forme de copies carbone de feuilles dactylographiées. Le mouvement s'est élargi pour inclure un nombre croissant de sujets et de communautés ethniques, alors même qu'il était soumis à la surveillance du KGB et aux poursuites judiciaires des tribunaux. Au moment de l'arrivée de la « Glasnost » dans les années 1980, le Samizdat était très répandu et positionné pour devenir le média le plus indépendant qui a émergé en Russie après l'effondrement de l'Union soviétique en 1991.

Le « Samizdat » en Union soviétique est apparu après la mort de Joseph Staline

Dans le cas de l'Union soviétique, le Samizdat peut être considéré comme une période de transition qui a fait le pont entre une époque de censure complète de l'État et une autre caractérisée par une liberté d'expression relative. Il est intéressant de noter que le Canada, sous le contrôle du gouvernement libéral depuis 2015, semble effectuer cette même transition, mais dans la direction opposée. En sept courtes années, il est passé de l'accommodement d'opinions réfléchies sur la place publique à un système qui cherche à supprimer la critique des récits préférés. En effet, nous avons assisté à une évolution vers une « culture de l'annulation » rendue possible à la fois par l'État et les grandes entreprises technologiques, et cette évolution alarmante s'est accélérée au cours des deux dernières années, et plus encore, de mesures d'urgence contre le virus de Wuhan. Les discours qui remettent en cause les thèmes acceptés de la « nouvelle normalité », de l'isolement social et des programmes de vaccination obligatoires ne seront pas tolérés. On peut se demander si nous sommes en plein Samizdat et si nous nous dirigeons vers la stalinisation de notre discours.

Un jeune Joseph Staline - pas un fan de la liberté d'expression?

La capacité des Canadiens à s'exprimer et à avoir accès à des documents pertinents fait l'objet d'un contrôle croissant de la part de l'État dans ce nouvel environnement Samizdat. Dans le premier cas, on constate l'avancement, sur une base prioritaire, d'une nouvelle législation sous la forme du projet de loi C-11 (Loi sur la diffusion en ligne) qui vise à réglementer le « contenu utilisateur » par le biais des mesures de contrôle et de l'autorité du CRTC. Le précurseur de ce projet de loi a créé un tollé lors de la dernière session parlementaire, sous la forme du projet de loi C-10 (Loi sur la radiodiffusion), lorsqu'il a demandé la même surveillance réglementaire du discours en ligne. Dans le cas de ce dernier, les citoyens sont confrontés à des niveaux croissants de censure gouvernementale visant à obscurcir certaines opinions et informations. Ainsi, nous voyons des agences gouvernementales décourager les plateformes de médias sociaux de distribuer de la « désinformation » et des « faussetés anti-vaccins » au nom d'une nouvelle « science totalitaire ». Le problème est de savoir qui décide de ce qui est « désinformation » ou « faux ».

Qui décide de ce qui est vrai à l'ère de la « science totalitaire »?
 

La Pravda canadienne


Le passage d'un discours libre à un discours contrôlé par l'État est difficile pour le citoyen ordinaire, mais il fait également des ravages dans les médias qui sont pris dans ses incohérences. C'est ainsi que l'on voit des membres consciencieux de l'industrie des communications quitter leur poste pour poursuivre d'autres carrières. C'est le cas de la productrice de la CBC, Tara Henley, qui a quitté son poste de haut vol au sein du radiodiffuseur fédéral parce que cela lui manquait de travailler pour une « source d'information fiable » qui s'occupe maintenant de « pondre des appâts à clics qui se lisent comme une parodie de la presse étudiante ». Cette même société a également été prise à partie, à plus d'une occasion, pour son prétendu parti pris antisémite. Par exemple, Diane Bederman a récemment recensé une litanie de quelque 45 éléments de reportages de la CBC au cours d'une année qui ont été qualifiés de biaisés contre l'État d'Israël et les Juifs en général. Faut-il s'étonner que des professionnels, comme Henley, cherchent à se distancer d'une organisation dont l'attachement à une norme journalistique douteuse fait de l'exactitude un « impératif moral »? Un organisme qui, en tant que radiodiffuseur d'État, risque d'être comparé à la « Pravda »?

Tara Henley quitte la CBC pour s'éloigner d'une « parodie de la presse étudiante »

Comme indiqué dans la mise à jour de la semaine dernière, les sociétés de radiodiffusion privées sont également confrontées à des difficultés lorsqu'il s'agit de fournir des reportages équilibrés et impartiaux. Un cas typique a été la couverture des manifestations du convoi pour la liberté 2022 dans la capitale fédérale à partir du 29 janvier 2022. En particulier, certains programmes de nouvelles de CTV ont été très actifs pour détourner l'attention du message des manifestants et des demandes pour en déduire que des actes répréhensibles de la part du Convoi furent faits par association avec des individus non nommés. De cette façon, la présence de drapeaux controversés parmi les manifestants est supposée être leur responsabilité, tout comme les actions et les déclarations d'organisations étrangères aux opérations du Convoi de la Liberté. Ces allégations, totalement démenties par le Convoi, incluent l'intention séditieuse de renverser un gouvernement. En tant que telles, elles ont l'autorité du bavardage mais le pouvoir d'inciter les organismes de financement à réduire la distribution de quelque 9 millions de dollars au mouvement de protestation.

Tamara Lich, de Freedom Convoy, cherche un nouveau financement

Les reportages apparemment déséquilibrés des principaux organes de presse canadiens ressemblent étrangement à la relation entre l'État soviétique et son organe de presse, la « Pravda ». L'État est le message et les médias sont simplement un moyen de diffusion de l'information. C'est presque comme si l'observation de Marshall McLuhan selon laquelle le médium est le message avait été complètement inversée pour révéler un message qui contrôle le médium. Un message qui, de plus en plus, semble converger vers les intérêts des gouvernements et des entreprises et qui est présenté sous la forme de récits incontestables. Le problème, c'est que ces récits irrésistibles ont non seulement le pouvoir de submerger des médias dociles, mais aussi de faciliter le contournement de l'État de droit. C'est ce qui s'est passé avec le Convoi de la Liberté de 2022 et son traitement par les agences gouvernementales et policières.

Le médium n'est pas le message lorsqu'il s'agit de la "Pravda"?
 

Le goulag canadien


Si un slogan peut résumer succinctement le Convoi de la liberté 2022, c'est probablement "mettez fin aux mandats". C'est cette demande qui a tellement désarçonné les pouvoirs politiques qu'ils ont perdu toute capacité à élaborer un contre-argument rationnel - sans parler d'une négociation. Le fait que les nouvelles données médicales et la science ne permettent pas de développer un tel contre-argument est un facteur important et gênant qui contribue à cette confusion. Après tout, il est maintenant bien connu que les vaccins contre le virus Wuhan ne préviennent pas l'infection ou la propagation de la variante omicron du virus. Comment l'obligation de vacciner les camionneurs pourrait-elle faire quoi que ce soit pour mieux nous protéger contre l'importation du virus, alors que même les personnes vaccinées peuvent le conduire de l'autre côté de la frontière? Le gouvernement fédéral refuse-t-il d'engager les camionneurs parce qu'il ne veut pas exposer la faiblesse de sa position? Une position qui, pour une raison quelconque, cherche à punir les Canadiens non vaccinés?

Le responsable israélien des vaccins, Cyrille Cohen, affirme que les vaccins n'empêchent pas la propagation de l'omicron

Au niveau provincial, nous commençons à voir une acceptation à contrecœur du fait que les mandats de vaccination, à l'ère de l'omicron, sont tout simplement inefficaces et la cause de perturbations inutiles de la chaîne d'approvisionnement. C'est ce qu'a fait le premier ministre de la Saskatchewan, M. Moe, lorsqu'il a déclaré publiquement que les mandats de vaccination « n'ont aucun sens » et qu'il s'est ensuite engagé à supprimer ces exigences pour les camionneurs et les agriculteurs. Cette prise de conscience se répand dans toutes les provinces canadiennes, l'Alberta et l'Ontario ayant l'intention de suivre l'exemple de la Saskatchewan. Entre-temps, le gouvernement fédéral envisage, de façon incroyable, d'imposer des vaccins aux camionneurs qui traversent les frontières interprovinciales. Pire encore, ce même gouvernement insiste sur le fait que ce sont les camionneurs qui sont « déraisonnables ». Que se passe-t-il?

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, déclare que les mandats de vaccination « n'ont aucun sens ».

Alors même que les autorités provinciales, qui sont toutes de tendance conservatrice, veulent se débarrasser des mandats de vaccination, les autorités municipales semblent s'aligner sur l'axe libéral-néo-démocrate au niveau fédéral pour réclamer des restrictions accrues. La ville d'Ottawa en est un exemple, comme en témoigne une réunion de deux heures de la Commission des services de police qui a écarté toute reconnaissance du droit de réunion garanti par la Charte et a qualifié les manifestants de « terroristes ». Comme l'a déclaré un vaillant membre du C3RF, il semblerait que « les bureaucrates d'Ottawa, confortables et protégés par leur salaire, pour qui le confinement a été une partie de plaisir mais qui a suscité l'hostilité d'une grande partie du reste du Canada », ont l'impression d'avoir été attaqués par des gens méchants. Des gens méchants, et même des terroristes, qui ont le culot de transformer une manifestation en « ce qui ressemble à une sorte de carnaval amusant, où il y a des châteaux gonflables, des bains chauds et des saunas ». Des terroristes! Devons-nous croire l'évaluation de la Commission de police selon laquelle les terroristes des grandes plateformes sont en marche ou que, comme leurs homologues fédéraux, les récits de confinement et de vaccination ne peuvent être contestés? Plutôt que la santé publique, ces deux organismes sont-ils plus préoccupés par la promotion d'une rhétorique qui appuie la transformation du Canada en un goulag fermé? Tout Canadien épris de liberté devrait-il souhaiter bonne chance au convoi de la liberté et prier pour son succès?

Les camionneurs du Convoi de la liberté font-ils obstacle à certains objectifs politiques?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags