top of page

C3RF Update, 13 Jan 2023 – When the levee breaks


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

The Deluge


Woe to those who call evil good and good evil, who put darkness for light and light for darkness, who put bitter for sweet and sweet for bitter. Isaiah 5:20


Last week’s update remarked on the plethora of lies that everyday Canadians are lambasted with in their new “post-national” Canada. It’s as though they are being inundated by false narratives in fire hose fashion without recourse to a whimpering query let alone a spirited debate. Indeed, it’s not even acceptable to go along with these lies in silence as coercion is brought to bear to force the recalcitrant to become “affirmers” and enablers of the counterfactual proposition at hand. And so, we see legislation like Bill C-4 (Conversion therapy) criminalizing efforts to guide children away from unwanted sexual orientations or gender identities when they involve transitions from the non-traditional to the traditional. Transitions from the traditional to the non-traditional, however, are okey-dokey! Can Canadians really continue to support such biased and situational laws?

Will Canadians continue to support situational laws?

Problem is, the more lies we everyday Canadians acquiesce to the greater the loss of our ability to live our lives freely and in accordance with our own moral scruples. And if that was not enough, the narratives that we are being coerced to sign onto involve giving up our rights as loving parents and grandparents concerned with helping our young ones deal with these same toxic storylines. A case in point has been highlighted by Tom Blackwell in his National Post article, “How Canadian public schools aid students’ gender transition without family consent”. How is it that we have allowed ourselves to be browbeaten into accepting policies that have the potential to torture our little ones with irreversible hormone treatments and surgical mutilations? Especially when there is, arguably, “zero point zero zero evidence that the concepts of ‘gender fluidity’ and ‘gender identity’ have any scientific basis”?

Are Canadian parents really OK with public schools transitioning their children?

It seems that the lies are pouring down upon us like the rains that drenched the Mississippi River basin in 1927. The deluge of that era, oddly far removed from the “global warming” that is responsible for such catastrophes today, stressed the levee system responsible for keeping the mighty river under control and ultimately caused a total system breach. The resulting inundation destroyed nearly one-half of the Mississippi Basin leaving 750,000 stranded. Black plantation workers were pressed into service to shore up the levees with the priority given to saving white families. This became a great source of civil strife as black families were stranded without food or shelter and suffered greatly while their men were coerced, and even killed, in the name of restoring the levees for others.

The levees break during the Great Mississippi Flood of 1927
 

The levee overtops


If it keeps on rainin', levee's goin' to break

If it keeps on rainin', levee's goin' to break

And the water gonnna come in and we'll have no place to stay. “When the levee breaks” by Kansas Joe McCoy and Memphis Minnie, 1929


The race-based injustices generated by the Great Mississippi River Flood of 1927 would go on create long-term political and social changes in America. Blacks who had long identified with the Republican Party and its anti-slavery underpinnings would disavow it under the leadership of Calvin Coolidge. Additionally, the uneven treatment of black populations in dealing with the Great Flood would contribute significantly to the “Great Migration” that saw blacks leaving the South for cities in the North – even as folk songs were penned to memorialize the disaster and the exodus. One such song was “When the levee breaks” by Kansas Joe McCoy and Memphis Minnie in 1929. It would be reprised in 1974 by the rock band Led Zeppelin and remains popular to this day. One cannot help but wonder if the injustices being levelled on everyday Canadians in the name present day emergencies will produce a similar flight away from their political overseers.

Memphis Minnie and Kansas Joe McCoy, authors of "When the levee breaks"

It would certainly appear that the levee is “overtopping” when it comes to the willingness of Canadians to put up with the counterfactual narratives lapping at their feet. The western provinces, Alberta and Saskatchewan in particular, seem to be at the leading edge of this discontent as they balk at federal demands to accommodate a “net-zero” future that entails the phasing out of their oil and gas sectors. Alberta’s new premier, Danielle Smith, notes that the feds have set their sites on the province’s largest industry with their related “Just Transition” legislation and are doing so with “no consultation, no discussion”. Smith, for one, will have nothing to do with such meddling in what clearly is a provincial jurisdiction. One should not be surprised to see her recently passed “Sovereignty Act” dusted off for its first battle with the Canadian federal government’s related overreach. Enough is enough she seems to be saying – this levee is overtopping!

Alberta Premier Danielle Smith, enough is enough?

Along with the “net-zero” narrative there is the never-ending vaccine storyline that forcefully puts down any attempt to challenge it with hard facts and data. We saw this dynamic in play in last week’s “update” with the related hardships foisted upon University of Guelph immunologist Dr. Byram Bridle for his well-considered opinions on the safety and effectiveness of these experimental products. Unfortunately for the university and its cohort of vaccine enthusiasts, the Canadian public writ-large can be seen sharing the doctor’s concerns as more and more research sifts its way through the information blockade that has been erected to keep it at bay. Prime among these accounts are authoritative Cleveland Clinic studies that affirm what many have seen for themselves; the more you vaccinate the more you get infected with the Wuhan virus. Other studies have uncovered a very real need to consider vaccine-based injuries in the growing number of heart stoppages associated with professional athletics. This consideration has been put in sharp focus by the unfortunate, near-death experience of Buffalo Bills safety back Damar Hamlin. Again, it appears that the levee is overtopping.

Cleveland Clinic studies show negative vaccine effectiveness at preventing infection
 

The levee breaks


The torrent of information that is being held back by levees of lies now threatens to create a total breach of these containment systems. In the case of heart stoppages on the playing field, it’s hard to see how one more Hamlin-style incident witnessed by millions would not result in overwhelming calls for serious investigation. The rolling out of nonsensical, contradictory data to explain such events, as was the case recently in the UK with government responses to freedom of information requests concerning rates of pericarditis and myocarditis, would not be allowed to pass unquestioned by the public-writ-large. The levee would be breached and nothing but an unimpeded debate with the public having full access to the arguments presented by all sides would suffice. Something we used to do on a regular basis? What a concept?

Dr. Campbell homes-in on nonsensical and contradictory medical data

Aside from high-profile, celebrity medical events and the incessant pounding of waves of data on their related levees of lies, the experiences of individual Canadians and their communities could also cause the ramparts to come crashing down. Prime among these are those playing out as a result of the imposition of the “net-zero” narrative on our Western citizenry. This now legally binding initiative has gone from narrative to reality and threatens to destroy a fossil fuel energy sector that is responsible for much of Canada’s prosperity and ability to fund both social and equalization programs. By way of rubbing salt into a festering wound, it is significant to note that Canadian “net-zero” plans see no bridging of the fossil fuel and renewable energy regimes with a viable transition strategy. Canadian citizens and industry-writ-large will be coerced into using inefficient and spotty renewable energy sources with increasingly large levies on their carbon footprints. Financial repercussions be damned as the nation is frog-marched into a green future where provinces like Alberta are left behind with little compensation outside of a “just transition” program as noted above. As we saw the Great Mississippi Flood of 1927 contribute to the “Great Migration” of blacks from the south to northern cities, will we see “net-zero” force some provinces to emigrate away from the Canadian confederation totally?

As jobs leave "net-zero" Alberta, will Alberta leave Canada?

If “net-zero” has the power to break through the “build back better” narrative for Albertans, what about the ability of similarly-based storylines to make everyday Canadians demand answers? We see this possibility increasing on a daily basis as our free-market economic system is given over to one that lionizes Environmental, Social and Governance (ESG) investing. This new investment system would reward those corporations and investment opportunities that promote the greenhouse gas reduction and “diversity, inclusion and equity (DIE)” narratives. Canadians should be concerned given the track record of jurisdictions, including Europe and Sri Lanka, that have put such investment strategies in place. After all, the former jurisdiction is in the midst of a deathly energy crisis while the latter has suffered a complete economic collapse. Of particular concern to Canadians is that these same disastrous policies are being employed to direct their own pension funds into such virtuous, but unprofitable, initiatives. Forget about Albertans, how will Canadians respond when the levee that holds back Canada Pension Plan truths collapses?

Will Canadians act before ESG policies break the Canada Pension Plan levee?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Le déluge


Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume! Esaïe 5:20, Louis Segond, 1910.


Dans la mise à jour de la semaine dernière, nous avons fait remarquer la pléthore de mensonges dont sont bombardés les Canadiens ordinaires dans leur nouveau Canada « post-national ». C'est comme s'ils étaient inondés de faux récits à la manière d'un tuyau d'arrosage, sans qu'ils aient le droit de se plaindre et encore moins de participer à un débat animé. En fait, il n'est même pas acceptable d'accepter ces mensonges en silence, car la coercition est utilisée pour forcer les récalcitrants à devenir des « affirmateurs » et des facilitateurs des propositions contrefactuelles en question. C'est ainsi que nous voyons des lois comme le projet de loi C-4 (thérapie de conversion) qui criminalisent les efforts visant à détourner les enfants d'orientations sexuelles ou d'identités de genre non désirées lorsqu'ils impliquent des transitions du genre non-traditionnel au traditionnel. Les transitions du traditionnel au non-traditionnel, par contre, sont très bien! Les Canadiens peuvent-ils vraiment continuer à soutenir des lois aussi partiales et situationnelles?

Les Canadiens continueront-ils à soutenir les lois situationnelles?

Le problème est que plus les mensonges auxquels nous, Canadiens ordinaires, acquiesçons, plus nous perdons notre capacité à vivre notre vie librement et conformément à nos propres scrupules et principes moraux. Et comme si cela ne suffisait pas, les récits auxquels nous sommes contraints de souscrire impliquent l'abandon de nos droits en tant que parents et grands-parents aimants soucieux d'aider nos jeunes à faire face à ces mêmes récits toxiques. Un exemple concret a été mis en évidence par Tom Blackwell dans son article du National Post intitulé « How Canadian public schools aid students' gender transition without family consent ». Comment se fait-il que nous nous soyons laissés intimider pour accepter des politiques qui ont le potentiel de torturer nos enfants avec des traitements hormonaux irréversibles et des mutilations chirurgicales? Surtout quand il y a, sans doute, « zéro virgule zéro zéro preuve que les concepts de « fluidité du genre »et d' « identité du genre » ont une base scientifique »?

Les parents canadiens sont-ils vraiment d'accord pour que les écoles publiques « transitionnent » leurs enfants?

Il semble que les mensonges s'abattent sur nous comme les pluies qui ont arrosé le bassin du Mississippi en 1927. Le déluge de l'époque, étrangement éloigné du « réchauffement de la planète » qui est responsable de telles catastrophes aujourd'hui, a mis à rude épreuve le système de digues chargé de garder le puissant fleuve sous contrôle et a fini par provoquer une rupture totale du système. L'inondation qui en a résulté a détruit près de la moitié du bassin du Mississippi, laissant 750 000 personnes en détresse. Les travailleurs noirs des plantations ont été mis à contribution pour consolider les digues, la priorité étant donnée au sauvetage des familles blanches. Cette situation est devenue une grande source de conflits civils, car les familles noires se sont retrouvées sans nourriture ni abri et ont beaucoup souffert tandis que leurs hommes étaient contraints, voire tués, au nom de la restauration des digues pour les autres.

Les digues se rompent pendant la Crue du Mississippi de 1927
 

La digue déborde


If it keeps on rainin', levee's goin' to break

If it keeps on rainin', levee's goin' to break

And the water gonnna come in and we'll have no place to stay. “When the levee breaks”, (Quand la digue se brise) par Kansas Joe McCoy et Memphis Minnie, 1929


Les injustices raciales engendrées par la grande crue du Mississippi de 1927 allaient créer des changements politiques et sociaux à long terme en Amérique. Les Noirs qui s'étaient longtemps identifiés au Parti républicain et à ses fondements anti-esclavagistes allaient le désavouer sous la direction de Calvin Coolidge. En outre, le traitement inégal des populations noires face à la Grande Crue contribuera de manière significative à la « Grande Migration » qui verra les Noirs quitter le Sud pour les villes du Nord, alors même que des chansons folkloriques seront écrites pour commémorer la catastrophe et l'exode. L'une d'entre elles, « When the levee breaks », a été composée par Kansas Joe McCoy et Memphis Minnie en 1929. Elle sera reprise en 1974 par le groupe de rock Led Zeppelin et reste populaire à ce jour. On ne peut s'empêcher de se demander si les injustices dont sont victimes les Canadiens ordinaires au nom des urgences actuelles ne provoqueront pas une fuite similaire loin de leurs superviseurs politiques.

Memphis Minnie et Kansas Joe McCoy, auteurs de « When the levee breaks »

Il semble bien que la digue soit en train de « déborder » lorsqu'il s'agit de la volonté des Canadiens de tolérer les récits contrefactuels qui leur tombent sous les pieds. Les provinces de l'Ouest, l'Alberta et la Saskatchewan en particulier, semblent être à l'avant-garde de ce mécontentement, car elles refusent les demandes fédérales de s'adapter à un avenir « net zéro » qui implique l'élimination progressive de leurs secteurs pétroliers et gaziers. La nouvelle première ministre de l'Alberta, Danielle Smith, fait remarquer que le gouvernement fédéral a ciblé la plus grande industrie de la province avec sa loi sur la « transition équitable » et qu'il le fait « sans consultation, sans discussion ». Mme Smith, pour sa part, ne veut rien savoir d'une telle ingérence dans ce qui est clairement une compétence provinciale. Il ne faut pas s'étonner de voir la « Loi sur la souveraineté » qu'elle a récemment adoptée être dépoussiérée pour sa première bataille contre l'empiètement du gouvernement fédéral canadien dans ce domaine. Trop c'est trop, semble-t-elle dire - cette digue est en train de déborder!

La première ministre de l'Alberta, Danielle Smith, en a assez?

Parallèlement au récit du « net-zéro », il y a l'histoire sans fin des vaccins qui repousse avec force toute tentative de la contester avec des faits et des données concrètes. Nous avons vu cette dynamique en jeu dans la « mise à jour » de la semaine dernière avec les difficultés imposées au Dr Byram Bridle, immunologiste de l'Université de Guelph, pour ses opinions pertinentes sur la sécurité et l'efficacité de ces produits expérimentaux. Malheureusement pour l'université et sa cohorte d'enthousiastes des vaccins, on peut constater que le public canadien dans son ensemble partage les préoccupations du médecin, car de plus en plus de recherches se frayent un chemin à travers le blocus d'informations qui a été érigé pour les tenir à distance. Parmi ces comptes rendus, les études de la Cleveland Clinic, qui font autorité, confirment ce que beaucoup ont constaté par eux-mêmes : plus on vaccine, plus on est infecté par le virus de Wuhan. D'autres études ont mis en évidence la nécessité réelle de prendre en compte les blessures dues aux vaccins dans le nombre croissant d'arrêts cardiaques associés au sport professionnel. Cette considération a été mise en lumière par l'expérience malheureuse de Damar Hamlin, le demi de sûreté ou maraudeur des Buffalo Bills, qui a frôlé la mort. Une fois encore, il semble que la digue soit en train de déborder.

Les études de la Cleveland Clinic montrent l'efficacité négative du vaccin pour prévenir l'infection
 

La digue cède


Le torrent d'informations qui est retenu par des digues de mensonges menace maintenant de créer une brèche totale dans ces systèmes de confinement. Dans le cas des arrêts cardiaques sur le terrain de jeu, il est difficile de voir comment un autre incident du style de celui de Hamlin, dont des millions de personnes ont été témoins, n'entraînerait pas des appels massifs à une enquête sérieuse. Le déploiement de données absurdes et contradictoires pour expliquer de tels événements, comme cela a été le cas récemment au Royaume-Uni avec les réponses du gouvernement aux demandes de liberté d'information concernant les taux de péricardite et de myocardite, ne serait pas autorisé à passer sans être remis en question par le grand public. La digue serait rompue et rien d'autre qu'un débat sans entrave, le public ayant pleinement accès aux arguments présentés par toutes les parties, ne suffirait. N'est-ce pas quelque chose que nous avions l'habitude de faire régulièrement? Un concept nouveau, vraiment?

Le Dr Campbell expose les données médicales absurdes et contradictoires

Outre les événements médicaux très médiatisés et les vagues incessantes de données sur les digues de mensonges qui y sont associées, les expériences des Canadiens et de leurs communautés pourraient également faire écrouler les barrages de mensonges Les expériences les plus marquantes sont celles qui résultent de l'application de l'approche « net-zéro » à nos citoyens occidentaux. Cette initiative, désormais juridiquement contraignante, est passée de la narration à la réalité et menace de détruire un secteur de l'énergie aux combustibles fossiles qui est responsable d'une grande partie de la prospérité du Canada et de sa capacité à financer les programmes sociaux et de péréquation. Afin de remuer le couteau dans la plaie, il est important de noter que les plans canadiens « net-zéro » ne prévoient aucun rapprochement entre le régime des combustibles fossiles et celui des énergies renouvelables avec une stratégie de transition viable. Les citoyens canadiens et l'industrie dans son ensemble seront contraints d'utiliser des sources d'énergie renouvelables inefficaces et irrégulières, avec des prélèvements de plus en plus importants sur leur empreinte carbone. Peu importe les répercussions financières, la nation est entraînée vers un avenir vert où les provinces comme l'Alberta sont laissées pour compte avec peu de compensation en dehors d'un programme de « transition juste » comme indiqué ci-dessus. Tout comme la grande crue du Mississippi de 1927 a contribué à la « grande migration » des Noirs du sud vers les villes du nord, verrons-nous le « net-zéro » forcer certaines provinces à quitter totalement la confédération canadienne?

Alors que les emplois quittent une Alberta « nette zéro », l'Alberta quittera-t-elle le Canada?

Si le concept « net zéro » a le pouvoir de briser le récit « reconstruire mieux » pour les Albertains, qu'en est-il de la capacité de scénarios similaires à amener les Canadiens ordinaires à demander des réponses? Nous constatons que cette possibilité s'accroît quotidiennement à mesure que notre système économique de marché libre est remplacé par un système qui privilégie les investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Ce nouveau système d'investissement récompenserait les entreprises qui favorisent les investissements dans la réduction des gaz à effet de serre ainsi que la diversité, l'inclusion et l'équité (DIE). Les Canadiens devraient s'inquiéter étant donné les antécédents des juridictions, y compris l'Europe et le Sri Lanka, qui ont mis en place de telles stratégies d'investissement. Après tout, la première juridiction est au milieu d'une crise énergétique mortelle tandis que la seconde a subi un effondrement économique complet. Les Canadiens sont particulièrement préoccupés par le fait que ces mêmes politiques désastreuses sont employées pour diriger leurs propres fonds de pension vers des initiatives aussi vertueuses, mais non rentables. Oubliez les Albertains, comment les Canadiens réagiront-ils lorsque la digue qui retient les vérités du Régime de pensions du Canada s'effondrera?

Les Canadiens agiront-ils avant que les politiques ESG ne brisent la digue du Régime de pensions du Canada?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Commenti


bottom of page