top of page

C3RF Update, 21 Apr 2023 – Single point of failure


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Review and participate in version 18.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop


Take a look at V18.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check out the latest addition to the burgeoning chronicle of regime attacks against the civil liberties of everyday Canadians. In this case it’s the legislative initiative that sees the federal Liberal/NDP government, with the aid of all other opposition parties, embedding Quebec’s declaration of the “notwithstanding clause” into a modernized Official Languages Act. This revised Act, enabled through Bill C-13, would discriminate against English-speaking workers employed in federally regulated private industries that happen to be in areas across the country that have “strong” francophone communities. Why must the advancement of one official language come at the expense of the other?

 

Single point of failure


Years of working in the aerospace industry as a designer, developer and certifier of complex avionics equipment sets for modern transport and military aircraft have left me with a few related universal rules of thumb. One of the most powerful lessons learned is to never, ever design a system in which a single failure can result in a catastrophic outcome – even if such a failure is “extremely improbable”. Rather than this, such a single point of failure needs to be fenced off by design initiatives that provide for redundancy, alerting the flight crew or any other number of automated or procedural methods that ensure a “single point of failure” cataclysm never occurs. In taking such design considerations forward into the realm of public policy-making, one can see the same mitigating philosophies being used when “checks and balances” and the “separation of powers” are employed to keep any one branch of governance from becoming a freedom-crushing, tyrannical power.

The “separation of powers” is essential to preventing catastrophic public policy outcomes. No?

In the aviation world we have seen the revocation of the “single point of failure” design rule create unintended and devastating consequences. So it was with Lion Air Flight JT610 and Ethiopian Air Flight ET302 in 2018 and 2019 respectively as, in each case, the aircraft were “kicked” into the ground by one faulty “angle of attack” subsystem. The integration of this functionality with the flight control computers of the Boeing 737 Max aircraft allowed for faulty and unmitigated signals to override pilot control inputs and force the nose of the aircraft down without warning. In the end, the lives of 346 persons were lost unnecessarily even as the aircraft manufacturer blamed the pilots for not having the wherewithal to counter the resulting loss of control through their own manual inputs. In much the same fashion, Canadians have seen catastrophic economic, public and mental health consequences arise as a result of vesting the responsibility for Wuhan virus pandemic measures in a single authority – our national and provincial public health agencies.

Lion Air Flight JT610 crashes due to a single point of failure

The fact that the vesting of the responsibility for Wuhan virus emergency measures in one government agency took place is evidenced by Ontario’s Premier Doug Ford. He stated, in no uncertain terms, that “there’s no politician in this country that is going to disagree with their chief medical officer. They just aren’t going to do it. They might as well throw a rope around their neck and jump off a bridge”. In saying so the Premier acknowledged that, in much the same way that the FAA delegated responsibility for 737 Max avionics designs to Boeing and its internal collection of certification delegates, Canada’s politicians had decided to abdicate their responsibilities for dealing with public health crises and delegate them elsewhere. This egregious and unprecedented shirking of responsibility stood in stark contrast to the advice of emergency management experts, like Alberta’s LCol David Redman (Ret’d), who called for the use of longstanding and proven methodologies that advocated for the assembly of relevant experts working under the authority of an elected and responsible representative.

Emergency management expert, LCol David Redman (Ret'd), says we got pandemic measures wrong
 

The delegation doctrine


Redman’s stated approach in dealing with public health emergencies is very much in line with the procedures and protocols recognized within the aerospace design and certification community, at least before the Boeing 737 Max timeframe. In this latter jurisdiction, a design authority vested in the Canadian Minister of Transport is responsible for reviewing design, development, test and verification data submitted by a myriad of technical and operational experts before he or she “certifies” an avionics or aircraft design as suitable for use by the travelling public. This process requires unfettered inputs by a stable of experts in a variety of disciplines that are all vetted and dealt with before a passenger is allowed to set foot in a new or modified aircraft. And so it is supposed to be with public health emergencies that require inputs from all aspects of society, from the economic to the medical and beyond, so that the plans that are drawn up cover all foreseeable contingencies.

A typical crisis management planning process - how many steps did we miss in dealing with the Wuhan virus pandemic?

The fact that structured emergency planning processes and established plans were ignored during Canada’s Wuhan virus response is of great concern. What were Canadians to think when they saw such important considerations delegated to single-source agencies in the form of federal and provincial public health offices who, in turn, delegated same to international or foreign institutions in the form of the World Health Organization (WHO) and the Centers for Disease Control and Prevention (CDC)? These uncharacteristic delegations of responsibility were even more worrisome given the fact that the latter institutions were wedded at the hip with other offshore authorities that decided to pioneer lockdown, masking and social distancing strategies that would destroy Western economies with supply chain glitches and raging inflation. In effect, Canada had outsourced its pandemic response to foreign entities all singing from the same, censored song sheet.

Was singing from the same pandemic song sheet a good idea?

The whole idea of shutting out voices that are not in harmony with the prevalent song-of-the-day has, unfortunately, become a fact of public life in Canada and around the Western world. At home, we saw previously credible institutions, like our Colleges of Physicians and Surgeons, browbeat medical professionals into accepting WHO and CDC vaccine and lockdown proclamations without comment on pain of “disciplinary action”. Further afield and in areas removed from public health, we see the nations of the European Union submitting to a vast EU bureaucracy that has come to control every aspect of a citizen’s life – even down to the size of their toasters, kettles and condoms. The delegation of such decisions away from the individual where they belong produced such angst in the British population that they fueled the success of the Brexit movement. Even in the “land of the free” south of our border, our American friends find their decisions being delegated away through a “mass mobilization that aims to harness every sector of society under a singular technocratic rule”. One wonders, was Trump’s win in 2016 meant to register a popular and big fat NO! to such a delegation doctrine?

Did the delegation of toaster efficiency rules to EU bureaucrats "wake up" the Brexit movement?
 

The non-delegation doctrine


The prospects associated with the rapidly emerging delegation doctrine in the Western world became the subject of very interesting testimony offered up by Queen’s University law professor Bruce Pardy in conjunction with the National Citizen’s Inquiry (NCI). Mr. Pardy posited that Canadians should not be confused by the degradation of their individual Charter rights in the name of the “public good” as such civil liberties must give way to an in-place and all-powerful “administrative state”. He explained that the protections afforded by the “separation of powers” between our executive, legislative and judicial branches of government have receded into the past due to a holy trinity of “delegation”, “deference” and “discretion”. In this trinity we see the legislatures giving away their power by allowing the executive, through its administrative agencies, to have carte blanche freedom to make the rules that fill in the gaps of their laws. Meanwhile, the courts have decided to defer to the experts of the executive’s administrative state as they have none of their own and would rather not create controversy by stepping into the limelight – unless, of course, it met muster with the aims of the executive.

Has the Charter given way to the holy trinity of "delegation, deference and Discretion"?

Pardy went on to assert that delegation and deference have led to a situation where the premise of the administrative state has taken over from the premise of the Charter. We have seen how this process has unfolded in these pages by noting how the Gordon and Glassco Commissions of the 1950s and 60s respectively emphasized the need to secure the “public good” through “systems analysis” techniques and expert “scientific management”. The resulting transformation has given us an administrative state that would make the most ardent Fabian Socialist blush and allow it to operate under the unfettered premise that because it was responsible for the public good it followed that it had the discretion to determine just what was in the public good. The state, not the individual citizen, was responsible for safety through risk reduction and if it decided that vaccine mandates were in the public interest, then so it would be. The state could make rules, edicts, mandates and decrees based on inputs it deemed suitable even as legislators sat on their thumbs and the courts deferred.

Bruce Pardy defines the holy trinity that empowers the administrative state

An all-powerful administrative state, otherwise known as the “deep state”, may bring with it the unchallenged capacity to make decisions that turn “on a dime" but they also provide an easy target for those who wish to capture their single source, rule-making capability. In the Canadian instance we have seen this take place as certain ideologies have attached themselves to our administrative agencies and now control them in the name of the “diversity, inclusion and equity” (DIE), “environmental, social and governance” (ESG) and “Agenda 2030” goals. In the meantime, the individual rights of Canadians who pay the freight are flushed away to make room for such expert and, arguably, captured decisions. Pardy recommends that the citizen needs to get back into the fight with the help of a “non-delegation doctrine” that requires legislators to append “enabling clauses” to the laws and policies they formulate. These instructions “must contain sufficient content such that citizens can recognize themselves to be the implied authors of any resulting subordinate legislation”. Between this initiative, Brian Peckford’s “New Magna Carta for Canada” and Salim Mansur’s “derived from the will of the people” textual addition to the Preamble of our own Charter, Canadians could be on the way to taking their country back from “single point of failure” governance.

Will a "non-delegation doctrine" help Canadians reclaim their Charter rights?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Examinez et participez à la version 18.0 du « One Stop Tyrant Shop » de C3RF


Jetez un coup d'œil à la version 18.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour découvrir le dernier ajout à la chronique des attaques du régime contre les libertés civiles des Canadiens. Dans ce cas-ci, il s'agit de l'initiative législative qui voit le gouvernement fédéral libéral et néo-démocrate, avec l'aide de tous les autres partis d'opposition, intégrer la déclaration québécoise de la « clause dérogatoire » dans une loi sur les langues officielles modernisée. Cette loi révisée, rendue possible par le projet de loi C-13, serait discriminatoire à l'égard des travailleurs anglophones employés dans des industries privées sous réglementation fédérale qui se trouvent dans des régions du pays où les communautés francophones sont « fortes ». Pourquoi la promotion d'une langue officielle doit-elle se faire au détriment de l'autre?

 

Un seul point de défaillance


Des années de travail dans l'industrie aérospatiale en tant que concepteur, développeur et vérificateur d'équipements avioniques complexes pour les avions de transport et les avions militaires modernes m'ont permis d'acquérir quelques règles universelles. L'une des leçons les plus importantes est qu'il ne faut jamais, au grand jamais, concevoir un système dans lequel une seule défaillance peut entraîner un résultat catastrophique - même si cette défaillance est « extrêmement improbable ». Au contraire, un tel point de défaillance unique doit être protégé par des initiatives de conception qui prévoient la redondance, l'alerte de l'équipage de vol ou tout autre nombre de méthodes automatisées ou procédurales qui garantissent qu'un cataclysme de « point de défaillance unique » ne se produira jamais. Si l'on transpose ces considérations de conception dans le domaine de l'élaboration des politiques publiques, on peut constater que les mêmes philosophies d'atténuation sont utilisées lorsque les « freins et contrepoids » et la « séparation des pouvoirs » sont employés pour empêcher qu'une branche de la gouvernance ne devienne un pouvoir tyrannique et destructeur de liberté.

La « séparation des pouvoirs » est essentielle pour éviter des résultats catastrophiques en matière de politiques publiques. N'est-ce pas?

Dans le monde de l'aviation, nous avons vu la révocation de la règle de conception du « point de défaillance unique » entraîner des conséquences imprévues et dévastatrices. C'est ce qui s'est passé avec les vols JT610 de Lion Air et ET302 d'Ethiopian Air en 2018 et 2019 respectivement, car, dans chaque cas, les avions ont été « projetés » au sol par un sous-système défectueux d'« angle d'attaque ». L'intégration de cette fonctionnalité dans les ordinateurs de commande de vol du Boeing 737 Max a permis à des signaux défectueux et non atténués de passer outre les commandes du pilote et de forcer le nez de l'avion à s'abaisser sans avertissement. Au bout du compte, 346 personnes ont perdu la vie inutilement, alors même que le constructeur de l'avion reprochait aux pilotes de ne pas avoir eu les moyens de contrer la perte de contrôle qui en a résulté par leurs propres actions manuelles. De la même manière, les Canadiens ont vu des conséquences catastrophiques sur l'économie, la santé publique et la santé mentale en confiant la responsabilité des mesures de lutte contre la pandémie du virus de Wuhan à une seule autorité - nos agences nationales et provinciales de santé publique.

Le vol JT610 de Lion Air s'écrase à cause d'un seul point de défaillance

Le fait que la responsabilité des mesures d'urgence relatives au virus de Wuhan ait été confiée à une seule agence gouvernementale est attesté par le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. Il a déclaré, en termes très clairs, qu'« aucun homme politique dans ce pays ne sera en désaccord avec son médecin en chef. Ils ne le feront tout simplement pas. Ils pourraient tout aussi bien se passer la corde au cou et sauter d'un pont ». En disant cela, le premier ministre a reconnu que, de la même manière que la FAA a délégué la responsabilité de la conception de l'avionique du 737 Max à Boeing et à son groupe interne de délégués à la certification, les politiciens canadiens ont décidé d'abdiquer leurs responsabilités en matière de gestion des crises de santé publique et de les déléguer à d'autres. Cette fuite des responsabilités, flagrante et sans précédent, contraste fortement avec les conseils des experts en gestion des urgences, comme le lieutenant-colonel David Redman (retraité) de l'Alberta, qui ont appelé à l'utilisation de méthodologies reconnues de longue date, préconisant la réunion d'experts compétents travaillant sous l'autorité d'un représentant élu et responsable.

L'expert en gestion des urgences, le Lieutenant-colonel David Redman (retraité), affirme que nous nous sommes trompés dans les mesures de lutte contre la pandémie
 

La doctrine de la délégation


L'approche adoptée par Redman pour faire face aux situations d'urgence en matière de santé publique est tout à fait conforme aux procédures et protocoles reconnus au sein de la communauté de conception et de certification aérospatiale, du moins avant l'apparition du Boeing 737 Max. Dans cette dernière juridiction, une autorité de conception relevant du ministre canadien des transports est chargée d'examiner les données de conception, de développement, d'essai et de vérification soumises par une myriade d'experts techniques et opérationnels avant de « certifier » une conception d'avionique ou d'aéronef comme étant adaptée à une utilisation par le public voyageur. Ce processus nécessite des contributions sans entraves de la part d'un grand nombre d'experts dans diverses disciplines, qui sont toutes examinées et traitées avant qu'un passager ne soit autorisé à monter à bord d'un nouvel avion ou d'un avion modifié. Il devrait en être de même pour les urgences en matière de santé publique, qui nécessitent des contributions de tous les aspects de la société, de l'économie à la médecine et au-delà, afin que les plans élaborés couvrent toutes les éventualités prévisibles.

Un processus typique de planification de la gestion des crises - combien d'étapes avons-nous manquées pour faire face à la pandémie du virus de Wuhan?

Le fait que les processus structurés de planification d'urgence et les plans établis aient été ignorés lors de la réponse du Canada au virus de Wuhan est très préoccupant. Que devaient penser les Canadiens lorsqu'ils voyaient des considérations aussi importantes déléguées à des organismes à source unique, à savoir les bureaux de santé publique fédéraux et provinciaux qui, à leur tour, les déléguaient à des institutions internationales ou étrangères, à savoir l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC)? Ces délégations de responsabilité inhabituelles étaient d'autant plus inquiétantes que ces institutions étaient liées à d'autres autorités étrangères qui avaient décidé de mettre en place des stratégies de confinement, de masquage et de distanciation sociale qui détruiraient les économies occidentales par des défaillances de la chaîne d'approvisionnement et une inflation galopante. En fait, le Canada a externalisé sa réponse à la pandémie à des entités étrangères qui chantent toutes la même chanson censurée.

Était-ce une bonne idée de chanter la même chanson sur la pandémie?

L'idée de faire taire les voix qui ne sont pas en harmonie avec la chanson du jour est malheureusement devenue un fait de la vie publique au Canada et dans le monde occidental. Chez nous, nous avons vu des institutions auparavant crédibles, comme nos collèges de médecins et de chirurgiens, intimider les professionnels de la santé pour qu'ils acceptent les proclamations de l'OMS et du CDC sur les vaccins et le confinement sans commentaire, sous peine de « mesures disciplinaires ». Plus loin et dans des domaines éloignés de la santé publique, nous voyons les nations de l'Union européenne se soumettre à une vaste bureaucratie européenne qui en est venue à contrôler tous les aspects de la vie des citoyens, jusqu'à la taille de leur grille-pain, de leur bouilloire et de leurs condoms. La délégation de ces décisions à l'extérieur de l'individu, là où elles devraient être, a suscité une telle angoisse dans la population britannique qu'elle a alimenté le succès du mouvement du Brexit. Même dans le « pays de la liberté » au sud de notre frontière, nos amis américains constatent que leurs décisions sont déléguées par le biais d'une « mobilisation de masse qui vise à soumettre tous les secteurs de la société à une règle technocratique unique ». On peut se demander si la victoire de Trump en 2016 était destinée à enregistrer un grand NON! populaire à une telle doctrine de délégation?

La délégation des règles d'efficacité des grille-pain aux bureaucrates de l'UE a-t-elle « éveillé » le mouvement du Brexit?
 

La doctrine de la non-délégation


Les perspectives associées à la doctrine de délégation qui émerge rapidement dans le monde occidental ont fait l'objet d'un témoignage très intéressant de la part de Bruce Pardy, professeur de droit à l'université Queen's, dans le cadre de l'Enquête nationale sur les citoyens (ENC). M. Pardy a affirmé que les Canadiens ne devaient pas se laisser déconcerter par la dégradation de leurs droits individuels garantis par la Charte au nom du « bien public », car ces libertés civiles doivent céder la place à un « État administratif » en place et tout-puissant. Il a expliqué que les protections offertes par la « séparation des pouvoirs » entre les branches exécutive, législative et judiciaire du gouvernement ont reculé dans le passé en raison de la sainte trinité de la « délégation », de la « déférence » et du « pouvoir discrétionnaire ». Dans cette trinité, nous voyons les législateurs abandonner leur pouvoir en permettant à l'exécutif, par l'intermédiaire de ses agences administratives, d'avoir carte blanche pour établir les règles qui comblent les lacunes de leurs lois. Entre-temps, les tribunaux ont décidé de s'en remettre aux experts de l'État administratif de l'exécutif, car ils n'en ont pas et préfèrent ne pas créer de controverse - à moins, bien sûr, que cela ne corresponde aux objectifs de l'exécutif.

La Charte a-t-elle cédé la place à la sainte trinité de la « délégation, de la déférence et de la discrétion »?

Pardy poursuit en affirmant que la délégation et la déférence ont conduit à une situation où le principe de l'État administratif a pris le pas sur le principe de la Charte. Nous avons vu comment ce processus s'est déroulé dans ces pages en notant comment les commissions Gordon et Glassco des années 50 et 60 ont respectivement mis l'accent sur la nécessité de garantir le « bien public » grâce à des techniques d' « analyse des systèmes » et à une « gestion scientifique » experte. La transformation qui en a résulté nous a donné un État administratif qui ferait rougir le plus ardent des socialistes fabiens et qui lui permet d'agir sans entrave en partant du principe que, puisqu'il est responsable du bien public, il a le pouvoir discrétionnaire de déterminer ce qui fait partie du bien public. C'est l'État, et non le citoyen, qui est responsable de la sécurité par la réduction des risques et s'il décide que l'obligation vaccinale est dans l'intérêt du public, il en est ainsi. L'État pouvait édicter des règles, des édits, des mandats et des décrets sur la base des données qu'il jugeait appropriées, alors même que les législateurs se tournaient les pouces et que les tribunaux reportaient leur décision.

Bruce Pardy définit la sainte trinité qui donne le pouvoir à l'État administratif

Un État administratif tout-puissant, également connu sous le nom d' « État profond », peut apporter avec lui la capacité incontestée de prendre des décisions qui changent « en un clin d'œil », mais il constitue également une cible facile pour ceux qui souhaitent s'emparer de leur capacité à établir des règles à partir d'une source unique. Au Canada, nous avons vu cela se produire lorsque certaines idéologies se sont attachées à nos agences administratives et les contrôlent désormais au nom des objectifs « diversité, inclusion et équité » (DIE), "environnement, social et gouvernance" (ESG) et de l'« Agenda 2030 ». Entre-temps, les droits individuels des Canadiens qui paient les pots cassés sont balayés pour faire place à de telles décisions prises par des experts. M. Pardy recommande que le citoyen reprenne le combat à l'aide d'une « doctrine de non-délégation » qui exige des législateurs qu'ils ajoutent des « clauses d'habilitation » aux lois et aux politiques qu'ils formulent. Ces instructions « doivent avoir un contenu suffisant pour que les citoyens puissent se reconnaître comme les auteurs implicites de toute législation subordonnée qui en résulterait ». Entre cette initiative, la « Nouvelle Magna Carta pour le Canada » de Brian Peckford et l'ajout textuel « dérivé de la volonté du peuple » de Salim Mansur au préambule de notre propre Charte, les Canadiens pourraient être sur la bonne voie pour reprendre leur pays de la gouvernance « à point unique de défaillance ».

Une « doctrine de la non-délégation » aidera-t-elle les Canadiens à récupérer leurs droits garantis par la Charte?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT