top of page

C3RF Update, 12 May 2023 – Great expectations


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! May is C3RF Funding Drive month and we need your support!


It’s been a rough ride keeping C3RF in the black since the advent of Freedom Convoy in 2022. Might just be coincidence or the flagging economic prospects of Canadian citizens thanks to raging inflation but our donation levels are down by some 30%. Accordingly, our annual May funding drive takes on particular significance as the well dries up and we sink into the red. If you were thinking of contributing to C3RF now would be the time. We have suggested a $50 annual donation in the past or, better yet, $5 on a recurring monthly basis. If you are worried about making a credit card or Paypal donation you can send us a cheque made out to “Canadian Citizens for Charter Rights and Freedoms” and mail it to:


C3RF

Suite #107

11-300 Earl Grey Drive

Kanata, Ontario

K2T 1C1


To those of you who are making regular donations to C3RF – you are life-savers! To everyone reading this, thanks for you consideration.

 

Great expectations


Recall that last week’s update opined on “foregone conclusions” that were driving Canada into unchartered and dangerous waters. The problem was that these suspect suppositions were underpinned by slipshod assumptions that, themselves, were derived from fanciful ideologies. One of the noted consequences was the sidelining of very real international business opportunities in the name of ridding the nation of fossil fuels - even as vast sums of taxpayer money is being diverted to ventures with untested returns on investment. At the end of the day these ill-conceived notions, based as they are on less-than-full-knowledge of the factors surrounding them, stand to produce results that are diametrically opposed to those intended. As white turns to black and right-side-up becomes upside-down, we are forced to deal with consequences that fly in the face of the great expectations that preceded them. Like the Dickens novel of the same name, great expectations are dashed and forced to come to grips with an all-to-real world that is both irresistible and full of curve balls.

Charles Dickens noted that “great expectations” can fail to come to fruition

Similarly, the world of international relations is chock full of great expectations that have crashed on the shores of reality to become embarrassing memories. The WWI Treaty of Versailles, for instance, was intended to drain the ever-ambitious and energetic German state of any ability to conduct a future war against its European neighbours. It went horribly sideways, however, to become a major factor in motivating WWII. Indeed, the Treaty “played an important role in the rise of Naziism” and was used artfully by a budding dictator to rouse a humiliated nation to action. Other unfulfilled “great expectations” include those closer to the present day in the form of a “Bush Doctrine” that arose from the ashes of 911. The doctrine made “freedom and the development of democratic institutions key themes” in a post-Saddam Hussein Iraq and justified the installation of a new political class amenable to such doctrinal tenets. The results, however, were disastrous and saw the rise of division as ill-considered Shi’a and Kurdish-centric oppositions were empowered to make identity politics, not liberty, the order of the day. This oversight, in conjunction with the glossing over of a religious obligation to expel infidel enemies from Dar al-Islam (abode of Islam), turned a “mission accomplished” speech into an embarrassing historical artifact.

The Bush Doctrine failed in the face of ill-considered realities?

The great expectations that failed to come to fruition as a result of the Treaty of Versailles or the Bush Doctrine can be seen to be the product of blinkered thinking. In both cases we see victors assuming the vanquished will behave in ways that are understandable – to them. Surely a people that has been devastated and then shackled with war reparation obligations will remain docile and predictable. Surely, after years of being oppressed by a vicious and violent dictator, the peoples of Iraq will all jump at the chance to build a new, democratic society. These assessments, however, proved to be “bridges too far” as they failed to understand the nature of the societies that had come under control. In the case of Germany, it took a Second World War to come to the realization that a new approach would be required to deal with it. This approach would see the binding of this nation to both Europe and the world through economic interdependencies and alliances within a new Bretton Woods System.

No more unexpected outcomes on the international scene with a Bretton Woods System?
 

Great walls


As a fully paid-up member of the emerging Bretton Woods economic system, Canada was front and center when it came to welcoming China into this new world order. The welcome mat was rolled out for China officially by Prime Minister Pierre Elliot Trudeau in 1973 when he formally recognized the People’s Republic of China (PRC) on behalf of Canada. The elder Trudeau was ahead of his time and presaged a similar recognition by the United States that came years later in 1979. This should not surprise Canadians, however, as the elder had long been a fan of communist China as witnessed by his travels there as early as 1949, at its inception, and again in 1960 at the height of the disastrous “Great Leap Forward” campaign. The roots of his affection for China, and Marxist-Leninism ideology in general, can be seen to have taken hold in his university days at the London School of Economics. It was here that he was mentored by the notorious Fabian Socialist, Harold Laski.

Harold Laski, Fabian Socialist mentor of the Rt. Hon P.E. Trudeau

So enamoured with China’s communist government was Canada’s 15th Prime Minister that he stated it had created a system that, “in comparison with all previous Chinese social systems, is striving to provide human dignity and equality of opportunity for the Chinese people.” These flattering references did not go unnoticed by PRC authorities and, although he would receive criticism at home, the elder Trudeau would receive “favour in China.” Such mutual admiration would not be enough to encourage the rest of the Western world to open its doors to the communist state so other motivations would need to be employed. What better than the strategy of binding China to the rest of the world through economic interdependence as was successfully employed to deal with a vanquished Germany? China would be invited to join the world in unencumbered trade and, with economic freedom, its political freedom would be assured as an inevitable by-product. This seemed to be a reasonable expectation for those who had seen the economic-political freedom relationship work in their own countries, and even Germany, but was it a reasonable outcome for China? Or was it simply another “great expectation” on its way to being dashed by the vagaries of reality?

Is political freedom an expected outcome of economic freedom in China?

Unfortunately, and as noted above, our behavioural expectations of others often fail to pan out when they are based on assumptions that are modeled on our own experiences. In the case of the PRC, the conflation of its culture, history and communist party leadership in no way signals a propensity to accommodate a free-wheeling, democratic system of governance. By way of explanation, its turbulent history has included extreme abuse by foreign powers during a “century of humiliation” that was kicked off in the 1840s by the British-inspired Opium Wars. Such exploitations, combined with thousands of years of historical record, have created a populace obsessed with the “inviolability of its sovereignty” and infused it with a fierce national pride and an enduring need for predictability. This, combined with a communist party leadership fully engaged in promoting a Marxist-Leninist ideology that prizes control, begets a country that believes its success has “come about because of, not despite, China’s authoritarian form of government”.

PRC military power on the rise and looking to secure sovereignty, not democracy?
 

Great affiliations


The Western narrative that saw communist China as a pliable political entity readily influenced by democratic notions would persist despite the countervailing history, culture and top-down control preferences that shaped the PRC. Prime among these proponents would be P.E. Trudeau who saw China through his “just society” lens and who would “set in motion decades of China-appeasing policies.” This admiration would be passed down to future generations of Trudeau Prime Ministers as evidenced by the younger who stated in 2013 that, “Their (PRC) basic dictatorship is actually allowing them to turn their economy around on a dime.” Not to be outdone, Justin’s brother, Alexandre, would go on record as an apologist for the Chinese Communist Party (CCP) when he stated that “The Chinese story, especially the recent one over the last 30-40 years, is perhaps the greatest success story in human history”. And so we see the Trudeau family leading Canada into an affiliation with communist China that would begin as a mutual admiration society but become an economic opportunity for the well-positioned.

The Trudeau brothers, chips off the old block?

The affiliation initiated by the elder Trudeau would soon morph into a set of public/ private partnerships with Power Corporation assuming the lead. This Canadian financial services powerhouse, initially under the stewardship of Paul Desmarais Sr., would join with other formidable Montreal-based corporations, like SNC Lavalin, Bombardier and the Bank of Montreal, to found the influential Canada China Business Council (CCBC). Canadian Prime Ministers, cabinet ministers and international notables like Maurice Strong would aid the Council’s efforts and even benefit from related dealings. Paul Martin, for one, would see some of his biggest shipbuilding orders come from China before he became Prime Minister. Everyday working Canadians, however, would not fare as well as manufacturing jobs were lost to Chinese imports. This was reflected in a Broadbent Institute report from 2017 which stated that some 550,000 manufacturing jobs were lost since the turn of the century when China was welcomed into the World Trade Organization (WTO) – a move that was energetically supported by Prime Minister Jean Chretien.

Chretien, Martin, Desmarais and Strong, Canada-China affiliation proponents?

Unfortunately, and as seen in the case of expectations associated with the Treaty of Versailles and post-Saddam Hussein Iraq, the plans for democratizing China through economic engagement have failed spectacularly. Outside of benefits accrued at the highest levels of the Canadian establishment, everyday Canadians have not only lost to wildly unbalanced trade with China but have also come to see the debasement of their own civil agencies and institutions. This fact has been evidenced by many reports emanating from our own security services including:

  • a 1997 “Op Sidewinder” report jointly prepared by the RCMP and CSIS that detailed Chinese penetration into “significant real estate holdings and established businesses in Canada” that has resulted in China obtaining “access to influential figures who are now or once active at various levels of Canadian society.” The report was shelved by the Chretien government;

  • a 2010 warning by then CSIS Director Richard Fadden indicating “that some municipal politicians and cabinet ministers in two provinces were under the influence of a foreign government”. In response, opposition members of parliament demanded his resignation;

  • a January 2022 Global News report indicating that the then Prime Minister had been briefed on Beijing election-interference attempts involving 11 candidates in the 2019 election. The Prime Minister responded by saying he was “very concerned” by CSIS leaks to the media; and

  • a 2023 Globe and Mail report that detailed more CSIS leaks regards Chinese election interference in the 2021 election with the aim of securing a Liberal minority government. The Prime Minister responded by saying that there were “inaccuracies” in the CSIS leaks while refusing to consider the invocation of a public inquiry.

The affiliation initially envisioned by the elder Trudeau has backfired in a dramatic and ironic fashion. What else to think when the goal of influencing a rising China to become more democratic has resulted in Canadian elections succumbing to alleged PRC interference? Everyday Canadians might find a sliver lining in all of this though. For as the Canadian establishment and corporate classes lose out with the crumbling of the affiliation their pockets no longer stand to be picked by it.

Former CSIS Director, Richard Fadden, warned on election interference to no avail
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Le mois de mai est le mois de la campagne de financement de C3RF et nous avons besoin de votre soutien!


Depuis l'avènement du convoi Liberté 2022, il n'a pas été facile pour le C3RF de payer ses dépenses. Ce n'est peut-être qu'une coïncidence ou le déclin des perspectives économiques des citoyens canadiens en raison de l'inflation galopante, mais nos niveaux de dons ont baissé d'environ 30 %. Par conséquent, notre campagne de financement annuelle du mois de mai revêt une importance particulière alors que les fonds se tarissent et que nous sombrons dans le rouge. Si vous pensiez contribuer à C3RF, c'est le moment ou jamais. Nous avons suggéré par le passé un don annuel de 50 dollars ou, mieux encore, un don mensuel récurrent de 5 dollars. Si vous êtes inquiet à l'idée de faire un don par carte de crédit ou Paypal, vous pouvez nous envoyer un chèque à l'ordre de « Canadian Citizens for Charter Rights and Freedoms » à l'adresse suivante:


C3RF

Suite #107

11-300 Earl Grey Drive

Kanata, Ontario

K2T 1C1


A ceux d'entre vous qui font des dons réguliers à C3RF - vous nous sauvez la vie! A tous ceux qui lisent ceci, merci pour votre considération.

 

De grandes espérances


Rappelons que la mise à jour de la semaine dernière faisait état de « conclusions toutes faites » qui conduisaient le Canada dans des régions inexplorées et dangereuses. Le problème était que ces suppositions suspectes étaient étayées par des hypothèses peu rigoureuses, elles-mêmes issues d'idéologies fantaisistes. L'une des conséquences notables a été la mise à l'écart d'opportunités commerciales internationales bien réelles au nom de la nécessité de débarrasser le pays des combustibles fossiles, alors même que de vastes sommes d'argent du contribuable sont détournées vers des entreprises dont le retour sur investissement n'a pas été vérifié. En fin de compte, ces notions mal conçues, fondées sur une connaissance insuffisante des facteurs qui les entourent, risquent de produire des résultats diamétralement opposés à ceux escomptés. Lorsque le blanc devient noir et que l'endroit devient l'envers, nous sommes contraints de faire face à des conséquences qui vont à l'encontre des grandes espérances qui les ont précédées. Comme dans le roman de Dickens, « les grandes espérances », les grandes espérances sont déçues et nous sommes obligés de faire face à un monde bien réel, à la fois irrésistible et plein de mauvaises surprises.

Charles Dickens a noté que les « grandes espérances » peuvent ne pas se concrétiser

De même, le monde des relations internationales est rempli de grandes espérances qui se sont écrasées sur les rivages de la réalité pour devenir des souvenirs embarrassants. Le traité de Versailles de la Première Guerre mondiale, par exemple, avait pour but de priver l'État allemand, toujours ambitieux et énergique, de toute capacité à mener une future guerre contre ses voisins européens. Cependant, il a terriblement dérapé et est devenu un facteur majeur de motivation pour la Seconde Guerre mondiale. En effet, le traité « a joué un rôle important dans la montée du nazisme » et a été utilisé avec art par un dictateur en herbe pour inciter une nation humiliée à passer à l'action. D'autres « grandes espérances » non satisfaites sont plus proches de notre époque, sous la forme d'une « doctrine Bush » née des cendres du 11 septembre. Cette doctrine faisait de « la liberté et du développement des institutions démocratiques des thèmes clés » dans un Irak post-Saddam Hussein et justifiait l'installation d'une nouvelle classe politique favorable à ces principes doctrinaux. Les résultats, cependant, ont été désastreux et ont vu la montée de la division, car des oppositions chiites et kurdes ont été habilitées à faire de la politique identitaire, et non de la liberté, le mot d'ordre du jour. Cet oubli, associé à l'occultation de l'obligation religieuse d'expulser les ennemis infidèles du Dar al-Islam (domaine de la soumission à Dieu), a transformé un discours de « mission accomplie » en un élément historique embarrassant.

La doctrine Bush a échoué face à des réalités difficilement compréhensibles?

Les grandes espérances qui ne se sont pas concrétisées à la suite du traité de Versailles ou de la doctrine Bush peuvent être considérées comme le produit d'une pensée à œillères. Dans les deux cas, nous voyons les vainqueurs supposer que les vaincus se comporteront d'une manière compréhensible - pour eux. Il est certain qu'un peuple qui a été dévasté, puis enchaîné par des obligations de réparation en cas de guerre, restera docile et prévisible. Il est certain qu'après des années d'oppression par un dictateur vicieux et violent, les Irakiens sauteront tous sur l'occasion de construire une société nouvelle et démocratique. Ces évaluations se sont toutefois révélées être des « ponts trop loin », car elles ne comprenaient pas la nature des sociétés qui avaient été mises sous contrôle. Dans le cas de l'Allemagne, il a fallu la Seconde Guerre mondiale pour que l'on se rende compte qu'il fallait adopter une nouvelle approche. Cette approche consisterait à lier cette nation à l'Europe et au monde par le biais d'interdépendances et d'alliances économiques au sein d'un nouveau système de Bretton Woods.

Plus de résultats inattendus sur la scène internationale avec un système de Bretton Woods?
 

Les grandes murailles


En tant que membre à part entière du système économique émergent de Bretton Woods, le Canada a joué un rôle de premier plan lorsqu'il s'est agi d'accueillir la Chine dans ce nouvel ordre mondial. Le tapis de bienvenue a été déroulé officiellement pour la Chine par le Premier ministre Pierre Elliot Trudeau en 1973, lorsqu'il a officiellement reconnu la République populaire de Chine (RPC) au nom du Canada. L'ancien Trudeau était en avance sur son temps et présageait une reconnaissance similaire de la part des États-Unis, qui a eu lieu des années plus tard, en 1979. Cela ne devrait toutefois pas surprendre les Canadiens, car l'aîné était depuis longtemps un admirateur de la Chine communiste, comme en témoignent les voyages qu'il y a effectués dès 1949, lors de sa création, puis en 1960, au plus fort de la campagne désastreuse du « Grand Bond en avant ». Son affection pour la Chine, et l'idéologie marxiste-léniniste en général, remonte à ses années d'études à la London School of Economics. C'est là qu'il a eu pour mentor le célèbre socialiste fabien Harold Laski.

Harold Laski, mentor fabien-socialiste du très honorable P.E. Trudeau

Le 15e Premier ministre du Canada était tellement épris du gouvernement communiste chinois qu'il a déclaré qu'il avait créé un système qui, « par rapport à tous les systèmes sociaux chinois antérieurs, s'efforce d'assurer la dignité humaine et l'égalité des chances pour le peuple chinois ». Ces références flatteuses ne sont pas passées inaperçues auprès des autorités de la RPC et, bien qu'il soit critiqué dans son pays, l'aîné des Trudeau reçoit des « faveurs en Chine ». Une telle admiration mutuelle ne suffirait pas à encourager le reste du monde occidental à ouvrir ses portes à l'État communiste; il faudrait donc recourir à d'autres motivations. Quoi de mieux que la stratégie consistant à lier la Chine au reste du monde par l'interdépendance économique, comme on l'a fait avec succès pour l'Allemagne vaincue? La Chine serait invitée à se joindre au reste du monde dans le cadre d'échanges commerciaux sans entraves et, avec la liberté économique, sa liberté politique serait assurée en tant que sous-produit inévitable. Cela semblait être une attente raisonnable pour ceux qui avaient vu la relation entre liberté économique et politique fonctionner dans leur propre pays, et même en Allemagne, mais était-ce un résultat raisonnable pour la Chine? Ou s'agissait-il simplement d'une autre « grande espérance » en passe d'être anéantie par les impondérables de la réalité?

La liberté politique est-elle un résultat attendu de la liberté économique en Chine?

Malheureusement, et comme indiqué plus haut, nos attentes à l'égard des autres ne se vérifient pas toujours lorsqu'elles sont fondées sur des hypothèses modelées sur nos propres expériences. Dans le cas de la RPC, l'amalgame entre sa culture, son histoire et les dirigeants du parti communiste n'indique en rien une propension à s'accommoder d'un système de gouvernance libre et démocratique. En guise d'explication, son histoire mouvementée a été marquée par des abus extrêmes de la part de puissances étrangères au cours d'un « siècle d'humiliation » qui a débuté dans les années 1840 par les guerres de l'opium inspirées par les Britanniques. Ces abus, combinés à des milliers d'années d'histoire, ont créé une population obsédée par « l'inviolabilité de sa souveraineté » et lui ont insufflé une fierté nationale féroce ainsi qu'un besoin durable de prévisibilité. Cette situation, associée à une direction du parti communiste pleinement engagée dans la promotion d'une idéologie marxiste-léniniste qui privilégie le contrôle, engendre un pays qui croit que son succès est « dû à la forme autoritaire de gouvernement de la Chine, et non à son absence ».

La puissance militaire de la RPC s'accroît et cherche à garantir la souveraineté, et non la démocratie?
 

De grandes affiliations


Le discours occidental, qui considérait la Chine communiste comme une entité politique malléable et facilement influençable par des notions démocratiques, allait persister malgré l'histoire, la culture et les préférences de contrôle du sommet à la base qui ont façonné la RPC. Le premier de ces partisans serait P.E. Trudeau, qui voyait la Chine à travers le prisme de la « société juste » et qui « mettrait en œuvre des décennies de politiques d'apaisement à l'égard de la Chine ». Cette admiration a été transmise aux générations suivantes de Premiers ministres Trudeau, comme en témoigne le plus jeune qui a déclaré en 2013 que « leur dictature fondamentale (de la RPC) leur permet en fait de redresser leur économie en un clin d'œil ». Pour ne pas être en reste, le frère de Justin, Alexandre, s'est fait l'apologiste du Parti communiste chinois (PCC) en déclarant que « l'histoire de la Chine, en particulier celle des 30 à 40 dernières années, est peut-être la plus grande réussite de l'histoire de l'humanité ». C'est ainsi que nous voyons la famille Trudeau conduire le Canada vers une affiliation avec la Chine communiste qui commencerait comme une société d'admiration mutuelle mais deviendrait une opportunité économique pour ceux qui sont bien placés.

Les frères Trudeau, tel père tels fils?

L'affiliation initiée par l'aîné des Trudeau allait bientôt se transformer en un ensemble de partenariats public/privé dont Power Corporation prendrait la tête. Ce géant canadien des services financiers, initialement dirigé par Paul Desmarais père, s'associe à d'autres formidables entreprises montréalaises, telles que SNC Lavalin, Bombardier et la Banque de Montréal, pour fonder l'influent Conseil commercial Canada-Chine (CCBC). Les premiers ministres canadiens, les ministres du cabinet et des personnalités internationales comme Maurice Strong soutiendront les efforts du Conseil et bénéficieront même des transactions qui en découlent. Paul Martin, par exemple, a vu certaines de ses plus grosses commandes de construction navale venir de Chine avant même de devenir Premier ministre. En revanche, les travailleurs canadiens ordinaires ne s'en sortiront pas aussi bien, les emplois manufacturiers étant perdus au profit des importations chinoises. C'est ce qui ressort d'un rapport de l'Institut Broadbent datant de 2017, selon lequel quelque 550 000 emplois manufacturiers ont été perdus depuis le début du siècle, lorsque la Chine a été accueillie au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) - une initiative soutenue énergiquement par le Premier ministre Jean Chrétien.

Chrétien, Martin, Desmarais et Strong, partisans de l'affiliation Canada-Chine?

Malheureusement, et comme on l'a vu dans le cas des attentes associées au traité de Versailles et à l'Irak de l'après-Saddam Hussein, les plans de démocratisation de la Chine par le biais d'un engagement économique ont échoué de manière spectaculaire. En dehors des bénéfices accumulés aux plus hauts niveaux de pouvoir au Canada, les Canadiens ordinaires n'ont pas seulement perdu à cause d'un commerce déséquilibré avec la Chine, mais ont également assisté à l'avilissement de leurs propres agences et institutions civiles. Ce fait a été mis en évidence par de nombreux rapports émanant de nos propres services de sécurité, notamment:

  • un rapport « Op Sidewinder » de 1997, préparé conjointement par la GRC et le SCRS, qui détaillait la pénétration chinoise dans « d'importantes propriétés immobilières et entreprises établies au Canada », ce qui a permis à la Chine d'obtenir « l'accès à des personnalités influentes qui sont actuellement ou ont été actives à différents niveaux de la société canadienne ». Le rapport a été mis de côté par le gouvernement Chrétien;

  • un avertissement lancé en 2010 par Richard Fadden, alors directeur du SCRS, indiquant « que certains politiciens municipaux et ministres dans deux provinces étaient sous l'influence d'un gouvernement étranger ». En réponse, les députés de l'opposition ont exigé sa démission;

  • un rapport de Global News de janvier 2022 indiquant que le Premier ministre de l'époque avait été informé des tentatives d'ingérence électorale de Pékin impliquant 11 candidats aux élections de 2019. Le Premier ministre a répondu qu'il était « très préoccupé » par les fuites du SCRS dans les médias; et

  • un rapport du Globe and Mail datant de 2023 faisant état d'autres fuites du SCRS concernant l'ingérence électorale de la Chine lors des élections de 2021 dans le but d'obtenir un gouvernement libéral minoritaire. Le Premier ministre a répondu en affirmant qu'il y avait des « inexactitudes » dans les fuites du SCRS tout en refusant d'envisager la possibilité d'une enquête publique.

L'affiliation initialement envisagée par l'aîné des Trudeau s'est retournée contre lui de manière dramatique et ironique. Que penser d'autre lorsque l'objectif d'influencer une Chine montante pour qu'elle devienne plus démocratique a eu pour conséquence que les élections canadiennes ont succombé à l'ingérence présumée de la RPC? Les Canadiens ordinaires pourraient toutefois trouver une lueur d'espoir dans tout cela. En effet, alors que le pouvoir canadien et les classes dirigeantes perdent à cause de l'effondrement de l'affiliation, le gousset du canadien ordinaire ne sera plus vidé de ses sous.

L'ancien directeur du SCRS, Richard Fadden, a mis en garde contre l'ingérence dans les élections, mais en vain
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT