C3RF Update, 11 Jun 2021 – Incompetence and scandal


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Save your child from vaccine abuse – action a “Notice of Liability” below

Wuhan virus by the numbers


One could be forgiven for wondering if there is anything more to Wuhan virus data points than “case numbers”. There was a time, up front in the crisis, when numbers of deaths were the data-point-of-the-day but those figures have long since faded into the past. Perhaps because their decreasing rates were no longer capable of generating the panic needed to keep populations in line and dependent on “we have your back” governments? We here at C3RF have wandered away from this myopic look at Wuhan virus numbers to bring you authoritative data that is not available, or is disallowed, on mainstream media outlets. These have included studies that have detailed the fact that:

These studies certainly break the mold when it comes to going beyond “allowable” information to gain insight into the virus - but they are piecemeal in nature. What if we could avail ourselves of a comprehensive dataset capable of challenging the China/ WHO-style lockdown strategy that has so effectively quashed our civil liberties?

The locking down of civil liberties
Author Julius Ruechel

It took some digging, and an innocuous release of information by Public Heath Canada, but Julius Ruechel has come across such a dataset. Having done so he proceeded to formulate an insightful analysis that paints a disturbing picture of incompetence and scandal. His analysis, “The Lies Exposed by the Numbers: Fear, Misdirection, & Institutional Deaths (An Investigative Report)” is a long read but well worth the effort. His breakdown of the Canadian numbers available is startling in that they in no way support the lockdown strategies that have been levelled against the Canadian public for well over a year now. Indeed, he found that the “Pandemic Planning Guidelines” that were in force before the Wuhan virus panic are much better suited to dealing with the contagion. A summary of his findings is provided here for your benefit.


Mr. Ruechel wasted little time homing-in on the real victims of the pandemic. You might not be surprised to hear that they are the elderly and the frail but you may be surprised by the fact that they are, to a great extent, those who find themselves living within the confines of government institutions. For example, as demonstrated by the graph below, a whopping 98.6% of so-called Wuhan virus deaths related to “outbreaks” are found within just three settings: long-term care facilities, hospitals, and prisons. This reality is all the more stunning when one realizes that this population group, held captive within government institutions, is comprised of just 292,000 individuals. This small subset of citizens was responsible for a total of 13,611 “outbreak” deaths even as the 9.1 million elderly Canadians living outside of these institutions were responsible for just 178!

Wuhan virus outbreak deaths inside and outside of government settings

Wuhan virus and the Pandemic Planning Guidelines of 2019


The graph above provides a sense of where “outbreak” deaths occurred but does not address those deaths that occurred both inside and outside of government institutions due to unknown, community spread. The second graph provided below breaks this information out and shows a total of 18,275 institutional deaths, out of a population base of 292,000, compared with 6,127, out of a population base of 38 million. And so we see a tiny base of 292,000 Canadians coughing up no less than 75% of all the Wuhan virus deaths in the nation. It is also interesting to note that accounting for international travellers into the country since the pandemic began has had little impact on related deaths. Indeed, they do not “even warrant its own category in the outbreak data”. And so we see that controlling Wuhan virus contagion is all about taking care of the “captive” population. It is not about controlling the behaviours of those who live outside this government-controlled bubble of death.

Total Wuhan virus deaths inside and outside of government settings

It would appear that Canadians, left to their own devices, are quite capable of dealing with the Wuhan virus. This is the case as they are in charge of their own doors and have a good sense when it is appropriate to open or close them. The real problem, identified by Ruechel, is that the State seems incapable of exercising sound judgement when it comes to controlling the doors that access frail and elderly “captive” Canadians. One case in point was the move by governments to empty hospital beds in the first wave of the virus to make room for an onslaught of contagion patients. The onslaught never happened but the related transfer of hospital patients into Long Term Care facilities kicked off outbreak after outbreak of the Wuhan virus across the nation. If this wasn’t enough Ontario, during the second wave of the virus in April of 2021, repeated this mistake by making similar transfers to create similar outbreaks. How could such incompetence be you might ask? How could such an obvious mistake be made given such a previous, deadly experience? Ruechel states the answer is simple and explained by Wuhan virus lockdown guidelines that assume it is the public at large that represents the greatest risk. Compare this with the Pandemic Planning Guidelines of 2019 that see the public as a contagion buffer that eventually acts to protect the vulnerable by building within itself a “natural herd immunity”. The graph below details the 2019 guidelines that were thrown out with the bath water when China/ WHO lockdown guidelines were embraced. How else to explain the quarantining of exposed individuals and border closures that we are now experiencing.

Pandemic Planning Guidelines 2019

It would appear that the false “flatten the curve” promise issued up front in the pandemic, somehow morphed into a never-ending cycle of lockdowns that now ebb and flow in line with seasonal changes – just like they always have and just like the planning guidelines of 2019 appreciated. Indeed, Ruechel states that the cycle of lockdowns only succeeds in delaying the development of a protective “natural herd immunity” to the detriment of all those held captive within loosely controlled government institutions. The useless game of controlling populations that are not threatened by the virus only benefits the purveyors of vaccines who can now benefit from the inability of a society to build up a natural immunity. All we end up doing is stretching out the time that the virus is with us while giving it more time to evolve into follow-on variants – variants, by the way, that are fast becoming the new fear factor in supporting even more lockdowns. The following graph is instructional in this regard.

Never-ending lockdowns and variants

Wuhan virus vaccines as an exit strategy


When ascertaining why governments would go down a lockdown path and actively ignore the decades-old experience and knowledge embedded within the Pandemic Planning Guidelines of 2019, one might look to just who benefits the most. It goes without saying that Big Pharma has gained much with its new stranglehold on societal immunity and its exemption from any liability as it dispenses “experimental” vaccines. In a similar fashion, governments stand to gain much as they centralize control over the citizenry while becoming the fatherly figure that hands out cheques, proclaims they “have our backs” and tells us the virus has provided us with new political opportunities. Throw in a pliant media that no longer concerns itself with being democracy’s “watchdog” and we have a perfect storm. A storm that sees the crushing of civil liberties in line with a consolidation of power based on a never-ending need to lockdown until all are vaccinated. Problem is, vaccination is fast becoming a permanent fixture of our new reality.


Never ending vaccination

As Ruechel notes, however, the use of vaccines as the sole means of powering out of the Wuhan virus crisis is fraught with potential disasters. For one, the vaccines are experimental in nature with unknown long-term effects. As well, their use without even the most rudimentary effort to ascertain the infection status of the recipient is dangerous as unknown reactions between the vaccine and in-body antibodies may prove troublesome. This reckless approach has its genesis in the unrelenting call by public health authorities to vaccinate all. The following graphic details this “vaccine only” approach. An approach that is now being complemented by a process of naming and shaming to pressure the “vaccine hesitant” to get into line. Throw in vaccine passports and we have a no-holds-barred coercive campaign to get everyone stabbed – even the children who have negligible risk if they do not receive a Wuhan virus vaccination.

Vaccine immunity becomes the only immunity

Last week’s update spent some time on the coercive nature of Canada’s vaccine rollout campaign and noted that the pressure was even now being applied to the nation’s children. And so we see those as young as 12 being nudged and prodded into taking the jab without parental consent and despite the fact that there is no real benefit for them to do so. This coercion, in conjunction with a seemingly deliberate attempt to downplay the inordinate numbers of deaths being linked to the vaccine, make the “informed consent” required of “experimental” medical procedures a moot point when it comes to these particular jabs. How can “informed consent” be possible given the dearth of information that accompanies this particular vaccination program not to mention the reticence of both public health and media outlets to address the gap? No “informed consent” no vaccination program? At the very least, should children be off the vaccine target list? If you believe the latter should be the case, please consider using the related “Notice of Liability” to inform those in charge of your children’s education that you will not suffer their efforts to vaccinate your children against the wishes of their parents.

Voluntary VAERS adverse outcomes due to Wuhan virus vaccine

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Protégez votre enfant contre les abus de vaccins - remplissez l'« Avis de responsabilité » ci-dessous.

Le virus de Wuhan en chiffres


On peut se demander si les données relatives au virus de Wuhan ne se limitent pas aux « nombres de cas ». Il fut un temps, au début de la crise, où le nombre de décès était la donnée du jour, mais ces chiffres sont depuis longtemps tombés dans le passé. Peut-être parce que leurs taux décroissants n'étaient plus capables de générer la panique nécessaire pour maintenir les populations dans le droit chemin et dépendantes des gouvernements? Ici, au C3RF, nous nous sommes éloignés de ce regard myope sur les chiffres du virus de Wuhan pour vous apporter des données faisant autorité qui ne sont pas disponibles, ou sont interdites, sur les principaux médias. Il s'agit notamment d'études qui ont détaillé le fait que:

Ces études sont certes novatrices lorsqu'il s'agit d'aller au-delà des informations « autorisées » pour mieux comprendre le virus, mais elles sont de nature fragmentaire. Et si nous pouvions disposer d'un ensemble de données complet capable de remettre en question la stratégie de confinement de type Chine/OMS qui a si efficacement annihilé nos libertés civiles?

Nos libertés, elles-aussi, sont confinées
L'auteur Julius Ruechel

Il a fallu fouiller un peu, et tomber sur une publication anodine de l'Agence de la santé publique du Canada, mais Julius Ruechel est tombé sur un tel ensemble de données. Il a ensuite formulé une analyse perspicace qui brosse un tableau inquiétant de l'incompétence et du scandale. Son analyse, intitulée « The Lies Exposed by the Numbers: Fear, Misdirection, & Institutional Deaths (An Investigative Report) » est une longue lecture mais qui en vaut la peine. Son analyse des données canadiennes disponibles est surprenante car elles ne soutiennent en rien les stratégies de confinement qui ont été imposées au public canadien depuis plus d'un an maintenant. En effet, il a constaté que les « directives de planification pandémique » qui étaient en vigueur avant la panique du virus de Wuhan sont bien mieux adaptées à la gestion de la contagion. Un résumé de ses conclusions est fourni ici pour votre bénéfice.


M. Ruechel n'a pas perdu de temps pour s'attaquer aux véritables victimes de la pandémie. Vous ne serez peut-être pas surpris d'entendre qu'il s'agit de personnes âgées et fragiles, mais vous serez peut-être surpris par le fait qu'il s'agit, dans une large mesure, de personnes qui vivent dans des institutions gouvernementales. Par exemple, comme le montre le graphique ci-dessous, 98,6 % des décès dus au virus Wuhan liés à des « épidémies » se produisent dans trois environnements seulement: les établissements de soins de longue durée, les hôpitaux et les prisons. Cette réalité est d'autant plus stupéfiante lorsque l'on sait que ce groupe de population, retenu captif au sein d'institutions gouvernementales, ne compte que 292 000 individus. Ce petit sous-ensemble de citoyens a été responsable d'un total de 13 611 décès par « épidémie », alors que les 9,1 millions de Canadiens âgés vivant en dehors de ces institutions n'ont produit que de 178 décès!

Décès dus à l'épidémie de virus de Wuhan dans et en dehors des structures gouvernementales

Le virus de Wuhan et les directives de planification pandémique de 2019


Le graphique ci-dessus donne une idée de l'endroit où les décès « épidémiques » sont survenus, mais ne tient pas compte des décès survenus à l'intérieur et à l'extérieur des institutions gouvernementales en raison d'une propagation inconnue. Le deuxième graphique ci-dessous détaillent ces informations et montre un total de 18 275 décès en institution, sur une base de population de 292 000 personnes, contre 6 127, sur une base de population de 38 millions. Nous voyons donc qu'une minuscule base de 292 000 Canadiens est responsable de pas moins de 75 % de tous les décès dus au virus Wuhan dans le pays. Il est également intéressant de noter que la prise en compte des voyageurs internationaux entrés dans le pays depuis le début de la pandémie a eu peu d'impact sur les décès liés à cette maladie. En effet, ces derniers « ne justifient même pas leur propre catégorie dans les données sur les épidémies ». Nous voyons donc que le contrôle de la contagion du virus de Wuhan consiste à prendre soin de la population « captive ». Il ne s'agit pas de contrôler les comportements de ceux qui vivent en dehors de cette bulle de mort « gouvernementale ».

Total des décès dus au virus de Wuhan en dedans et en dehors des structures gouvernementales

Il semblerait que les Canadiens, laissés à eux-mêmes, soient tout à fait capables de faire face au virus de Wuhan. En effet, ils sont responsables de leurs propres portes et savent quand il convient de les ouvrir ou de les fermer. Le véritable problème, identifié par M. Ruechel, est que l'État semble incapable d'exercer un jugement sain lorsqu'il s'agit de contrôler les portes qui donnent accès à des Canadiens « captifs » fragiles et âgés. Un exemple concret est la décision des gouvernements de vider les lits d'hôpitaux lors de la première vague du virus pour faire de la place à un surplus de patients contagieux. Ce surplus n'a jamais eu lieu, mais le transfert de patients hospitalisés dans des établissements de soins de longue durée a déclenché une série d'épidémies du virus de Wuhan dans tout le pays. Comme si cela ne suffisait pas, l'Ontario, lors de la deuxième vague du virus en avril 2021, a répété cette erreur en effectuant des transferts similaires pour créer des épidémies similaires. Comment une telle incompétence peut-elle exister? Comment une erreur aussi évidente a-t-elle pu être commise compte tenu d'une expérience antérieure aussi mortelle? Selon M. Ruechel, la réponse est simple et s'explique par les directives de confinement du virus de Wuhan, qui partent du principe que c'est le grand public qui représente le plus grand risque. En comparaison, les directives de planification pandémique de 2019 considèrent le public comme un tampon de contagion qui finit par protéger les personnes vulnérables en créant en son sein une « immunité collective naturelle ». Le graphique ci-dessous détaille les directives de 2019 qui ont été jetées à l'eau lorsque les directives de confinement de la Chine et de l'OMS ont été adoptées. Comment expliquer autrement la mise en quarantaine des personnes exposées et la fermeture des frontières que nous connaissons actuellement.

Directives pour la planification en cas de pandémie 2019

Il semblerait que la fausse promesse d' « aplanir la courbe » émise dès le début de la pandémie se soit en quelque sorte transformée en un cycle sans fin de confinements qui fluctuent maintenant en fonction des changements saisonniers - comme ils l'ont toujours fait et comme les directives de planification de 2019 l'ont apprécié. En effet, Ruechel affirme que le cycle de confinements ne réussit qu'à retarder le développement d'une « immunité collective naturelle » protectrice, au détriment de tous ceux qui sont retenus captifs au sein d'institutions gouvernementales peu contrôlées. Le jeu inutile consistant à contrôler des populations qui ne sont pas menacées par le virus ne profite qu'aux fournisseurs de vaccins qui peuvent désormais tirer profit de l'incapacité d'une société à développer une immunité naturelle. Tout ce que nous faisons, c'est prolonger la durée de vie du virus tout en lui donnant plus de temps d'évoluer vers des variantes successives - variantes qui, soit dit en passant, sont en train de devenir le nouveau facteur de peur pour soutenir encore plus de confinements. Le graphique suivant est instructif à cet égard.

Confinements et variantes sans fin

Les vaccins contre le virus de Wuhan comme stratégie de sortie de crise


Lorsqu'on cherche à savoir pourquoi les gouvernements s'engagent sur la voie du confinement et ignorent activement l'expérience et les connaissances acquises depuis des décennies dans le cadre des lignes directrices pour la planification des pandémies de 2019, on peut se demander qui en profite le plus. Il va sans dire que les grandes compagnies pharmaceutiques ont beaucoup gagné avec leur nouvelle mainmise sur l'immunité de la société et son exemption de toute responsabilité lorsqu'elles distribuent des vaccins « expérimentaux ». De la même manière, les gouvernements ont beaucoup à gagner en centralisant le contrôle des citoyens tout en devenant la figure paternelle qui distribue des chèques, proclame qu'ils « nous soutiennent » et nous disent que le virus nous a offert de nouvelles opportunités politiques. Ajoutez à cela des médias dociles qui ne se soucient plus d'être le « cerbère » de la démocratie et vous obtenez une combinaison parfaite. Un tremblement de terre qui voit l'écrasement des libertés civiles avec une consolidation du pouvoir basée sur un besoin sans fin de confinement jusqu'à ce que tous soient vaccinés. Le problème est que la vaccination est en train de devenir un élément permanent de notre nouvelle réalité.

Une vaccination sans fin

Comme le fait remarquer M. Ruechel, l'utilisation de vaccins comme seul moyen de sortir de la crise du virus de Wuhan est entachée de désastres potentiels. D'une part, les vaccins sont de nature expérimentale et leurs effets à long terme sont inconnus. De plus, leur utilisation sans même l'effort le plus rudimentaire pour vérifier le statut infectieux du destinataire est dangereuse, car les réactions inconnues entre le vaccin et les anticorps déjà présents peuvent s'avérer problématiques. Cette approche imprudente trouve son origine dans l'appel incessant des autorités de santé publique à vacciner tout le monde. Le graphique suivant détaille cette approche « vaccins seulement ». Cette approche est aujourd'hui complétée par un processus de dénonciation et d'humiliation visant à faire pression sur les « hésitants au vaccin » pour qu'ils rentrent dans le rang. Ajoutez à cela les passeports vaccinaux et vous obtenez une campagne coercitive sans retenue pour que tout le monde soit piqué - même les enfants qui courent un risque négligeable s'ils ne sont pas vaccinés contre le virus de Wuhan.

L'immunité vaccinale devient la seule immunité

La mise à jour de la semaine dernière s'est attardée sur la nature coercitive de la campagne de vaccination du Canada et a noté que la pression était même appliquée aux enfants du pays. C'est ainsi que des enfants de 12 ans sont poussés et incités à se faire vacciner sans le consentement de leurs parents et malgré le fait qu'il n'y a aucun avantage réel pour eux à le faire. Cette coercition, associée à une tentative apparemment délibérée de minimiser le nombre démesuré de décès liés au vaccin, fait du « consentement éclairé » requis pour les procédures médicales « expérimentales » un point discutable lorsqu'il s'agit de ces vaccins en question. Comment le « consentement éclairé » peut-il être possible étant donné le manque d'informations qui accompagne un programme de vaccination, sans parler de la réticence de la santé publique et des médias à combler cette lacune? Pas de « consentement éclairé », pas de programme de vaccination? À tout le moins, les enfants devraient-ils être retirés de la liste des cibles de la vaccination? Si vous pensez que c'est le cas, envisagez d'utiliser l' « avis de responsabilité » correspondant pour informer les responsables de l'éducation de vos enfants que vous ne supporterez pas leurs efforts pour vacciner vos enfants contre la volonté de leurs parents.

Résultats indésirables VAERS volontaires dus au vaccin contre le virus Wuhan

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts